Jean-Sébastien Massicotte

Jean-Sébastien Massicotte - Auteur
  • Jean-Sébastien Massicotte

    Journaliste sportif au SOLEIL, Jean-Sébastien Massicotte signe la chronique Plein Air de ce quotidien. Quand il ne court pas en vue de son prochain marathon — ou après ses filles à la maison! —, il cherche l'aventure au grand air, aussi bien en montagne sur des skis, qu'au rythme des marées en kayak de mer.

  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 26 février 2014 | Mise en ligne à 21h08 | Commenter Commentaires (4)

    Presque cinq mois sur l’Atlantique… en kayak de mer!

    Si vous avez été de ceux et celles qui ont suivi avec intérêt les péripéties de la rameuse océanique québécoise Mylène Paquette cet été, alors l’aventure rocambolesque du Polonais Aleksander «Olek» Doba devrait vous plaire.

    C’est que voyez-vous, l’homme vient de compléter sa deuxième traversée de l’Atlantique… en kayak!

    À bord d’une bien minuscule embarcation de 23 pieds — qui s’apparente tout de même assez à un kayak de mer comme on connaît —, l’homme de 67 ans a pris 142 jours (presque cinq mois!) pour son voyage entre Lisbonne, au Portugal, et Ely’s Harbour, aux Bermudes.

    Du coup, Doba a établi la marque pour le plus long voyage en kayak de l’histoire. Il a ainsi repoussé par 43 jours son record, réalisé à sa première traversée de l’Atlantique en 2011 (de l’Afrique au Brésil).

    Au magazine Canoe & Kayak, le courageux pagayeur a néanmoins expliqué la déception qu’il ressentait au terme de sa traversée.

    «Je suis heureux d’avoir rejoint les Bermudes sans assistance, mais je ne suis satisfait qu’à 75% étant donné que je n’ai pas atteint la Floride [comme prévu].»

    Car il faut dire que le voyage en mer d’environ 8700 km de Doba a été particulièrement rude. Outre les importants défis d’une telle traversée, le pagayeur de l’extrême a notamment dû composer avec des bris d’équipements importants.

    À commencer par son système de communication qui l’a abandonné à plus de 1500 km de la côte de la Floride. Il ne pouvait alors communiquer que par sa balise SPOT.

    Après avoir reçu un appel à l’aide accidentel de la part du sexagénaire, l’équipe au sol de Doba a dépêché un navire qui était à proximité, pour porter assistance à l’aventurier.

    Bien qu’il ne pouvait plus communiquer directement avec la terre ferme et malgré les risques d’être ainsi isolé, le Polonais a refusé l’aide et indiqué à ses «sauveteurs» qu’ils pouvaient poursuivre leur chemin…

    Puis il a tenté d’éviter des conditions de tempêtes en mer. Il aurait ainsi tourné pratiquement en rond pendant six semaines pendant qu’il essayait de résister à la colère de Dame Nature.

    Finalement, le 13 février, il a perdu son gouvernail. C’est ce problème qui a causé la dérive plus au sud du kayakiste.

    Déterminé à atteindre son objectif floridien, Aleksander Doba se prépare donc à reprendre la mer dès que son embarcation sera réparée.

    Idéalement, il espère se faire conduire en mer par bateau pour reprendre là où il a perdu son gouvernail.

    Pour suivre la suite de cette aventure incroyable, suivez Doba sur son fil Twitter ou encore sur sa page Google+ (avec plusieurs photos… mais en polonais!).


    • Je ne comprend pas cette obsession à vouloir réaliser des choses semblables… ca prouve quoi ca apporte quoi. Il veut terminer sa traversée la ou il a dû abandonner… ca ne fait plus vraiment un exploit, il sera reposé et son équipement réparé… il ne pourra dire qu’il a fait la traversée… qu’il reparte du début tant qu’a moi.. mais bon je ne vois toujours pas l’intérêt

    • Donc, tout est pour le mieux justement. C’est pas vous qui la faite cette expédition. Il fait bien ce dont il a envie ce monsieur, en quoi, “tant qu’à vous”, ça vous regarde ?

    • moi je m’en fou..mais de la a en faire des nouvelles… vraiment rien d’épatant la dedans a part qu’il veut justement faire parler de lui et avoir un 5 minutes de gloire… pathétique

    • mais bon je ne vois toujours pas l’intérêt

      sur cette planète y a des gens qui y sont que pour la reproduction de l espèce qui ont une petite vie rangée et c est correct et d autres qui y sont pour autre chose , se dépasser , relever des défis , ouvrir les yeux à d autres ,

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juillet 2014
    D L Ma Me J V S
    « juin    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité