Jean-Sébastien Massicotte

Jean-Sébastien Massicotte - Auteur
  • Jean-Sébastien Massicotte

    Journaliste sportif au SOLEIL, Jean-Sébastien Massicotte signe la chronique Plein Air de ce quotidien. Quand il ne court pas en vue de son prochain marathon — ou après ses filles à la maison! —, il cherche l'aventure au grand air, aussi bien en montagne sur des skis, qu'au rythme des marées en kayak de mer.

  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 4 septembre 2013 | Mise en ligne à 15h54 | Commenter Aucun commentaire

    La voie du pôle: sauvetage de Berthet et Roubinet réussi

    Les aventuriers Vincent Berthet et Sébastien Roubinet ont dû mettre fin à leur expédition La voie du pôle, cette semaine.

    Ils étaient à l’effort, seuls à bord du catamaran-traîneau baptisé Babouchka, depuis le début juillet pour un périple sur l’océan Arctique qui devait les mener de l’Alaska au Spitzberg, en passant par le pôle Nord.

    Le duo espérait pouvoir réaliser le périple de près de 3000 km en autonomie complète, à la voile et sans moteur, grâce à leur embarcation hybride ultralégère, durant l’été arctique. Une première.

    Des conditions de vents et de courants inhabituels et surtout le retour hâtif du temps froid a bloqué la route des aventuriers, qui ont dû s’avouer vaincus.

    À une centaine de milles nautiques du Pôle, Berthet, un Français d’origine qui habite Québec, et son compatriote Roubinet n’ont eu d’autre choix, à contre-coeur, que de déclencher leur balise de détresse pour être récupérés pendant que cela était encore possible.

    Un brise-glace russe, l’Admiral Makarov, les a récupérés hier, après quelques jours d’attente. Les deux explorateurs vont bien et n’étaient pas en danger, si ce n’est à moyen et long termes où ils auraient été coincés sur la banquise.

    Sur le site Web de l’expédition, l’équipe d’encadrement de La voie du pôle a publié en début de semaine les explications de Vincent et de Sébastien.

    Ce matin, nous avons essayé de naviguer dans la zone d’eau aperçue hier, mais la croûte de glace nous ralentissait trop. Vers midi, nous avions avancé de 0.8 milles ce qui a confirmé notre inquiétude des derniers jours. Nous nous sommes alors subitement arrêtés, avons regardé, analysé les cartes des glaces ainsi que les prévisions météo pour la semaine et il a fallu se rendre à l’évidence… Depuis deux, trois jours, la glace se reforme sur la voie du pôle et du Spitzberg et les températures négatives sont annoncées pour les 8 jours à venir. Le piège se referme plus tôt que prévu…

    Un phénomène que nous attendions 15 jours plus tard et qui vient s’ajouter aux conditions inhabituelles et défavorables que nous rencontrons depuis le début de l’expédition (vents et dérive contraires).

    Après de longues discussions, nous avons estimé qu’il devenait trop risqué de s’aventurer plus au nord. Il est vital de tenter de rejoindre la terre la plus proche.

    Il y a 4/5 jours, à la vue de notre progression et des cartes des glaces, nous étions très confiants quant au succès de l’expédition. Le brusque changement de conditions nous a surpris, et la décision a donc été très difficile à prendre.

    La déception est apparente pour le duo, mais déjà il est question de revenir dans l’Arctique. Il faut savoir que Roubinet en était à sa deuxième tentative sur l’itinéraire.

    Pour se donner une idée du défi et des conditions qui attendaient les explorateurs, un extrait (ci-dessous) du reportage de l’émission Thalassa, diffusé en juin 2012, offre une fenêtre sur l’univers de la première tentative de Roubinet.


    À vous de lancer la discussion!

    Soyez la première personne à commenter cet article.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    février 2013
    D L Ma Me J V S
    « jan   mar »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    2425262728  
  • Archives

  • publicité