Jean-Sébastien Massicotte

Jean-Sébastien Massicotte - Auteur
  • Jean-Sébastien Massicotte

    Journaliste sportif au SOLEIL, Jean-Sébastien Massicotte signe la chronique Plein Air de ce quotidien. Quand il ne court pas en vue de son prochain marathon — ou après ses filles à la maison! —, il cherche l'aventure au grand air, aussi bien en montagne sur des skis, qu'au rythme des marées en kayak de mer.

  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 26 août 2013 | Mise en ligne à 15h27 | Commenter Commentaires (5)

    Kayak: le sauvetage de l’année?

    S’il y a un prix qui est remis au kayakiste qui a réalisé le sauvetage de l’année en 2013, il risque bien d’aboutir dans les mains de David Fusilli.

    Le kayakiste de rivière a réalisé un court film qu’il a mis en ligne la semaine dernière (vidéo ci-dessus) dans lequelle on peut revivre à la première personne — grâce aux caméras GoPro des deux pagayeurs impliqués — comment il a littéralement sauvé la vie de son ami Bren Orton.

    Les deux pagayeurs qui font partie du Demshitz Crew, une bande de passionnés d’eau vive, s’attaquaient à la descente de Hamma Hamma dans l’État de Washington.

    Au programme, deux chutes à affronter coup sur coup. D’abord un premier saut d’un peu plus de six mètres, avant de retrouver la bonne ligne pour entreprendre le second passage vertical… de plus de 15 mètres!

    Si Fusilli a bien négocié la première partie de la manoeuvre, ce ne fut pas le cas pour Orton, qui s’est retrouvé du mauvais côté à l’atterrissage de la cascade d’introduction. Du coup, il s’est fait prendre dans le courant, incapable de s’éloigner de la paroi rocheuse qui creusait sous l’eau. Aussi bien dire un piège mortel duquel on ne sort pas souvent…

    Incapable de se décoller du mur de roche, Orton a chaviré au pire endroit et n’a pu esquimauter. Chanceux dans sa malchance, il a tout de même réussi à s’accrocher à la paroi après avoir abandonné son kayak. Mais il n’était pas sorti d’affaire pour autant.

    C’est alors que Fusilli est entrée en action avec une efficacité exemplaire. Le montage rend bien l’intensité et l’urgence du moment, mais aussi à quel point le sauveteur a su rester calme malgré la vie qu’il devait sauver.

    Je vous laisse découvrir grâce aux images captées par les caméras des casques des deux pagayeurs, comment Fusilli est arrivé à sortir Orton du pétrin in extremis.

    Disons seulement que la prise que Fusilli a lancé avec son sac à corde pour rejoindre Orton vaut le coup d’oeil. Au magazine Canoe & Kayak, le héros était étonné d’avoir pu sauver son partenaire.

    «Il était à environ un mètre de nager la cascade de 15 à 18 mètres. Je n’arrive pas encore à croire que le sauvetage ait fonctionné!»


    • Ce que je trouve vraiment bizarre, ce sont les autres gars qui filment plutôt que d’aller les aider! L’autre affaire qui me semble louche est que celui que vous appelez Fusilli prend bien son temps pour sortir son kayak avant de porter secours à son comparse.

    • @ugoh
      La remise est en question est la base de la pensée philosophique. Ca fait donc de vous un des plus grand philosophe !!

      Par expérience, je sais que c’est difficile de sortir d’un kayak de mer. A ce que je sache, c’est encore plus difficile en kayak de rivière. Mettez le kayak dans le bouillon qu’il y avait là, c’est encore plus difficile. Il lui fallait sortir sans se faire emporter par le courant à son tour. Son copain était quand même accroché à la paroi. Il avait quelques minutes devant lui. Il a fait montre d’un sang-froid exemplaire et c’est pour ça qu’il l’a sauvé.
      Pour les autres, avaient-ils la possibilité d’être juste au-dessus d’eux ?

    • J’ai cru comprendre que Fusilli s’est servi de son kayak comme ancre. La corde qu’il a lancé à son camarade semble y être attachée, ce qui lui assure de ne pas la perdre si elle lui glisse des mains.

      Yanick M

    • @gl00001

      Merci, mais je n’ai pas la prétention d’être philosophe.

      @yanickm

      J’avais plutôt l’impression qu’il voulait être bien certain de ne pas perdre son kayak, ce qui dans les circontances serait une drôle de réaction. Vous avez peut-être raison, même si je ne vois pas comment un kayak peut servir d’ancre.

      C’est quand même bizarre qu’ils se servent d’un tel événement pour faire de la pub!

    • @ugoh

      On voit très bien Fusilli accrocher un mousqueton sur le kayak, coincer le kayak entre les rochers en tendant la corde entre lui et l’embarcation pour s’assurer que le kayak le retient avant de lancer le sac à corde. Chapeau!

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    octobre 2014
    D L Ma Me J V S
    « sept    
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité