Jean-Sébastien Massicotte

Jean-Sébastien Massicotte - Auteur
  • Jean-Sébastien Massicotte

    Journaliste sportif au SOLEIL, Jean-Sébastien Massicotte signe la chronique Plein Air de ce quotidien. Quand il ne court pas en vue de son prochain marathon — ou après ses filles à la maison! —, il cherche l'aventure au grand air, aussi bien en montagne sur des skis, qu'au rythme des marées en kayak de mer.

  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 29 mars 2013 | Mise en ligne à 9h19 | Commenter Un commentaire

    Voler pour mieux grimper: le parapente selon Ueli Steck

    Alpiniste d’exception âgé de seulement 36 ans, le Suisse Ueli Steck s’est déjà bâti une réputation légendaire avec ses exploits en montagne. D’une rapidité incroyable et capable d’ascensions de la plus haute difficulté en solitaire, celui qui est surnommé la «Machine suisse» est toujours à la recherche de son prochain défi.

    Mais ce n’est pas évident de repousser ses limites quand cela fait déjà un bon moment que l’on flirte avec l’extrême. Steck détient notamment le record de vitesse (2:47:33) pour la redoutable face nord de l’Eiger, réalisé en solo intégral en 2008. L’an passé, il a ajouté l’Everest (8848 m) en solo et sans oxygène à sa longue liste de sommets en carrière. Bref, son palmarès est spectaculaire.

    Question de trouver de nouvelles façons pour s’amuser en montagne, le Suisse s’est mis récemment au parapente. Et quand on est un athlète du niveau de Steck, on ne fait pas les choses à moitié. Résultat? Une année de plus de 400 vols pour s’adonner à sa nouvelle passion, période durant laquelle il s’est entouré de certains des meilleurs pilotes au monde pour apprendre à voler.

    Un apprentissage qui ne s’est pas fait sans heurt! Dans l’extrait du film A New Vision (ci-dessus), qui sera présenté durant la populaire tournée Reel Rock 8 à l’automne 2013, Steck partage son expérience et ses ambitions. Sans compter des moments moins glorieux où il apprend à voler! Car comme il le dit lui-même: «Je suis un mauvais pilote».

    Évidemment, c’est selon les standards de Steck. Une échelle qui ne correspond pas réellement à celle du commun des mortels. Car pour le Suisse, la suite naturelle des choses est maintenant de combiner le parapente à l’escalade!

    C’est ainsi qu’il a complété dans les Alpes le triplé inédit Eiger-Mönch-Jungfrau, en une seule journée l’été dernier, grâce à des vols pour descendre et se déplacer entre les montagnes. De nouvelles possibilités s’ouvraient du coup pour le grimpeur.

    Steck retourne d’ailleurs ces jours-ci dans l’Himalaya pour de nouveaux exploits. Peu de détails ont filtré jusqu’ici, mais le Suisse se dirigerait actuellement à l’Everest. Et gageons qu’il a apporté une voile avec lui…


    • Ueli Steck est effectivement un athlète très complet et un fou furieux de l’escalade et de la haute montagne mais le record de vitesse sur la face nord de l’Eiger ne lui appartient plus. C’est le Suisse Dani Arnold qui l’a grimpée en 2hrs28:

      http://www.alpinist.com/doc/web11s/newswire-flash-eiger-speed

      ML

      ____________________________
      Bonne observation. Effectivement, Arnold a été encore plus rapide en 2011, mais il a réalisé sa performance en utilisant des cordes fixes, notamment dans la délicate traverse Hinterstoisser. Un gros avantage pour gagner du temps? En tout cas, cela n’a pas manqué de soulever des débats chez les nombreux observateurs qui ont tenté de comparer les deux performances. Steck avait pour sa part complété la voie totalement en escalade libre, une précision que j’aurais dû faire plus clairement au sujet de son record. Jsm

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    septembre 2012
    D L Ma Me J V S
    « août   oct »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    30  
  • Archives

  • publicité