Jean-Sébastien Massicotte

Jean-Sébastien Massicotte - Auteur
  • Jean-Sébastien Massicotte

    Journaliste sportif au SOLEIL, Jean-Sébastien Massicotte signe la chronique Plein Air de ce quotidien. Quand il ne court pas en vue de son prochain marathon — ou après ses filles à la maison! —, il cherche l'aventure au grand air, aussi bien en montagne sur des skis, qu'au rythme des marées en kayak de mer.

  • Lire la suite »

    Archive du 16 janvier 2013

    Mercredi 16 janvier 2013 | Mise en ligne à 12h35 | Commenter Commentaires (6)

    Peur des ours sous la tente? La solution est ici…

    J’ai encore le souvenir bien clair d’une nuit à un campement plutôt isolé près du détroit de Johnstone, dans le nord-est de l’île de Vancouver, en Colombie-Britannique. C’était pourtant il y a déjà plusieurs années, à l’occasion d’un voyage en kayak de mer. Un bruit suspect et fort à l’extérieur de la tente m’avait soudainement réveillé.

    Si ce n’avait été du fait que mon compagnon d’aventure s’était lui-aussi réveillé au même moment et que nous étions tout à fait seuls dans le secteur à cette période de l’année, je n’en aurais pas fait de cas.

    Sauf que là, dans un endroit où les ours sont communs, alors que nous étions passablement vulnérables dans nos sacs de couchage, j’ai senti la nervosité monter en moi. Et si nos précautions avaient été vaines?

    Évidemment, nous avions du poivre de Cayenne en bombonne à portée de la main, et si je me souviens bien, nous laissions toujours une pagaie à côté de la tente, au cas où…

    Sauf qu’une fois à l’horizontal, réfugiés dans notre mince abri de nylon, il n’y a pas grand-chose à faire.

    C’est donc pour éviter les mauvaises surprises que différents systèmes de surveillance de périmètre de camps ont été imaginés. Plus ou moins sophistiqués, ceux-ci permettent d’avertir si un intrus se pointe les pattes.

    Jusqu’ici, les systèmes que j’avais eu l’occasion de découvrir étaient, ou bien chers, lourds et encombrants, ou sinon laborieux à installer et nécessitaient l’utilisation de pièces pyrotechniques.

    Pilote de brousse en Alaska, auteur spécialisé sur les ours et inventeur, Tom Hron s’est penché sur la question: le PackAlarm était né!

    La vidéo ci-dessus montre bien comment le système s’installe pour protéger un périmètre. Assurément, plus de mauvaises surprises si le tout fonctionne aussi bien qu’annoncé!

    Ultracompacte, l’alarme se range dans une poche de manteau et semble se mettre en place aisément. Le moulinet intégré du PackAlarm donne accès à 100 mètres d’un fil ultrarésistant qui sert de barrière invisible pour un espace de 600 mètres carrés.

    Placé à la hauteur des genoux, le fil déclencherait pour cinq minutes une puissante sonnerie (120 db) intégré au système s’il est accroché. Ce qui devrait donner assez de temps aux campeurs pour réagir.

    Si nos ours noirs ne sont pas aussi menaçants que les grizzlys de l’Ouest, reste que le PackAlarm peut probablement permettre à certains campeurs de mieux dormir, même dans notre coin de pays.

    Actif sur Twitter, Hron assure que les ventes vont particulièrement bien et qu’il vend désormais son alarme un peu partout pour diverses utilisations. Le PackAlarm se détaille 70$US et est vendu directement par l’inventeur.

    Un accessoire qui ne remplace pas les précautions de base à prendre pour éviter les mauvaises rencontres, mais qui est tout de même à envisager dans certaines situations où l’on veut avoir l’esprit en paix.

    Comme lors de cette nuit dans l’Ouest, où finalement nous n’avons — heureusement — jamais aperçu la bête qui avait troublé notre sommeil.

    Lire les commentaires (6)  |  Commenter cet article






    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    décembre 2014
    D L Ma Me J V S
    « nov    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives

  • publicité