Jean-Sébastien Massicotte

Jean-Sébastien Massicotte - Auteur
  • Jean-Sébastien Massicotte

    Journaliste sportif au SOLEIL, Jean-Sébastien Massicotte signe la chronique Plein Air de ce quotidien. Quand il ne court pas en vue de son prochain marathon — ou après ses filles à la maison! —, il cherche l'aventure au grand air, aussi bien en montagne sur des skis, qu'au rythme des marées en kayak de mer.

  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 26 novembre 2012 | Mise en ligne à 11h40 | Commenter Aucun commentaire

    Du suicide? Non, une journée de ski pour Bruchez et Jornet

    Au centre de l'image, Vivian Bruchez et Kilian Jornet sont bel et bien en ski sur l'éperon Migot, un itinéraire que plusieurs alpinistes amateurs rêveraient seulement de pouvoir gravir... Cliquez sur l'image pour voir l'originale. Photo Facebook / Seb Montaz Video blog

    Au centre de l'image, Vivian Bruchez et Kilian Jornet sont bel et bien en ski sur l'éperon Migot, un itinéraire que plusieurs alpinistes amateurs rêveraient seulement de pouvoir gravir... Cliquez sur l'image pour voir l'originale. Photo Facebook / Seb Montaz Video blog

    Au moment où la saison de ski s’amorce tranquillement un peu partout au Québec, voici une descente peu ordinaire qui devrait vous inspirer pour le reste de l’hiver.

    Ou plutôt vous faire frémir!

    Vendredi dernier, le photographe Sébastien Montaz a publié sur le Web des images de ce qui serait — facile à croire! — une première descente sur l’éperon Migot, au Chardonnet, dans le massif du Mont-Blanc.

    L’un des skieurs est connu des lecteurs du blogue, puisqu’il s’agit du coureur en sentier espagnol Kilian Jornet. Il accompagnait le Français Vivian Bruchez, qui rêvait depuis un moment déjà à cette descente extrême.

    Extrême à quel point? Disons simplement que l’éperon Migot est d’ordinaire un itinéraire… pour les grimpeurs!

    C’est dire à quel point une chute n’était pas une option, surtout que Bruchez et Jornet auraient complété la descente sans l’utilisation d’une corde pour faire des rappels ou encore pour s’assurer dans les passages les plus techniques. La descente aurait durée une trentaine de minutes.

    Par le passé, d’autres aventuriers se sont attaqué en ski à la face nord du Migot — notamment Jean-Marc Boivin et Yves Detry —, mais jamais par le tracé réalisé par Bruchez et Jornet. Le réchauffement aurait fait reculer une partie du sérac sur la voie et libéré un passage le long de l’éperon.

    Vivian Bruchez raconte l’aventure ici, sur le site des éditions Volopress.

    Quand aux spectaculaires images de la descente, Sébastien Montaz en partage quelques-unes sur la page Facebook de son blogue.


    À vous de lancer la discussion!

    Soyez la première personne à commenter cet article.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juillet 2012
    D L Ma Me J V S
    « juin   août »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives

  • publicité