Jean-Sébastien Massicotte

Archive du 16 novembre 2012

Vendredi 16 novembre 2012 | Mise en ligne à 13h28 | Commenter Aucun commentaire

Une survivante seule à vélo autour du monde

Je vous avais parlé de ce défi complètement fou qu’était le World Cycle Racing Grand Tour l’hiver dernier. Un tour du monde à vitesse grand V où les participants tentaient de battre le record pour un tour du monde à vélo en solitaire et sans assistance.

Une course d’environ 29000 km terminée depuis déjà un moment et surtout un record battu par le Britannique Mike Hall en moins de 92 jours.

Parmi la dizaine de participants au départ, les femmes étaient absentes. Une espérait bien y être, mais ce n’est finalement que vers la fin juillet que Juliana Buhring s’est lancée dans l’aventure.

Sur la route autour du globe depuis, elle espère tenir son pari et établir le record féminin pour le tour du monde solo à vélo. Elle deviendrait du coup la première femme à réaliser l’exploit selon les règles du World Cycle Racing Grand Tour.

Partie de Naples, en Italie, Buhring prévoyait rouler en moyenne 210 km par jour pendant environ cinq mois. Actuellement, elle serait en Turquie, à moins de 7000 km de son but.

La vidéo ci-dessus donne un bref aperçu sur la route du quotidien — et du moral — de l’Anglaise d’origine.

Si l’aventure peut paraître d’un grand péril pour une femme seule, il est bon de savoir que Juliana Buhring était déjà une survivante avant même de s’attaquer à ce tour du monde.

Élevée dans une secte où violence et sévices étaient courants, elle a fini par fuir avec sa soeur et a dénoncé les abus, ce qui a permis de faire cesser les activités du groupe.

Depuis, elle poursuit sa croisade pour venir en aide aux enfants négligés et maltraités. Ce tour du monde cycliste est notamment une occasion d’attirer l’attention sur cette cause si importante à ses yeux.

Au journal The Telegraph avant son départ, Buhring avait résumé sa motivation à faire cette boucle autour du globe.

«J’aimerais savoir ce dont je suis capable, mentalement et physiquement. J’aimerais me pousser au bout de mes limites. J’ai l’impression que je carbure à la douleur. Vous pouvez me qualifier de masochiste. J’ai traversé des expériences dans lesquels certaines personnes n’auraient pas survécu, mais je sais que je peux aller encore plus loin. Je veux simplement savoir jusqu’où.»

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    août 2013
    D L Ma Me J V S
    « juil   sept »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives

  • publicité