Jean-Sébastien Massicotte

Archive, novembre 2012

La sécurité des gens à vélo sur la route dépend d’un paquet de facteurs. L’un des premiers est certainement la capacité à être vu par les automobilistes.

Quand le soir tombe, une solution d’une simplicité étonnante, actuellement en développement, permet de redonner l’avantage aux cyclistes en milieu urbain.

Voici donc Blaze, une invention… brillante!

En période de financement collectif sur le site Web Kickstarter UK, l’invention est en fait un simple feu avant avec DEL ultralumineux pour le vélo.

Mais là où Blaze se démarque, c’est dans l’ajout d’une seconde lampe intégrée qui permet d’afficher par un pointeur laser au sol, en vert quatre à six mètres à l’avant du vélo, un symbole lumineux d’un cycliste. De cette façon, les gens sur leur bécane annoncent leur passage à ceux qu’ils croisent sur la route.

Celle derrière l’invention, l’Anglaise Emily Brooke, croit ainsi pouvoir diminuer les trop nombreux accidents où les automobilistes coupent la voie des cyclistes, parce qu’ils ne les avaient pas vus dans leurs angles morts.

Car comme elle l’explique dans la vidéo de présentation ci-dessus, même bien illuminés le soir venu, les cyclistes ne seront pas vus s’ils se retrouvent hors du champ de vision des conducteurs.

Grâce au feu Blaze, le symbole vert scintillant dévoile sur le bitume la présence du cycliste avec plus d’autorité qu’un simple feu blanc classique.

Pour permettre la commercialisation de son produit, Brooke s’est tournée vers Kickstarter pour tenter de mettre la main sur environ 40000$ (25000 £UK). Quelques jours seulement après le lancement de la campagne de financement collectif, plus de 290 personnes ont déjà investi dans l’idée et plus de 26000$ ont été amassés. Le financement se poursuit jusqu’au 23 décembre.

D’après le programme de dons suggérés, le prix de la lampe Blaze se situe actuellement aux environs de 100 $CAN.

Site Web: www.blazecomponents.com

Un commentaire  |  Commenter cet article






Mercredi 28 novembre 2012 | Mise en ligne à 10h45 | Commenter Un commentaire

Into the Mind: du bonbon pour les yeux

Pour plusieurs personnes, on peut presque dire que ça fait plus d’un an que l’attente dure. Mis en appétit par le superbe film All.I.Can, les amateurs de cinéma d’aventure étaient impatients de voir à quoi ressemblerait la suite du travail de la bande de Sherpas Cinema.

Ô bonheur, Into the Mind est bientôt là!

Enfin presque. Parce que si le collectif d’aventuriers a mis en ligne hier le premier coup d’oeil sur son prochain film, celui-ci ne sera présenté qu’à l’automne prochain, en septembre 2013.

Difficile à croire, mais Into the Mind semble tout aussi surprenant et original — sinon plus! — au niveau de la réalisation que l’était All.I.Can l’an dernier. Il suffit de se laisser transporter par ce premier extrait pour le constater. Comment résister à cette caméra qui tourne et qui nous fait voyager à travers le monde, entre les saisons et les activités sur terre, neige et eau!

Au-delà des destinations les plus extrêmes et exotiques où l’action est toujours au rendez-vous, le film regroupe encore une fois une brochette d’athlètes de premier plan. Parmi les meilleurs du moment dans bien des cas. Notamment les skieurs Callum Pettit et Eric Hjorleifson, le planchiste Xavier de Le Rue, le kayakiste Rush Sturges et le grimpeur Conrad Anker. Et la liste se poursuit…

Une liste qui inclut aussi une vedette de All.I.Can, le skieur québécois JP Auclair. Après l’étonnante et spectaculaire séquence de ski urbain de l’an dernier, que nous réserve-t-il cette fois-ci? Je suis impatient de le découvrir…

Projet tourné sur deux ans, Into the Mind est réalisé par Dave Mossop et Eric Crosland. S’il reste encore du travail avant la première du film, l’aperçu mis en ligne permet déjà de croire que le succès du film est plus qu’assuré.

Gagnant de nombreux prix dans les festivals de films de ski et d’aventure l’hiver dernier, All.I.Can continue encore d’impressionner.

Quant à Into the Mind, il risque fort probablement de faire encore mieux!

Un commentaire  |  Commenter cet article






Lundi 26 novembre 2012 | Mise en ligne à 11h40 | Commenter Aucun commentaire

Du suicide? Non, une journée de ski pour Bruchez et Jornet

Au centre de l'image, Vivian Bruchez et Kilian Jornet sont bel et bien en ski sur l'éperon Migot, un itinéraire que plusieurs alpinistes amateurs rêveraient seulement de pouvoir gravir... Cliquez sur l'image pour voir l'originale. Photo Facebook / Seb Montaz Video blog

Au centre de l'image, Vivian Bruchez et Kilian Jornet sont bel et bien en ski sur l'éperon Migot, un itinéraire que plusieurs alpinistes amateurs rêveraient seulement de pouvoir gravir... Cliquez sur l'image pour voir l'originale. Photo Facebook / Seb Montaz Video blog

Au moment où la saison de ski s’amorce tranquillement un peu partout au Québec, voici une descente peu ordinaire qui devrait vous inspirer pour le reste de l’hiver.

Ou plutôt vous faire frémir!

Vendredi dernier, le photographe Sébastien Montaz a publié sur le Web des images de ce qui serait — facile à croire! — une première descente sur l’éperon Migot, au Chardonnet, dans le massif du Mont-Blanc.

L’un des skieurs est connu des lecteurs du blogue, puisqu’il s’agit du coureur en sentier espagnol Kilian Jornet. Il accompagnait le Français Vivian Bruchez, qui rêvait depuis un moment déjà à cette descente extrême.

Extrême à quel point? Disons simplement que l’éperon Migot est d’ordinaire un itinéraire… pour les grimpeurs!

C’est dire à quel point une chute n’était pas une option, surtout que Bruchez et Jornet auraient complété la descente sans l’utilisation d’une corde pour faire des rappels ou encore pour s’assurer dans les passages les plus techniques. La descente aurait durée une trentaine de minutes.

Par le passé, d’autres aventuriers se sont attaqué en ski à la face nord du Migot — notamment Jean-Marc Boivin et Yves Detry —, mais jamais par le tracé réalisé par Bruchez et Jornet. Le réchauffement aurait fait reculer une partie du sérac sur la voie et libéré un passage le long de l’éperon.

Vivian Bruchez raconte l’aventure ici, sur le site des éditions Volopress.

Quand aux spectaculaires images de la descente, Sébastien Montaz en partage quelques-unes sur la page Facebook de son blogue.

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    juillet 2014
    D L Ma Me J V S
    « juin   août »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité