Jean-Sébastien Massicotte

Jean-Sébastien Massicotte - Auteur
  • Jean-Sébastien Massicotte

    Journaliste sportif au SOLEIL, Jean-Sébastien Massicotte signe la chronique Plein Air de ce quotidien. Quand il ne court pas en vue de son prochain marathon — ou après ses filles à la maison! —, il cherche l'aventure au grand air, aussi bien en montagne sur des skis, qu'au rythme des marées en kayak de mer.

  • Lire la suite »

    Archive, août 2012

    Vendredi 31 août 2012 | Mise en ligne à 13h40 | Commenter Commentaires (2)

    Parcourir l’Appalachian Trail… en moins de cinq minutes!

    Pour réaliser l’Appalachian Trail sur la totalité de ses quelques 3500 km, il vous faudra y mettre environ six mois. Mais si l’envie de découvrir à la vitesse de l’éclair le légendaire sentier de randonnée vous tiraille, c’est possible grâce à la magie du Web.

    Dans la vidéo ci-dessus, Kevin Gallagher a fait un collage photographique temporel (time-lapse photography) qui regroupe en moins de cinq minutes les différents panoramas qui attendent les randonneurs entre la Géorgie et le Maine.

    L’oeuvre aurait été réalisée à partir de 4000 photographies prises par l’ancien étudiant en cinéma, durant son périple complété en 2005.

    La qualité de l’image de la version mise en ligne il y a déjà un petit moment n’est pas renversante, mais le voyage dans les pas de Gallagher en vaut tout de même la peine.

    En effet, à travers les saisons, Green Tunnel ouvre une rare fenêtre sur le mythique parcours qui fait rêver tant de randonneurs et dont une des extrémités est pratiquement dans notre cour.

    De quoi donner franchement le goût d’enfiler ses bottes de rando et de partir à l’aventure.

    Lire les commentaires (2)  |  Commenter cet article






    Mercredi 29 août 2012 | Mise en ligne à 16h12 | Commenter Un commentaire

    Escalade: histoire de courage… et de marmottes

    La neige et le froid étaient bien loin dans notre esprit en juillet dernier, mais ce n’était pas le cas pour Jean-Pierre «Peewee» Ouellet. Alors en mission pour deux semaines dans les Bugaboos, dans l’Ouest canadien, le grimpeur du Bas-du-Fleuve affrontait les périls de la montagne sur les parois du prestigieux massif situé en Colombie-Britannique.

    Deux semaines sur le glacier et sur la roche qui ont permis au représentant technique chez Black Diamond de notamment réaliser la première ascension d’une nouvelle voie, The Wandering Direct (IV 5.11 R), sur la tour South Howser. Une ascension de plus de 600 mètres verticaux effectuée avec Matt McCormick, du Vermont.

    La vidéo ci-dessus donne un aperçu sympathique de l’aventure du Québécois, que ce soit la vie au camp, les efforts sur la roche ou encore les sauts d’humeur de Dame Nature qu’il faut savoir gérer avec patience.

    Au-delà des risques objectifs de ces ascensions difficiles en milieu alpin — comme les chutes de pierres —, il aura aussi fallu que «Peewee» et Cie affrontent un ennemi beaucoup moins dangereux, mais tout aussi surnois… une espèce de marmotte de montagne!

    En effet, les rongeurs ont compliqué l’assaut des grimpeurs quand ils se sont attaqué au matériel qu’ils avaient laissé à la base de la paroi durant une tentative précédente. Résultat? Deux cordes grignotées, et donc inutilisables, ce qui a forcé un aller-retour express au camp de base.

    Plutôt ennuyante, l’attaque des «snafflehounds» est pourtant une réalité dans les Bugaboos. Ces rongeurs sans pitié sont connus pour s’en prendre à l’équipement des aventuriers. Des récits racontent même que des campeurs ont vu leur sac de couchage grignoté pendant qu’ils dormaient à l’intérieur!

    Pour les amateurs d’escalade familiers quelque peu avec le système de cotation, si 5.11 vous semble tout de même raisonnable, il est bon de considérer la longueur de la voie et le «R» qui est ajouté à la cote. Celui-ci signifie que la voie se protège mal (risky ou run-out) et que les chutes sont donc par conséquent dangereuses.

    Et comme dans les Bugaboos l’hôpital le plus près n’est pas la porte à côté… aussi bien dire qu’il faut passablement de courage pour réaliser ce genre d’ascension.

    Un commentaire  |  Commenter cet article






    Lundi 27 août 2012 | Mise en ligne à 15h09 | Commenter Commentaires (5)

    Marathon des Deux Rives: une matinée dans la fournaise

    Photo Jean-Sébastien Massicotte

    Photo Jean-Sébastien Massicotte

    Le mot d’ordre a vite circulé dimanche matin au Marathon des Deux Rives: le moment de courir après les records personnels était très mal choisi. La chaleur accablante qui augmentait rapidement dès le début de la matinée en avait décidé autrement.

    J’étais parmi les milliers de courageux qui ont dû faire face à ce soleil de plomb qui n’a donné aucun répit aux coureurs en action.

    Au départ du demi-marathon dimanche matin sur le coup de 8h30, j’ai été à même de constater que malgré la chaude journée qui s’amorçait, l’intérêt pour l’événement ne se dément pas! La longue file des participants qui s’alignaient patiemment en attendant le signal du départ avait en effet bien grandi depuis ma première participation à l’épreuve de 21,1 km, il y trois ans.

    D’ailleurs, d’après SportStats.ca, nous avons été plus de 3700 à prendre le départ du demi, contrairement à 2043 en 2009!

    Dimanche, la masse compacte de coureurs a pris un bon moment à se disperser sur le parcours. Un cortège qui n’a pas manqué de faire sortir les curieux, venus encourager les sportifs. Merci de votre appui!

    Du côté de l’organisation, les milliers de bénévoles ont été également d’un grand support durant cette chaude journée. Du transport aux services sanitaires, en passant par la sécurité sur le parcours — en particulier l’aide aux coureurs en difficultés —, la machine de Courir à Québec a laissé une belle impression.

    Seul petit bémol, les points de ravitaillement — en particulier ceux sur le boulevard Champlain — ont paru un peu désorganisés par endroit. Était-ce dû au surachalandage en raison de la chaleur ou encore d’un nombre de participants trop grand pour les installations prévues et le nombre de bénévoles en place? Toujours est-il que plusieurs points d’eau ont été particulièrement difficiles à négocier. À certains d’entre eux, de véritables embouteillages se sont créés. Pas évident dans ces conditions de garder le rythme!

    Par ailleurs, pour avoir pu constater leur excitation et leur énergie au départ, je tiens à souligner les efforts des participants et des responsables de l’initiative Cours ta réussite. Programme original par lequel la course à pied sert de source de fierté et de motivation pour des jeunes vivant diverses problématiques, Cours ta réussite a permis à une douzaine de jeunes de se dépasser entre Lévis et Québec. Un gros, gros bravo!

    Vous étiez aussi en course dimanche? Comment avez-vous vécu l’expérience?

    Lire les commentaires (5)  |  Commenter cet article






    publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    avril 2013
    D L Ma Me J V S
    « mar   mai »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives

  • publicité