Jean-Sébastien Massicotte

Jean-Sébastien Massicotte - Auteur
  • Jean-Sébastien Massicotte

    Journaliste sportif au SOLEIL, Jean-Sébastien Massicotte signe la chronique Plein Air de ce quotidien. Quand il ne court pas en vue de son prochain marathon — ou après ses filles à la maison! —, il cherche l'aventure au grand air, aussi bien en montagne sur des skis, qu'au rythme des marées en kayak de mer.

  • Lire la suite »

    Archive du 20 juin 2012

    Mercredi 20 juin 2012 | Mise en ligne à 12h33 | Commenter Aucun commentaire

    Le Kilimandjaro sur les mains

    Bon j’en conviens, par les temps qui courent, malgré le défi que cela représente, il semble que l’ascension du mont Kilimandjaro (5892 m) est pratiquement rendue courante. Et parler de quelqu’un qui a décidé de gravir le point culminant de l’Afrique pour une bonne cause n’est plus si étonnant.

    Mais un instant! L’histoire de Spencer West est bien différente et elle vaut qu’on s’y attarde.

    Le Torontois s’est attaqué au monstre situé en Tanzanie pour amasser de l’argent destiné à Free the Children, un organisme canadien qui vient en aide aux jeunes en Afrique. Jusque-là, rien de nouveau dans le domaine de l’aventure caritative. Sauf un léger détail…

    West est né avec une anomalie génétique qui a rendu les muscles de ses jambes non fonctionnels. Amputé sous le bassin à l’âge de cinq ans — vous vous souvenez de Kenny? —, on lui a vite fait comprendre les limitations qu’il allait devoir endurer. L’enfant ne les a jamais acceptées.

    Et il ne les accepte toujours pas. Adulte, West est aujourd’hui un auteur et un conférencier apprécié qui partage son étonnant parcours de vie pour inspirer les gens.

    Spencer West au pic Uhuru, le sommet du Kilimandjaro, toit de l'Afrique. Photo Freethechildren.com/redefinepossible

    Spencer West au pic Uhuru, le sommet du Kilimandjaro, toit de l'Afrique. Photo Freethechildren.com/redefinepossible

    Question de repousser davantage ses limites, il s’est lancé à l’assaut du Kilimandjaro avec notamment deux de ses amis, Alex et David. Hier, après sept jours d’ascension en grande partie sur les mains, West a pu crier victoire.

    À la BBC, il a expliqué qu’il avait progressé par lui-même pour environ 80% de son parcours sur la montagne. Autrement, un fauteuil adapté a été utilisé le reste du temps, sauf pour quelques passages où ses amis l’ont porté quand le terrain devenait trop accidenté.

    Jusqu’à maintenant, l’expédition Redefine Possible aurait amassé plus de 500000$.

    Pour découvrir les détails de cette aventure peu ordinaire en mots et en images, visitez le blogue de Spencer West ou encore transmettez-lui vos félicitations sur sa page Facebook ou par son compte Twitter.

    Aucun commentaire  |  Commenter cet article






    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    janvier 2012
    D L Ma Me J V S
    « déc   fév »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives

  • publicité