Jean-Sébastien Massicotte

Archive du 30 mai 2012

Mercredi 30 mai 2012 | Mise en ligne à 10h39 | Commenter Un commentaire

Émotions et marathon

Effort intense au 38e kilomètre pour un petit groupe qui court en compagnie du «lapin» qui doit les mener au fil d'arrivée du marathon en 3:15. Photo Jean-Sébastien Massicotte

Effort intense au 38e kilomètre pour un petit groupe qui court en compagnie du «lapin» qui doit les mener au fil d'arrivée du marathon en 3:15. Photo Jean-Sébastien Massicotte

La conversation en ligne a vite bifurqué. Je félicitais plus tôt cette semaine un estimé collègue de La Tribune qui a complété avec brio le 10 km de la Fin de semaine des courses du marathon d’Ottawa. Puis le sujet est tombé sur la scène troublante à laquelle lui et ses proches, venus l’encourager, avaient été témoins à une centaine de mètres de l’arrivée.

Sur le sol, un coureur inconscient tandis que les services d’urgences s’activaient prestement pour amorcer la RCR. Dans l’air, l’intensité des moments graves tandis que les spectateurs à proximité tentaient de rester calmes malgré l’émoi et l’aspect dramatique du moment.

C’est à ce moment-là que je suis arrivé comme spectateur aux abords du parcours. L’ambulance et le camion de la police ont traversé tout juste devant moi pendant qu’un bénévole ouvrait la barrière de sécurité qui donnait accès au corridor de course.

Un troublant spectacle que j’ai rapidement quitté. Il n’y avait rien à faire — ni à voir, malgré le fait qu’un homme filmait la scène — et il valait mieux partir tandis que ma plus vieille, du haut de ses presque quatre ans, n’avait pas encore compris ce qui se passait réellement.

Plus tard, on apprendra qu’un homme dans la quarantaine a été terrassé durant l’effort. En arrêt cardio-respiratoire, il aurait été réanimé, mais se trouvait dans un état critique. Au moment d’écrire ces lignes, sa condition exacte n’avait pas encore été dévoilée. Impossible donc de dire ce qui a causé le malaise.

Idem pour ce qui a mené un Montréalais de 25 ans à faire un arrêt cardiaque à la course du lendemain, à 200 mètres de l’arrivée du marathon.

Condition médicale préexistente, effort trop intense ou mauvaise préparation? Il faudra attendre pour le savoir. Mais une chose est sûre, quand des dizaines de milliers de personnes se mettent en course durant un tel week-end, il ne faut pas s’étonner que ces incidents surviennent. Malheureusement.

Pas besoin d'être un superhéros comme Batman pour courir un marathon. Mais une préparation sérieuse est de mise. Photo Jean-Sébastien Massicotte

Pas besoin d'être un superhéros comme Batman pour courir un marathon. Mais une préparation sérieuse est de mise. Photo Jean-Sébastien Massicotte

Mais il ne faut surtout pas blâmer la course à pied pour autant. Après tout, seulement 12 coureurs auraient eu besoin de l’aide des techniciens ambulanciers, selon le bilan de l’organisation, relayé par les médias locaux. Ils étaient plus de 10000 participants au 10 km, et près de 17000 réunis au demi-marathon et marathon. Malgré l’aspect dramatique de ces situations d’urgence, reste qu’il sera toujours mieux pour la santé de s’entraîner et de courir que de ne rien faire dans son salon.

On peut cependant prendre ces situations comme de vives mises en garde qui rappellent qu’un entraînement adéquat et une bonne connaissance de sa situation médicale ne doivent pas être négligés quand on lance la machine humaine vers de nouvelles limites personnelles, que ce soit sur 5, 10 ou 42,2 km. La réalisation de tels défis se prépare!

Sans épreuve au programme à Ottawa, alors que la fiancée et la belle-famille étaient en action, j’ai pu prendre un peu de recul et voir les courses d’un oeil différent.

Et oui, au 10 km comme au marathon, j’ai vu des gens qui avaient visiblement surestimé leurs moyens — et sous-estimé la distance — et qui couraient avec le regard de ceux qui se demandent dans quoi ils se sont embarqués.

Mais j’ai surtout pu apprécier comme spectateur toute la détermination des participants qui savouraient enfin la concrétisation de toutes ces heures à l’entraînement.

Tellement inspirant!

Un commentaire  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    mai 2012
    D L Ma Me J V S
    « avr   juin »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité