Jean-Sébastien Massicotte

Archive, décembre 2011

Vendredi 30 décembre 2011 | Mise en ligne à 16h32 | Commenter Un commentaire

Le Cap Horn en kayak!

Freya Hoffmeister durant son tour de l'Australie en kayak de mer, en 2009. Photo Facebook.com/freya.hoffmeister

Freya Hoffmeister durant son tour de l'Australie en kayak de mer, en 2009. Photo Facebook.com/freya.hoffmeister

Décidément, pour certains aventuriers, la période des Fêtes est loin d’en être une de repos!

Aussi dangereux que cela puisse être, l’Allemande Freya Hoffmeister est actuellement en préparation pour passer le mythique Cap Horn… en kayak de mer!

L’exploit a déjà été réalisé auparavant, mais il s’agit dans ce cas-ci que d’un obstacle obligé parmi bien d’autres sur la très longue route de Hoffmeister.

C’est que la dame est sur l’eau depuis septembre dernier. Habituée aux défis de taille — elle a notamment fait en solitaire le tour de l’Australie à bord d’un kayak en 2009 —, elle est à tenter de compléter le tour de l’Amérique du Sud à la seule force de sa pagaie!

Un périple d’environ 24000 km divisé en trois parties. À chaque étape de 8000 km, elle prévoit pagayer pendant huit mois avant de prendre une pause de quatre mois. Partie en sens horaire de Buenos Aires, en Argentine, elle devrait longer la côte de 12 pays.

La kayakiste espère arriver à destination, à son point de départ, le 10 mai 2014, le jour de ses 50 ans.

Aux dernières nouvelles sur son site Web, l’aventurière — qui est aussi la mère d’un adolescent de 15 ans — était coincée dans sa tente en Terre de Feu à attendre une accalmie du vent. Aux jours 121, 122 et 123 de son expédition, mercredi, jeudi et vendredi, elle subissait la rage du Cap Horn alors que des vents de près de 100 km/h balayaient son campement. Mardi, elle avait complété un effort sur l’eau de près de… 87 kilomètres!

Alors qu’elle s’apprête à passer la pointe la plus au sud du continent américain, Freya Hoffmeister a reçu un triste rappel des dangers de son sport. Par téléphone satellite, elle a appris jeudi une très mauvaise nouvelle durant son arrêt forcé. Son principal collaborateur pour l’Argentine, celui qui l’a aidé à organiser la logistique de son aventure pour cette première partie, est décédé le lendemain de Noël dans un accident de kayak de mer.

Alejandro Daniel Carranza, un pagayeur d’expérience et un ami de Hoffmeister, s’est noyé pendant qu’il tentait de son côté une traversée de 30 km entre l’île Staten et le continent, près de la pointe sud de l’Argentine, non loin d’où se trouve l’Allemande.

Sur son blogue, Hoffmeister a semblé garder le moral et elle demeure concentrée sur la tâche qui l’attend. «Maintenant, il faut que je me sorte avec mon kayak de cette pointe sud venteuse en un seul morceau. La patience est nécessaire…»

Un commentaire  |  Commenter cet article






Mercredi 28 décembre 2011 | Mise en ligne à 18h08 | Commenter Aucun commentaire

Magasinage des Fêtes à la sauce japonaise

Versions japonaises des catalogues d'hiver et des Fêtes 2011 de Patagonia.

Catalogues d'hiver et des Fêtes 2011 de Patagonia en japonais. Photo Jean-Sébastien Massicotte

Je sais trop bien à quelle vitesse les dollars s’envolent quand vient le temps de s’équiper ou de s’habiller pour les activités d’aventure. Heureusement, la période d’après Noël est un moment propice pour profiter des nombreux rabais dans les boutiques spécialisées.

N’empêche, après votre magasinage, voilà de quoi vous réjouir encore un peu plus des bonnes affaires que vous avez peut-être réalisées! C’est qu’au jeu des comparaisons… on s’en sort parfois pas si mal au pays! Je m’explique…

Je ne sais pas s’il y a un Boxing Day au Japon ou encore à quel point le salaire moyen permet d’absorber l’écart de prix, mais toujours est-il que selon nos standards, le matériel de plein air — pour ne parler que de cela —, coûte cher! Pas mal plus cher!

Description détaillée... et très claire, du manteau Super Alpine de Patagonia.

Description détaillée... et très claire (!!), du manteau Super Alpine de Patagonia. Photo Jean-Sébastien Massicotte

Preuve en est ce petit cadeau que j’ai reçu pour les Fêtes. Un souvenir de voyage pour le moins original qui m’a fait sourire. De retour d’un séjour au Japon, ma sœur et son chum m’ont ramené deux catalogues dénichés à la boutique Patagonia de Tokyo.

Pour ceux qui connaissent mon affection pour le fabricant californien de vêtements de plein air et ses publications qui sont une référence dans l’industrie au niveau de la photographie d’aventure, il est facile de comprendre combien cette simple attention a été appréciée.

Les catalogues Patagonia ont toujours là-bas cette signature unique, où le visuel d’action est roi. Mais évidemment, pas moyen de déchiffrer grand-chose dans les descriptions des produits. À part cependant pour les prix, qui sont nettement plus élevés qu’ici.

Question de rigoler un peu, j’ai fait l’exercice que comparer une veste en laine polaire classique du fabricant, et son manteau en Gore-Tex le plus avancé actuellement. Deux morceaux que l’on trouve ici en boutique.

Résultats? Le «polar» R2 se détaille à 21000 yens, soit plus de 276 $CAN. Quant au Super Alpine Jacket (en orange sur la photo ci-haut), il coûte au Japon 73500 yens, ou environ 970 $CAN.

Au Canada, les mêmes vêtements, à prix réguliers, se vendent 199$ et 649$.

Toujours pas donnés, mais quand même…

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Lundi 26 décembre 2011 | Mise en ligne à 22h00 | Commenter Aucun commentaire

Un record du monde comme cadeau de Noël pour Jordan Romero

C’était pratiquement une formalité, mais il lui restait toujours à atteindre un dernier sommet pour officialiser son record du monde. Samedi dernier, à la veille de Noël, le Californien Jordan Romero est devenu le plus jeune alpiniste de l’histoire à compléter les Sept sommets.

Après avoir gravi le mont Vinson (4897 m), en Antarctique, l’adolescent de 15 ans a en effet bouclé la boucle amorcée il y plus de cinq ans. Une aventure qui l’a mené avec le support de son père et de sa belle-mère sur la plus haute cime des sept continents.

Comme je le rappelais à son départ pour l’Antarctique, il y a deux semaines, cela veut dire notamment des expéditions réussies sur le glacial Denali (Amérique du Nord, 6194 m) et sur le toit du monde, l’Everest (Asie, 8848 m).

Dans un appel par téléphone satellite diffusé sur le site Web de son fils après l’ascension, Pete Romero a souligné le «parfait» travail de sa bande ainsi que la fierté de l’équipe.

À l’heure actuelle, le groupe est sur le chemin du retour après des célébrations de Noël certainement bien spéciales au camp de base, avec les membres des autres expéditions sur la montagne.

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    août 2014
    D L Ma Me J V S
    « juil    
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité