Vincent Marissal

Vincent Marissal - Auteur
  • Vincent Marissal couvre la politique depuis plus de 15 ans, sur les collines parlementaires à Québec et à Ottawa, dans le reste du Canada et même à l'étranger.

    Suivez le compte Twitter de Vincent Marissal: @vmarissal

  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 1 novembre 2012 | Mise en ligne à 10h36 | Commenter Commentaires (38)

    Montréal laissée à elle-même

    Hôtel de ville de Montréal (Photo: Le Devoir)

    Hôtel de ville de Montréal (Photo: Le Devoir)

    Si le principe de responsabilité existait encore à l’hôtel de ville de Montréal ou s’il restait en ces lieux une vague idée de ce qu’est l’honneur, il y a longtemps que Gérald Tremblay aurait démissionné.

    Mais non, il s’accroche, malgré les révélations scabreuses touchant son administration. Et après avoir été volontairement aveugle pendant des années, il devient maintenant invisible.

    Pendant ce temps, à Québec, la nouvelle première ministre, qui a fait de l’intégrité sa priorité, ne peut rien faire de plus que de demander à Gérald Tremblay de… réfléchir.

    Lorsque le gouvernement du Québec veut intervenir dans les affaires de Montréal, il ne se gêne pas pour rappeler que les municipalités sont des «créatures» du gouvernement provincial. Pourtant, le même gouvernement est impuissant devant le gâchis actuel.

    Le Québec a-t-il les moyens de laisser sa métropole dans cet état? Combien de temps? Avec quelles conséquences? Quel est le plan? Y’a-t-il un plan?

    Pas sûr.

    S’il y a un plan pour Montréal, ce n’est pas dans le discours inaugural de Pauline Marois que vous le trouverez.

    Quelques lignes à peine dans ce discours pour Montréal. Et vagues à souhait:

    Pour Montréal, le gouvernement mettra l’emphase sur quatre priorités :

    -      Accélérer la mise en œuvre des projets de transport collectif;

    -      Relancer l’emploi;

    -      Renforcer l’identité métropolitaine;

    -      Retenir les jeunes familles sur l’île de Montréal.

    Plus spécifiquement, le gouvernement poursuivra ses investissements, notamment dans les transports et la culture.

    «Renforcer l’identité métropolitaine»… Et si on commençait par rétablir une forme de leadership et d’intégrité dans cette ville?


    • Question de droit comme ça : un individu qui donne de l’argent à un organisme public tout en sachant fort bien qu’une partie de cet argent va se retrouver dans les poches de la mafia commet-il un acte criminel? En d’autres mots, lorsque je vais payer mes taxes municipales tout en sachant qu’une partie de l’argent de mes taxes va se retrouver dans les poches de la mafia, est-ce que je vais commettre un acte criminel?

    • .
      Rien faire …. c’est ça la meilleure solution à long terme. Il ne faut pas que les citoyens pensent que le gouvernement provincial va les sauver ….. À eux de voter en grand nombre et d’être exigeant envers leurs élus !

      En fait, c’est le contraire qu’il faut ! Cessons de donner de l’argent au gouvernement provincial pour qu’il le redonne à ses créatures municipales …. Il faut que les villes aient plus d’autorité, plus de pouvoir de taxation et que les citoyens se sentent plus interpellés !

    • Surtout pas d’intervention de Québec et encore moins de tutelle. La “Capitale Nationale” ne fait jamais rien de positif pour Montréal. On ignore la ville chez les fonctionnaires et les politiciens. Les libéraux parce que ce sont des votes acquis et les péquistes parce Montréal est acquis aux libéraux.

      Peut-on imaginer pendant deux secondes que Montréal tombe dans le fouillis gouvernemental des fonctionnaires de Québec qui vivent dans leur petit monde de confort. Désastre!

    • S.V.P. lâchez la nouvelle première ministre du QC. 38 % seulement des citoyens de Mtl. ont voté aux dernières élections. Un chroniqueur de votre journal qui est le mien aussi, se vante à chaque élection de ne pas voter et traite de mononcle ceux qui le font. Vous collaborerez parfois avec une chroniqueuse qui en un temps pas si lointain demandait aux citoyens de ne pas aller voter. Il aurait été éminemment plus profitable de critiquer nos responsabilités comme citoyen. Ce dossier de corruption est un dossier délicat et croyez-moi ce nouveau gouvernement va agir en conséquence.
      En 2008 j’avais bien aimé votre intervention auprès de Simon Durivage et Lisa Frulla suite à un commentaire déplacé de S.Durivage qui attribuait la victoire de Gérald Tremblay malgré La Presse. Bravo à La Presse pour ses journalistes d’enquêtes qui furent les 1ers à amorcer la destruction de ce nid de corrupteurs et ceci bien avant les élections de 2008. Aujourd’hui le fruit est mûr. Il n’en tient qu’aux citoyens à finir le travail.

    • Et on apprend ce matin que Tremblay prend quelques jours de repos! L’Hôtel de ville est en feu et il prend quelques jours de repos. C’est une vraie honte! Voilà un des pire exemple de l’histoire d’un maire qui fuit ses respopnsabilités.

      Il veut aussi sûrement s’assurer que, s’il démissionne, il le fera à moins d’un an de l’élection afin de laisser l’Hôtel de ville à son parti.

    • Il est possible que l’intervention dont je fait mention auprès de M.Durivage soit celle de M.Boisvert, si c’est le cas je m’en excuse.

      M.Leduc

    • Bonjour M. Marissal,
      “Montréal laissée à elle-même” Je croyais que c”était le cas depuis des lustres. En fait depuis que Gérald Tremblay est (était) maire. Au fait non la ville n”est pas laissée à elle-même. Non les clés de la ville semblent avoir été remises aux entrepreneurs et aux hauts fonctionnaires corrompus….version clés en main !

      Jean Bottari
      Montréal

    • Tremblay qui disait que LUI n’est pas faussement malade comme Vaillancourt… Tactique lâche pour attendre le fameux un an moins un jour. Question de démissionner sans allez en élection. Bien hâte de le voir derrière les barreaux ce bandit.

    • M.Marissal,
      Un peu de patiente, je suis convaincu que notre Dame de béton réserve à nos Maires poubelles Tremblay et Vaillancourt (et Marcotte et autres dépotoirs à venir), un «chien de sa chienne» comme disait ma mère…
      Je lui fais confiance qu’avec Lisée et ses ministres de la justice et des affaires municipales, la dame de Béton va les passer sous le compresseur.
      Elle va les «compresser» avec l’énergie d’une chef de parti qui voudra faire la démonstration que Charest et ses sinistres ministres Lessard, Dupuis et Fournier souffraient des mêmes «torticolis» de l’aveuglement volontaire, la tête tournée vers la rentrée du fric dans les coffres-forts du PLQ…., lesquels coffres-forts le sieur Bibeau avait de la difficulté à fermer la porte !
      Robert Alarie

    • M.Marissal,
      Où étaient Lessard et Charest quand Madame Chantale Rouleau , la mairesse de l’arrondissement de R-D-P a déclaré à l’émission Enquête être obligée de subir le contrôle de la mafia (Mirabeau et Borsellino) dans les contrats d’infrastructures de son arrondissement ?
      Au même moment, on voyait sur vidéo Borsellino et Charest, s’amusant comme larrons en foire lors d’un «party» de collecte de fonds pour le PLQ…!

    • Cette ville devrait être mise sous tutelle s’il est légal de le faire. Sans blague, qui a envie d’investir dans le prolongement de la ligne bleue du métro avec ce qu’on apprend tous les jours?

    • Ce n’est pas quand on nomme une maladie qu’on est maladie. Mais quand on connait le mal, on peut ensuite le traiter.

      La maladie précède le diagnostique. Mais on connaissait depuis quelques temps certains symptômes.
      Curieux que maintenant plusieurs appellent à l’urgence. Il aurait fallu traiter avant… Mais qui donc a tant attendu.

      Encore une patate chaude qui nous vient de cet ancien GVt qui a recueilli malgré tout 50sièges.
      Merci à tous nous amis libéraux. En espérant que grâce à vous nous retournions en élection.

    • En 1909, le gouvernement libéral de Lomer Gouin mettait Montréal en tutelle, à la suite de la commission Cannon sur la corruption qui y régnait. Pourquoi cela ne sert-il pas de précédent?

    • L’intégrité. Comme si là où il y a de l’argent, il n’y a pas de corruption. Ce n’est pas mieux ailleurs dans les grandes villes. On arrête de se gratter le bobo et on se relève les manches. L’identité? Depuis quand Montréal a une identité? Coderre va toute nous arranger ça.

    • Au fond ce sont les journalistes eux-mêmes qui cherchent toujours à nous imposer leurs choix.

    • @casse-noisette

      Euh je n`étais pas là en 1909 mais je suis certain que Montréal n`avait pas à cette époque la structure de l`hotêl de ville et des cols bleus comme aujourd`hui. Pour mettre une ville ou une personne sous tutelle il faut qu`elle soit incapable de voir à ses opérations quotidiennes et à ses besoins et obligations de base. Ce n`est pas le cas pour la ville qui peut fonctionner bien que plus sur pilote automatique que d`autre chose. On le voit bien anyway que la ville fonctionne depuis longtemps sans un maire digne de ce nom …

      Quel que soit le scénario tout indique que le prochain rendez vous sera aux élections municipales de novembre 2013. Tremblay n`a plus depuis longtemps la légitimité d`ouvrer en tant que maire de Montréal et son parti va disparaitre du paysage politique. Suffit de se dire que dans un an le calvaire sera fini.

    • Bonjour,

      « La corruption faisait partie de la «culture d’entreprise» à Montréal »

      (Titre de l’article de votre confrère de travail Pierre-André Normandin; cyberpresse 2012/11/01)

      – — –

      Et selon l’article, cette culture d’entreprise dénoncée depuis quelque temps et rapportée par les différents médias existe au moins depuis 1990, et sans aucun doute que cette culture existait bien avant étant donné que déjà en 1990 les cadeaux destinés à certains fonctionnaires municipaux de Montréal faisaient partie d’une routine déjà bien établie.

      Nous sommes en 2012. Pauline Marois se fait élire et, tiens donc, elle est victime d’un attentat contre sa personne.

      D’une certaine façon, on ne lui a pas alors fait comprendre qu’elle risque de se faire couler dans le béton d’un trottoir quelconque mais simplement qu’il se peut que quelqu’un, comme ça, peut-être une personne se sentant persécutée, une personne qui a peur de perdre de l’argent, puisse lui tirer dessus.

      Sincèrement, si vous étiez à sa place, si vous aviez été victime d’un attentat contre votre personne alors que vous étiez à Montréal pour y prononcer un discours suite à votre victoire électorale, vous auriez aujourd’hui autre chose à proposer que de renforcer l’identité métropolitaine?

      Et que si Charest reportait toujours à demain la tenue d’une enquête c’est peut-être qu’il savait des choses et que son seul désir ne se limitait en fait qu’à donner au suivant avant que les passants de Montréal ne lui fassent parvenir à ses oreilles le son mélodieux des talons de leurs souliers frappant le ciment des trottoirs.

      Daniel Verret (Nadagami)

    • Vive Montréal Libre !!!

      Mieux vaut une Montréal livrée à elle-même, plutôt qu’aux mains de Gérald Tremblay.

    • «Pour Montréal, le gouvernement mettra l’emphase sur quatre priorités»»

      Un rédacteur a bel et bien écrit «mettra l’emphase»? Et on a laissé cela dans le discours? Hébin! Pour un gouvernement qui prétend mettre l’accent sur la qualité de la langue….. Voici un peu de lecture:

      «Bien qu’on l’entende souvent, la locution mettre l’emphase sur n’est pas correcte. Elle est en fait un calque des expressions anglaises «to lay emphasis on» et «to put emphasis on».

      En français, emphase a le sens d’ « exagération dans l’expression des sentiments, le ton ou les gestes », ce qui n’a rien à voir avec le sens de emphasis.

      ◦Elle déclama le poème avec l’emphase d’une grande tragédienne.
      On peut remplacer la locution fautive par :

      •insister sur
      •mettre l’accent sur
      •faire ressortir
      •souligner
      •attirer l’attention sur
      •s’intéresser particulièrement à
      •donner la priorité à»

      CQFD.

    • Il faudrait demander à M.Labeaume à Québec si selon lui M.Tremblay est vraiment malade ou s’il fait semblant.

    • Mieux vaut être seul que mal accompagné! Et tant mieux si Gérald Tremblay disparaît quelques jours pour réfléchir à la demande de Québec. Quant à moi, Montréal va mieux aujourd’hui qu’il y a une semaine. Disons que les dégâts sont contrôlés en attendant la suite des choses… Il reste quelques mois avant une autre élection. SVP prenons le temps de regarder les candidatures avant de couronner le premier venu, surtout s’il est en politique depuis des lustres!

    • La loi sur les Villes ne permet pas au gouvernement de “démissionner” Tremblay. C’est bien joli de vouloir modifier cet état de fait mais encore faudrait-il le faire après un minimum de réflexion. Après l’imposition des fusions, pas très jolie, puis la défusion, absolument catastrophique, nous avons eu notre leçon. C’est pas le temps de faire une autre réforme tout croche, improvisée, lancée sur le coup de la panique.
      À part le plaisir de la vengeance, qu’est-ce que le départ de Tremblay donnera ? L’arrivée d’un “law and order” ? Dieu m’en préserve! Une autre clique tout aussi louvoyante ? Non merci.
      Le commentaire de kakousse est assez juste, du moins pour Montréal. Il est nécessaire que les citoyens de sentent concernés et pour ce faire il vaudrait mieux avoir une taxation directe plus forte. Montréal est unique au Québec et n’arrive pas à se faire entendre dans la Capitale, il lui faut un statut particulier et un gouvernement structuré par une constitution ad hoc.

      Ce n’est pas laisser tomber Montréal que de prendre son temps dans le cas présent, c’est s’accorder une période de réflexion absolument nécessaire. Profitons-en pour discuter d’avenir puisque dans l’immédiat tout est bloqué quoi qu’on fasse.

    • la tutelle est la seule solution possible pour cette ville qui fait la honte de 8 millions de Quebecois. En tout cas, en dehors de Montreal, ce qu`on voit là ne nous donne vraiment pas le goût de payer nos impôts provinciaux. Je sympathie avce la population, et je ne peux m’imaginer comment je serais frustré de prendre une hausse de taxe si j’étais montréalais.

    • ah oui j’oubliais…. pour ceux qui réclament un plus grand pouvoir de taxation pour Montréal… y a quelque chose qui s’appelle timing et en ce moment vous ne l’avez vraiment pas de votre bord pour réclamer plus de pouvoir. Faudrait peut-être faire le ménage avant et convaincre le reste du Québec que cette ville mérite ces pouvoirs spéciaux. Sinon ça va encore finir dans une paire de bas.

    • Canadiens, canadiennes, québécois, québécoises, citoyens, citoyennes… y en a-t-il parmi vous qui tout comme moi trouve que “c’est passé date”, et que l’on devrait revenir au masculin seulement. Un ministre péquisse utilise ces expressions et je les ai entendus au moins 4 fois dans un court laps de temps. C’est agressant ! qu’en penses-vous ? Ne suis pas dans le bon blogue mais je ne savais pas où aller…

    • M. Tremblay a manqué une maudite belle occasion de se taire….

    • Je n’aurais jamais cru écrire ça un jour, mais je crois qu’il est temps que l’on mette Montréal sous tutelle. Qu’on vire le maire comme un malpropre qu’il est (il doit bien avoir un moyen), qu’on le remplace par un fonctionnaire intègre, pas quelqu’un d’Union Montréal, jusqu’aux prochaines élections.

    • Bravo M. Coderre ! Vous avez mon entier support et je ferai campagne pour vous aussitôt que j’obtiendrai le résultat de ce que vous avez à dire sur l’enquête Montgomery…sur polygraphe !

    • Fait remarquable, le gouvernement Marois tourne à vide… en début de régime… en somme, l’usure du pouvoir avant même de l’avoir exercé.

    • le vrais probleme est que montreal n’est la metropole que de montreal , le quebec n’en veut pas , et quebec surtout n’en veut pas.

    • As-t-on vraiment besoin de Québec?

      Un élément du témoignage de M. Leclerc est que lorsqu’il travaillait à Communauté Urbaine de Montréal qui gérait la construction du métro et de la station d’épuration de Montréal, plus d’un milliard $ de projet, il n’y avait pas de cadeaux, car ce n’était pas toléré par les patrons.

      Il a été transféré à la Ville de Montréal et avant que le transfert soit fait, il a commencé à recevoir des cadeaux.

      Lors de l’implantation d’ISO 9000, de programme de sécurité, etc. tous les experts nous ont dit que la culture d’entreprise et les changements proviennent toujours de la haute direction. Le problème de Montréal est à la haute direction.

      On cherche des solutions compliqués mais on n’a qu’à mettre en place un programme de vérification permanent qui vérifie de façon aléatoire la conception, les travaux, les rapports. Lorsqu’on trouve des anomalies dans un dossier, on fait une inspection exhaustive. Ça fonctionne pour le contrôle de qualité, ça va fonctionner pour l’honnêteté.

      La vérification de l’honnêteté des travaux ne se fait pas seulement dans les bureaux sur papier avec des comptables et des avocats mais sur le terrain avec des ingénieurs et des techniciens.

      Il y a 30% de plus de béton. Il y a été mis où? C’est plus large! On le mesure. C’est plus épais! On fait une carotte et on mesure l’épaisseur du béton. On le trouve pas, on le paie pas et on vérifie tout le projet. S’il y aurait eu un minimum de contrôle par des gens intègres, compétents, expérimentés et imaginatifs, il n’y aurait pas eu 5% de la corruption. M. Leclerc a admis qu’il n’y avait aucun contrôle.

      On doit aussi changer le code déontologie des ingénieurs. Un ingénieur qui vérifie le travail d’un collège doit l’avertir. On pourrait ajouter après la vérification pas avant.

      Daniel Legault

    • Les fusions forcées de 2001 ont créé une grosse patente à gosses gérée, ou plutot mal gérée par deux fois plus de conseillers et de fonctionnaires que dans d’autres villes de la même population. De plus, les fusions ont augmenté le nombre de cols bleus réunis dans le même syndicat devenu encore plus puissant.

      Le gouvernement libéral n’a pas fait mieux en procédant à des défusions qui ont compliqué encore plus la situation.

      Résultat : cette grosse patente est ingouvernable, du moins avec un innocent comme Gérald Tremblay.

      Remède de cheval à apporter :

      1- Réduire de moitié le nombre de conseillers et de maires d’arrondissement;
      2- Réduire de moitié le nombre de hauts fonctionnaires;
      3- Mettre au pas ce banditisme légalisé qu’est le syndicat des cols bleus.
      4- Mettre en vigueur et APPLIQUER la loi proposée par le nouveau gouvernement.

      Voeux pieux ?

    • C’est pas avec Pauline Marois, qui a octroye une pension a vie de plus de $100k/an a son mari, qu’on aura un exemple d’integrite.

      La corruption prend plusieurs formes, et penser a ses interets avant l’integrite et le peuple n’est pas un bon depart pour Marois …

      D Corman

    • « Quand le bâtiment va, tout va », dit-on.

      Les corrompus l’ont bien compris.

    • Faites-nous part de votre opinion.

    • @Airdutemps, si vous ne voyez pas d’opinion dans le commentaire de M. Marissal, vous avez un problème de lecture! Et vous? Avez-vous une opinion ou vous voulez juste être drôle?

      Ceci dit, il ne faut rien faire dans la précipitation. Aux citoyens d’aller voter lors des prochaines élections au lieu de rester à la maison en se disant que ça ne donne rien!

      @Subercorm, revenez-en à la fin! C’est le PQ qui a été élu, va falloir faire avec.

    • Bonjour,

      Bien sûr, si toute la gang des péquistes ainsi que de nombreux québécois qui ne savent pas s’ils s’en viennent ou bien s’ils s’en vont s’étaient abonné au Maclean’s, nous n’en serions pas là dans ce pauvre Québec avec des Pure Laine aux doigts croches avec de l’argent. Avec le discours misérabiliste des nationalistes québécois concernant la misère noire que certains font subir aux québécois, pas étonnant que bien des Pure Laine deviennent les doigts croches devant certains membres d’autres communautés ethniques. En les voyant les poches pleines comme des mononcles pleins de fric, les Pure Laine se laissent tenter par l’appât du gain.

      En terminant, Montréal est maintenant laissée à elle même car des vrais québécois aux doigts croches et aux pieds plats comme des péquistes ont voulu faire de l’argent facilement tout en pensant BIG. Bien sûr, si la grande majorité de tous les québécois s’abonnaient au Maclean’s, cela serait fini ces folies en étant bien informés. Au plaisir, John Bull.

    • @mr. Marissal

      Serait-il possible de savoir pourquoi la ville de Montréal ne peut punir ses employés une fois qu’ils ont pris leur retraire?
      Comment se fait-il qu’une rente de retraite ne puisse être amputée au prorata de ce qui a été contribué par l’employeur s’il est démontré que l’employé a saboté et/ou fraudé son employeur, soit la ville?

      Alexandre Turmel

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    décembre 2012
    D L Ma Me J V S
    « nov   jan »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives

  • publicité