Vincent Marissal

Archive, octobre 2012

Mardi 30 octobre 2012 | Mise en ligne à 19h11 | Commenter Commentaires (78)

Coderre le Nettoyeur?

109180-denis-coderre

Plutôt lamentable ce qu’on entend ces jours-ci à la commission Charbonneau, n’est-ce pas? Pas trop envie, en tout cas, de crier haut et fort ma montréalité.

Il y a toutefois un Montréalais qui, sans se réjouir ouvertement de la déliquescence de sa ville, doit certainement penser que l’effondrement de l’administration Tremblay représente le scénario idéal pour la suite des choses. J’ai nommé: Denis Coderre.

Tout le monde sait dans le milieu politique que Denis Coderre annoncera le 9 novembre qu’il quitte la politique fédérale (temporairement, mais ça, il ne le dira pas!) pour briguer la mairie de Montréal. Le plus ironique, c’est que Gérald Tremblay, qui aurait bien voulu bloquer le chemin à Denis Coderre est en train, dans les faits, de lui ouvrir une voie royale vers la mairie de la rue Notre-Dame.

Au rythme où sortent les révélations sur Union Montréal (le parti de Gérald Tremblay), la marque de commerce de ce parti ne vaudra plus rien et M. Coderre pourra plus facilement repartir le tout «sous un autre nom», comme on dit dans le monde des affaires. Surtout si les conseillers municipaux affiliés à M. Tremblay l’abandonnent pour sauver leur peau sur un nouveau bateau.

Est-ce que Denis Coderre est le candidat idéal pour relancer Montréal et pour faire le ménage?

Ses accointances avec certains acteurs du scandale des commandites viendront certainement le hanter, mais si on en croit les sondages, cela inquiète peu les Montréalais pour le moment.

Lire les commentaires (78)  |  Commenter cet article






Mercredi 24 octobre 2012 | Mise en ligne à 11h01 | Commenter Commentaires (94)

Multirécidiviste de la droite religieuse

Maurice Vellacott (Photo: TVA Nouvelles)

Maurice Vellacott (Photo: TVA Nouvelles)

Le gouvernement conservateur de Stephen Harper est de nouveau dans l’embarras à cause d’un de ses députés chrétien intégriste, partisan de la doctrine du créationnisme, opposant farouche à l’avortement et au mariage entre personnes de même sexe, opposé au statut légal des couples homosexuels et grand détracteur des juges, en particulier ceux de la Cour suprême.

Que Maurice Vellacott, député ultra-conservateur de la Saskatchewan, décore des militantes anti-avortement de la médaille du Jubilé, cela n’est pas si étonnant lorsqu’on connaît le parcours du bonhomme. Mais qu’il accorde une telle distinction à des femmes qui ont été condamnées et emprisonnées pour méfaits criminels répétés contre des cliniques d’avortement, voilà qui est tout de même embêtant pour un parti qui fait son pain et son beurre de la loi et de l’ordre.

La réaction des collègues ministres de M. Vellacott en dit long sur leur malaise. Le silence du premier ministre, par ailleurs, en dit long sur sa stratégie: laisser juste assez de corde aux extrémistes de son parti pour apaiser l’aile droite, sans les laisser toutefois prendre trop de place à Ottawa. Bref, on les laisse parler et on s’assure qu’ils restent relativement inoffensifs aux Communes, législativement parlant.

La stratégie de M. Harper est bien connue, mais elle n’est pas sans risque. Elle divise la population et ressasse des vieux débats sur fond d’intégrisme réligieux.

Pour ceux qui ne le connaissent pas, Maurice Vellacott est un des ténors de l’aile chrétienne radicale du PCC. Pasteur formé dans des universités chrétiennes de Saskatchewan et de l’Illinois, il milite depuis des années contre l’avortement, contre les droits des homosexuels et pour une droite morale active en politique canadienne, en plus d’avoir tenu des propos couteux contre les autochtones.

Voici quelques-uns des «faits d’arme» du député Vellacott:

- Sommaire des projets de loi privés déposés au Parlement (chercher sous Vellacott)

- Interventions aux Communes sur les cellules souches, le mariage gai et l’avortement (chercher sous Vallacott)

- Contre le financement public des contestations judiciaires des organisations de défense des droits de la personne

- Sa sortie contre la juge en chef de la Cour suprême

Lire les commentaires (94)  |  Commenter cet article






Mardi 23 octobre 2012 | Mise en ligne à 9h09 | Commenter Commentaires (12)

Don quichotte Page

Kevin Page, directeur du budget (Photo: Radio-Canada)

Kevin Page, directeur du budget (Photo: Radio-Canada)

Si, un jour, on décide au Canada de créer un prix pour la lutte en faveur de la transparence, il faudra mettre le nom de Kevin Page très haut sur la liste des candidats.

Depuis des mois, le Directeur parlementaire du budget fédéral se bat contre celui qui l’a créé, le gouvernement Harper, pour faire le travail pour lequel il est payé, c’est à dire fournir aux députés et aux sénateurs, «de façon indépendante, des analyses de la situation financière du pays, des prévisions budgétaires du gouvernement et des tendances de l’économie nationale» (extrait de la loi du Parlement).

Confronté à un manque de collaboration chronique et répandu, le directeur Page n’a d’autre choix que de… poursuivre une soixantaine de ministères et d’organismes dans l’espoir de les contraindre à lui remettre les chiffres et prévisions qu’il recherche.

En bref, le gouvernement lui dit, notamment par la bouche de son ministre des Finances, Jim Flaherty, de se mêler de ses affaires!

L’exemple vient de haut, d’ailleurs, puisque le Bureau du Conseil privé (le ministère du premier ministre) figure sur la liste des organismes récalcitrants…

D’autres articles sur cette histoire, dans le Globe and Mail et ici, sur CBC.

Lire les commentaires (12)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    novembre 2011
    D L Ma Me J V S
    « oct   déc »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    27282930  
  • Archives

  • publicité