Vincent Marissal

Vincent Marissal - Auteur
  • Vincent Marissal couvre la politique depuis plus de 15 ans, sur les collines parlementaires à Québec et à Ottawa, dans le reste du Canada et même à l'étranger.

    Suivez le compte Twitter de Vincent Marissal: @vmarissal

  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 9 mai 2012 | Mise en ligne à 18h47 | Commenter Commentaires (176)

    Le désarroi d’un papa devant la grève…

    Ça fait trois mois que ça dure (Photo: Le Devoir)

    Ça fait trois mois que ça dure (Photo: Le Devoir)

    On l’oublie, mais derrière les étudiants en grève, il y a bien souvent des parents impuissants, frustrés et inquiets devant ce conflit qui s’éternise.

    J’ai voulu partager avec vous le courriel reçu mercredi d’un papa qui désespère devant cette situation pourrie. Il met en relief les absurdités d’un processus démocratiques défectueux dans les cégeps et les universités.

    Le voici (j’ai volontairement retiré le nom de mon correspondant):

    Lundi matin, j’ai téléphoné à ma fille à 7h00. Elle fréquente le Cegep Marie-Victorin et est en première année de technique.

    Fille : Allo ?

    Moi : Allo mon coeur! Désolé de te réveiller mais y’a un vote ce matin à 9h00. C’est sur l’entente pour mettre fin à la grève. Il faut que tu y ailles.

    Fille : Pourquoi ?

    Moi : Pourquoi!

    Fille : C’est même pas un vote sur la fin de la grève.

    Moi : C’est sur l’entente. Si vous acceptez l’entente, c’est pour mettre fin à la grève. C’est important de voter!

    Fille : Tu comprends pas. C’est plus compliqué que ça. Là, ils vont voter mais ça va prendre un autre vote qui devra passer aux deux tiers pour que la grève se termine.

    Moi   : Ben là si tout le monde se dit ça, ça va finir quand ? Tu vas pas laisser des enragés décider à ta place ?

    Fille : Ça pas rapport!

    Moi : Bon là je te laisse parce que je vais dire des naiseries. Je suis fâché. Bye.

    **********

    En soirée, ma fille m’a dit qu’elle était allée voté en faveur de l’entente mais que ça ne servait pas à grand chose puiqu’elle

    avait été refusée à 95%. Je lui exprimais mon incompréhension face au fait qu’ils n’avaient été que 15% à se déplacer pour aller voter. Comment se fait-il que 3000 étudiants restent muets après 3 mois de grève ?

    Sans me donner de réponse, elle me disait que la plupart des personnes de sa technique, étaient contre la grève mais ne voulaient pas voter pour un retour en classe car ils ne veulent pas d’une session à raison de 6 jours/semaine dont les journées vont s’étirer jusqu’en soirée. Ils pensent que ça va les conduire vers un échec. Ils attendent donc tranquillement que le gouvernement annule la session! Ils s’imaginent qu’ensuite tout va redémarrer normalement à l’automne…

    Je voulais partager mon désarroi. Merci d’avoir pris le temps de me lire.



    • C’est ce qui va arriver. Et un paquet d’inconscients n’en reviendront pas. Ils ne l’auront pas vu venir!

    • Ouchhh!!!
      J’ai effectivement entendu plusieurs commentaires de ce type. Ils voient que c’est impossible de sauver leur session et décident donc d’aller jusqu’au bout pour en avoir encore plus…. Nous n’avons plus le choix de régler cette question avec un nouveau mandat électoral et de préférence maintenant avant le début de la prochaine session…

    • Voilà ce qui arrive quand les frais de scolarité sont nuls: une annulation de session dérange beaucoup moins que si l’étudiante (ou son père) avait dû payer $ 5 0000 pour la session. La perspective de perdre $ 5 000 concentre l’esprit un peu mieux que la perspective de perdre des frais d’inscription de $ 60.

      Les associations étudiantes ont outrepassé leurs pouvoirs depuis 12 semaines (nulle association n’a le droit d’empêcher un étudiant d’assister à ses cours). Mais qu’ont fait la plupart des journalistes? Ils n’ont rien dit. Ils se sont comportés en véritables petits syndicalistes serviles: ils se sont comportés comme si les associations étudiantes avaient le droit d’imposer un boycott de cours aux étudiants!

    • Je ne comprends pas le désarroi de ce père! Mon fils est dans la même situation, il souhaite que la session soit annulée, non pas par risque d’échec, mais parce qu’il doit travailler cet été. Il ne fait pas partie de ces étudiants au téléphone intelligent, fumant leur cloppe à une terrasse du plateau qui portent le petit carré rouge. Il porte le carré vert, a besoin de tout son argent et en a marre de cette mascarade de démocratie.

      Parce qu’il ne faut pas se tromper, porter le carré vert fait de vous un personnage à abattre (au figuré, mais des fois au propre). La liberté d’expression, c’est valable seulement pour ceux qui veulent rester dans la rue advitam aeternam, pour tous les autres, c’est : Ferme ta yeule!

    • Persone ne parle des réels enjeux soit le sous financement des unversités. Il est incroyable d’entendre des associations étudiantes militer pour que les universités soit sous-financé!!!

      Même Éric Martin “chercheur 2 à l’IRIS et écrivain de université inc le reconnait son seul argument c’est que les université n’ont pas besoin de plus d’argent. Si on redistribue l’argent mieux, ça devrait régler le problème!!!

      La CLASSE milite pour diminuer les montants en recherche! L’accessibilité aux études c’est réglé tel que le montre les travaux du pref Godbout, les étudiants font la gràve pour que les riches ne paient pas leur cours universitaire!!!

      Incroyable que l’on milite et qu’on fasse la grève pour les étudiants les plus riches!

    • Les absents ont toujours tort, quelle que soit l’excuse. Sauf décès, maladie, ou autre truc grave, évidemment.

      Je peine à saisir la morale derrière votre billet, mais on dirait que vous tentez de blâmer la manière dont fonctionne le mouvement étudiant. Ce n’est pas la faute du mouvement si 15% prennent des décisions pour l’ensemble. C’est la faute des 85% restants qui abdiquent leur responsabilité démocratique et qui laissent le reste prendre les décisions.

      C’est plate, mais assume.

    • Cela confirme deux choses:

      que les règlements ont été votés bien avant la grève par des purs et durs car en général peu de gens vont aux réunions normales des associations;

      que le fait d’avoir laissé trainer les choses a pour conséquence que ceux qui veulent vraiment étudier et en particulier en techniques qui sont souvent snobés par les gens qui vont à l’université ne veulent pas d’une session à rabais. Ils sont conscient qu’avec des horaires de fous, ils apprendront pas grand chose. Et en technique on sait que ce qu’on va apprendre on va s’en servir un jour. Voulez-vous vraiment être soignée par une infirmière qui va reprendre 12 semaines de cours en 6 semaines? Cela montre un sens des responsabilité qui manque à beaucoup de gens à Québec.

      Il faut qu’il y ait un règlement cadre comme pour les syndicats qui encadrent les réunions des associations étudiantes. Pas de respect de la réglementation, pas de collecte des cotisations étudiantes, pas de respect des décisions de l’association.

      La démocratie demande de la rigueur.

      Daniel Legault

    • Ben coudonc, merci d’avoir relayé ce fait divers d’une grande valeur.

      Philippe Bellazzi

    • Si nous devons parler de démocratie, faisons-le bien.

      D’abord, le parti au pouvoir a été élu “britanniquement”, pas démocratiquement. Ce système à un tour n’est démocratique que lorsqu’il n’y a que deux partis. Sinon, on peut avoir un gouvernement élu avec 30% de support. On est très loin du 50+1!! Il faudrait un deuxième tour pour que les gouvernements canadiens puissent vraiment prétendre à la légitimité démocratique.
      Ce n’est pas tout. Je me souviens que le PQ avait perdu les élections au début des années 70 alors qu’il avait obtenu un suffrage supérieur en voix. Les distorsions du système ne sont plus à démontrer: un vote à Gaspé vaut deux votes à Montréal.

      Prétendre que le premier ministre d’un province canadienne peut faire ce qu’il veut sur la base de la primauté de la démocratie, c’est avoir une bien courte vue. D’où l’importance de dialoguer et de garder des ponts avec les électeurs, gagnants au perdants.

      Ceci dit, je comprends les étudiants de vouloir passer à autre chose : 4 semaines de cours en hiver, 6 semaines rush au printemps, 5 autre semaines rush à l’automne, et ça continue sans pause jusqu’à juillet 2013 ! on apprend quoi là dedans?

    • Hein ! 15 %, vraiment. Je croyais les jeunes plus impliquer dans leurs conflits, pourriez vous (La presse) nous informer sur le taux de participation dans toutes les associations étudiantes, j’aimerais bien connaitre cette donnée, tout de même incroyable.

      Pierre Dauphinais
      St-Urbain de Charlevoix

    • Je ne vois pas du tout le problème dans la mesure où, dans la vie, on fait des choix. Ensuite, il faut les assumer. Que les étudiants ne se présentent pas pour voter, en soi, c’est un choix. Plein d’électeurs font ce même choix à chaque élection.

      Le gouvernement a fait ses choix, il assumera aux élections.

      Les étudiants font leurs choix. Ils passeront donc peut-être une session de plus que prévu à l’école et donc perdront peut-être 6 mois de travail rémunéré à la fin de leurs études.

      Vraiment, je ne comprends pas le ras-le-bol des québécois. Il n’y a pas mort d’homme, on a une couple de fenêtre brisées, c’est tout. Et en bout de ligne, les partis en présence assumeront leurs choix. La liberté de choix, c’est aussi la liberté de faire des conneries. Notre gouvernement n’est pas à une connerie près. Les étudiants non plus. Peut-être qu’ils finiront par dire “j’aurais donc du”. Que ça leur serve de leçon pour les prochaines fois et pour les générations futures.

      Sincèrement, c’est plutôt une belle preuve de démocratie, qu’on soit pour ou contre la position des partis en présence. Et à ce que je sache, beaucoup de facultés de sont pas en grève. Je trouve que les allégations de corruption et de financement illégal des partis politiques d’avantage inquiétantes qu’une bande d’étudiants qui manifestent. La corruption, c’est la gangrène de la démocratie. Les manifestations, c’est plutôt la preuve vivante qu’on vit dans une démocratie. Je suis plutôt attristé par le fait que personne ne manifeste contre la corruption et qu’on dénonce les manifestations étudiantes … Il me semble qu’on a rien compris du tout en tant que société. Si on ne payait pas 40% de plus pour tous les travaux de construction au Québec, on pourrait même PAYER les étudiants pour qu’ils étudient au lieu de leur demander de contribuer.

    • Bon, désolé d’être très méchant, mais je vais le dire: sa fille est pas ben ben allumée. Si elle ne comprend pas sur quoi elle vote (ou si, pire encore, elle vote comme son père lui dit de voter, comme les femmes des années 50), elle est aussi bien de ne pas voter.

      Et diantre, il semblerait que de toute façons, selon le papa en question, les étudiants sont en faveur de la grève. Pas pour une raison ben ben glorieuse, mais pour une raison qui a quand même un certain sens. Si tout le monde se mettait à voter pour son propre bien plutôt que pour des idées reçues, il n’y aurait plus que quelques entrepreneurs en construction qui voteraient libéral, des fanatiques religieux pour le PCC, et des pauvres pour QS. Ça serait pas mal bizzarre, mais ça aurait pas mal plus de sens.

    • Si les “anti” avaient ne serait-ce que le quart des convictions des “pro-grève”, cette histoire serait finie depuis longtemps.

      Le problème, c’est que les “anti” n’ont pas de convictions. Ils n’ont qu’un nombril qu’ils aiment bien regarder.

    • Bonjour Vincent,

      Personnellement, je crois qu’il est plus que grand temps que la population soit informée des véritables enjeux démocratiques que portent sur leurs épaules les étudiants.

      À savoir que, au risque de me répéter, que le Gouvernement soit représentatif du peuple et cesse de jouer à la Matrone au lieu d’avancer dans la même direction que lui pour essayer d’édifier une société meilleur pour tous, ne peu se consevoir. C’est théoriquement vrai en absolu comme possibilité, seulement la réalité derrière le rideau et surtout en dessous des planches du ‘’stage” du Show politique actuel est bien tout autre.

      Pour comprendre la réalité d’aujourd’hui, il nous faut connaître la réalité d’hier et, où celle-ci nous conduit.

      Ce que nous vivons actuellement relève d’un contexte provenant d’un double rapport de force s’exerçant sur l’entier de la population et signalé publiquement en malaises de toutes sortes par les étudiants et par de nombreux membres constitutifs de la société Québécoise.

      Qui veut être harnaché à la loi du Capitalisme Pur des Américains anti-programmes sociaux et anti-pollutions que les Républicains prônent à tour de bras bien avant Mitt Romney, comme futur Président des USA ?

      Qui veut être Ressoumis à la loi de l’Establishment Anglo-Saxons de l’Empire Britannique présidé par Stephen Harper représentant de la Reine Élisabeth II et du Conseil Privé des Lords du Royaume-Uni qui ont signé l’ALENA par l’intermédiaire du Premier Ministre Brian Mulroney et de deux Présidents Républicains (Ronald Reagan et George Herbert Walker Bush) ?

      Croyez-vous que cela échappe aux journalistes, aux étudiants, aux parents, aux professeurs, aux membres d’assotiations syndicales et aux aînés de la classe moyenne scolarisée qui ont été témoins dans leur jeunesse des salons de l’Establishment à Gros Cigars et à London Dry Gin, auxquels participait une minorité de Canadien-Français qui mangeait dans la main des seigneurs de la politique et de la haute finance Anglo-Britannique, membre du Club Social ”Seigniory Club” Château Montebello (et plus proche de nous dans le temps Cf : Meetings BILDERBERG, Château Montebello Conférence du 13 au 15 Mai 1983) ?

      N’allez pas croire qu’il y aura une Révolution Tranquille avec le rapport de force arrogant de deux premiers ministres mordant à belles dents dans l’idéologie Nord-Américaine d’Harmonisation au Régime de vie sociale des Républicains Américains et Progressites Conservateurs de l’Ouest Canadien de Stephen Harper et Québécois en la personne de John James Charest. Sans omettre la participation de Pauline Marois :

      http://www.finances.gouv.qc.ca/documents/communiques/fr/Allocution20030327.pdf

      http://www.mri.gouv.qc.ca/fr/_scripts/Actualites/ViewNew.asp?NewID=8075&lang=fr
      http://www.mri.gouv.qc.ca/fr/ministere/histoire_ministere/documents_archives/rapport_annuel_2006_2007.pdf
      http://www.focal.ca/publications/focalpoint/276-july-august-2010-christine-frechette-fr
      Et
      http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/294560/les-relations-transfrontalieres-nord-americaines-changements-climatiques-et-etats-federes-moteurs-de-l-integration-transfrontaliere

      Vous croyez encore à l’autorité parentale électorale autocrate ou vous croyez en la démocratie d’expression de dénoncer les injustices, les corruptions, les magouilles de politicards d’élites financières de la Haute Finance qui séquestrent les deux peuples fondateurs du Canada et principalement celui du Québec ?
      P. Omer

    • Merci pour ce partage. Pauvre papa, y’a de quoi à être découragé!

    • Bonne chance! Curieusement, j’appréhende le moment où mes enfants seront au CÉGEP au moment la 200è grève…

    • Le governement aurait du commencer à négocier le 22 mars quand 200,000 personnes marchaient contre la hausse et que 300,000 étudiants avaient voté pour la grève (même si pour une journée seulement).

      Maintenant la situation a pourrit, le movement est plus radical et certain étudiants préfairent l’annulation de la session.

      Jean Charest n’est pas un leader.

    • Désarroi. Le mot est bien choisi. Je ressens également un profond désarroi face à ce conflit. Comme citoyen, j’appuie le mouvement étudiant lorsque nous voyons tout le gaspillage, le grenouillage dans le secteur public (provincial, fédéral, municipal). Comme père d’un grand de 18 ans qui termine son cegep cette session et qui est accepté dans un programme contingenté à Sherbrooke alors que nous habitons Montréal, la gestion est difficile. On doit se retenir pour chercher un loyer car on ne sait toujours pas s’il pourra entamer l’Université en septembre, la date limite approche pour accepter l’offre de Sherbrooke (1er juin). C’est très frustrant et très inquiétant à la fois car je crois que mon gars va perdre une année de sa vie pour ce conflit qui aurait dû être régler depuis longtemps si ce n’était de l’égo de nos élus.

    • Le courriel de ce père montre bien comment une minorité ( 15%), décide du sort d’une majorité. D’après ce que j’ai lu et entendu, c’est loin d’être un cas unique. Certains diront que les absents ont toujours tort, que ceux qui étaient d’accord avec l’entente de principe n’avaient qu’a se déplacer pour faire valoir leur point de vue. Comment ce fait-il que le quorum (50% + 1) ne soit pas obligatoire pour qu’une décision soit valable? Et les étudiants qui ont terminé leurs cours parce qu’ils ont refusé le boycott, sont-ils consultés? Pourquoi le vote électronique, qui permettrait de rejoindre tout le monde, n’a pas été envisagé par les représentants étudiants?

    • M. Marisal et M. Papa

      Votre fille vient de donner la reponse que le gouvernement attendait: ca coute 3 fois rien etudier au Quebec, alors une session de plus ou de moins, ca change 3 fois rien au budget des etudes.

      Si elle payait comme les colleges ontariens ou pire, un college americain autres que les ‘community college’ , elle se serait lever … Mais pour 300 $ pas session, pourquoi prendre le risque d’un echec ou pourquoi faire un effort 6 semaines ???

      Je suis d’accord avec elle, ca donne rien !

    • Très touchant, à nous qui sommes à fleur de peau en ce moment.

      Pensons aussi à l’adulte (bibi) qui fait le pari d’un retour aux études à 40 ans, qui sacrifie tout pour y parvenir. L’adulte qui, au lieu de se plaindre qu’il est malheureux dans son travail, décide de se rouler les manches et de retourner aux études après tant d’années.

      Et qui se retrouve coincé dans cette galère…

      Comment aller voter quand l’AG dure 7 heures, qu’on travaille 40 heures/sem pour faire vivre sa famille, qu’on est épuisé de recevoir autant d’insultes des pro-grève, quand on sent qu’on devra laisser tomber son dernier projet de vie parce qu’il sera impossible de rattraper les cours perdus ?

      Cette grève, supposée faire le bien, détruit.

    • Oh mon Dieu, ils ne vont pas me faire étudier 6 jours par semaine. Je vais mourrir.

      Elle veut quoi la petite? La semaine de 4 jours et une ristourne?

      Il m’arrive de travailler 7 et même 10 jours d’affilée.

    • Qu’est-ce qui est si étonnant? J’aurais fait pareil. Reprendre une session n’est pas la fin du monde quand on a 18-20 ans. Charest et cie. sont une bande d’incapables et vont avoir ce qu’ils méritent. Ils sont habitués d’abuser des travailleurs qui sont si endettés qu’ils ne peuvent se permettre de manquer une journée de travail pour manifester (ou sont carrément trop idiots pour le faire) alors que les étudiants n’ont pas grand chose à perdre.

      A. Trudelle

    • À pleurer… On fait quoi maintenant?

      Je n’arrête pas de penser à tous ces étudiants qui avaient une place dans un secteur universitaire contingenté à l’automne 2012…

    • Ce papa devrait plutôt être en maudit face à ce gouvernement qui a laissé ce conflit perdurer pendant si longtemps sans broncher…
      Il ne s’attaque pas à la bonne cible…

    • C’est vraiment decourageant! Mais, on fait quoi? Dites-le moi quelqu’un car, vraiment je n’ai pas de reponse, pathetique!

    • En tant qu’étudiant, je confirme l’existence d’une forme d’entente qui sous-entend que la session est annulée.

      Les étudiants savent que s’ils retournent en classe, les conditions d’apprentissages seront ridicules (12-13 semaines de grève déjà sur une session qui en comporte normalement 15…) et qu’à moins que les enseignants diminuent leur exigence normal, leur charge de travail deviendra titanesque et les résultats scolaires moyens. Sans compter que l’été est le seul moment pour faire le plein d’argent.

      Il ne faut donc pas s’attendre à des votes de retour en classe dans les assemblées, à moins que le gouvernement accorde le gel des frais de scolarité au complet, dans tel cas les étudiants ne pourraient refuser l’offre, mais les chances que les Libéraux leur accorde cela frôlent le 0%.

      Il n’est plus minuit moins une monsieur Marissal, il est déjà 1h du matin.

      Pour ce qui est de la session d’automne, alors là, bonne chance à ceux qui devront démêler ce casse-tête. Je ne vois pas d’autres avenues que de demander aux étudiants de mettre les bouchés doubles et de réaliser la session en 8 semaines, avec des cours de 5h plutôt que de 3h et l’accent mis que sur l’essentiel. Ainsi la chorde des finnissants pourra terminer sa session d’abord à la fin octobre, puis celle des nouveaux arrivants faire la sienne et ce, avant Noël.

      Si c’est possible et que l’apprentissage demeure pertinent, évidemment.

    • Difficile de croire que personne n’a émis de commentaires sur le désarroi de ce père.
      Ce père doit avoir honte de la réponse de sa fille. Ils sont carrément de mauvaise foi et après ils voudraient avoir l’appui de la population??? Pffff ils n’auront pas la mienne c’est certain! Pour dire les vraies choses, ils mériteraient de se faire botter l’cul !
      HONTE à la jeunesse !

    • Sodome et Gomorrhe…
      ygraton

    • Excellent billet, qui montre une partie du problème: les étudiants pour la grève sont bien plus motivés: ils votent aux assemblées, ils organisent des manifs, bref ils s’impliquent. J’ai l’impression que les étudiants opposés à la grève sont, en majorité, beaucoup plus apathiques. On dirait qu’ils attendent que le conflit se règle de lui-même. J’ai un neveu qui étudie au cégep de Saint-Laurent: seulement 700 étudiants sur 3200 sont allés voter sur l’entente lundi. Où étaient les 2500 autres? Ceux qui ne votent pas perdent le droit de critiquer par la suite.

    • Votre fille a raison. Mon fils dit la même chose, il lui reste 3 sessions au Cégep et au moins 3 ans d’université, ce ne sont pas 5 mois d’étude de perdus qui vont changer grand chose dans sa vie. Il va travailler en attendant mais ne manque pas une journée de vote.

      De toute façon il sait que j’ai moi même pris une année sabbatique durant mes études, je ne suis pas bien placé pour le contredire.

    • J’aimerais tant m’asseoir avec ce père et lui parler. Lui expliquer, spécialement, que ce n’est pas parce que l’on est contre la hausse des frais de scolarité et pour la grève que l’on est un “enragé” qui décide à la place des autres. Que nous sommes tous des étudiants et que notre devoir est de se respecter entre collègues et, surtout, de S’ÉCOUTER mutuellement.
      J’aimerais également lui dire que si on ne s’était pas laissés diviser et que l’on s’était serré les coudes dès le départ, tout cela aurait été fini bien avant.

    • Si le gouvernement avait gouverné pour le peuple au lieu des lobbyistes, il se serait occupé des élèves qui voulaient continuer à aller à leurs cours. Mais il s’est bien fiché du peuple, n’en n’ayant que pour son plan nord tandis que le peuple gémissait dans l’impossibilité de régler ce conflit par lui-même.
      Le gouvernemnt tenait tête à un petit groupe par défi et par arrogance( pour leur montrer qui est boss), tandis que les droits d’un grand nombre étaient annulés.
      Je comprends les étudiants protestaires de vouloir que ce gouvernemtn cesse de prioriser les gros capitalistes au dépend du peuple.
      J’appuie les contestataires, et je déplore l’incompétence l’arrrogance et le mépris du gouvernemnt envers les droits du petit peuple.

    • Et ce sont ces jeunes qui nous parlent de démocratie. Je ne crois pas qu`ils(étudiants) connaissent vraiment la signification de ce mot qui a un sens très profond. C`est tout simplement malheureux,mais cette inconscience les mènera directement dans un mur, et ce mur n`est plus très loin. Ils se sont laissés manipuler par des anarcho-socialeux.

    • Au moins, le père continue de parler avec sa fille même s’il est moins bien informé qu’elle au final.

      Pas de vote de reconduction était-il inscrit sur le site du ‘’syndicat étudiant”. Par contre, mardi le 15 mai, il y aura une assemblée pour se positionner sur la reconduite de la grève ou non.

      http://www.collegemv.qc.ca/fr-CA/Accueil/Le_Cegep/Nos%20nouvelles/2012/assemblee_generale/index.aspx

      Je pense quand même qu’il y a pas un cas qui est pareil. Un retour à la normale pour elle dans sa technique ? Peur de faire des semaines de six jours ? Bien là. Quels sont ses projets pour l’été ? Et actuellement elle fait quoi ? Elle occupe un emploi à temps partiel ?

      Ce père a quand même de l’influence sur sa fille, elle y est allée voter sur l’entente. Pourquoi les autres y vont pas ? Peut-être que les parents discutent moins ?

      ————

      Tout de même, ils ont beau dire qu’un quorum de 5% est suffisant quand c’est un vote qui touche directement les jeunes comme cela… C’est pas comme les élections scolaires… Et c’est même encore plus proche de votre réalité de jeune que les élections générales… En bas d’un taux de participation de 50%, le vote devrait être rejeté et étalé sur plusieurs heures et par internet s’il faut…

      Quorum ou pas… Il y a un vice de forme. À moins que beaucoup d’étudiants ne soient là que pour passer le temps au cégep ? Je ne crois pas. Une démocratie légitime demande un plus grand taux de participation.

    • Ma fille est dans la meme situation .. elle n’a pas manquée une réunion est allée a plusieurs manifs et travaille .. elle attend avec impatience un retour en classe meme à 6 jours semaine et se promet de se defoncer bien qu’elle ai pensée à abandonner pour pas maganné sa cote R qui est plus qu’excellente…. Alors svp les commentaire généralisant sur les jeune que vous laissez passer dans vos blogues M Marisal et autres blogueurs ne sont pas le reflet réel de tout ce qui se passe… Vous n’etes pas tanné de bitcher les étudiants ? On assiste a la meme situation que durant les grandes greves de l’époque Duplésiste .. tout le monde traitaient les greviste de chialeux et de paresseux car à l’époque les conditions en jeu étaient la norme… Pourtant avec le recul tous s’accorde pour admettre que ces grevistes avaient raison… et si dans 50 ans ce mouvement était percu que le debut de quelque chose ??? … on reconnait bien là le Quebec on chient sur ceux qui se tiennent ..Vous deviez plutot être fier de ces jeunes qui font le dirty job que vous n’avez pas le courage de faire…
      un papa tout aussi inquiet…

    • Cher monsieur Marisal,Je suis de tout coeur avec vous et je partage votre désarroi. Ma fillle qui étudie à l’Université de Sherbrooke sur une bourse pour handicapée perd sa session d’hiver et d’été puisqu’elle a été annulée cet après-midi en plus d’y laisser une partie de sa santé.

      Quel gachis! Jusqu’à ce jour, elle est allée voter pour la reprise des cours à chaque séance de vote mais aujourd’hui, elle ne s’est pas déplacée ce matin tant elle était découragée de la situation et lasse de l’intimidation qu’ont subit ceux qui comme elle osait se présenter et voter contre (à main levée bien sûr après tout c’est cela la démocratie.) ou pire qui ont osé se présenter en classe pour tenter de suivre leur cours – cours qui ont été interrompus par l’escouade des rouges à chaque fois cette semaine.

      Tout cela est triste et fort inquiétant pour la suite des choses – la démocratie est un concept bien fragile que même les grecs ont été forcé d’abandonné.
      Que pensez de cet engrenage ou une proportion somme toute plus ou moins représentative de l’ensemble des étudiants du Québec prend les autres en otage. Comment expliquer que l’on ne puisse rien y faire? Que les universités ne puissent ou ne fassent rien pour assurer la reprise des cours pour ceux qui veulent les suivre? Que notre cher gouvernement laisse se détériorer la situation à ce point? Que certains ne trouvent pas tragique ce qui arrive, après tout à 18 ans ce n’est pas grave de perdre une année? (entendu à Radio Canada – samedi LeBigot!!!).

      Merci d’avoir partagé votre désarroi avec nous.

    • Ben, moi je suis père de deux filles à l’université et toutes les deux vont voter quand c’est le temps et l’une est en grève et l’autre pas. Quand je lis ce témoignage, je lis le texte d’un père autoritaire qui n’est pas capable de respecter les choix de sa fille et qui voudrait bien qu’elle lui donne son vote. J’espère qu’elle a voté en cachette pour la grève, juste pour faire chier le vieux.

    • Qu’il continue surtout de parler avec sa fille mais la journée même, la décision devrait d’habitude déjà être prise… C’était pendant le week-end qu’il fallait en discuter et plus en profondeur…

      Aujourd’hui le cégep Édouard-Montpetit à voter sur l’entente et l’a rejeté… Parfait mais demain un vote sur la reconduction de la grève ou pas. Présentez-vous nombreux et ceux qui veulent terminer leur session c’est important. Et ils pourraient même s’opposer très fort à la hausse et même être pour la gratuité scolaire tout en reprenant leurs études…

      Il doit y avoir d’autres moyens de pression que de ne plus aller aux cours…

      La fille fait une technique ? De toute manière, elle veut pas aller à l’Université ? Ce débat sur les droits de scolarité universitaire la touche peu. Une technique en quoi ? En administration ? En hygiène dentaire, en quoi ?

      Certains étudiants n’ont peut-être pas tort d’espérer une annulation de session, le travail d’été et la prise d’expérience peut être plus importante pour leur futur que de reporter la fin de leurs études d’une session ou même d’une année…

    • On s’enligne pour une annulation de session dans certains programmes de certains CEGEP et Universités. Je vous annonce qu’il va y avoir des listes d’attente cet automne, comme en Santé…cependant, ceux et celles qui seront sur la liste d’attente, ce ne sont pas les Sec V qui arrivent, ni les Bac qui commencent, ce seront les soi-disant Grévistes et ce n’est que pure logique!

    • Superlulu
      Travailler à pelleter de la garnote, c’est moins fatigant que faire des études et réussir des examens. Faisons attention aux comparaisons.

    • Wow! Quelle bande d’innocents à cette technique. S’ils s’étaient impliqués dans cette grève et avaient été avec nous lors des moyens de pression, ça fait longtemps que ça serait terminé.

      Quelle bande d’individualistes.

      Et quel gaspillage : plutôt que de participer à un mouvement historique et de se faire plein de nouveaux amis, ils ont préféré rester dans leur bulle à se contempler le nombril.

      On appelle ça manquer le bateau. Je n’ai aucune sympathie pour ces «verts».

    • Je ressens un peu la même chose que ce père. Mon fils n’a pas exactement la même opinion, mais ça se ressemble.

      Par contre je blâme en premier les absents, si tu ne te prends pas en main, qui le fera. Les assemblés sont trop longues? Qu’est-ce que 3, 4 ou 5 heures face à une année perdue?

      Je blâme aussi ceux qui ont été élus et qui “ont les deux mains sur le volant”. J’ai beau croire fermement au droit à la contestation, ce gouvernement se devait de s’assurer que le service était fourni à ceux qui le désiraient. Légalement il en avait le droit et je crois qu’il aurait du. Quand tu fais tout pour être élu et te faire appeler “L’honorable”, il faut le mériter par la suite.

    • ..@Tous les commentateurs: Vous permettez que je vous raconte ce qui m’est arrivé aujourd’hui?

      Je souhaite vous parler d’accès à la «parole publique». Je suis allé dans un commerce de détail où j’ai été extrêmement bien servi par deux jeunes gens (un garçon et une fille) à l’aube de la vingtaine à qui, vu leur jeune âge plus qu’évident, j’ai demandé s’ils étaient étudiants. Comme leur réponse fut réponse négative, je leur ai demandé ce qu’ils pensaient de la situation actuelle.

      Après un bon vingt minutes, (le magasin était tranquille, «because» la pluie) je suis ressorti du magasin plus qu’impressionné d’une part par leur connaisance du dossier et d’autre part par leur analyse des faits et gestes des gens de leur âge qui font grève, chahutent, font fi des injonctions, etc. Ceux qui pensent qu’il n’y a que les «vieux croutons» et les foutus «baby boomers qui ont tout eu gratos» pour exprimer des réserves, une entrevue avec des jeunes comme ceux-là leur réserveraient des surprises de taille.

      Mais ça n’est pas ceux-là qu’on entend. L’accès à la «parole publique» est réservé aux ténors soit estudiantins, journalistiques et spécialistes ou «ex» en tout genre. Ce sont ceux-là que ceux qui détiennent les clés de de l’accès à cette fameuse «parole publique» invitent à tout bout de champ.

      Et pourtant, des jeunes travailleurs comme ceux que j’ai rencontrés aujourd’hui, allumés, sensibles , articulés, brillants mais réalistes , ceux-là, nous ne sommes pas près de les voir et de les entendre. Ils ne font pas partie d’une alliance; ils ne sont pas «regroupés»; ils n’ont pas de hérauts; (non,non pas «héros»). Ils ne font que travailler et regarder le tout avec perplexité.

      Nos jeunes leaders/porte-parole et ceux qui les envoient au front seraient surpris s’ils avaient la chance d’en rencontrer des «comme ça» mais ça, ça n’est pas demain la veille que ça va arriver. Et vous savez quoi? Je pense que du haut de leur superbe, ils ne voudraient même pas les entendre.

      Quant à ce père perplexe et en désarroi, le père que je suis ne peut que sympathiser mais simonac! papa, ne raccrochez pas de peur de faire de la peine à votre fille. Si vous n’avez pas envie de le faire au téléphone, rencontrez la en prenant un bon bol de café au lait et expliquez lui votre vision des mystères de la vie. Ne la laissez pas se dépêtrer sans mentor. Des plans pour que plus tard elle vous le reproche.

    • Moi j’aimerais bien qu’on me dise ce qui va en advenir de la nouvelle cohorte qui doit rentrer au CEGEP en aout ??? Il y a tu quelqu’un qui va finir par nous dire ce qu’ils vont faire avec ces jeunes-là ? Si les autres reprennent leur session, il reste assis à la maison en attendant en écoutant les Feux de l’Amour ??

      Ce que j’en comprend c’est que peu importe la suite, les étudiants ont tout simplement décidé de laisser leur session s’annuler.

    • Elle va être déçue d’apprendre que les rouges sont prêts à reconduire la grève à l’automne…

    • Le matin même cela laisse pas grand temps à la fille d’en parler avec ses ami(e)s. Allez, les parents soyez plus présents ! Tout en laissant, par contre vos grands libres de faire leurs propres choix.

      L’important c’est de les écouter, de les guider encore car ce sont que des très jeunes adultes ou même pour certains des adolescents de 17 ans.

      Qu’il lâche pas ! C’est un père présent avec ses qualités comme ses défauts !

    • .
      C’est désolant, mais j’avoue que la perspective de concentrer 12 semaines de cours en 6, en pleine été et de façon improvisée apparaît comme une mission perdue d’avance !

      Il reste aux penseurs du ministère de l’éducation et aux administrations des collèges et universités à trouver des solutions pratiques pour stimuler l’intérêt des étudiantsà voter pour un retour ! … et prouver qu’il n’y a pas trop de gras dans le système !

      Peut-on offrir quelques crédits au cours de l’été pour les finissants, revoir la répartition des cours et crédits pour ceux qui ont encore plusieurs cessions, minimiser les retards en donnant des cours d’été ou par télé-université pour les cours constituant des prérequis pour des étapes ultérieures, ….

      Y’a sûrement des solutions …. si l’on veut !

    • Vraiment là, trop facile ça, et dire que ces verts traitent les étudiants qui font la grève d’enfants gâté, d’enfants-rois. Pourquoi se forcer laissons les autres prendre tout le blâme et retranchons-nous derrière une grosse moue pour impressionner papa. Moi aussi j’ai une fille, à l’UQAM, elle est en grève depuis 13 semaines, elle a des convictions, elle est fière et est capable de défendre clairement et poliment son point de vue. Elle va voter, aimerais bien que ça finisse, mais devant un gouvernement qui les infantilise et les méprise et qui ne veut même pas considérer d’autres façons très simples et faciles à appliquer pour aller chercher l’argent réclamée, on comprend très vite qu’on est utilisé pour du capital politique et que Charest n’a pas d’autres faces de rechange, c’est sa dernière, ayant perdu toutes les autres! Vous êtes pas tanné de vous faire taxer tout le temps pour la mauvaise administration et la corruption de ce gouvernement. Tant qu’a moi Monsieur, l’exemple que vous donnez à votre fille est déplorable, encore la faute des autres. je ne vous connais pas, je ne connais pas votre relation avec votre fille mais de grâce donnez l’exemple. Que las frais seraient de 10,000$ ça ne changerait rien au comportement de votre fille, c’est la faute des autres existent encore plus je crois chez les mieux nantis et les autres c’est vous, votre fille, ma fille et moi inclus.

    • Ce qui est désolant, c’est que j’ai l’impression que la majorité des exécutant (pro-grève) des associations étudiantes ont adoptées de nouvelles procédures avant le déclenchement de la grève, dont le fameux reversement d’une proposition adoptée lors d’une assemblé précédente au 2/3 des voix. Lorsque l’on sait que la plupart des associations ont adoptés un mandat de grève jusqu’à une offre de gel du gouv. ou même la gratuité scolaire, qui faut les 2/3 des voix pour mettre fin à la grève, ça devient plutôt symbolique de se présenter si tu souhaites le retour en classe. D’autant plus que ceux qui “contrôlent” et connaisse le fonctionnement des ses assemblées (un art en soi) sont des pro-grève.

      Dans ma faculté, le vote de grève hebdomadaire a été suspendu pendant 1 mois et demi à cause de cette règle anti-démocratique et abusive des 2/3. Pendant ce temps, on passait nos AG d’avantage de procédure que de la poursuite de la grève elle-même.

    • @ jacquesboivin

      “Si les “anti” avaient ne serait-ce que le quart des convictions des “pro-grève”, cette histoire
      serait finie depuis longtemps.

      Le problème, c’est que les “anti” n’ont pas de convictions. Ils n’ont qu’un nombril qu’ils aiment bien regarder.”

      Je ne suis pas d’accord.
      Le problème est que chaque association est indépendant pour son vote. N’oubliez pas que la plupart des étudiants n’ont pas boycotté leur cours. Les associations en boycott sont celles qui ont une majorité de gens socialistes. Si le vote était global, peut-être que le résultat serait différent.
      Ce qui m’étonne est que les Fédérations font fi de la majorité (les 400 000 étudiants qui sont restés suivre leur cours) et défendent la position de la minorité. Mais c’est attendu, les associations étudiantes étant contrôlés par des visionnaires socialistes avec une définition particulière de la démocratie.

      Par rapport au nombrilisme des anti-boycott, je vous ferais remarquer qu’il est toujours plus facile de mobiliser les foules quand il s’agit de demander plus et de payer moins, car personne n’est contre la vertue.

      Ils ne vont pas aller scander dans les rues “on veut une hausse”(je ne crois pas qu’ils soient pour une hausse, mais acceptent l’argument qu’une augmentation de leur contribution serait bénéficiaire) pour être rejoint plus tard par ceux qui sont pour les péages, l’augmentation du prix de l’éssence, le gaz de schiste, l’augmentation de l’impôt pour les particuliers, la diminution de l’impôt pour les compagnies et l’abolition des garderies à 7$. Vous voyez que ces causes là mobilisent moins.

      Dernier point. Les anti-boycott pour la plupart ont déjà sauvé leur session en votant contre le boycott pour leur association. Alors s’ils ne sortent pas dans les rues, c’est peut-être parce qu’ils sont soit en train d’étudier ou tout simplement travailler car leur session est bel et bien terminée. Il ne reste que les tristes “dommage collatéraux” qui font partie d’associations idéalistes.

      V. Marquez, Montréal

    • Je lis les commentaires et je suis abasourdi par la logique que je retrouve dans les textes.

      Ou est-ce que nous nous en allons comme société ? C’est continuellement la faute des autres ce qui arrive. PERSONNE NE SE REGARDE DANS LE MIROIR.

      Je lis toutes sortes d’insinuations QUI ACCUSENT ET CONDAMNENT GRATUITEMENT.

      Je me questionne comment des règles sur lesquels reposent la démocratie étudiante puissent avoir été adoptées constatant qu’elles mènent tout droit vers le chaos. L’étudiante le dit clairement à son père. Ils se sont piégés eux-mêmes en adoptant ces règles de gouvernance. Plus personne ne respecte quoi que ce soit. Une entente de principe est signée, et il la conteste. Faut le faire !

      Il va falloir l’implication de gens qui ont une certaine crédibilité pour se sortir de cette situation, sinon c’est une session perdue pour plusieurs étudiants.

      Il y a des gens qui ont contribués malicieusement à ce merdier cherchant à implanter une idéologie personnelle pour renverser l’ordre établie, ET IL FAUT QU’ILS CESSENT LEUR STRATAGÈME.

      LE GROS BON SENS DOIT BIEN EXISTER QUELQUE PART.

      Gaëtan Grondin
      La Pocatière

    • Tellement niaiseux comme commentaire et comme sujet de blogue.

      Je suis prof de cegep. Je subis la grève. Arrêtez de croire qu’on en profite. Je vais la subir durant les 2 prochaines années en rattrapage de temps de toute sorte. Facile de dire que les profs en profitent. Ils subissent, n’oubliez pas.

      Si cette fille et ses amis pensent que la session va être annulée et que ça va résoudre leur problème, elle se met un doigt (le gros, le pouce) dans l’oeil.

      Imaginez la situation d’une session annulée….. Ça veut dire qu’à l’hiver prochain, les cégeps se retrouveront avec un surplus de clientèle. Les nouvelles arrivées de secondaire 5, ceux. qui sont déjà au cégep et qui prousuivent leur cheminement (annulés et en reprise) et ceux qui reprennent leur session pcq ils n’ont pas pu se rendre à l’université.

      Ça veut dire quoi en concret???? Manque de disponibilité de locaux, manque de personnel, manque de ressources, ………… Pas fonctionnel.

      On peut annuler la session et la reprendre??? Je ne crois pas. Option stratégique facile à véhiculer par le gouvernement mais pas du tout cohérente et viable.

    • Les cégeps débutent leur session plus tard que les universités et le réseau collégial est soumis à beaucoup plus de contraintes que le réseau universitaire : Règlement sur le régime d’études collégiales, conventions collectives, etc.

      Les calendriers (hypothétiques) de reprises de cours qui sont établis par les directions de cégeps ont de quoi effrayer le meilleur des premiers de classe. On parle de 6 jours de cours par semaine avec du 8 à 8, quand on pense que dans certains cours, pour chaque heure en classe, un étudiant doit en travailler deux à la maison…

      Le point de non retour est déjà atteint dans quelques cégeps, mais seul le MELS a le pouvoir d’annuler une session, il faut croire que le gouvernement Charest attend stratégiquement le bon moment…

    • Pauvre père — si responsable et bien intentionné! Le mien aurait fait la même chose! Bon courage à tous les pauvres papas qui se sentent de plus en plus démunis face à cette situation invraisemblable et de plus en plus cauchemardesque!

    • Le sujet étant que les gens qui ne votent pas consentent?

      Si c’est le sujet de votre billet, je suis d’accord.

      Sinon, je ne sais pas trop quoi vous dire, ce fiasco est une réalisation libérale, point barre.

    • Les jeunes qui subissent sans rien dire, j’appellerais ça la petite lâcheté ordinaire, je ne les accuse pas tout de même. Nous sommes tous confrontés à de petites lâchetés ordinaires qui nous empoisonnent la conscience. J’espère qu’ils pourront un jour se regarder dans le miroir, sans se dire, ”j’aurais donc dû”. Nous devons être maîtres de nos décisions, et ne laisser personne décidé pour nous, quand tu comprends ça, tu es libre.
      M.Leduc

    • 15% de gens qui se sentent concernés. Ils se présentent aux assemblées. Rajoutons au pif un autre 15%, absent celui la mais pour des motifs valables. Les 70% qui restent ne valent pas cher et ils se répartissent entre les deux camps.

      Si j’étais parent d’un étudiant dans une institution collégiale ou universitaire je serais fière de lui s’il appartenait au 15% qui se déplace aux assemblées, peu importe son camp. Bien que je sois “carré rouge”, je considère que mes enfants doivent s’affranchir de la pensée de leurs parents.

    • C’est clair comme de l’eau de roche que les droits de scolarité sont beaucoup trop bas au Québec.

      Quand c’est rendu que les étudiants ne font qu’un haussement d’épaules lorsqu’on leur dit qu’ils vont perdre leur session, c’est que le prix qu’ils paient est ridicule. S’ils devaient perdre un 6000$ ils se grouilleraient le cul pas mal plus !

    • @danbel
      Je suis pas d’accord avec vous je suis allée sur la page des carrés ruges et sur celle des verts et je peux vous dire qu’il a plus d’intimidation et de propos haineux sur la page des verts.

      J’ai été bani de la page des verts parce que je leurs demandais pourquoi ils demandaient des injonctions qui fesaient que soulever la colere dans un pays qu’on dit démocratique …pourquoi les verts sortaient pas dans les rues pour demander au gouvernement de négocier ca j’ai écrit ca avant qu’il y est l’entente avec le gouvernement et on m’a banni pour ca

      Les verts ont pas été dans les assemblées les votes se sont fait secrets pour la majorité des cas alors je comprends pas qu’on dise dans les médias que les verts sont brimés dans leur droit d’aller a l’école …sortez de chez-vous et faites vous entendre car le seul qui peut régler ce conflit qui dégénere dans tous les sens c’est le gouvernement

    • @woobec,
      Pauvre vous, pauvre victime, ”il va subir ”, je me tords de rire. SVP. dites ça sans rire. J’oubliais, les profs sont en mission éducative, le cash ne compte pas. Viva la revolucione!

    • Eh dire que le gouvernement a attendu 2 mois avant de commencer à réfléchir sur la possibilité de discuter… sérieusement, ce père a raison d’être fâché et devrait écrire à son député et à son Premier Ministre pour qu’il arrête de niaiser car là on frappe à grands coups de matraque sur des jeunes qui ont vraiment mieux à faire que ça… Charest gaspille cette génération et c’est triste à voir.

    • L’histoire se répète encore une fois. Une minorité militante et agissante va entraîner la majorité apathique dans l’abîne. C’est vraiment triste !

    • poursuivent….

      Avant de me ramasser avec des commentaires (trop???) sur l’orthographe et la ponctuation.

      En passant, y’a un point (.) en trop. Trouvez-le.

    • Pendant ce temps au collège Montmorency à Laval 24 étudiants “scab” sur 6000 en grève sont un ou deux par classe à poursuivre la session grâce à Monsieur le juge.

    • Qu’on leur fasse écrire un texte de 500 mots sur le thème « moi, ma grève et mes émotions » et qu’on leur donne leurs crédits. Des études gratis, des crédits gratis et des diplômes gratis. L’accessibilité!

    • Pour reprendre la session, ca va faire beaucoup de monde mais il fut un temps quand ils ont annulé la 7e année, les étudiants se sont retrouvés en double au Cegep. Ils ont rajouté des roulottes pour faire des locaux supplémentaires et temporaires pour absorber cette rentrée massive.

      Les étudiants viennent d’avoir 14 semaines de vacances et ils ne veulent pas sauver les meubles?

    • …est-ce qu’il y a des p’tits gars a sa MAMAN :”OUI”

      …est-ce qu’il y a des tites filles a son PAPA..:”OUI”

      j’chuis chanceux les miens prennent pour les HABS

      pô question j’chuis un ancient Nordique

      1- QS …aime bien M.Kadir

      1- CAQ… avait un penchant pour l’ADQ

      1- …a suivre, merci mon dieu pas Libéral…penchant vert

      …le papa indépendant triste

      mon avis/crise étudiante, show me your BRAVE FACE, a bas les masques, laisser ca a Charest

      le policier devant toi est un être humain et probablement père de famille , alors prend garde.

      M.Marissal la lettre ci-dessus nous place devant

      -La Sensibilité et

      -La sensiblerie

      une perce le derme…ayoye

      l’autre l’effleure a peine

      la lettre est sous l’empreinte de la 2e, lé pô sorti du bois, surtout quand elle va arrivé a la

      maison

      assise a l’arrière de son motard préfféré et sa rugissante MOTO…WOW voudrions bien voir la

      binette du papa…?

      arfffff

    • Après le “Printemps arabe”, on a ici le “Printemps des sciences humaines”. Il y a longtemps que les sociologues ne se sont pas sentis aussi importants. Ils en sont tout excités. Enfin une occasion pour eux de se prendre pour ceux dont ils lisent les exploits dans des livres.

    • Les étudiants ne savent meme pas pourquoi ils sont en grève et manifestent dans la rue. Ils ne comprennent rien à l’économie. Ils ne comprennent rien aux offres du gouvernement. Leurs associations ne leurs expliquent rien. Ces associations ne font que “crinker” les membres pour les envoyer dans la rue, parce que les leaders visent des postes politiques après.

      Pendant ce temps là, le PQ, et les grandes centrales syndicales envoient des conseiller spéciaux pour “conseiller” les leaders étudiants…

      C’est vraiment rendu un gros n’importe quoi mené par des jeunes à peine sortis du secondaire, qui ne connaissent rien encore à la réalité de la vie (pour la plupart, il y a des exceptions).

      Ils vont dans la rue parce qu’ils se laissent porter par la masse, mais sans avoir pris le temps d’étudier la question et de se fonder un opinion propre à eux.

      Ils détruisent leur vie, leur avenir, et surtout la vie des autres qui voudraient simplement aller à leurs cours en paix.

    • Ça ferait une belle histoire pour “On prend toujours un train pour la vie”. Petite anectode, je suis allé dans une assemblée récemment, je me demandais pourquoi tant d’étudiants n’écoutaient rien de l’assemblée générale alors qu’un étudiant décrivait la première négociation vu de l’intérieur, c’était très intéressant, donc ces étudiants qui n’écoutait pas, ils pianotaient sur leur cellulaire, consultaient leur profil facebook et textaient, je parle d’une vingtaine de personnes, et bien au moment du vote, ils ont tous voté “non”. Je vais faire ce qui s’appelle une généralisation hâtive mais je crois que plusieurs étudiants verts ne sont pas beaucoup intéressé par la chose publique, on ne peut pas leur en vouloir mais je trouve ça triste que tous les étudiants qui s’intéressent à l’actualité, aux problèmes économiques, à la gouvernance des universités, soient diabolisés parce qu’ils ne se comportent pas en étudiants tranquilles et ordinaires. Bien sûr qu’il y a des étudiants “rouges” (on va les appeler commie bientôt) qui doivent s’en foutre, qui pensent juste à payer moins cher, mais je ne pense pas que ce soit la majorité. Alors quand un ancien ministre comme Pierre Reid vient dire que les étudiants en grève ne prennent pas leurs études au sérieux et ne sont pas crédibles, je trouve cela vraiment pathétique et démontre bien que notre gouvernement est un peu incompétent et déconnecté, tant d’improvisation me dépasse. Et quand on me dit que l’opinion publique est de leur bord, j’ai peine à exprimer à quel point je m’en fout, quand tout le monde était pour que les femmes restent à la maison, une chance qu’on avait du monde qui se foutait de l’opinion de la majorité. Mais par contre, je trouve la dernière offre intéressante, c’est malheureux que le fameux comité sera contrôlé par le gouvernement, les recteurs et le patronat, disons que ça inspire pas confiance, le gouvernement a été bien incompétent de penser que ça plairait aux étudiants d’être spectateur dans la seule officine qui leur permettra de favoriser l’accessibilité aux études. Autre affaire, je comprends rien à la réforme des prêts et bourses et au remboursement proportionnel, je me demande pourquoi le gouvernement n’a pas plus expliqué ces offres, probablement parce qu’ils ne les comprenne pas eux-mêmes, une belle gang d’incompétents qu’on a élu, des amateurs, ben bon dans les magouilles mais pas capables de garder la paix sociale, juste bon à faire des scandales.

    • Je n’ai pas lu tous vos commentaires… trop tard, je travaille demain et trop long…
      Je vais au-delà des cégeps et universités… Je copie ici un “post” Facebook que je viens de faire sur mon compte… Mon père, décédé il y a 14 ans, était un professeur dévoué et de vocation, au secondaire, toute sa carrière dans des écoles de milieux défavorisés, voire de raccrocheurs… Les $$$ n’étaient pas une question de frais de scolarité…

      MON POST (désolée pour l’angliscisme qui pourrait offenser certains intellectuels…, j’en suis une mais modérée!!!)

      e pense à mon papa qui était probablement le meilleur professeur à avoir vécu sur cette terre… Son seul souci était la réussite de ses étudiants, il l’avait tellement à coeur… Il a tout vu, si vous saviez, et sa seule motivation et celle de ses étudiants était bien au-delà des $$$, simplement une forte volonté de s’instruire, de s’accomplir et de vaincre toute frontière imposée par leurs malheureuses conditions de vie qu’ils n’ont jamais choisies… Chaque diplôme secondaire à 25 ans était un accomplissement… C’était la réalité et la victoire de mon père, chaque année… Le pire est qu’il serait partagé des deux côtés s’il était toujours en vie, trituré entre les pour et contre des politiciens assoiffés de pouvoir et de $$$ et étudiants assoiffés de victoire, de $$$ et remplis de haine trop majoritairement résultante d’un effet de groupe démocratique, oui d’accord, mais pas forcément bien compris… Pouvons-nous régler tout ceci… j’en ai marre… et papa, ton combat était tellement plus fort que tout ceci… tous tes étudiant étaient sans le sou… mais tellement fiers et heureux… une inspiration…

    • Le gouvernement Charest a fait, au début de la grève, le pari que la peur de perdre leur trimestre allait, plus tôt que tard, ramener les étudiants sur les bancs d’école pour terminer leur année scolaire. Ce pari, le gouvernement l’a spectaculairement perdu et il est pris aujourd’hui avec les résultats catastrophiques de cet échec retentissant. Pourtant, la cote du PLQ grimpe dans les sondages! Bon Dieu, c’est à pleurer…

    • Je crois que c’est dans les cégeps qu’une annulation du trimestre aurait les effets les plus catastrophiques. Ramener les cohortes actuelles dans des cégeps déjà remplis à pleine capacité qui devront, en plus, accueillir la nouvelle cohorte issue du secondaire entraînerait des coûts énormes: embauche de centaines de nouveaux professeurs, location de locaux à l’extérieur des campus, de… roulottes(!) ou de tentes(!!), chaos logistique, etc.

      En fait, l’annulation est pratiquement impossible. C’est pourquoi je m’attends dans les prochaines heures à ce que Line Beauchamp cède sur la question des droits de scolarité et accepte un compromis avantageux pour les étudiants.

      Oubliez le moratoire: je suis loin d’être sûr qu’il suffirait à mettre un terme à cette grève.

    • Envahissant le père poule.
      Pour ne pas dire emmerdant.
      Je pari que sa fille a voté contre l’entente et a menti a son père pour ne pas lui faire de peine.

    • Ceux qui n’ont pas compris le désarroi du père n’ont pas compris que c’est lui qui paie. Et ceux qui pensent que le Cegep c’est gratuit sont des gens de Montréal qui ont un Cegep à moins de 15 minutes d’autobus de la maison.
      Les frais de scolarité ne sont pas les seuls coûts de l’éducation. La hausse c’est des grenailles comparé aux montants déjà perdus.
      Et ceux qui pensent que le gouvernement aurait dû régler il y a longtemps peuvent adopter un étudiant et payer pour ses études. Il n’y a rien de gratuit dans la vie, y a toujours quelqu’un qui paie.

    • Vincent,

      Le désaroi du peuple Québécois devant la Grève Étudiante 2011-2012
      Une chose est sûr et certaine concernant le casse tête des admininistrateurs d’enseignements Pré-Universitaires et Universitaires et les gains des frais afférents positionnés sur des sessions à deux étages et à la va vite. C’est comme à l’évidence qu’aucun frais ne sera récupérable, ni par le Gouvernement, ni par les administrations des institutions scolaires pour fin de dégraissage et payer les droits de scolarité.

      Un ministre des finances qui ne sait, ni prévoire, ni calculer en dehors de sa feuille actuarielle de statistiques idéologique. Les étudiants, futur travailleurs ne sont que des chiffres comptables.

      Le Québec a des comptes à rendre, tant aux États-Unis d’Amérique, tant à l’Union Européenne en matière de frais de scolarités. Free Trade Américano-Canada et, Libre Échange Canado-Européen qui doit se signer très bientôt. Le maître mots, réduire l’accès à l’enseignement supérieur en augmentant les frais fixes scolaires pour dynamiser la compétitivité et diminuer l’implication des gouvernements de l’aide à l’éducation qui ne cadre pas avec la libre compétition. Aucune subvention et aide gouvernementale est l’objectif de ces accords de Libre Échange. Bien au contraire, cela en est le retret par étapes.

      Ce sont des données connus non seulement par les syndicats, mais aussi par de très nombreuses entreprises, tel le bois d’oeuvre, le porc, le boeuf etc.

      Dans la vie, il y a les principes, les essences des choses et les résultantes de celle-ci, et les Apparences.

      Exemple :
      ”Rio Tinto Alcan Inc. représente la branche aluminium du groupe minier Rio Tinto. Né du rachat d’Alcan par Rio Tinto en 2007, il est depuis sa création le numéro un mondial du secteur. Début 2011, Rio Tinto cède 61 % du capital d’Alcan Engineered Products au fonds financier Apollo Management (51 %), avec une participation du Fonds stratégique d’investissement, qui appartient à la Caisse des dépôts et Placements de France (10 %). Avec un capital actif de plus de 28 milliards chiffre de 2009.

      En mai 2011, le groupe change de nom et devient « Constellium », qui vient du mot
      « constellation ».
      Actionnaires
      Au 3 mai 2011 : Apollo Management (51 %) Rio Tinto (39 %) Fonds Stratégique d’Investissement (10 %).”

      Caisse de Dépôt et Placement du Québec en parteraria avec HSBC et AXA.
      ”HSBC Holdings plc (commonly known as HSBC) is a British multinational banking and financial services company headquartered in London, United Kingdom.”
      ”AXA est un groupe international français spécialisé dans l’assurance depuis sa création et dans la gestion d’actifs depuis 1994. Il est le numéro un de l’assurance en Europe et dans le monde.”
      ”Intact Financial Corporation (TSX: IFC) is a Canadian insurance company; formerly the ING Group subsidiary ING Canada. It is Canada’s leading provider of property and casualty insurance (home, auto and business, 11% of the Canadian market).
      Intact is considering using the $1 billion in excess capital it has (November 2010) towards expanding its presence in Canada through acquisitions (mid 2011 it acquired AXA Insurance’s Canadian operations for $2.6 billion).

      Université Laval Faculté des Sciences et de Génie
      Bourses pour les étudiants de premier cycle
      Liste des fournisseurs de bourses privées : Concours étudiant STEQ 2012 et autres.
      http://www.fsg.ulaval.ca/etudes/bourses_et_aide_financiere/bourses_pour_les_etudiants_de_premier_cycle/

      Université Laval
      15-02-2012
      Campagne Communauté universitaire 2012
      Les dons recueillis grâce à la campagne Communauté universitaire permettent de combler des besoins récurrents comme l’offre de bourses, l’organisation de stages et d’activités d’enseignement et de recherche, l’achat d’équipement spécialisé, de livres et de périodiques.
      http://www.bbaf.ulaval.ca/cms/site/bbaf

      Concernant les frais de droits de scolarité
      Le gouvernement du Québec a conclu une entente de principe avec les quatre associations étudiantes. Pour en savoir davantage, consultez le communiqué de presse ainsi que les détails de l’entente de principe.
      http://www.droitsdescolarite.com/fr/index.php

      Vous savez maintenant d’où proviennent les bourses étudiantes pour les Sciences et de Génie à l’Université Laval et ce qui justifie l’angoisse de l’ancien ministre de l’éducation député du PLQ.
      Il vous reste à faire une recherche pour les autres Université question bourses et comprendre d’où vient les prêts étudiants Universitaires. !!!”Time is Money”!!!

      Projet pilote :
      Vous croyez vraiment que Hydro Québec va cesser d’acheter l’Électricité de la centrale hydro électrique de Rio Tinto Alcan à Alma ?

      À Alma la grève est fondé sur quoi, si ce n’est pas la baisse des salaires et de l’implication de Rio Tinto Alcan dans l’amoindrissement de sa participation dans les bénéfices marginaux et sa participation au fond de pension des travailleurs.
      Pourquoi ?
      Pour faire des exemples d’affaiblissements du coût de la main d’oeuvre et s’aligner sur les articles des ententes du Free Trade Pan Américain et du Libre Échange Européen. Autrement dit soulager le fardeau de soutien au fond de pension et capitaliser sur les autres bénéfices marginaux protégés par la Loi du Travail par la baisse de salaire exigé. Double diminution et soulagement (au sens d’affaiblir la puissance monétaire) de rapport de force à moyen et à long terme des droits des travailleurs et de la puissance de négociation des syndicats.

      Que penser de l’entente récente entre la Caisse de dépôt et placement du Québec et le Fonds de solidarité FTQ qui annoncent un investissement de 6,5 M$ dans Maetta Sciences. En deviennent-ils actionnaires ?

      Vous croyez vraiment que cela est hors sujet !

      Votre avenir et l’avenir de nos enfants est considérablement compromis, non seulement par la Haute Finance, mais aussi par des enjeux gouvernementaux anti-sociaux et anti-classe ouvrières spécialisés et non spécialisés.

      Comprenez-vous maintenant pourquoi la grève étudiante à durée si longtemps et pourquoi le Gouvernement de Jean Charest, sa Parèdre et Raymond Bachand ne peuvent reculer d’un iota sur leurs projections budgetaires et que le PQ ou la CAQ au pouvoir ne fera pas mieux. Reliser mon précédent commentaire ci-haut et les pages Internet mis en liens de suggestion d’informations sur les enjeux et engagements de la Province de Québec dans l’accord des deux ententes de Libres Échanges et de capitalisation humaine pour fin boursière stratégique.

      Désengagement du Gouvernement dans l’aide financière des étudiants.
      Capitalisme Pur, dettes et endettements des étudiants, des parents et de la classe laborieuse du Québec et du Canada … une histoire à suivre.

      Déductions d’impôts pour les parents, pour qui réellement ça rapporte en bout de compte. Pas aux coffres du Ministre des Finances ça ces certains, ni aux travailleus de toutes conditions.

      J’aime bien la perspicacité de André-Philippe Côté et vous.
      http://www.lapresse.ca/photos/caricatures/201204/15/12-7460-caricatures-du-15-au-21-avril-2012.php#491149-15-avril-2012

      http://www.lapresse.ca/photos/caricatures/201203/25/12-7353-caricatures-du-25-au-31-mars-2012.php#484537-26-mars-2012

      Ils ont du mérite ces étudiants en grève générale et il savent compter, comprendre l’histoire d’hier et d’aujourd’hui, à mon avis.
      P. Omer

    • La démocratie, c’est un vote secret fait rarement et rapidement, sans l’imposition d’une réunion préalable. Rarement et rapidement, parce que c’est la seule manière d’obtenir une large majorité qui vote.

      La démocratie, ce n’est pas un vote hebdomadaire fait à main levée après avoir enduré une réunion de 3, 4 ou 5 heures. Cette fausse démocratie encourage une minorité militante et fanatique à voter, mais décourage l’immense majorité de le faire. C’est exactement ce qui se produit.

      Comme disait Pierre Reid, ancien recteur de l’université de Sherbrooke: cela donne des leaders non crédibles parce qu’élus par des étudiants non sérieux. Il n’y a personne de sérieux qui va aller voter sur le même sujet à chaque semaine après s’être tapé 3, 4 ou 5 heures d’interventions de la part de fanatiques ni sérieux ni crédibles.

      Dans l’excellent livre “Why nations fail”, on voit que tout repose sur la nature des institustions d’un pays. Les associations étudiantes sont entièrement à refaire au Québec, car elles mènent à la misère de nombreux étudiants.

    • ” Le problème, c’est que les “anti” n’ont pas de convictions. Ils n’ont qu’un nombril qu’ils aiment bien regarder.” Vous avez tout faux. Il y a des anti qui ont tenté d’exprimer leurs convictions. Des anti qui se sont présentés pour avoir leurs cours mais dont les directions d’établissement ont décidé de garder les portes fermées malgré des injonctions tout ce qu’il y a de légal et d’exécutoire. Des anti qui ont commencé à recevoir des insultes, des menaces verbales, de l’intimidation. Des anti qui se sont retrouvés avec les 4 pneus de leur vieille bagnole crevés. Des anti qui ont peur. Vous leur demandez d’être plus courageux à découvert que ceux qui n’hésitent pas à se masquer?

    • Oh! Boy! La fille est plus brillante que le père. Réveillons le monde à 7 heures pour un vote étudiant mon père n’aurait jamais fait ça. Un afficheur ça urge! Mais bon, on a souvent pas les parents ni qu’on peut, ni qu’on veut et surtout ni qu’on mérite et ce bi directionnellement.

    • Voicui une autre idée de chronique: LE DÉSARROI D’UN LIBÉRAL DEVANT LA CORRUPTION DU PLQ!

      La hausse des frais de scolarité était sensée rapporter 35 millions par année à l’état.

      Or ce matin nous apprenons que Tony Accurso, un bon libéral et copain de John James Charest a magouillé pour éviter de payer 45 millions en împôts cette année seulement.

      C’est le noeud du problème dans ce conflit. Les libéraux n’ont pas l’autorité morale nécessaire pour imposer quoique ce soit. Il s’agit d’un parti politique largement subventionné par la mafia, dirigé par un premier ministre à la solde d’une poignée d’entrepeneurs véreux. Les étudiants le savent et profitent de la situation.

      Un grand ménage s’impose au sein du PLQ et peut être que ce parti pourrait redevenir le grand parti politique qu’il a déjà été et être fidèle aux vrais idées libérales: La GRATUITÉ scolaire comme Jean Lesage le souhaitait à l’époque de la commission royale d’enquête sur le système d’éducation (Rapport parent).

      Où sont passés les vrais libéraux?

      Pouquoi ne s’indignent-ils pas de ce que John James a fait du PLQ?

      Ont-ils peur de la souveraineté au point de tolérer la corruption au sein même de leur parti?

      Entretemps des élections s’imposent.

    • Votre blog apporte un éclairage intéressant: pour plusieurs la session est foutue et ils n’attendent que l’annulation officielle. D’autre part, la règle des deux-tiers est utilisée de manière abusive par certaines associations étudiantes. C’est une entorse grave à la démocratie. Un vote de grève est toujours pris à majorité simple et au vote secret. Ceux qui agissent autrement ne peuvent demander qu’on respecte le vote de la ”majorité”.

    • Les enfants de la réforme… Imaginez les une fois adultes.

      Le Québec est déja mort.

    • Bonjour,

      Bof ! Une session à l’eau. So what ? Avec la crise économique qui perdure, les étudiants savent bien qu’en ce début de 2012, une session en retard ou pas, cela ne changera pas grand chose au finish avec un job au salaire minimum. Et comme disent certains étudiants parmi les plus conscientisés : On n’est pas en Alberta ou dans l’Ouest Canadien, ICITTE….. Bien sûr, la province de Québec est pauvre comparativement à d’autres provinces Canadiennes mais, de la façon estudiantine, le constater et se l’avouer est un acte de lucidité…… Au plaisir, John Bull.

    • Ce que je remarque c’est qu’aucun article sur le sujet de fond ne se fait plus dans les blog où les commentaires sont acceptés. Les sujet proposés sont maintenant “en périphérie” seulement; tout comme le blog ici même.

      Y a-t-il eu une directive d’émise par les autorités ou est-ce qu’il est devenu trop difficile de défendre la position gouvernementale?

      Il est facile de dire que les deux parties s’accusent l’un l’autre; mais la réalité est que si la ministre et le premier ministre avaient accepté de ne pas dire un mot avant le résultat des votes des étudiants, tout serait sur le point d’être réglé.

      Ils n’avaient pas à “commenter” sur l’interprétation des étudiants, si leur propre interprétation était la seule qui était exacte, puisque tout aurait pu être réglé lors des futures discussions/rencontres. Mais non; il fallait que la population “sache” que le gouvernement avait imposé sa volonté. Ce gouvernement vogue sur les “apparences”; mais la réalité prend de plus en plus de place.

      André Lefebvre

    • Les étudiants espèrent peut-être l’annulation de la session. Par contre, à ce que je sache, il y a des endroits où les cours ont continué. Il est donc possible que les groupes se retrouvent avec de plus grands nombres d’élèves à l’automne lorsque de nouveaux étudiants arriveront, je me trompe? Il faudra alors accommoder tout ce monde, ce qui risque de causer bien des maux de tête!

    • Après 12 semaines de grève, le réel problème est que les étudiants grèvistes n’ont pas de plan ”B” ou de porte de sortie ”honorable” ! En fait, depuis le début de cette ”grève”, les leaders étudiants, les syndicats, matante Pôline, etc… ont créés des attentes si grandes qu’en réalité, il n’y a jamais eu place à une soit disante négociation de bonne foi avec le gouvernement. Le petit fustré à GND l’a mainte fois dit, seul le gel est acceptable.

      Du côté gouvernemental, je n’ai jamais aimé les libéraux et encore moins Jean Charest, cette crise a été mal gèré jusqu’à tout dernièrement. Par contre, si on se met dans les souliers du gouvernement élu démocratiquement pour gouverner. Pourquoi se mettre à genou devant le ”gros” 15% des étudiants qui font la grève et dont la grosse majorité de ceux-ci proviennent des sciences sociales et humaines ? Les faits sont-là, au Québec, les frais de scolarité sont la moitié moins que la moyenne canadienne !!! En 2007, les mêmes associations étudiantes se sont plaintes que les université étaient sous-financés !?

      5 ans plus tard, les universités gaspilleraient de l’argent et un de nos ”futures” premier ministre, j’ai nommé le roitelet GND a même recommandé au gouvernement de gelé les sudvensions en recherche des université, ce qui est carrément irresponsable dans un contexte ou les universités doivent-être concurrentielles au niveau international. De plus, que dire du gros % des chargés de cours à l’université !!!!

      Jean Charest s’est servi de la proposition des étudiants grèvistes pour se payer leur tête, d’ou le gigantesque Veaudeville de la fin de semaine dernière ! Après 22 heures de ”négociations” en présence des syndicats et autres, les ”grands” leaders étudiants dont leur négociateur à SIGNÉ l’entente, disent subitement qu’ils se sont faits bernés par le gouvernement !!!!!!!

      Une vrai ”joke”, maintenant, ces mêmes leaders se font très discrets parce qu’ils sont dans un cul de sac ! Ils viennent de perdent le peu de crédibilité qu’ils avaient auprès:
      1. Du gouvernement qui ne voudra plus s’asseoir avec une bande de clown qui ne comprennent pas la raison et la façon de négocier et ce gouvernement à l’appui de 68% de la population.
      2. Des étudiants grèvistes qui aprè 12 semaines de grève ont des attentes bien au-delà de ce que leurs représentants ont signés cette fin de semaine et leurs ont faits miroiter depuis le début.

      Voilà, ce petit printemps érable va s’éteindre sous peu et le résultat sera la frustation de tout le monde face à 12 semaines perdues.

    • Les vraies victimes sont les finissants de secondaire 5 qui n’auront pas de place à la rentrée en automne puisque les finissants su cégep reprendront leur session.

    • J’ai entendu le même raisonement de quelques étudiants. Et ils ne réalisent que la situation sera probablement au même point à l’automne… élection ou pas.

    • Il ne leur reste qu’à bien encadrer les photos de Nadeau-Dubois, de Bureau Blouin et de Desjardins pour bien s’en souvenir. Comme vous disiez dans votre papier antérieur, ces égos qui ne veulent pas plier en négos.

    • @rastapouet
      “ce n’est pas parce que l’on est contre la hausse des frais de scolarité et pour la grève que l’on est un “enragé” qui décide à la place des autres.”

      Ce n.est pas à ce père que vous devriez le dire, mais à ceux qui lève le ton et cri des insultes à ceux qui apportent de opinions contre le grève dans les assemblées. Sans compter ceux qui ont reçu des menaces aussi…

    • www.fm93.com/audioplayer.php?mp3=130606

    • MALAF

      9 mai 2012
      21h49
      oublie pas ton foulard ton vinaigre ton casque, ça va brasser.

    • MALAF

      9 mai 2012
      15h00

      Je vous cite:

      «Moi je me couvre le visage.

      Un foulard imbibé de jus de citron et de vinaigre sur ma bouche pour neutraliser les gaz lacrymo; des lunettes de ski pour protéger mes yeux (et mes verres de contact) contre le poivre de cayenne, et un casque de vélo en prévision des coups de matraque.

      Je n’ai jamais rien cassé, mais la police frappe sans discernement. Alors on s’adapte à notre environnement pour assurer notre sécurité dans les manifs»

    • Bravo à ce papa qui tente d’inculquer une certaine logique à sa fille. J’en ai fait de même avec mon garçon. Mais il est très clair qu’il n,en est pas pareil pour ce qui semble une grande majorité des parents qui semblent plus s’extasier devant le “militantisme” de leur rejeton que de s’inquiéter de leur succès académique. Ces “petits nonos” ne se rendent pas compte qu’en bout de ligne, quelque soit les conclusions, ils seront toujours les seuls perdants. À force de se tirer dans le pied, on finit par l’amputer. Bravo les “carrés rouges”!

    • Salutations à legorf, aigle.blanc, harry22, lebrayon
      “Diviser pour règner”, John James Charest (Charette) l’utilise depuis 2003 (et même bien avant), et l’on s’en rend compte dans la division opérée au sein de notre peuple. Ne pas oublier (”Je me souviens”… maxime oubliée…) que ce personnage est en place avec 24% des votes de 58% des électeurs inscrits. Cessons donc ces querelles de chiffres et regardons plutôt un gouvernement corrompu qui nous berne depuis 9 ans et qui est en train de détruire la plus grande richesse naturelle au monde… notre jeunesse nationale… tout en vendant, à rabais, nos ressources naturelles avec “le Clan Nord”. Une session annulée dans une vie, surtout pour une cause aussi noble, restera à jamais gravée dans le coeur des supporteurs de cette dénonciation idéologique face à un gouvernement qui n’en porte que le nom, et qui a perdu toute crédibilité pour une bonne partie de la population québécoise… et même étrangère (cf appuis venant d’autres nations). Je suis fier d’être québécois, à ce moment-ci de notre histoire, parce qu’enfin un vent d’air frais de notre jeunesse nationale vient me redonner espoir en un avenir meilleur. Merci les jeunes d’avoir redonné de la vie à mes espoirs, à mes idéaux, à mon optimisme… à mes rêves des années 60. J’ai beaucoup d’années derrière moi, mais vous me rappellez que j’ai le coeur jeune et que je marche à vos côtés. SO SO SO SOLIDARITÉ

    • Ce que raconte ce papa, notamment sur le coût des études et l’annulation d’une session au Québec, en dit long.
      Mon épouse et moi avons étudié en Ontario et, croyez-moi, les étudiants y penseraient deux, trois et quatre fois, avant de perdre une session. Surtout lorsque les droits de scolarités atteignent les 5000 $, 8000 $, 10 000 $, et plus, selon la faculté (surtout en droit ou en médecine !).
      Autre chose: j’ai bien hâte de voir tous ces jeunes grévistes lorsqu’un jour, ils auront obtenu du boulot de façon permanente, et qu’ils verront plus de la moitié de leur chèque versée aux divers impôts (incluant des impôts pour payer leurs études).
      Ça remettra sûrement les choses en perspectives lorsqu’ils se souviendront du long conflit de 2012. ‘Ouan, je payais pas mes études si cher que ça, finalement !’

    • On change juste un mot, de ceux de Félix Leclerc,

      Qui va à la guerre ?

      Pas ceux qui la préparent
      ni ceux qui la déclarent
      ni ceux qui la financent
      rarement ceux qui la dirigent
      jamais ceux qui en profitent
      ni ceux qui la nourrissent
      ni ceux qui l’habillent
      ni ceux qui arment les soldats
      ni ceux qui les décorent

      A qui profite la grève et qui peuvent en décider…

    • Je pense à de grands québecois, ceux qui morts nous survivrons,

      Genre:
      René Levesque
      Félix
      Bourgault
      Léveillé
      L’oublié, de son vivant Sylvain Lelièvre
      Riopellle

      Quel carré porterait-il aujourd’hui.

    • Je vois pas mal de gens qui capotent à la vue d’une annulation de session. L’Ontario éliminé la dernière année du high school il y a qlq années. Oui, c’était annoncé d’avance, les universités ont pu se préparer un peu, mais il n’y a pas eu d’armageddon avec la “double cohorte”.

      Les universités et les cégeps se reprendront en offrant plus de cours à la session d’été (2013, 2014) pour accomoder les étudiants qui auront pris du retard. Les élèves moins motivés, moins rapides à s’inscrire se butterons à des cours déjà remplis, ils auront plus de temps pour réfléchir. Ça sera un peu dur pour les administrations, mais je suis sûr que la vie étudiante va se remettre à bourdonner sans trop d’amertume.

    • J’avais écrit un long commentaire mais mon ordi a planté,,,ARG! Je résume. Ma fille entre au cegep à l’automne et cela va être le cahot …Elle veut faire sa médecine et je voulais qu’elle ailler à Laval mias nous l’enverrons probablement à Ottawa.

      J’en assez de ces étudiants qui crient comme des bébés gâtés…Ils ont obtenu des gains au niveau des prêts et bourses et deux places autour d’une table pour continuer à négocierééS’ils veuelent la lune, ils ne l’auront pas et le gouvernement ne doit pas céder.Ces jeunes me font rire quand ils parlent de démocratie…Intimidation pendant les votes et pour ceux qui veulent rentrer dans les classes…Bel exemple! Et ces profs qui sont sur les lignes de boycott avec les étudiants et ne donnent pas leurs cours malgré des injonctions devraient avoir des sanctions.

      Et la violence, parlons-en…Les manifestants n’ont pas de leçons à donner aux policiers…Ils cassent des vitrines, mettent le feu, lancent des projectiles, battent des policiers, etc. Les policiers amochés il y en aussi et ils ne pleurent pas devant les caméras.

      Le gouvernement doit annuler la session, mettre un échec non récupérable, les dernières offres sont finales et, à la rentrée, donner la priorité aux nouveaux admis à l’automne.Les forces^policieres doivent appliquer la loi et enlever tout manifestant qui ne respecte pas une injoonction…Et ceux qui nous compare aux pays arabes en révolution me font rire; là-bas on tire avec des VRAIS balles sur la foule..Ici, tu casses tout et tu as une tape sur les doigts.

      Vous voulez tout gratuit? Pas de problème matante Pauline va tout arraqnger. Alors, quand tout le monde aura ses bonbons et que nous aurons un déficit titanesque on pourra dire que c’est VRAIEMENT notre faute…On sera comme la Grèce et si vous pensez que c’est une utopie ce n’est pas si sûr. Alors, les pays qui nous prête nous imposeront un régime minceur: couper 40% des fonctionnaires ( y compris les enseignants) 40% de leur salaire et 40% de leur pension, 40% des rentes du Québec, 40% de tous les services…On aura une belle jambe!

      Les leaders étudiants ont crié au loup et plein de monde les suit en disant: C’est beau la jeunesse aujourd’hui elle se lèeve debout. Nous n’avons plus les moyens de nos ambitions.

      Et la Norvège ne me dites pas que nous voulons suivre ce modèle:ils sont beaucoup plus sévères. Ils passent un examen pour avoir accès aux études supérieures, pendant leurs études s,il y a échec on coupe l’aide financière…Soit dit en passant qui sont en majorité des prêts ( environ 8000/année)..Enfin, pour financer ces services la Norvège investit dans le gaz naturel…IL faut bien des capitaux pour financer les services, contrairement ici ou l’argent pousse dans les arbres…

    • @jacquesboivin

      Les “anti-greve” restent tranquille car ils sont de nature plus pacifiste. S’il fallait que ceux-ci se mobilisent et manifestent de facon aussi “convaincante”, on assisterait a plus de violence que ce qu’on a vu jusqu’a date.

    • Par souci d’objectivité (et au risque de répéter ce qui a été dit 10 000 fois): Annuler un mandat de grève requiert 50%+1. Ce qui demande les 2/3 des voix c’est pour *changer* un mandat de grève. Exemple de mandat de grève: “Qu’il soit résolu que l’association XYZ est en grève jusqu’à ce que le gouvernement revienne sur sa décision de hausser les frais de scolarité.” Si on veut l’arrêter c’est 50%+1. Si on veut *changer* ça pour “Qu’il soit résolu que l’association XYZ est en grève jusqu’à ce que le gouvernement déménage dans le Nord.” là ça prend 2/3 des voix.

    • @MALAF

      Le gouvernement ne fera pas la même erreur lors de la session d’automne. Il va faire respecter les lois, et la session aura lieu pour ceux qui vont vouloir étudier.

    • Bravo pour la solidarité étudiante de ces élèves qui souhaitent l’annulaton de la session! Si la session est annulée, on fait quoi avec tout les étudiants inscrits pour débuter leur cegep à l’automne? Est-ce qu’on puni tout les secondaire 5 qui ont terminé leur année afin d’accomoder les boycotteurs? On fait quoi avec ces adultes qui ont décidé de retourner aux études au cegep afin de se développer une carrière? Qui aura priorité dans l’éventualité d’une annulation lors de la prochaine rentrée?

      Personnellement, j’aviserai tout les boycotteurs qu’en cas d’annulation, ils seront placer au second rang des priorités puisqu’on ne peut pas punir ceux qui devaient faire leur rentrée à l’automne 2012 et qui ont fait leur travail. Les boycotteurs apprenent les joies de la manifestation, ils peuvent aussi en apprendre les conséquences.

    • À M. Papa:
      Est-ce que votre fille est à l’école par choix, ou par obligation, venant de vos intérêts à vous?
      Et puis, est-ce que votre fille est responsabilisée, travaille-t-elle pour payer en partie ces études, ou est-elle financée par le département parental?
      Si déjà votre fille est à l’école parce que vous croyez que c’est ce qu’il y a de mieux pour elle (d’après ce que je comprends de votre billet, vous semblez avoir une très grande influence sur ses plans d’action), peut-être qu’elle n’est pas à la bonne place pour elle-même, et c’est malheureux à dire, mais c’est fréquent, et c’est des cas comme ça qui occupent les classes qui sont déjà bien pleines, et qui coûtent aux contribuables, comme vous et moi.

      Il semble pourtant y avoir quelques solutions, ou du moins, des idées intéressantes, pour régler les conflits, et alléger les conséquences. N’y a-t-il pas en Europe, des systèmes de prêts et bourses qui fonctionnent selon le taux de réussite de chaque étudiants- i.e. pas comme ici, où les étudiants doivent faire compétition les un avec les autres, afin d’avoir peut-être accès à une bourse d’étude. Un système de prêts qui se transforment en bourse advenant que l’étudiant réussi bien (selon un standard de notes x), et restent un prêt si l’étudiant n’atteint pas ce seuil de réussite. Sans vouloir prétendre à tout savoir, il me semble pourtant que cette façon de faire pourrait être instaurée de façon équitable aux systèmes scolaires, voire collégiales et universitaire.
      Aussi, il existe des sociétés qui valorisent énormément, voire obligent les étudiants à prendre une année sabbatique avant d’entreprendre des études collégiales/universitaires. Une année qui peut servir à être, en bout de ligne, beaucoup plus efficace que de se lancer dans un DEC ou un bac sans trop savoir à quoi ça peut servir. Une année qui permet à un(e) jeune de réfléchir, de travailler, de voyager, de voir d’un peu plus près quelle peut être la vie qu’il/elle souhaite vivre.
      C’est possible que les étudiants en grève retournent dans des classes sur-surchargées à l’automne… peut-être qu’il s’agirait d’un bon moment pour les étudiant(e)s post-secondaires d’entamer un mouvement qui vise à planifier une année de réflexion avant les grandes études…

    • dcsavard:
      “J’espère qu’elle a voté en cachette pour la grève, juste pour faire chier le vieux.”

      J’espère qu’elle est assez adulte pour écouter respectueusement son père (et qu’elle ne l’appelle pas le vieux!) mais voter selon ses convictions, selon son opinion à elle, opinion qu’elle peut défendre avec des arguments logiques, basés sur de l’information et non sur un coup de tête.

      Parce que “Juste faire chier le vieux (y substituer le personnage que vous voulez, comme le gouvernement)” est un comportement adolescent qui n’a pas sa place dans des élections.

    • Je crois que bien des étudiants qui n’étudient pas très sérieusement ne retourneront pas étudier, ni à l’automne, ni dans un futur proche, préférant (ou devant) travailler plutôt qu’investir dans leurs études à bienfait incertain. Il y aura aussi des étudiants qui iront étudier ailleurs pour ne pas risquer d’etre pris dans une grève en laquelle ils ne croient pas. La congestion d’étudiants (nouveaux du secondaire et retour des grevistes) sera moindre qu’on ne le prédit.

    • Le problème, c’est qu’il y a trop d’étudiants universitaires au Québec. C’est à cause de la politique de financement des universités. Les universités sont financées au nombre d’étudiants. On se retrouve alors avec des situations absurdes, comme l’université de Sherbrooke qui ouvre un campus géant à Longueil pour faire le plein d’étudiants qui demeurent à Montréal. L’université Laval est aussi à Montréal. Évidemment on favorise les programmes qui ne coûtent pas cher, comme les “sciences” politiques (qui engendrent les boycotts étudiants).

      Coupez dans l’admission aux universités et il n’y aura pas de problème de financement universitaire. L’université c’est pour l’élite, sauf au Québec car tout le monde y a “droit”, évidemment.

    • Je comprends très bien ce parent. Je suis excessivement frustré. J’ai une fille en 2e année de technique qui veut rentrer finir cette session. J’ai mon autre fille qui doit débuter en technique infirmière à l’automne qui se demande si elle pourra débuter comme prévu.

      Frustré, oui les étudiants sont désinformés. Tiens, par exemple, au CEGEP que fréquente ma fille, c’était rendu que l’information qui circulait est que les augmentations prévues des frais de scolarité sont de 75% par année, ou encore que dans 5 ans il en coûtera de loin moins cher d’aller étudier aux USA.

      Frustré car quand les verts ont un vote majoritaire, l’AGE annule le vote et le reporte à plus tard. Hier ça a brassé car les verts ont gagné le droit d’avoir un vote secret (référendum) pour le vote de vendredi et l’AGE voulait annuler le vote, disant que les verts faisaient de l’intimidation pour gagner leur cause !

      Les carrés rouges se vantent de vouloir mettre en place la “VRAIE” démocratie. Voyons donc, les associations étudiantes ne respectent même pas les règles de base d’un vote démocratique.

      À date, ma fille qui fait une technique a perdu près de 800$ en frais de résidence. Il faudra débourser pour un ou deux mois de plus de résidence si elle a des cours en juin/août. Si on ajoute les heures de travail perdu durant l’été, on dépasse largement la hausse des frais de scolarité.

      Hier pendant l’assemblée, il y avait vote sur je-ne-me-souviens-plus-quoi et un étudiant au carré rouge s’est levé pour dire qu’il n’est aucunement question de se mettre à payer quoi que ce soit pour les autres, que chacun assume sa part de responsabilité, qu’on ne prendra pas les autres en charge. Tiens, double discours. Payer pour moi, mais moi je ne veux pas payer pour personne. Ma fille était frustrée de voir que la majorité des carrés rouges le supportait dans ces propos.

      Bref, je commence à me demander si je ne ferai pas une injonction pour demander une surveillance de la démocratie dans les assemblées étudiantes.

    • Comme vous dites au tout début; vous l’oubliez car ffectivement, les parents des ‘verts” sont tres rarement représenté dans les médias..C’est à se demander ce que font leur parents

    • Comme père, je constate qu’effectivement beaucoup de gens donnent leur opinion et pourtant n’ont aucune information. Qu’en est-il du fonctionnement lors des assemblées? Vous n’en avez aucune idée. Alors, s.v.p. débarrassez des tribunes.

    • Dans le même ordre d’idée dans La Tribune:
      http://www.lapresse.ca/la-tribune/opinions/201205/09/01-4523507-lettre-a-ma-petite-fille.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B2_opinions_1640072_section_POS2

      @honorable: il est vrai qu’une association ne peut interdire l’accès légalement. C’est toutefois reconnu dans les faits depuis les années 50.

      C’est tout de même désolant de voir des adultes balancer autant de commentaires aussi mal informés.

    • On s’entend que 95% des étudiants pensent comme la fille de ce monsieur.
      On est pas sorti du bois.

    • @gerarlam 21:40: J’ai commencé à travailler à 14 ans et fait mes études universitaires à 5 cours par session.
      J’ai aussipelleté de la garnotte et du ciment en masse, à la main.

      Alors vos comparaisons boîteuses…

    • La seule issus à ce conflit sera une élection; or il est à parié que même le PQ proposera une augmentation si il prenait le pouvoir donc le même scénario se reproduira. Donc il est temps de montrer à nos jeunes comment une démocratie doit fonctionner. Faisons un moratoire jusqu’uax prochaines élections et introduisons une question référendaire qui déterminera la volonté de la majorité sur cette enjeux de société comme aimme bien l’appeler notre jeunesse et la réponse sera du côté du 50% + 1.

    • M.Marissal,
      En tant que parents, on peut comprendre ce que d’autres parents ont à subir dans ce qui est devenu une gigantesque tragédie…
      Peut-être un autre papa pourrait-il vous écrire pour vous parler de son fils ou de sa fille qui ont été molestés et/ ou blessés par des policiers alors qu’ils manifestaient PACIFIQUEMENT !
      Peut-être un policier aura le courage de dénoncer l’infiltration d’agents «casseurs»…
      Personnellement, quelle qu’ait été le choix de ma petite fille ou de mon petit fils, je le respecterais en autant que leur position reflète leur conviction profonde d’une meilleure société québécoise plutôt que leur unique intérêt égoïste à court terme…
      J’ai toujours pensé que la plus grande fierté d’un premier ministre, quel que soit son parti, était d’abord et avant tout de contribuer au bien-être de ses citoyens…
      Je regarde le bilan de Jean Charest et de ses ministres, et je constate qu’il a failli honteusement sur TOUS les PLANS…
      Malgré le fait que notre déficit ait doublé de 110 milliards à 220 milliards (au rythme de 10 milliards par an ) depuis son arrivée au pouvoir, Charest nous promettait la «réingénierie» de l’état ; ou en sommes nous ?
      Les vieux et les malades sont des laissés pour compte, les travailleurs sont saignés à blanc dans leurs impôts et, comble de l’indécence, on a fomenté un contexte de confrontation avec notre patrimoine le plus précieux : nos étudiants !
      Ces étudiants que l’on fait passer pour des terroristes et des anarchistes !
      Pendant ce temps-là, il se passe rarement une semaine sans qu’un scandale administratif de n’importe quel ministère fasse la une des journaux et qu’on apprend, en même temps, que la mafia a étendu ses tentacules sur le Québec…
      Mine de rien, c’est comme l’écrivait hier votre collègue Jean-Simon Gagné dans le journal Le Soleil : «Les journalistes ont tout inventé…»
      J’invite amicalement TOUS les blogueurs à lire l’article en question, lequel est, bien sûr, disponible ici –même sur cyberpresse…
      En terminant, de grâce, citoyens et citoyennes du Québec, ne jouez pas le jeu de Charest qui est en train de faire du Québec une disgrâce pour servir ses propres intérêts et les intérêts de ses amis !
      Cet homme se fout royalement tant du Québec que des citoyens qui lui ont fait confiance !
      M.Charest, je vous accuse de nous avoir tous trahi et d’avoir déshonoré votre poste de Premier Ministre !
      Honte à vous et à certains de vos complices : politiciens, journalistes et homme d’affaires corrompus qui n’en n’ont que pour leurs vils intérêts !
      Robert Alarie

    • Dans le cas ou le gouvernement décide d’annuler la session, j’espère que les les étudiants se feront rembourser les frais de la session d’hiver 2012 sinon je les invites à entamer des procédures aux petites créances pour se faire rembourser. A moins d’un recours collectif. On a saisi les tribunaux pour des injonctions donc…. Plus le conflit dure plus je trouve ça un peu ridicule. Sur le fond des choses le mouvement étudiant à bien raison.

    • D’un coté nous avons la génération au pouvoir les boomers pour ne pas la nommer avec les dauphins les X dont je fait partie et les Y de service. donc ça fait belle lurette que la génération au pouvoir qui se sont payé un rythme de vie dont ils n’avaient pas les moyens en accumulant des déficits depuis des décennies tout en s’assurant que ce rythme sera maintenue jusqu’a leur départ à la retraite ( les X seront les premiers affecté par le report de la date de retraite à 67 ans). Et la aujourd’hui on dit aux jeunes ”nous on s’est bien amusés mais malheureusement c’est à vous de ramasser la facture.” Je ne suis pas surpris de voir certains se révolter de ce constat. J’entends souvent dire que ça plus de 20 ans que les étudiants ne paient pas assez, donc la logique nous dit que tous ces étudiants qui ont bénéficié d’une éducation supposément ”cheap” devrait eux aussi ramasser une partie de la facture. Demander à une partie de la population de payer pour des erreurs passé ça s’est une injustice. Quand on dit au jeune ”c’est à vous de payer votre juste part” on devrait aussi préciser ”vu que les dernières générations ne l’ont pas fait”.

    • Me semble qu’il s’en fait pour pas grand chose.

    • et jamais un mot sur la responsabilité de la gauche qui a encouragé les étudiants, qui à l’origine descendaient dans la rue pour la seule raison qu’ils ne-voulaient-pas-payer, en tentant de faire croire qu’ils agissaient pour le bien commun alors qu’ils ne pensaient qu’à eux seuls ( comme la droite mais au moins la droite ne fais pas semblant d’agir pour les générations futures). Bref, les étudiants y ont cru, ils se sont mis à croire qu’ils étaient des sauveurs et on voit ce que ça donne. je trouve que les médias devraient arrêter de donner de l’exposure aux leaders étudiants…clairement ça leur a monté à la tête ( c’est facile à cet âge ) et ils sont en train de NUIRE au bien commun, ainsi qu’aux générations futures en refusant de financer les universités. Pitoyable.

    • est-ce que Pratte et Dubuc lisent les blogues et/ou chroniques de Foglia, Marissal, Lagacé, Ouimet..ou les chroniques de Martineau dans le JdeM
      yves graton

    • Un courriel d’un papa…
      Qu’est-ce qui vous dit que c’est vraiment crédible. Je peux vous en envoyer un courriel moi aussi, à titre de Papa s’il le faut, ou de maman…
      GTremblay
      Montréal

    • Je relis certains commentaires et les poils me dressent sur le corps. Premièrement, c’est la minorité des étudiants qui boycott leurs cours, la majorité ont terminé leur session. Ensuite, c’est bien se payer toutes sortes de services mais nous le faisons à crédit. nous recevons chaque année 8 milliards en péréquation et nous faisons un déficit chaque année…Allo la carte de crédit! Il faut se prendre en main et faire notre part, gouvernement inclus. Il y a plus de 40% de la population qui ne paie aucun impôts…

      Et les pauvres petits étudiants qui pleurent parce qu’ils auraient à faire une session intensive…Pauvre petits choux, c’est vrai que c’est dur de travailler fort! Je sais ce dont je parle. Je suis retournée aux études à l’âge de 27 ans avec 3 enfants ayant 3, 4 et 8 ans. Mon mari travaillait et faisait environ 40 000$ par année alors pour payer tous ces frais je travaillais 25-30 heures semaine…J’ai terminé mon bacc avec une moyenne de A et je vais terminer de payer mes prêts en janvier 2014…Dans la vie, on a rien sans faire d’efforts. Les parents devraient peut-être enlever la cuillère d’argent de la bouche de leurs enfants et leur apprendre la valeur du travail et des études.

    • J’ai croisé un jeune étudiant de mon quartier cet après-midi qui a décidé de mettre fin à sa session et de recherche un emploi, mais quand il dit qu’il est étudiant, il se fait refuser. Ça me peine fort pour lui qui n’a pas porté de carré rouge, mais pour tous ceux qui l’ont porté, j’espère qu’eux aussi se verront refuser des emplois cet été. Ras-le-bol de ces folies, quelles que soient les personnes qui “pitchent” des bombes fumigènes dans le Métro. Il reste que sans cette soi-disant “grève”, ça ne se produirait pas.

    • On ne peut pas aspirer à négocier avec des enfants pour qui les responsabilités sont un concept abstrait qu’il n’ont, pour la vaste majorité d’entre eux, jamais eu à décliner dans le réel.

      Nous sommes en présence de leaders étudiants narcisiques, amoureux de l’image d’eux-mêmes que leur renvoient les médias. Ils sont grisés de leur certitude d’être des vecteurs révolutionnaires. Il n’y a rien à en tirer.

      Annulons la session des étudiants qui boycottent toujours, avec frais (tu veux reprendre la session annulée? OK, mais tu repaies). Et surtout, revoyons sérieusement et au plus vite la loi sur les associations étudiantes pour l’extirper du modèle syndical qui en conditionne l’économie générale, tout en rappelant aux directions d’établissements qu’elles ne sont en rien inféodées aux décisions des assemblées étudiantes. Le concept même de grève étudiante est légalement inexistant.

    • Preuve qu’il faut aller voter… Regardez comme le résultat suivant a été serré, aujourd’hui :

      ”Poursuite de la grève
      Après avoir voté par une majorité claire contre un vote à scrutin secret, l’Assemblée a rejeté à 971 voix contre 892 et 27 abstentions, la proposition suivante :

      «Que les cours soient repris lundi 14 mai à 8 h.» ”

      Tiré du site du Collège Édouard-Montpetit. C’est moins de 52% des gens présents qui ont voté contre le retour en classe. Tant pis pour ceux qui ne sont pas venus et qui étaient pour un retour en classe.

    • M. Marissal. Commencez-vous à comprendre la game?

      Ce n’est pas pour rien que la CSN finance et offre des services-conseils aux associations étudiantes dont la CLASSE.

      Quand une minorité domine une majorité prétextant la démocratie, il y a anguille sous roche. Et votre rôle comme journaliste devient alors crucial dans notre société. En autant qu’il ne soit pas influencé par l’allégeance syndicale.

      Et ce serait bien que vous ayez un tête-à-tête avec votre collègue Patrick Lagacé. Je crois qu’il ne voit pas ou ne veut pas voir ce qui se passe dans les coulisses de ces associations étudiantes.

      Et pourtant.

      Une suggestion comme ca. Et bravo pour votre sujet.

    • @ legorf

      Votre texte du 9 mai 2012 19h35 était excellent. Bravo!

    • CLASSE ?? Aucune crédibilité. Désolant que notre gouvernement se laisse manipuler par ça. On paye pour plus de 80% de lerus études et cette minorité de boycotteux font la rue et réclament la gratuité Imaginons-nous ce que ce serait si tout était gratuit. On payerait longtemps………. Si au mieux la majporité qui veulent poursuivent leurs études pouvsient le faire!! La démocratie ne fonctionne que pour les faiseurs de troubles???

    • @legorf 19h35

      Probablement le seul message VRAIMENT pertinent dans le lot ci-haut. La corruption est la gangrène de la société, il est temps de retourner les projecteurs à la bonne place.

    • @malaf

      “Quelle bande d’individualistes.
      Et quel gaspillage : plutôt que de participer à un mouvement historique et de se faire plein de nouveaux amis, ils ont préféré rester dans leur bulle à se contempler le nombril.”

      Vos bouts de phrases résument très bien une certaine position utopiste des rouges. Un mouvement historique et se faire plein d’amis; un enfant de cinq ans pourrait sortir ce genre de phrase; sortez de la maternelle, SVP. Vous voyez, les verts désirent étudier et réussir dans la vie; de cette façon, ils pourront contribuer à changer le monde, bien plus que vous prétendez vouloir le faire. Vous pouvez continuer à rêver de changer le monde; tous les jeunes des cinquante dernières années ont vécus les mêmes rêves, du temps de “peace and love” jusqu’à aujourd’hui; heureusement, cela ne se fait pas de la façon que vous agissez actuellement.

      Lorsque vous ajoutez que les rouges vont reconduire le boycottage à l’automne, on voit bien toute l’importance que vous accordez aux études et à ceux qui veulent étudier. Faites attention à ne pas trop courber votre dos en regardant de nouveau votre nombril, l’histoire dit que vous pourriez rester avec une courbure permanente. Vous pouvez continuer, si vous le désirez, à vomir sur ceux qui ne pensent pas comme vous, cela ne vous grandira aucunement.

    • Voilà pourquoi je dis depuis le début que la hausse affecte beaucoup plus les parents que les étudiants.

      Je ne sais pas pour vous, mais moi je met 20$ de côté par semaine pour leur études, dans 16 ans, ca va faire environ 16 500$ pour payer l’auto, le gaz, la bouffe, l’appart et les frais de scolarité pour au moins 5 ans. Pas mal certain que je devrai en donner plus et que mon enfant devra travailler pendant ses études. Sérieusement, je préfère qu’ils prennent ça relax pendant leurs études. Peut-être que c’est juste moi… (je dois aussi ajouter qu’en aucun cas la violence devrait être utilisée lors des manifs. Des 2 côtés. On est pas en Lybie jériboire)

    • @jeani et autres rêveurs d’absolutismes aux deux sens du terme

      Aucune cause Juste n’est désespérée, même si l’on donne son sang pour freiner la Corruption, l’Adversaire, et que finalement l’on rend le souffle prématurément Sans la cautionner. La paix intérieure Juste est à ce prix. Fermer les yeux, garder son intégrité propre, l’on est certain que notre vie valait le salaire des Justes, le salaire de la Paix au-delà d’une vie de prostitution, au-delà d’une vie de jouissances, au-delà de la Mort et de ses meurtrières séductions.

    • Juste pour remettre dans le contexte ce qui se passe aujourd’hui au Québec dans le conflit étudiant.

      SOS des Parfaits Salauds :


      Des gens qui nous ressemblent…
      Cherches à se protéger…
      L’attente est angoissante…
      Où la mort va t’elle frapper…
      Où la mort va t’elle frapper…
      Allons nous sauter les premiers.


      Des sirènes déraisonnent…
      Les civils se défendent de leur mieux…
      Une puissance meurtrière et une politique de guerre…
      La terre n’est plus qu’un habit de feu…

      SOS!

      SOS!

      SOS!

    • Si Line Beauchamp dit vrai, c’est 50¢/jour/étudiant. Ce qui veut dire que c’est moins de 1¢/jour/contribuable. Est-ce que ce gouvernement dément nous a pondu cette crise pour 3,65$/année/contribuable?

      C’est franchement débile. Je ne peux pas croire qu’il va se trouver des Québécois pour voter pour une bande de zoufs pareils.

    • Nous sommes beaucoup à vivre exactement la même chose que ce père qui témoigne.

      J’ai vécu exactement la même chose avec mon fils. La situation est décourageante. Toute la place est laissé aux pro boycott, et ce, même si il est fort probable qu’il y ai un plus grand pourcentage qui opterait pour un retour en classe.

      Alors en tant que père, je comprend très bien son désarroi.

    • Les supposés 85% qui sont contre la grève auront au moins appris de cette année scolaire que lorsqu’on veut revendiquer il faut aller voter.

      Au prochaines élections, rappelez-vous de ce gouvernement qui a laissé tombé 100% des étudiants pour s’occuper du Plan Nord beaucoup plus important que vous tous qui êtes l’avenir du Québec.

    • J’ajouterai à mon dernier commentaire que ce gouvernement a réussi par son inertie à diviser des familles, des amis et confrères de travail.

      Il a réussi à relever le niveau d’anxiété de milliers de parents et de grands-parents.

      Quel gâchis!!!

    • @samilulu Vous osez vous plaindre que c’était difficile pour vous? Si vous avez étudié avant 2007, cela signifie que vous aurez payé moins de la moitié de ce que les futurs étudiants paieront! Demandez-vous maintenant comment vous seriez arrivé. Allez-y, comparez-les les vrais chiffres.

    • @harry22 Quel beau commentaire.

      @montrealaise: “je considère que mes enfants doivent s’affranchir de la pensée de leurs parents.” C’est si bien dit, quoi ajouter de plus! Difficile, par contre, pour les égocentriques, ou les détenteurs absolus de la vérité, de s’ouvrir à une telle sagesse!

    • Rien ne réjouis plus un rouge comme Malaf que de faire échouer les verts qui représentent 40 ou 45 % de son groupe, mais qu’il force à quitter leurs classes parce qu’il prête à son association étudiante des droits qu’elle n’a pas.

      Une association étudiante n’a jamais eu le droit d’empêcher un étudiant d’aller à ses cours. Quand M. Marissal et d’autres vont-ils le dire clairement? Pourquoi ne l’ont-ils pas dit il y a 12 semaines, dès le départ?

    • Quand la société va bien, c’est grâce au gouvernement; quand elle va mal c’est à cause d’une partie de la population.

      Cela ressemble beaucoup à quand on est heureux et en santé c’est grâce à Dieu et quand on est malheureux et malade c’est à cause de nos péchés.

      Béni soit Charest au plus haut du gouvernement. Je vous reconnais bien là, mes très chers frères. Alléluia!!

      André Lefebvre

    • M. Marissal, dans votre chronique d’aujourd’hui, vous dites “Autre bourde, hier, cette fois au cabinet de la ministre Beauchamp, où une attachée politique a suggéré que les bombes fumigènes dans le métro étaient presque du terrorisme…”.

      En quoi est-ce une bourde ?

      Ouvrez votre dictionnaire : ce que font les étudiants correspond parfaitement à la définition du terrorisme. Et l’incroyable mollesse et complaisance des médias a certainement, et de façon non négligeable, contribué au problème.

    • Mouvement historique, est-bonne celle-là, en passant, pour ceux qui ont perdus du temps, des rendez-vous hier à cause des bombes lacrymogènes dans le métro, et bien, ce sont 3 étudiants de l’UQAM qui ont été pris en flagrant délis par les caméras:
      ”Il s’agit entre autres de Vanessa L’Écuyer, étudiante en sexologie et employée de l’UQAM, François-Vivier Gagnon, étudiant en sociologie, et Émilie Cloutier-Morin, étudiante en géographie”

      Encore une fois, on peu voir dans quelles disciplines étudient la future élite de notre Québec et qui forment la grosse majorité des rouges et de ce ”mouvement historique” Sciences sociales et sciences humaines….

      Je ne peux m’empêcher de voir comment certains peuvent-être stupides, je parles de ceux qui dénoncent la violence policière comme on a vu à Victoriaville la fin de semaine dernière. Un conseil pour lesw jeunes: Si tu manifestes pacifiquement avec ton beau petit carré rouge mais que tu es entouré de grand tatas masqués avec des roches, des billes et des boulles de billard qui lancent ces projectiles sur les policiers. Ben allumes et sauves-toi le plus rapidement possible et peut-être demande à nos trois grands TC porte-paroles de peut-être songer à ne pas faire rentrer dans les autobus ces individus.

      Bande d’hypocrites voulant sois-disant manifesté pacifiquement.

    • Une grande déception! Pousser les étudiants à devenir des criminels. Il y a dans notre royaume des individus qui veulent contrôler notre société. Je pense surtout à Power Corp. et ses luais dont le mercenaire en chef John-James Charest,mais ce ne sont pas les seuls… Il y en a bien d’autres

      En face il y a ceux qui ne veulent pas se faire contrôler, qui choisissent d’affronter les premiers, genre David contre Goliath. On est maintenant dans un combat entre ceux qui se voient comme maîtres et ceux qui ne veulent pas de maîtres. Dans ces évènements qui éclattent maintenant à travers le monde partout, la jeunesse désabusée et souvent sans avenir sont décidé à agir coûte que coûte. Il suffit souvent d’une étincelle pour allumer un brasier. Je crois que la hausse des frais de scolarité est cette étincelle qui va enflammer le Québec… On sait quand ça commence, mais on ne sait jamais quand ni comment ça se termine. En général ça se termine mal. J’étais hier à la manif de soir. J’étais curieux de voir comme ça se déroulait entre les manifestants et la police. Hier les manifestants ont encore gagné sans violence. Les manfestants sont gonflés à bloque. Ils ne vont pas abandonner. Ils n’ont rien à perdre puisqu’ils n’ont rien que leur jeunesse. Le temps joue pour eux et elles. Il m’a semblé que les filles étaient encore plus déterminées que les gars. Ils veulent changer notre société pour qu’elle soit plus juste. Il vont affronter les profiteurs, les bandits et tout un systéeme qui fait que ce sont toujours les mêmes qui s’emparent de tout.

      Charest est tellement heureux des évènements qui se produisent autour des manifestations contre la hausse des frais de scolarité. Ça lui permet de se faire oublier lui qui est passé maître dans l’art de se cacher sous les jupes de ses Ministres. Quel courage. Ça lui permet de mettre un écran de fumé devant ses crimes que nous connaissons tous, inutile de les énumérer, la liste est trop longue.

      Partout dans le monde la corruption a atteint des sommets probablemenmt jamais égalés. Le Québec n’est pas épargné par ce fléau. La population est désabusée des politiciens ripoux, des entrepreneurs ripoux, des firmes de génie conseil ripoux, etc. Nous avons atteint des sommets de fraudes astronomiques. L’argent de nos taxes est dépensé sans retenues pour graisser tous les ripoux d’ici qui vont à leur tour graisser les partis politiques. Nous sommes arrivés à une croisée de chemin. Il nous reste, en tant que société, à refuser toutes ces saloperies ou à se laisser dévaliser par la machine que les bandits ont mis en place. J’ai fait mon choix, et vous?

    • @legorf 9 mai 19h35

      ” Vraiment, je ne comprends pas le ras-le-bol des québécois. Il n’y a pas mort d’homme, on a une couple de fenêtre brisées … Sincèrement, c’est plutôt une belle preuve de démocratie, qu’on soit pour ou contre la position des partis en présence.”

      Incroyable ce commentaire. Pour vous, il faut mort d’homme pour réagir. Une couple de fenêtres cassées? Mais d’où sortez-vous? Arrivez-vous d’un lointain pays après plusieurs mois d’absence?

      Vous écrivez que c’est une belle preuve de démocratie. Donc pour vous, la désobéissance civile, l’intimidation et le vandalisme sont des gestes acceptables?

      Mais de quel milieu provenez-vous? De la FTQ-Construction?

      Savez-vous comment on décrit ce que vous exprimez? C’est minimiser les faits et évènements d’une réalité .

      Amener les gens à porter des lunettes roses alors que le diable est aux vaches.

      Avec des citoyens comme vous, les casseurs seraient au paradis.

    • Est-ce un nouveau mouvement…
      Twiter

      L’Éducation nous entends pas. 170,000 voix qui crient ENSEMBLES dans le désert.
      Lâchons l’éducation, lâchons l’école. Avec nos cellulaires…ont déccroche.

      Ça va être beau cette nouvelle attitude!!! Imaginez, 170,000 nouveaux travailleurs en même temps. 170000 étudiants de moins, ce serait beau demain.
      Je sais pas quoi penser.
      Ont-ils raison, ont-ils tort. Et dire qu’avant d’arriver là, plus de 40% avaient déjà décrochés.
      Surement une histoire à suivre,,,

    • C’est un très bon exemple qui démontre bien le problème: une minorité de militants pour une majorité de moutons.
      Qui se souivient à quel point on adorais allé au CEGEP?
      Combien dorment au gaz en regardant ce soap opera à la télé?

      Je me demande comment les médias en continue, font pour encore trouver du contenu pour débatre live sur la grève!!! bravo!

      Au même niveau que papa se fait répondre d’aller voir ailleur, le gouvernement se fait matter par les étudiants qui n’on plus rien à perdre. Et oui, c’est fini gouverner à la baguette bienvenue à l’air de des: pas d’accord! pas d’accord! pas d’accord! comme dans Asterix d’Alain Chabat.

      Je suis français et mes parents sont partis de France justement pour ce genre de raisons.

      Je trouve quand même que ce conflit donne de bonnes leçons au niveau de la participation citoyenne envers la politique au sens large. Je crois qu’il est clair avec ce genre de conflit qu’il est temps de faire de grands changements dans la manière de présenter les enjeux et d’en débattre.

      Il est grand temps d’évoluer vers une nouvelle tribune et de transmettre à nos enfants le devoir de participer. J’espere que les nouvelles technologies nous permettrons d’y arriver.
      Imaginez vous si un système de referendum en ligne avait été déployé et chaque citoyens obligés de voter!

    • @eburdon

      Arrêté de boire. Ca vous auderait à exprimer des idées claires.

    • @ trash
      «René Levesque
      Quel carré porterait-il aujourd’hui.»
      __________________

      Malgré toute l’affection que je porte à René Lévesque, je me souviens qu’il avait été surnommé “le boucher de New-Carlisle” car il avait réduit de salaire de toute la fonction publique de 20% durant 3 mois et les a fait baisser d’un échelon de salaire ce qui les a suivis toute leur vie. Il a fait partie du gouvernement (péquiste) qui a été le plus dur avec le mouvement syndical, ex-aequo avec Bourrassa( Libéral) et l’emprisonnement des 3 chefs syndicaux.

      J’étais adolescente et, chez une tante enseignante-syndicaliste comme chez plusieurs autres de la fonction publique, la photo plastifiée de Lévesque était collée dans le fond du bol de toilette…

      René Lévesque serait donc possiblement vert et non pas rouge. Peu importe, Paix à son âme.

      Wiki:
      [...] C’est dans cette tourmente que s’amorcent de nouvelles négociations dans le secteur public. Lors du sommet économique d’avril 1982, Lévesque annonce un trou de 700 millions $ dans les prévisions budgétaires. Dans ces conditions, dit-il, l’État est incapable de payer les hausses salariales consenties en 1979. Certes, le budget de mai 1982 annonce la hausse de la taxe de vente de 9 % à 10 % et le gel des salaires des médecins et des cadres du gouvernement, mais Lévesque énonce que les employés du secteur public devront consentir à des sacrifices. Au mois de mai, la loi 70, autorisant le gouvernement à réduire leurs salaires de 20 % pendant une durée de trois mois, soit du 1er janvier au 31 mars 1983, est déposée à l’Assemblée nationale.

      Les syndicats refusent cette mise en demeure et forment un nouveau Front commun à l’automne. Les négociations sont ardues et ne mènent nulle part. Le gouvernement y met fin en décembre en faisant adopter la loi 105, imposant 109 conventions collectives aux 300 000 syndiqués du secteur public. Les syndicats organisent des grèves en cascades à la fin janvier 1983. Le 29 janvier, près de 30 000 syndiqués défilent devant l’Assemblée nationale et brûlent des mannequins à l’effigie du premier ministre. Pour eux, Lévesque est devenu le « boucher de New Carlisle ».[...]

    • il (René Lévesque) avait réduit LE salaire de la fonction publique

      Correction

    • Monsieur Marisall, l’idée de votre billet était excellente et le témoignage de votre correspondant suscite la réflexion. Cheap comme commentaire, hein?

    • et on appel ça de la démocratie…ne pas respecter les injonctions, ne pas respecter le vote de retour en classe, c’est la minorité qui mène, a quand la majorité silencieuse??????? bon sens prenez-vous en main.

    • @aigle.blanc

      “@jeani et autres rêveurs d’absolutismes aux deux sens du terme”

      Moi, faire preuve d’absolutisme; bravo! Vous me connaissez vraiment bien!

      Pour ce qui est du reste de votre intervention, êtes-vous certain de comprendre ce que vous avez écrit. Pour ma part, il faudrait que j’en fume du bon pour me perdre comme cela!!! Êtes-vous sur

    • Je suis tellement fier des jeunes, finalement voilà une lumière dans ce temps sombre. Nous sommes dûs pour la révolution; le système ne marche que pour un faible 1%…

    • Si cette minorité d’étudiants qui traînent dans les rues depuis 3 mois avaient payé le coût total de leur session, ils ne “boycotteraient” pas… Si les parents de ces “boycotteux” avaient payé le plein tarif du coût de la session de leur “boycotteux”, les parents auraient exigé de leur enfant de retourner étudier ou bien d’aller sur le marché du travail MAIS, NOUS (payeurs de taxes) avons payé pour cette session et, parent et enfant savent très bien que nous payerons encore au moins 80% de la prochaine session, alors…
      Essayions d’imaginer ce que ce serait, s’ils obtenaient la gratuité scolaire… Ils “boycotteraient et manifesteraient” encore pour obtenir autre chose…
      Le gouvernement ne doit pas céder.
      Et tous les élus(PQ, QS etc ) devraient supporter le gouvernement.

    • wowbec
      Si c’est si dramatique comment se fait-il que l’on retrouve autant de profs arborant, avec fierté, le carré rouge ?

    • Super de bon blog, la plurarité des opinions et la validité de la plupart des arguments avançés sont interessants. Nous pouvons constater que la grève étudiante est une preuve que ces bébés gatés ne le pas tant qu’on voudrais le faire croire. Je trouve que ce débat maintenant déborde du simple gel et se déplace vers quelque chose d’interessant. Il est cependant malheureux que ce soit Montréal qui paie pour tout ça.
      Ma sympathie est plutôt du coté des étudiants mais ils se sont fait avoir solide par un politicien d’expérience…Ehhh.

    • @tintoe 09:44

      Ouf! Pour un dérapage, c’est un maudit beau dérapage.

      Euh! Vive le CHE! Vive MAO! Vive FIDEL! Vive la REVOLUTION!

      Vous sentez-vous mieux?

    • On semble avoir oublié l’enjeu de départ : 75 % d’augmentation!
      IL FAUT PASSER AU CARRÉ JAUNE, et vite !

      Le gouvernement : une incurie corrigée par un abus de pouvoir

      Notre société avait le choix dans les années soixante d’opter pour la gratuité scolaire au niveau universitaire; ce ne fut pas le cas. À partir du moment où nous avons fait le choix que les études universitaires n’étaient pas gratuites, les frais de scolarité auraient dû être indexés pour éviter des transferts de coût intergénérationnels. Ce ne fut pas le cas. Les gouvernements qui se sont succédé depuis 1965 ont choisi de ne pas indexer les frais de scolarité. Cette incurie a fait en sorte que ces frais ont été gelés pendant 38 des 47 dernières années. Jusqu’en 1990, les étudiants ont profité d’un gel qui fut défoncé entre 1990 et 1994 alors que les frais de scolarité ont triplé (300 %), ce qui représente dans les faits un abus de pouvoir inégalé de la part d’un gouvernement. Nous avons assisté alors à un extraordinaire et très injuste transfert de coût des générations précédentes (dont j’étais) aux générations des années 90 et suivantes. Ce bond inacceptable a été suivi d’une nouvelle période de gel de 13 ans. Puis, pendant les 5 dernières années, des augmentations successives ont entraîné une hausse de 30 %. Un autre transfert intergénérationnel.

      Pour corriger le manque de responsabilité gouvernementale du demi-siècle précédent, le gouvernement a décidé d’imposer une hausse de 75 % sur 5 ans. Une telle hausse constitue un abus de pouvoir de la part du gouvernement. TOUTE HAUSSE DE 75 % TOUCHANT L’ENSEMBLE DE LA POPULATION (électricité, immatriculation, etc.) AURAIT ÉTÉ VERTEMENT DÉNONCÉE ET AURAIT DONNÉ LIEU À DES OPPOSITIONS FÉROCES DE LA POPULATION.

      Les étudiants : une position vouée au cul-de-sac

      Les étudiants ont réagi vivement devant une hausse de 75 % en 5 ans et ils avaient raison. Mais plutôt que de dénoncer l’abus de pouvoir du gouvernement et réclamer un ajustement plus raisonnable des frais, du type une indexation majorée de l’ordre de 4 % ou 5 % par année, ils ont choisi la voie intraitable du maintien du gel voire même de la gratuité totale. Une position menant inexorablement à des iniquités intergénérationnelles dans un contexte où les frais de scolarité font partie de notre réalité québécoise. S’ils avaient fait le choix de combattre l’abus de pouvoir du gouvernement avec son 75 % d’augmentation et de proposer l’indexation permanente des frais, ils auraient, j’en suis certain, pu compter sur l’appui indéfectible de la population jusqu’à la victoire.

      Pour le carré JAUNE

      Il nous faut sortir du cul-de-sac provoqué par le rouge intraitable du gel des frais et le vert abusif d’une hausse beaucoup trop importante causée par l’incurie gouvernementale passée. Le gouvernement et les associations étudiantes doivent troquer le rouge et le vert pour le JAUNE.

      Le gouvernement doit revenir sur sa position et soumettre une hausse raisonnable instaurant le principe de l’indexation; la population l’appuiera et ce serait que faire preuve de justice et d’équité entre les générations. Les étudiants doivent revenir sur leur position et accepter le principe de l’indexation pour éviter qu’à l’avenir d’autres générations d’étudiants subissent des hausses exagérées parce que ceux et celles qui les ont précédés ont profité d’un billet de faveur pour étudier. Ce ne serait que faire preuve d’équité et de justice entre les générations. Le Québec ne peut pas gérer les frais de scolarité avec une approche de gels et grands bonds aux 15-20 ans. Ce ne tient pas la route même si ce fut le cas depuis près de 50 ans.

      Michel Lemay
      GTL Formation

    • @ honorable

      «Une association étudiante n’a jamais eu le droit d’empêcher un étudiant d’aller à ses cours.»

      Pourtant, au début de la grève PERSONNE ne remettait en question la légitimité démocratique des assemblées étudiantes. Ce n’est que lorsque la grève a commencé à déranger la «société civile» qu’on s’est mis à parler de «boycott» et que les premières injonctions sont tombées. En d’autres mots, la démocratie est une bien jolie chose en temps normal, mais quand elle s’interpose entre le Pouvoir et ses intérêts, il faut tout faire pour la détourner et la bafouer. Quid novi sub sole?

      Et puis, expliquez-moi pourquoi une assemblée générale étudiante n’aurait pas la légitimité démocratique de déclencher une grève, mais qu’en revanche elle l’aurait tout à fait pour effectuer un retour en classe comme cela a été le cas aujourd’hui au cégep de l’Outaouais?

    • “Il met en relief les absurdités d’un processus démocratiques défectueux dans les cégeps et les universités.”

      Pourquoi mettez-vous le blâme sur les associations étudiantes M. Marissal? Ce n’est toute de même pas de leur faute si des étudiants ne sont pas capables de prendre la responsabilité que leur incombe la démocratie.

      Je ne comprend pas votre logique. Les associations étudiantes devraient tordre les bras des étudiants qui refusent de se présenter en AG?

      En démocratie, les absents ont toujours tort. Si tu ne te présentes pas, tu fais le choix que d’autres décident à ta place.

      C’est étrange que ce père de famille vous a envoyé cela. À sa place, j’aurais honte que ma fille ne se présente pas en AG sous prétexte que la majorité n’est pas d’accord avec elle.

      C’est comme si les électeurs de la CAQ s’abstenait de voter parce que, de toutes façons, la majorité refusera ce parti.

      Les étudiants qui ne se présentent pas en AG n’ont qu’eux à blâmer. Ce n’est pas de la faute des associations étudiantes, ce n’est pas la faute du code Morin, c’est de leur faute. Point.

    • Je suis aussi un père avec deux filles touchées par le conflit. Ce qu’elles m’ont raconte du mouvement étudiant ne correspond pas au témoignage que je vous rapportez. Des votes ont été pris régulièrement et toujours respectés. Elles avaient l’occasion de se faire entendre et elles ont toujours été convoqué pour participer aux votes de leur association. J’ai des réserves par rapport à ce conflit mais les étudiants qui se sont engagés et mobiliser me donne un peu d’espoir. La difficulté dans un débat comme celui que nous vivons est la difficulté à faire la différence entre égalité et équité. Les memes frais de scolarité pour tous ce n’est pas nécessairement équitable. Et à mon avis on devrait rechercher plus d’équité.

    • @ ECOUTEBEN

      Oui c’était difficile car nous avions 3 jeunes enfants à la maison,vous en connaissez beaucoup d’étudiants avec une telle famille? Je ne voulais pas les priver et nous avons travaillé fort. Aujourd’hui, avec les bonifications du systeme de prêts et bourses, je recevrais assez d’argent pour couvrir au moins les frais de scolarité, ce qui n’était pas le cas dans le temps croyez-moi…De plus, nous avons mis de l’argent de côté pour que nos 3 enfants n’aient pas de frais de scolarité à débourser pour au moins un bacc. Puisque j’ai une fille qui veut aller en médecine, cela veut l’envoyer à l’université Laval et payer tous les frais de loyer, déplacement, nourriture, etc.

      Nos enfants n’auront pas droit aux prêts et bourses alors cela viendra de notre poche…Nous faisons des sacrifices. Par exemple, nous avons décidé d’acheter une petite maison au lieu d’une grande, nous garons nos autos 12-13 ans, etc. nos enfants, leurs études et leur bien-être sont notre priorité et le matériel passe en second. Ils devront probablement travailler pendant leurs études, mais je pense qu’ils auront une bonne base et reconnaitront la valeur des études parce que nous leur en accordons beaucoup.

      En terminant, au Québec n’importe qui peut arriver à faire des études supérieures..Comparons avec l’université d’Ottawa, la médecine coûte 20 000$ par année en frais de scolarité et tu dois faire un autre bacc avant de faire une demande…Ça remet les choses en perspective.

    • J’en ai une techniquement en dernière session de cegep qui a attendu le plus tard possible pour confirmer à l’université a quelle session elle pourra entrer, et un qui entrera au cegep l’an prochain s’il y a assez de place. L’an dernier 900 dans la région du grand montréal ont pas eu de place et s’il y a des cours bien entendu. Je suis du genre proactive alors j’ai un plan A-B-C-D et meme E espérons que ça n’ira pas jusque là. Les étudiants ont été instrumentalisé par les syndicats, les partis politiques, les institutions et ne sont pas tous conscient que tout ce qui sera pelleté par devant leur reviendra en pleine face et beacuoup plus vite qu’on l,imagine. L’Ontario a déjà une décotation ce qui veut dire que les taux d’intérêts vont monter, le service de la dette, l’endettement et la roue infernale dans lequel lIslande, les États-Unis, la Grèce, l’Italie, l’Espagne et bieontôt la France sont passé. On a tu vraiement besoin de rentrer dans le mur pour voir qu’on s’ne va direct dedans. L’Universalité et le statu quo ne sont pas des solutions.
      Personne ne lui a expliqué qu’on paie les impôts les plus élevés avont un panier de services très diversifié et somme en déficit années après années et devront revoir comment financer nos services pour LES CONSERVER et de bonne QUALITÉ. Dans la pluspart des endroits ou les services sont gratuits, il existe des universités PRIVÉES et les services dans les universités publics SONT DE MOINS BONNE qualité. Nous on fait le choix de garder des services publique de qualité. LUniversalité des frais a bas prix nest pas une solution pour bien financer notre système d’éducation. ¨Ca nous met dans le trou. On le fait depuis longtemps et ça ne marche pas. Au lieu de continuer sur le meme chemin et de voir se dégrader nos services comme ailleurs et de devoir laisser au priver se développer pour avoir des seerrvices de qualité disponible. On choisi de mieuxc financer nos universtiés et daller chercher largent dans les poches de ceux qui peuvent payer. On a mis des solutions pour garantir l,accessiblité a tous ceux qui ont moins de 100′000$ par année. Et on peut développer des programmes coops pour réduire l’endettement des étudiants.
      Le moratoire n’a qu’un seul but faire mijoter le conflit a feu bas pour le garder chaud jusqu’aux élections. Le conflit a été créer, financé et organisé pour faire élire le pq pour revenir sur le placement syndical et imposer la dictature syndicale dans un québéc souverain. Les initiaitves viennent de la colaition contre la hausse et la privatisation des services publics. On a envoyé les étudiants au front dans le tourbillon ils ne prennent plus le temps de réfléchir, ils ne sont pas en train de perdre leur session pour faire valoir l’accès (démontré dans la solution globale), le financement (l’entente démontrait bien le controle que les syndicats veuelent avoir sur les dépenses des universités, les étudiants sont bien secondaires) et le fait que les syndicats leur répètent et le parti québécois depuis le début tel une lithanie d,attendre aux élections. Pauline a été obligé d’annuler ses autobus mais ils veuelent garder les marrons au chaud pour continuer de mettre de la pression pour avoir des élections. Pour quelqu’un qui dit proner des élections a date fixe… les septiques seront confondus. ¨ca va prendre un comité de parents pour supporter nos étudiants couper le cordon des syndicats qu’ils ont autour du coup et les recentrer sur leurs besoin en leur faisant comprendre que tout ce quon pele par devant leur reviendroont a eux avec des intérêts, des intérêts sur les intérêts. Il faut plus d,argent dans le système d’éducation et pas du gouvernement (on est en défiti, on emprunte), bien des poches de ceux qui ont les moyens de payer et des entreprises qui peuvent payer des stages de programmes coops qui réduisent l’endettement étudiant, et en ayant des cours internet, réduit les impacts sur l’environnement, les déplacement, les couts. Le moratoire cest pour qui? Pas pour les étudiants. C’est pourquoi? Pas pour améliorer L’acc`s, ni le financement, ni pour réduire l’endettement mais bien pour la partisaneries.
      Quel est l,intérêt des étudiants? Perdre une session? Non retournez finir la session et proposer des solutions qui oblige le gouvernement a choisir ou a renvoyer la question en référendum. Pour s’assurer qu’un choix sera fait il faut 3 propositions réalistes qui inclue l’objectif minimum du gouvernement ainsi il doit prendre une décision ou faire un référendum.
      Le référendum sera tenu quelque part en juin, accessible aussi par internet, tout les citoyens devront respecter le résultat démocratique. Le gouvernement va changer les règles provinciales de manifestation et adopter l’obligation de le faire a visage découvert, d’avoir avisé la municipalité du trajet minimum 1 jour ouvrable à l’avance. Ceci est afin de préserver le droit de manifester en toute sécurité. C’est une solution démocratique et légitime de sortiede sortie de crise. La démocratie directe.
      A : hausse prévue indexée a partir de la 8ième année
      Étalement sur 7 ans
      Bonification de l’aide financière
      Régime de remboursement proportionnel au revenu
      Conseil pour assurer une meilleure gestion des universités tel que proposé précédement par la FEUQ
      Évaluation de l’impact de la hausse
      http://communiques.gouv.qc.ca/gouvqc/communiques/GPQF/Avril2012/27/c9804.html
      B : hausse prévue indexée a partir de la 6ième année
      Étalement sur 5 ans 0$ frais afférents
      Bonification de l’aide financière accessible a tous, sans référence aux revenus actuel basé sur le calcul des moins de 20,000$ pour une durée limité a 10ans par personne, remboursable au plus tard 6mois après la fin des études proportionnel aux revenus maximum 15% revenus, sur une durée maximale de 15ans a taux fixe 3% financée par le gouvernement du Québec via une caisse éducation qui réinvestira les profits dans des programmes coops.
      C : hausse prévue étalée sur 5ans indexée a partir de la sixième année, bonification de l’aide financière
      Avec une subvention proportionnelle aux revenus -20,000$an. -90% (frais scolarité + frais afférents),
      20-30,000$an -80%, 30-40,000$an -70%, 40-50,000$an -60%, 50-60,000$an -50%, 60-70,000$an -40%,
      70-80,000$an -30%, 80-90,000$an -20%, 90-100,000$an -10%, plus de 100,000$an 0% de subvention.
      Les revenus annuels du programme seront indexés aux 5ans suivant l’augmentation du coût de la vie durant la période couverte.
      Du mentorat pour les étudiants du préscolaire à l’universitaire. Car on aura beaux avoir l’accessibilité si on a pas les ressources pour atteindre la réussite ça ne donne rien. Le mentorat est un suivi serré pour appointer les bonnes ressources autssitot que possible (ortho, psycho, tuteur, etc).
      Je changerais le calendrier. 3 sessions complète par années avec 3 semaines entre chaque session une semaine de congé au milieu et 2 pour celle de l’été. En ayant 2 demi-année et une pour consolider, ou pour entreprendre l’année suviante selon les besoins et le rythme de l’élève. Non seulement c’est bon pour la réussite scolaire mais aussi pour les familles qui peuvent choisir des vacances selon leurs intérêts. Pour aussi pour le marché du travail, tout le monde ne part pas en meme temps et bon pour l’industrie touristique.
      p.s. J’ai animé des atelier d’alphabétisation, fait de la suppléance au secondaire, enseigné a des professionnels en exercise et été impliqué de près comme parents dans les comités. Fait bien d’autre chose de la recherche sociologique, du développement communautaire et du développement immobilier. Je ne prétend pas tout savoir mais avoir touché de près a plusieurs problématiques pour avoir une vision globale des enjeux.

    • @astyanax 12 mai 2012- 00h31
      Vos propos sont trop songés pour honorable…
      Parlez-lui plutôt de régler à coup de 2X4, d’intervention policière et de Rambo !
      Là il va vous applaudir, c’est son niveau de langage…!
      @migro 06h21
      Bien d’accord avec vous !
      Qu’il s’agisse d’élections de conditions de travail, électorales ou estudiantines, si tu ne vas pas voter, tu n’as pas un mot à dire sur les décisions !
      Jean «le visage à deux faces» Charest, le grand démocrate (sic) défend et manipule l’absentéisme et/ou toute autre stratégie morale ou pas qui vont lui apporter des votes pour continuer à engraisser la machine !
      Robert Alarie

    • @verret 10 mai 2012-18h46
      «On ne peut pas aspirer à négocier avec des enfants pour qui les responsabilités sont un concept abstrait qu’il n’ont, pour la vaste majorité d’entre eux, jamais eu à décliner dans le réel.»
      Allez, admettez que les jeunes que vous dénigrez ont plus de fierté et d’audace que vous n’en n’avez jamais eues face à votre colonisateur !
      Quel dinosaure vous faites !
      Allez en paix applaudr Don «le visage à deux faces » Charest !
      Robert Alarie

    • simonolivier

      11 mai 2012
      14h52
      @eburdon

      Arrêté de boire. Ca vous auderait à exprimer des idées claires.

      …ca vous O’deraie

      …ca vous Haut de raie

      …ca vous quoi quoi quoi

      p’tit con va tu disais…?

      must be a Liberal brown nose…arffffff

    • @andre_bolduc

      Je vous cite : ”Vous écrivez que c’est une belle preuve de démocratie. Donc pour vous, la désobéissance civile, l’intimidation et le vandalisme sont des gestes acceptables?
      Mais de quel milieu provenez-vous? De la FTQ-Construction?”

      Réveillez-vous André ! Regardez sous vos pieds, ne voyez-vous pas l’écoeurement d’un peuple qui se traduit par sa jeunesse captive de rentabilité de ”Live Stock Market” de Haute Finance sur le marché de la Science et du Savoir.

      Ne voyez-vous pas que la Colère Gronde Cran par Cran au fil des jours, des semaines. Où étiez-vous en 2005 et en 2011 et depuis Janvier 2012 jusqu’à aujourd’hui ?

      ”La grève étudiante québécoise de 2005 a débuté durant la semaine du 21 février 2005 et s’est complètement terminée le 14 avril 2005. Elle a touché les étudiants collégiaux et universitaires du Québec et elle était principalement causée par la coupure de 103 millions $ l’année précédente dans le régime provincial d’aide financière aux études (ou Prêts et bourses).”

      Où étiez-vous assis sur vos multiples bancs d’écoles dans les cours d’Histoire de l’Angleterre, de la France, du Canada et du Québec. Sans mentionner l’Histoire générale des Peuples Européens, Asiatiques et actuellement des peuples Islamiques et Africains ? Sans omettre celui du Rwanda qui était gouverné par l’Establishment Belge et Français avant le génocide ?

      ”Le génocide au Rwanda est un génocide qui eut lieu du 6 avril au 4 juillet 1994 au Rwanda, un pays d’Afrique de l’Est. Il fut commis dans le cadre d’une guerre civile opposant le gouvernement rwandais, constitué de Hutu (voir Hutu Power), au Front patriotique rwandais (FPR), accusé par les autorités d’être essentiellement « tutsi ». Le 1er octobre 1990, des Rwandais exilés et regroupés au sein du FPR décidèrent de revenir au pays à partir de l’Ouganda, et de prendre le pouvoir par les armes. En réponse, les autorités rwandaises menèrent une double stratégie : se défendre avec l’armée contre l’agression militaire du FPR et « liquider » tous les Tutsis de l’intérieur du Rwanda. Les autorités rwandaises perdirent la guerre civile au profit du FPR mais atteignirent en revanche leur objectif génocidaire contre les Tutsis.
      L’ONU estime que plus de 800 000 Rwandais, en majorité Tutsis, ont trouvé la mort durant ces trois mois. Ceux qui parmi les Hutus se sont montrés solidaires des Tutsis ont été tués comme traîtres à la cause hutu.”

      Émeute d’Espagne et d’Angleterre aujourd’hui, aussi pendant que je vous écrit …

      Votre ignorance est à la mesure de l’insignifiance des petits cailloux que vous picorez et picossez dans la grande basse-cour des imbéciles heureux, à mon avis.

      @jeani

      Pour suppléer à votre susceptibilité de petite paille verte au bec.

      Absolutisme :
      L’absolutisme ou la monarchie absolue est « un type de régime politique dans lequel le détenteur d’une ”puissance” ”attachée” à sa personne, concentre en ses mains tous les pouvoirs, gouverne sans aucun contrôle ». Dès lors, ce terme sera utilisé dans tous les livres d’histoire pour caractériser la nature du pouvoir politique dans la France d’Ancien Régime, entre la Renaissance et la Révolution. En effet, c’est de « pouvoir absolu » (poder absoluto), expression utilisée par plusieurs auteurs aux XVIème, XVIIème et XVIIIème siècles à propos de la France et de l’Espagne, que dérive le néologisme absolutisme (Tout en incluant l’Angleterre, la Prusse, la Russie Tsarienne et le Portugal et surtout sans omettre Rome et l’Italie Papale Catholique Judéo-Romaine, avec la Bulle Ponctificale. Unam Sanctam (Unam Sanctam est une bulle pontificale de Boniface VIII sur l’unité de l’Église donnée le 18 novembre 1302. Cette bulle fut lancée à l’occasion d’un concile de prélats français réunis à Rome. Elle proclamait la suprématie de l’Église sur l’État et, de ce fait, l’obligation pour toute créature humaine de se soumettre au souverain pontife. Ce qui inclus la non reconnaissance de Toute autre église née de la réforme protestante selon la déclaration de Benoît XVI “Communautés chrétiennes nées de la Réforme du XVIe siècle”. Elles ne peuvent prétendre être des “Eglises” au sens propre. Ce qui n’exclut pas l’Oecuménismes des églises membres affiliées (ex: Grecque Orthodoxe) reconnaissant l’autorité suprême du Pape.

      Philosophie
      L’absolutisme universaliste républicain est un des principes corollaires de l’idéologie républicaine française, anglaise et américaine selon lequel la République est une valeur universelle puisqu’elle prône des valeurs universelles non déiste. (Ésotérique gnostique de France, de Londre, des États-Unis)
      Ces valeurs universelles, dont les principes de liberté, d’égalité des individus au sein des Républiques, et de fraternités (ésotérique gnostique), qui ont vocation d’être adoptées par tous les humains sont censées s’appliquer à tous les humains uniformément.

      Il ne faut pas confondre l’universalisme non déiste d’avec celui qui est déiste comme celui soumis à l’absolutisme philosophico-religieux du United-Kingdom, des Étas-Unis et de la France qui forment le bloc de croyances se reposant sur le Grand Architecte de l’Univers et qui attendent un nouveau Messie en accord avec Israël.

      Ces trois formes d’absolutisme, Église Judéo-Romaine du Vatican, Église Protestantes d’Angleterre incluant leurs affiliations Américaines et Canadiennes et autres du Commonwealth chrétiens extrémistes et en troisième lieu Républicaines non déistes et leurs affiliations Européennes et Nord-Américaines se partagent à tour de rôle le pouvoir Politique de domination d’intérêts envers une bonne partie des humains de cette planète. Cela ayant comme centre gravitationnel le rabbinat Juif d’Israël. Israël qui attend aussi le même messie ésotérique Biblique, elle aussi selon une interprétation biblique littérale et ésotérique de la venue du Messie sur la planète, pour une délivrance des méchants et, le règne, du beau, du bon et du bien.

      Septique ! C’est tout à fait compréhensible. Sauf que, pourquoi depuis l’élection de Stephen Harper, le premier ministre actuel d’Israël et l’ancien premier ministre d’Israël viennent-ils si souvent au Canda le rencontrer ?

      Gardons à l’esprit qu’Israël, malgré ses prétentions et les apparences, n’est déiste qu’au sens aristotélicien du terme à partir d’idéologies gnostiques et ésotériques reçues de la loi orale de Moïse. Une lecture métaphysique mystique très apparentée au Pythagorisme et au Platonisme Aristotéliste ayant comme dieu le ”Moteur Immobile”. Cela, Surtout, depuis la Conquête par Alexandre le Grand (de -356 à -323 avant Jésus Christ) sur toute la mésopotamie et ce qui comporte les territoires de la Palestine aujourd’hui. (Voir :http://fr.wikipedia.org/wiki/Palestine)

      Radio Canada
      ”Le président israélien Shimon Peres est arrivé au Canada pour une visite de quatre jours. Le président, qui a été accueilli par le ministre des Affaires étrangères, John Baird, et par le gouverneur général David Johnston, a rencontré lundi le premier ministre canadien Stephen Harper, sur la colline du Parlement à Ottawa.

      Après avoir signé le livre des visiteurs et rencontré les présidents de la Chambre des communes et du Sénat, (et la chambre des Lords Canado-Britanniques) M. Peres, dont le rôle est surtout protocolaire, devait aborder, lors de son entretien privé avec le premier ministre Harper, des questions d’actualité.

      L’instabilité qui règne dans plusieurs pays arabes, la situation de la Syrie et le programme nucléaire iranien devaient constituer autant de sujets de discussions possibles avec M. Harper.

      Arrivé au Canada dimanche soir, le président israélien a été reçu par le gouverneur général David Johnston, lundi matin à Ottawa. Les deux hommes ont eu une discussion sur ”l’éducation et l’innovation”, deux sujets chers au président israélien, dont le but de la visite est de promouvoir une plus grande collaboration entre le Canada et Israël.

      M. Peres a d’ores et déjà indiqué, par voie de communiqué, que le Canada figurait parmi les pays les plus amicaux à l’égard d’Israël (depuis l’élection de Stephen Harper). Ce qu’il a réitéré lundi : « J’ai l’impression que le Canada a toujours une approche positive, jamais indifférente, jamais Neutre », a-t-il déclaré.

      Ancien premier ministre israélien aujourd’hui âgé de 88 ans, M. Peres visitera aussi Montréal et Toronto. Il rencontrera les premiers ministres du Québec et de l’Ontario à ces occasions (et aussi l’Establishment des industriels et de la Haute Finance). Il sera davantage question ”d’économie” au cours de ces rencontres. M. Peres fera la promotion des spécialités israéliennes comme les énergies renouvelables, la recherche sur le cerveau et les techniques de l’eau.”

      Prenez conscience ici de la participation d’Israël à l’ONU et aux droits de l’Homme.
      La Presse
      ”Publié le 26 mars 2012 à 09h51 | Mis à jour le 26 mars 2012 à 10h15
      Israël coupe les ponts avec le Conseil des droits de l’homme de l’ONU

      ”Agence France-Presse
      Jérusalem
      Le ministère israélien des Affaires étrangères a annoncé lundi avoir décidé de rompre tout contact avec le Conseil des droits de l’homme de l’ONU, à la suite de l’annonce par cette instance d’une enquête sur les conséquences de la colonisation.

      «Le ministère des Affaires étrangères a pris la décision de rompre tout contact avec cette organisation», a affirmé à l’AFP le porte-parole du ministère, Yigal Palmor, précisant que cette mesure n’avait pas encore été notifiée au Conseil (de Sécurité de l’ONU).

      Ce dernier a déclenché la colère d’Israël après avoir donné jeudi son feu vert à la mise sur pied de la première mission d’enquête internationale indépendante sur l’impact des colonies israéliennes dans les Territoires palestiniens occupés, y compris Jérusalem-Est.

      Le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a aussitôt fustigé «l’hypocrisie» du Conseil des droits de l’homme tandis que les Affaires étrangères qualifiaient sa décision de «surréaliste».

      Le chef de la diplomatie, Avigdor Lieberman, avait laissé entendre dimanche qu’Israël allait cesser de coopérer avec cette instance des Nations unies.

      «Cet organisme hypocrite n’a rien à voir avec les droits de l’homme. Son parti pris et son manque d’objectivité sont évidents, et nous n’avons aucune raison de coopérer avec lui», avait affirmé M. Lieberman.

      «Nous ne serons pas acteurs dans ce théâtre de l’absurde, car 70% des décisions de ce Conseil sont hostiles à Israël. Nous envisageons de demander aux pays libres, comme les États-Unis, de s’en retirer», avait-il ajouté.”

      Israël se fâche avec l’ONU
      Le Point.fr – Publié le 26/03/2012 à 20:07 – Modifié le 27/03/2012 à 12:02

      L’État israélien a rompu tout contact avec le Conseil des droits de l’homme, qui voulait mener l’enquête sur la colonisation.” (Paranoï psychique Anti-sémitique, ici, utilisée par Israël pour faire taire tous ses opposants qui ne pensent pas comme elle)
      ______________________

      Le relativisme est un « mouvement de pensée qui traverse les siècles depuis l’Antiquité gréco-romaine », pour désigner un ensemble de doctrines variées qui ont pour point commun de défendre la thèse selon laquelle le sens et la valeur des croyances et des comportements humains n’ont pas de références absolues qui seraient transcendantes. Le succès du relativisme ”culturel” à partir de la seconde moitié du XXe siècle, et à visée politique dans les années 1980, en Occident, a assuré la primauté et même l’exclusivité à ce sens du mot non déiste, ni au sens Platonicien du terme (Moteur Immobile) et, au sens d’Hypostase de Dieu.
      (Les hypostases sont des principes premiers, des réalités fondamentales, dont l’étude relève de la métaphysique grecque ou de la théologie philosophique grecque Judéo-Romaine.)

      Vous riez ! Prenez conscience ici des préparatifs du Royaume-Uni pour contrer toute opposition au Gouvernement Britannique.

      Sonic weapon to defend London 2012
      http://www.thetimes.co.uk/tto/multimedia/archive/00294/sonic_294044e.jpg

    • @andre_bolduc

      Je vous cite : ”Vous écrivez que c’est une belle preuve de démocratie. Donc pour vous, la désobéissance civile, l’intimidation et le vandalisme sont des gestes acceptables?
      Mais de quel milieu provenez-vous? De la FTQ-Construction?”

      Réveillez-vous André ! Regardez sous vos pieds, ne voyez-vous pas l’écoeurement d’un peuple qui se traduit par sa jeunesse captive de rentabilité de ”Live Stock Market” de Haute Finance sur le marché de la Science et du Savoir.

      Ne voyez-vous pas que la Colère Gronde Cran par Cran au fil des jours, des semaines. Où étiez-vous en 2005 et en 2011 et depuis Janvier 2012 jusqu’à aujourd’hui ?

      ”La grève étudiante québécoise de 2005 a débuté durant la semaine du 21 février 2005 et s’est complètement terminée le 14 avril 2005. Elle a touché les étudiants collégiaux et universitaires du Québec et elle était principalement causée par la coupure de 103 millions $ l’année précédente dans le régime provincial d’aide financière aux études (ou Prêts et bourses).”

      Où étiez-vous assis sur vos multiples bancs d’écoles dans les cours d’Histoire de l’Angleterre, de la France, du Canada et du Québec. Sans mentionner l’Histoire générale des Peuples Européens, Asiatiques et actuellement des peuples Islamiques et Africains ? Sans omettre celui du Rwanda qui était gouverné par l’Establishment Belge et Français avant le génocide ?

      ”Le génocide au Rwanda est un génocide qui eut lieu du 6 avril au 4 juillet 1994 au Rwanda, un pays d’Afrique de l’Est. Il fut commis dans le cadre d’une guerre civile opposant le gouvernement rwandais, constitué de Hutu (voir Hutu Power), au Front patriotique rwandais (FPR), accusé par les autorités d’être essentiellement « tutsi ». Le 1er octobre 1990, des Rwandais exilés et regroupés au sein du FPR décidèrent de revenir au pays à partir de l’Ouganda, et de prendre le pouvoir par les armes. En réponse, les autorités rwandaises menèrent une double stratégie : se défendre avec l’armée contre l’agression militaire du FPR et « liquider » tous les Tutsis de l’intérieur du Rwanda. Les autorités rwandaises perdirent la guerre civile au profit du FPR mais atteignirent en revanche leur objectif génocidaire contre les Tutsis.
      L’ONU estime que plus de 800 000 Rwandais, en majorité Tutsis, ont trouvé la mort durant ces trois mois. Ceux qui parmi les Hutus se sont montrés solidaires des Tutsis ont été tués comme traîtres à la cause hutu.”

      Émeute d’Espagne et d’Angleterre aujourd’hui, aussi pendant que je vous écrit …

      Votre ignorance est à la mesure de l’insignifiance des petits cailloux que vous picorez et picossez dans la grande basse-cour des imbéciles heureux, à mon avis.

      @jeani

      Pour suppléer à votre susceptibilité de petite paille verte au bec.

      Absolutisme :
      L’absolutisme ou la monarchie absolue est « un type de régime politique dans lequel le détenteur d’une ”puissance” ”attachée” à sa personne, concentre en ses mains tous les pouvoirs, gouverne sans aucun contrôle ». Dès lors, ce terme sera utilisé dans tous les livres d’histoire pour caractériser la nature du pouvoir politique dans la France d’Ancien Régime, entre la Renaissance et la Révolution. En effet, c’est de « pouvoir absolu » (poder absoluto), expression utilisée par plusieurs auteurs aux XVIème, XVIIème et XVIIIème siècles à propos de la France et de l’Espagne, que dérive le néologisme absolutisme (Tout en incluant l’Angleterre, la Prusse, la Russie Tsarienne et le Portugal et surtout sans omettre Rome et l’Italie Papale Catholique Judéo-Romaine, avec la Bulle Ponctificale. Unam Sanctam (Unam Sanctam est une bulle pontificale de Boniface VIII sur l’unité de l’Église donnée le 18 novembre 1302. Cette bulle fut lancée à l’occasion d’un concile de prélats français réunis à Rome. Elle proclamait la suprématie de l’Église sur l’État et, de ce fait, l’obligation pour toute créature humaine de se soumettre au souverain pontife. Ce qui inclus la non reconnaissance de Toute autre église née de la réforme protestante selon la déclaration de Benoît XVI “Communautés chrétiennes nées de la Réforme du XVIe siècle”. Elles ne peuvent prétendre être des “Eglises” au sens propre. Ce qui n’exclut pas l’Oecuménismes des églises membres affiliées (ex: Grecque Orthodoxe) reconnaissant l’autorité suprême du Pape.

      Philosophie
      L’absolutisme universaliste républicain est un des principes corollaires de l’idéologie républicaine française, anglaise et américaine selon lequel la République est une valeur universelle puisqu’elle prône des valeurs universelles non déiste. (Ésotérique gnostique de France, de Londre, des États-Unis)
      Ces valeurs universelles, dont les principes de liberté, d’égalité des individus au sein des Républiques, et de fraternités (ésotérique gnostique), qui ont vocation d’être adoptées par tous les humains sont censées s’appliquer à tous les humains uniformément.

      Il ne faut pas confondre l’universalisme non déiste d’avec celui qui est déiste comme celui soumis à l’absolutisme philosophico-religieux du United-Kingdom, des Étas-Unis et de la France qui forment le bloc de croyances se reposant sur le Grand Architecte de l’Univers et qui attendent un nouveau Messie en accord avec Israël.

      Ces trois formes d’absolutisme, Église Judéo-Romaine du Vatican, Église Protestantes d’Angleterre incluant leurs affiliations Américaines et Canadiennes et autres du Commonwealth chrétiens extrémistes et en troisième lieu Républicaines non déistes et leurs affiliations Européennes et Nord-Américaines se partagent à tour de rôle le pouvoir Politique de domination d’intérêts envers une bonne partie des humains de cette planète. Cela ayant comme centre gravitationnel le rabbinat Juif d’Israël. Israël qui attend aussi le même messie ésotérique Biblique, elle aussi selon une interprétation biblique littérale et ésotérique de la venue du Messie sur la planète, pour une délivrance des méchants et, le règne, du beau, du bon et du bien.

      Septique ! C’est tout à fait compréhensible. Sauf que, pourquoi depuis l’élection de Stephen Harper, le premier ministre actuel d’Israël et l’ancien premier ministre d’Israël viennent-ils si souvent au Canda le rencontrer ?

      Gardons à l’esprit qu’Israël, malgré ses prétentions et les apparences, n’est déiste qu’au sens aristotélicien du terme à partir d’idéologies gnostiques et ésotériques reçues de la loi orale de Moïse. Une lecture métaphysique mystique très apparentée au Pythagorisme et au Platonisme Aristotéliste ayant comme dieu le ”Moteur Immobile”. Cela, Surtout, depuis la Conquête par Alexandre le Grand (de -356 à -323 avant Jésus Christ) sur toute la mésopotamie et ce qui comporte les territoires de la Palestine aujourd’hui. (Voir :http://fr.wikipedia.org/wiki/Palestine)

      Radio Canada
      ”Le président israélien Shimon Peres est arrivé au Canada pour une visite de quatre jours. Le président, qui a été accueilli par le ministre des Affaires étrangères, John Baird, et par le gouverneur général David Johnston, a rencontré lundi le premier ministre canadien Stephen Harper, sur la colline du Parlement à Ottawa.

      Après avoir signé le livre des visiteurs et rencontré les présidents de la Chambre des communes et du Sénat, (et la chambre des Lords Canado-Britanniques) M. Peres, dont le rôle est surtout protocolaire, devait aborder, lors de son entretien privé avec le premier ministre Harper, des questions d’actualité.

      L’instabilité qui règne dans plusieurs pays arabes, la situation de la Syrie et le programme nucléaire iranien devaient constituer autant de sujets de discussions possibles avec M. Harper.

      Arrivé au Canada dimanche soir, le président israélien a été reçu par le gouverneur général David Johnston, lundi matin à Ottawa. Les deux hommes ont eu une discussion sur ”l’éducation et l’innovation”, deux sujets chers au président israélien, dont le but de la visite est de promouvoir une plus grande collaboration entre le Canada et Israël.

      M. Peres a d’ores et déjà indiqué, par voie de communiqué, que le Canada figurait parmi les pays les plus amicaux à l’égard d’Israël (depuis l’élection de Stephen Harper). Ce qu’il a réitéré lundi : « J’ai l’impression que le Canada a toujours une approche positive, jamais indifférente, jamais Neutre », a-t-il déclaré.

      Ancien premier ministre israélien aujourd’hui âgé de 88 ans, M. Peres visitera aussi Montréal et Toronto. Il rencontrera les premiers ministres du Québec et de l’Ontario à ces occasions (et aussi l’Establishment des industriels et de la Haute Finance). Il sera davantage question ”d’économie” au cours de ces rencontres. M. Peres fera la promotion des spécialités israéliennes comme les énergies renouvelables, la recherche sur le cerveau et les techniques de l’eau.”

      Prenez conscience ici de la participation d’Israël à l’ONU et aux droits de l’Homme.
      La Presse
      ”Publié le 26 mars 2012 à 09h51 | Mis à jour le 26 mars 2012 à 10h15
      Israël coupe les ponts avec le Conseil des droits de l’homme de l’ONU

      ”Agence France-Presse
      Jérusalem
      Le ministère israélien des Affaires étrangères a annoncé lundi avoir décidé de rompre tout contact avec le Conseil des droits de l’homme de l’ONU, à la suite de l’annonce par cette instance d’une enquête sur les conséquences de la colonisation.

      «Le ministère des Affaires étrangères a pris la décision de rompre tout contact avec cette organisation», a affirmé à l’AFP le porte-parole du ministère, Yigal Palmor, précisant que cette mesure n’avait pas encore été notifiée au Conseil (de Sécurité de l’ONU).

      Ce dernier a déclenché la colère d’Israël après avoir donné jeudi son feu vert à la mise sur pied de la première mission d’enquête internationale indépendante sur l’impact des colonies israéliennes dans les Territoires palestiniens occupés, y compris Jérusalem-Est.

      Le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a aussitôt fustigé «l’hypocrisie» du Conseil des droits de l’homme tandis que les Affaires étrangères qualifiaient sa décision de «surréaliste».

      Le chef de la diplomatie, Avigdor Lieberman, avait laissé entendre dimanche qu’Israël allait cesser de coopérer avec cette instance des Nations unies.

      «Cet organisme hypocrite n’a rien à voir avec les droits de l’homme. Son parti pris et son manque d’objectivité sont évidents, et nous n’avons aucune raison de coopérer avec lui», avait affirmé M. Lieberman.

      «Nous ne serons pas acteurs dans ce théâtre de l’absurde, car 70% des décisions de ce Conseil sont hostiles à Israël. Nous envisageons de demander aux pays libres, comme les États-Unis, de s’en retirer», avait-il ajouté.”

      Israël se fâche avec l’ONU
      Le Point.fr – Publié le 26/03/2012 à 20:07 – Modifié le 27/03/2012 à 12:02

      L’État israélien a rompu tout contact avec le Conseil des droits de l’homme, qui voulait mener l’enquête sur la colonisation.” (Paranoï psychique Anti-sémitique, ici, utilisée par Israël pour faire taire tous ses opposants qui ne pensent pas comme elle)
      ______________________

      Le relativisme est un « mouvement de pensée qui traverse les siècles depuis l’Antiquité gréco-romaine », pour désigner un ensemble de doctrines variées qui ont pour point commun de défendre la thèse selon laquelle le sens et la valeur des croyances et des comportements humains n’ont pas de références absolues qui seraient transcendantes. Le succès du relativisme ”culturel” à partir de la seconde moitié du XXe siècle, et à visée politique dans les années 1980, en Occident, a assuré la primauté et même l’exclusivité à ce sens du mot non déiste, ni au sens Platonicien du terme (Moteur Immobile) et, au sens d’Hypostase de Dieu.
      (Les hypostases sont des principes premiers, des réalités fondamentales, dont l’étude relève de la métaphysique grecque ou de la théologie philosophique grecque Judéo-Romaine.)

      Vous riez ! Prenez conscience ici des préparatifs du Royaume-Uni pour contrer toute opposition au Gouvernement Britannique.

      Sonic weapon to defend London 2012
      http://www.thetimes.co.uk/tto/multimedia/archive/00294/sonic_294044e.jpg

    • Votre article ne correspond pas non plus à la réalité vécue par mes enfants touchés par la grève étudiante et qui semble être celle-ci.

      Des votes serrés pour le renouvellement de la grève du genre 58% pour et 42% contre. Donc près de la moitié des gens en présence sont contre la grève.

      Plusieurs des personnes qui ont obtenu des injonctions pour reprendre leurs cours n’ont jamais mis les pieds dans une assemblée pour voter contre la grève. À cause de l’intimidation me direz-vous, mais il y avait quand même 42% de gens présents contre la grève. Donc où se situe l’intimidation?

      Il faut avoir le courage de défendre son point de vue avant de demander une injonction. Peut-être les juges devraient-ils vérifier ça avant d’accorder des injonctions à tout vent.

    • C’est décidé: l’éducation supérieure se fera en Ontario ou au Nouveau-Brunswick !!!!!!

    • Simple comme bonjour nos jeunes sont les greeks du Québec, ils veulent tout gratuit vous pensez que nous avons de la fraude au Québec, ils ont appris et aucun d’entre eux payeront des impôts se sont des socialistes dans l’âme.

    • @aigle.blanc

      Mon cher pygargue, vous vous perdez de plus en plus… Vos nombreuses recherches sur internet pour arriver à pondre vos textes “empruntés” ne m’impressionnent pas. Vous vous permettez de faire observer à un autre blogueur qu’il a omis un point dans son nom et, de votre côté, vous êtes incapable de formuler un texte sans utiliser la ponctuation d’usage à la bonne place. Risible!

      Vous semblez avoir de la difficulté à faire la différence entre une fosse septique et un faux sceptique et vous vous permettez de nous traduire vos textes confus et faisant du “copier/coller” que n’importe qui peut faire.

      En passant, si vous désirez me répondre, en souhaitant que ce soit concis, laissez parler votre coeur; là, vous pourrez m’impressionner.

    • Le gouvernement a oublié un élément-clé dans sa loi 78; La nécessité de revoir l’organisation des fameux syndicats ou associations des étudiants. Il me semble qu’il faudrait qu’on exige un quorum représentatif ainsi que l’obligation de tenir des scrutins secrets. Avec cette réorganisation nous pourrons êtres en paix pour les prochains 2 ou 3 siècles à moins que les étudiants manifestent contre ces modifications anti-démocratiques à leurs yeux.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mai 2012
    D L Ma Me J V S
    « avr   juin »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité