Vincent Marissal

Vincent Marissal - Auteur
  • Vincent Marissal couvre la politique depuis plus de 15 ans, sur les collines parlementaires à Québec et à Ottawa, dans le reste du Canada et même à l'étranger.

    Suivez le compte Twitter de Vincent Marissal: @vmarissal

  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 4 mai 2012 | Mise en ligne à 11h20 | Commenter Commentaires (132)

    Jadis, ils prônaient le gel…

    Un lecteur m’a envoyé cet article où il est question d’un certain Jean Charest demandant à un certain Lucien Bouchard d’honorer sa promesse de geler les droits de scolarité…

    J’ajoute aussi celui-ci, dans lequel le premier ministre Lucien Bouchard fait du gel une promesse électorale…

    La Presse
    Politique, mercredi 2 septembre 1998, p. B1

    Bouchard promet de geler les droits de scolarité

    Gagnon, Katia

    Québec – S’il est réélu, le premier ministre Lucien Bouchard renouvelle la promesse faite en 1994 par son prédécesseur, Jacques Parizeau, et promet de geler les droits de scolarité à l’université pour toute la durée du mandat d’un nouveau gouvernement péquiste.

    M. Bouchard s’est engagé en ce sens lors d’une rencontre il y a deux semaines avec les représentants des différentes fédérations étudiantes, a appris La Presse. «M. Bouchard nous a indiqué que s’il avait réussi à maintenir les droits gelés pendant la période de réduction des dépenses qui vient de se terminer, il ne verrait pas pourquoi il ne pourrait pas le faire pour la période de surplus budgétaires qui s’en vient», confirme le président de la Fédération étudiante universitaire du Québec, Nikolas Ducharme.

    Les fédérations étudiantes ne se satisferont cependant pas de cet engagement, contracté en privé, et s’attendent à ce que le chef du gouvernement se commette publiquement sur cette question. «On est content, mais on le serait encore plus s’il s’engageait formellement en public», dit M. Ducharme.

    Le chef libéral, Jean Charest, s’est de son côté engagé à n’augmenter qu’au minimum les droits de scolarité, en fonction de la hausse du coût de la vie, une promesse qui a déplu aux leaders étudiants qui réclament un gel total.

    Depuis quatre ans, le niveau des droits de scolarité est demeuré stable, mais au prix d’intenses pressions de la part des associations étudiantes, qui ont dû sortir dans la rue pour contraindre le gouvernement péquiste, pris à la gorge par son objectif de déficit zéro, à respecter sa promesse de 1994.

    Le premier ministre Bouchard ne s’est toutefois pas limité aux droits de scolarité: lors de la même rencontre, il a également promis aux fédérations étudiantes que son gouvernement légiférerait pour interdire les clauses discriminatoires, dites «orphelin», qui désavantagent les jeunes travailleurs en leur imposant un salaire moindre que celui de leurs aînés.

    M. Bouchard n’a pas précisé letype de législation auquel son gouvernement aurait recours, mais tout indique que le ministre du Travail, Matthias Rioux, se prépare à élaborer une loi cadre pour limiter le recours à ces clauses discriminatoires, une législation qui pourrait être adoptée dès la prochaine session parlementaire.

    Hier, en commission parlementaire, l’Union des municipalités du Québec est pourtant venue avertir le gouvernement de ne pas interdire les clauses discriminatoires sans donner d’autres options aux municipalités pour réduire le niveau de leur masse salariale. Sans quoi, soutient l’organisme, les villes n’auront d’autre choix que d’augmenter les taxes.

    Rappelons que le recours aux clauses discriminatoires a grimpé en flèche dans les municipalités depuis le transfert financier de 500 millions de Québec vers les municipalités, qui n’avaient pas le droit, pour respecter ces nouvelles obligations financières, d’abaisser le salaire de leurs employés actuels. Elles ont donc usé d’autres moyens, qui pénalisent les nouveaux employés. «En interdisant les clauses orphelin, on va peut-être créer un problème au lieu d’en régler un. On ne peut pas régler de façon simple un problème complexe», lance le président de l’Union des municipalités, Mario Laframboise, qui croit qu’ajouter au «carcan» qui enserre déjà les relations de travail dans le monde municipal ne pourra conduire qu’à une hausse des taxes.

    «Est-ce que c’est possible de penser un instant au contribuable?» s’est-il exclamé.


    • Sauf que ces faits se sont passées il y a 15 ans. La réalité économique, politique et sociale n’est plus la même. En économie et en politique, 15 ans, c’est une éternité.

      À ce que je sache, Pauline Marois qui se flagelle pour demander à Jean Charest un moratoire a déjà elle-même évoqué le dégel des frais. C’est facile d’être contre le pouvoir en place pour se faire du capital politique.

    • Y’a juste les fous qui changent jamais d’idée!

      Et les fanatiques et les idéologues et les fondamentalistes et les extrémistes et les …

    • “When the facts change, I change my mind” (John Maynard Keynes). Je vous souhaite cette sagesse, m. Marissaal, au lieu de faire dans la facilité ou dans l’entêtement.

    • Étrange, vous ne parlez pas de Pauline Marois qui pronait le DÉGEL en 2007.

      http://dl.dropbox.com/u/77085615/maroispourdegel.pdf

    • Simple à comprendre…
      Il y a 15 ans le gel pouvait faire du sens, mais plus maintenant…
      D’ailleurs M.Bouchard s’engageait à geler pour un mandat et non pas ‘ad vitam aeternam’.

    • Ou voyez vous que Jean Charest demande à Lucien Bouchard de respecter le gel dans cet article, j’y vois plutôt ce paragraphe:

      “Le chef libéral, Jean Charest, s’est de son côté engagé à n’augmenter qu’au minimum les droits de scolarité, en fonction de la hausse du coût de la vie, une promesse qui a déplu aux leaders étudiants qui réclament un gel total.”

      C’est le président de la FEUQ de l’époque, Nicolas Ducharme, qui demande à Bouchard de respecter sa promesse électorale.

      Charest tient promesse, en indexant les frais au niveau de la dernière hausse de 1990.

      Luc Giguère
      Montréal

    • Je me rappelle comme si c’était hier d’une conférence donnée par Lucien Bouchard à des étudiants de l’UdeM juste avant la campagne de 1998. Il promettait rubis sur ongle de geler les frais, en y allant ensuite d’une longue profession de foi sociale-démocrate, tout en s’en prenant à Jean Charest, l’allié de Mike Harris…

    • Et? Se pourrait-il que 13 ans plus tard nos dirigeants se rendent compte que l’idée était mauvaise, que ce gel a eu de mauvais effets.

      En politique des décisions sont prises et ce n’est souvent que plusieurs années plus tard qu’on peut mesurer l’effet de la décision. Parfois elles sont excellentes, d’autres fois correctes et parfois mauvaises. La gestion d’un pays, d’une province se fait en prenant des décisions pour du long-terme, avec un minimum d’informations souvent contradictoires, sans connaitre ce que sera le futur réel. Il faut toujours revoir les décisions dans leur contexte original.

      G. Lacasse

    • Ces dans les moments de crise que l,homme se révèle monsieur Bouchard ses montrer digne de ses fonctions lors de la crise du verglas en rassurant la population à tous les jours que la crise à durer.Bien que la crise actuel ne peut se comparer le premier ministre c,est réveler comme une personne qui laissait pourir la situation en espérant que le tout se règle par lassitude ce qui n’est pas arriver.Et ca ne démontre pas qu’il a les deux mains sur le volant.

    • …Ah! La politique. Tout tient dans ce petit bout de phrase: «S’il est réélu, Lucien Bouchard promet de geler (…) pour toute la durée du mandat…».

      Et cet autre: «….Jean Charest s’est engagé à n’augmenter (….) qu’en fonction du coût de la vie….»

      Mais n’est-ce pas ce qu’on appelle la «realpolitik»?

      Comme le disait si bien Xavier Galarneau: «Ben sûr!»

      Et dire qu’à cette époque, les membres de la CLASSÉ au grand complet commençaient à peine leur cours primaire.

    • C’était à une autre époque où il devait faire plaisir à sa bande d’enfants gâtés PQuiste. Aujourd’hui Lucien est un homme libre. Et puis « on résiste à l’invasion des armées pas des idées ». Vous êtes si de mauvaise foi.

    • Pour moi tant Lucien Bouchard que jean charest ne sont que des opportunistes qui pour avoir accès au pouvoir sont prêts à tout mais plus à avoir raison peu importe les enterloupettes, et toute leur carrière la démontrée, pour bouchard le seul parti qu’il n’a pas fait parti d’une façon ou l’autre est peut-êtyrer le NPD, pour charest luiest passé des conservateurs d’êtreme droit au libéraux québecois centriste tout en demeurant à droite.

      Oui ils sont de brillants politiciens mais je n’ai aucune confiance et de respect pour ce genre d’individus. Je connais personellement plusieurs libéraux qui ont une avertion déclaré sur Charest et son administration, et il y a quelque temps ¸même le Dr clifford Blais qui se dit libéral et je crois ancien cnadidat pas certain de ça l’a dit ouvertement à Denis Lévesque justement lors d«’un débat sur les droits de scolarité.

    • C`est un débat qui ne date pas d`hier et qui a longtemps servi d`opportunité purement électoraliste. Dans le présent conflit c`est tout le contraire.
      Ce n`est qu`une vache à lait qui n`a ni objectif précis,ni résultats assurés.

      Alors on ne parle plus du pourquoi cette décision fut prise,des objectifs,des autres préoccuppations relatives au domaine de l`éducation ou de la nécéssité de tout revisiter.

      Le gel des frais c`est de l`utopie,de l`idéalisme. On charge ou on ne charge pas. Sauf que tu ne peux pas et ne dois pas unilatéralement décider d`une majoration de plus de 75 % de quoi que ce soit. C`est le noeud du problême. Certains disent une piastre par jour y a rien la ! C`est pas une piastre par jour c`est 75 % d`augmentation.

      Au dela des préoccupation bassement financieres et politiques, on ne parle pas de l`importance de l`éducation en tant qu`objectif de société et on préfere fermer les yeux sur le gaspillage des amis recteurs .

      Votre rappel démontre bien que le premier ministre parle des deux côtés de la bouche et que sa derniere initiative n`était pas réfléchie. Le PLQ parle cash ,peu importe d`ou ca vient peu importe qui paye la note. Mias ca on préfere ne pas en tenir compte hein ?
      On peut difficilement nier donc qu`une génération tente de refiler la facture à une autre et que cet ajustement tarifaire bien que souhaitable ne peut être imputé d`un coup à une génération.

    • Vire capots pour le fric. On le savait déjà.

      Pierre Tremblay

    • M. Marissal

      Pourquoi resasser les positions antérieures de Jean Charest et de Lucien Bouchard sur les gels des frais de scolarité alrs que nous avons à régler une crise en ce moment.?Tout le monde sait que les gouvernements, pendant plusieurs années étaient favorables au gel….Nous n’en sommes plus là et le gouvernement D’AUJOURD’UI est prêt à rencontrer les associations étudiantes DANS QUELQUES HEURES.. Nous en somme peut-être au début d’une entente entre le gouvernement et la “rue”.

      Vous avez un sens du timing douteux. Vous ressortez ces jours-ci le manquement à l’éthique de Mme Beauchamp en 2009..(Pourquoi pas attendre lors de la commission sur la construction ou…) ET PUIS VOUS REVENEZ SUR d’autres pseudo “squelettes du placard” au sujet du gel des frais de scolarité il y a quelques années …

      L’urgence en ce moment consiste à mettre toutes les chances de la négociation de réussir
      et de sortir de la crise politique de 2012!!!

    • Je ne suis pas sur du point que vous voulez démontrer avec ce billet. En 13 ans ils ont changé d’opinion, et alors ? Je ne vois pas d’humour, d’argument ou d’hypocrisie là-dedans, éclairez moi ?

    • Monsieur Marissal,

      SVP, soyez serieux! C’etait en 1998!!!!! 14 ans ont passe depuis…..et puis, je vais vous dire: c’est bien “Quebecois” de toujours regarder en arriere, ca peux-tu nous arriver de regarder en avant de temps en temps, me semble que ca ferait du bien et changement!

      McFilion
      Montreal

    • jadis les finances du québec étaient belles … mais le temps passe et hier encore j’avais 20 ans

    • Excellente trouvaille, je parie que les étudiants vont bien apprécier.

    • Et la dette était de combien, à l’époque ?

    • Bien que je sache que Bouchard a déclaré récemment qu’il était pour le dégel des frais de scolarité, ce document révèle que Bouchard est un homme qui pense à court terme et selon l’air du temps en somme un “has been”. Il a droit à son opinion mais comme tout le monde dans la privé.
      Par ailleurs lorsque l’on parle de JJ Charest, les jeux sont faits.

    • Sauf que la situation financière était celle de 1998. La donne a changée. Donc votre papier ne sert qu’à remettre de l’huile sur le feu.

    • Avec le temps bien des choses changent. Tiens prenez les déjeuner…

      louis lafontaine
      450

    • Rien n’est trop bon lorsqu’il s’agit de séduire le bon peuple, que l’on soit dans l’opposition ou en période électorale.

    • Il faut se remettre aussi dans le contexte historique de l’époque. Les droits de scolarité venaient de connaître une grande augmentation de 1990 à 1995. ils avaient presque triplés selon mon souvenir. Donc parler de gel à l’époque revenait à dire que l’effort demandé venant des étudiants avait déjà été appliqué.

      Et le gel de n’importe quel frais n’est jamais une bonne solution. L’inflation existe dans notre société, les dépenses y sont soumises donc il est normal d’appliquer cette inflation aux revenus et aux frais applicables. Pour l’accessibilité, les prêts et bourses sont la meilleure méthode pour faire une redistribution de la richesse car tu donnes les bourse aux pauvres et non pas aux riches. Garder des fraix très très bas, revient simplement à subventionner les riches car ils payent le même tarifs que les moins bien nantis. Si je ne pense pas à la société, je vais dire que personnellement, garder les tarifs bas, ça va me donner une facture moins onéreuse pour l’éducation de mes enfants.

    • Ça nous démontre combien les choses ont changé depuis ce temps..

      Quand j’étais étudiant, je me battais aussi pour la gratuité, le gel , etc..

      Ça été un peu le rêve de notre époque: penser qu’avec l’État omniprésent, on serait protégé de tout. Des méchands employeurs qui ne donnaient pas de chances aux francophones; des pétrolères qui ambitionnaient, des banques qui nous baisaient pas à peu près.

      Depuis s’est ajouté la mondialisation, qui a grugé toute l’industrie manufacturière; qui est en train de gruger les autres industries et laisse les géants dicter leurs lois et les pays en développement délocaliser les emplois. On nous disait, laissons-leur un peu de temps pour implanter des mesures sociales. Sauf que les emplois sont partis et partent encore.

      Pour faire une histoire courte, des entreprises aussi bien ici qu’ailleurs en occident, font du capitalisme sauvage et ne contribuent pas à la richesse collective (dixit Warren Buffet). Ce qui fait que le fardeau se transporte de plus en plus sur les payeurs de taxes. Si on leur serre la vis, ils partent; c’est un chantage incroyable auquel tous les gouvernements sont soumis. Prenons simplement l’exemple de GE aux USA, qui siège sur le comité de relance d’Obama, et qui implante une usine de plusieurs milliards en … Chine.

      La gratuité des services ou ceux à bas prix, ont entraîné la plupart des pays occidentaux vers de gros problèmes budgétaires. Même la France et la la Grande-Bretagne sont aux prises avec des problèmes majeurs. On parle même de hausse des taux d’intérêts avec françois Hollande au pouvoir.

      Les citoyens au milieu de tout ça, sentent qu’ils n’ont plus de pouvoirs. Si tu resserres pas le budget, tu seras pénalisé au niveau des taux d’intérêt sur la dette; comme le Québec est champion à ce niveau, il pourrait y goûter pas à peu près. Comme aussi les autres provinces sont tannés de nous faire vivre, la marge du gouvernement est inexistante; la péréquation c’est à la veille de péter.

      Mais le PQ et Solidarité Sociale ne changent pas de discours; ils nourrissent le vieux rêve de la gratuité. On dirait qu’ils sont encore à l’âge de Woodstock. Et les jeunes et ceux qui sont moins fortunés et qui n’ont rien à perdre embarquent dans ce discours.

      Conclusion: on doit apprendre comme tout bon père de famille à vivre selon nos moyens. Et, faire ce qu’on peut pour amener ces entreprises qui font des milliards sur notre dos à contribuer à la société. Il faut réussir à passer ce message aux jeunes et donner l’exemple de saine gestion.

    • Rien de surprenant…

      Jadis chef du parti conservateur, Mr Charest était un des plus farouche opposant au registre des armes à feu, qu’il jugeait inutile et méprisant pour les proriétaires respectueux des lois, et s’indignait des coûts qui serait selon lui astronomique…

      Maintenant, il veut à tout prix son toujours aussi inutile et inutilisé registre des armes à feu non restreinte, qui à en effet coûté une fortune, et qui continuera à couter une fortune astronomique pour une utilisé quasi nulle, surtout que les données actuelles du registre sont en train de disparaitre, et que tout sera à recommencer…

      Donc, non, nous ne sommes aucunement surpris de ces revirements d’idéologie…

    • Comprendre les préocupations des étudiants et de la population

      Dans cet article du Washington Post (traduit par le Courrier International) on peut comprendre les préocupations des étudiants et de la population qui veut empêcher que ce scénario se produise ici. À lire d’urgence!
      sitehttp://www.courrierinternational.com/article/2012/

    • C’est ce qu’on appelle parler des 2 cotés de la bouche.
      Pas surprenant, Charest a été élevé à Ottawa.

    • Jadis, les marchandises étaient transportées à cheval.

    • C’est un peu démagogique… C’était en 1998!
      Ça veut pas dire que 14 ans plus tard, ces politiques continuent d’être pertinentes…

      C’est quoi le prochain scoop? Dans les années 60, les libéraux étaient contre l’avortement?

      B Plante

    • En effet les libéraux ont maintenu le gel pendant le premier mandat suite à leur promesse faites. Même chose pour Mr Bouchard qui s’est fait promettre, à l’époque par un certain président de la FEUQ Mr Rebello ex député péquiste et maintenant député de la CAQ de livré le vote des étudiants. Ce qu’il n’a jamais fait.

      Mais on va parler de l’autre coté de la médaille maintenant.

      Les trois associations, la FECQ la FEUQ et la CLASSE, il y a 3 ans, pas il y a 15 ans en 2009, ce qui est pas mal plus significatif, dénonçaient le sous-financement chronique des universités qui brimait l’éducation l’embauche de professeurs, etc…

      Le discours a changé en 2010 quand le gouvernement a fait la rencontre des partenaires en éducation ou le chemin de la hausse fut tracé.

      Auparavant on dénonçait le sous financement des universités par la suite, elle n’était plus sous financé en faite oui mais ce n’est pas graves…

      On reconnait qu’on reçoit 600 millions de moins mais si on gère mieux (!!!) ça va être correct… On redistribue l’argent et voilà!!!

      Même Éric Martin l’auteur d’Université inc dit que ça ne change rien 600 millions de moins!!!

      La FEUQ parle en pourcentage des montant investit en recherche versus en éducation pour expliquer le débalancement.

      Mais c’est certain qu’avec 600 millions que les universités du reste du Canada on doit faire différemment!

      Je ne comprends pas que vous ne voyez pas que ce que suggèrent les étudiants s’est de laisser à la génération future un réseau universitaire en décrépitude.

      Mais lui ti-cul à la maternel ne peut pas aller militer quand vous en croiserez un ti-cul, vous lui expliquerez à lui pourquoi vous ne vous levez pas pour défendre ses droits.

      Bernard Théroux
      Hochelaga

    • Et toc! dans les dents!

    • Pourquoi vous vous attaquez à Bouchard qui a pris cette position il y a 14 ans et que vous passez sous silence qu’il y a cinq ans (2007) Pauline Marois prônait un dégel des droits de scolarité pour pallier au sous-financement des universités. De plus, Bouchard indiquait qu’il n’y aurait pas d’augmentation lors du prochain mandat péquiste, tandis que Marois parle d’un gel permanent, alors qu’en 2007 est prônait une hausse appréciable.

      Le dernier sondage le confirme, le PQ est rayé de la carte dans la grande région de Québec, les gens ne peuvent supporter une opportuniste comme Marois.

    • Vous me faites rire avec des trouvailles de 1998. Ca fait 14 ans de ca. C’est long 14 ans en politique.

      Les conditions changent. Le gel ne pouvait pas être éternel. Voyons donc!!!!

      Jésus a changé l’eau en vin et aujourd’hui, les jeunes ont tolérance 0 jusqu’à 21 ans.

    • Il ne prône pas le gel mais le respect d’une promesse électorale faites par un autre parti (le PQ de Lucien Bouchard). Comme pour lui mettre en pleine face la réalité que les université sont sous financé et qu’il doit trouver un moyen d’honorer sa promesse tout en investissant plus, car selon lui il y a un manque a gagner. Belle façon de détourner les mots M. Marissal

    • J’imprime les 2 articles et je les encadre !

      Toujours aussi inégal à lui même dans son inégalité M. Charest.

      Merci M. Marissal

    • Voilà la preuve de ce gouvernement contradictoire.Depuis 2003 ,je suis de près les travaux à l’assemblée nationale.Il n’a jamais vraiment gouverner.Il s’est surtout laissé conduire par d’autres qui avaient les mains sur le volant.Le doute s’est installé partout et M. Charest n’est plus crédible.Il a changé plusieurs lois à son avantage. Plus rien ne va avec ce parti. Quant à M. Bouchard, Il a fait cette sortie car il a des enfants à l’université .Ça le touche.Il réagit.Quelle hypocrisie!

    • Bof, c’est pas la première menterie de jean charest. Quand tes ministres déjeunnent avec les parrains de la mafia, c’est quoi une petite menterie de plus ou de moins?

    • Si vous lisez bien, Charest ne demande pas de geler les frais de scolarité. Il demande au gouvernement de l’époque de respecter son engagement de geler les frais de scolarité. Nuance importante!! Il parle aussi de maintenir les frais de scolarité les plus bas possibles. Cela ne signifie pas nécessairement de les geler. Autre nuance importante!!

    • On voit ici que M. Bouchard a viré à 180 degrés de sa position depuis qu’il n’est plus premier ministre.
      La cause des gaz de schiste est plus importante maintenant que celle des étudiants.

      Que dire de M. Charest qui aujourd’hui veut augmenter de façon faramineuse les frais de scolarité et qui, à cette époque consentait une gel des frais de scolarité assorti d’une indexation au coût de la vie.
      C’est à croire qu’il y a peu de réflexion et de conviction dans les prises de décision de nos chefs de gouvernement. Cela semble plutôt une façon brouillonne de gouverner à la petite semaine selon les appuis que le parti a dans la population. On ne peut dès lors se surprendre comme le dit si bien Lucien Bouchard , par un juste retournement des choses, que la population soit cynique envers les politiciens.

    • Les temps ont changé depuis l’époque des charrettes à bœufs.

      Le fameux gel, on est censés garder ça jusqu’en 2190? Un peu de logique!

      Un courriel circule sur les tenants et les aboutissants ou si vous préférez, sur les véritables motifs, vérifiables, de ce boycott étudiant. Je l’ai envoyé à un journaliste de votre équipe. Silence radio… .étrange non?

      Dominique Lavoie

    • Ouf ! quelle nouvelle.
      Et c’est ce mec, Charest, qui fait une grosse morale sale à tout le monde, qui lève le nez
      sur la classe, qui se dit en désaccord avec le vote à main levée, quant ils le font eux même
      dans leur assemblée «tout est à main levée, tout le temps, « la même chose chez les autre
      partis.
      Ils ne voulaient pas s’asseoir avec la Classe quant eux ou elle, la mini ministre, elle, elle
      s’assoie de bonne grâce avec tout ce qui grouille et grenouille chez notre bonne vieille
      mafia Montréalaise.
      Et ce petit premier ministre pense de se faire élire sur le dos de n os étudiants…

      NON, NON ET NON…
      ET MERDE ALORS

      Réjean Grenier.

    • Peut-être le dégel est-il relié au réchauffement climatique !

    • Oui mais M. Bouchard la dit lui même dans un entrevue avec votre collègue de La Presse que la situation financière des universités n’étaient pas la même a l’époque…… on ne parlait pas de sous financement comme aujourd’hui!!!

    • La question du gel n’est pas une question de principe mais de gestion. La réalité change en 15 ans.

    • À l’époque, on savait écrire en sortant des études.

    • …@philippeleroyaudy,4 mai 2012,12h30: «…jadis les finances du québec étaient belles …»

      Les finances du Québec «belles» en 1998?? Les finances du Québec, tout comme celles du Canada d’ailleurs, sont en piètre état depuis le début des années 80.

      Et contrairement au Fédéral qui, sous Chrétien comme P.M. et Paul Martin aux finances, a vu au redressement ce qui a permis à Harper de passer à travers la dernière crise en se privant volontairement de 20 milliards de revenus par année, Québec n’a jamais fait le nécessaire.

      Je me rappelle même de cette phrase de Jacques Parizeau qui parlait de «siffler la fin de la récréation» mais il n’a jamais trouvé le maudit sifflet, ni personne d’autre après lui d’ailleurs.

      Et d’après ce que je peux voir, ça n’est pas demain la veille que l’on verra ne serait-ce que l’armorce du début d’un commencement de solution.

    • Je soutiens les étudiants.
      Ils sont le Québec de demain.
      Si la population regardait plus loin que son petit nombril (et lâchait un peu TVA and Cie.)
      Je paie des impôts pour que les gens de ce pays aient droit aux soins de santé et l’éducation gratuite. (entre autres…. le minimum décent “mettons”)

      C’est exactement le contraire qui se produit.
      “Avancez en arrière !” Disait le chauffeur de bus !

      Bon billet Mr. Marrisal.
      Les gens n’ont pas de mémoire

      Robert Duquette

    • Correction à mon 15h33
      Marissal….. désolé

    • La situation a changé ….

      Beeen voyons !!

      Cet article démontre on ne peut plus clairement qu’hier comme aujourd’hui, y’a rien d’économique dans ce foutu débat ; y’a que de l’idéologique.

      Une idéologie qui plus est, actuellement menée de façon to-ta-le-ment irresponsable.

      Exactement la même approche qu’Harper et son Canada.

      Je l’ai tu dis ? : irresponsable.

      ( Dire de la conduite du boss de la bécosse ).

      Et nous on tombe dans le panneau et on se radicalise sur du vent, sur des niaiseries très loin de l’essentiel, comme des coqs de basse-cour aveuglés zombis lobotomisés. ( ouf ! )

      Moi j’en ai rien à cirer des idéologues/gestionnaires manipulateurs à la petite semaine , c’est indigne de la fonction d’unE éluE ; j’ai pas voter pour ça.

    • 14 ans!!! Pas fort M. Marissal.

    • Mais ça c’était avant que les financiers nous fassent plonger dans le rouge foncé avec leurs papiers commerciaux bidons.

    • ” La question du gel n’est pas une question de principe mais de gestion. La réalité change en 15 ans.”

      J’ai un point de vue différent à ce sujet: la question du gel est une question de principe, de valeurs et les choix au cours des années doivent permettre de conserver ce choix.

      Lorsque vous faites votre budget personnel et que vous êtes en difficulté financière que faites vous ? vous resserrez votre gestion, vous couper dans les voyages, dans les cadeaux, dans les restaurants: toutefois vous vous assurez que vos enfants soient éduqués ,que votre famille soit logés et nourris sainement. (C’est comme acheter un dessert et couper dans les fruits et légumes parce qu’ils sont trop chers)

      Le québec en période de difficulté et de déséquilibre conserve tout ses beaux programmes et pour les financer coupe dans l’éducation.

    • Jean Charest… quoi dire d’autre!

    • À entendre certains commentaires et en réaction aux sondages ( un peu contradictoires ) d’aujourd’hui … je me désole d’une chose tout en espérant me tromper !

      Certains électeurs québecois trouvent que le gouvernement Charest prend ses responsabilités dans le conflit des frais de scolarité qu’il a provoqué … et même peut-être voulu. Tout cela pour permettre un ajout de 35 millions aux budget des universités. On peut ou non être favorables à l’augmentation des frais de scolarité MAIS il aurait fallu que le tout soit fait en consultation avec les premiers concernés: les étudiants.

      Mais non, on les a considéré comme ” des moins que rien ” , ” des bébés gâtés “, etc. Avec toute cette provocation, on a eu les dégâts, les manifestations et la casse qu’on connaît avec des coûts dépassant les 35 millions. Combien coûteront les services de sécurité pour le Congrès libéral à Victoriaville ? Ce sera comme tous les coûts afférants payé par les fonds publics.

      Si certains électeurs insatisfaits du gouvernement actuel votent LIBÉRAL à la prochaine élection … en se bouchant le nez pour ne pas sentir l’odeur de leur vote … je désespère des québecois qui trouveront ce gouvernement ” bon administrateur et responsable ” parce qu’il sauvera 35 millions ALORS que depuis 2003, il a instauré un système de favoritisme pour ses petits amis qu’ils soient honnêtes ou membres de la mafia et du crime organisé.

    • On sais tous que les politiciens achètent des votes avec des promesses. Des promesses la plupart du temps empoisonnées. C`est le sport national des politiciens depuis 50 ans. Maintenant on est rendu a plus de 200 milliards de dette, avec des fond pensions des villes et du gouvernement déficitaires de plusieurs milliards. C`est ce que donne la social-médiocratie.

    • On s’en fout de ce qu’ils ont dit il y a 15 ans !

      Qui n’a pas changer d’opinion sur différents sujets de puis les 15 dernières années. Ne pas changer d’idée équivaudrait à la stagnation et à la dictature d’une politique non efficace mais maintenue par simple idéologie.

      Aucun rapport avec la situation actuelle. D’ailleurs, la situation démographique, économique et sociale était bien différente à l’époque.

      Donc, une tentative de déclencher une tempête dans un petit verre d’eau.

      François Bélanger

    • Mr Bouchard a toujours été un vire capot , ça date pas d hier

      albert bela

    • La démonstration a été faite, depuis longtemps, qu’il est tout à fait inutile d’augmenter les frais de scolarité, à moyen terme.

      Il faut des réformes, soit,…du système en entier !!!

      C’est ce que Charest et sa bande de vieux ringards ne comprennent pas !

      La manifestation de Victoriaville a tournée à l’émeute : Rien d’étonnant, avec un gouvernement libéral aussi rétrograde.

      Et bonjour la police !

    • M.Marissal,
      Vous nous avez habitué à plus de rigueur journalistique. Depuis le début du conflit entre les étudiants et le gouvernement, vos commentaires finissent toujours à prendre l’allure de règlements de compte. C’est dommage.

    • Ca vous très bien de défendre cette gang de bandit. Très édifiant qui se ressemble s’assemble.

    • C’est sûr qu’en baissant les impôts de 950 millions en 2007, on allait créer un déficit et pouvoir dire quelques années, “on n’a plus d’argent !”. Ça représentait quoi 950 millions pour le contribuable moyen ? Deux bières par semaine environ ? Un Iphone ? En 2007, les revenus du gouvernement étaient en hausse en raison des transferts fédéraux. Et on a creusé un déficit pour appliquer le stratégie “Starving the beast”. Diantre…

    • Vous auriez pu vous passer de cet article M. Marissal. Comme on dit: “vous l’avez échappée celle-la”… Mon opinion sur vos motivations: votre tete pense comme le gouvernement, et vore coeur nostalgique d’ancien militant étudiant vous pousse à vous montrer encore “in” 20 ans plus tard…

    • La réalité change aussi en quinze secondes… Les principes, les convictions, les valeurs, ces niaiseries-là, kossé ça veut dire? Adaptons-nous à tout et à n’importe quoi… surtout à l’évangile néo-libéral, la doxa des gens de gestion qui explique absolument tout, garantie ideology-free…

    • Bonjour M. Marissal,

      Avec votre grande sagesse et vos grands principes, expliquez-nous donc, à nous, les ignorants payeurs de taxes, ce que faisaient les dirigeants des centrales syndicales à la table des négociations avec les étudiants? Comment se fait-il que personne (aucun journaliste) n’en ait soufflé mot depuis le début du conflit? Ils ont pourtant toujours été là, juste à côté.

    • Et oui la réalité change et les gens oublient que les frais de scolarité sont restés gelés dans d’autres périodes de crise économique pire que celle-ci. Il fut une époque où le gouvernement du Québec a dû créer des “bons d’emplois” pour permettre aux jeunes diplômés universitaires de travailler 20 semaines afin d’avoir droit à l’assurance chômage parce que nous étions trop nombreux à tomber sur BS tellement les emplois étaient rares. Et nous sortions de nos études endettés à l’os avec des prêts étudiants à 10% d’intérêts et plus. Plusieurs d’entre de nous retournions sur les bancs de l’université pas pour vraiment étudier mais pour pouvoir avoir un autre prêt pour survivre. Quand nous tombions sur le BS, nous avions droit à un gros 120$ par mois. Et le gouvernement nous empêchait de nous mettre à plusieurs dans le même appartement, sinon on nous coupait dans le 120$ La crise était tellement profonde que le gouvernement ne pouvait pas hausser les frais de scolarité. Et qu’est-ce que c’était le bon d’emploi? Le gouvernement payait la moitié de ton salaire pendant 20 semaines. Tu partais avec ton bon d’emploi et tu essayais de convaincre un employeur de te prendre 20 semaines pour que tu puisses tomber sur le chômage. C’est une histoire vécue par plusieurs “génération X” à la fin des années 90.

      Et oui, les temps ont changés… et je peux vous garantir que l’époque actuelle est bien plus facile.

      Dans le temps, les économistes n’avaient pas réussis à contrôler l’inflation. Aujourd’hui, ce sont les produits financiers toxiques. Et pourtant les frais de scolarité sont restés gelés. Alors on repassera pour les commentaires comme quoi les temps ont changés pour justifier le dégel des frais.

    • M.Marisal,vous et d’autres dites”journalists” vous êtes en grande partie responsable pour l’escalade de la crise actuelle avec vos judgements partisans…

    • Ce que les gens peuvent réagir rapidement sans se poser des questions. Rétablissons les faits:

      1) En 1998, l’économie mondiale n’était pas meilleure qu’actuellement, ni l’économie canadienne.

      2) Un homme qui va en politique s’est pour mettre de l’avant ces idées. Si ses idées changent continuellement, il ne peut avoir guère de crédibilité. Charest prônait le gel… pourquoi ce changement?

      3) Si les finances du gouvernement du Québec ont diminué depuis… est-ce VRAIMENT de la faute des étudiants ou plutôt des excès et du zel de nos élus avec NOTRE argent? Il me semble qu’il n’y a pas une semaine qui passe sans avoir un scandale financier de notre “cher” gouvernement.

      Bref, les scandales Tomassi, de gaz de schistes, du Mont Orford, la commision Bastarache, la merde des défusions, toutes les enquêtes sur le financement illégal du PLQ, les mauvaises négociatons avec la magistrature et j’en oublie ont couté énormement cher aux contribuables. Sans oublier que les universités sont gérés de manière cavalière avec des pertes et scandales considérables. Pourquoi faire porter le bonnet d’âne aux étudiants?

      M Loiselle

    • Je pense que les étudiants sont en train de perdre le contrôle de leur dernier jouet:

      les MANIFESTATIONS !!!

      M. Marrisal, continuez à mettre de l’huile sur le feu !!!

    • J’aimerais ajouté que je ne comprends pas l’espèce que constitue le Québécois. Près de 2 Québécois sur 3 déteste Charest. Maintenant qu’un groupe lui tient tête, on aime plus notre premier ministre. Donc, ce que je comprends, c’est qu’en politique pour se faire aimer on doit frapper sur les plus faibles, les plus démunis et ceux qui n’ont pas le droit de vote (plusieurs de ces étudiants n’avait pas l’âge de voter aux dernières élections)?

      C’est vrai ce que plusieurs mentionnent, les temps changent. Avant, quand les francophones étaient opprimés, on avait un esprit beaucoup plus communautaire. Cet esprit semble bel et bien perdu au profit d’un esprit individualiste et égoiste. C’est triste à voir…..

    • Vraiment, cher M. Marissal, où voulez-vous en venir exactement en nous garrochant ce billet insignifiant? Nous prenez-vous pour des imbéciles??? Cet engagement de M. Bouchard date de SEPTEMBRE 1998… Nous sommes présentement en l’an 2012 — soit quatorze ans plus tard!! Beaucoup d’eau a coulé sous les ponts durant tout ce temps et inutile de vous dire que la réalité sociale et économique n’est plus tout à fait la même…

      Je soupçonne fortement que, comme votre collègue et allié, Pat Lagacé – celui qui a récemment condamné la TERRIBLE erreur grammaticale de la ministre Beauchamp – vous êtes tout à fait à bout d’argument.

      Alors, un petit conseil : si vous voulez préserver le peu de crédibilité qu’il vous reste au terme (on espère!) de cette triste saga, abstenez-vous de traiter vos lecteurs comme s’ils étaient nés de la dernière pluie!!!!

      Souvenez-vous que la parole est d’argent, mais LE SILENCE EST D’OR!

    • M. Marissal, je suis bien curieux de savoir en quoi ce retour en arrière peut faire avancer le débat actuel, sinon, de jeter de l’huile sur le feu. Je suis étonné de ce manque d’analyse, de votre part!

    • Est venu un moment où Lucien Bouchard a vendu son âme.

    • Bon matin,

      Les profiteurs, les voleurs, le crime organisé, le gaspillage et la très mauvaise gestion bouffent une bonne partie du trésor public. Il est là le vrai problème. Vouloir le solutionner en marchant sur le bout des pieds n’est pas une bonne approche et encore moins l’étranglement des contribuables.

      Gaston Langlais – Gaspé.

    • D’accord, ces prises de positions datent de 13 ans. Mais est-ce suffisant pour passer du gel à une hausse de 75% sur ces frais, la seule hausse de cet ordre parmi tous les outils de tarification du gouvernement? Surtout après avoir utilisé tous les arguments des étudiants pour prôner le gel à cette époque. Des arguments qui sont d’ailleurs toujours valables aujourd’hui. Qu’auriez-vous dit d’une hausse des tarifs d’électricité (aussi les plus faibles en Amérique du nord en passant) de 75% sur 5 ans?

      J’en discutais avec une amie de l’ancienne Europe de l’est hier. Vous savez ce qu’elle m’a dit pour appuyer la gratuité (un argument que je n’ai entendu nulle part encore)? La gratuité c’est pour s’assurer que les plus brillantes et brillants d’entre nous aurons accès aux études universitaires et ainsi faire avancer notre société de la meilleure façon possible. Avec des tarifs élevés tout ce que l’on s’assure, c’est que nous perdrons quelques individus d’intelligence supérieure mais sans moyens, au profit d’autres d’intelligence moyenne ou faible, issus de milieux favorisés. Bien sûr, les communistes ont aussi vécu cela même avec la gratuité, mais d’autres pays d’Europe occidentale offrent la gratuité même dans des économies de marché. En tous cas, cela vaut au moins la peine d’être discuté.

      A. Pilon

    • On devrait peut être revenire à la question de fond.

      Qui d’entre vous accepteriez de voir votre comte d’électricité augmenter de 75 à 82%
      La même chose pour vos taxes?La rentrée scolaire au primaire?Réfléchissez deux minutes.

      ¨Ca aucun bon sens même pour les honnêtes libéraux.Soyons juste et non partisant pour une foi.
      Trop c’est trop.

    • Donc les politiciens sont pendant un certain temps des « gelistes » et ensuite ils passent au « dégeliste » … lol

      C’est comme le « Jello » lorsque l’on est gamin on adore cette gélatine, mais à 40 ans on déteste …

      Le politicien dans l’opposition développe sa pensée socialisante et lorsqu’il prend le pouvoir sa pensée se « droitise » (néologisme récent dans aucun dictionnaire) et, cela n’est pas différent aujourd’hui.

      Les politiciens ont des pensées à géométrie très variables.

      Frank

      *

      P.S.: Vous aussi M. Marissal vous avez changé … Du moins la photo, plus relaxe … ;-)

      *

    • Vous en avez du culot M. Marissal. Maintenant que votre chère Pauline recule danses sondages, vous vous efforcer par tous les moyens de changer l’opinion publique qui de toute évidence est moins dupe que vous pensez. Votre démagogie me fait vomir. Vois avez perdu tout sens de neutralité. Vous faites parti du problème et non de la solution ça c’est certain. Évidemment vous éviter de parler de votre amie Pauline qui prônait le dégel en 2007. J’espère sincèrement que le gouvernement ne lâchera pas et surtout qu’il ne donne pas de concessions additionnelles.

    • Depuis le début je dis la même chose: faisons comme ceux qui nous ont précédé, et refilons la facture à la génération suivante. Si eux l’ont fait, pourquoi pas nous?

      joke

    • La question du gel EST une question de principe et non économique. Il fait partie intégrante d’un “contrat social”.

      Par contre c’est également une question de gestion comme le dit thrill. Il faut donc vérifier la gestion des université avant de trancher.

      Donc, aussi bien en profiter pour vérifier la gestion de tout ce gouvernement; car on dirait qu’ils ont le “taxage” assez facile, qu’il soit direct ou indirect.

      André Lefebvre

    • Elle est ou la nouvelle M.Marissal ? S’il fallait deterrer les declarations de tout le monde (y inclus les votres) 15 ans plus tard ! OUF ! Les gens evoluent , les idées aussi ! Quand j’entends des etudiants me dire que l’education est quelque chose d’essentiel donc que ce devrait etre gratuit pour toujours ! A ce compte la , la nourriture et le logement sont quelque chose d’essentiel ! Donc allons-y pour la gratuité la-dessus aussi !

    • Voilà ce que donne la social-médiocratie. C`est pas des farces, l`Ontario est rendu aussi pire que le Québec :

      http://affaires.lapresse.ca/economie/macro-economie/201205/04/01-4522109-des-finances-degarnies-en-ontario.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_BO4_la_2343_accueil_POS1

      Et les communistes du NPD Ontarien qui comprenne rien. Une chance qu`on a un gouvernement qui se tient debout à Ottawa.

    • Bravo, le sourire est revenu!

    • C’est ce qui m’écoeure de la chose politique: ce qui est bon d’un côté de la clôture devient mauvais quand on est de l’autre, et vice-versa. Cette attitude fait en sorte que le discours politique voulant que le monde politique a nos intérêts collectifs à coeur (ou prime sur tout) se vide de tout son sens puisque l’on constate que ce qui prime, c’est de se faire élire et prendre le pouvoir. Combien diront que c’est le rôle de l’opposition que de… s’opposer? Foutaise! Si le gouvernement en place a une bonne idée, que l’opposition la partage! L’opposition a une bonne idée? Que le gouvernement élu la mette en place! C’est ça voir à nos intérêts collectifs… Oui il y en a eu à travers les époques mais les exemples de front commun politique sont malheureusement trop rares.

      Mais je le dis et le répète: Tergiversons et crêpons-nous le chignon pendant qu’on a encore le temps et les maigres moyens. Dans pas longtemps, nos créanciers en auront ras-le-bol et dicteront les comportements et attitudes que nous devrons collectivement adopter pour pouvoir se payer nos acquis de luxe. On peut pas faire la fête éternellement, un jour faut payer…

    • Ce rappel des positions passées prises par nos grands politiques me fait conclure dans le fond que leurs engagements ne servent que leur seuls intérêts. On gèle ou dégèle selon que c’est populaire pour attirer des votes. Où est le débat de fond? Les peuples qui s’en sortent bien actuellement – les pays scandinaves par exemple ont misé sur l’innovation et dosé les mesures sociales. Or l’innovation c’est la clé de la richesse à partager entre nous tous. Et c’est l’éducation des jeunes cerveaux d’aujourd’hui bien formés qui nous assurera d’être un peuple avec un avenir pour tous. Merde, débloquez-vous l’esprit avec vos positions “moi je prends pour Charest ou moi je prends pour les étudiants.” ” Ah Ah mon père est plus fort que le tien ” . Sondages à la con. Offrez-nous autre chose? Eclairez-nous sur les vrais enjeux du financement de notre système d’éducation? Du journalisme de propagande peu importe de quel bord. Qui a donc intérêt à ce que ça en reste là ?

    • Ça me fait sourire quand j’entends les pro-dégel nous dire que c’est la seule issue…ce ne l’était pas y a 15 ans ce ne l’est pas plus aujourd’hui. C’est un choix idéologique et non un choix économique. Il faut être fort pour résister à l’idéologie économique de droite qui vise à remplir les coffres de ceux qui sont déjà pleins (banques, spéculateurs, industriels de l’auto, magouille et corruption de la construction et des firmes d’ingénierie), pillés dans les poches des plus faibles économiquement. De résister à cette influence de nos voisins du Sud chez qui l’argent (propre ou sale) parle haut et fort. Des milliards sont disponibles pour les contrats juteux des amis du parti, leur contruire des routes vers le nord, la privatisation des institutions publiques quand ça devient payant (Soquip et gaz de schistes ça vous dit quelque chose), l’ilôt voyageur et la CRÉPUQ même combat i.e. Privatiser les profits et socialiser les déficits comme disait l’autre. La CRÉPUQ c’est aussi eux qui ouvrent des pavillons au milieu des champs de patates, qui crée des programmes bidons, réinvente des diplômes vides de sens et de contenu. À titre de rappel historique, les frais scolaires sont dégelés depuis la nuit des temps…en fait depuis 1989 quand le gouvernement a diminué sa contribution/étudiant de moitié et ou les établissments ont découvert la magie des frais afférents. La période de dégel de 1989 devait permettre d’assurer un meilleur financement, balivernes! Les cours sont de plus en plus donnés par des chargés de cours et on n’a pas embauché un seul professeur émérite de plus. Depuis 2007 aussi c’est dégelé et on ne parle pas ici d’indexation au coût de la vie! Donc si on s’appuie sur les arguments économiques il faut regarder le portrait global. Je n’ai entendu personne crier aux loups quand dans le dernier budget Bachand on annonçait le dégel des frais de scolarité et les subventions aux gazières pas plus que de hurler quand on a parlé des 114 milliards donné aux banques (oui, au Canada). Si on est de droite économique, on assume et on retourne les subventions aux dits gouvernements. Si vous pensez que les étudiants veulenet le beurre, l’argent du beurre et le sourire de la crémière, je vous dis qu’ils suivent l’exemple…

    • Et bien, voici des mots totalement ridicule d’une personne aussi intelligente que nos casseurs (sarcasme):

      ** desole de l’anglais, mais c’est une citation

      Insanity: doing the same thing over and over again and expecting different results.
      Albert Einstein, (attributed)
      US (German-born) physicist (1879 – 1955)

      En francais: la maladie mentale: faire la meme chose encore et encore en esperant un resultat different.

      Ca s’applique a tous ces fans de gel des frais et de moratoire. Ces gens qui esperent que du status quo des 30-40 dernieres annees va nous donner un resultat different du resultat present: un gouvernement obese, mal gere et une progression astronomique de la dette.

      A tous ces gens: allez consulter. Le fait est que ce qui a ete dit il y a 15 ans, peu importe par qui, ne s’applique plus aujourd’hui. Le monde change (pas juste le Quebec). Sortez de votre 19e siecle ou vous pouviez vous barricader dans votre petit cocon et vous imaginez que vous aviez du pouvoir sur les choses. L’histoire est miantenant non plus locale, mais mondiale. Ce qui se passe en Europe, en Chine et en Afrique va avoir un impact sur votre travail. Dans ce sens, le Quebec doit se reveiller et commencer a penser en terme de viable-non viable et non en terme de bien-mal. Lorsque nous aurons commencer a non pas a voir le deficit 0, mais a rembourser nos dettes. Lorsque le Quebec sera capable de vivre sans recevoir 8 milliards d’Ottawa, alors LA on recommencera a parler de forger une societe egalitaire etc.

      Sans cela, notre belle societe egalitaire-gentille-calinours, ce n’est pas les elections qui vons nous l’enlever, mais les gens a qui on doit une quantite phenomenale d’argent.

    • Ce qui a changé c’est que le ministre des finances est un ancien PDG de banque et que les banques font beaucoup d’argent avec l’endettement étudiant.

    • Le probleme n’est pas le sousfinancement des universites. L’argent existe, mais pas dans les poches de nos enfants. Il se trouve dans les banques et les grandes enterprises. En diminuant leurs taxes, let gouvernement a voulu stimuler last hausse d’emploi, our quoi alors, mais les grands boss partagent cet argent en bonis. Les banques ont – elles diminue les frais aux particuliers? Non, bien sur. Pourquoi ne pas les taxer a 0.7%, comme propose la CLASSE? Elles ne vont pas quitter le Quebec. Trop de notre argent se trouve dans leurs coffees.

    • La réalité PEUT changer en 15 ans mais dans les fait elle n’a pas changé d’un iota ici.

      - Le Québec reste à la traîne en Amérique du Nord quant au nombre de diplômés d’universités.
      - Les anciens diplômés des universités francophones du Québec sont les plus radins, oui, ceux-là même qui réclament une hausse des coûts pour les autres.
      - Québec inc refuse de jouer son rôle et je donne des sous qu’au compte-goutte et à la condition que ça lui rapporte immédiatement.

      D’autre part, la situation a changé ailleurs:
      - Il est facile dans plusieurs universités Canadiennes d’étudier sans débourser un seul sou: les systèmes de prêts sont beaucoup plus généreux et dans certains cas se transforment en bourse à la condition que l’étudiant obtienne son diplôme.
      - La mobilité des spécialiste a en général un effet nul, sauf dans les Maritimes moins Terre-Neuve dont le bilan est très positif : ceux qui partent sont remplacés par ceux qui arrivent. Ce n’est pas le cas ici.

      C’est pas compliqué, la hausse des tarifs post-secondaires est un suicide économique à moyen terme pour la société francophone… à moins de croire que nous irons tous vivre dans le Grand Nord ? 84 milliards pour vendre des métaux rares aux Chinois, combien pour les étudiants ?

    • Eh… j’ai écrit “je donne des sous qu’au compte-goutte….” Ce n’est même pas un lapsus, j’ai donné plus que ma part et je ne suis certainement pas membre de Québec inc à mon grand regret.

      Fallait lire “NE donne des sous qu’au compte-goutte”

    • C’est drôle de parler de sous-financement. Quand je vois les projets de développement de campus inutiles (certains d’entre eux, pas tous), les budgets de publicité pour que les universités se concurrencent entre elles, les gros salaires des gestionnaires, le gonflements des administrations des établissements d’éducation… je trouve qu’on est un peu mal placé pour faire payer les étudiants qui eux ne profitent pas vraiment de tous ça.

      C’est un peu comme si le gouvernement ajoutait une taxe à la construction parce que… vous savez, ça coûte très cher de payer les entreprises en ce moment… mais qu’il ne faisait rien pour régler les problèmes de corruption.

      Sur le même thème, ça me rappel une université de Montréal où il y avait un gel sur l’embauche de nouveaux professeurs malgré les manques flagrants mais où l’ex-recteur se faisait payer une limousine et un chauffeur tous les jours pour ces déplacements… Pas spécialement utile pour l’éducation et la relève…

    • On ne se pose pas de question pour donner l’éducation accessible et gratuite à tous les enfants. Un peuple instruit est un peuple plus riche. La vie étant plus complexe, la vie active plus longue et l’espérance de vie étant plus grande, ne serait-il pas juste d’étirer également la gratuité scolaire jusqu’au premier cycle ?

    • Dommage que les médias fassent aussi peu état de l’article 13 du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, dont le Canada est signataire.

      De toute façon, il y a trop de réalités dont les médias ne parlent jamais. Comme du fait qu’il y a beaucoup trop de jeunes Québécois à l’université et pas assez en DEC techniques et en DEP.
      800 000 emplois professionnels au Québec sont disponibles et seraient comblés demain matin si les gouvernements de ces deux bozos avaient encouragé les jeunes à suivre ces formations.

      Formations qui de plus, sont presque gratuites… pour l’instant!

      Mais il y a plus grave. C’est que votre nouvelle photo M. Marissal, avec les bras croisés, est atroce. Pour le bien de tous, je vous demande de garder celle que vous aviez depuis 2-3 semaines, sur laquelle vous paraissez bien mieux, plus professionnel et plus sérieux.

    • Jean Charest était aussi vivement contre le registre des armes d’épaule lorsqu’il était dans le parti Conservateur. Maintenant il veux s’approprier une compétence fédérale par la voie des tribunaux pour maintenir l’inutile registre qui a pris le chemin des poubelles dans le 9 autres provinces.

    • Nous sommes beaucoup plus riches aujourd’hui qu’il y a 15 ans. Nous pourrions nous payer 10 fois la gratuité scolaire seulement si on imposait des redevances suffisantes aux minières. C’est dire à quel point l’idéologie et l’entêtement de notre élite en ce moment va loin : pénaliser des jeunes qui commencent dans la vie pendant qu’on fait des cadeaux aux compagnies qui vident le Québec de ses ressources.

    • On remarque ca beaucoup chez les péquistes, des gens qui, quand ils étaient au pouvoir tenait un discours de gauche, frais de scolarité gelés, baisse de la semaine de travail de 44 a 40 hres, garderies a 5$, assurance-médicament,etc, et un coup revenu a la vie privée, tienne un discours de droite, Facal, Bouchard, Brassard; Bouchard qui vient nous dire qu’on travaille pas assez, qu’on vit au-dessus de nos moyens, mais c’est lui qui était Premier ministre et qui a abaisser la semaine de 44 hres a 40 hres, c’est lui les garderies a 5$, l’assurance-médicament et dans son équipe il y avait des Joseph Facal, des Jacques Brassard.

    • **La réalité change en 15 ans**

      Ce qui ne change pas c’est que l’on a aussi les politiciens qu’on mérite.

      Et quelques naifs pour encourager leur médiocrité.

    • “La réalité change”, “les conditions n’étaient pas les mêmes”, bla-bla-bla…

      Une bande d’amnésiques essaient de se faire accroire ici que le Québec roulait sur l’or en il y a 15 ans…

    • Encore une Bloody Convention du PLC ici !
      (Lire : Parti Libéral progressiste Conservateur)

      Au risque de me répéter mille fois encore :
      Je Me Souviens !
      ”Le 19 mai 1976, le Canada adhère au Pacte international relatif aux ”droits” économiques, sociaux et culturels dont l’article 13 stipule que :

      « L’enseignement supérieur doit être rendu accessible à tous en pleine égalité, en fonction des capacités de chacun, par tous les moyens appropriés et notamment par l’instauration progressive de la gratuité. »

      Un Pacte Internationnal est un engagement formel d’un Peuple Souverain avec d’autres Peuples Souverains fondé sur et par une assemblée exécutive et législative, et dans le cas ici par le Gouvernement Canadien de la 30ème législature Canadienne en autorité de 1974 à 1979.

      Deuxièment, le Parti Libéral du Québec depuis Charest est en fait, par voie d’histoire et d’intérêts de politique Canadienne Anglo-Britannique, un satellite du Parti Progressite Conservateur. En effet, John James Charest ainsi que Lucien Bouchard, envoyé au Québec pour calmer et diluer le jeux politique Péquiste du Québec, ont été et sont toujours liés à Brian Mulroney et ils ont tous les trois le fort appui du magnat de la Haute Finance Lord Conrad Black d’Angleterre et ce, depuis leur entrée en politique Fédérale au sortir de camaraderie, diplomés, de l’Université Laval de Québec. Fort du puissant soutient de Stephen Harper 1er représentant Royal du Canada de sa Royale Majestée la Reine Elisabeth II de nom et de reigne.

      Se fier aux apparences de la scéne publique politique portées à l’attention des Québécois et des Canadiens, par les journalistes et les historiens, des deux allégeances représentatives des deux Peuples Fondateurs du Canada, ne sera en soit qu’une fascination séductrice cachant des enjeux encore beaucoup plus graves dans les faits de huit-clos d’élites aux intérêts et idéologies inavouables à Monsieur et Madame Tout le Monde.

      La Finance, les économies Financières, la santé Financière, la poursuite du Bonheur Financier est une habile Distraction sans précédent qui, pour actualiser une idéologie gnostique philosophico-religieuse à domination planétaire, engourdie de plus en plus les consciences humaines dans une torpeur et une fascination contraignante unique en terme de temps historique et ce, depuis l’ère de la période religieuse Biblique identifiée par ”Mathusalem”.

      Il est dit qu’un comportement d’insect se distingue de celui de l’animal par ses antennes. À ne pas confondre d’avec les vibrisses de certains animaux prédateurs ou non.

      Chrétiens extrémistes vous dites !

      Réveillez-vous parce que cela n’a rien à voir avec le Nouveau Testament des Évangiles, tant en anglais qu’en français et en d’autres langues européennes, africaines, américaines du nord et du sud. Mais, cela a à voir avec la divergence d’opinion de tous les Musulmans de tous les continents qui n’entendent pas adhérer et se faire complice d’enjeux autant innavouables de par leurs traditions religieuses Coraniques que de par leurs propres intérêts fondamentaux de leurs vie politique d’Économie, de Finance, de Santé et de recherche de Bonheur Identitaire.

      Aristote dit (Eth. lib.II, cap. 7, et lib.IV, cap.1) : ”Que la prodigalité est opposée à la libéralité et à l’illibéralité” que nous désignons ici sour le nom d’avarice et qui est contraire et opposé à toute forme de Liberté. Parti Conservateur, Parti Libéral … regardez ce qui en est la pierre d’angle statutaire et vous découvrirer pourquoi les Québécois d’Instinct non pas voulu de Stephen Harper et de Michael Ignatieff.

      Sommes-nous assez mature et assez adultes en tant que Peuple Fondateur du Canada pour discerner une ”Confédération d’États Unis Canadien d’Amérique du Nord” pendant qu’il en est encore temps pour notre salut collectif Pan Canadien à identitées majoritaire, face à une identité minoritaire anglo-saxonne canadienne Anglo-Britannique attaché racinairement au Royaume-Uni.

      Compétition de Fair Play de Haute Finance ! Vous dites !!!

      Entre les Rabbins Radins idéologiques et les Maîtres de Loges Prodigues d’une fausse Liberté de la vie bienheureuse, il convient de constater ce sur quoi le tissu social Québécois est en train de se scléroser en vices plutôt qu’en vertus de conscience, de science et de sagesse. ”Hier, la frugalité était une vertu et la prodigalité, un vice. Aujourd’hui, c’est l’inverse.” dans les faits.

      Rien de mieux qu’une image qui vaux mille maux :
      http://images.lpcdn.ca/924×615/201203/25/484537-26-mars-2012.jpg

    • Désollé, ce lien-ci devrai fonctionné théoriquement.
      http://www.lapresse.ca/photos/le-soleil/201202/29/12-7221-caricatures-mars-2012.php#484546

    • Bien sur que la réalité a change depuis 15 ans. On paye de moins en moins d’impôt.
      Comme ça il nous en reste plus pour acheter des Lexus, Audi et autres BM. Sans oublier nos séjours dans les 5* de Guadeloupe.

      http://pdf.cyberpresse.ca/lapresse/LPA/girard.jpg

    • La chose la plus importante que j’ai compris de cette grève des étudiants est quasiment la guerre que se livrent les chroniqueurs et les commentateurs, surtout ceux de droite. Cette grève n’est que le prétexte trouvé pour pouvoir mettre le halo sur toute question qui touche les deniers publics. Ils n’arrivent pas a digérer la tournure prise par les évènements comme, la gaz de schiste, Le mont Orford, le casino dans le sud ouest, tec…. Au fait ils veulent mettre le mouvement social du Québec a genoux. Sous le prétexte fallacieux de restreindre la taille de l’État, ils tirent sur tout ce qui bougent. Jetez un coup d’œil aux écrits de la plus part des chroniqueurs du Journal de Montréal et la ligne Éditoriale de la presse pour vous rendre compte. Sinon comment expliquer leurs silence face aux usines qui ferment (Aveos), leurs complaisance dans l’affaire de l’amphithéâtre de Qébecor, oups excusez mon lapsus, je voulais parler de la ville de Québec, etc….. Enfin je trouve dommage pour le Québec que des gens comme Richard Martineau, Eric Duhaime se prennent pour des messieurs qui ont quelque a dire. Heureusement que la poésie de Richard desjardins est la, elle me permet d’ignorer cette nouvelle vague de chroniqueurs-Snippers-Pyromanes.

    • Il etait temps que ca se regle,surtout avec des soirs de pleine lune. LOL, les fous feraient eclater la planete.

    • Si j’avais reçu une piasse chaque fois qu’un politicien ripou a changé d’opinion sur un sujet selon le vent de la partisanerie Bill Gates serait mon employé.

      Charest était contre le registre des armes à feu quand il était au fédéral, et maintenant il en veut un juste pour lui!

      A coté des politiciens même les vendeurs d’autos d’occasion sont des saints!

    • Croire que le Québec va encore pouvoir se payer le même train de vie pendant longtemps, c’est comme croire qu’il y’a un pot d’or en dessous de chaque arc-en-ciel… Sérieusement, pendant que les socio-démocrates continuent de faire courrir la population après les arcs-en-ciel, moi je mets mon argent de côté ailleurs qu’au Québec et même au Canada…Dieu merci la montée en puissance des économies du tiers-monde vont nous remettre les pendules à l’heure.

    • @ honorable 4 mai 2012 11h29

      Cela s’applique à vous aussi et c’est flagrant!

    • Oui mais il n’y avait pas eu d’ilot voyageur encore, 500 millions….

    • Bonjour,

      N’est ce pas le lot des politiciens qui sont les girouettes de l’instant présent ? Après, ceux ci dans une diarrhée verbale vont jurer la main sur le coeur qu’ils sont à l’image de la nature avec ses gels et dégels….. Du Pain et des Jeux ! La belle affaire. Mais du Pain et du Politique n’est il pas le même pattern afin que la plèbe s’agite et y gaspille ses énergies vitales sur du VENT tout simplement ? Au plaisir, John Bull.

    • Merci monsieur Marissal.

      La question des frais de scolarité va au-delà des chiffres, je trouve parfaitement ridicule de ne pas vouloir considérer le passé, les dires de politiciens, toujours présents dans l’arène d’ailleurs, même si le contexte économique est différent. Il demeure que l’importance de l’Éducation est à considérer dans chaque société, peu importe la conjoncture.

    • Le commentaire le plus récurrent: La réalité a changé depuis 15 ans.

      Ce qui a changé:

      1) La pyramide démographique a progressé. La majorité des votants et leurs enfants de la majorité sont déjà passés par l’université.

      2) L’idéologie de droite a beacoup progressé, de sorte qu’une proportion importante de la population pense qu’on devrait être responsable de nos propres dépenses et ne pas se fier sur le gouvernement.

      Cela explique que les routes sont gratuites ainsi que le système de santé, qui sont utilisés par la majorité des votants, dont la trange plus âgée a maintenant changé son fusil d’épaule, tranche ayant été pauvre et de gauche dans les années 60 et maintenant de droite voulant payer moins maintenant qu’elle est plus nantie.

    • Incroyable mais vrai, on a réussi à n’avoir qu’une hypothétique possibilité de remboursement de frais d’inscription après 12 semaines + 22 heures de discussion…avec toute la gang…
      Allons au scénario/ solution le plus correct :
      Impérativement le retour en classe au plus-tôt et obtenir votre brevet d’attestation…
      Et l’acceptation hypothétique de l’entente hypothétique…
      Retenez ceci les étudiants et les autres :
      1- La¨miniss¨ répète qu’il est très difficile pour le wer’ment d’effacer l’augmentation…75%…
      2- Cependant il l’on imposé au budget (Bachand) sans analyse il l’on bâclé simplement…
      3- Il faudra la vigilance des étudiants pour en obtenir encore d’hypothétique retour…
      4- Les déductions des frais afférents seront assujetties au service en moins pour l’étudiant…
      5- Il y a 22% d`étudiants sous financés à nos universités à comparer avec les autres en dehors du QC, on va où chercher ces argents qui n’existent pas…
      6- Mais le plus aberrant c’est que ce sont les étudiants de faire la preuve que les dépenses (utiles ou pas) des institutions sont trop élevées et seulement là que ces sommes seront appliquées aux frais afférents…Oh là, là les recteurs se bidonnent….

    • @thrill

      Non, en fait c’est le contraire. La question du gel est une question de principe et non de gestion. Les principes ne devraient pas changer en 15 ans. Surtout s’ils sont bons.

    • Jadis, c’était permis de fumer dans les endroits publics, maintenant ce ne l’est plus.

      Jadis, c’était péché d’êtte homosexuel , maintenant ce ne l’est plus.

      I.l n’y a que les innocents qui ne changent pas d’idée. Et il n’y a que les politiciens qui n’ont pas le droit de changer d’idée

    • C’est vrai, je n’avais pas pensé à relier la question du dégel au réchauffement climatique. On observe que les ours polaires disparaissent ainsi que d’autres espèces au profit de sa magesté financière, et on s’en fout. On reste de glace aussi devant des étudiants qui perdent l’usage d’un oeil au profit de l’égo narcissique d’un chef politique dans le contexte de ses alliances secrètes avec sa majesté financières et la mafia. Pendant ce temps le réchauffement du climat planétaire se poursuit .Souhaitons qu’il ne reste plus assez de glace un jour pour maintenir nos coeurs humains aussi froids et aussi insensibles….

    • En 1998, Lucien Bouchard promettait de ne pas fusionner les municipalités. Nous avons été fusionnés en 2001. En 2003, Jean Charest nous promettait de défusionner les municipalités fusionnées de force. Nous avons été agglomérés en 2004. Parlez des deux côtés de la bouche en même temps est un art que possèdent de nombreux politiciens. Vous voulez que je vous parle de Pauline Marois ?

    • Maudit que le monde a la mémoire courte. Les années 90 étaient loin d’être des années d’abondance au Québec. La situation est bien meilleure aujourd’hui qu’elle ne l’était à l’époque. C’était la période des grandes coupures à la fois provinciales et fédérales. C’était l’époque où les grandes compagnies foutaient à la porte la génération X qui essayait de se tailler une place sur le marché du travail. C’était l’époque où les travailleurs autonomes se sont mis à exploser, où le plan Paillé est venu au secours des X au chômage pour qu’ils puissent fonder des entreprises.

      Nous sortions à peine d’une crise.

      La seule différence avec aujourd’hui, c’est que les gens sont plus égoïstes aujourd’hui qu’ils ne l’étaient à l’époque. La solidarité sociale n’était pas encore devenue une plaie. Et il y avait moins de millionaires au Québec que maintenant. D’ailleurs, c’est en grande partie eux qui veulent que l’Etat se désengage dans tout pour diminuer en priorité leurs impôts.

      Si vous croyez que les deux derniers mois représentent une crise, attendez que le PLQ s’attaque vraiment à ce qu’il a prévu. Il n’y aura pas assez de policiers au Québec pour contenir les manifestations. Ce gouvernement est en train de fourrer le Québec au complet et il commence par les étudiants.

    • Qui ne change pas d’idée surtout quand le monde change. J’ai déjà participé à des manifs dans le passé. Je n’y participerais plus car je pense que nous pouvons tout obtenir dans notre système démocratique si nous avons suffisamment de convictions une de celle-ci étant la période électorale et par nos votes. Croyez-vous réellement que c’est Hollande qui a gagné en France hier. Non le gagnant est le désabusement, l’inertie des populations à délaisser leur droit de vote. Ils sont plus de la moitié à ne pas avoir voté. 52% de 40%, ca donne 20,8%. C’est ce que Hollande a obtenu ou à peu près. La grève, les casseurs payés par les syndicats ne revendiquent pas à la bonne place. Je suis particulièrement d’accord avec les opinions d’André Pratte ces jours-ci. Bonne journée.

    • @grenieremeri
      Je ne crois pas qu’il faille donner la même signification à un vote à main levée dans un congrès du PLQ qu’à un vote à main levée pour décider d’une grève. Because, cela ne conduit pas au même résultat. Le congrès peut décider quelque chose et c’est au gouvernement d’y donne suite. Prenez comme exemple une proposition de la commission jeunesse du PLQ qui a été approuvé en conseil national il y a deux ans passés et qui vient d’être entériné par le gouvernement soit le remboursement des prêts aux étudiants selon le revenu. 2 ans avant d’agir c’est différent de 30 secondes pour proclamer la poursuite de la grève des étudiants contre la hausse des frais de scolarité. Je vous propose de rencontrer un à un les grévistes de Rio Tinto entre 4 yeux et déterminer s’il était si en faveur de la grève que cela. Beaucoup ont suivi par peur d’être intimidé ou rejeté par leur milieu. D’ailleurs, vous avez-vous toujours voté à la mesure de vos convictions? Moi, pas.

    • Pourquoi ne suis-je pas surpris? Jean Charest a-t-il une seule fois dans sa vie politique était constant sans être opportuniste et obnubilé par le court-terme?

    • Bonjour monsieur Marissal,

      J’aimerais revenir sur le commentaire d’un lecteur au sujet d’un autre vire-capot, soit madame Marois (http://dl.dropbox.com/u/77085615/maroispourdegel.pdf). Sans compter que le changement de position de madame Marois est beaucoup plus récent que ceux que vous soulevez.

      Il est très intéressant que vous souleviez ainsi les contradictions et incohérences de notre malheureuse classe politique québécoise. Mais de grâce, ayez au moins la décence et l’honnêteté intellectuelle de les rapporter pour l’ensemble des partis et intervenants politiques et publics. Et non seulement ceux pour qu’il vous convient (idéologiquement) de le faire.

      Éric Mailloux

    • @djobert,
      «La réalité économique, politique et sociale n’est plus la même». Ah bon??? Et quelle est-elle cette réalité?
      GTremblay
      Montréal

    • Monsieur, vous me faites peur. Qu’allez vous sortir la prochaine fois. Franchement, il y a des limites à écrire toutes les sortes de niaiseries……

    • Bouchard a toujours eu de la faclité à tourner sur un dix cent!!!

    • en 1958. 2 de mes confrères de Ste-Marie- devenus étudiants en Droit avec l’é.tudiante Francine laurendeau ont siégé près du bureau de Duplessis pour demander la gratuité scolaire.
      Jean-Pierre Goyer et Bruno Meloche.
      En 64- suite à La Commission Parent, création du Miniatère de l’Education:
      depuis- enm 48 ans- nous avons eu 24 ministres de l’Education, soit un à tous les 2 ans.
      2012:
      À quand la prochaine Commission , pcq les sujets à l’ordre du jour sont nombreux :
      a. le fkinancement des universités
      b. les frais de scolarité
      c. la formation des m aitres
      d. la subvention des écoles ;privées
      yves graton
      e. etc..

    • En effet, ca fait 15 ans… Il y a beaucoup de souvrainistes qui sont rendus federalistes depuis ce temps. C’est peu pertinent.

    • Comme l’entente touche tous les Cégepiens et tous les universitaires, ne devrait-elle pas être soumise à l’ensemble des étudiants des CÉGEPs et des universités, et pas seulement aux boycotteurs?

      N’est-ce pas celà la démocratie, directe ou non?

    • Typique des politiciens québécois.

    • Un seul petit point d’impôt de 0.7% sur le capital des banques et l’éducation est payée ! Pourquoi pas pour la santé aussi ! Tous ces milliards des banques qui trasitent vers les paradis fiscaux (Bahamas,Bermudes,Caiman…) sont honteux ! Cela désengorgerais la classe moyenne et tout le monde seait heureux …

    • @argyle,

      je ne sais pas où vous avez crèché ces deux ou trois derniers mois pour dire de pareilles sottises. La CLASSE représente justement près de 100 000 étudiants du CEGEP. Les votes ont lieu dans TOUS les CEGEP de la province et devinez quoi? Les plus touchés par les hausses ce sont les étudiants qui sont présentement au CEGEP et au secondaire. Et devinez quoi? Ce sont parmis les plus farouches opposants.

      Et devinez quoi encore? Les associations étudiants qui ne sont pas en grève votent aussi sur l’offre et vous ne devinerez jamais quoi, parce que vous n’êtes pas un aigle, c’est que Médecine Université de Montréal a voté massivement CONTRE l’offre et a voté aussi contre la grève.

      Non, mais franchement, peut-être devriez-vous faire un effort minimal pour vous informer avant de venir déblatérer n’importe quoi.

    • Il faut mettre les choses en perspective:
      Depuis, il y a deux ou trois viaducs qui se sont effondrés, les routes ont été laissé dans un état pitoyable par le PQ, on est pris avec une nouvelle race de fonctionnaire qu’on appelle gardienne d’enfants, on paye $65 par enfant par jour plutôt que $25 et elles débrayes à tous les 6 mois, on a des congés parentaux, le détournement des surplus de la SAAQ à des fins nébuleux qui ont mené la SAAQ a hausser les permis et autres, la situation dans le système de santé a empiré sous l’administration péquiste, on a eu les fusions municipales qui ont fait augmenter les frais municipaux, on a eu une crise économique et on a une dette qui n’en finis plus d’augmenter. À l’époque, le PQ venait de voter une loi anti-déficit qui devait régler le problème de la dette…Bref, on vit pas mal trop au-dessus de nos moyens. Les libéraux se sont engagés à atteindre l’équilibre pour 2014, on peut en douter à voir la réaction du peuple.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mai 2012
    D L Ma Me J V S
    « avr   juin »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité