Vincent Marissal

Archive, avril 2012

Lundi 30 avril 2012 | Mise en ligne à 22h26 | Commenter Commentaires (117)

Un déblocage en vue? Ne retenez pas votre souffle

manif

On attend une contre-proposition des leaders étudiants, ce mardi, à la proposition globale du gouvernement Charest.

Un conseil: ne retenez pas votre souffle. Il ne se passera rien demain. Certainement pas un pas vers un dénouement de ce conflit pourri, en tout cas.

Ces faux pourparlers arrivent deux mois trop tard et les parties gardent toutes deux la ligne dure: les associations étudiantes en grève exigent le gel, ce dont le gouvernement refuse de parler.

Ce conflit se résume par une série de rendez-vous manqués. Rendez-vous manqués entre le gouvernement et les leaders étudiants, entre les boomers et les jeunes, entre la réalité et l’idéologie, entre la politique partisane et le compromis, entre un gouvernement et ses responsabilités.

Les seuls qui sortent gagnants de ces 12 semaines de conflits, ce sont les vendeurs d’arsenal anti-émeute, qui ont fait des affaires en or avec le SPVM.

À ce stade-ci, tout ce qui reste à savoir, c’est comment les cégeps et les universités feront pour organiser la fin ou le prolongement de la prochaine session et la prochaine rentrée.

Lire les commentaires (117)  |  Commenter cet article






Lundi 30 avril 2012 | Mise en ligne à 9h47 | Commenter Commentaires (68)

Patrimoine à vendre

Les deux Pellan décrochés des murs du siège des Affaires étrangères à Ottawa pour faire place au portrait de la reine...

Les deux Pellan décrochés des murs du siège des Affaires étrangères à Ottawa pour faire place au portrait de la reine...

Après avoir décroché un magnifique Pellan dans le hall du ministère des Affaires étrangères pour le remplacer par le portrait de la reine, le gouvernement Harper veut maintenant brader la collection de grands peintres canadiens de ce ministère.

Selon des documents obtenus par La Presse canadienne, le gouvernement vendra 22 toiles, dont des Riopelle, des Lemieux et des Borduas, qui étaient exposés dans les ambassades et les résidences officielles du Canada à l’étranger,  et compte ainsi empocher environ quatre millions $.

«La nouvelle politique d’affaires du ministère modifie la façon de gérer sa collection d’oeuvres d’art», indique un mémo du MAECI daté de 2010.

Le ministère précise que ces toiles, certaines valant dans les sept chiffres, seront vendues à des musées et à des institutions publiques, mais avec 30 % de rabais du prix estimé.

Au fait, trois questions:

- ces oeuvres n’appartiennent-elles pas déjà à une institution publique (le gouvernement du Canada, et donc, aux Canadiens)?

- ces toiles ne permettent-elles pas le rayonnement de notre culture à l’étranger?

- les Canadiens ont déjà payé pour ces oeuvres, pourquoi devraient-ils payer encore pour acquérir ce qui leur appartient?

Et en supplémentaire, M. le Président:

M. Harper, l’art, la culture, le patrimoine, ça vous dit quelque chose?

Ah pis, laissez faire…

Lire les commentaires (68)  |  Commenter cet article






Jeudi 26 avril 2012 | Mise en ligne à 17h10 | Commenter Commentaires (228)

Des élections contre GND?

Gabriel Dubois-Nadeau, de la CLASSE

Gabriel Nadeau-Dubois, de la CLASSE

Le conflit entre les associations étudiantes et le gouvernement Charest s’est envenimé encore un peu plus ces derniers jours, au point où une solution pour sauver la présente session semble maintenant bien improbable.

Depuis le début, la personnalisation des débats entre la ministre et les représentants des associations étudiantes a contribué à pourrir ce débat. Rappelez-vous, notamment, de la déclaration de Line Beauchamp qui disait refuser de s’asseoir avec Gabriel Nadeau-Dubois, parce que celui-ci avait participé à une occupation de son bureau. Susceptible, la ministre. Les anglais ont une expression qui s’applique bien ici: Si tu ne supportes pas la chaleur, sors de la cuisine!

L’attitude du gouvernement suinte le paternalisme et on fait beaucoup plus d’effort pour personnaliser le débat que pour trouver une solution. Depuis des semaines, Gabriel Nadeau-Dubois doit s’excuser pour ceci, condamner cela, confesser ses péchés, ceux des casseurs et demandez pardon Matante…

Le gouvernement ne fait pas tant de chichi quand vient le temps de s’asseoir avec des chefs syndicaux qui ne se sont pourtant pas empressés de condamner la violence lors des «actions spontanées» sur les chantiers, l’automne dernier.

La place qu’occupe le porte-parole de la CLASSE dans les déclarations et décisions de la ministre est devenue totalement disproportionnée.

C’est à croire que c’est le gouvernement du Québec contre Gabriel Dubois-Nadeau! C’est à croire que les libéraux veulent en faire l’enjeu de la prochaine élection! C’est à croire que le gouvernement se cherche un vilain et tente d’y associer tous ceux qui le soutiennent, le Parti québécois au premier chef.

Jeudi matin, à l’Assemblée nationale, le premier ministre a dit que son gouvernement refuse de négocier avec des gens (la CLASSE de GND) qui ne partagent pas ses valeurs. Du coup, il a lié Pauline Marois aux radicaux parce que celle-ci porte le carré rouge. Je devrais peut-être me méfier des très nombreux parents, dans la cour d’école de mes enfants, qui portent le carré rouge en signe de solidarité au mouvement étudiant. Sont-ce de dangereux radicaux qui véhiculent des valeurs antidémocratiques jusqu’aux portes de la maternelle?

Cette personnalisation est grotesque, puérile et, surtout, ça ne sert rien ni personne, sinon, peut-être les intérêts électoralistes de Jean Charest. Gabriel Nadeau-Dubois prend de la place, vrai, mais ce n’est tout de même pas Ben Laden! Les membres du gouvernement libéral acceptent régulièrement de s’asseoir avec des gens aux valeurs passablement plus toxiques, mais il est vrai que ceux-ci laissent parfois un chèque…

On irait vraiment en élections au Québec sur le dos des associations étudiantes? Jean Charest contre Gabriel Nadeau-Dubois? Soyons sérieux! Ce gouvernement usé irait vraiment en élection pour défendre une hausse de droits de scolarité? Méchant projet de société!

Remarquez, Jean Charest ne peut tout de même pas affronter l’électorat en défendant son bilan. La confrontation avec les leaders étudiants lui permettrait d’avoir l’air «tough» contre le PQ sympathiques aux associations étudiantes et, en prime, cela ferait écran de fumée devant les problèmes de corruption qui plombent le PLQ.

Jean Charest ne peut pas, non plus, refaire une campagne sur la crise économique. Et il a tout intérêt à y aller avant que certains n’aillent déballer leur sac devant la Commission Charbonneau.

Au point où il en est, il n’a pas grand chose à perdre. Le Québec, par contre…

Lire les commentaires (228)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    avril 2011
    D L Ma Me J V S
    « mar   mai »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
  • Archives

  • publicité