Vincent Marissal

Vincent Marissal - Auteur
  • Vincent Marissal couvre la politique depuis plus de 15 ans, sur les collines parlementaires à Québec et à Ottawa, dans le reste du Canada et même à l'étranger.

    Suivez le compte Twitter de Vincent Marissal: @vmarissal

  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 31 janvier 2012 | Mise en ligne à 9h05 | Commenter Commentaires (51)

    Des pistes pour l’après-Shafia

    shafia

    Dimanche après-midi, dans le secondes suivant la publication sur les réseaux sociaux du verdict de culpabilité des Shafia, on a presque entendu un immense Ouf! suivi d’un Bravo! à travers le pays.

    Ouf et bravo, soit, mais qu’est-ce qu’on fait, maintenant? Quelles leçons doit-on tirer de cette tragédie? Comment en éviter de nouvelles? Sommes-nous équipés, matériellement, politiquement, juridiquement et socialement pour protéger d’autres éventuelles victimes?

    C’est loin d’être sûr et le silence de nos gouvernements ne me rassure guère.

    En attendant, quelques lectures éclairantes sur le sujet:

    - de ma collègue Agnès Gruda

    - de Pascale Fournier, titulaire de la chaire de recherche sur le pluralisme juridique et le droit comparé et vice-doyenne à la recherche à la faculté de droit à l’Université d’Ottawa

    - dans The Globe and Mail

    - et bien sûr, Foglia, pour se dire les vraies affaires…



    • le problème avec les crimes c est que plus souvent au’autrement on s en rend compte après qu’ils aient été commis , reste à se demander si les gens qui commettent ces crimes d honneur tiennent plus à leur liberté qu’à leur honneur et que si ils n iront pas commettre leur crime ailleurs genre ils partent à 6 rendre visite à mémé demeurée en Afghanistan et ne reviennent qu’à 5

      albert bela

    • Je crois qu’il y a en premier lieu une chose à faire: les témoins (enseignants, policiers, DPJ) doivent à tout prix éviter de faire parler l’enfant en présence des parents. Ce fut LA grosse erreur de la DPJ qui n’a pas su comprendre la terreur des filles et qui a traité leur cas comme s’il s’agissait d’une famille de souche. Erreur fatale et très étonnante: ça fait quand même des années qu’on reçoit ici des immigrés, comment se fait-il que les intervenants n’aient pas encore reçu une formation adéquate? Il ne manque pas de spécialistes dans les universités montréalaises pour les initier aux complexités de l’immigration! Cette mesure ne coûterait pas une fortune. En second lieu, agir comme la DPJ le fait quand la sécurité d’un enfant est menacé: le retirer de sa famille et le placer en foyer d’accueil. Mettre les parents en garde contre tout abus ou sévices, leur faire savoir que la violence domestique n’est pas tolérée ici et qu’ils risquent la prison s’ils ne se conforment pas aux lois en vigueur. Ce serait selon moi un bon commencement. À Montréal-Nord, on a beaucoup fait de sensibilisation auprès de parents haïtiens et on a pu constater que la violence parentale avait considérablement diminué. Pourquoi ne pas tenter la même chose auprès d’autres communautés? Là encore, cette forme de prévention ne coûterait pas très cher.

    • Je lisais des statistiques hier à propos des crimes d’honneurs commis dans 3 pays par des musulmans.
      Ainsi en 2011 au Pakistan,plus de 900 cas,ensuite en Inde plus de mille, mais en Angleterre où on retrouve une communauté d’immigrants de plusieurs millions de musulmans : 3000 !
      Tout simplement hallucinant !
      Ce qui évidemment lance un message aux occidentaux, de sensibiliser les immigrants qu’on n’acceptera aucune coutume contraire aux valeurs occidentales,surtout celles qui briment le droit des femmes.
      Et jamais on ne doit déporter des personnes qui ont commis des crimes d’honneur, pour la bonne raison qu’ils risquent d’être accueillis en héros dans leur pays d’origine,où on pratique ces coutumes barbares en toute impunité, au risque d’être tout bonnement libéré, tout en maudissant les “méchants” occidentaux !

    • Un des problèmes c’est qu’on n’ “intègre” pas nos immigrants: 1 an de cours de français obligatoires pour tous, cours d’histoire québécoise, cours de “civilisation” québécoise. Au lieu de celà, on les abandonne trop souvent à leur communauté d’origine et on les laisse recréer ici ce qu’ils ont fui. Quand le multiculturalisme veut dire manger du “plov” ou boire du “raki” … c’est très bien. Quand ça veut dire instaurer des tribunaux communautaires pour gérer le droit familial, on se trompe singulièrement!

    • La meilleure piste possible pour l’après-Shafia c’est à la source qu’il faut aller, soit dans les ambassades et les consulats du Canada à l’étranger. Les fonctionnaires qui interrogent les gens qui veulent venir dans notre pays ne font définitivement pas un bon travail. Ces gens semblent tous plus intéressés aux “partys” et aux dîners d’ambassades, qu’à bien faire leur travail auprès des citoyens et des immigrés à venir.

      Quand on rencontre des futurs immigrants, il ne faut pas avoir peur de leur indiquer que les citoyens de notre pays ne tolèrent pas les burkas, les foulards islamiques, les kippas, les turbans, les croix et tous les mongolismes reliés aux religions merdiques. Nous avons réussi à se débarrasser de tous ces curés et bonnes soeurs habillés comme des corneilles et nous ne voulons plus voir ces mollahs ou ces rabbins venir nous faire la morale religieuse. Il faut leur dire clairement que chez-nous la lapidation, la torture , le battage des femmes , ce n’est pas seulement banni, mais que ça mérite la prison à très long terme. Ça commence là…Point final ! Tu t’intègres à ton nouveau pays ou bien tu restes chez-toi. Pas compliqué ! Tes coutumes moyenâgeuses ne nous intéressent pas et nous répugnent.

      Peut-être que le jour où les gouvernements se décideront enfin à bannir toutes les religions et taxer les églises, mosquées, synagogues et aussi taxer tous les revenus de ces manipulateurs de l’esprit de l’Homme, peut-être vivrons nous mieux et plus en paix avec nos semblables. L’Âge de pierre est terminé. Nous sommes au 21 ième siècle pour ceux qui ne savent pas encore.

      Pierre Duquette (Abitibi)

    • Il faut au moins une génération pour changer les mentalités, que ce soit chez les nouveaux arrivants ou les autres. En attendant, qu’on donne plus de ressources à la DPJ pour enquêter et intervenir sur les cas problématique et qu’on fasse de la sensibilisation auprès des communautés culturelle.
      On doit malheureusement admettre qu’il y a peu de défense contre la bêtise et l’ignorance crasse, sauf l’éducation.

    • ..Vive Foglia. Point final. Mais pourvu qu’il ne prenne pas sa retraite celui-là. La relève est rare à ce niveau.

    • Est-ce qu’il est encore courant que la police doive attendre d’avoir des preuves tangibles pour protéger une femme ou des enfants devant la violence conjugale? Faut-il saigner comme un veau avec un bras cassé pour que la police agisse adéquatement?

      Il fut un temps où les plaintes ne suffisaient pas pour arrêter un homme violent avec les suites que l’on sait? Dans le cas qui occupe ici, même la DPJ se sentait impuissante ou tout à fait inapte à agir en conséquence.

    • A mon avis, le multiculturalisme à tout crin ne fonctionne pas et c’en est la preuve. Foglia a le don de dire les vraies affaires: dans certaines cultures ,et c’est un euphémisme, les femmes ne sont pas considérées comme égales à l’homme. Nos institutions sont dépassées devant de tels cas, car ces cas sont aux antipodes de nos valeurs. Devant cette situation, nos gouvernements ont le devoir de réviser leur politique d’immigration en favorisant les cultures dont les valeurs sont partagées. En attendant, nous devons réajuster nos outils afin de mieux intégrer, autant que faire se peut , ceux qui sont déjà immigrés chez nous. Nous devons protéger ceux qui sont menacés et qui partagent nos valeurs de liberté et d’égalité.

    • Faites-nous part de votre opinion.

    • Peut-être que ne pas accepter l’immigration d’une famille pratiquant la polygamie et aux valeurs sociopathes, aurait empêché ce crime d’arriver.

      On les accueillis à bras ouverts, au lieu de s’intégrer, ils sont restés des fondamentalistes intégristes, et voilà le résultat, on a eu 4 meurtres sur les bras.

      La polygamie est illégale au Canada, comment ça se fait qu’on a accepté un homme avec 2 femmes? C’est déjà un indice d’une familles aux valeurs irréconciliables avec les nôtres.

      B Plante

    • Au Canada, pour une jeune fille qui est tuée dans un cas extrême au nom de l’honneur, combien d’entre elles sont enfermées à la maison et mènent une vie misérable sous la poigne des parents pour ce même “honneur”? Et combien d’entre elles, comme disait monsieur Bela un peu plus haut, sont envoyées en exil forcé chez “mémé restée en Afghanistan” ou peut-être même assassinées là bas?
      Jusqu’à 16 ans les écoles peuvent assurer un suivi dans les cas d’absentéisme scolaire mais après cet âge comment “contrôler”?
      Il est évident avec le procès Shafia que le multiculturalisme à la Trudeau a atteint sa limite dans ce qu’il a de plus ridicule et que le Canada doit maintenant envoyer un message clair aux immigrants sur le respect de nos valeurs notamment en matière d’égalité entre les sexes, et quand ce message sera clair et s’il le faut quand il sera enchassé dans des lois claires la ligne à suivre pour les intervenants scolaires, sociaux, policiers et judiciaires sera claire aussi…en attendant on patauge dans la peur de paraitre raciste, inhospitalier, irrespectueux de la culture des autres et au détriment de nos propres valeurs avec les résultats que l’on a vu pour les Shafia”!
      R. Boisvert

    • Bientôt un référendum sur les crimes cultûrels des Hells peut-être?

    • C’est tellement complexe et pas dans notre culture qu’on ne peut imaginer que des parents suppriment leurs enfants au nom de l’honneur.

      J’ai lu une jeune afghane sauvée par une infirmière du monde. Cette jeune avait rencontré un jeune homme en cachette. Lorsque le père l’a appris, il a ordonné au mari de son autre fille de brûler la fautive. Arrosée d’essence et en flamme, elle a pu se sauver. À l’hôpital, cette infirmière à l’aide d’un médecin afghan, elle a assuré le père qu’elle s’occuperait de sa fille pour la tuer. Satisfait le père l’a autorisée à amener sa fille. Cette dernière à découvert tout un monde qu’elle ne savait pas existait. C’était en Suisse.

      M. Marissal. Je vous ai entendu aux Lionnes. À un moment vous avez dit : Comme je suis malentendante j’ai compris que vous étiez né dans les 30. Ce que je trouve impossible à vous voir. Ma mère dirait “quel beau jeune homme”.

    • Bien sur qu’il y a les opinions de masse. En fait ce ne sont celles-là qui comptent. Parce que le peuple nous et non pas eux les autres venus d’ailleurs décidont qui de Turcotte, qui de Shafia ou la maman Tooba et le fils qui réalise peut-être qu’il ne ses soit pas intégré, que la compassion, l’empathie, l’amour passe après ce que nous considérons comme la justice.

      Je ne suis pas d’accord avec une chose: celle de payer de ce que cela coûte pour les 3 sentences à vie de ces gens venus d’ailleurs. Retournons ces gens de l’endroit de la provenance.

    • Je suis vraiment confus, face a ce verdic? peut etre que l’influence des series tv, genre CSI et autres ou tout semble facile a resoudre en matieres de crimes et pour quelque chose?
      Comment cela se fait il que des preuves materielles, adn et autres , a moins que je les ai laisse passe ne sont pas citees?
      Je ne comprend pas que l’on traite cela comme des crimes ( d’Honneur) culturels, et je m’explique, nous avons chez nous en Occident , au Quebec meme des drames familiaux, le cas Turcotte en est un exemple patent? La violence faite aux plus faibles , les enfants, les femmes n’est pas l’apanage d’ une culture, mais est repandue a travers le monde malheureusement.
      De plus la terminologie devrait plutot etre tant qu’a les qualifier de crimes point a la ligne, et les juger en consequence… Notre droit possede tous les atouts pour qu’on puisse les juger equitablement.
      Maintenant je serais d’avis pour que l’en renvoie ces personnes dans leur pays d’origine purger leur peine , cela nous epargnerait bien des depenses par les temps difficiles qui courent…
      Il serait aussi sans tomber dans le racisme pur et dur de porter une reflexion sur le choix de la provenance culturelle de nos emmigrants?
      pierre m de ruelle
      Ile des soeurs
      QC. Canada

    • Bonjour,

      je vous trouve bien optimiste pour parler de ”l’après ” dès aujourd’hui alors que les cadavres de 3 femmes et d’une petite fille de treize ans sont à peine refroidis… L’affaire ne sera résolue pour vrai que quand l’appel du fils aura été rejeté et que l’emprisonnement des trois membres restant sera bel et bien confirmé. Une affaire comme ça n’est fini que quand TOUS les recours ont été essayé.

      Et avant de passer à l’après il faudrait peut-être pensé collectivement au ”pendant” l’incarcération… Ces immigrants devaient pouvoir investir $800 000 quand ils sont arrivé on peut penser que ces investissements n’ont pas été fait tout occupé qu’ils étaient à règler leurs comptes familiaux !

      Alors qu’adviendra-t-il de cet argent qui nous est dû ? C’est tout de même notre argent que ces bougres ont dilapidé en monopolisant nos juristes, nos tribunaux, nos jurés (et Bravo en passant !), nos secrétaires, nos huissiers, nos policiers, nos enquêteurs et chacune des personnes qui a été assignée au travail de quelque manière que ce soit à cause d’eux !

      NOUS AVONS PAYÉ pour cette famille, pour les loger, les nourir, les soigner, les habiller, les blanchir et les transporter tout le temps qu’ils ont été en cour…

      NOUS ALLONS ENcore payé pour eux dans les 25 prochaines années parce que si on les retourne dans leur campagne ils fileront libre comme l’air, aprce que, dans leur pays d’origine tuer son enfant ou une femme ce n’est pas un crime. On doit les garder ici pour qu’ilspurgent leur peine dans leur entièreté.

      Il paraît que ça nous coûte $80 000 par année pour garder un prisonnier alors pour trois on est rendu à $ 240 000 par année et X 25 (multiplier par 25ans) on arrive au chiffre astronomiaue de $600 000. POURQUOI notre gouvernement ne saisi-t-il pas l’argent que le Shafia devait investir pour couvrir leur frais de subsistance en prison ?

      Hey ! ça ne couvrirait même pas ce que tout leur barbarrie nous a engendré comme frais de toute sorte.

      Hey ! Remboursez-nous d’abord, après on parlera de ”L’après” ou de l’expulsion.

    • L’article du globe, je dois l’admettre est d’une logique irréfutable pour moi!Quand aux deux autres, celui surtout de Foglia n’est qu’une tentative timide de justifier de tel crimes. Combien de familles immigrantes devons nous mettre sous surveillance pour enrayer ce genre de meurtre, devrions -nous empêcher certaine culture d’immigré au canada, un meurtre est un meurtre, même l’état canadien ne tue pas ses meurtriers.
      Bientôt ces meurtres seront justifiés au nom de la liberté de religion. Ce sont des meurtres commis au nom du gros ego paternel, gros égaux maternelle au nom de la main mise de parent non évolués sur le comportement de leurs enfants, ces enfants ont déroges aux lois familiale, perpétués de génération en génération sous le couvert de l’honneur, ces enfants sont punis parce qu’ils désobéissent aux parents, la punition est extrême quand il s’agit du supposé honneur, c’est plutôt le gros ego du patriarche désobéi, ce gros égo du mâle dominent qui est atteint, supporté par la femelle dominante de la famille!
      Au canada nous avons des lois contre ces agissement meurtrier, pourrons-nous éviter ces meurtres, probablement impossible comme dit le globe, il y aura toujours des Shafia , des Turcotte et des personnes reconnus dans notre société comme la référence , pour justifié ces actes d’une façon ou d’une autre. Ce sera a la justice d’agir.
      ” Monsieur on se fou ici d’ou vous venez, quelle est votre religion, que votre gros ego soit déshonoré, vous avez tué, vous êtes un meurtrier dans notre société”
      Allons nous nous employer a essayer de changer la culture des Européens du sud et des autres endroits dans le monde ou leur culture prévoit les crimes d’honneur.
      Après 11 ans de guerre avec l’Afghanistan les Américains ont commencé des discussions avec les Talibans, ”Belle réussite”!

    • C`est certain qu`apres coup on va et on doit regarder partout afin qu`un tel drame ne se reproduise pas.

      La seule chose qu`il faut aussi comprendre c`est qu`un tel geste est issu de générations de fondamentalisme et que rien n`aurait pu arrêter leur obsession de ce qui pour eux était essentiel à la bonne marche familiale. En ce sens, le Canada n `aura été qu`accessoire.

      Mais il faut en profiter pour faire une introversion et solidifier ce qui pour nous représente les valeurs a défendre et surtout à implanter chez ceux qui choisissent notre pays comme terre d`accueuil.

      Il serait trop facile de détourner le sujet en accusant autant qu`il ne faut pas penser que ce genre de comportement nous est étranger. Il y a une cinquantaine d`années le Québec penait à sortir d`une société patriarcale ou la suprématie du chef de famille,du chef de l`église,du chef de l`état était prétexte à autant d`atrocités.

    • Je ne sais pas si cela se fait actuellement, sinon, je suggère que nous devrions commencer par l’accueil de tout nouveau demandeur de citoyenneté canadienne: le Canada devrait remettre et expliquer clairement une Charte des droits et devoirs du futur citoyen canadien ou de la future citoyenne canadienne, dans laquelle y serait bien expliquées les valeurs démocratiques véhiculées dans notre pays; suite à cette lecture et compréhension de nos valeurs démocratiques canadiennes, le nouvel arrivant, la nouvelle arrivante devrait s’engager, par sa signature, à les respecter et à ne jamais utiliser toute action, tout geste ou tout vêtement à l’encontre de celles-ci, comme la charia, le crime d’honneur, la lapidation, la burga, le niqab…, sous peine d’être immédiatement expulsé(e) du Canada.

      Si cela était fait et bien fait dès l’accueil des nouveaux demandeurs de citoyenneté canadienne, je crois sincèrement que nous diminuerions ainsi de beaucoup ces actes barbares, par exemple, de crimes d’honneur.

      Jacques Robert

    • À moins d’un R.I.P. sur le droit naturel versus les valeurs cultûrelles dans une société donnée, je ne vois vraiment pas comment une justice sans voile pourrait vraiment trancher.

    • @ Vincent Marissal

      J’avais oublié la modération. J’ai cru mon commentaire pas assez pertinent.

      Je voulais ajouter que je continuerai à vous lire tous les jours.

    • Les Shafia ne sont pas chanceux que leur procès se soit tenu en Ontario. Au Québec, ils auraient sûrement été déclarés non-coupables.

    • Deux visions opposées dans La Presse du samedi 28 janvier 2012 . L’une provenant d’universitaires de Concordia du haut de leur tour d’ivoire et adeptes du relativisme culturel et l’autre découle de la froide réalité de terrain avec la journaliste Michèle Ouimet en Afghanistan.

      Les deux professeures de Concordia et adeptes du multiculturalisme de Bouchard-Taylor:

      «Cependant, des études récentes indiquent que la préméditation concerne autant les affaires de violence et les crimes familiaux que les crimes d’honneur, constatation confirmée par de nombreux chercheurs et partisans de la non-violence. Par conséquent, qu’est-ce qui distingue les crimes d’honneur des homicides entre partenaires intimes ou membres d’une même famille? Surtout, que gagne-t-on à présenter les meurtres présumés des femmes de la famille Shafia comme des «crimes d’honneur» au lieu de les qualifier tout simplement d’actes de «féminicide»?

      Le fait de distinguer ces homicides et de les présenter comme des actes de violence singuliers et particuliers permet de les soustraire à un phénomène plus large: celui de plus en plus répandu du féminicide – un homicide aggravé du fait de la qualité de femme (ou de fille) de la victime. Ce terme rend compte du statut des femmes et des filles dans la société, et de leur vulnérabilité à l’égard de certaines formes de violence, dont le meurtre.

      Plusieurs journalistes ont mentionné les origines afghanes de la famille et son adhésion à l’islam, suggérant que ces meurtres ont été motivés par des croyances culturelles et religieuses. Selon le recensement de 2006, 48 090 Canadiens sont d’origine afghane. Pourtant, les médias n’ont pu relever que cette affaire sensationnelle d’homicide familial. Si le phénomène des «crimes d’honneur» est le reflet de pratiques culturelles ou de traditions religieuses, pourquoi leur nombre n’est-il pas plus élevé?

      Ces meurtres symbolisent une logique plus large et plus répandue qui montre aux femmes et aux filles ce qui les attend si elles ne se conforment pas à ce que la société et le patriarcat attendent d’elles.

      Le féminicide est une question de genre; il désigne le meurtre de femmes ou de filles parce qu’elles sont de sexe féminin. La particularité de cette forme de violence tient précisément à cette notion. Elle n’a strictement rien à voir avec l’honneur, la passion ou l’opportunité.

      La présentation des meurtres présumés des femmes de la famille Shafia comme des «crimes d’honneur» sert deux objectifs. D’une part, celui de montrer le féminicide en tant que phénomène très marginal. D’autre part, celui de faire croire que le féminicide est un phénomène propre à certaines populations du Canada et à des cultures ou religions bien précises ailleurs dans le monde.»

      Voici deux cas de crimes d’honneur commis par des Afghans à Dorval et à Ottawa. Les professeures ne sont pas au courant….

      http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/justice-et-faits-divers/201007/26/01-4301306-crime-dhonneur-johra-kaleki-revient-au-tribunal-lundi.php

      http://cnews.canoe.ca/CNEWS/Crime/2009/05/31/9630106-sun.html

      Michèle Ouimet et un vidéo saisissant découlant d’une mentalité moyenne-âgeuse:http://www.cyberpresse.ca/videos/201201/27/46-1-exclusif-lhonneur-ou-la-mort.php/3e5cb13b12ea4834a877671c30839700

      Une excellente analyse de Phillis Chesler:
      http://pointdebasculecanada.ca/actualites/10002559-phillis-chesler-le-verdict-de-culpabilité-rendu-dans-l’affaire-shafia-constituera-t-il-un-point-tournant-pour-la-justice.html

    • quel deshonneur d’etre en prison…

    • Je considêre que ces crimes mériterait qu’on les renvoit en Afghanistan au plus sacrant. Il sont surement plus adaptés a leur pays d’origine qu’au notre.

    • On ne réinventera le peuple canadien mais bon sang on peut tout de même l’écouter. Et n’en déplaise aux sentimentaux du multiculturalisme ça ne marche pas en Europe et ça ne marchera pas ici. Donc une petite liste de choses à ne pas prendre dans ses bagages d’immigrants avec quelques consignes et explications de la vie en occident. Pourquoi pas une bonne période d’adaptation avec un suivi??? Premier point la langue… pour bien se comprendre. Le farsi j’en ai mon quota.

    • On ne réinventera pas le peuple canadien mais bon sang on peut tout de même l’écouter. Et n’en déplaise aux sentimentaux du multiculturalisme ça ne marche pas en Europe et ça ne marchera pas ici. Donc une petite liste de choses à ne pas prendre dans ses bagages d’immigrants avec quelques consignes et explications de la vie en occident. Pourquoi pas une bonne période d’adaptation avec un suivi??? Premier point la langue… pour bien se comprendre. Le farsi j’en ai mon quota.

    • Vous cherchez le moyen de prévenir le crime d’honneur ? (ou culturel, selon certains)
      Facile : vous n’avez qu’à copier coller la procédure de l’État en matière de violence conjugale ou d’agression sexuelle alléguées (à l’égard d’une femme, s’entend) : nul besoin de preuves ou témoins, on arrête l’homme sur simple présomption, on le cuisine au poste, et même si la preuve est inexistante, on l’accuse devant les tribunaux, juste au cas où l’allégation s’avérerait véridique.

      Ça n’a jamais réglé quoi que ce soit, et ça ne réglera jamais rien, mais cette forme d’arbitraire à la dérobée (on fait semblant qu’il n’existe pas, mais on le pratique impunément ) contente le groupe de pression, inquisiteur bien de son temps à l’origine de cette spoliation des droits de la personne à grande échelle, qui martèle depuis toujours (en privé, bien entendu) qu’il s’agit là du seul moyen concret à la disposition de l’État en matière de ”violence faite aux femmes”.

      Quant aux innocents qui font l’objet d’une machination ou d’une simple vengeance par une femme ou une jeune fille dénuées de sens moral, peu importe. Après tout, il faut bien sacrifier quelques innocents au profit du ”Bien Commun”. En effet, le Mal fait à certains sera compensé par le Bien du plus grand nombre.

      Pourquoi ne pas appliquer le même principe à tous les autres hommes-immigrés soupçonnés d’être un Shafia en puissance ?

      Juste au cas où…

      Gordon Sawyer

    • Bonjour,

      Tout comme vous je me suis dit :

      « Ouf et bravo, soit, mais qu’est-ce qu’on fait, maintenant? »

      Ouin! On fait quoi maintenant : on ne se préoccupe que de l’affaire Shafia pour mieux oublier l’affaire Turcotte?

      Daniel Verret (nadagami)

    • @Noirod

      “Il y a une cinquantaine d`années le Québec penait à sortir d`une société patriarcale ou la suprématie du chef de famille,du chef de l`église,du chef de l`état était prétexte à autant d`atrocités.”

      L’inceste et la violence conjugale étaient certes tabous et les mères d’enfants “illégitimes” étaient contraintes d’abandonner leur enfant mais la suprématie du chef de famille n’a jamais permis le meurtre des enfants et des épouses!

    • Continuons à miser sur l’immigration arabo-musulmane..d’ailleurs nous commencons à en recolter les fruits..

    • @ Pierre Duquette: votre idée de taxer toutes les églises, mosquées et autre superstitions est tout simplement géniale. Ça réglerait tellement de choses en même temps. Dommage que ça n’arrivera pas.

      Par contre, vous faites erreur lorsque vous souhaitez que nos fonctionnaires en poste à l’étranger indiquent aux futurs immigrants que le Canada ne tolère pas les burkas, couteaux “de cérémonie”, et autres mongoleries. Ile ne peuvent absolument pas faire ça. Pourquoi? Parce que ces mongoleries sont tolérées, et même encouragées par nos chers “progressistes”! C’est une grosse partie du problème, justement.

    • Ces crimes sont horribles et il faut les condamner avec toutes les energies possibles.Mais je ne vois pas le meme tollé quand un quebecois tue sa femme et ses enfants,parce que madame veut le quitter pour un autre homme.vous appelez cela de crime passionnel ou drame familiale d’un gars de chez,revenez sur terre c’est aussi un crime d’honneur.

    • Moi ça me fait rire (jaune quand même) quand je vois les gens hurler sur les blogues que ces accusés vont nous coûter des frais pendanat 25 ans et applaudir pour projet de loi C-10.

      Avec ce fameux projet de loi, ça va nous coûter des milliards de plus chaque année. Et on ne sait pas combien au juste puisque Harper garde les chiffres pour lui. Faut punir davantage même si toutes les études démontrent que ça ne change rien, que loin de diminuer le taux de criminalité augmente. Alors ne venez pas chialer pour l’emprisonnement des Shafia. Ils ont commis un crime au Canada, ils vont expier au Canada. C’est la logique.

      Et puis ces gens sont fortunés. En arrivant (sous le gouvernement Harper), le père a investi un million comptant dans un centre d’achat et était à se construire une maison de la même valeur. Je ne pense pas qu’on aura à leur payer leurs avocats

      Et ces gens étaient bien au courant de nos lois. Pas pour rien qu’ils ont fait passer la première épouse pour une cousine. Pas pour rien qu’ils ont essayé de camoufler leur crime en accident. Ils savaient les conséquences. C’est pas vraiment un crime d’honneur. C’est un narcissique qui avait perdu le contrôle sur les femmes et il ne l’a pas accepté. Qu’ils paient tous. Et je serais bien étonné que l’appel soit autorisé. Ils vont ramer fort en tout cas.

    • Une culture ne se transmet pas par osmose. Sommes-nous prêts à intégrer des gens dont la culture est diamétralement opposée à la nôtre? Qui profite vraiment de cette porte large ouverte sur notre pays… Dans le cas des Shafia, il y a eu des moments de tension extrême à l’intérieur même de leur demeure. De notre côté, une impossibilité de répondre adéquatement à la détresse de ces jeunes, qui ne demandaient rien de mieux que de s’adapter. Quatre membres de cette famille ont payé de leur vie, trois des leurs sont en prison et les trois autres croient-ils encore au marchand de bonheur?

    • Pierre Duquette exprime parfaitement ce que je pense.
      De plus, les Shafia étaient au Qc depuis quelques années et ne parlait pas français, à peine l’anglais (sauf les enfants). Le procès s’est déroulé en farsi. Un accommodement déraisonnable à mon avis, mais je salue le travail des jurés qui ont dû se farcir en direct la traduction en plus de toute la preuve.
      Si le Canada obligeait tout nouvel immigrant à suivre des cours portant sur les langues et les us et coutumes du pays d’accueil, si notre société était laïque, et n’avait pas cette réputation qu’on peut vivre sa vie ici comme avant sans problèmes, les nouveaux arrivants sauraient à quoi s’en tenir! Mais le Canada a une peur bleue de froisser les susceptibilités de tous et chacun.

      Je suis déjà allé en Iran. Toutes les femmes de mon groupe ont mis un foulard et une chasuble jusqu’à terre dès leur sortie d’avion. Personne n’a songé à protester haut et fort. C’est la loi (tordue selon nos valeurs) du pays et malheur à qui ne s’y conforme pas, touriste ou pas. Quant est ailleurs, tu te conformes aux mentalités de la place ou tu n’y vas pas. Cela devrait être la même chose ici.

    • On semble croire que le problème de Batshaw était de ne pas tenir compte du contexte culturel. Malheureusement, le manque de ressources fait en sorte que les dossiers (même les plus urgents) sont mis sur la glace pendant une éternité. Il est donc parfois nécessaire de persévérer et de s’adresser à la commission des plaintes pour les faire avancer. De plus, le manque de sensibilité envers l’enfant et l’adulte dont le signalement est retenu est généralisé. Enfin, même si les autorités de Batshaw semblent dire aujourd’hui que ce n’est pas pratique courante d’interroger les enfants chez le parent abusif, dans mon expérience, cela s’est produit.

    • La seule solution: la peine de mort. Le reste n’est que bavardage d’intellos et de commères de cafés de terasse. Les services sociaux québécois (CLSC, professeurs, direction d’école,police, etc.) ont prouvé encore une fois leur profonde incurie quand les gens sont vraiment en danger. Il faut cesser de dorloter les criminels avec des peines de prison de luxe de 25 ans. primo, ça sort d’où de chiffre de 25 ans ? Une patente libérale je suppose ! Pourquoi pas 50 ans de prison ?

      P.Savard
      Fier d’être en faveur de la peine de mort et du cçoté des victimes.Et que les partisans de l’avortement ne vienne pas me faire la leçon avec le droit à la vie.

    • @L.Moga

      “Une culture ne se transmet pas par osmose.”

      Malheureusement, bon nombre de multiculturalistes en sont fermement persuadés… en ce qui concerne notre culture bien entendu car lorsqu’il est question de nous ouvrir à la culture des autres communautés, n’espérez pas de vous en tirer avec l’argument de l’osmose! Nous, c’est pas pareil. Imperméables à l’osmose et pour ne pas nous mériter l’étiquette infâme de “fermés sur le monde”, (qui nous est exclusivement réservée), nous devons montrer patte blanche et faire étalage d’efforts constants afin de découvrir l’autre mais aussi pour nous attribuer la responsabilité de tout échec de communication.

      Pour certaines de ces personnes, l’histoire du Québec se sépare en deux. Il y a le Québec d’avant l’immigration de masse et le Québec après. Pour eux, la période “d’avant” est une période sombre et frileuse durant laquelle les québécois vivaient dans l’ignorance et la volonté farouche de limiter leurs contacts avec les autres cultures à la pizza et au resto chinois du coin! Si nous avons le malheur d’être unilingue francophone, c’est encore pire! Dans cette caricature, l’immigration n’existe que pour nous sauver de nous-mêmes…

    • Commentaire de gofrankiego :

      ( Il paraît que ça nous coûte $80 000 par année pour garder un prisonnier alors pour trois on est rendu à $ 240 000 par année et X 25 (multiplier par 25ans) on arrive au chiffre astronomique de $600 000. POURQUOI notre gouvernement ne saisit-il pas l’argent que le Shafia devait investir pour couvrir leur frais de subsistance en prison ? )

      Il ne feront sûrement pas de loi pour ça et même pire si on écoute les commentaires de M. Bellemare si on arrive pas à faire la preuve que ces femmes sont mortes avant d’être propulsées à l’eau, ceci sera considéré comme accident de voiture par la SAQ et les parents seront indemnisés $$$ pour ces meurtres.

      Des pistes de l’après Shafia, il faudrait modifier certaines lois aberrantes de notre beau Canada.

      On demande à grand cris dans les média de dénoncer, laissez-moi vous dire que si j’étais dans une situation comme ces filles l’ont vécue, je n’aurais jamais eu le courage de dénoncer en sachant comment la DPJ s’occupe de ces cas. Il serait venu chez-moi faire enquête avec leurs gros sabots et me confronter devant mes tortionnaires qu’on aurait avisé que chez-nous on ne fait pas ça mais aussitôt la porte fermée je pense que je mangerais une maudite volée pour me rappeler de ne plus jamais porter plainte et le lendemain j’irais retirer ma plainte en courant.

      Alors comme le dit un commentaire plus haut pour un homme d’ici il suffit que la femme porte plainte pour que la police débarque et amène les menottes aux poings le suspect. Pourquoi agissons-nous de façon différente avec un immigré?

    • je sais que ce que je vais écrire risque de déplaire à beaucoup ici, mais je dois le faire quand même. Depuis l’annonce du verdict, tout le monde y est allé de son commentaire allant jusqu’à demander la peine de mort, il manquait plus que de dresser un bucher. Mais la question qui se pose : est-ce que les Shaffia ont eu droit à un procès équitable ? ma réponse est non. Non parce qu’ils étaient condamnés bien avant le début du procès. Le jury, qui doit rester neutre et ne pas être influencé par autre chose que les faits, a vécu un abattage médiatique sans précédent et ce bien avant le procès. Y avait-il des peuves suffisamment accablantes pour les accuser de meurtre avec prémédition ? non, mis à part les dires de certaines personnes et les interprations de tout un chacun Enfin, y avait-il un doute raisonnable de leur culpabilité eu égard aux preuves et non au ouie-dire ? La réponse est évidemment oui.
      Mon avis est que la justice ne sort pas gagnante de cette affaire, loin de là.

      Sid Dziri

    • Je pense que les cirtiques du Globe sont bien fondées et qu’il faudrait en premier lieu remédier aux lacunes de la DPJ qui sont clairement identifiées par la DPJ elle-même. Voir l’article “Examen de conscience à la DPJ” dans La Presse aujourd’hui.

      Le travail de la DPJ ne doit pas être facile, mais c’est toujours enrageant de constater qu’il faut un drame de cette envergure pour faire réfléchir nos bureaucrates.

      La nécessité d’un registre centralisé aurait dû être évidente bien avant.

      Les intervenants précédents ont raison de dire que les immigrants ne détiennent pas l’exclusivité en matière de meurtre ou de crime, mais il n’en demeure pas moins que la DPJ doit s’équiper pour tenir compte de et comprendre les différences culturelles (voire la langue…).

      Je suis tout à fait en faveur du multiculturalisme, mais il faut tenir compte de la complexité que cela introduit et s’équiper en conséquence.

    • Le crime d’honneur n’est pas l’apanage des cultures musulmanes. Il n’y a pas si longtemps en ce beau pays exemplaire, des centaines de jeunes femmes et leurs enfants à naître furent ostracisés et bannis parce que ces jeunes femmes “déshonoraient” leurs familles en devenant enceintes hors mariage après avoir été souvent violées par un homme de leurs entourage. Et combien de personnes doivent toujours supporter une existence misérable suite à de multiples abus sexuelles qu’ils durent taire afin de protéger l’honneur de notre sainte église catholiques ?

      Si j’insiste d’entré de jeu la dessus, ce n’est pas pour amoindrir la gravité des gestes posés par les Shafia, mais bien parce que je déteste les personnes et les communautés qui se paient trop facilement une bonne conscience au dépend des autres.

      Quant aux questions que soulèvent cette tragique affaire chez moi:

      a) Qu’est ce que le code d’honneur représente dans une société telle que la société afghane? Ce code représente-t-il la “pierre angulaire” indispensable à la solidarité sociale des sociétés claniques ? Serait-il en quelque sorte l’équivalent de la constitution et des codes de lois dans nos sociétés dites évoluées ? Il me semble, par ailleurs, que plusieurs éléments de ces codes d’honneur puisent leur enseignement directement de l’Ancien Testament : “Hors de ma Loi, point de Salut !”

      b) Il nous faudrait également réfléchir sur la notion d’incompatibilité culturelle. Finirons-nous par admettre que certaines cultures de part leurs manières de penser, d’être et d’agir ne peuvent cohabiter sur un même territoire ?

      c) Il nous faudra apprendre à être fier de notre culture, de ses valeurs d’égalité, de liberté et de fraternité et exiger que ces valeurs soient à la basent de nos différentes législations sociales, économiques et culturelles. Il nous faudra réapprendre à être révolutionnaires, quitter notre laxisme, notre individualisme désespéré : ce “sauve qui peut” caractéristique des sociétés occidentales contemporaines.

      Pierre Mayers

      b)

    • Vous avez remarquer que ces gens la ne conduisent jamais de voiture americaines.

    • Professionnalisation à la DPJ… et entrevue de sélection chez les nouveaux arrivants où le multiculturalisme serait expliqué avec l’exemple du procès Shafia afin d’éviter les malentendus.
      En faisant école, les coûts sociaux de l’échec d’intégration seraient amortis.
      Non, sans rire. Le ratage de la DPJ est proprement scandaleux et quelle preuve supplémentaire nous faut-il pour réviser le multiculturalisme comme approche d’intégration des immigrants ?

    • Bonsoir,

      Tant qu’à moi, Monsieur Vincent Marissal, toute cette saga cousue de fil blanc me laisse profondément SCEPTIQUE. Tout comme si toute cette famille vivait dans l’instrumentalisation d’une condamnation à l’avance depuis le mois de Juin 2009. Une famille pratiquante et islamiste bien sûr sur laquelle il fait tellement bon de casser du SUCRE. Et n’oubliez jamais qu’en plein été 2009, l’information avait toujours cette peur VISCÉRALE DU VIDE. Au plaisir, John Bull.

    • Il y a eu tellement de mensonges dans ce procès.. La question du mensonge chez les musulmans dits fondamentalistes à l’endroit des “infidèles” me turlupine depuis longtemps et j’ai fini par trouver le lien qui suit, que je vous transmets avec réserve. http://verite-valeurs-democratie.over-blog.com/pages/Le_mensonge_islamique-1495365.html

    • Des imams de Toronto ont prononcé une fatwa contre les crimes dits d’honneur. Voir fatwa sur Wikipedia.

    • Tout à fait d’accord avec etmoi

    • Ce proces vas faire toute la lumiere sur la Polygamie existente au Canada de plusieurs immigrants islamistes qui sont en situation illégitimes et qui sont venue ici de facon frauduleuse en faussant les identitées des personnes qui viennent ici.!

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    février 2013
    D L Ma Me J V S
    « jan    
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    2425262728  
  • Archives

  • publicité