Vincent Marissal

Archive, janvier 2012

Mardi 31 janvier 2012 | Mise en ligne à 9h05 | Commenter Commentaires (51)

Des pistes pour l’après-Shafia

shafia

Dimanche après-midi, dans le secondes suivant la publication sur les réseaux sociaux du verdict de culpabilité des Shafia, on a presque entendu un immense Ouf! suivi d’un Bravo! à travers le pays.

Ouf et bravo, soit, mais qu’est-ce qu’on fait, maintenant? Quelles leçons doit-on tirer de cette tragédie? Comment en éviter de nouvelles? Sommes-nous équipés, matériellement, politiquement, juridiquement et socialement pour protéger d’autres éventuelles victimes?

C’est loin d’être sûr et le silence de nos gouvernements ne me rassure guère.

En attendant, quelques lectures éclairantes sur le sujet:

- de ma collègue Agnès Gruda

- de Pascale Fournier, titulaire de la chaire de recherche sur le pluralisme juridique et le droit comparé et vice-doyenne à la recherche à la faculté de droit à l’Université d’Ottawa

- dans The Globe and Mail

- et bien sûr, Foglia, pour se dire les vraies affaires…


Lire les commentaires (51)  |  Commenter cet article






Jeudi 26 janvier 2012 | Mise en ligne à 13h21 | Commenter Commentaires (94)

Reconnaître (ou non) la CAQ?

caq2

Comme prévu, la Coalition avenir Québec de François Legault réclame reconnaissance officielle (et budget s’y rattachant) à l’Assemblée nationale pour son caucus de neuf députés. Et comme prévu, cette demande provoque un débat avec les autres partis, en particulier avec le PQ, qui a vu trois de ses députés faire défection pour se joindre à la CAQ.

Pour les militants du PQ, qui doivent justement débattre de mesures anti-transfuges cette fin de semaine à leur Conseil national, il sera difficile d’accepter un assouplissement des règles de l’Assemblée nationale en faveur de la CAQ.

Le décision revient au président de l’Assemblée nationale, mais elle doit être entérinée par les chefs des deux autres partis officiellement reconnus, soit Jean Charest et Pauline Marois. Selon le règlement de l’Assemblée nationale, un parti, pour être reconnu, doit avoir fait élire au moins 12 députés (sous sa bannière) ou avoir récolté au moins 20 % du vote, ce qui n’est évidemment pas le cas de la CAQ, qui n’existait pas aux dernières élections.

La présidence de l’Assemblée nationale a déjà fait preuve de souplesse, notamment en 2009 en accordant un certain statut à l’ADQ (qui avait fait élire sept députés en 2008 (16 % du vote), mais accorder une reconnaissance formelle à un nouveau parti formé uniquement de transfuges passerait probablement mal dans la population passablement échaudée ces temps-ci par les changements d’allégeance en cours de mandat.

Personne au Québec n’a jamais voté pour la CAQ, on ne peut donc pas évoquer la volonté populaire ou même la légitimité des caquistes pour leurs accorder un statut de parti officiel. On ne peut pas remplacer la voix du peuple par un sondage.

Lire les commentaires (94)  |  Commenter cet article






Mardi 24 janvier 2012 | Mise en ligne à 9h23 | Commenter Commentaires (249)

Qui a torpillé Duceppe?

327042-gilles-duceppe

C’était prévisible…

Les adeptes de la théorie des complots «gescaiens» accusent La Presse d’avoir sorti l’artillerie lourde pour torpiller Gilles Duceppe.

Richard Le Hir signe même ici une longue tartine exposant le «complot».

M. Le Hir et autres adeptes ont visiblement beaucoup de temps libres et une imagination débordante, mais ils s’épargneraient des cheveux gris (et nous épargneraient leurs élucubrations) s’ils se posaient la bonne question: Qui a coulé des informations embarrassantes pour  Gilles Duceppe?

Pas de fuite, pas d’histoire. Et, visiblement, cette fuite vient de l’interne.

Certains n’ont pas besoin des médias pour se couler…

Lire les commentaires (249)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    octobre 2014
    D L Ma Me J V S
    « fév    
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité