Vincent Marissal

Vincent Marissal - Auteur
  • Vincent Marissal couvre la politique depuis plus de 15 ans, sur les collines parlementaires à Québec et à Ottawa, dans le reste du Canada et même à l'étranger.

    Suivez le compte Twitter de Vincent Marissal: @vmarissal

  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 28 octobre 2010 | Mise en ligne à 12h09 | Commenter Commentaires (197)

    Pauline Marois: avec des amis comme ça…

    Pauline Marois chez Radio X (photo tirée du site Facebook de Mme Marois)

    Pauline Marois chez Radio X (photo tirée du site Facebook de Mme Marois)

    Il y a un peu plus de trois ans, Pauline Marois quittait se brève retraite et prenait la tête du PQ, à la demande de militants repentants et encore sous le choc de l’épisode André Boisclair.

    Le PQ, tel un malade qui avait frôlé la mort, acceptait sans rechigner la prescription de sa nouvelle chef: fini l’obsession sur la date référendaire, ménage dans les structures et le discours du PQ et nouveau programme axé sur la création de la richesse.

    Depuis, le PQ a pris du mieux… et a repris ses mauvaises habitudes, comme le malade qui se croit guéri et qui se remet à fumer, à manger de grans trans et à prendre un coup.

    Mme Marois a beau affirmer qu’il n’y a pas de problème de leadership au PQ, le contraire crève les yeux.

    Résumons:

    - d’anciens gros canons du PQ, dont François Legault et Joseph Facal, mijotent un plan pour créer un nouveau parti

    - Jacques Parizeau ressort de l’ombre pour critiquer la stratégie Marois et vanter l’approche Duceppe

    - Bernard Landry dénonce aussi le manque de détermination à tenir un référendum de Mme Marois

    - Idem pour la députée Lisette Lapointe (femme de Jacques Parizeau)

    - Gilles Duceppe va vendre le projet de souveranité à Washington, prenant le rôle de figure dominante du mouvement souverainiste

    - trois députés (Bernard Drainville, Nicolas Girard et Nicolas Marceau) court-circuitent leur chef et proposent d’abaisser à 100 $ le plafond des dons aux partis politiques (la position officielle du PQ est de 500 $)

    - plusieurs députés et militants parlent du «malaise Marois» décelé dans les sondages, notamment du fait qu’elle fait à peine mieux que Jean Charest à la question «quel chef ferait le meilleur premier ministre»

    Tout ça en moins de deux semaines. Voilà qui  augure mal pour le congrès et le vote de confiance d’avril.

    Pauline Marois m’avait dit, peu de temps après son retour triomphal au PQ, qu’elle revenait pour changer des choses et non pas pour subir les mêmes vieilles querelles intestines de son parti. Elle n’est pas revenue, avait-elle ajouté, pour se taper les mêmes vieux débats.

    J’avais retenu de cette conversation que Pauline Marois pourrait repartir aussi vite qu’elle était revenue si son parti se mettait à la «picosser».

    Le PQ est-il en train de mettre la table pour manger un autre chef?


    • Depuis sa création, le PQ se nourrit de ses chefs !
      C’est du cannibalisme politique flagrant !
      Pauline Marois n’y échappera pas… Miam ! Miam !

    • “Le PQ est-il en train de mettre la table pour manger un autre chef?”

      Qui par exemple?

    • Vous dites que le PQ a pris du mieux depuis l époque Boisclair. Pas sur de ca moi. C est le PLQ qui a montré son vrai visage et ses corrompus qui fait en sorte qu on se tourne vers une autre option.
      Malgré le ras-le-bol actuel madame Marois figure en deuxieme place derriere un parti qui n existe meme pas. Alors peut-etre que financierement ou membershipement…ca va mieux pour le PQ mais ce ne sont que des faits qui vont réjouir le vase clos que constitue le parti.
      Madame Marois n a pas l étoffe d une premiere ministre selon moi mais malheureusement pour elle , elle représente en plus une génération de politiciens qui nous ont menés dans l inertie depuis 30 ans.
      Qu elle y soit ou non a la veille d un prochain scrutin ne changera pas grand chose car elle risque d etre remplacée par un ou une semblable que a la meme vision obtue du Québec et qui n a pas de projets de société concrets autre que la souveraineté.

    • Un jour, le PQ devra comprendre qu’il ne peut pas être un parti souverainiste en aillant des gens de droite à l’intérieur. La seule façon de faire une souveraineté c’est par une mouvance de gauche, hors du mantra néolibéral omniprésent dans notre monde.

      Mme Marois cherche enconre en vain à faire une synthèse de trop de choses avec des gens trop différents les uns des autres. C’est cela le malaise du PQ. Et tant qu’il vont continuer dans le sens de Marois, ils ne pourront convaincre les électeurs tant de la nécessité de la souveraineté (puisqu’il n’y a pas de projet de société) que de la pertinence d’avoir un parti déchirré au pouvoir, que de la différence d’avoir le PQ à la place du PLQ alors qu’ils ont des politiques similaires sur la majorité des enjeux, soit de centre droite.

      Et ceux qui pensent que le PQ est de gauche, retourner voir les définitions des grand courrants politiques. Le PQ n’est plus de gauche depui 1981. La seule manière pour Pauline Marois de remonter le PQ est donc de lui trouver une niche politique unique, porteuse d’un projet, ce qu’elle évite à tout prix.

      Maxime

    • Mme Marois est un peu le “choix par défaut” du PQ pour les raisons que vous avez expliqué dans ce billet.

      Je pense que ça va être être très difficile pour elle de passer avril 2011. Comme le disait Parizeau à Radio-Canada, il faut que le PQ cesse de parler de rêve et parle du projet souverainiste sur des points concrets.

    • Bonjour,
      Comme si le Parti Québécois ne s’était pas assez tourné au ridicule ! Avec le coup de jarnac appliqué par Monsieur Jacques Parizeau hier à la cheffe des péquistes en déroute, soit Madame Pauline Marois qui a vacillée légèrement en pliant les genoux mais en gardant sa contenance malgré tout. Quoi dire si ce nouveau croc en jambe venant de la sommité que l’on dit nationale dans la chapelle péquiste, soit Monsieur Jacques Parizeau aura sûrement l’ampleur proportionnelle à la crédibilité et l’envergure de cet être Suprême qu’incarne Monsieur auprès de ses adorateurs qui boivent littéralement ses paroles …..Et dire que nos nationalistes à nous de la société distincte s’en prennent toujours aux méchants fédéralistes en fermant les yeux sur le vrai ennemi de leur Cause Nationale, c’est à dire eux mêmes en se couvrant toujours de ridicule.
      Le Parti Québécois est un JOUAL MORT depuis le référendum de 1995 et les péquistes le fouettent quand même par nostalgie….. Au plaisir, John Bull.

    • Le plus triste dans cela est devoir Lisette Lapointe de se mêler du sujet malgré que tout ce qu’elle a fait pour le parti c’est d’être la femme de l’autre. La devise au PQ: Pas de changement (de chef) pas d’agrément.

    • le PQ est ingouvernable pour plusieurs raisons
      la principale raison est qu’il est impossible de faire un referendum
      et de le gagner
      la raison d’etre du PQ est de separer le quebec et ce n’est pas possible
      donc l’existance du PQ est remis en question
      changer de chef ne donnerait rien
      dans 40 ans je serais mort mon frere et le PQ se chercheras encore un chef

    • En tous cas ça augure mal…

      Mais c’est tellement québécois ce comportement … On (ici c’est le parti) prend ce qui passe parce que sur le moment ça fait l’affaire et on a pas mieux sous la main, et pendant que la personne choisie s’échine à bien faire ce pourquoi elle a été choisie, il y a toute une clique qui magouille par derrière pour l’évincer.

      Et pendant ce temps là, la personne choisie qui est super occupée à travailler d’arrache-pied qu’elle ne remarque pas tout de suite qu’on est en train de la lapider à tire Larigot ça se fait insidieusement par à-coups, «ON » (les basheurs et basheuses) prépare le terrain petit à petit.

      À aucun moment la personne choisie pour occuper la «zone tampon» ne sera reconnue, ni même appréciée, jamais on ne lui laissera une chance de l’être, même si elle se désâme pour la cause. Le hic c’est d’être cette personne, et je crois que madame Marois est cette personne en ce moment.

      Le Québec n’a toujours eu envers cette femme de tête, intelligente, équilibrée et motivée que du mépris, à cause justement de ces qualités, mais surtout parce qu’elle a, et a toujours eu, les moyens de ses ambitions.

      J’ai vu ça dans tellement d’entreprises que ça fait peur. Made in Québec ! Shame Québec.

    • @maxvl

      Vous croyez? Je pense plutôt que certaines personnes délaissent le PQ car ils sont de centre-gauche. Le PQ étant une coalition, la cohabitation est parfois difficile. Il faudrait donc que messieurs Legault et Facal militent pour une réorientation vers le centre à l’intérieur du PQ et non par la création d’un nouveau parti…

    • “Gilles Duceppe va vendre le projet de souveraineté à Washington, prenant le rôle de figure dominante du mouvement souverainiste”

      Est-ce qu’il a trouvé preneur? Si oui… À quel prix?

      Est-ce le même produit que les Français eux-mêmes
      avaient finalement décidé de ne pas acheter??

    • Marois a été une extinction de voix du P.Q. Mais quand le P.Q. retrouve sa voix, il se heurte au fait que la majorité québécoise ne veut pas l’entendre. Il est devenu une faible Partie des Québécois.

    • Si jamais Pauline Marois se fait montrer la porte, elle pourra toujours aller rejoindre ses anciens collègues Legault et Facal chez Force Québec.

    • S’il y a un parti au Québec qui ne manque pas de “chefs en attente”, c’est bien le Parti Québécois. Les candidats abondent : Gilles Duceppe, Bernard Drainville, Pierre Curzi (le politicien le plus populaire au Québec), François Legault, Joseph Facal, etc. J’ajouterais que Bernard Landry semble toujours disposé à revenir et que Louise Beaudoin ferait aussi une bonne candidate.

      Bref, ce ne sont pas les candidats de qualité qui manquent… On ne peut pas en dire autant du PLQ…

    • “en fermant les yeux sur le vrai ennemi de leur Cause Nationale, c’est à dire eux mêmes en se couvrant toujours de ridicule.” johnbull

      ===

      Bull ce qui est ridicule ce sont tes textes insipides et sans substance qui sont des ramassis de clichés antisouverainistes.

      Au plaisir. LOL

      Jean Émard

    • Parizeau : Tu aimes beaucoup Pauline Gilles?

      Gilles : Beaucoup, beaucoup, Jacques.

      Parizeau : Tiens! Prends-en un autre morceau….

    • Tous ceux qui pensent que seuls les méchants péquissssses plantent leurs chefs ont autant de mémoire que les petits poissons rouges. Stéphane Dion, ça ne vous dit rien…

    • @maxvl :

      Au contraire les québécois appuient de moins en moins le PQ à cause qu’il est trop à gauche.

      L’idéologie de gauche paraît très forte vue de Montréal, mais le PQ ne peut percer à Montréal à cause du vote ethnique et des anglophones qui sont colés au PLQ.

      Le reste du Québec (francophone et donc traditionnellement favorable au PQ) est beaucoup plus à droite et ne se reconnait donc pas dans l’idéologie socialiste et démagogue des solidaires. Il suffit de voir tous les appuis que le parti conservateur possède encore, malgré tous ses déboires avec les médias et les militants anti-Harper.

      D’où les déboires actuels du PQ au Québec qui ne réussit pas à se démarquer même si Charest est dans les bas-fonds de popularité.

    • Quand André Boisclair était à la tête du PQ, nous pouvions sentir un regain d’intérêt pour la politique au Québec. Qu’une personne soit fédéraliste ou souverainiste, nous pouvions sentir un degré de respect à l’endroit de Monsieur Boisclair. Jeune, instruit et très articulé, il était un vent de fraîcheur dans le paysage politique.

      Puis, à mon humble avis, il a été pourchassé et éjecté du PQ par la vieille garde.

      Depuis un an, le PQ a une chance inouïe de capitaliser sur les déboires du PLQ, mais rien ne semble concluant.

      Le résultat final est très clair:

      1) Le PLQ continue de gouverner et de mettre en place ses politiques
      2) Des mouvements de centre-droite comme le RLQ obtiennent un peu de publicité
      3) Monsieur Legault et Monsieur Facal obtiennent de plus en plus de poids médiatique
      4) La question économique au Québec et au Canada demeure la priorité pour les citoyens
      5) Le PQ tourne en rond et plutôt que de capitaliser sur la fragilité actuelle du PLQ, retourne dans ses habitudes de querelles internes.

      Par rapport à votre commentaire au sujet de Monsieur Duceppe, il est beaucoup plus crédible que Madame Marois pour vendre le projet souverainiste à Washington. Car en dépit de son accent “québécois”, il s’exprime très bien et avec aisance en anglais. Madame Marois ne peut pas s’exprimer en anglais, point à la ligne.

      P. Nguyên

    • Il y a une chose qui me tombe royalement sur les nerfs avec ces ex-premiers ministres du parti québécois. Ils ne peuvent absolument pas se la fermer. Ils sentent toujours le besoin de jouer à la belle-mère et signifier qu’eux, ils feraient mieux que la chef en poste.

      N’oublions pas que Parizeau a quitté après une sortie en règle que l’on connait tous. Landry a quitté parce que le % du vote de confiance ne faisait pas l’affaire de monsieur. Bouchard, quant à lui, on repassera. Était-il tout simplement souverainiste?

      Tous ces anciens devraient prendre exemple sur le parti libéral du Québec et pratiquer ce que les anciens chefs de ce parti font i.e. le devoir de réserve. On peut reprocher bien des choses au parti libéral depuis quelques années mais ils ne se mangent pas entre eux.

      Le concept de souveraineté me semble tout à fait dépasser et Pauline Marois le sait très bien mais elle ne peut pas le dire haut et fort. Les Québécois sont rendus beaucoup plus loin que les positions rétrogrades et passéistes de leurs leaders. Mais ça, personne ne veut l’entendre au PQ. les Québécois sont à l’ère du supersonic alors que les leaders péquistes s’éclairent encore avec une lampe à l’huile.

    • Tout à fait d’accord avec Jacques Parizeau, le seul homme politique qui ose dire les choses comme elles doivent être dites. Si le PQ désire prendre le pouvoir sans avoir un plan de match clair concernant la souveraineté, c’est qu’il n’est pas prêt à prendre le pouvoir.

      Et comme souverainiste, je préfère voir le PQ dans l’opposition s’il est incapable de préparer le pays correctement et se refuse à tenir un référendum sur cette question.

      Quand le peuple Québécois en aura assez des fédéraleux malhonnêtes et des petits politiciens verreux, il se décidera peut-être à passer à autre chose.

      P.S. Pour tous les pseudos experts en politique de ce blogue: Vaut encore mieux un Parti exigeant envers son chef qu’un parti ou les membres sont complaisants envers son chef; vaut mieux un parti ou les membres utilisent leur droit de parole et de dissidence qu’un parti de moutons. Le Québec est saigné à blanc par les scandales associés aux Libéraux, avec tout ce que ca nous coute collectivement. Entendez-vous quelqu’un au Parti libéral réclamer la tête de Charest? C’est vrai…c’est tellement *cute* un parti ou tout le monde marche au pas….

    • Pauline Marois récolte ce qu’elle a semé.

      Lorsqu’ele a été battue au leadership du PQ par André Boisclair, elle s’est empressée de tirer sa révérence, accompagnée de son amie, Jocelyne Léger, disant qu’elle avait déjà beaucoup donné pour le Québec et qu’il était temps de faire place à une nouvelle génération.

      Mon oeil !

      Elle dit avoir beaucoup donné au Québec, mais elle omet de dire que elle-même et Claude Blanchet ont encore beacoup plus reçu que donné.

      C’est une personne sans loyauté qui aurait eu des leçons à recevoir de ce côté du regretté Claude Béchard, homme parfois arrogant, ambitieux, mais toujours loyal au Québec, à son chef et à son parti.

      Pauline Marois n’a rien d’un chef d’état.

      Quelqu’un peut-il me dire pourquoi après plus de 30 ans de vie politique, elle ne peut s’exprimer dans la langue du reste du Canada ?

      Tout comme Louise Harel d’ailleurs.

      Dans plusieurs chapelles péquistes, c’est mal vu de comprendre et de parler l’anglais.

      Lucien Bouchard, le miraculé, avait un charisme indéniable et pouvait soulever les foules comme pas un.

      Mais à côté de Lucien Bouchard, il y avait Jacques Parizeau, un véritable homme d’état qui avait acquis sa confiance en lui d’abord dans sa famille puis aux Hautes études commerciales et enfin au LSE.

      Cet homme était une police d’assurance pour l’avenir du Québec, un paratonnerre même.

      Et maintenant, le PQ nous offre une petite politicienne de province que je verrais davantage à sa place comme marguillère de Saint-Ignace-du-Côteau-du-Lac que comme députée d’une législature provinciale.

      Et lorsqu’on regarde les débats à Québec, cela fait vraiment pitié, d’un côté comme de l’autre.

      Jacques Parizeau a toujours eu un faible pour le Bloc qui le lui a bien rendu.

      C’est évident que Gilles Duceppe, maintenant député fédéral depuis 20 ans et chef de parti fédéral depuis 13 ans a passablement plus d’envergure que Pauline Marois.

      Il connaît le Canada comme le fond de sa poche, une bonne partie des Etats-Unis et l’Europe.

      Parfait bilingue, au débat des chefs en anglais, c’est souvent lui qui offre la meilleure performance.

      Aller siéger à Ottawa lui a permis de siéger dans un véritable parlement ouvert sur le monde, où l’on ne traite pas que d’urgence dans les hôpitaux et d’asphalte.

      J’ai déjà écrit et je le répète que je suis un souverainiste patient.

      Assez patient pour povoir voter pour le PLQ aux prochaines élections pour forcer le départ de Pauline Marois et l’envoyer siéger là où il se doit: sur ses toilettes de marbre.

      J’ai autant d’admiration pour cette Dame que pour Claudette Carbonneau.

      Et si le miracle se produisait, si elle réalisait à nouveau qu’elle a “déjà beaucoup donné pour le Québec” et qu’elle tire sa révérence, quel beau jour ce serait.

      Gilles Duceppe pourrait venir à Québec pour élargir les horizons péquistes et remporter les prochaines élections.

      Malheureusement, le PQ a toujours considéré le Bloc comme son club B et les apparatchiks péquistes ne voient sûrement pas avec joie l’arrivée de Gilles Duceppe à Québec.

      Je termine par une question:

      Les sondages nous montrent que les gens sont insatisfaits du gouvernement Charest et du PLQ à hauteur de 80%, mais ces mêmes gens n’accordent leur appui au PQ qu’à 40%.

      Ne voilà-t-il pas la preuve éclatante que le PQ peut gagner péniblement une élection par défaut, mais ne peut aucunement avoir un mandat sans équivoque pour faire progresser la cause souverainiste ?

      Et que font les dinosauses comme François Gendron et Louise Beaudoin dans ce parti ?

    • Bonjour, on sort l’artillerie lourde, Lagacé, Marissal, manque Pratte et Dubuc. C’est la curée. Par contre qu’en est il du policier qui vient de témoigner en Italie, et de la pluie de contrats de publicité versés au copain de Charest: niet. Faut il penser que toutes ces personnes sont les nègres de Desmarais.
      Bernard Ouellet

    • Certains au PQ croient encore que si l’appui à l’indépendence est bas c’est parce que les Québécois ne comprennent pas, qu’il faut les éduquer.

      Or, si l’appui au projet est bas, c’est que les Québécois ne l’appuit pas, ce projet! Depuis le temps qu’on en parle, il est illusoire de croire qu’une campagne de promotion, de publicité, des débats ou encore des séminaires vont faire changer d’avis les voteurs.

      Tant et aussi longtemps qu’on croira dans certains cercles du PQ qu,il “suffit d’en parler, de promouvoir et d’éduquer”, on prendra les Québécois pour des imbéciles qui n’ont pas encore vu la lumière. Et les Québécois le réalisent.

      Qu’on nous parle de “coffre à outils”, de “conditions gagnantes”, de “momentum”, de “temps propice” ni changera strictement rien. L’appui à l’indépendence du Québec est bas parce que les Québécois, pour l’instant, n’en veulent pas.

      En voudront-ils plus tard? Ça reste à voir.

    • Me semble que les ennuis de Pauline sont ceux de toute la classe politique ; le monde est cynique, écoeuré, mêlé. Et ce, tant au niveau provincial, national et international.

      Les saboteurs de la démocratie sont sur le bord de gagner leur cabale. Lire : Bilderberg and Co.

    • Pauvre Madame Marois, pauvre Parti québécois qui ne cesse de se couvrir de ridicule depuis l’invraisemblable course à la chefferie à 10 qui a mené au couronnement du chef de parti le plus mal préparé depuis Joe Clark. Pauvre Monsieur Lisée, qui au lieu de faire du commentaire politique devrait peut-être se recycler dans l’humour absurde. C’était pathétique, hier à la radio de Québec, sa tentative de faire un parallèle entre la basse popularité de Madame Marois et celle, aussi basse, des Lévesque et Parizeau avant les deux référendums afin de démontrer que le prochain serait gagnable malgré l’apathie de celle-ci. Il a omis, malgré toute la rigueur dont il est capable, de mentionner le fait que Messieurs Parizeau et Lévesque avaient déjà été populaires. Madame Marois, elle en arrache depuis qu’elle a paradé en manteau de fourrure devant le Parlement après avoir annoncé des mesures d’austérité. Il y a quelque chose de pourri dans un royaume quand les deux derniers chefs de marque, Landry et Marois, ont daigné accéder au poste sous condition d’absence d’adversaire.

    • Tout ça ne m’inquiète pas;Parizeau a raison et il ne fait que secouer un peu la léthargie péquiste sur son article un.Charest,avec son c.v. entaché de toute part, va partir.Tout ce qui manque au PQ,c’est quelqu’un de charismatique,Duceppe en est un,et il n’est pas le seul.Un chef solide pour ce parti nous débarrasserait de ce gouvernement corrompu.Et,compte tenu du gouvernement Harper,et de son bilan,il se pourrait bien que les astres soient alignés pour se doter d’un Pays à nous,et mettre fin à ce lien gangrené qui nous unit au reste du Canada.

    • J’ai beaucoup de difficultés à suivre les commentateurs (analystes est un bien grand mot) politiques. Lorsque les politiciens ne disent pas un mot, qu’ils utilisent la langue de bois ou qu’ils camouflent des événements, vous les traitez de menteurs, de ne pas être à l’écoute de la population (comme Charest qui ne veut pas déclencher d’enquête sur la construction), de manquer de leadership ou quoi encore. Et lorsqu’un parti émet publiquement des idées et ses dissensions, ces dernières étant tout à fait normal en politique, et qui viennent de l’extérieur du parti par sucroît, vous criez également aux problèmes de leadership. Branchez-vous ! Pendant ce temps, le PLQ peut faire diversion en donnant toute la place aux propos de Charest que vous reprenez à grands titres. Il y a autant de dissensions au sein du PLQ que du PQ. Mais, en avez-vous entendu de l’intérieur ? La réponse est non. Vous me faites penser aux commentateurs sportifs qui suivent le Canadiens et qui ont passé l’année dernière à chercher des scandales et qui en ont trouvé (Price, Kostitsyn, la salaire à Gomez). Pourtant, le club s’est révélé une forteresse lors des séries éliminatoires. Le PQ va vous jouer le même tour.

    • @Charleschivenchy…..bien dit

      Le PQ est un parti politique qui ne peu pas se renouveler. Ils sont bornés sur la souveraineté a tout pris et au diable les problèmes du Québec . Mme Marois ne sera JAMAIS première ministre du Québec j’en suis convaincu.

    • @ ramses2.1 Pas de texte ridicule mais juste une phrase pour commentaire.
      Ce n’est pas LES CHEFS du parti québécois qui sont à blâmer… pour leurs éternelles déconfitures… mais le parti et son essence même… ses valses hésitations, ses “ptète ben que oui… ptète ben que non” , son article UN, de ses “statuts” , ce parti piétine depuis un bon moment, trop long moment en fait…s.v.p. passez à autre chose, merci!

    • Monsieur Marissal vous faites grand éclat des difficultés de Marois au sein de son parti mais vous vous abstenez bien de commenter la débandade généralisée de Jean Charest, et lui au lieu d’ironiser sur “l’isolement” de Marois il devrait regarder ce qui lui pend su bout du nez!

      Maintenant si les vieilles momies du P.Q. (Pasrizeau, Landry et cie) qui se sont retirés par choix ou autrement se fermaient la gueule une bonne fois pour toutes au lieu de venir salir les efforts de ceux qui sont en place…ça ferait le plus grand bien!
      A-t-on déjà vu des “divas” jalouses, aigries et destructrices de la sorte…non mais!

    • Le ‘’succès” du PQ est essentiellement dû au cafouillage extreme du PLQ. Tout les députés du PQ ont le charisme d’une boîte a lettres… (Je m’excuse auprès des boîtes a lettres)

    • Bonjour,
      Pauvre Monsieur Ramses 2.1, Mais cessez donc de donner comme vous le faites si bien de l’importance à mes propos qui en somme ne sont qu’une opinion sur 7,500,000 opinions différentes au Québec. En accordant autant d’importance à des propos, vous leur donner une importance qu’ils n’ont pas et vous vous couvrez de ridicule comme la plupart d’entre vous incapable de débattre sur le fond et qui préfèrent admonester tout ce qui bouge d’opinions divergentes. Un peu de maturité, s’il vous plait bien…..Avec plaisir, John Bull.

    • Tempete dans un verre d eau,c est comme ca que mon pere appellait ca,franchement ecoute l entrevue de M.Parizeau ,je ne vois pas aucun probleme avec ses propos,Bon Gilles tu continue ton bon travail et toi Pauline le tiens aussi,vous savez les quebecois on besoin de vous un ti peu plus que vous avez besoin deux……………….

    • Pour être chef ou leader d’un parti politique ayant pour objectif de l’indépendance d’un territoire, il y a des qualités qui vont de pair avec la fonction.
      Charismatique, exigeant, axé sur les résultats, savoir quand mettre le poing sur la table, intelligence supérieure, empathique, influent.
      La Marois n’a pas ces qualités ou si peu. Elle a eu le temps mais il ne semble par que ce soit là son objectif personnel. Comme objectif, elle veut être la première femme au Québec à être première ministre ……mais a-t-elle déja eu un autre objectif? non et cela nous a retardé comme nation avec l’élection de JJ Charest.
      N’est-ce pas que la Marois était ravie avec la démission de l’orgueilleux Landry qui a mis son orgueuil au-dessus du pays et qui veut maintenant rentrer par la porte arrière.
      Le problème avec tous ces politiciens de tous les partis c’est qu’ils ont des egos surdimensionnés…..et tellement confortables dans leurs essences qu’ils ou qu’elles n’en n’ont pas consciences.
      Le peuple …..veut du changement, mais le peuple se soumettra et les politiciens le savent.
      La preuve: toutes les imbécilités et les stupidités qui viennent de la bouche du premier ministre passent comme du beurre dans le poêle.

    • Penser que ces petites gangs du PQ pourraient un jour faire du Québec un pays c’est franchement épeurant. On pourra peut-être alors changer le nom du Québec tant qu’à y être pour celui de “La Zizanie de l’Amérique du nord”. On ne sait jamais: qui aurait dit il y a quelques années à peine que les red necks du Reform Party prendrait le pouvoir à Ottawa. Ne vous y tromper pas, Harper et sa gang c’est bel et bien le Reform Party!!! Dada!!!

    • @ mouton

      ”Maintenant si les vieilles momies du P.Q. (Pasrizeau, Landry et cie) qui se sont retirés par choix ( ?vraiment ??) ou autrement se fermaient la gueule une bonne fois pour toutes au lieu de venir salir les efforts de ceux qui sont en place”

      Hey pour les fantômess et les momies oublie pas que c’est L’hallowen… et ça dure pas longtemps …

      Si j’étais Ma Tante Pauline je ferais provision de gros caramel collants (aromatisés au gin) et j’en enverrais une grosse portion (aussi grosse que son égo) à ”Monsieur”…on serait peut être tranquile pour un petit moment…

    • “Un jour, le PQ devra comprendre qu’il ne peut pas être un parti souverainiste en aillant (sic) des gens de droite à l’intérieur.”

      C’est drôle, mais je pense exactement le contraire…

      Signé: un souverainiste de centre-droite qui trouve le PQ trop à gauche.

    • Je suis peut-être naïf mais je mettais toutes mes billes sur Boisclair. Pour avoir déjà travailler avec lui (et je ne dis pas pour lui hein…les allumés !) je crois qu’il avait l’étoffe qu’il fallait, un peu moins tricotée serré que la vieilles gardes, ouvert et articulé…. il avait la jeunesse (l’expérience aussi car en politique depuis les culottes courtes presque) l’intellect et l’énergie pour remettre un peu de “piment” dans ce parti.
      Pour ce qui est des déclarations à Parizeau, j’ai énormément de respect pour le bonhomme.
      Intégrité.

    • Bizarrement, les derniers chefs du PQ n’ont pas eu une participation très longue avec le pouvoir depuis Lévesque…. et quand ils ont été au pouvoir, ils ont fait bien peu, sinon Parizeau. Les autres ont simplement surfé….

      15 ans après le dernier référendum, il faudra revoir l’option. Non pas qu’elle ne soit plus d’actualité, mais les acteurs ne le sont plus, les raisons ne le sont plus et la façon de faire non plus.

      Le discours doit changer. IL y a passablement de dossiers qui séparent le Québec du Canada pour parvenir à créer un autre momentum.
      Toutefois, les politiciens devront changer fortement leur façon de gérer le Québec…. pour le moment, on ne voit qu’abus du système, partisannerie, retours d’ascenseur et collusion à peine masquée…..

      Il ne faut pas amener le citoyen à s’intéresser à la politique, il faut que la politique se “réintéresse” aux citoyens…..

      Le Bloc Québécois qui était une arme redoutable est devenu un poids. Sa présence à Ottawa bloque tout mouvement, bons ou mauvais, qui pourraient provoquer des actions des partis fédéralistes risquées et qui pourraient causer des affrontements frontaux, disons, intéressants…..

    • Bonjour,
      Si les nationalistes québécois avaient eu un peu plus de flair, il n’aurait pas remplacé Monsieur André Boisclair qui était un bon vivant par une bonne mère de famille soit Madame Pauline Marois. Le choc fut trop brutal pour la chapelle péquiste . Si au moins par stratégie et faciliter le passage en douceur d’un chef à l’autre, pourquoi n’ont-ils même pas pensé de se choisir un chef à voile et à vapeur pour faire une transition tranquille dans leurs rangs ? Au plaisir, John Bull.

    • Le problème avec le PQ, c’est qu’il est trop rassembleur. Il tente de regrouper tous les souverainistes de diverses opinions au sein du même toit. C’est impossible parce que « you can’t please everybody » comme le dit l’expression anglaise.

      On ne peut pas rassembler les gens de gauche avec ceux de droite dans le même parti.
      On ne peut pas rassembler les purs et durs, le culte de Parizeau avec les souverainistes modérés dans le même parti.
      On ne peut inviter les égos qui veulent être chef ou quasi-chef dans le même parti.

      En bref :
      Les souverainistes de gauche et syndicalistes, comme SPQ Libre, devraient former leur propre parti.
      Les souverainistes de droite devraient former leur propre parti.
      Les purs et durs qui veulent un référendum le plus tôt possible dans le premier mandat une fois élus devraient former leur propre parti.
      Les autres purs et durs qui veulent débarrasser du référendum et déclarer la souveraineté une fois élus devraient former leur propre parti.
      Le culte de Jacques Parizeau devrait former leur propre parti.
      Les souverainistes modérés, dont Mme Marois, qui veulent offrir aux Québécois un bon gouvernement premièrement et par conséquent démontrer aux Québécois que le Québec peut se gouverner devraient former leur propre parti. Je suis de ce groupe.

      C’est dommage pour Mme Marois. De tous les chefs et aspirants-chefs que je vois, c’est elle qui a le plus potentiel parce qu’elle a de l’expérience que les autres ne l’aient pas. Si j’étais Mme Marois, je démissionnerais du PQ tout de suite et me joindrais à la Force Québec. Bien que Mme Marois se dise de sociale-démocrate, je crois que Force Québec, qui est un parti de centre-droite, peut l’accueillir parce que ce nouveau parti comprend l’atout que Mme Marois peut donner pour le parti et pour le Québec.

    • Le Québec est saigné à blanc par les scandales associés aux Libéraux,

      j’aimerais que l’on me mentionne une fois pour toute les scandales attribués au PLQ?
      Si on parle de Mme Marois, pauvre elle, si elle continue à monter son hypertention elle va crever. Une vraie risée une farce que de la voir en Chambre…
      Elle se couvre de ridicule.
      En mentionnant le PLQ, nous n’entendons pas les journalistes ce que Québec a obtenu du Fédéral: en autre Old Harry… l’économie du Québec fonctionne à merveille, que veut-on de plus? sommes nous donc dans la dèche à ce point?

    • @maxvl
      12h41

      Je crois, au contraire de vous, que si un parti de droite, veut vraiment rallier les québecois derrière un projet de société de droite, la seule façon de le faire sera de prôner l’indépendance du Québec….Là il pourrait y avoir une grande unité.

    • don’t be so gourmand, Jacques

    • J’ai été membre du RIN. Puis j’ai joint le Mouvement Souveraineté-Association. je suis membre du PQ depuis sa fondation.
      René Lévesque,qui était un démocrate-né, a insisté dès la fondation du parti pour en faire un véritable parti démocratique.
      L’aspect essentiel de la démocratie est le débat et l’égalité de tous. Le chef préside au débat mais les membres décident des objectifs à atteindre et des grandes stratégies à déployer. Le chef et son exécutif voient à établir les tactiques pour atteindre les objectifs fixés.
      Pour être à l’aise dans un tel parti, il faut connaître la démocratie et être démocrate. Et cela ne consiste pas en seulement voter lors d’élection ou de référendum.
      Dans notre système de gouvernance, qui est en fait une dictature temporaire, et dans la dynamique des partis traditionnels, les plus influents, les mieux nantis décident des objectifs à atteindre et , très souvent, s’achètent un chef. A partir de là, tous les membres doivent obéissance au chef et un respect intégral à la ligne de parti. Et parce que l’on vote, on se dit démocrate, alors que c’en est qu’une caricature.
      Dès le plus bas âge, on devrait nous enseigner la lecture, l’écriture, l’arithmétique et la démocratie. Ces quatre éléments sont essentiels pour devenir un citoyen responsable.

    • Tout le contraire au PLQ, archi (trop) centré sur son chef sinon c’est la guillotine, le PQ était, est et sera un parti (trop) décentralisé, type forum.
      Les belle-mères ont la couène dure.

    • Gilles Duceppe un chef charismatique?… Oui, à Ottawa, où ses électeurs sont sûrs qu’il ne prendra jamais le pouvoir.

    • Le Parti Québécois me fait penser à vieux show de télé à court d’intrigues et de personnages, incapable d’attirer de nouvelles vedettes ou de créer des personnages éclatants.

      Les auteurs écrivent et ré-écrivent les mêmes épisodes dans l’espoir que les spectateurs aient oublié les vieux épisodes. Le show a engendré la création d’une autre série (Bloc Québécois) mais comme les «meilleurs» acteurs étaient déjà occupés, ils ont été forcés d’engager ce qui reste, ceux qui normalement serviraient des sandwiches au restaurant du coin.

    • @q.terreux
      Assez d’accord au sujet de Boisclair. Ouvert et articulé, jeune, intelligent et énergique…

      Des qualités pour certains qui sont des défauts pour d’autres… qui le trouvaient probablement trop ouvert, trop articulé, trop jeune, trop intelligent et trop énergique.

      Personnellement, j’aurais bien aimé voir ce que ça aurait donné.

    • Ouah ! Au moins on a des réaction.s … à lires les commentaires….
      C’est bon !

      Les gens s’inquiètent, posent des questions, remettent leurs idées, leurs allégeances sur la “map” …..

      Tout ceci est finalement, très positif !

      Le coeur ! L’émotion…..la haine, la déception, tout est représenté ici….

      Au moins les gens s’expriment !

    • Pauline Marois c’ est comme Boisclair : ça passe pas dans la population . Point .

      Aux gens du Pq : ne perdez pas votre temps , et organisez donc un petit putsch en famille , si vous tenez à vous assurer une possibilité de victoire aux prochaines élections !

    • @patrickbachand

      “Pierre Curzi (le politicien le plus populaire au Québec)”

      Pauvre petit peuple que nous sommes!!!

    • Est-ce que toutes ces belles-mères ont réussi à faire mieux que Pauline Marois?

      Laissez donc celle qui s’y prend d’une autre façon tenter de réussir là ou ils ont échoué!!!…

      Ça pu la misogynie et la jalousie!!!

      Comme Chef de parti, je crois qu’elle doit avoir plus que la séparation en tête et veiller à ce que le Québec se gouverne mieux dans le futur qu’il ne l’est aujourd’hui avec la gang de nombrilismes et d’opportunistes qui nous dirigent présentement.

      On voit clairement qu’ils (elles) voient l’urgence de préparer leurs sorties de la vie politique.
      Ça se voit comme le nez au beau milieu du visage!

    • On a les amis qu’on mérite!

    • Faut quand même le faire avoir un gouvernement pourri comme on l’a… et taper sur Marois qui n’est pas au pouvoir.

      Charest a déjà dit que le PQ était le parti du “crois ou meurs”. Bon sang mais c’est le PLQ qui est comme ça, la preuve, c’est l’omerta libérale totale, pas un seul Libéral qui se lève pour réclamer la lumière sur la construction, le financement des partis, etc.

      À tout prendre, j’aime mieux un parti où ça discute (un peu trop je l’avoue) qu’un parti où tout le monde se la ferme et suit la ligne de parti comme un troupeau de moutons.

      Vous souvenez-vous quand l’ADQ riait du PQ et de ses chefs? Ils ont eu l’air de quoi quand ils ont eu une course à la chefferie?

      À la prochaine campagne à la chefferie du PLQ, y en a peut-être d’autres qui vont rire jaune…

    • colibri: Si tu as besoin qu’on te fasse un dessin sur les scandales du PLQ, c’est que tu dois vivre sur une bien drôle de planète.

      micman: Tu dois aimer ta job de facteur en chef avec Jean Charest comme boîte à lettre charismatique. Je vais éviter de faire le tour des boîtes a lettre qui sont ministres actuellement pour éviter de trop te ridiculiser.

    • Les anciens chefs du PQ devraient sans doute être plus réservés…

      En même temps, c’est bien la preuve que le PQ est un parti d’IDÉES.

    • Le problème du PQ est qu’il est devenu le parti d’une seule idée. En 76, le PQ ne proposait pas qu’un référendum – ou pas de référendum – mais aussi un projet de société cohérent et attirant. Qu’est-ce que propose le PQ en dehors de l’option de la souveraineté ? Rien. On ne nous ressert que la même vieille soupe dans les mêmes vieux chaudrons, et mme Marois est l’incarnation parfaite de cette vieille garde du PQ à court d’idées. Elle nous offre un programme centriste sans goût et sans saveur, qui se veut rassembleur mais qui n’intéresse personne.

      On ne veut pas d’un parti qui incarne le « business as usual ». Face aux tatas qui voudraient qu’on s’enligne sur un modèle de société à l’américaine, je rêve d’un parti qui apporte de nouvelles idées, un mélange de pragmatisme et d’ouverture aux nouvelles idées. Un parti qui reprendrait certains éléments de Québec solidaire sans le côté utopiste.

      Le Québec a tous les atouts pour devenir un pays prospère : d’abondantes ressources naturelles, une source d’énergie peu coûteuse et renouvelable – l’hydro-électricité – une main d’oeuvre bien formée. La pire chose qui pourrait nous arriver serait de retomber dans nos vieux réflexes de suiveux et de se mettre à appliquer ici des recettes qui ont donné de mauvais résultats ailleurs.

      Le problème est que je sens que je sens bien des Québécois prêts à jeter le bébé avec l’eau du bain en rejetant un modèle qui a ses faiblesses, mais aussi ses forces, qui nous ont permis de mieux résister à la crise que nos voisins. Au lieu de faire preuve de résolution, mme Marois racole à droite et à gauche, ne satisfaisant personne, oubliant que le débat actuel ne porte pas sur la souveraineté, mais sur la réforme du modèle québécois et les nouvelles orientations que l’on entend lui donner. En faisant alliance avec nos syndicats qui pratiquent trop souvent un syndicalisme militant et dépassé, elle donne la fâcheuse impression d’incarner l’immobilisme.

    • Je note que les remises en question du leadership sont des faits de la “vieille garde”. Aussi, je vois mal en quoi l’initiative sur le financement des partis politiques peut -être vu comme une remise en question du leadership.
      Gilles Duceppe serait une véritable catastrophe. La montée à combattre actuellement est celle de la droite. Vous imaginez le cadeau si on leur donne un ex-marxiste-léniniste comme adversaire? A-t-il déjà géré des budgets, pris des décisions concrètes? Il est parfait comme chef d’un parti d’idées mais pas pour le pouvoir. Ce sera consacrer l’exode de tout ce qui est un peu à droite du PQ.
      Ce n’est pas dans le pied qu’ils risquent de se tirer, c’est en pleine tête.

    • @ Ramses2.1 9
      Re: johnbull

      Vous ne devriez pas, monsieur Émard, attacher une telle importance au propos de ce personnage, comme il vous conseille d’ailleurs lui-même de faire. Quant à moi, il y a longtemps que j’estime qu’il se contente de provoquer sans jamais faire avancer le débat et que j’associe son nom au mot “bullshit”. Je lis rarement et très en diagonale “ses textes insipides et sans substance qui sont des ramassis de clichés”. Ce qui me ferait particulièrement plaisir, ce serait qu’un fédéraliste intelligent et articulé (ça existe) prenne la peine de réagir à ses propos.

    • Au dernier référendum avec Lucien Bouchard comme leader, j’ai voté OUI !!

      Maintenant, je suis un “orphelin politique”.

      Le PQ: est trop à gauche et ne parle que de souverainté.

      Le PLQ: je m’abstiendrai de commentaires….

      L’ADQ: j’attend son avennemment… qui tarde à venir.

      Reste le RLQ… l’avenir nous le dira.

    • Je vois Pauline Marois comme un leader intérimaire. Et je ne serais pas du tout surpris si elle se fait manger par son parti. Le PQ a décidément l’habitude de tuer ses propres chefs.
      Et la cause de cela est simple, le PQ est vraiment très diversifié. Ils ont des souverainiste durs, des souverainistes mous (ou pragmatiques), des conservateurs et des socialistes. Autant les libéraux sont une bande de moutons, le PQ est trop difficile à gérer.
      Il faut un charisme ahurissant pour pourvoir contrôler une bande aussi diversifiée, qui est unie seulement pour l’option souverainiste.

      Cela dit, je suis complètement en faveur d’un nouveau parti. Surtout un qui va réunir des gens d’une même idéologie. Les autres vont suivre éventuellement si ce parti tue le PQ car aucun souverainiste digne de ce nom irait supporter les libéraux.

    • Bonjour,

      Vous avez écrit :

      « Le PQ est-il en train de mettre la table pour manger un autre chef? »

      Bin, il me semble que cette contestation (contestation qui en réalité était presque attendue) de l’approche adoptée par la chef du P.Q. fait partie de la culture organisationnelle du P.Q. Tous les chefs du P.Q. qui ont précédé Marois sont passés par là.

      Par ailleurs, je ne veux pas être méchant mais un fait demeure : Marois ne parvient pas à s’imposer face au très impopulaire Charest.

      Enfin, pour ce qui est de l’intervention élogieuse de Parizeau à l’égard de Duceppe, je me souviens avoir lu que Parizeau avait conseillé à Duceppe de rester à Ottawa alors que le P.Q. se cherchait un chef suite au départ de Landry.

      Alors, Parizeau, plutôt que de taper sur la tête de Marois, n’aurait-il pas plutôt intérêt à se faire discret?

      Note : si Marois s’était ouvertement opposée à l’exploitation des gaz de schiste, je crois que présentement c’est elle qui dominerait les sondages; elle a donc manqué de courage et aussi, soulignons-le, d’écoute face à la population menacée par les visées des compagnies gazières qui, rappelons-le, veulent s’implanter là où résident ceux qui font partie de la clientèle reconnue comme étant fidèle du P.Q., soit les francophones du Québec.

      Accepter de vendre le sous-sol québécois pour 56 millions de $ par année, il me semble qu’une telle approche révèle beaucoup de choses et en particulier, que le P.Q., dirigé par Marois, se situe très loin de l’idéal « du maître chez nous ».

      Daniel Verret

    • M. Parizeau est encore capable de botter le derrière à une grosse caricature british.

    • “Ce qui me ferait particulièrement plaisir, ce serait qu’un fédéraliste intelligent et articulé (ça existe) prenne la peine de réagir à ses propos.” leopoldz

      ===

      Surtout qu’il nuit plus qu’il n’aide la cause qu’il croit défendre. ;)

      Jean Émard

    • ungeduld

      28 octobre 2010
      17h30

      Le problème du PQ est qu’il est devenu le parti d’une seule idée. En 76, le PQ ne proposait pas qu’un référendum – ou pas de référendum – mais aussi un projet de société cohérent et attirant. Qu’est-ce que propose le PQ en dehors de l’option de la souveraineté ? Rien. On ne nous ressert que la même vieille soupe dans les mêmes vieux chaudrons, et mme Marois est l’incarnation parfaite de cette vieille garde du PQ à court d’idées. Elle nous offre un programme centriste sans goût et sans saveur, qui se veut rassembleur mais qui n’intéresse personne.

      On ne veut pas d’un parti qui incarne le « business as usual ». Face aux tatas qui voudraient qu’on s’enligne sur un modèle de société à l’américaine, je rêve d’un parti qui apporte de nouvelles idées, un mélange de pragmatisme et d’ouverture aux nouvelles idées. Un parti qui reprendrait certains éléments de Québec solidaire sans le côté utopiste.

      Le Québec a tous les atouts pour devenir un pays prospère : d’abondantes ressources naturelles, une source d’énergie peu coûteuse et renouvelable – l’hydro-électricité – une main d’oeuvre bien formée. La pire chose qui pourrait nous arriver serait de retomber dans nos vieux réflexes de suiveux et de se mettre à appliquer ici des recettes qui ont donné de mauvais résultats ailleurs.

      Le problème est que je sens que je sens bien des Québécois prêts à jeter le bébé avec l’eau du bain en rejetant un modèle qui a ses faiblesses, mais aussi ses forces, qui nous ont permis de mieux résister à la crise que nos voisins. Au lieu de faire preuve de résolution, mme Marois racole à droite et à gauche, ne satisfaisant personne, oubliant que le débat actuel ne porte pas sur la souveraineté, mais sur la réforme du modèle québécois et les nouvelles orientations que l’on entend lui donner. En faisant alliance avec nos syndicats qui pratiquent trop souvent un syndicalisme militant et dépassé, elle donne la fâcheuse impression d’incarner l’immobilisme.
      ___________

      Malgré que je sois pas tout à fait d’accord avec la notion de “suiveux” il y a tout de même des “gens” qui réfléchissent ici, Je suis avec vous, avec votre idée d’un parti qui “rapproche”….

      Et aussi cesser de cracher sur les syndicats qui ont, tout de même permis à nombre de travailleurs Québécois, d’avoir des conditions de travail “humainement” viables.

    • “Bonjour,
      Pauvre Monsieur Ramses 2.1, Mais cessez donc de donner comme vous le faites si bien de l’importance à mes propos qui en somme ne sont qu’une opinion sur 7,500,000 opinions différentes au Québec.” johnbull

      ===

      Votre mépris, à l’endroit des souverainistes, que vous répétez sans cesse sur les blogues, ne mérite pas vraiment le qualificatif d’”opinion”.

      “Au plaisir”. MDR

      Jean Émard

    • Mais que viens donc faire le charisme dans la conduite de l’état? Au dernière éléction vous avez votés pour le charisme, et il viens vous voler a pleine “pocheté”.

    • colibri

      28 octobre 2010
      15h31

      Vous volez bas.

    • Je ne vois pas ou est le probleme avec la classe politique actuelle
      elle n est que le reflet de la population.Si vous avez du temps,vous
      pouvez toujours essayez de me convaincre du contraire…Les scan-
      dales sont seulement le lot de la classe politique,laissez moi rire.

    • Moi j’aime bien Pauline qui elle, n’aura pas besoin d’un 2e salaire, elle semble avoir bien réussie sa vie et si j’en juge par les commentaires ici n’aura pas beaucoup d’amis à plogger.

    • Le Parti libéral me fait penser à vieux show de télé à court d’intrigues et de personnages, incapable d’attirer de nouvelles vedettes ou de créer des personnages éclatants.

      Les auteurs écrivent et ré-écrivent les mêmes épisodes dans l’espoir que les spectateurs aient oublié les vieux épisodes. Le show a engendré la création d’une autre série les «meilleurs» acteurs étaient déjà occupés, ils ont été forcés d’engager ce qui reste, ceux qui normalement serviraient des sandwiches au restaurant du coin.

    • dust-o-esti

      28 octobre 2010
      16h57

      Pauline Marois c’ est comme Boisclair : ça passe pas dans la population . Point .

      Aux gens du Pq : ne perdez pas votre temps , et organisez donc un petit putsch en famille , si vous tenez à vous assurer une possibilité de victoire aux prochaines élections !

      Mêlez vous de vos affaires.

    • florian_58

      28 octobre 2010
      16h59

      @patrickbachand

      “Pierre Curzi (le politicien le plus populaire au Québec)”

      Pauvre petit peuple que nous sommes!!!
      ====================
      Maudite chance que ça ne soit pas Charest.

    • et puis c.est cette bande-la qui veut faire un pays . ils-elles ne s,entendront meme pas pour faire des lois pour nous régir,,,,

    • Pauline ne fait pas le poids et ses jours sont comptés. Mais, en ayant toujours les vieilles momies du PQ dans le dos, elle va tourner en rond encore plus.

      Parizeau, Lapointe, Landry, Michaud et compagnie, qu’ils la laissent donc tranquille. Ils ont tous quittés le parti (sauf la Lizette) parce que plus personne voulait d’eux. Ils se sont fait montrer la porte.

      Ceci dit, je pense que l’option souveraineté duPQ est une très vieille idée. En bientôt 2011, les gens veulent s’ouvrir au monde, pas s’emprisonner dans des vieux principes en parlant uniquement en francais. Un pays qui devra se refaire une armée, un ministère des postes et surtout, le plus important, une monnaie ne peut survivre au Québec.

      C’est vrai que la piastre québécoise va valoir 32 Cennes. Onpourra jamais négocier d’égal à égal avec les autres pays. On peut pas faire un pays avec une population active de 3 millions d’habitants. Si ca se faisait, on serait comme au Danemark ou en`Suède, taxés à 86% de notre salaire.

      Avec ses idées, Pauline est ocmme 50 ans en retard. On veut pas retourner en arrière, on veut avancer et avoir du fun.

      Et de grâce, arrêtez de donner de l’importance aux vieilles momies du PQ qui refusent de prendre leur retraite et fermer leur gueule.

      Duceppe. Quelle farce et quel imbécile. Prendre l’argent du fédéral pour nous vomir dessus.

      On en veut pas de l’indépendance. Qu’ils fassent leur maudit référendum au plus sacrant qu’on aie la paix au plus sacrant par un gros NON très fort.

      Ca me dépasse.

    • J’ai voté pour Mme Marois à la tête de la chefferie du PQ mais force est de constater qu’elle ne sera celle qui nous mènera à la souveraineté. Ça nous prendra un chef ou une chef qui n’y ira pas par quatre chemins, du bagou d’un Lucien Bouchard ou d’un Jacques Parizeau.

      Le crétin et grosse pâte molle à Charest, pu capable. À toutes les fois qu’il parle je mets ma télé à “mute”.

    • Pierre Curzi, le politicien le plus populaire au Québec………..Vous en fumez du bon………

    • Dites-moi donc pourquoi un péquiste malheureux du sujet du blogue se sent obligé de sortir son dictionnaire de mots méprisants. Croient-ils pouvoir attirer la sympathie de ceux qui ne pensent pas comme eux de cette façon?

    • Moi il y a une chose que j’aimerais bien qu’on m’explique:

      Alors que SNC-Lavalin est capable de décrocher des contrats
      par M.Mil $ $ au Lybie, et un peu partout dans le monde, et en
      mesure de démontrer qu’il peut répondre à l’offre – la demande,
      comment se peut-il que le gouvernement (québ. actuel) n’est même pas
      en mesure de tirer meilleure partie de cette conjoncture-performance (except.)
      pour s’investir dans des projets analogues qui pourraient rapporter
      aux québécois, que ce soit la Raffinerie de Mtl.-est de Shell, par exemple
      ou autres projets énergétiques importants ?

      Le poids de la réussite à l’étranger ne devrait-il pas rapporter également
      davantage ici-même sur notre propre territoire ? A même les revenus directs
      générés par ces projets (locaux) étrangers ?

      Ne serait-il pas là le signe d’une faiblesse de nos gouvern-ements actuels ?

    • Jean Charest vient de dire a Rdi que les Québécois en veulent pas de référendum.
      Apres s’etre promener dans un autobus ou était inscrit écrit en lettres géantes Fini les référendum ,Charest en as lui meme fait 22 sur les défusions .
      il semble que la propriétée du référendum comme moyen de consultation lui appartient
      Les Québécois en veulent pas de référendum mais lui Jean Charest en as fait 22 apres avoir fait inscrire en lettre de 6 pieds de hauteur sur son autobus ..FINI LES RÉFÉRENDUMS

      Charest est dur a suivre sur les référendums
      Le modéré Jean Charest ne veut pas plus d’un référendum qu’il ne voulait des 5 conditions minimales que Robert Bourassa demandait pour signer l’accord de Meech.
      Une modération qui cache un extrémisme
      Jean Charest est tellement modéré que le rapport Charest disait qu’il fallait mettre de coté ces conditions minimum de Bourassa.
      C’était beaucoup trop accorder au Québec car son Canada n’en voulait pas.
      Pourquoi Jean Charest ne s’est -il pas tenu debout ?
      Pourtant les conditions de Bourasse étaient meme en dessous du strict minimum

      Jean Charest est satisfait de tout
      De la corruption
      Du patronage
      De ses collecteurs de fond qu’il recoit a son bureau pour examiner la nomination de juges
      Des pertes de 43 milliards a la caisse
      De s’etre fait représenter et nous avoir fait rprésenter par la gouverneur générale du Canada a l’ouverture des fetes du 400 ieme
      Du fédéralisme , du statu quo et du model canadien .
      Quand on est satisfait de tout comme Charest c’est certain qu’il n’y as rien a discuter ou a demander
      Je me demande bien pourquoi Charest qui ne veut pas de référendum sauf quand c’est lui qui en fait 22

    • Pauline Marois et Gilles Duceppe ont plusieurs choses en commun. Ils sont deux hystériques,deux séparatistes,deux grandes gueulles.Crier,chialer et bien payé.

    • Hish… la chronique Hebdo-Vedette à matin!

      Elle est affaiblie parce qu’elle n’a pas su, apparemment, communiquer assez avec les électeurs. Si elle était à 54% des intentions de vote les autres s’étoufferaient… (et y’en a plusieurs que j’aime beaucoup dans ceux-ci)

      Come on. N’importe ici qui travaille dans un grande entreprise le sait: le bitchage qu’on peut voir pour avoir “la” promotion. Imaginez quand l’enjeu c’est de devenir Premier Ministre.

      M. Marissal, je vous trouve anecdotique et enuyeux ces temps-ci. Cessez de faire votre magasinage des fêtes avec votre argent avant de pondre un n’importe-quoi de dernière minute et remettez-vous à la réflexion, puis à l’écriture.

    • Gilles Duceppe un chef charismatique?…LOLOLOLLOL

      surement pas le gille duceppe qui étais venu en courant a québec pour se présenté contre poline et qui est retourné la queue entre les 2 jambes?????

      de toute facon nous sommes du pour un p’tit ”psyco-drame” au pq, me semble que ca fait un bail………

    • Pas encore un psychodrame chez les péqouiste ! Il y a des choses plus intéressantes dans la vie que ça. Je retourne de ce pas lire mon livre du physicien Leonard Susskind et qui s’intitule: “Trous noirs.” J’y pense ! PQ=trou noir de la politique.

    • En parlant de belle-mère, quand Pauline Marois va quitter, le PQ va enfin avoir une belle-mère qui a le bon sexe.

    • mryale

      28 octobre 2010
      16h37

      Merci. On moins on est deux ! Je suis de la vieille génération mais je voyais en ce jeune politicien une certaine ouverture…

      Dommage !

    • @q.terreux

      Je ne crache pas sur les syndicats, je trouve même qu’il n’y a pas assez de syndiqués au Québec. C’est juste un certain syndicalisme corrompu, qui se prend pour un pouvoir politique alors qu’il n’est pas élu et qui, comme j’ai pu l’expérimenter personnellement, fait passer ses intérêts corporatistes avant ceux des travailleurs parfois. Ce syndicalisme-là pue au nez de bien du monde, à raison mais, malheureusement, les gens ne font souvent pas le détail et rejettent le mouvement syndicale dans son ensemble.

      Les syndicats n’ont pas à imposer leur agenda politique à la société. Ils ne sont pas élus. Autant je dénie ce droit aux corporations et au patronat, autant je n’accepte pas non plus que des syndicats frayent avec le pouvoir. Les syndicalistes au Québec sont souvent d’anciens marxistes qui en ont conservé un penchant militant et autoritaire. Je déteste les dogmatiques et les gens qui tentent d’imposer leur point de vue aux autres, qu’ils soient de droite ou de gauche.

      Pour moi, ils sont pareils.

    • americanophile

      28 octobre 2010
      21h00

      Tant qu’a dire des idioties…. un trou noir…. c’est troublant !
      Si ce genre d’humour est à votre portée !

    • @blitz

      L autre jour vous écriviez qu il fallait être poli.

      Eh ben….beau post que votre dernier.

      Un peu comme faites ce que je dis pas ce que je fais.

      Exactement comme votre mentor ( menteur c est selon) Harper.

      Bonne soirée

    • ungeduld

      28 octobre 2010
      21h48

      Les syndicats n’ont pas à imposer leur agenda politique à la société. Ils ne sont pas élus. Autant je dénie ce droit aux corporations et au patronat, autant je n’accepte pas non plus que des syndicats frayent avec le pouvoir.

      ______________

      Je m’incline car vous avez raison. Je suis retraité et j’étais syndiqué. Ce qui me fait le plus “râler” dans cette histoire, c’est que justement nous n’avions pas le choix…..ni du syndicat… ni de la ligne “politique” qu’ils nous imposaient.

      Mais je pense toujours, que sans eux ,le monde du travail aurait été bien différent.

    • http://blogue.pq.org/blogue/rectifions_les_faits

      Audit Alteram Partem

    • Bonsoir,
      Mais avec des amis comme ça…. il faut oser ! Avec des amis comme ça, et bien, on n’a pas besoin d’ennemis en plus des fédéralistes ! Elle est dure la vie de péquiste à se faire toujours pointer du doigt en tant que chicaniers ! Imaginons un seul instant des péquistes qui seraient en affaires en étant obligés avec un conseil d’administration à s’entendre entre eux et ne pas mettre le tort sur le dos des autres, ce serait l’idéal ! Vive le Québec libéré des fédéralistes car les chicanes seraient choses du passé entre péquistes repentants et enfin solidaires ! Le monde idéal, quoi ? Au plaisir, John Bull.

    • J’aimerais ca qu’ont m’explique, au moins, pourquoi l’Éducation, dont le gouvernement québécois détient les PLEINS
      pouvoirs, comme en santé, ca marche pas au Québec, taux de décrochage etc. ? Les parents, dont beaucoup de députés péquistes envoient de plus en plus leur enfant au privé, belle marque de confiance.
      Alors pourquoi l’indépendance changerais ca ? on a déja les pleins pouvoirs en éducation, ca marche pas pis les péquisses nous disent , ca va marcher quand on va etre indépendant…misère

    • @ti-mag

      A pas besoin de 2e salaire elle a deja donne a son mari , lorsqu il etait a la SGF , un beau parachute doree
      PS: desole pour les accents

      Le PQ plus gros probleme n ont pas ajuste leur discours depuis les annees 70 alors que le monda a bien change depuis.

      Parizeau grand respect pour l homme, mais si Bouchard n intervient pas dans la course au referendum en 1995, cela aurait ete une vrai degele de l option de Monsieur Parizeau

    • C’est comme la formation de la main d’oeuvre, sous Lucien Bouchard,on s’est entendu avec Jean Chrétien, celui-ci nous a donner l’argent et les pleins pouvoirs en formation de la main d’oeuvre au Québec, on a fait quoi ?? RIEN, on a mit l’argent ailleur, meme Henri Massé président de la FTQ a l’époque avait dit etre très décu du gouvernement péquiste, alors lachez-moi avec l’indépendance la, z’etes pas capables gérez une province, vous serez pas capable de gérez un pays.

    • @vieillard

      La politique , c’est l’ affaire de tous .

      Vieux os , contentez-vous donc du magazine le Bel âge.

    • hey sérieusement, tirez la plogue quelqu’un!

      Donnez nous un ou d’autres partis politique pour brasser les deux actuels, ça n’a plus aucun sens.

      Maudit soit Mario Dumont, il avait une ouverture!!

      Vite, un nouveau parti! Et qu’il profite sans pitié de la faiblesse actuelle des autres pour déraciner le monstre politique agglutiné à notre chère province, qui mérite mieux.

    • A tous ces petits drôles qui blogues à qui mieux-mieux je dis:
      attendez au soir des prochaines élections quand madame Marois aura fait au
      80 députés qui formerons un formidable gouvernement qui nous mènera
      directement à l’indépendance.
      Tout le reste ne sera que mauvais souvenirs.

      Un peu de patience, vous verrez bien.

      Réjean Grenier.

    • Les belles-mères jalousent leur belle-fille, c’est bien connu. Même si le fils l’a choisi…

      Parizeau, malgré des états de service intègres et impeccables, s’est fait montrer la porte pour s’être présenté la bouche molle d’alcool et des propos inappropriés au soir d’une grande déception. On s’attendait à beaucoup mieux d’un grand tel que lui. Monsieur a été un grand politicien, un grand architecte du Québec moderne, mais un moment donné, faut savoir laisser la place aux autres et se fermer la trappe. Quant à Mme son épouse, quand elle aura eu les états de service de Pauline Marois, on lui accordera peut-être une crédibilité personnelle.

      Quant à Bouchard, il peut bien rester un “lucide”… faire des remontrances sans arrêt au monde ordinaire qui bosse durement pour tirer leur épingle du jeu et essayer d’avoir une vie décente, alors qu’il est assis sur une pension du Fédéral et du provincial… moi, un lucide comme ça, ça me laisse parfaitement de glace.

      Legault et Facal nourrissent des ambitions, c’est clair, mais aucun des deux n’a suffisamment de charisme ni la capacité de s’assimiler au peuple pour pouvoir espérer prendre le pouvoir ou la direction d’un parti viable et fort.

      Curzi le politicien le plus populaire??? M’a dire comme l’autre: y en a qui en fument du bon. IL est populaire parce qu’il a été comédien et un excellent comédien, il connait ses dossiers de la culture sur le bout des doigts et bravo, mais pour le reste, je ne peux pas me l’imaginer à aucun autre poste que Ministre de la Culture.

      Pauline n’a jamais été mon choix, j’ai cru et je crois encore que Boisclair avait tout ce qu’il fallait et une vision moderne du pays à se faire, mais bon… Elle est en place et elle n’a pas volé sa place, si Legault voulait être chef, il avait juste à se battre pour l’avoir, la place. Ben non… l’égo était bien trop gros…

      Le PQ peut-il arrêter les guéguerres intestines alors que ce serait plutôt le temps de s’unir pour battre Charest???
      Il est au tapis, on peut-tu essayer de s’organiser pour le faire démissionner, le harceler sans arrêt avec sa double rémunération, les scandales de corruption, avoir une enquête publique sur la construction et ne pas le lâcher avec toutes ses nominations complaisantes et tous les contrats donnés aus tinamis???

      Ça arrête pas ! Les garderies, la nomination des juges, les contrats sans appels d’offres, les contributions des sociétés, la gang de l’indutrie gazière qui sortent direct de son gouvernement pour aller se faire de l’argent sur notre dos avec la bénédiction de Normandeau, etc,etc etc…

      On peut-tu essayer d’avoir d’abord un gouvernement “clean”, montrer qu’on peut être un gouvernement fort et intègre ? Me semble que c’est la base nécessaire pour pouvoir élaborer et faire agréer le projet de société qu’on veut?

      Pauline Marois a bien des défauts, mais c’est une femme intègre qui a toujours bien mené ses dossiers et qui a la poigne nécessaire pour nous mener à un gouvernement. On peut-tu l’aider à la place de grenouiller sans arrêt?

    • J’aime beaucoup mieux le PQ au moin dans ce parti il y a des débats et des échanges, les autre comme le PLQ il y a un seul cerveau dans ce parti et c’est le chef pour ce qui est du reste qu’ils soit députés ou membres ce ne sont que des marionettes qui exécute les ordres de john james charest, au moin au PQ nous avons un projet pour l’avenir du Québec et c’est la souveraineté pour le peuple et non de remplir les poches des gens de la constructions ou des amis du PLQ et voler le peuple pour donner aux riches rouge c’est ça votre vision de l’avenir du Québec ! Pas fort j’aime mieux mon projet souverainiste et savoir ou je vais.

      VIVE LE QUÉBEC LIBRE ET VIVE LE QUÉBEC FRANÇAIS.

    • Pas facile de se donner un pays de magouilles quand on en a déjà un selon Pierre-Marc Johnson. Nous allons donc nous donner un pays privé avec des écoles privées, une médecine privée et de l’argent privé.

      Il ne suffirait somme toute que de 1000 associés à 1000$ dollars pour se créer un fond de roulement et le tour serait joué. Ci-joint une tasse de thé privée pour Legault et ses associés. La vrai party commence aujourd’hui même.

      À bas les béquilles de Lisette. L’article 1A de Pauline + l’article 1B de Jacques = l’article 1C de Gilles. C’est-à dire le petit bonhomme qui scie du bois dans la lune pour le CH. Go! Le-Go. Go! Faisons péter la Grosse Balloune communautariste du PQ.

    • Le PQ c’est passé date. Les jeunes n’ont plus aucun intérêt pour ce parti et les plus vieux ne croient plus à LA cause.

      SVP, passons à autre chose. Pauline va retourner dans son château… Grand bien lui fasse! Elle n’avait pas l’étoffe d’un chef.

    • Le problème c’est que les Québécois ne veulent pas de la séparation. Ils n’y trouvent aucune justification et aucun avantage. Mais, dans le PQ, il y a une gang qui y tient mordicus et une autre qui veut à tout prix le pouvoir…La table est alors mise à toutes les luttes de pouvoir possible.

    • À messieurs les journalistes du grand journal La Presse,

      Vos lecteurs s’interrogent que vous mettiez autant d’emphase sur Pauline Marois et les

      difficultés inhérentes aux chefs du Parti Québécois lorsque que vous mettez si peu

      d’emphase sur toute la série de scandales qui affluent le Parti Libéral du Québec et son

      chef.

      Quelle consigne recevez-vous pour que vous vous taisiez sur un sujet beaucoup plus

      important aux yeux des lecteurs que les petites manigances à la direction d’un chef de

      parti qui est encore dans l’opposition?

      C’est à se demander si le bâillon existe au sein de ce grand journal…

    • @Patrick Bachand

      Vous semblez bien connaître les prétendants au trône de votre parti politique préféré. Mais qui vous dit que dans un an, il n’y aura pas de personnage très charismatique, crédible qui prendra la succession de M. Charest? A près tout, le PLQ peut bien dénicher quelque part quelqu’un qui a fait ses preuves dans la vie ( pas seulement en chialant ) qui a réussi sa vie et qui se refuse à la sécession du Québec. J’en aurais une couple à proposer qui attirerait une grande parti de la population qui veut ce que Legault désire, un parti d’une bonne gouvernance en mettant de côté les notions étriquées de souveraineté et de fédéralisme renouvelé. Avant de parti en guerre pour une de l’autre des options, sans retour obligatoire assuré, il faudra que les québéçois s’unissent une fois pour toutes pour effectuer une mise à niveau. Lorsque nous aurons prouvé que nous sommes un ” grand peuple “, nous pourrons entrevoir d’autres projets porteurs pour l’avenir.

    • Si on prend les leaders un par un, je pense que Pauline Marois est la plus apte a diriger.

    • 22 référendums tenu par Charest lors des défusions.

      C’est pas pire pour un gars qui se promenait dans un autobus ou il était inscrit en lettres de 6 pieds de hauteur Fini les référendums .

      En fait quand on lis les sondages même dans son propre compté force est de constater que c’est bien plus de Jean Charest que les Québécois ne veulent plus .

    • Je suis d’accord avec loulal, Mme Marois n’a pas la stature pour nous représenter sur le plan international comme l’a fait surtout M. Parizeau et M. Landry. Sa capacité de bien se débrouiller avec la langue anglaise est un handicap majeur.
      A ce jour, M. Duceppe, qui est respecter même au US et au Canada, son parcours sans faute m’apparait le meilleur choix. Les Curzi, Drainville etc. n’ont pas assez d’expériences.

    • Ce qui m’horripile au plus haut point c’est quand Jean Charest dit que les québécois ne veulent pas de référendum ou de souveraineté.

      Premièrement il ment. Selon les sondages, il y a toujours entre 30 et 40% qui sont pour dont 49,6% pour la souveraineté en 1995.

      Deuxièmement, après son refus d’ouvrir une commission d’enquête sur l’industrie de la construction alors que partiquement toute la société québécoise en réclame une (dont entre autres les policiers et les procureurs de la couronne), il n’a plus aucune crédibilité pour parler au nom de tous les québécois. D’ailleurs, les sondages le confirme.

      C’est ce genre de déclarations mi-manipulatrices et mi-il-nous-prends-pour-des-cons qui nous désabuse des politiciens.

      Pour moi, Jean Charest est un gros “mute”, dans le sens que plus personne n’écoute ce qu’il a à dire. On dirait une grosse cassette qui répète toujours les mêmes conneries. On sait déjà ce qu’il va dire, alors pourquoi l’écouter.

    • Parizeau est très clair et sans ambiguité dans cette entrevue avec Paul Arcand. Bizarre ce que les choses deviennent claire quand les entrevues sont en direct et non expurgées:

      http://www.985fm.ca/in/paul-arcand-968.html

      Jean Émard

    • “Pas encore un psychodrame chez les péqouiste ! Il y a des choses plus intéressantes dans la vie que ça. Je retourne de ce pas lire mon livre du physicien Leonard Susskind et qui s’intitule: “Trous noirs.” J’y pense ! PQ=trou noir de la politique.” americanophile

      ===

      Tu as pas compris grand chose de Susskind pour utiliser cette image, puisqu’un trou noir attire vers lui, tout ce qui s’en approche. LOL

      Jean Émard

    • Le PQ rendrait un fier service à notre démocratie en étant clairement, franchement, résolument indépendantiste et en proposant un référendum dans des délais très courts suivant son élection. Cette position est légitime et respectable. Mais bien sûr il lui faudrait pour cela accepter d’être dans l’opposition pendant une période possiblement très longue. Et puis après? La question serait clairement et constamment posée aux québécois, qui jugeraient de sa pertinence en fonction de l’évolution économique, sociale et politique du Québec au sein du Canada.

      On assisterait à l’émergence de d’autres partis politiques, mais le PQ étant très bien “positionné” et fortement ancré dans l’esprit des québécois, ces autres partis seraient tenus de se situer clairement par rapport à lui. De même pour le parti libéral. Le PQ aurait le loisir, pour la gestion économique et sociale du Québec, de proposer un projet rassembleur, qui correspondrait à nos aspirations à la fois socio-démocrates et libérales (dans son sens noble).

      Le leadership, la responsabilité, la cohérence seraient la marque de commerce du PQ. La vie politique québécoise s’en porterait beaucoup mieux, l’ambiguité étant levée.

    • @ leopoldz

      28 octobre 2010
      17h41

      Bravo, vous avez compris ! Comme moi.

      Espérons que Ramses ET Souverain comprendront aussi …. Notre temps et notre énergie étant comptés.

      ( Pssst : Vivement la pleine et entière indépendance du Québec ! , suite à une séparation nette d’avec ce pays étranger, le ROC ).

    • On à beau dire, peu importe notre allégeance, le pays du Québec, faut reconnaître qu’en fait nous le portons déjà dans notre cœur.

      En quelque sorte, tout ce qu’il reste à faire, c’est de le faire passer à notre tête.

      Ce que l’on fera un jour ou l’autre ; c’est inéluctable, incontournable, presque mathématique.

    • Résumons la question en disant qu’il faudra beaucoup plus que du Botox nouveau pour nous donner un pays nouveau. Arcticle 1-Ah!-1-Ha!-Ah! Et je passe le flambeau au Père Noël Parizeau, Article1-Oh!-1-Ho!-Oh! pour le reste. Voir l’article 1Hi-1Hi-Hi! chez votre bon ami Funny-Prix tout près de chez vous.

    • Tiré du texte de Marissal :

      “C’est Gilles Duceppe qui semble avoir repris aujourd’hui le bâton du pèlerin pour «vendre» la souveraineté à l’étranger, mais on peut se demander qui, au PQ, pourrait marcher dans les traces de Jacques Parizeau.”

      Le problème avec nos élites actuelles, c’est qu’elles n’ont pas la carrure, la stature de Parizeau. Parizeau est le dernier d’une lignée presqu’éteinte “d’hommes d’états”. Dites moi qui a cette statutre maintenant? Des politiciens de carrière sans envergure comme Charest et Marois.

      Parizeau, on en dira ce qu’on en voudra, il est un des plus grands hommes politiques de l’ère moderne du Québec. Sans lui, jamais Hydro-Québec n’aurait vu le jour. Sans lui, le Québec n’aurait pas pu prendre les reines de son destin économique.

      Aussi malheureux que ses commentaires sur le “vote ethnique” ont paru, je ne suis pas de ceux qui le condamne. La vérité est parfois choquante, mais il est vrai que c’est une grande partie du vote ethique (pas tout), le vote anglophone et l’argent qui ont contribués à la défaite du Oui en 1995.

      J’avoue être plus pragmatique aujourdhui. J’aime l’idée de Facal et Legault de “reviser” nos vieilles pratiques interventionnistes lourdes et coûtantes et redonner une vitalité économique et politique au Québec avant d’enclancher le processus d’un nouveau référendum. Ma tête désire cela, même si mon coeur souhaite toujours l’indépendance de mon pays : le Québec.

    • Je vous annonce ce matin, que Duceppe sera le nouveau premier ministre du Québec au prochaine élection provincial, s’en ai fini de Marois au PQ, c’est une question de jours ou au pire de semaine. Pas pire on va avoir un pm qui à déjà été chef du parti marxiste-Léniniste…

    • Pierreroy @Charleschivenchy…..bien dit

      Le PQ est un parti politique qui ne peu pas se renouveler. Ils sont bornés sur la souveraineté

      (Le PLQ est un parti politique qui ne veux pas se renouveler. Ils sont fixés sur le Statut Quo)

      a tout pris et au diable les problèmes du Québec . Mme Marois ne sera JAMAIS première
      ministre du Québec j’en suis convaincu

      (a n’importe quel prix(commandite/construction/gaz de shitttt)M. charest sera toujours 1er
      ministre du Québec)

      …la Province la + corrompue…simple NON ..heu be voila!!!

      C’est votre QUÉBEC A VOUS pas le mien

    • snoopy35

      28 octobre 2010
      19h24
      Référendum”80″…Jean Chrétien:…”La piastre a ti-poil vaudra a peine .68¢, ca va couter

      2.80$ le gallon pour faire le plein de ton char avec le flag su’l hood..de Lysée, pi l’armée

      dans les rues de Montréal…(la peur du bonhomme 7heure)

      en”70″ crise d’octobre(quand y a une crise, Bourassa est toujours la) et l’armée itou

      en “90″crise d’OKA(quand y a une Crise, Bourassa est toujours la)et l’armée itou

      en “95″ référendum,Chrétien complètement dépassé, le gaz dans ton char est a 4.$/gal.
      et le can$ +ou- et .78¢ can dol et le flag su’l hood est Uni Fou a lier…le Love in

      arff retour vers le futur, ti-Jean …l’histoire la fourré bin nette, a .68¢, les industries du

      Québec roule a fond de train, 7/7 et 3 chiffres par jour

      le gaz est beaucoup + dispendieux et C pas fini . ce nest qu’1 début

      le can$ est a parité avec le us.$ et les shops ferment

      donc tous les calamitées que M. Chrétien a prédit comme malheur suite a un OUI se sont

      produite sous le résultat d’un NON…IMBÉCILE va…snoopy vs the red baron

      Red Baron=1…., snoopy=0

      le can$ a parité us $ et hausse a 100$ du baril/pétrole=Alberta=$$$$$$$$

      and the rest of canada=pauvreté…ca ferme le robinet des exportations

      et on parle meme pas de souveraineté, ca me fé skier simonack nack nack nack

    • le_gaspesien

      un grand merci de m’avoir répondu… cependant…. aurait-il été mieux de me numérer vos doléances au lieu de critiquer sans preuve….. merci encore hahaha

      vieillart

      tellement bas que vous êtes incapable de me donner des réponses à mes questions….. Vous me faîtes mourir vous les péquuuuuistes, bons à chialler; quel vide, vous pouvez bien être en chicane vous puvez bien rejeter vos chefs…… et vive les québécois….lol il m’arrive d’avoir honte des québécois à voir les arguments….. une chance que la majorité silencieuse ne participe pas à vos forums.

    • Les souverainistes qui parlent de démocratie et ce à pleine page, et ce sont ces mêmes démocrates qui veulent avoir Duceppe comme prochain chef du PQ. Duceppe qui est qualifié comme le dictateur du Bloc, que rien n`est fait et dit sans l`accord de Duceppe et ce dernier n`accepte aucune décidence.

      Alors, faites moi rire avec la démocratie du PQ, il va y avoir des pleurs et grincements de dents dans ce parti si Duceppe en prend le controle, Mme. Marois aura été une vraie démocrate et le PQ deviendra une dictature sous un régime Marxisme de Duceppe.

    • @q.terreux

      “Et aussi cesser de cracher sur les syndicats qui ont, tout de même permis à nombre de travailleurs Québécois, d’avoir des conditions de travail “humainement” viables.”

      Je crois que tout comme le patronat, le syndicalisme actuel est déconnecté de la réalité. Ce n’est qu’un groupe d’intérêt comme les autres qui pensent plus à sa propre survie qu’aux réels besoins du Québec et de son futur.

    • Ce sont vous, les journalistes, qui créent ce sentiment que la chicane est poignée au PQ, jeu que joue également votre vénéré chef Jean Charest qui musèle ses troupes soit dit en passant. Si vous voulez savoir, tout va bien dans les rangs souverainistes malgré votre grande opiniatreté à tenter de convaincre du contraire.

    • Que le PQ commence donc par s’assumer. Le vrai nom du PQ devraitêtre: “Parti Souverainiste du Québec”. Ce nom conviendrait parfaitement à la raison d’être de ce Parti qui a fait de la souveraineté l’article premier de sa constitution. Le PQ a-t-il peur de montrer ses vraies couleurs? Il est temps qu’il fasse son “coming out”.

    • Depuis qu’il a été élu chef du P.L.Q. à la fin d’avril 1998, Jean Charest à fait face à 4 chefs péquistes: Bouchard, Landry, Boisclair et Marois et 2 adéquistes: Dumont et Deltell. Qui sera le 7e ?

    • Et ces bonzes péquites sont tous surpris du peu d’appui à la souveraineté du Québec. Comment avoir confiance en eux alors qu’ils ne sont même pas capables de s’entendre? Leur sport préféré est de s’entredéchirer sur la place publique.

      Pis on va leur faire confiance pour diriger le pays du Québec. No way, no way.

      J’ai voté pour le PQ depuis 1973 mais aux deux dernières élections, j’ai voté autrement. Plus question pour moi de voter pour une bande de cannibales. Les Québécois méritent bien mieux qu’eux pour nous gouverner.

    • Mme Marois a accepté de prendre la tête de ce parti alors qu’il était au plus bas. À présent que ça va bien pour le PQ, on veut se débarasser d’elle.

      Personnellement, je ne crois pas que d’autres feraient mieux qu’elle.

      Et cet hypothétique nouveau parti de François Legault, je me demande encore à qui il nuirait le plus. Les sondages ne peuvent pas tout dire.

    • @elorio

      Je comprend votre point de vue, mais je ne suis pas d’accord à laisser cet énergumène lancer son mépris sans réplique.

      Ne vous inquiétez pas, comme on dit: je peux marcher et mâcher de la gomme en même temps. ;)

      Jean Émard

    • Peu probable que Madeleine de Verchères dise Oui un jour….

    • @ verlouis
      Avez-vous pensé que si les anciens chefs libéraux se taisent, c’est que finalement, ils n’en ont strictement rien à foutre… Ils ont une belle carrière que leur poste de chef de parti leur a permis de mousser et ils s’occupent de leur petite affaire. À l’inverse, les anciens chefs du PQ interviennent parce que le projet de souveraineté leur tient à coeur et qu’ils ont une réelle opinion sur le sujet. Ils ont bien du mal à répresser cette envie de participer plus ou moins activement à sa réalisation. On appelle ça avoir de la vision. On ne peut pas en dire autant de nos autres politiciens trop occupés à faire de la petite gestion.

      @ lturpin
      C’est de l’ignorance ou de la mauvaise foi d’affirmer que Jacques Parizeau s’est fait montrer la porte. Il avait dit très clairement avant les résultats du vote que si le non passait, il démissionnait. Ses propos sur les votes ethniques n’ont fait que donner des munitions aux gens mesquins à court d’arguments…

    • Si il faut que Duceppe devienne premier ministre..oufff…on est déja au bord du précipice, lui va nous faire faire un pas en avant.

    • hola Jean Chrétien vient tout juste d’^tre blanchie +que blanc des accusations de M. Gomery

      mdrr…donc le Scandale des Commandites ..C pas moué, mais que voulez-vous…?

      Red Baron=2 snoopy=0

    • une chose simple a retenir.

      Ne jamais dire que l’idée de l’indépendance est dépassé. C’est incroyable ce que les gens véhicule en ce moment, comme si l’idée de faire un pays pouvais être dépassé.

      À ce compte, la France, les USA, le Canada, l’angleterre, le japon, l’italie, le brézil sont tous dépassé??? bien oui ce sont des pays et l’indépendance du Québec c’est pour devenir un pays non?

    • Dans un sens, personne ne peut faire mieux qu’elle. Les Québécois sont contre la souveraineté à 60% au moins alors elle ne peut pas récolter plus de 40% des votes. Elle gagne seulement par défaut parce que les gens sont tannés de Charest. Les autres ne vont simplement pas voter alors j’imagine qu’elle ferait surement beaucoup moins que 40% à une élection.

    • Pour continuer la farce, le parti libéral en selle et au pouvoir devrait organiser lui-même le référendum des le début de l’année prochaine et demander une fois pour toute au peuple québécois par une question simple et claire comme suit: Voulez-vous vous séparer du Canada oui ou non?
      Et une deuxième question tel: Voulez vous que le gouvernement vote une loi pour défendre toutes nouvelles questions sur la séparation.

    • Mme Marois ,une femme les deux pieds sur terre ,et la tete haute surpasse en qualitées, la puissance brute de certains males avide de pouvoir, qu’ils soient de droite ou de gauche, n’oubliez pas que toute naissance est possible si femme le veut, y compris un pays.

    • P.E. Trudeau a déjà été de la mouvance marxiste-léniniste.
      P.K. Péladeau a déjà été marxiste-léniniste.
      François Mitterand a été marxiste-léniniste.
      Gilles Duceppe a été marxiste-léniniste.
      Comme on peut voir, le marxisme-léninisme peut mener loin.
      Karl Marx a de très bonnes idée. Malheureusement ses disciples, surtout Staline, ont dénaturé sa pensée.
      Jésus-Christ a de très bonnes idée. Pourtant certains papes et leaders ( qu’on se rappelle l’Inquisition) ont dénaturé son message.

    • Peu probable que la London School of Ecomonics vienne payer les dettes du Qwebec non plus. Alors que faire?

    • @johnbull,
      Tu sais quoi mon «ti-beu» ?
      Contrairement à ce que tu peux penser, j’aime bien tes interventions qui brassent la cage des «faux-souverainistes» assis entre deux drapeaux !
      Allez, sois, honnête: tu es jaloux du fait que, contrairement à ta bande de magouilleurs fédératristes marchant à quatre pattes derrière John James pour graisser les pentures de leur coffre-fort, on va finir par bâtir quelque chose de tellement solide et tellement formidable qu’on va vider le ROC de ce qu’il reste de francophone qui vont être fiers de rapatrier le berceau de leur race et de s’enrichir culturellement et financièrement à en faire rougir les sujets de Sa Majesté from coast to coast !
      Droit de passage sur le Saint-Laurent, électricité, mines, forêts,mode,agro-alimentaire etc…
      on a les mains pleines, ne reste qu’à foutre dehors John James qui cède tout cela à rabais à Wall Street !
      Qu’en penses-tu mon bovidé ?
      P.S. Du choc des idées jaillit la lumière, ce que ton pote John James n’a pas compris et c’est ce qui va entraîner les libéraux dans la vallée des larmes d’où ils ne reviendront jamais (Dieu Merci) !
      Au plaisir, Robert Alarie

    • @leon 29 octobre 2010-11h04
      « Je vous annonce ce matin, que Duceppe sera le nouveau premier ministre du Québec au prochaine élection provincial, s’en ai fini de Marois au PQ, c’est une question de jours ou au pire de semaine. Pas pire on va avoir un pm qui à déjà été chef du parti marxiste-Léniniste…»
      Bon, commençons par le commencement:
      on doit écrire : «aux prochaines élections provinciales»…et :«C’en est fini et non pas s’en ai fini»…
      On doit aussi écrire: «question de semaine avec un S »…et : «un parti marxiste-léniniste (sans majuscules)….
      Ceci étant dit mon Léon, ton P.E.T. (j’aime bien ses initiales) a déjà été membre des « Frères-chasseurs» (organisation secrète franco-québécoise à la limite d’être révolutionnaire) et un grand admirateur de Castro…
      Alors pour les inepties, tu repasseras…
      Moi je t’annonce ce soir que le Bloc va encore faire chi… le ROC et que la population va flanquer à la porte le pire premier ministre que le Québec a connu, et j’ai nommé: John James Charest !
      Et c’est parti mon Léon…

    • @snoopy35

      28 octobre 2010
      19h24

      Tu devrais peut-être un peu réviser tes connaissances. Selon une récente étude, les Danois sont le peuple le plus heureux de la planète.

      Et sais-tu pourquoi? Parce qu’il n’est pas dans leur culture d’exposer leur richesse à leurs voisins. Ils se contentent de ce qu’ils ont. Ils ne sont pas dans une course à celui qui possèdera le plus de richesse, au contraire de nos voisins américains qui cultivent la pensée du plus fort et du gagnant au détriment des pauvres. Nous l’avons bien vu lors de la dernière crise économique avec tous ces M de M de la haute finance qui viennent de foutre l’économie de la planète dans un joyeux bordel. Combien de pertes d’emploi cette crise a occasionné dans le monde? Des centaines de milliers.

      Pis la piastre à 33 cents. Hum…qu’est-ce qui se passe présentement avec le yuan chinois? Il est très faible comparativement aux autres monnaies ce qui permet à la Chine d’avoir une croissance dans les deux chiffres et ce, depuis plus d’une décennie maintenant. Et que font les américains? Ils chiâlent à qui mieux mieux pour que les chinois réévaluent leur monnaie. La piges-tu?

      À part ça, puisque tu sembles être un partisan du néo-libéralisme, que disait notre très honorable premier ministre Jean “Le Crosseur” Chrétien lorsque le dollar canadien ne valait plus que 63 cents américain? Il s’en foutait comme dans l’an quarante et disait “que voulez-vous, c’est bon pour nos exportations”. Alors pour le désastre de la piastre à 33 cents, on repassera. Une monnaie faible n’est pas nécessairement synonyme de désastre économique.

      Christie qui en a qui disent n’importe quoi en agitant des épouvantails à moineaux…mais comme vous mon cher Snoopy.

    • Comment peut-on laisser passr des commentaires machistes et homophobes comme ceux de johnbull?

      Parce qu’il est fédéraliste et qu’il écrit sur un blogue d,un journal fédéraliste?

    • Moi j’ai hâte d’avoir une autre alternative… Peut importe les chefs qui seront a la tête de ces deux partis de l’ère du ”Cétassez”; le PQ le ”parti de la Querelle” et PLC le ”parti des lèche-cul”…

      Vivement un vrai parti politique pour la libertée et l’économie au Québec!

    • @Leon

      Duceppe n’a jamais été chef du parti marxiste-léniniste, mais seulement un membre. Renseignez-vous et relisez-vous avant de publier, vous faites des fautes.

    • La façon dont Pauline Marois est attaquée ici prouve tout simplement qu’elle et son équipe font un très bon travail et font peur aux fédéralistes.

      John James Charest et son équipe ne devraient pas se péter les bretelles comme ils le font, ils devraient plutôt se cacher (j’aurais honte à leur place). “Qui s’assemblent, se ressemblent”.

      Pauline Marois connaît très bien les erreurs que ses anciens chefs ont faites et je crois réellement qu’elle saura les corriger. Elle saura aussi redonner au gouvernement de la province de Québec, le respect que nous avons perdu. Je dois l’avouer, ce sera une dure tâche.

      Qui a fait que la bonne réputation de la province de Québec est devenue la province la plus corrompue? Qui est au pouvoir?

    • L’avenir du PQ serait à Québec-Solidaire aux dernières nouvelles s’il faut en croire Gilles Duceppe et c’est probablement très bien ainsi. Bye Bye ma chère Lisette. See you again à la London School of Economics. Et ci-joint une belle réglisse de l’Halloween juste pour vous….

    • Euh, Chers amis péquistes, dites à Pauline, que le tapis est en train de lui glisser sous les pieds. La pauvre femme est tellement dépassée, qu’elle ne voit pas et n’entend pas, les députés et les militans du PQ, qui magouillent dans son dos…

    • Il est vrai que Pauline Marois, elle ne passe pas la rampe et jamais elle ne sera une rassembleuse. Elle symbolise la gauche caviar. Cependant ce n’est pas la seule raison de sa piètre performance dans les sondages alors que Charest est au plus bas et avec raisonssss. Jadis dans un Québec bipartite, l’idée de souveraineté sous-jacente ramassait des votes de mécontents et de convaincus. Aujourd’hui ils se tournent soit vers Québec solidaire (gauche + souverain) , les Verts (gauche + écolos) et ADQ (droite + nationaliste) alors comment voulez-vous que la pauvre Pauline qui n’a pas le charisme d’un Bouchard, le semblant de renouveau d’un Boisclair et l’intégrité d’un Parizeau puisse penser faire le poids.
      Actuellement les vautours rodent, ils sentent qu’elle ne fait que faiblir et qu’elle sera la prochaine proie. Mais en quoi ceux qui ont quitté le navire à un moment ou un autre (Parizeau, Bouchard, Facal, Legault et cie) peuvent-ils jouer les gérants d’estrade alors qu’ils ont abandonné leur équipe ?

    • VOICI POURQUOI LES “VIEUX” MÉLANGENT LES CARTES.

      par Raynald Rouleau
      L’origine d’une découverte scientifique est toujours la remise en question de
      l’ensemble des axiomes qui forment notre bagage scientifique. Par exemple, il y a
      500 ans, si Kepler avait accepté la théorie disant que la terre était le centre du
      système solaire, il n’aurait pas pu établir avec tant d’exactitude la distance relative entre les planètes. Même chose pour le grec Éristhothène, s’il avait cru que la terre était plate, il n’aurait pas pu calculer la circonférence de la terre, il y a de ça 2500 ans.
      En politique ce principe est aussi vrai. Pour faire avancer politiquement le
      Québec d’aujourd’hui, il faut remettre en question certains axiomes que nous avons
      tenus pour acquis, que nous avons crus, mais qui sont fondamentalement faux. Mais
      pour faire ces découvertes, il faut prendre du recul par rapport à notre position
      actuelle, regarder les choses telles qu’elles sont dans leur ensemble et mettre l’accent sur les points d’inflexion historique.
      Les origines du Parti québécois :
      Les instigateurs du Parti Québécois n’ont jamais eu l’intention de faire du Québec
      un vrai pays: C’est-à-dire, une république constitutionnelle, indépendante
      de l’Empire britannique, basé sur des principes de droits universels,
      similaires à ceux enchassés dans le préambule de la constitution des États
      Unis. Ici je ne fais pas référence aux membres ou même aux leaders du PQ,
      mais bien à ceux qui l’ont instigué, forgé, et qui en tirent encore des avantages. Au
      contraire, il se sont battu contre Daniel Johnson (père) qui, lui, était en train de
      le faire.
      Le PQ à été créé 16 jours après la mort tragique du Premier ministre du Québec,
      Daniel Johnson (père). Le but était simple: attirer toutes les forces nationalistes;
      qu’elles soient de gauche, de droite, qu’elles soient communistes, socialistes, catholiques ou maçonniques, pour ensuite les empêcher d’atteindre leur objectif. Le principe était le même.
      C’était le «principe de la palette-à mouches». On a tous déjà vu ça: Une languette attachée au plafond d’un chalet, enduite de colle sucrée, vers où les mouches se dirigent et y restent collées, jusqu’à ce que mort s’ensuive! Voilà pourquoi le PQ avait été créé à l’origine.
      Contrairement à la conception populiste péquiste, les ennemis du Québec ne sont
      pas ceux qui parlent anglais; les fermiers de l’Ontario ou de la Saskatchewan, les
      agriculteurs du Manitoba ou du Nouveau Brunswick, les pêcheurs de la Colombie-
      Britannique ou de Terre Neuve, les entrepreneurs de l’Alberta ou même la
      majorité des bureaucrates d’Ottawa! Regardez seulement vos billets de 20 $
      ou vos sous noirs; qu’elle est l’image que vous y voyez ? Voilà la nature de
      l’ennemi des Québécois. Le problème est le même, que vous soyez du Québec, ou
      de l’Ontario. Le problème n’est pas la Reine elle-même, mais bien cette vieille
      structure administrative qu’est l’Empire Britannique, nommé Crown Agents (ou
      agents de la couronne). Avant que le Canada ait le statut de «pays», nous
      n’étions que le Dominion du Canada; un appendice de l’Empire Britannique, sur
      le continent américain, administré par des Crown Agents, à travers des
      centaines d’institutions. Cette structure existe encore, et exerce encore une
      influence. «Crown Agents have no formal Constitution and are not part of the
      United Kingdom Civil Service or of the United Kingdom Government machine…
      Crown Agents act as business and financial agents for the Governments of
      all territories for the administration of which the Secretary of State is ultimately
      responsible, including the territories under the protection of Her Majesty and
      the territories administered on behalf of the United Nations.»(1) (Une petite
      histoire de Crown Agents sera prochainement publiée dans l’Acropole,
      sous le titre de La Face Cachée de l’Empire : une petite histoire des Crown
      Agents.)
      Le PQ a été fondé par René Lévesque, un homme intelligent, mais qui a été
      brisé par ce qu’il a vécu durant la Deuxième guerre mondiale. Il a été
      recruté par un agent du nom de Robb, qui était chef du bureau montréalais de
      l’Office of War Information, (OWI) (2) un service de renseignement
      nominalement américain, mais sous contrôle britannique. (3) Lévesque a été
      envoyé à New York pour rencontrer Pierre Lazareff, l’éditeur-en-chef des
      services français de L’OWI. Il a été rapidement envoyé à Londres. À la fin
      de la guerre il avait atteint, selon lui-même, l’équivalent d’un rang de
      capitaine : «On était quand même parmi les gars les mieux payés. J’avais une
      sorte de grade assimilée de lieutenant. Je pense que j’ai fini capitaine. Je n’étais
      pas capitaine en charge d’une unité, mais l’équivalent» dit René Lévesque. (4) Il a
      ensuite été recruté par les services Britanniques comme «journaliste» pour
      le service de radio international dans les bureaux montréalais de la Canadian
      Broadcasting Corporation (CBC). Il a été transféré au service de télédiffusion
      dans les années 50 et est «devenu une vedette pour les Québécois», au service
      de la CBC, avec son émission Point de mire. C’est à ce moment là qu’il a été
      «officiellement» catapulté en politique québécoise. La raison était très simple. Il
      fallait à tout prix enlever le pouvoir à l’Union Nationale car Daniel Johnson
      s’apprêtait à devenir son chef, après la mort soudaine de Maurice Duplessis et
      celle de Paul Sauvé. Avec Daniel Johnson à sa tête, l’Union Nationale
      aurait encore gagné les élections. Du point de vue britannique, il ne fallait
      absolument pas que cela arrive. Car Daniel Johnson, un Québécois de
      descendance irlandaise, connaissait bien l’histoire, et ce que l’Empire Britannique
      avait fait subir aux Irlandais. Johnson faisait parti d’un groupe minoritaire mais
      très efficace, oeuvrant à l’intérieur de l’Église Catholique, qui s’opposait à
      l’introduction massive des valeurs malthusiennes qu’entre autres l’OCDE
      s’apprêtait à répandre dans la tête des jeunes à travers une réforme scolaire
      dans tous les pays industrialisés. C’était le début de ce qui a plus tard été appelé
      «la contre-culture»; sexe-drogues et Rock-&-Roll. (5)
      Dans cette alliance de force pour le progrès et le développement de toutes les
      nations du monde, il y avait des gens comme Aldo Moro, Ben Barka, John F.
      Kennedy, (tous tués par balles) le général de Gaule, Cardinal Montini
      (devenu Pape Paul VI), et de façon plus indirecte, Martin Luther King. Tous
      faisaient la promotion du progrès humain. Pour eux, chaque homme était
      créé à l’image de Dieu, qu’il soit jaune, rouge, noir, ou blanc, et chaque homme,
      femme et enfant avait le droit fondamental d’accéder au développement
      économique, qu’apportait le progrès scientifique et technologique.
      Voilà une idée extrêmement dangereuse pour l’Empire qui gardait son hégémonie
      et la main haute sur ses territoires par le maintient du pillage des ressources et par une pauvreté (intellectuelle et autres) soutenue, de ses sujets.
      Là-dessus, René Lévesque a joué un rôle, conscient ou non, vraiment
      dégueulasse, car il a été déployé directement contre le réseau de Daniel
      Johnson. Les seules choses que le Parti Libéral aient faites correctement au
      Québec de 1961 à 1966, ont été faites à reculons, par l’entremise des efforts
      soutenus du général de Gaule, de ses ministres et du chef de l’opposition
      Daniel Johnson et de ses alliés à l’intérieur du Parti Libéral; dont peut-être
      même Pierre Laporte. L’argent du Partie Libéral, venait des réseaux de Maurice
      Strong, un ennemi juré de de Gaule, qui faisait lui-même partie des réseaux du Prince Philip et du Prince Berhnard. L’argent était canalisépar des entités «sous son contrôle», car il était une des têtes dirigeantes de Power Corporation. Il en est devenu le viceprésident en 1963, après qu’il eut fait des millions sur le dos des Québécois, avec la nationalisation de l’électricité. Pour vous donner une idée de la relation entre René Lévesque et Daniel Johnson, voici une anecdote: Un jour, durant une session de l’Assemblé nationale, Lévesque dit à Johnson «vous êtes le
      personnage le plus vomissant que je connaisse».
      Pourtant, après Louis Joseph Papineau, Daniel Johnson est l’homme qui a fait le
      plus pour faire avancer le développement du Québec et de ses citoyens. Johnson avait compris que pour faire accepter l’idée d’une nouvelle constitution pour le Canada, il lui fallait l’approbation des autres provinces, mais pas nécessairement celle d’Ottawa. En effet, ce qui forme le Canada, c’est ses provinces. Ottawa n’est que le «buffer» entre L’Empire Britanique et les Canadiens. S’il obtient l’appui des provinces, Ottawa n’aura tout simplement pas le choix d’accepter «la volonté du peuple». Johnson s’était lié d’amitié avec le Premier Ministre de l’Ontario. Une conférence informelle des provinces avait été mise sur pied à la fin de 1967, pour mettre en place la stratégie de ce qui allait devenir la première conférence constitutionnelle en février 1968, afin d’adopter une véritable constitution canadienne, écrite par les Canadiens pour les Canadiens. Un comité constitutionnel formé de représentants de toutes les provinces a été mis sur pied en février 1968. Ce comité avait pour mandat d’étudier toutes les propositions des provinces. Mais hélas, le 5 juin 1968, Johnson fit une crise cardiaque, il fut forcé de se retirer de la politique pendant 10 semaines. Il fit cependant un retour triomphal en septembre. Il donna une conférence de presse le 25 septembre à Québec, juste avant de partir pour
      l’inauguration officielle du barrage de la Manic-5, où il exposa ses plans. Il allait
      rencontrer de Gaule 10 jours plus tard, et allait l’invité à revenir au Québec en
      1969. Le lendemain, on le retrouva mort dans son lit, au pied du grand barrage.
      On refusa même au général de Gaule d’assister aux funérailles de son ami
      Johnson. Quelle tragédie! Ceci marqua la fin du projet constitutionnel de
      Johnson.

      Fernand Cloutier
      Val-d’or

    • vive les partis libéral nous on ne se chicane pas en public ,on est une vrais famille ça nous permet de mieux magouiller ha ha ha

    • Savez-vous ce qui fait que M. Duceppe est “populaire” et ne se met pas les pieds dans les plats ?
      Il n’a jamais à affronter de partisans; mettons que les meetings politiques du Bloc doivent être passablement plus tranquilles que ceux du PQ. Et, il n’a pas à répondre aux journalistes de l’Assemblée Nationale à tous les jours; il doit provoquer des rencontres à Ottawa pour que les journalistes l’interviewent…
      On l’a vu quand il s’est proposé candidat au poste de chef du PQ combien il était devenu strressé et hésitant. Pas facile la job de Chef du PQ !

    • Mon avis sur la position actuelle du PQ.

      La position de René Lévesque a toujours été de dire: négocions le rapatriment de pouvoirs avec points d’impôt et entendons nous sur le reste: Affaires Étrangères, l’Armée, les Anciens Combattants, les Autochtones. S’il y a ouverture à négocier, pourquoi on quitterait le Canada ? Le Canada est notre marché no1 avec les USA.

      Mais la problématique est que le fédéral ne négociera jamais avec le PQ tant qu’il y aura la menace de séparation. Qui veut discuter avec un gun sur la table ?

      Il sera toujours temps de vouloir se séparer si Ottawa ne veut pas transférer des pouvoirs. À ce moment-là, on en fera un référendum.

      En attendant rien n’empêche d’être souverain. On a pas besoin de se séparer pour çà ! On l’est déjà souverain.

      Dernier point: n’oublions pas que si on rapatrie les points d’impôt sur la Santé et l’Éducation par exemple, la péréquation va descendre en ta et l’assiette fiscale du Québec est passablement moins élevée que celle du Canada. Soyons réaliste, ce sont les autres provinces qui font vivre nos régimes sociaux présentement; elles seraient bien contentes de ne pas à avoir à y contribuer; la péréquation c’est 25% de notre budget ! C’est un couteau à deux tranchants…

    • Bonjour,
      Mais avez vous du coeur, vous autres les péquistes ? A la démission de Monsieur André Boisclair comme chef, beaucoup d’entre vous étiez à genoux afin de solliciter une maman, une bonne mère de famille comme Madame Pauline Marois alors qu’elle avait déjà pris sa retraite dorée loin de vous autres ! Et vous l’avez suppliée de reprendre le bâton de la pèlerine et vous l’avez demandé en mariage pour essayer de vous prendre la main vers la Terre Promise…..et elle accepta en se présentant dans Charlevoix. L’union n’ayant pas été encore consommé et certains d’entre vous la répudient déjà. Le problème avec vous les péquistes, c’est qu’en changeant de chefs comme vous faites, au bout d’un certain temps, ça fait une méchante gang de belle-mères qui s’invitent en même temps. Et maintenant, ces belles-mères à la queue leu leu voudraient tasser une grand mère dehors ! Madame Marois, il serait préférable pour vous devant un tel fanatisme de leur balancer en pleine face votre trousseau et votre gerbe de fleurs maintenant fanées et votre robe de mariée afin de retourner dans vos terres, ce sera mieux pour vous car le fanatisme aidant, les péquistes veulent un nouveau vendeur à tout prix et si possible un vendeur qui peut vendre un frigidaire à des Esquimaux en fouettant le cheval à l’agonie…..Au plaisir, John Bull.

    • que de commentaires à la va va..
      Moi j’aimerais que Pauline nous donnent les vrais raisons, pour lesquelles on devrait se séparer du Canada.
      Le coût que ça incomblerait…combien d’années pour retomber sur nos pattes…
      Quelle économie on aurait..un million de questions que je me pose à savoir; POURQUOI,
      POURQUOI…se séparer.
      On se fait vivre actuellement par le Fédéral…ON est devenu une province pauvre…

      c’est triste à voir. Une province si riche en richesses naturelles qu’on ne sait exploiter.
      Juste un exemple; NOTRE EAU…et puis, nos mines, actuellement en effervescence, partout, surtout en Abitbi….

      Pour Pauline, comme un autre a écrit un peu plus haut, il va falloir qu’elle se calme, arrêter ses crises d’hystérie, sinon…comme il dit: elle va péter au fret….( )

      Je suis très inquiète de mon pays actuellement, à vrai dire.

      Malgré tout, je reste libérale, et continue d’appuyer M. Charest. Car on est pas pire ici au Québec actuellement que dans les autres provinces.

    • Vive Francois Legault et l’Union Nationale !

    • Quand on lit les éditoriaux d’André Pratte ces jours-ci on est en droit de se demander s’il est toujours branché sur le Québec et les Québécois. Chrétien 2, Gomery 0 n’est qu’un exemple de ses écarts de comportement. Qui cherche-t-il à plaire?

    • Sans vouloir éveiller certaines susceptibilités, j’aurais pu pensé
      ajouter (à mon assertion) : et en outre le signe – ou l’absence de signe
      (prolongé) d’un manque “généralisé” de volonté, de courage, de
      coordination de nos “Pouvoirs publics et Institutions publiques” .

    • Je croyais que votre question faisait référence à la question (Radio X est la radio la plus anti-péquiste au monde)

    • .

      C’est quand même drôle… le PQ voudrait qu’on leur fasse confiance pour créer et gérer un Québec souverain…

      Mais ils ne sont même pas capable de gérer leur petite politique interne… ça fait vraiment pitier leur affaire.

    • Toi et Yves Boivert etes les seuls journalistes pas vendus et compétents de ce journal merci à vous 2.

    • @ leon Et qui a fait sa formation à Cuba……..

    • Faudrait demander a Ricardo pour savoir comment on peut appreter un chef du PQ. :)

    • Quelques questions très pratiques à propos de ce fameux “nouveau pays” que le PQ et autres souverainistes essaient de nous faire avaler: »1) y aura-t-il des postes de douanes et postes d’immigration le long de la frontière avec l’Ont »4)ario? »2) même question pour la frontière avec le Nouveau Brunswick? »3) même question pour la frontière avec Terre-Neuve et le Labrador? »4) quelle monnaie sera utilisée? (Note: certains pays utilisent la monnaie d’un autre pays, comme par exemple le Panama qui utilise le dollar américain… mais c’est une république de bananes— est-ce que c’est ce que les souverainistes désirent?).
      Il y aurait beaucoup d’autres questions, mais je vais attendre les réponses à celles qui sont déjà posées.

    • Pauline Marrois pourrais peut etre en surprendre plusieurs si elle était premiere ministre …beaucoup de personnes lui refusent le droit d etre la …mais moi je crois qu elle n aurait pas de misere a FAIRE MIEUX que celui qui a les deux mains sur le volant …. il faut que les femmes ce levent et votent pour mme Marrois ..la on va pouvoir savoir ci nous avons voté pour la bonne personne et vive l indépendence du quebec ..pourquoi ils cachent tous les dossiers qui parlent de l échec du las Meech ??? facile de répondre a cette question vous trouvez pas ……

    • Même si René Lévesque était à la place de Pauline Marois, il ne ferait pas mieux. Pour l’instant du moins !
      Ça brasse dans la marmite…Excellent !
      Ça prouve que les indépendantistes se forcent à réfléchir, afin d’actualiser le formidable projet d’un Québec, enfin libre et souverain.
      Quant au mercantile et scandaleux Charest, ses jours sont dorénavant comptés.
      Vive le Québec Libre !

    • Imaginez ca…les Quebecois preferent un gouvernement liberal corrompu a Un gouvernement separatiste….Tellement drole…Ramses seb et le gaspesien pauvres de petits vous!

    • Parizeau n’a aucune lesson a donner!
      Sans lui il y aurait eu un dernier référendum en 1996, un an après le dernier. Avec un discours ridicule comme le sien, au lieu d’un appel à la solidarité afin de contrer les injustices et fraudes du référendum dont nous sommes presque sortis gagnant, il a donné un discours de ‘looser”!

      Comme a beaucoup de monde, il m’a coupé les jambes. L’alcool a-t-il joué un rôle dans ce discours? je le crains. Il a démontré un manque de classe certain mais, pire, il a manqué le bateau. Je n’ai jamais considéré ce référendum comme une défaite, mais comme une fantastique remontée et une quasi-victoire, que seuls des tricheurs ont pu stopper.
      Non, Monsieur Parizeau, vous n’avez pas de leçons a donner. Restez à la retraite, merci.

    • Pauline est plus wise que les autres.

      Elle a compris que la souveraineté ne se ferait pas et elle veut gouverner le Québec autrement.

      Elle va probablement perdre mais elle a au moins l’intelligence et l’intégrité de proposer au PQ ce qui est une évidence: le pouvoir sans référendum.

      Je vais finir par croire qu’il est vrai que Charest a 9 vies.

    • @elorio

      ehhhh. les maths sont plutôt du côté fédéraliste…. avec le même modèle électoral qu’en 1995, c’est maintenant 64% des québécois francophones qui doivent voter oui pour que ça passe….

    • Le PQ a fait de grosses erreurs de gouvernance lorsqu’il était au pouvoir:
      - au lendemain du premier référendum, au lieu d’assainir les finances de l’état, il a fait payer par un petit groupe de travailleurs, des erreurs de gestion et le coût de la séparation manquée. Il a vidé les poches d’un groupe d’employés de la classe moyenne tout en ménageant les plus hauts salariés et en se soustrayant lui-même de ce «devoir social» : comble d’arrogance, il s’est dissocié des gens qui passaient à la caisse pour se faire soustraire 20% de leur salaire en se votant comme élu, une augmentation salariale.
      - au lieu d’assainir les dépenses de l’état, de créer d’abord la richesse, de mettre les gens au travail, il a amplifié le problème des finances publiques, en créant des programmes sociaux payés par des emprunts… tout administrateur ferait faillite en procédant de cette façon.
      - l’état a augmenté la dimension de la fonction publique ( eux, ils ne retournent pas l’ascenseur avec des contrats d’asphalte ) la bureaucratie est devenue omniprésente, les petites et moyennes entreprises recevaient plus de subventions que ce que l’état pouvait récolter en impôt sur le salaire des emplois ainsi créés.
      - autre référendum perdu, autre constatation de la précarité des finances publiques, autre gestion à courte vue: il a saigné les milieux éducatif et hospitalier de leurs éléments expérimentés. Cela a été une occasion manquée de faire un ménage dans la bureaucratie qui drainait une trop grande part de l’enveloppe budgétaire ( lui y connaît pas ça les enveloppes brunes).
      - dans l’opposition, il creuse tellement pour chercher pareille incurie pour rendre le PLQ à SA hauteur qu’il a transformé son rôle en INQUISITEUR plutôt que de se mettre au service de l’état pour coopérer à corriger les pots cassés. Ce parti méprise la classe moyenne, (baisses d’impôt décriées) encourage les exploiteurs du système ( il applaudit les gens aptes au travail à exiger la parité de la paye avec ceux qui ne peuvent travailler ) … Ce parti a saboté trop de confiance pour réussir un projet de pays.
      Un autre référendum avec de pareils gestionnaires, c’est non merci pour moi. Si je recherchais de la misère, je n’obligerais pas tous mes concitoyens à en assumer les conséquences, je déménagerais en Haïti.

    • Bonjour,
      Pauvres péquistes et pauvres Bloquistes ! Qu’arrive t-il si vous les nationalistes québécois vous êtes péquistes et en même temps vous êtes du Bloc Québécois comme une vieille paire de fesses ! Qu’arrive t-il avec la sortie de jeunes purs et de durs de ce matin qui disent que le Bloc Québécois et le Parti Québécois ne disent pas du tout la même CHOSE ! Comment faites vous pour vous trouver confortable sur la chaise avec comme Georges Brassens disait : Avec une fesse qui dit merde à l’autre…..Après, vous essayez de vous défouler contre nous les Canadiens en ayant vos deux partis politiques qui disent une chose et l’autre son contraire. Bravo, et vous voulez faire un nouveau Pays ! Mais bonne chance, les péquistes…Au plaisir, John Bull.

    • @johnbull

      Les fesses et ses alentours ça semble çetre ton département. Toujours des commentaires aussi nuls.

      “Au plaisir”. :)

      Jean Émard

    • C’est bizarre j’ai écrit un commentaire la semaine passée niet je ne l’ai pas vue on dirait que ca sert juste a John Bull si cela est comme ca je vais arrêter d’écrire, Merci quand même

    • …en plus, 50 cocos qui viennent à peine d’enlever leurs couches aux fesses, ont pris la manchette avec TVA pour brasser de la merde envers Pauline. Tout simplement incroyable de la part des journalistes de donner de l’importance à cette bande de petits cons. Probablement que demain,
      ils vont faire la grosse manchette dans le Journal de Péladeau. Des enfants costumés comme des
      adultes qui prenne le micro pour dire au PQ quoi faire ?

    • Bonsoir,
      Mais le tout est si facile, Madame Louise 52 en cessant de faire comme les nationalistes québécois qui écoutent TVA et consomment par nostalgie le jaunisme du Journal de Montréal . Facile, vous disais-je car vous changez de poste en écoutant comme une vraie de vraie intellectuelle Radio Canada, l’excellence soyez en sûre ! Avec plaisir, John Bull.

    • @Louise52

      “50 cocos…pour brasser de la merde envers Pauline”
      Quand on en brasse, on risque d”être éclaboussé. N’est-ce pas ce qu’avait promis Pauline dans le film à Hauteur d’homme envers le PLQ.

    • La nature a horreur du vide, dit-on. Le PQ a été fondé pour amener le Québec à la souvernaité. Si en cours de route, on change la raison d’être du PQ sans la remplacer par une autre raion semblable(l’autonomie d’un peuple) il faut s’attendre à la crise d’identité du Parti. Et croyez-moi, aussi longtemps que les gros ténors du Parti ne définissent pas ou ne réorientent pas la raison d’être du PQ, cet Parti mangera toujours ses chefs, car difficile de diriger un Parti qui cherche tout le temps à se définir. Il est grand temps de mettre toutes les cartes sur une table et de discuter sérieusement quelle direction on veut donne à cet Parti. N’oublions pas que les grands militants d’alors sont en train de vieullir et perdent le combat au cours de route. Les jeunes, savent-ils vraiment ce que le PQ veut. Difficile de se battre quand on ne sait pas pourquoi on se bat. Donc, le problème n’es pas le leadership des chefs, le problème est par quoi on doit remplacer la souvernaité du Québec si celle-ci n’est plus la priorité pour le PQ. Sinon, après Marois, au suivant chef d’être mangé tout cru.

    • @Louise52
      Ces ”Petits cons” seront au jour au pouvoir. Je vous couperais votre pension rendus la. La belle mentalité souverainiste: T’es pas de mon avis, t’es un p’tit con…

      @mariechantale
      Beau flashback!

    • Bonjour,
      Et oui, Madame Marie Chantale, avec ce que disait notre ami Tonton dans sa chanson, soit de mémoire cette perle de Georges Brassens dans Les empêcheurs de tourner en rond avec les péquistes soit, et bien oui : Quand une fesse dit merde à l’Autre, et nous en reviendrons avec tous ces empêcheurs, de tourner en ROND…..Toujours d’actualité, non cher Tonton, même si depuis une mèche, tu as cassé ta pipe…..Et repose en paix en nous faisant encore tripper sur ton Cas……Avec plaisir, John Bull.

    • @marrie 30 octobre 2010-13h47
      Vous écrivez: «que de commentaires à la va va..»…?
      Ouf, relisez-vous et vous gagnez le trophée des commentaires à la «va-va»…
      Votre incompétent de John James (ali baba et ses 40 voleurs ) sont accusés de collaborer avec tout ce qui grouille et grenouille, depuis 7 ans ils n’ont RIEN, absolument RIEN fait sauf nous embarquer dans la ma… pour des milliards $, nous font passer pour la province la plus corrompue au Canada, ont gaspillé des dizaines de millions pour le CHUM, c’est le bordel dans l’éducation, la santé l’environnement, ils dilapident nos ressources naturelles avec leurs ti-zamis, et vous terminez en écrivant: je continue à voter pour Charest et les libéraux car on est pas si pire ici au Québec ?
      J’ai le goût de hurler quand je pense que des gens comme vous sont les artisans de notre enfer en votant pour des zoufs…que ce soit au Québec ou à Ottawa….
      Je répète : qu’est ce que vos tatas à Ottawa ou à Québec ont fait de bon depuis les 10 dernières années à part gaspiller vos impôts ?
      Et vous avez l’incroyable indécence de parler de commentaires à la «va va » ?
      Pu capabe !

    • Bonjour,
      Et sincères félicitations pour Marrie qui a le propos juste avec la lucidité qui va de pair contrairement à d’autres qui n’ont que des incantations fumeuses complètement déconnectées de la réalité avec encore des voeux pieux de vieux péquistes frustrés à l’os jusqu’à la fin de leurs jours. AVEZ VOUS DÉJÀ RENCONTRÉ UN NATIONALISTE QUÉBÉCOIS QUI EST RATIONNEL ? Depuis plus de 40 ans que j’en cherche un SEUL, et je n’ai pu réaliser mon souhait car ce sont strictement des émotifs s’agitant comme des queues de jeunes veaux à la vue d’un drapeau….Au plaisir, John Bull.

    • @souverain (22h11):

      Vous dites: “c’est le bordel dans l’éducation, la santé”
      _______________________

      Dois-je vous rappeller que c’est grâce à la madame paupau que c’est le bordel? Qui a décider de partir une réforme dont les autres protoypes avaient lamentablement échoué? qui a décidé de couper dans la formation en santé, de couper massivement dans le domaine de santé, de couper dans les infirmières? Qui a eu la magnifique idée des garderies subventionnées?

      Je vais vous donner un indice; les libéraux n’étaient pas au pouvoir à ce moment!

    • Le crétin et grosse pâte molle à Charest, pu capable. À toutes les fois qu’il parle je mets ma télé à “mute”. (loulal)
      ——————————————–

      Moi, je fais la même chose lorsque je vois la grosse face huileuse de Pauline; ça me soulève le coeur.

      @souverain
      Incidemment, les pkiss se fendent de fausses accusations à l’égard des libéraux qu’ils sont incapable de prouver…..

      En plus de se détruire eux-mêmes, les pkiss essaient de semer la zizanie à l’intérieur des autres partis politiques; ce ne sont que des fauteurs de troubles.

      Advenant la séparation du Québec du reste du Canada, ils seraient les premiers à s’entretuer-tuer pour un trente sous.

    • …en plus, 50 cocos qui viennent à peine d’enlever leurs couches aux fesses, ont pris la manchette avec TVA pour brasser de la merde envers Pauline. (louise52 )
      ———————————————-

      Ne pas oublier que ces 50 cocos sont des échantillons et qu’ils proviennent de la mouture pkiss…

      Race de monde!

    • “Parizeau n’a aucune lesson a donner!” grafgo

      ===

      Il pourrait te donner quelques leçons d’économie… entre autres. :)

      Jean Émard

    • @souverain «… sont accusés de collaborer avec tout ce qui grouille et grenouille, depuis 7 ans ils n’ont RIEN, absolument RIEN fait sauf nous embarquer dans la ma… pour des milliards $, nous font passer pour la province la plus corrompue au Canada,… J’ai le goût de hurler… Pu capabe !»

      Souverain, ça c’est de la détresse absolue! En 2003, vous et vos semblables, vous nous avez prévenus que vous étiez assez pour faire de la m..de. Dans l’élan de votre grandiose générosité, vous avez cherché, cherché, jusqu’à confondre faits et suppositions, imagination et réalité, ce qui provient de nous ou de vous. Vous vous êtes collectivement donné comme mot d’ordre d’utiliser ad nauseam les mots menteur, voleur, tricheur, corrompu etc…; le mantra semble avoir agi au point que les effluves vous suivent partout où vous êtes. Votre création a proliféré au point d’envahir tout votre espace physique et mental. Vous avez créé un monstre que vous n’êtes plus capable de sentir: inutile de hurler après tout autre que vous même car il ne faut jamais sous-estimer ses pouvoirs! Je me souviens vaguement que quelqu’un dans la bible, a connu pareil désastre… c’est ça, Job sur son tas de fumier. Je ne peux pas vous dire s’il s’en est sorti et comment, mais la référence est là, si ça peut vous aider.

    • Bonjour,
      Bravo à Mogali pour son commentaire qui malheureusement pour les péquistes, se devait d’être légèrement scatologique, étant contraints de, faute de mieux, brasser de la mar….. Quoi dire encore de ces péquistes qui se chicanent même entre eux comme s’ils n’avaient pas assez d’adversaires à combattre. Alors que la fesse péquiste dit merde à l’autre fesse bloquiste….Faut-il en rire ou en brailler car ils finiront pas se LIQUIDER eux même ! Au plaisir, John Bull.

    • Bonjour,
      Afin que les péquistes puissent se voir dans leur propre miroir, quelques strophes d’une chanson de mon ami Plume Latraverse afin de les conscientiser sur leur état d’assiégé….
      -Si on se mettait tous ensemble,
      -Afin de faire une p’tite chanson,
      -Une p’tite chanson qui nous ressemble,
      -Jamais contente comme de raison,
      -Une p’tite chanson JAMAIS DE SA FAUTE,
      -UNE P’TITE CHANSON RIEN POUR NOUS AUTRES ……
      Salut vieille branche et continue de conscientiser par l’absurde….Au plaisir, John BULL.

    • @johnbull, mogali et autres tapis roulant..
      Dans le fond, tous vos arguments et ou votre raisonnement se résument à ceci:
      Une bande d’assimilés qui, manquant de confiance en eux-mêmes, préfèrent marcher à quattre pattes devant leur colonisateur plutôt que de se tenir debout…
      Si le Québec a un jour la fierté de se donner un pays, pensez-vous que l’Ontario va cracher sur notre électricité ? Que le ROC va cracher sur nos produits laitiers et autres ressources ?
      À titre d’exemple, si le Nouveau Brunswick décidait de se séparer demain matin, cesseriez-vous d’acheter leur produits de la mer ?
      Si l’Alberta décidait de se séparer , cesseriez-vous d’acheter leur pétrole ?
      De toute façon, mis à part l’Ontario et les U.S.A., nos deux plus gros clients qui sont bien fiers de brasser des affaires avec le Québec, pourquoi avez-vous tellement besoin du ROC, pour visiter les Rocheuses ?
      Vous n’êtes qu’une bande de pleutres !
      Vous en êtes pathétiques !

    • @souverain

      Je constate que ce serait plus qu’embêtant pour vous de vous séparer et de vous retrouver parmi 60% «d’assimilés qui, manquant de confiance en eux-mêmes, préfèrent marcher à quatre pattes… une bande de pleutres, … des êtes pathétiques !»

      Une autre séparation à l’horizon pour séparer la crème du petit lait. Je pense que vous seriez mieux d’intégrer parfaitement votre «essence sublime» plutôt que de la voir se profaner ainsi. Alors, pour ne pas que cela arrive, répétez après moi: Vive le Canada.

    • @souverain
      Contrairement à vous, les citoyens de l’Alberta et du N.-Brunswick ont la tête sur les épaules et ne se sépareront jamais du Canada.

      Les dépendants et les colonisés sont les pkiss qui dépendant entièrement de l’état providence représenté par le PQ…..n’en déplaise à un certain Marc Tremblay qui se fend la gueule sur le site du Devoir et des autres hurluberlus de Vigile.net qui se sont accaparés la section”commentaires” de ce journal, avec la bénédiction des modérateurs qui appliquent à la lettre la devise: “Libre de penser…” mais seulement pour les pkiss.

    • @mogali, Ben voilà:
      Vive le Canada… séparé du Québec !
      Autre suggestion d’assimilée à me proposer ?
      @chouichoui,
      Merci pour votre analyse si «songée»: une précieuse contribution à la souveraineté du Québec et j’espère que vous avez beaucoup d’amis qui pensent comme vous !
      P.S. Votre colonisateur vous a endoctrinée à penser que les Québecsois sont des colonisés sans ressources «mentales» mais avec beaucoup de ressources naturelles afin de solliciter votre «contribution» pour mieux exploiter vos semblables (à moins que vous ne soyez pas du Québec, ou que vous soyez anglophone ou imigrée-ce qui expliquerait beaucoup votre comportement de tapis roulant…»
      Mes hommages madame, oups,je corrige: « my best regards ma’am » !

    • @ chouichoui. Ton blogue du 5 novembre (14h14) en réponse à notre cher souverain est un délice.

      Et concernant Vigile.net, bien je suis entièrement d’accord avec toi et je l’ai à maintes reprises mentionné à souverain mais tout comme les autres séparatistes, il a la tête non pas enflée mais dure.

    • @boston 8 novembre 2010-12h07
      Tu écris : «@ chouichoui. Ton blogue du 5 novembre (14h14) en réponse à notre cher souverain est un délice.»
      Ouais, si c’est ce que tu considères un «délice», ton jerrican doit avoir une drôle d’odeur…!
      Allez, décroche boston, si ton commandant lit tes courrriels, il va te retourner au collège militaire passer des tests de jugement !

    • Bonsoir,
      Et si nous les Canadiens habitués à souscrire aux oeuvres humanitaires, serait-il possible que plusieurs d’entre nous puissions PARRAINER un péquiste afin de lui faire visiter le Canada et si possible l’aider à voir clair ! Et encore mieux, en adopter un ! Non pas le garder chez soi mais de l’encadrer dans son cheminement et lui faire enfin découvrir toute la grandeur de l’ouverture aux autres en lui apprenant ce qu’est l’écoute…… Quelques fois, au lieu de faire du bénévolat à l’étranger, il faut savoir aider ceux qui ont de la misère dans notre propre cour……Au plaisir, John Bull.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    octobre 2014
    D L Ma Me J V S
    « fév    
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité