Marie-Claude Lortie

Archive de la catégorie ‘techno...’

Jeudi 8 novembre 2012 | Mise en ligne à 15h00 | Commenter Commentaires (20)

Le pays qui tweete

Connaissez-vous @sweden ?

Si vous êtes sur Twitter, que vous fréquentez ce réseau social allumé, je vous recommande fortement d’aller voir ce qui se passe à cette adresse.

Officiellement, il s’agit du compte de la Suède, donc du compte du pays tout entier, sa fenêtre sur le monde. D’ailleurs, on y parle en anglais, histoire de se faire comprendre du plus grand nombre possible d’internautes.

Mais qui tweete pour la Suède ? Et bien toutes sortes de Suédois.

Au lieu d’avoir confié la tâche de parler de la Suède à un fonctionnaire webmestre quelconque branchant ici et là des nouvelles officielles, le pays a décidé de confier son compte à toutes sortes de citoyens qui changent à chaque semaine. Avocat fasciné par la liberté d’expression, traductrice de mandarin, fêtarde refusant de parler de son travail, organisatrice d’événements bipolaires, chef de réputation internationale…. Les personnalités défilent, jamais pareilles. Toujours intéressantes.

Cette semaine,  Jenny est particulièrement drôle et outrancière. Religion, pornographie, maladie mentale… Elle plonge dans les sujets tabous. Et le gouvernement suédoise la laisse tweeter comme elle veut. Toute une leçon de liberté d’expression et de modernité côté communications.

À quand un compte @Quebec aussi allumé ?

Capture d’écran 2012-11-08 à 14.51.12

Capture d’écran 2012-11-08 à 14.45.13

Capture d’écran 2012-11-08 à 14.48.41

Capture d’écran 2012-11-08 à 14.50.09

Lire les commentaires (20)  |  Commenter cet article






Jeudi 8 septembre 2011 | Mise en ligne à 13h47 | Commenter Commentaires (34)

Une femme en colère

Capture d’écran 2011-09-08 à 13.44.56
Carol Bartz, ex-CEO de Yahoo ! photo Reuters

Je ne vais pas vous entretenir sur le bien fondé de la décision du conseil d’administration de Yahoo de congédier sa CEO, Carol Bartz. On dit qu’elle n’avait pas réussi à augmenter suffisamment les revenus de la société. Peut-être qu’elle n’avait effectivement pas fait ce qu’il fallait. C’est ce que le marché semble avoir pensé.

Ce qui est intéressant, cependant, de cette affaire, au-delà du côté très administratif, c’est l’image de la femme d’affaire en colère que Mme Bartz a choisi de diffuser dans les médias et dans le public en général.

Peu après s’être fait lire sa lettre de congédiement au téléphone par le président du conseil d’administration de Yahoo, mardi, Mme Bartz a en effet écrit elle-même un courriel à tous les employés de Yahoo pour leur dire qu’elle venait de se faire montrer la porte, par téléphone a-t-elle tenu à préciser.

Dans sa première entrevue au magazine Fortune, elle en rajoute, en utilisant des mots très durs en anglais à l’endroit du c.a. de Yahoo: “These people F**ked me over”, a-t-elle dit. Est-ce nécessaire de traduire. (si oui, article ici)

Pour utiliser de tels mots publiquement, dans le monde anglo-saxon, il faut être plus que très fâchée. Mme Bartz a beau être connue pour son franc parler, c’est une première, non, de voir une femme de haute direction refuser ainsi toute prétention de calme froid ?

En affichant ainsi son ire, Mme Bartz brise non seulement le code d’honneur de toutes ces femmes d’affaires qui doivent tout faire pour ne pas tomber dans les stéréotypes de la “mégère énervée”. Mais elle brise même le style général de tous les gens d’affaires, aux airs toujours posés, tout en nuances, que l’on voit souvent quitter leurs hauts postes, enrobés dans la langue de bois des démissions “pour raisons personnelles” ou alors “pour mieux réorienter l’entreprise, après constat de points de vue peu convergents”… Alors qu’on sait très bien, dans le fond, que ces départs se font rarement dans la sérénité, sans colère…

Il y a une franchise dans cette crise de nerf qui est rafraîchissante. Espérons seulement que cela ne se retournera pas contre elle et contre les femmes d’affaires, puisqu’il y a bien des gens qui n’attendent que ce genre d’occasion pour traiter leurs collègues féminines d’hystériques.

Lire les commentaires (34)  |  Commenter cet article






Jeudi 1 septembre 2011 | Mise en ligne à 10h55 | Commenter Commentaires (57)

Maman, je veux un cellulaire

Capture d’écran 2011-09-01 à 10.53.04

Photo Janick Marois. Voix de l’Est.

Ma fille aînée est totalement découragée de sa mère, qu’elle trouve ringarde, dépassée et control freak. Elle a raison sur tous les plans, mais ça ne me fera pas changer d’idée: les enfants, selon moi, si cela est possible, doivent apprendre à vivre sans cellulaire.

L’école se plaint que les jeunes s’en servent trop et mal. Les études scientifiques ne confirment pas tous azimuts qu’ils sont mauvais pour la santé, mais les signes d’inquiétude sont assez nombreux pour qu’il soit tout à fait normal et rationnel de choisir de prévenir plutôt que de guérir. Et puis, et puis quand on est jeune, il faut apprendre à organiser sa vie sans cette béquille. Le cellulaire est un outil formidable de communication et d’aide à l’organisation, mais il ne remplacera jamais un cerveau bien formé qui apprend à penser à tout et à prévoir le plus de chose possible.

Ma chronique sur la question.
Le lien sur l’étude que je cite et qui dit qu’il n’y a pas de lien entre la quantité de temps passé au cellulaire et la présence de tumeurs, mais qu’il y en a un entre tumeurs et temps abonné à un service de téléphonie cellulaire.
Aussi, lien avec une autre étude qui sonne l’alarme au sujet de l’utilisation du cellulaire avant l’âge de 20 ans et article qui le vulgarise ici.

Lire les commentaires (57)  |  Commenter cet article






publicité

publicité

  • TWITTER

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    juillet 2011
    L Ma Me J V S D
    « juin   août »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives

  • publicité