Marie-Claude Lortie

Archive de la catégorie ‘hommages’

Jeudi 10 octobre 2013 | Mise en ligne à 15h57 | Commenter Commentaires (85)

La grande Alice

Capture d’écran 2013-10-10 à 15.51.10

L’écrivaine canadienne Alice Munro vient de gagner le prix Nobel de littérature.
Bravo, bravo, bravo.

Quel honneur spectaculaire pour cette écrivaine sensationnelle – la Tchékov canadienne a-t-on dit d’elle — que j’ai découverte en 1987 — oui, j’avais 3 ans et je savais déjà lire — dans un cours de science politique sur la pensée féministe à l’université. La nouvelle était Boys and Girls. Garçons et filles.

À lire, une entrevue accordée à l’hebdomadaire New Yorker, qui donne une image charmante de cette grande dame toute en discrétion.
Mes citations préférées:

“I was brought up to believe that the worst thing you could do was “call attention to yourself,” or “think you were smart.”

“It wasn’t the housework or the children that dragged me down. I’d done housework all my life. It was the sort of open rule that women who tried to do anything so weird as writing were unseemly and possibly neglectful.”

“I have never kept diaries. I just remember a lot and am more self-centered than most people.”

“On m’a élevée en me laissant croire que la pire chose qu’on pouvait faire était d’attirer l’attention ou donner l’impression d’être intelligente.”
“Ce n’est pas le travail ménager ou les enfants qui me pesaient. J’avais fait du travail ménager toute ma vie. C’était cette règle voulant que les femmes qui essayaient de faire des choses étranges, comme écrire, étaient inconvenantes, probablement négligentes.”
“Je n’ai jamais tenu de journal. Je me rappelle beaucoup et je suis plus centrée sur moi-même que la plupart des gens.”

Lire les commentaires (85)  |  Commenter cet article






Dimanche 21 avril 2013 | Mise en ligne à 20h06 | Commenter Commentaires (37)

La Presse, le papier, la mode, le recyclage

Qu’adviendra-t-il du papier maintenant que La Presse + a été lancée ?

Dans un exercice axé sur la récupération, des étudiantes du Collège International Marie de France ont proposé, involontairement, une jolie réponse, présentée dans le cadre d’un défilé de mode ce weekend.

la presse recyclée robe

Quand la mode recycle !

Lire les commentaires (37)  |  Commenter cet article






Vendredi 25 novembre 2011 | Mise en ligne à 16h02 | Commenter Commentaires (22)

Une orpheline québécoise à battre

livres-pic

La grande chef Anne-Sophie Pic était à Montréal cette semaine pour aider au financement de la recherche sur une maladie dégénérative très rare et diagnostiquée presque uniquement au Québec: l’ataxie Charlevoix-Saguenay.

L’ataxie Charlevoix-Saguenay est ce qu’on appelle une maladie orpheline. C’est une anomalie d’origine génétique rare, aux conséquences dégénératives, qui n’a jamais eu droit à une mobilisation scientifique de grande envergure comme le cancer, l’Alzheimer ou la Parkinson. Pour ces maladies, la prévalence justifie aisément, aux yeux des pharmaceutiques à tout le moins, des investissements majeurs en recherche. Car qui dit cure dit beaucoup de clients pour tous les joueurs engagés dans la lutte. L’ataxie, elle, n’a pas ça. Elle est orpheline. Et Québécoise.

On estime qu’entre 300 et 400 personnes sont touchées au Québec. Les autres cas dans le monde sont encore plus rares. C’est surtout au Saguenay et dans Charlevoix qu’on la retrouve, vous l’aurez deviné. C’est une maladie orpheline de chez nous qui peut se transmettre par des parents qui n’ont jamais eu l’ombre d’un symptôme mais portent le gêne défectueux dans sa forme classique ou alors une mutation.

dessert-pic

Le dessert à la pomme, au chocolat blanc et à la fève tonka servi par Mme Pic.

Quand Jean Groleau et Sonia Gobeil, deux avocats fiscalistes de Montréal, ont appris que leur fils François, alors âgé de 3 ans, était atteint de la maladie, ils sont tombés de haut. “Notre second enfant avait à peine trois mois”, raconte Mme Gobeil, précisant que lui aussi, ont-ils appris plus tard, est touché. “Tout de suite on a compris qu’on était dans une course contre la montre.” La maladie touche en effet graduellement les petits et les suit pour leur faire perdre tranquillement leurs habiletés motrices et les confiner éventuellement au fauteuil roulant.

La nouvelle est donc arrivée, en 2006, comme une gifle en plein visage à ces deux battants. Non seulement la maladie est grave, mais on ne lui connaît, pour le moment, aucun traitement. Pourquoi ? Parce qu’il n’y a eu que très peu de recherche sur la façon dont elle agit sur ses victimes.

Le vide scientifique était désolant, mais il était aussi porteur d’espoir. Sachant que la maladie n’avait pas de cure non pas car elle était introuvable mais parce que personne n’avait vraiment pu en chercher une, faute d’argent, le couple a décidé de se lancer tête première dans un immense projet: trouver des chercheurs et des fonds pour les faire avancer.

C’est ainsi qu’est née en 2006 la Fondation Ataxie Charlevoix-Saguenay. Jeudi, l’organisme a organisé un somptueux repas-bénéfice dont la chef était nulle autre que la Française Anne-Sophie Pic, couronnée meilleure femme chef au monde par le magazine britannique Restaurant.

Pourquoi Mme Pic a-t-elle accepté de venir de France pour 48 heures, à ses frais, pour participer à cette activité ? Parce qu’elle aussi a été touchée par l’histoire de cette famille. Et en outre parce que cette histoire a la particularité suivante: depuis que la fondation finance les travaux de l’équipe du neurologue-généticien Bernard Brais de l’Institut neurologique de Montréal — lié à l’université McGill — la recherche avance vraiment.

En cinq ans, on a fait des percées majeures pour comprendre d’où part la maladie et où se situent donc les pistes de traitement. Toutes sortes de spécialistes différents, notamment en biologie moléculaire, ont été invités à plancher sur ce défi et à coordonner leurs travaux. Et c’est ainsi que ça bouge.

M. Groleau parle de lumière au bout du tunnel. Loin, mais visible.

“Il ne faut pas laisser une seule maladie”, a déclaré jeudi soir Laurent Drouhin, grand directeur des activités américaines de la maison bourguignonne Joseph Drouhin, pour expliquer sa participation au financement de la fondation Ataxie Charlevoix-Saguenay.

“J’ai été approchée par cette famille, j’ai écouté”, a expliqué Mme Pic, qui est continuellement sollicitée mais a choisi cette cause parmi bien d’autres. “Savoir qu’on peut réellement faire une différence pour au retarder l’évolution de la maladie, ça m’a émue.”

Mme Pic est arrivée à Montréal mercredi et a eu le temps de croiser Ferran Adrià au Toqué ! au souper le soir, avant de se lancer dans la préparation du repas de jeudi et de repartir aujourd’hui. “Ça me fait toujours plaisir de le revoir. Il a travaillé avec mon père, une des deux seules maisons en France où il a travaillé”, explique-t-elle. Dans quelques heures, elle retrouvera son enfant, son petit Nathan. Un enfant qui, comme tant d’autres, est en pleine forme. Une grande chance.

Lire les commentaires (22)  |  Commenter cet article






publicité

publicité

  • TWITTER

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    avril 2014
    L Ma Me J V S D
    « fév    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives

  • publicité