Marie-Claude Lortie

Marie-Claude Lortie - Auteur
  • Marie-Claude Lortie

    Journaliste à La Presse depuis 20 ans où elle est chroniqueuse et critique gastronomique, Marie-Claude Lortie commente l'actualité, entre deux brassées de lavage et un match de soccer.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 11 juin 2014 | Mise en ligne à 10h28 | Commenter Commentaires (67)

    Le coût humain des crevettes bon marché

    thailande

    Un bateau chargé de poisson à moulée à crevettes arrive au port de Mahatchai en Thaïlande, aux aurores. Photo Marie-Claude Lortie.

    L’an dernier je suis allée en Thaïlande faire un reportage avec le photographe Ivanoh Demers sur le coût humain des crevettes bon marché. Ça a donné cet article et cet article et cette vidéo.

    Cette année, le Guardian a poussé l’enquête encore plus loin, plus longtemps. Ça a donné ce reportage, ici, ici et ici.

    La question: doit-on boycotter les crevettes pour ne pas enrichir les entreprises qui exploitent les travailleurs ou écouter les travailleurs qui disent qu’ils risquent de perdre leurs emplois si on n’achète plus de crevettes thaï ?

    Chose certaine, il faut réaliser que tout a un prix et que nos économies, que ce soit sur la nourriture ou les vêtements ou les objets de maison, se font sur le dos de travailleurs ailleurs.


    • J’écoute mon porte-feuille. [Fin]

    • Je pense depuis un moment à me ranger du côté du végétarisme social (les centaines de litres d’eau nécessaires pour produire un kilo de boeuf !!!! le réchauffement planétaire causé par le métane des vaches et la déforestation des futures terres à paturage :-( tous les petits poussins masculins qui sont déchiquetés car ils ne seront pas des poules pondeuses, et les animaux de tous acabit qui souffrent dans les abbatoirs. Je me disais que les produits de la mer étaient mieux… tout d’abord ils sont à sang froid et ne souffrent pas ! Mais voilà que des traces de nos médicaments et métaux lourds se trouvent dans les poissons, que nous vidons les océans à vitesse grand V et que la Thaïlande traite ses pêcheurs comme on traitait les ouvriers du coton avant la guerre de Sécession… En plus, moins je bois de lait mieux je me porte; les produits laitiers c’est pour les veaux et les nourrissons. Outre l’humain, aucun mammifère continue après le sevrage à boire du lait. Bon, votre besoin en calcium… Les asiatiques ne boivent du lait comme des veaux et ils font moins d’ostéoporose que nous (solution: amande, soya, légumes verts, etc.). Prochaine étape, je dois vraiment apprivoiser le tofu, mais dès aujourd’hui je vais regarder d’où viennent mes crevettes. J’men fiche du porte-feuille, allons pour les bonnes crevettes de Matane. C’est avec cette mentalité d’égoistes, qu’on a détruit la planète. Et votre superbe porte-feuille bourrés de REER ne pourra même pas gâter vos petits-enfants qui ne verront jamais le jour dans notre pollution.

    • Depuis le 15ième siècle, le bien-être de l’Occident dépend entièrement du mal-être de l’Asie, de l’Afrique et de l’Amérique centrale et du sud… Cette planète est une vaste table communautaire où plusieurs se servent aux dépends des autres… Il n’en tient qu’à nous de changer cette situation un petit geste à la fois, car les grands coups d’éclats sont vite oubliés.
      Quel petit geste avez-vous posé aujourd’hui pour que vos confrères et consoeurs puissent seulement passer au travers de la journée?

    • La pêche de crevettes encore sauvage est celle de la Côte-nord avec nos belles et succulentes crevettes nordiques. 100 fois plus goûteuse et et un peu plus a l’abris des concentration de mercure, plomb et autre “schnoutte” dans la belle eau froide du St-Laurent. Encourageons nos pêcheurs d’ici même si c’est moins spectaculaire pour impressionner vos invités avec une grosee crevette géante empoisonné.

    • ne pourrait-on pas dire la même chose du quinoa? du kale?

    • Le Canada est entourée de 3 immenses océans. Il compte à peine 35 millions d’habitants
      Est-ce qu’on pourrait m’expliquer pourquoi nos crevettes viennent de Thailande ou de l’Inde (comme les dernières qu’on vient d’acheter) plutot que du Québec?
      Pourquoi notre sole ou aiglefin viennent de Chine? Un pays d’un milliard et quart de bouches à nourrir?
      Pourquoi notre saumon vient du Chili?
      A part le homard et les moules, ou est le poisson québécois et canadien?
      Bref, qu’est-ce qui se passe dans le merveilleux monde des… poissons?

    • Ça prendrait une certification ”Sans esclavage”. On achèterait en connaissance de cause.

    • @larouelibre

      Toutes les civilisations du monde sont tournées vers la consommation, pas seulement l’Occident. Les pays qui ne consomment pas beaucoup présentent tous une misère économique et sociale épouvantable. Les gens fuient ces pays par million pour aller habiter en Occident.

      Il faut aussi noter que la majorité des produits de l’industrie de la pêche sont vendus en Asie de l’est. En Occident, la consommation de produits de pêche est minime.

      Vos complaintes sur la sur-consommation en Occident sont donc adressées à la mauvaise civilisation.

    • L’argument par rapport au lait de vache (Daniel Pinard utilisait le même quand il est parti en guerre contre les producteurs laitiers) est faible à mon avis. On peut dire également que l’être humain est le seul mammifère à devoir manger 5 à 10 portions de fruits/légumes par jour , riches en antioxydants de surcroit…. Le seul à crever d’un empoisonnement en buvant l’eau croupie d’une flaque d’eau. Et même si vous vous mettez au végétarisme, l’Homme trouvera toujours un moyen d’exploiter son prochain et de scrapper son environnement, même si c’est pour faire pousser du soya!

      Vous savez, j’essaie vraiment! Tout en occupant un emploi à temps complet, j’ai 2 enfants que je dois nourrir de façon saine, équilibrée, variée, avec des aliments le plus «local» possible, bios et équitables, en respectant un budget et en faisant en sorte que c’est bon et qu’ils vont en manger! En tenant compte en plus de l’empreinte que ça laisse sur l’environnement, du traitement inhumain réservé aux animaux et aux êtres humains qui travaillent à produire tous ces aliments, on s’y perd!

      Sérieusement, s’il y avait une pancarte au comptoir de poissons mentionnant que ces crevettes sont un peu plus chères à l’achat mais qu’elles ont été pêchées par des gens traités dignement et humainement, je les achèterais c’est sûr! Mais si vous me demandez de faire un exercice de recherche sur chaque produit que je dépose dans mon panier d’épicerie pour savoir l’impact négatif que ça a sur l’humanité, je ne sais pas si j’y arriverais. C’est en soi, une job à temps plein!

      Je sais que des actions ont été posées envers les producteurs de café suite à des campagnes de sensibilisation auprès des consommateurs il y a quelques années. Est-ce que ça a changé des choses? Serait-ce la solution avec tout le reste?

    • En tant que végétarien par choix politique, je gère ce problème en limitant au maximum de mes capacités les effets négatifs de ma consommation alimentaire. Je suis conscient que mon action individuelle ne changera pas grand chose à la situation générale. Le problème ne se pose pas qu’avec les crevettes bien entendu, il s’agit d’un problème global et la majorité des consommateurs font leurs choix d’achat en fonction du prix uniquement, il n’y a qu’à regarder le succès des magasins à $1 pour en arriver à cette évidence. Il faut donc en conclure que si on laisse aux individus la responsabité des ces choix qui impliquent la vie de milliers d’autres personnes et par extension de l’ensemble des générations à venir, la situation est vouée à l’échec. Un changement politique et une nouvelle orientation de la collectivité ayant pour dénominateur commun les valeurs solidaires est donc essentiel pour assurer notre pérénnité. Ça ne sera pas simple, ni facile, mais c’est peut-être faisable. Peut-être.

    • Est-ce qu’on s’interroge sur le “coût humain” de ceux qui se défoncent pour un salaire de misère ici? Cessez-vous de faire votre épicerie parce que la vieille dame à la caisse ou la jeune femme qui vous sert les gâteaux et petits pains qu’elle a fabriqués, rentre chez elle sur les genoux le soir?

      Avez-vous une pensée de boycott pour tous ces employés de fast-food de plus en plus vieux qui font un travail physique exigeant? Ces vendeuses de chez Walmart… oh pardon! Associées! Qui montent et descendent des échelles pour placer la marchandise et qui s’usent les jambes sur les planchers de béton toute la journée?

      Pensez-vous à ces employés de dépanneurs qui se font tirer comme des lapins?

      Parce que tout ce beau monde travaille pour payer ses factures et manger, ET pour engraisser du monde déjà très riche. Ici même au Québec! Oui oui! Des esclaves des grandes corporations. Salaire minimum, conditions de travail inexistantes. Dans un commerce près de chez vous.

      Mais c’est certain que c’est tellement plus chic-ma-chère de prétendre vouloir aider du pauvre monde ailleurs, qui a tout aussi besoin de sa paye que n’importe qui. On ira oublier ça chez McDo ou au resto qui a aussi des employés payés des peanuts. La conscience tranquille d’avoir boycotté un produit qu’il est de bon ton de boycotter quand on nous dit qu’on doit le faire, au yable l’humble travailleur qui en arrache, on a donné une bonne leçon à son esclavagiste qui n’en a strictement rien à cirer!

      On balaye devant sa porte avant de prétendre savoir ce qui est mieux pour les autres svp?

      Parce que voyez-vous, on aura beau dire que tout ce beau monde avait juste à étudier et faire autre chose, vous avez tout de même besoin d’eux! Que ce soit au Québec ou ailleurs. Laissez le monde gagner sa vie et respectez-le. Gardez votre sainte indignation contre-productive pour vous autres.

      Moi la vertu de salon……………

    • @nousnoune

      a) les crevettes de Matane, elles sont trop petites. Impossible de servir cela dans une assiette. Celles d’Asie sont plus grosses.

      b) J’ignore qui est votre poissonnier (Walmart?), mais chez le mien, le saumon est sauvage et vient de Colombie-Britannique. La morue, des provinces de l’Atlantique. La truite, de nos lacs. Le crabe, de l’Alaska. Les huitres, de l’I-P-E, du N-B, du Maine…

    • @mimicracralolo
      il faut 7 Kg de grain a haute teneur en proteine pour fabriquer 1Kg de beuf (antrailles queue , sabots et cornes compris) 5 Kg/Kg de porc et 3Kg/Kg de poulaille , si on cultivais toutes les terre emmerges pour faire pousser de la viande la terre pourrais supporter 2 milliards de carnivore , par contre on pourrais supporter 16 milliards de vegetariens. Manger de la viande c’est encourager la malnutrition sur terre , ou encore mettre un calibre .45 sur la tempe d’un enfant au sahel et tirer sur la gachette

      T. Bombal

    • Je me fais toujours un devoir de connaître l’origine des produits que j’achète. Je comprend qu’il y a des gens au budget très restreint et que les produits d’outre mer sont pour eux une façon de boucler leur budget. Des pauvres qui travaillent pour nourrir d’autres pauvres, il est là le dilemme. Pendant ce temps, les riches négociants et courtiers se remplissent les poches au détriment de tous. L’alimentation est l’un des rares secteurs à la bourse qui ne fléchit pas lors des crises économiques.

    • @ madone: je vous seconde sur votre point. Devenir végétarien ne changera rien. On a juste à regarder ce qu’ils ont fait de la production de maïs. En plus d’être assez nocif pour la santé parce que trop modifié génétiquement, la surproduction de maïs a fait grimpé les enchères et les pays consommateurs de maïs, comme le Mexique, qui n’est pas le pays le plus riche n’a pas toujours les moyens d’en acheter pour leurs aliments de base comme les tortillas.

      @ mimicracralolo: si j’étais vous, je me tiendrais loin du soya. Tout comme le maïs, le soya a été tellement modifié génétiquement, qu’il en est devenu nocif pour la santé. À moins que vous puissiez trouver ces aliments certifiés bio et sans ogm (bonne chance!), vous seriez mieux de trouver votre source de protéines ailleurs. Comme le poulet bio élevé en liberté, par exemple. Oui, il vous coûtera un peu plus cher, mais il sera tellement meilleur au goût et vous laissera dormir la conscience tranquille la nuit!

      @ Mme Lortie: Je crois qu’on a tellement besoin de retourner à la source. C’est-à-dire tout gérer localement. Comme dans le temps où nos vaches n’étaient pas shippées par camion jusqu’au fin fond de l’ouest ontarien pour être abattues, où le lait n’était pas envoyé “God knows where” et dépouillé de tous ses nutriments parce que sur-pasteurisé. Accepter que nos pommes ne soient pas aussi rouges et luisantes comme on les achète au magasin, mais plutôt comme celles qu’on cueille au verger en septembre. De cette façon, on encouragerait le fromager du coin, le boucher du coin qui connait sa viande parce que c’est lui qui s’en est occupé, même chose pour le fruitier, le poissonnier…

    • Les petites crevettes (de type Nordique) qui proviennent de l’Asie et qu’on se procure à l’épicerie ne sont pas mengeables.

    • @mangeable

    • nousnoune

      11 juin 2014
      11h50

      La réponse est fort simple: à cause que les pêcheurs canadiens ont des salaires plus élevés que les Asiatiques, le prix des produits est plus élevé et les consommateurs préfèrent payer moins cher, c’est l’argent qui parle!!!

    • @pasrond
      on va chez Loblaw et IGA. Jamais Wall mart pour la bouffe
      Les pétoncles viennent maintenant d’Argentine! On cherche le poisson local

      @steduf
      Je comprends que le salaire des pêcheurs est plus élevé. Sauf qu’il y a des gains sur le transport. Congeler de l’aiglefin en mer de chine et l’envoyer icite, c’est une job par rapport à le pêcher dans le golfe du St-Laurent et à l’envoyer pendant la nuit sur le marché montréalais.

    • @loubia

      Vous m’avez d’abord arraché les mots de ma bouche, puis vous les avez poli et organisé en un magnifique plaidoyer qu’il était temps que quelqu’un fasse.

    • @nousnoune

      L’aiglefin n’est pas nécessairement pêche en mer de Chine, il peut être pêche par un bateau usine chinois a 201 milles du Canada, congelé sur le bateau et débarque dans un port nord américain. Pour ce qui est du saumon atlantique, on ne le pêche plus à l’état sauvage depuis belle lurette au Canada et les principaux élevages sont en Norvège. Écosse, baie de FUndy et Chili. Pour ce qui est de la pêche dans le golfe st-Laurent pleins d’espèces ne sont plus viables économiquement
      Du au déclin des stocks, ex la morue atlantique.

    • TOUS les produits de consommation sont mal “costés”, pas juste les crevettes, et pas juste la nourriture

      Il est insensé que nous ayons des lois et reglementations pour l’agriculture et le domaine manufacturier au Canada, et qu’en meme temps nous importions de pays où ils n’ont pas de reglementation equivalente

      Resultat: le cout de production et de fabrication a l’etranger est de beaucoup moindre que le local. A l’etranger, pas besoin de payer pour se debarasser des rebuts, pas besoin de payer pour des reglementations strictes etc

      Un des buts du droit de douane est de standardiser les couts. Mais les droits de douane ne sont pas assez haut, et il y a de plus en plus d’ententes de libre echange.

      Une entente de libre echange fonctionne seulement avec un pays qui a les memes standards de vie que nous. Sinon, le pays où les couts de fabrication sont plus hauts ressortira toujours perdant.
      Ex: il est plus intelligent pour un fabricant d’auto de miner le fer au Canada, l’envoyer par bateau en Chine pour la fabriquer, puis la faire revenir par bateau au Canada pour la vendre au consommateur.
      Le droit de douane 6% a l’entree au Canada sur le cout de fabrication ainsi que les couts de transports aller (fer) retour (auto) sont moindres que le cout d’investissement en machinerie + les salaires canadiens

      Il y en a qui diront que le consommateur ressort gagnant. En effet, le consommateur Occidental n’a jamais eu autant de choix a si peu cher. Les fruits et autres archi exotiques tres abordables, les produits de consommation (electronique, autos etc) vraiment pas cher etc. La qualité et la variété est exceptionnelle.

      On est devenu une société de services. Il n’y a presque plus rien de fabriqué ici, et quand ce l’est c’est archi subventionné. Une société qui ne fait que du service ne crée pas de richesses, a moins d’exporter ses services (ex: Cirque du Soleil, Moment Factory, CGI, SNC Lavallin font entrer de la nouvelle argent au Canada), mais les bureaux de comptables qui n’ont que des clients locaux, les medias comme La Presse qui n’a que le local comme clientele, les avocats qui n’ont que le local comme clientele n’ajoutent pas (ou tres peu) a l’economie locale, ils ne font que facturer local pour depenser local – ca tourne en rond.

      Il faut augmenter les droits de douane. Les biens de consommation augmenteront en cout, mais le consommateur aura plus d’argent en poche parce que la société sera plus riche vu qu’il y aura plus d’emplois en manufacture et en agriculture.

      Ou, plutot que de juste augmenter les droits de douane, les ajuster. Si on prend l’exemple de la crevette:
      - crevette du Golfe du Mexique pêchée par un americain: pas de douane vu que leurs reglementations de peche (equitable, je presume) est equivalent au notre, et que les cour de la vie est equivalent au notre.
      - crevette pêchée au large de l’Afrique de l’Ouest par des Portugais (j’invente) droit de douane de 10% parce que leurs reglementations ne sont pas strictes et que leurs filets de peche detruisent les fonds de l’ocean
      -crevettes pêchés par l’Indonesie: droit de douane de 30%, parce que pas reglementé, et il n’y a de “filet social” dans ce pays qui fait que les compagnies ont tres peu de depenses a ce niveau etc

      Il n’y aurait pas d’injustice, parce que les couts sauvés par les cies etrangeres vu qu’ils ont moins d’investissements et qui gardent le prix de leurs produits injustements bas se verraient “normalisés” vers un cout plus juste sur le marché canadien par un droit de douane approprié

      Vous verrez ensuite que les pays reagiront pas mal vite, et augmenteront tres rapidement leurs standars afin de pourvoir entrer au Canada-USA etc a un droit de douane moindre

      Je trouve ca RIDICULE que nous fassions des ententes de libre echange aussi aleatoirement. C’est tellement politique, et ca ne dessert que quelques industries tres specifiques

      Par ex: la recent annonce de libre echange avec la Corée. STUPIDE pour le Canada. Il n’y a que les matieres premieres (minier) qui sera heureux de ca. Quel coup dur pour les manufactures d’auto en Ontario etc.

      Un droit de douane plus juste empecherait aussi la Chine de niaiser avec sa devise

      Mais bon, les politiciens ne sont pas la pour decider ce qui est bon pour le pays, ils veulent juste se faire ré élire… pis tant que le I Pad coute pas cher et que l’epicerie coute pas cher… mais ca ne peut pas durer eternellement. On se dirige droit vers le meme sort que l’ile de Paques – une grosse coquille vide

    • C’est gras une crevette.

    • Voici la réponse de Walmart et costcohttp://www.usatoday.com/story/money/business/2014/06/10/costco-walmart-slave-labor/10274641/

      @pasrond: Vous devriez changer de poissonnier car la morue il n’y en a plus de fraiche qui provient du Canada .

    • Je me relis… ouf un peu charabia

      Je ressaie en condensé: il faut instaurer des droits de douane en consideration de la provenance du produit, et en consideration du cout de la vie dans le pays d’origine.

      Une cie voulant exporter au Canada aurait la responsabilité de demontrer qu’ils ont les memes obligations envers leurs employés qu’a une cie canadienne (age de retraite, salaire minimum, overtime payé, vacances etc), ainsi que la responsabilité de demontrer que ses standards de fabrication sont similaires (se debarasser des rebuts, filets de peche qui ne detruisent pas les fonds d’ocean, filet de peche qui n’attrape pas tout sur son passage etc)

      Pour chaque point qui fait baisser le cout de production de la cie etrangere vu qu’ils tournent les coins rond, nous demanderions un certain nombre de points de % de droit de douane

      Ce serait plus juste pour les industries locales, et ca encouragerait les cies etrangeres a atteindre nos niveaux de qualité de production responsable ainsi que notre niveau de vie.

      Ce serait gagnant-gagnant sur toute la ligne.

    • @mcdoux et madone
      relisez mon 13h25 , ca viens pas de moi ca viens du programe alimentaire de l’onu , la consommation de viande est un desastre ecologique (plus d’emission de GES que l’industrie automobile , c’est pas rien ca) sans parler du fait qu’elle est DIRECTEMENT responsable de la faim dans le monde 7Kg de grain a haute proteine par Kg NET de beuf , vous savez combien de personne vous nourrissez avec 7 Kg de cereal de haute qualitee ?

    • @loubia: magnifique. Bravo!!

    • @loubia
      quand on est asser ethique pour devenir vegetarien par humanisme , d’hab on boycott deja les grandes chaiens de restauration rapide (qui de toute facon ne sont pas vege) et les grands exploiteurs du monde comme wallmart target etc … et on ne consomme plus de produit petrolier pcq on a choisit de ne plus posseder de voiure , vous avez tout a fait raison faut regarder global et agir local

    • Je seconde calpomag dans son évaluation de l’intervention de loubia!
      Très bien dit!

    • @loubia et @calpomag “moi la vertu de salon…” et hé bien moi le monde qui commente sans avoir lu un article… Avez-vous vraiment lu le reportage du Guardian UK ??? Comment pouvez-vous comparer un travailleur canadien au salaire minimum, ou une vieille dame qui s’éraffle les genoux dans une boulangerie…. aux centaines de pecheurs assassinés chaque an ! et les milliers tenus en esclavage, sous-nourri et privé de soins ?? Le salaire minimum au Québec est dans le top 5 des plus élevés du monde- venez pas comparer des pommes avec des tomates. Vos crevettes goutent le sang- c’est tout. Allez le lire le reportage- j’en ai eu le goût de vomir.

    • @loubia je ne connais aucun gérant de McDonalds ou Walmart qui jette le cadavre d’un commis dans la benne a ordure- après les avoir puni malgré qu’ils travaillent des 19h par jour… Aucun directeur de Tim Hortons ne donne du speed a ses caissières pour qu’elle fasse 48h d’affilées… Si un jour on me rapporte qu’un de ces commerces traitent ses employés comme le mondial de la crevette dont on parle dans le Guardian- ne vous inquiétez pas, je vais le boycotter illico

    • Puisqu’on parle poissons, à quand un étiquetage précis dans les chaînes d’épicerie et plusieurs poissonneries: Élevage ou culture? Provenance de quel pays? Décongelé ou pas?

    • @mimicracralolo, 21h29: elle est où votre limite de “tolérance”?

      Tant qu’il n’y a pas homicide, que les shifts dépassent pas 24h, ou qu’il n’y a pas de séquelles visibles, c’est ok pour vous?

    • OK. Un surf and turf ce soir. On équilibre tout cela. Pas de salade … merci, c’est pour les gros!

    • mimicracralolo

      Vous avez des sources pour étayer vos dires? Comme le mentionne monsieur8, il faut des cadavres pour vous satisfaire? Alors vous savez sans doute que les pêcheurs de crabe par exemple, ont 90 fois plus de chances de mourir au travail qu’un travailleur ordinaire. Pas mal plus de chances de s’estropier au travail. Mais comme ce n’est pas un hypothétique travailleur lointain, on s’en balance!

      Je ne sais pas ce que vous faites comme métier, mais vous irez la faire, la job de tous ces “commis de plancher” et vous reviendrez m’en parler.

      Tiens, juste ici, il existe une compagnie qui fabrique des paniers d’épicerie et qui emploie majoritairement des immigrants, ce qui devrait mériter votre compassion j’imagine. Il y a là des soudeurs qui sont LOIN d’être payés le salaire de n’importe quel autre soudeur. Ces gars et ces filles travaillent dans un entrepôt sans aération, sans climatisation même par les pires canicules. Oh! Y’a pas de morts, mais on les ramasse sur le plancher régulièrement, victimes de coups de chaleur. Ils ne parleront pas parce qu’eux aussi ont besoin de faire vivre leurs familles.

      C’est tellement facile de sortir des histoires que personne ne peut vérifier et de cracher sur les nôtres qui se bousillent le dos et les jambes pour des salaires de misère mais qui ferment leur gueule parce qu’il faut que les enfants mangent. Qui vont tout de même travailler alors qu’ils sont malades ou blessés, parce qu’ils n’ont pas de congé de maladie payé et qu’une ou deux journées de moins sur la paye serait une catastrophe.

      Il y a effectivement ailleurs des gens qui se font tuer comme du bétail inutile. On a entendu parler des Cinghalais qui travaillent disons en terre étrangère et qui se font battre par des sauvages qui ont le choix de la main-d’œuvre prête à risquer sa vie et à subir les pires supplices pour tenter d’améliorer le sort de leur famille. C’est POLITIQUE ce problème et ce n’est pas en les mettant au chômage qu’on va les aider! Si vous avez vraiment à cœur leur bien-être, sortez de votre petit confort et faites pression sur notre gouvernement pour qu’il fasse pression sur les gouvernements qui ferment les yeux sur de telles pratiques. Ça demande un peu plus d’efforts que de ne pas acheter un certain café, mais au moins, c’est faire œuvre utile en accord avec des convictions un peu plus profondes que les convictions à la mode et de salon.

      Dites-moi en quoi le sort des Québécois que j’ai mentionnés est plus enviable? Parce qu’ils retournent en vie chez eux le soir? Usés avant leur temps, mais néanmoins en vie? Savez-vous combien d’entre eux prennent “préventivement” des anti-inflammatoires pour pouvoir passer à travers leur journée au risque de se massacrer le foie? Ça dérangerait QUI que la caissière soit assise? Que des tapis qui isolent du sol trop dur soient fournis à ceux et celles qui sont enchainés à leur comptoir? Que des salles de repos dignes de ce nom leur soient offertes au lieu de petites maudites chaises drettes inconfortables?

      J’aimerais savoir combien de bourgeois hypocrites qui viennent brailler ici, boycottent VRAIMENT Walmart, McDo, tous les produits dits inéquitables, toutes les grandes corporations? On peut se passer d’essence personnellement, mais poussera t-on le zèle jusqu’à acheter uniquement ce qui a été fabriqué tellement localement que tout transport exigeant du pétrole est exclu? Elles font toutes pousser leurs tomates les bonnes âmes? Même en hiver?

      Je dis qu’avant d’aller brailler pour un parfait inconnu qui tient autant à sa job que n’importe qui d’autre, on a s’occuper de plein de travailleurs ici qui ont des conditions lamentables et zéro support des pleureuses incapables de se mêler de ce qui les regarde.

      Regardez ce que la grandeur d’âme a fait lors du séisme en Haïti. Le peuple n’a jamais vu les dons et plein de gros porcs s’en sont mis plein les poches sous prétexte d’humanisme et de “nous autres, on sait quoi faire!”

      Les travailleurs partout au monde ne sont pas des imbéciles. C’est à EUX et non pas à votre arrogance de Nord-Américain gras dur de décider ce qui est bien ou non pour eux.

      On a les nôtres à s’occuper ici. Le paternalisme pue.

    • @loubia

      comment ne pas etre d’accord avec vous

      mais parler des gens d’ailleurs ne veut pas dire q’on se fout des gens d’ici

      moi aussi je grimpe dans les rideaux desfois, mais il ne faut pas oublier sur quel blogue vous vous trouvez… a un moment donne il faut connaitre son moineau, et MCL est une personne qui voyage beaucoup, entre une partie de soccer et deux brassees de lavage. faut s’y attendre a un moment donne… et il faut aussi lui donner le merite d’aborder le sujet

      de mon cote, c’est le cote “incomplet” de du post qui m’achale. et puis apres je me rappelle que c’est un blogue, et voila ou entre notre role: completer l’article avec nos commentaires et suggestions

      ma suggestion est ecrite un peu pele mele, mais c’est un sujet qui me tracasse depuis longtemps. Comment comparer un produit d’ici avec un produit d’ailleurs, alors que les regles du jeu des 2 pays sont a des annees-lumieres l’une de l’autre?

      c’est impossible et malsain. apres, on s’entre dechire ici en disant que les syndicats demandent trop etc. Bien sur que les syndicats demandent trop! on compare leurs demandes avec celles de pays ayant des pratiques qui se comparent a notre fin de 19e siecle! et en plus, ces pays tels que le Bengladesh se voient octroyes des bonus tels que ZERO droit de douane! comment est ce que nos travailleurs peuvent competitionner contre ca? impossible. ou, comme vous dites, baisser leurs attentes de qualite de travail

      et pourquoi est ce qu’on octroie zero droit de douane au Bengladesh? pourquoi leur donner cet avantage? ce n’est pas comme s’ils achetent notre fer ou notre bois. alors pourquoi leur faire ce cadeau? oui les consommateurs sortent gagnants parce qu’on achete nos tshirts moins cher, mais on perd sur le long terme. oui ca donne une opportunite aux gens du Bengladesh de se sortir de la misere en travaillant vu que le zero douane encourage l’export… mais pourquoi le Bengladesh? pourquoi pas 80% des pays d’afrique qui eux aussi sont dans la misere?

      mon avis, est qu’il faudrait voir si les dirigeants des multinationales de vetement (les grosses, pas les moyennes) ont fait des beaux cadeaux aux dirigeants du WTO (world trade organization), ceux qui prennent ce type de decision.

      je suis ce qu’il ya de plus “corporatif”, pas mal loin de la gauche, mais il est de mon avis que certaines decisions poilitiques sont abherrentes et donnent clairement avantage a quelques “gros joueurs”. desfois, c’est decide tellement en aval qu’on ne peut pas le deviner.

      bon ca va les conspirations… il y a aussi beaucoup de credit a donner aux compagnies de transport qui sont extremement efficaces. il n’a jamais ete aussi facile de transiter le fret entre pays

      mais il faut revoir les droits de douane. ce systeme est archaique et pas a jour pour refleter la nouvelle donne, et les differences entre pays

      vous devinerez par mon nom que je travaille dans le vetement. vous savez que dans le vetement pour enfant, par exemple, le droit de douane est de 18% peu importe d’ou provient le vetement? sauf pour les endroits avec lesquels nous avons des ententes de libre-echange evidemment. mais ou est la logique? un vetement fait en France qui coute $20 a fabriquer coutera automatiquement $3.60 en douane a l’entree au Canada. Le meme vetement pourrait couter $5.00 a fabriquer en Chine – droit de douane a l’entree au Canada: $0.90. pourtant comment comparer la France a la Chine??? l’un a un cout de la vie 100 fois plus cher que l’autre.

      ca ne tient pas debout

    • faut aussi comprendre que le vetement fait en France n’est pas meilleur que le vetement fait en Chine. C’est meme le contraire: le domaine manufacturier est Occident a lance la serviette dans le manufacturier. Il n’essaie meme plus de moderniser ses usines afin de pouvoir produire une qualite a jour.

      sauf pour quelques exceptions, meme a prix egal, on acheterait un vetement fait en Chine vs un vetement fait en Occident. nous n’avons meme plus les technologies ici pour produire quelque chose de moderne

      et meme l’entreprise qui voudrait moderniser ses usines ici devra le faire par passion, parce que les chiffres ne checkent pas. pourquoi moderniser une usine ici avec les salaires d’ingenieurs et de metiers ici? avec les conges de maternite, la CSST, l’overtime, je ne rentre pas aujour’dhui parce que ca ne me tente pas, les erreurs que tu dois assumer et coster

      Quand on achete a d’un fournisseur l’etranger, on paie pour ce qu’on recoit et c’est tout. t’as eu 20% de defauts lors de la production? c’est ton trouble, je paie pour se qui a passe le controle de qualite seulement

      comment competitionner contre ca???

      je ne comprend pas qu’il n’y aie pas une article par jour sur ce sujet dans la section affaires du journal

    • evidemment, imaginez le mot “crevette” lorsque vous lisez le mot “vetement” dans mes commentaires

    • @chabanel,

      Ça me soulage de vous lire, je pense la même chose que vous mais je n’entends aucun parti politique proposer ce genre de solution. Je suis pour le libre-échange, mais encore faut-il que ce soit avec des pays qui ont des normes en matière de travail semblables aux nôtres, autrement, ça donne ce que ça a donné: une hémorragie d’emplois des pays autrefois dits industrialisés vers le Mexique et l’Asie. Le principal problème de nos économies n’est pas le manque de gugusses produites pour presque rien au Vietnam, c’est un manque de perspectives pour des gens qui ne seront jamais neurochirurgiens.

      Mais aucun pays ne peut changer la tendance lourde et faire cavalier seul en ce domaine, or on n’entend que des propositions pour plus de libre-échange…

    • “Une entente de libre echange fonctionne seulement avec un pays qui a les memes standards de vie que nous. Sinon, le pays où les couts de fabrication sont plus hauts ressortira toujours perdant.”

      @Chabanel
      Le Canada exporte pour 5 milliards par année au Mexique mais importe pour 25 milliards! Même Bombardier est rendu là parce que c’est moins cher.
      C’est dire à quel point les pays riches se font avoir dans le libre-échange.
      Le Canada est déficitaire avec plus de 90% des pays avec qui il fait affaire. Le seul avec qui il a une solide balance commerciale positive ce sont les USA. Pis encore là faut faire attention parce que si la balance est positive, le nombre de jobs crés ne l’est pas. En gros le Canada exporte surtout des ressources aux States ce qui rapporte beaucoup d’argent mais pas beaucoup de jobs, alors que les States exportent des produits finis qui eux contiennent beaucoup d’emplois

    • C’est bien pire pour les crevettes que pour les humains !

    • @mimicracralolo

      Je n’ai pas lu le reportage du Guardian mais je suis dur à battre pour ce qui est de la connaissance de la misère. Et je peux vous dire ceci: les déshérités de ce monde préfèrent travailler à ne pas travailler. Boycotter des crevettes parce qu’elles “goûtent le sang” c’est retourner les damnés de la terre à la plus abjecte damnation. Bien sûr, contrairement aux crevettes, celle la on ne la voit pas.

      Auriez-vous le front de dire à un de ces travailleurs pauvres que vous refusez d’acheter ses crevettes pour son bien?

    • @calpomag

      je comprend votre point de vue, sauf que les 2 points de vues se valent

      votre perception: le travailleur indonesion doit mettre un souper sur la table pour sa famille dès ce soir

      perception de mimicracralolo: il faut demontrer de la solidarité avec les travailleurs abusés, sinon le cercle vicieux ne s’arretera jamais

      On a vu les 2 points des centaines de fois. Je comprend celui qui fait la grève, comme je comprend le briseur de grève.

      Sauf que ni vous ni mimicracralolo ne propose une solution verifiable et quantifiable.

      Je vais continuer a vous casser les oreilles avec ceci: il faut attaquer la source, soit le porte-feuille des acheteurs ainsi que les couts d’operations des producteurs.

      Pas meilleur moyen qu’avec un droit de douane ajusté selon l’origine.

      Je vais essayer de trouver une formule qui a de l’allure

      Voici une ressource pour le cout de la vie: http://www.levoyageur.net/cout-de-la-vie.html

      L’esperance de vie pourrait etre une autre donnée interessante

      faudrait trouver une formule intelligente qu’on appliquerait sur le prix d’achat declaré aux Douanes

      Y a t il un actuaire dans la salle?

    • L’actuaire calcule trop son temps pour se trouver ici.

    • @NiCMef

      l’actuaire contemporain devrait lire les blogues afin de rester au courant

      quand on est pas au devant dans son domaine, on est en retard!

    • “Je vais continuer a vous casser les oreilles avec ceci: il faut attaquer la source, soit le porte-feuille des acheteurs ainsi que les couts d’operations des producteurs.

      Pas meilleur moyen qu’avec un droit de douane ajusté selon l’origine.”

      Ça va peut-être favoriser l’achat de produits domestiques si qualité pour qualité, on a le même prix ici. Mais celui qui crève là-bas? Ça va l’aider comment? Pas notre problème?

      Ensuite, on a monté les taxes sur le tabac et sur les boissons alcoolisées entre autres exemples. Les compagnies de tabac et la SAQ ne sont toujours pas en faillite. Idem pour l’essence qui est du vol institutionnalisé quand on sait à quoi servent nos taxes.

      Que ce soit par besoin ou par caprice, ceux qui veulent ou qui ont besoin d’un produit vont l’acheter peu importe le prix. Vous ouvrez la porte à une autre sorte d’abus qui ne va profiter à personne. Ni à nous, ni aux producteurs étrangers. Mais qui va engraisser les gouvernements et les archi-riches.

      Les gouvernements sont toujours à l’affût d’une autre façon de nous arnaquer avec notre bénédiction. Ne leur tendez pas une perche svp!

      Question juste comme ça: ça n’allait pas mieux AVANT la mondialisation? De ce que je peux constater, ça ne profite à personne sauf aux très riches. Comme d’habitude!

    • @loubia

      avant la mondialisation, notre economie etait plus balancée. un melange sain de matieres matieres premiere (bois, mines et peche, variable selon les cours), de manufacture et de services

      aujourd’hui, tout est debalancé. la technologie fait qu’il est moins cher d’acheter du papier a imprimante provenant d’indonesie (encore ce pays!) que du papier canadien! faut le faire! a mon bureau nous achetons donc le papier canadien le moins cher de bureau en gros, pas le moins cher point parce qu’il provient de l’autre bout du monde

      attention: une douane n’est pas une taxe. une taxe va chercher l’argent dans la poche du canadien. Une douane va chercher l’argent de la poche de celui qui veut entrer au Canada. Une douane est donc 100% de la nouvelle argent pour le pays

      Si le produit n’est pas disponible au Canada, alors je suis d’accord ca devient une taxe pour le canadien. Mais voila aussi pourquoi les droits de douanes sont variables: il y a des gens intelligents qui determinent les droit de douane en consideration de ces facteurs. Donc, un produit qui n’enleve rien a la production canadienne se verrait tres peu douané

      par contre du papier serait tres douané, vu qu’il y en a beaucoup ici, et que nos standards de production, de replantage d’arbres, pas de coupes a blanc etc font que nos couts de productions sont plus haut, alors qu’en indonesie ils font bien ce qu’ils veulent. competition injuste pour notre industrie canadienne. il faut donc instaurer un droit de douane sur le papier indonesien en consequence afin d’augmenter le cout a l’entree au pays

    • L’actuaire moderne qui est appelé à disparaitre d’ici peu va sur les blogues, c’est juste qu’il ne vient pas sur celui-ci.

    • Merci Mme. Lortie de continuer à nous informer au sujet des poissons et fruits de mer.
      J’adore les crevettes mais, depuis votre reportage sur la Thaïlande, je n’achète plus que des crevettes de Matane. Question sanitaire et humaine.
      C’est vrai qu’elles sont plus petites et moins spectaculaires dans les assiettes mais, pour peu qu’on soit le moindrement créatif et que l’on sache les cuisiner, on peut en faire des plats savoureux. En plus, elles sont moins chères (chez Mayrand en tout cas) .

    • @litchi

      bravo d’ecouter votre coeur

      par contre la Thailande c’est 70 millions de population, je ne sais pas combien de milliers de km de cote

      pas sur que MCL aimerait qu’un media thailandais categorise tout ce qui est ecrit noir sur blacn sortant du QC comme etant “LES MEDIAS DU QUEBEC”

      Comme dans toute societe, il y a du bas, du moyen et du haut de gamme. le journalisme paresseux presente tout sous la meme image

      MCL, egale au articles du “The Suburban”, “Dans la Rue” et de “Fugues”? pour un Thai, pourquoi pas?

      journalisme d’enquete et approfondi? euh… “dave’s not here, man”

    • @larrycarbone
      À ce que j’en ai lu, le sujet du présent blogue est les pêcheurs de crevettes de la Thaïlande. On parle des terribles conditions de travail de ces pêcheurs. Pas de la qualité du travail de MLC.

      J’ai choisi de ne plus acheter de poissons ou de fruits de mer qui sont importées de Chine, de Thaïlande ou du Viet-Nam. Idem pour le riz et l’ail. Aussi, je n’achète que du saumon sauvage de l’Atlantique. J’en mange moins souvent puisqu’il est plus cher mais, en même temps, ça m’a permis de découvrir d’autres variétés, telles que le maquereau et le flétan que l’on pêche chez nous.

      Je profite des articles de MLC qui sont souvent incitatifs à aller plus loin dans ma recherche d’information.

      Si vous estimez que le traitement informatif de MLC est superficiel, pourquoi continuez-vous à la lire et à participer à ce blog?

    • Après ces informations, je vais surement boycotter les crevettes. Malheureusement, on connait trop peu de ce qu’on mange. Il y a bien d’autres produits de la meme catégorie.

    • C’est bien bo tout ce que vous dites mais les chances sont que d’ici 30 ans vos petits-enfants ne mangeront probablement plus de poissons sauvages. Ça sera surement une forme modifiée et améliorée d’un poisson à chair blanche, d’un salmonidé et d’un crustacé à croissance rapide et haute valeur calorique. Le ¼ du ½ d’un pourcent pourra se payer des poissons sauvages.

    • Vous voulez qu’on fasse quoi ?

      Qu’on envoie l’armée, sous l’égide de l’ONU, dans des pays étrangers, pour faire appliquer des normes du travail et le salaire minimum ?

      Votre réflexion est relativement intéressante d’un point de vue géopolitique, sans plus.

      Un marché de la rive-sud annonce de belles crevettes congelées à 4$ la livre, j’y vais de ce pas.

      Bon appétit !

    • @litchi

      La pêche commerciale du saumon atlantique est interdite au Canada depuis de nombreuses années. J’aimerais bien m’en procurer, pourriez-vous nous dire à quel endroit vous l’achetez ?

    • “Mais c’est certain que c’est tellement plus chic-ma-chère de prétendre vouloir aider du pauvre monde ailleurs, qui a tout aussi besoin de sa paye que n’importe qui. On ira oublier ça chez McDo ou au resto qui a aussi des employés payés des peanuts. La conscience tranquille d’avoir boycotté un produit qu’il est de bon ton de boycotter quand on nous dit qu’on doit le faire, au yable l’humble travailleur qui en arrache, on a donné une bonne leçon à son esclavagiste qui n’en a strictement rien à cirer!” (loubia 11 juin 2014 12h31 )

      Je seconde …ainsi que tout le commentaire de Loubia.

    • Au Metro cette semaine: des crevettes de l’Équateur! Ont-elles été pêchées à côté des Galapagos, patrimoine mondial de l’humanité?

    • Mme Lortie, vous avez encore un fois tout faux.

      Dites-moi donc…

      Quelle est l’alternative pour ces pecheurs de crevettes de Thailande ? Preferent-ils pecher la crevette en retour d’un salaire (petit, oui, mais tout de meme > 0) ou ne rien faire pour un salaire egal a 0 ?

      Dans un libre-marche, les transactions doivent etre benefiques pour les 2 partis. Dans ce cas-ci, les travailleurs y voient un avantage (salaire) et la compagnie y voit aussi un avantage (cout de production plus bas). C’est gagnant-gagnant.

      Pourquoi voulez-vous maintenir ces travailleurs dans la pauvrete et la misère ? Pourquoi ne voulez-vous pas un meilleur avenir pour eux ? Je ne comprend pas votre haine a leur egard.

      Prenez l’exemple de la Chine. Pensez a toutes ces “mechantes corporations” qui “exploitent” les pauvres chinois et les font travailler dans la misère… Eh bien le taux de personnes qui vivent dans la pauvrete en chine est passé de 85% (1981) a 13% (2008).

      http://en.wikipedia.org/wiki/Poverty_in_China

      C’est drole mais moi, des gens qui sortent de la pauvrete, je trouve que c’est une bonne chose.

      Pas vous ?

    • Difficile de comprendre la réaction de ceux qui écoutent leur portefeuille ou qui compare le travail dans un fast food québécois à l’esclavage de ces pêcheurs. Inconscience mur à mur.

      Moi, si j’étais MCL, je fermerais ce blogue, quel ramassis pathétique de commentaires bêtes et stupides.

    • @expoutine
      Vous êtes sérieux quand vous dites cela? Je n’ai jamais cessé de manger de la morue et la mienne est Québécoise, qui plus est. Elle est pêchée à Blanc-Sablon, transformée à Blanc-Sablon et mangée à Sept-Iles! :P Qui peut vous la vendre? Aucune idée, semblkerait que vos poissonneries préfère s’approvisionner à l’extérieur du pays…

    • @Pasrond
      À croire que vous demeurez dans un autre pays/province…
      Ma morue est de Blanc-Sablon, mon crabe de Sept-Iles, mon homard de l’Ile d’Anticosti, mon bourgot de Magpie, mes crevettes de Sept-Iles, mon flétan de Rivière au Tonnerre, mon pétoncle de Longue Pointe de Mingan… La liste pourrait s’étirer.

    • cbl16: IGA, du moins celui de mon coin, offre 2 saumons de l’Atlantique. Du Chilien ($24 le kg) et du Canadien ($29 le kg)

    • Merci Mme Lortie … J’ose espérer que vos écrits sur le sujet finiront par marquer la conscience de tous ces braves québécois qui n’en ont que pour les Wal-Mart, Costco, Target et autres bourreaux du commerce de détail. Les rabais qu’ils y trouvent ne pèsent pas lourd en comparaison des dommages sociaux engendrés par leur comportement irresponsable.

    • Il faudrait aussi noter un peu que contrairement aux autres pays nous n’acceptons presque plus la pêche (parce que les populations sauvages sont en déclin) sauf quelques rares petites exceptions…Et que nos législations et la mauvaise presse ont condamner l’émergence de l’aquaculture… Du coup on ferme les yeux sur les pêches et l’aquaculture d’outre-mer…et en plus ce coûte moins cher….quelle aubaine!
      Les rares produits de la pêche que nous avons vont où le monde est prêt à payer (USA Europe et Japon) et nous achetons ce que nous sommes prêts à payer (crevette saumon morue d’Asie Chili et Russie).
      Qu’on mange des crevettes d’élevage asiatique est moins troublant que de manger des patates égyptiennes qui poussent dans le désert et pourtant…..voir reportage de la semaine verte de la semaine dernière…

    • Litchi … Du saumon atlantique sauvage? Vraiment? Vous le pêché vous même? Et si oui, saviez vous que c’est une des espèces de poisson des plus vulnérables?

    • Le vrai problème dans tout ça c’est que ces pêcheurs et populations ne peuvent s’alimenter des ressources qu’ils produisent…Pcque même si c’est pas cher pour nous c’est trop cher pour eux.
      Si on cesse de consommer ces produits…les populations moins riches et souvent sujettes à la malnutrition pourront y avoir accès.

    • @Loubia
      Vous dites qu’on doit s’occuper de notre cour en premier avant d’aider les autres, je suis d’accord. Mais, je trouve votre premier exposé plutôt facile sur “l’exploitation” des salairiés au salaire minimum. Tout est relatif et quand on compare les salaires on peut comprendre pourquoi le salaire minimal est si bas. A 10$ de l’heure pour quelqu’un qui a pas fait d’études je trouves sa bien. J’ai une amie qui est rénumérer 12$ de l’heure pour avoir fait deux DEC (don’t l’un en design intérieure) ou elle travaille maintenant. Sa veut dire qu’elle a sacrifier 5 ans de Cegep sans aucune rémunération ou presque pour ce salaire. Pourtant elle ne se plaint pas. J’ai vu ses finances et je sais qu’elle a accumulé tout de même des milliers de dollars parce qu’elle sait gérer.

      Ensuite, je trouves que si les gens gagne si peu, c’est qu’il le mérite. Ses travailleurs ont la chance d’aller a l’école après le secondaire. Ses années seront difficile financièrement et en étudiant souvent 40 heures par semaine. Toutefois, ils choissisent la voie la plus facile, travailler au salaires minimum pendant qu’ils habitent encore chez leur parents… Dans ce temps la c’est payant. Mais un jour, la vie les rattrape. Au lieu de travailler dur et d’en arracher en allant aux études, beaucoup de travailleurs préfèrent en donner autant et juste se plaindre pour en avoir plus.

      Moi j’ai eu la chance de trouver un emploit bien rémunerer après 5 ans d’études. J’en ai arracher pendant 5 ans d’études pour une job qui paie deux fois et demie le salaire minimum et je travaille tout aussi fort que tous les autres, mais j’ai fait des sacrifices qui doit être considérés dans la rémunération. Le mérite ne se compte pas selon la quantité de sueur évacuer de l’organisme durant une journée de travail.

      En conclusion, on doit aider nos salariés a retourner a l’école. S’ils ne veulent pas malgrés l’aide offerte c’est par paresse. Cela dit, on ne peut pas comparer sa aux pays pauvres où que l’éducation est peu accessible et trop souvent insuffisante pour sortir de la misère.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

    publicité

  • TWITTER

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juin 2014
    L Ma Me J V S D
    « mai    
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    30  
  • Archives

  • publicité