Marie-Claude Lortie

Marie-Claude Lortie - Auteur
  • Marie-Claude Lortie

    Journaliste à La Presse depuis 20 ans où elle est chroniqueuse et critique gastronomique, Marie-Claude Lortie commente l'actualité, entre deux brassées de lavage et un match de soccer.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 3 juin 2014 | Mise en ligne à 19h26 | Commenter Commentaires (225)

    Mariés, pas mariés…

    Capture d’écran 2014-06-03 à 18.24.52

    Après avoir eu un bébé, Kim et Kanye ont choisi de se marier… Combien on parie qu’ils sont passés chez le notaire pour régler les questions financières.

    Après des années de discussions sur le sujet, dans la foulée de l’affaire Lola et Éric, et après une analyse méticuleuse du dossier, le Conseil du statut de la femme propose au gouvernement de réformer le droit sur la famille pour que la protection offerte aux conjoints de fait soit la même que celle fournie aux couples mariés. À moins, et le “à moins” ici est très important, que le couple décide de se soustraire à cette protection.
    En d’autres termes, le CSF propose qu’au lieu que les couples de fait n’aient aucune des protections légales du mariage (à moins d’aller chercher un acte notarié pour encadrer leurs responsabilités mutuelles comme c’est la nécessité actuellement), ce soit plutôt la protection qui soit accordé aux couples de fait automatiquement, alors que la soustraction aux droits et responsabilités légales du mariage, devrait se faire devant notaire. ( Julie Miville-Dechêne, présidente du CSF, explique tout ça ici)

    On renverse les obligations. Le régime par défaut changerait.

    Donc on ne retirerait pas aux conjoints de fait leur liberté de ne rien se devoir l’un l’autre, mais on leur dirait que c’est cette liberté qui devrait être notariée et non la responsabilité mutuelle, incluant le partage du patrimoine acquis durant l’union.

    Mon avis sur l’avis ? Excellent avis. Comme le conseil, je crois qu’il faut s’enligner sur la jurisprudence de plusieurs autres pays et provinces et considérer que le couple a responsabilités et des droits — parce que être considéré comme “marié” cela ouvre aussi toutes sortes d’accès aux rentes, protections d’assurance, assurances-vie etc. — dès qu’il vit ensemble depuis un certain temps. Le CSF propose deux ans — et s’il y a enfant.

    Pourquoi faut-il renverser le cas “par défaut” ? Parce que vivre en union libre est trop peu souvent une décision “éclairée”

    « La théorie voulant que la décision de vivre en union libre soit un choix éclairé ne tient pas la route, croit Julie Miville-Dechêne, présidente du Conseil du statut de la femme. Il se peut que ce choix soit celui d’un seul des deux partenaires ou encore que le couple manque d’information sur les conséquences financières de leur mode de vie », a souligné la présidente du Conseil, Mme Julie Miville-Dechêne.


    • Avis complètement ridicule et irresponsable. Une nouvelle atteinte complètement débile contre les libertés individuelles sous prétexte de “protéger” les gens. L’État maternant et infantilisant à son sommet, et des million$$$ en honoraires pour les bureaux d’avocats, comme s’ils n’en avaient pas déjà assez.

    • Donc on est marie sitot que l’Etat le decide. Ridicule comme recommendation. en suivant cette ligne de pensee, toute situation pouvant empecher de placer l’individu dans une situation precaire devrait etre obligatoire, a moins que les gens s’en soustraient.

      tu ne veux pas te marier car tu ne reconnais ni a l’Etat ni a l’eglise le droit d’officialiser ton union? Tant pis, on te marie pareil!

      Et qui paiera les $1000 au notaire pour se soustraire de ce mariage obligatoire? J’envoie ma facture au CSF?

    • C’est quand même incroyable qu’on en soit encore une fois à vouloir se mêler de la vie des couples pour protéger les femmes, alors que l’objectif est on ne peut plus clair : faire payer son ex.

      Selon Julie Miville-Dechêne, « la théorie voulant que la décision de vivre en union libre soit un choix éclairé ne tient pas la route ». Wow, quel argument tout de même. 38% des familles vivent en union libre, visiblement tous des idiots.

      « Il se peut que ce choix soit celui d’un seul des deux partenaires ou encore que le couple manque d’information sur les conséquences financières de leur mode de vie » – 50 ans de féminisme pour en arriver là, le constat du CSF étant que les femmes sont encore de pauvres nouilles qui ne peuvent prendre soin d’elles et qu’il faut les protéger.

    • Je suis d’accord avec l’avis également.
      Combien on parie que le nombre de couples voulant s’y soustraire serait minime.

    • Pourquoi j’ai l’impression que ce sont les gens mariés qui sont jaloux de la liberté que ceux qui vivent en union-libre peuvent savourer? Tous ceux que je connais qui sont conjoint de fait sont contre un tel changement. À moins que ce soit la Chambre des Notaires qui fasse des pressions …

    • Combien de femmes jusqu’à présent ont commenté ici ?

      Ca fait pas l’affaire des “mecs” on dirait !

    • @cib16
      Rien à ajouter à votre commentaire tout à fait pertinent. Surtout les trois dernières lignes.

    • Autrefois, ce sont les curés qui nous dictaient comment vivre.

      Aujourd’hui, ce sont les féministes.

      Nous nous sommes débarrassé des premiers, débarrassons-nous des deuxièmes.

    • En passant, se marier légalement ne coûte presque rien. C’est le directeur de l’Etat civil qui fournit les déclarations de mariage et enregistre ceux-ci gratuitement. Un certificat de mariage coûte environ 35 $.

    • Le mariage ne protège pas tant que cela et notamment les femmes… Et celles à qui je pense sont loin du cas de Lola, ce sont elles qui ont payé et paient encore pendant que monsieur se défile le plus possible, par vengeance ou autres raisons.

      Pas de solution miracle.

      Est-ce mieux de protéger les gens et ce contre leur gré ? C’est que les gens ne le font pas… L’imprudence est grande… Et les batailles juridiques après pour démêler tout cela coûtent très cher.

    • C’est vachement romantique tout ça.
      Donc après quelques années de vie commune les couples devront passer chez le notaire non pas pour dire “Chéri je t’aime tant que je désire officialiser notre union et assurer ta sécurité financière pour l’éternité” mais “Tsé minou, j’t'aime pas tant que ça finalement, faque j’ai pas envie que tu vides mon compte de banque quand on va se laisser.” :)

    • Mopi, je n’en reviens tout simplement que l’on nous maternise encore une fois!

      De quoi se mele-t-on?

      Si les gens ne veulent pas se marier, ce sont de leurs affaires et ni le conseil du statut de la femme ni le gouvernement n’ont a se meler de ca.

      Les gens qui vivent en union de fait n’ont qu’a prendre leur responsabilite et aller voir un notaire.

    • Faites-nous part de votre opinion.

    • (1)

      Moi ce qui me fascine c’est qu’on a passé 6 mois dans le cadre du projet de loi 60 a dire que les femmes etaient libre de porter des symboles de discrimination telle que le voile ou meme le niqab … que les femmes etaient libre de subir de la discrimination consentie ….

      Libre de se contraindre a des heures de piscine ou meme de porter le bukini ….

      Ce qui est surrealiste pour moi c’est qu’en lisant des blogueur et chroniqueur beaucoup de ces meme gens ou organismes qui n’ont pas voulu discuter la liberte reelle … evoquent maintenant que ces memes femmes sont pas libre quand vient le temps de choisir l’union …

      Branchez vous.

      (2)

      Dans le debat sur la charte et projet de loi 60 beaucoup de gens ont insister sur les avis juridiques … si ca respectait la charte … si c’etait constitutionnel …
      On peut penser a Josee Legault, Aurelie Lanctot , et bien d’autres blogueurs ….

      Je constate etrangement que ces memes gens qui etaient contre la charte etrangement dans le cas des unions de fait, alors meme que dans ce dossier il y a eu une longue bataille legale de lola jusqu’en court supreme et que le jugement final evoque clairement que le regime quebecois est constitutionnel, reviennent en demandant des modification alors meme que c’est constitutionnel.

      C’est dire leur conception du droit et qu’on l’instrumentalise quand ca fait notre affaire.

      (3)

      Ensuite ces meme gens qui disait qu’on devait pas faire de comparaison avec la France dans le debat sur la laicite que le Quebec doit batir sa proper laicite nous disent dans le context des unions de fait qu’on doit s’ajuster avec les autres provinces et autres pays ….

      (4)

      La constitutionnalite ca compte tu justes dans un sens ?

      Les femmes sont -ellles libre oui ou non ?

      Comparaisons avec d’autres etats quand ca fait notre affaire ?

      Je suis tu le seul a voir que les memes gens prennent a l’envers les memes arguments ?

    • Je suis un homme et je peux vous assurer que je suis complètement dégoûté par ce genre de manœuvres un peu louches.

      Je n’ai pas été marié mais je paie une fortune en pension alimentaire comme j’ai un bon salaire (pension suffisante qui permet à mon ex de ne pas travailler pcq elle aime mieux se la couler douce).

      Je me dis parfois qu’un jour je pourrais peut-être refaire ma vie (ce que je n’aurais pas pu si j’avais été marié à cause de la pension supplémentaire pour l’ex). Ce blogue vient de dissiper cette idée loufoque puisque maintenant on va se faire marier par la bande (à moins que la dame ait envie de payer un notaire pour renoncer à son privilège automatique ce qui n’arrivera pas). Le bon côté des choses c’est que nous n’aurons plus à payer la cérémonie de mariage pour se ramasser avec les obligations (Madame Lortie, votre description des avantages n’est pas très alléchante !!!)

      Imaginons le cas d’un homme qui a 3 enfants avec 3 femmes différentes au cours de sa vie. Il devra payer pour chacun de ses enfants ainsi que pour 3 ex femmes !

      Il suffirait qu’une femme tombe enceinte et elle a droit à une pension pour elle-même pendant plusieurs années ? Gare aux accidents de pilules oubliées. Je prédis une expansion du phénomène…La chasse aux hommes riches (espèce en voie d’extinction si la proposition du CSF est adoptée) est ouverte !

      À un certain moment mesdames, les hommes ne veulent plus s’engager et je me demande où vous allez trouver des hommes assez fous pour accepter de pareils délires.

    • Manque d’information. Alors, pourquoi ne pas en faire de l’information.

      On dit qu’il faut être deux à vouloir se marier pour le faire. Alors, il faudra être deux pour aller chez le notaire. Si un des deux ne veut pas aller chez le notaire, pour le contrat de vie commune, alors on est comme marié par la force des choses.

      Ne prenons plus de risque, chacun chez soi.

    • UNION LIBRE.
      Ca veut tout dire. Le gouvernement a rien a voir la dedans. Je ne suis pas contre la vertu non plus mais quand vous citez en exemple Lola et Eric ca me leve le coeur. Soit pour le bien des enfants mais pas pour enrichir une bourgeoise désolé.

      Oui il devrait y avoir un mécanisme sur une base volontaire qui permet aux interressés de legalement assurer les droits de un et de l autre . Oups mais attend donc une minute ce existe! Ca s appelle le mariage !

      Désolé mais pour moi le CSF et madame Miville-Deschenes n ont aucune crédibilité . Quand fut venu le temps de vraiment protéger la femme venue d ailleurs contre des pratiques abusives et des valeurs religieuses qui conferent à la femme l`importance d une brebis alors là madame Miville-Deschenes fut terriblement timide et silencieuse alors que le reste de la population se prononcait avec ferveur.

      Alors moi je distingue deux objectifs disctincts qui ont les mêmes éléments mais pas la même importance. Oui il faut que la femme et l enfant soient protégés contre la misere mais la loi ne doit pas faire devenir pour autant un objet facilitant l acces au cash pour les cupides qui veulent faire la passe.

      «La théorie voulant que la décision de vivre en union libre soit un choix éclairé ne tient pas la route» Et pis ? c est pas l affaire du CSF ou du gouvernement de faire en sorte que un ou l autre soit forcé de prendre la position de l autre quand même. Si ils s entendent pas la dessus c est quoi alors, ils vont devoir obligatoirement se séparer ? Ben non c est pas un choix éclairé voyons donc ! C est parfois un torchon qui trouve sa guenille, une histoire de baise qui se développe en autre chose, et même OH regarde donc ca, une entente avec une femme porteuse. Et t en fait quoi Julie de celles la ?

      Faites un petit sondage en dehors des mouvements féministes aupres de couple en union libre et vous allez en majorité vous faire revirer….

    • “Combien de femmes jusqu’à présent ont commenté ici ?” Un argument réduisant les interlocuteurs à leur sexe est pas mal faible. Je connais personnellement pas mal de femmes qui ne voulaient rien savoir de cette idée durant le débat Lola c. Éric.

      Par ailleurs, le phénomène des hommes faisant MOINS d’argent que leur conjointe est de plus en plus fréquent (et c’est excellent !). Si les idées idiotes du CSF sont appliquées, on verra ainsi des femmes se mettre à payer des pensions à leurs ex… et pourtant, des féministes auront milité pour ça !

    • @ q.terreux – 3 juin 2014 – 20h11

      «Combien de femmes jusqu’à présent ont commenté ici ?
      Ca fait pas l’affaire des “mecs” on dirait !»

      * * *

      Possible que ça ne fasse pas non plus l’affaire de ce nombre croissant de femmes qui ont plus d’instruction et de fric que leur mec…

    • Comme Marie Grégoire l’a dit aujourd’hui au Club des ex, 2 ans, c’est un peu court. Et dès qu’il y a un bébé, c’est un peu vite aussi.

    • (5)

      Un autre exemple. Dans le cadre du debat sur le projet de loi 60 bien du monde invitait a faire une lecture en terme principalement de droit individuel en particulier des membres du conseil du statut de la femme.

      Un message sur le fil twitter …

      “Il devenait difficile de défendre le choix individuel … et non l’intérêt collectif des conjoints…”

      heuuu ….

      Je comprends pu … en quoi cet argument la etait pas valide dans le contexte de symbole de discrimination religieuse et du projet de loi 60 mais deviant valide pour les unions de fait ?

      Va-t-on assister a une enfilade de texte de blogue, et de message twitter d’opposant au projet de loi 60 qui evoquait l’aspect individuel qui vont maintenant evoquer l’aspect des droits collectifs dans un autre dossier sur les droits relatifs aux femmes ?

      Je suis tu le seul a voir que c’est les memes arguments mais pris a l’envers par le meme monde ….

    • @puck 20h31 “Les gens qui vivent en union de fait n’ont qu’a prendre leur responsabilite et aller voir un notaire.” Mais il y a tellement d’irresponsables. J’en ai connus qui se sont mariés à répétition, ce qui n’est pas mieux.

    • Pour faire plaisir à q.terreux…

      Je suis une femme. Et je suis contre cette ridicule idée comme j’étais contre la ridicule idée qui force les femmes à garder leur nom de jeune fille toute leur vie. La géniale bonne femme à l’origine de cette lumineuse idée étant toujours connue sous le nom de son EX-MARI, elle!

      Le type d’union que deux personnes décident de choisir ne regardent qu’eux. Je doute qu’il y ait encore de pauvres cloches qui foncent tête baissée dans une union libre sans se protéger. Et si c’est le cas, je me dis tant pis pour eux/elles.

      On se surprendra après ça que pas mal de monde hésite à s’engager dans une vie à deux, avec les bons gouvernements qui ne se mêlent pas de leurs affaires! Vous avez travaillé toute votre vie et vous avez des biens? Vous êtes maintenant forcés de faire officialiser que vous n’avez nullement l’intention de partager le fruit de votre travail avec qui que ce soit si votre union “fouère”.

      Ce sont les notaires qui vont être contents! Les jeunes gens ont souvent tendance à “essayer” la vie à deux à répétition. On est considérés comme conjoints de fait après combien de nuits sous le même toit?

      La peste soit de ces fichues bonnes femmes!

      Tu veux les avantages du mariage? Marie-toi! Tu ne veux pas de papier officiel pour officialiser ton union? Passe devant le notaire pour rendre légal qui aura quoi en cas de séparation. Il/elle ne veut pas se marier/passer chez le notaire? Flush-moi ça.

      Pas besoin de faire suer le peuple.

    • Messieurs et Mesdames, nous vous avons donné la liberté de faire un choix, et après toutes ces années à faire le mauvais nous avons décidé de vous forcer à faire le bon.
      CSF.

      Et une liberté de moins, mais il faut comprendre que c’est pour notre bien.

    • @loubia 21h03 ” …la ridicule idée qui force les femmes à garder leur nom de jeune fille toute leur vie.” Ce n’est pas forcé, c’est juste légal et c’est très bien comme ça. Dans la vie de tous les jours et même à la banque, mes soeurs aînées portent le nom de leur mari. Ça m’énerve mais, bon, ça les regarde. Quand j’étais jeune enfant, certaines amies de ma mère se faisaient appeler madame docteur ou notaire untel. Je trouvais ça ridicule. Notre nom est notre nom.

    • Dans le cadre des coupures budgétaires, il serait grandement temps d’avoir le courage de couper le financement à cet organisme inutile , coûteux avec une présidente qui s’écoute bien “perler” et qui se donne des allures de Lise Thibault

    • C’est pourtant simple:
      - Vous voulez prétendre que vous aller vivre ensemble jusqu’à ce que la mort vous sépare, mariez vous.
      - Vous voulez vivre ensemble tant que vous allez vous aimer, vivez en union libre. C’est mon cas et je suis avec la même femme depuis 23 ans.

    • La solution est simple : chacun chez soi! Maintenant, il faut juste attendre que la satanée pilule contraceptive pour homme fasse son apparition. Quand ce jour arrivera, les hommes pourront enfin être libérés du joug des femmes.

      Le pire est que ce n’est même pas de l’humour.

    • Je suis porté à croire que chaque situation est différente. J’ai pensé au partage du patrimoine familial où il était dans plusieurs cas dans l’intérêt des deux partis d’y renoncer.

      Pour une situation de nos jours possible ? Bien les couples peuvent être ni mariés ni conjoints de fait. Monsieur a ses enfants , madame a les siens et ils font vie commune qu’à temps partiel, ils ont chacun leur chez soi mais monsieur peut être chez madame quand même assez souvent.

      On les protège comment eux ? On suppose qu’ils sont assez grands pour savoir s’entendre.

    • 21h35, @loubia 21h03 Que diriez vous si le mari devait porter le nom de son épouse?

    • @tobydad 21h48 “…cet organisme inutile… Le CSF sera inutile quand les femmes auront vraiment un statut égal à celui de l’homme. Ce n’est pas encore le cas, même ici.

    • @MCL

      Me semble que votre réaction était des plus prévisibles. À vrai dire, j’ai perdu un p’tit $10 en pensant que vous pondriez ce genre d’article 4 heures plus tôt.

    • Un autre «espace de liberté» qui s’en va. Une large partie du bonheur c’est de pouvoir choisir. De plus en plus c’est l’État (Le Fédéral, le Provincial, la Municipalité) qui, par loi ou règlement, choisissent pour nous.

      Mais quand une population en est rendue à s’auto moucharder pour économiser quelques dollars en frais d’assurance automobile, pourquoi ne pas laisser l’État vous marier de force?

      Mais la meilleure, c’est bien cette déclaration de Julie M-D. : « La théorie voulant que la décision de vivre en union libre soit un choix éclairé ne tient pas la route,….»

      Faudrait savoir Madame: En ces temps où on nous vante les succès scolaires des filles bien supérieurs à ceux des garçons, la féminisation croissante, voire majoritaire, des professions comme la médecine, le droit, l’ingénierie etc. vous essayez de nous faire croire que dans la gestion de leurs amours, «les femmes» seraient revenues à l’époque de la «Grande Noirceur» donc incapables de s’assumer? Misère!

      P.S. Aux lanceurs-euses de tomates: Je suis un vieux marié et cela fut fait en toute connaissance de cause par les deux membres du couple. Je n’ai jamais été en faveur de l’union libre pour moi-même. Idem pour ma conjointe. Et comme nous n’aimons pas nous faire dicter notre vie, par principe, nous nous sommes retirés du «machin» de Monique Gagnon-Tremblay sur le «partage» car notre contrat était en «séparation de biens» ce qui ne nous a pas empêchés de mettre plein de biens en copropriété indivise dont ce bien essentiel qui s’appelle une maison. Et même si notre mariage remonte à bien avant la loi sur les noms de famille, il n’a jamais été question que ma conjointe change de nom en se mariant avec moi.

      Nous sommes en faveur de la liberté de choix donc de fiche la paix aux couples qui prennent la décision de cohabiter. Me semble que «les femmes» devraient en avoir ras le bol de se faire infantiliser dans leurs choix de vie.

    • @ lukos 22h03

      à moins que je ne vive sur une autre planète, toutes les lois et tous les organismes publics et privés ont pour obligation de conférer l’égalité entre tous dans notre société.
      À défaut de s’y conformer, les tribunaux se chargent sévèrement et tant mieux de faire en sorte que l’égalité soit assurée.
      Suivant votre raisonnement Etsi on prend connaissance de la mission du CSF , il faudrait créer des centaines d’organisme pour conseiller le gouvernement.
      Un ministère (condition féminine) veille à assurer la place et l’avancement des femmes et nul besoin d’un organisme inutile.

    • Pourquoi l’obligation ce soustraire a quelque chose que l’on veut pas. Si je le voulais, je ferais l’effort pour me marier. ( je suis marier depuis 10 annes et tres heureux).

    • « La théorie voulant que la décision de vivre en union libre soit un choix éclairé ne tient pas la route. Il se peut que ce choix soit celui d’un seul des deux partenaires ou encore que le couple manque d’information sur les conséquences financières de leur mode de vie »

      La théorie voulant que la décision de vivre en couple avec les protections légales équivalentes au mariage soit un choix éclairé ne tient pas la route. Il se peut que ce choix soit celui d’un seul des deux partenaires ou encore que le couple manque d’information sur les conséquences financières de leur mode de vie.

      À mon avis ça ne fonctionne pas mieux à l’envers cette médaille. Les gens en couple qui voudraient préserver leur indépendance et qui n’ont pas les moyens d’aller chez le notaire vont avoir tendance à habiter chacun chez eux et ne pas habiter ensemble. Ou encore ceux mal informés qui se verront “protégés” après deux ans de vie commune sans le savoir. Qu’est-ce qu’on fait quand quelqu’un se fait “protéger” à plusieurs reprises, avec des personnes différentes aux cours de leur vie?

      Est-ce que c’est vraiment mieux comme moyen de protection financière pour les femmes?? Corrigez-moi si je me trompe mais ça me semble envoyer un bien drôle de message; celui que les femmes en couple sont incapables d’être indépendantes financièrement et qu’elles ont besoin de l’État pour les protéger de cette carence d’autonomie, non?

    • the-real-lulu 3 juin 2014 20h42

      Les femmes qui ont plus d’instructions choisissent un mec qui a de l’argent et/ou de l’instruction.. Pensez-vous que le conjoint de Mme Lortie est gérant chez Wal-Mart! Non, seul les hommes sont assez idiots pour tomber en amour avec une femme indépendamment de sa situation financière..
      Quand j’y pense ce serait une bonne façon de partager les richesses.. obliger les gens riches à être en couple avec des gens pauvres.. Tant qu’à avoir un gouvernement qui nous materne, aussi bien y aller all the way…

      Paul D

    • Je constate l’évolution du revenu moyen des hommes et du revenu moyen des femmes au cours des dernières années, et je suis plutôt surpris de voir que c’est le CSF qui pond cette idée.

      Je ne suis pas tout à fait contre l’idée remarquez, j’ai juste hâte de voir comment celle-ci sera appliquée de concert avec la chambre des notaires.

      De plus, le versement des pensions alimentaires pour enfants est un concept bien établi — pourquoi rattacher les enfants à la mesure proposée?!?!?!?!

    • Chère madame,

      J’ai été marié pendant 15 ans avec une femme qui m’a donné 3 beaux enfants. Après 15 ans de mariage, j’ai pris la décision de divorcer. J’ai vécu ce divorce comme un échec car ce qui nous avait poussé à nous unir l’un l’autre était l’amour. Pas le compte de banque, pas la maison et pas le REER. Quelle est donc cette manie de tout vouloir ramener à l’argent? Pourquoi l’état doit-il infantiliser les gens et décider de ce qui est bien ou mal pour eux? Je vis maintenant depuis 5 ans avec une nouvelle femme, en union libre, en amour et en parfaite harmonie. Je crois que l’engagement d’un mariage est plus fort que celui d’une union libre. Mais je ne me sent pas prêt à me marier de nouveau. Et voilà que que le gouvernement va se mêler de ce qui ne le regarde pas – ma vie privée – et que pour me soustraire à son emprise il va falloir que je paie un notaire et que je passe pour l’ignoble être qui refuse de se marier sous prétexte de considérations monétaires? Vivre et laisser vivre, ça vous dit quelque chose mesdames Lortie et Miville-Dechêne?

    • Pas toujours, pas toujours mononcarthur…

      Bon mais les personnes vues dans cette situation peuvent être des exceptions … madame professionnelle et avec un revenu élevé et monsieur avec un revenu disons moyen mais travaillant aussi pour madame.

    • Et le mariage, c’est une décision éclairée?
      Ridicule.

    • Puis cela est un cas avec un revenu élevé pour madme…

      Mais je vois aussi des femmes diplômées universitaires avec des hommes de métier, en région cela… Tout dépend des domaines mais eux doivent gagner des salaires équivalents cela dépend de la demande sur le marché. Monsieur peut même gagner plus que madame, à vérifier.

    • Dur a suivre…

      Les femmes sont independantes, intelligentes et capables?

      Ou de petites poupees qui ont besoin d’etre protegees contre leur incapacite de s’affirmer?

      Mon avis est option 1.

      Pour MCL, c’est desfois option 1, d’autres fois option 2.

      Vous n’etes pas censee etre feministe MCL? A ce qu’il parait je suis plus feministe que vous. J’ai confiance en la capacite des femmes de s’affirmer. Pourquoi pas vous?

    • S’il y a enfant, alors il devait avoir une fiducie au nom de l’enfant. Pas “d’allocation alimentaire”, impossible verifer comment est depense l’argent d’ailleurs.

      S’il n’y a pas d’enfants, alors aucune raison de partager quoi que ce soit si le couple ne prend pas la peine de se marier ou de notarier.

      2 adultes consentants n’ont pas besoin de se faire dire par l’etat comment gerer leurs finances.

      a moins qu’il y en aient dans la salle qui croient qu’un sexe est plus faible que l’autre…

      exactement ce que je croyais: cette facon de pensee retrograde est revolue. Les sexes sont egaux a ce niveau. quelle insulte de paternaliser (maternaliser?) les gens ainsi.

    • @mononcarthur
      Et que savez-vous des motivations relationnelles des femmes, sauf en projetant sur elles vos automatismes masculins? Un bon baiseur, ça peut valoir son pesant d’or…au moins pour un temps. Et à ce chapitre, un gars de la construction peut — parfois — être plus intéressant qu’un docteur en philosophie. (Paraît que J.P. Sartre était, à l’horizontale, un très grand parleur et un tout petit faiseur. C’est d’ailleurs dans les bras d’un “bum” américain que Beauvoir a vraiment, mais vraiment pris son pied. À presque 40 ans.) Cela dit, le gars de la construction, on ne veut pas forcément se le farcir à perpette. Les hormones se tarissent et — Dieu merci — nous ne sommes pas toutes des cougars à la Jane Fonda.

    • @alexnado,

      hahaha, effectivement. Même le mariage est rarement un choix éclairé. Excellent commentaire!

      Et là, avec la proposition du CSF on va éteindre les lumières pour tout le monde et économiser l’électricité.

      @tous,

      ce genre de proposition débile livrée par une organisation de matantes qui ne sont même plus concernées par ce problème a des effets pervers pour toute la société. Qui oserait recommander à ses enfants d’entreprendre une relation durable avec quelqu’un dans des conditions où il risque de se trouver lié jusqu’à la fin de ses jours et devoir pourvoir aux besoins de cet autre individu adulte et présumé responsable? Qui voudra faire des enfants qui engendreraient entre surplus d’une obligation normal de pension alimentaire pour les enfants, une pension au conjoint?

      Le principe du droit aux aliments pour le conjoint a été institué alors que la société était profondément inégalitaire et qu’une femme ne pouvait tout simplement pas faire une carrière et gagner sa vie décemment. Nous ne sommes plus en 1960. Est-ce que le CSF pourrait en prendre acte?

      Donc, elles sont en train de vouloir nous pondre une société qui décourage la famille et les liens durables dans les couples ou à défaut enrichit les notaires.

      Et maintenant que le mariage homosexuel est accepté, est-ce à dire que des colocataires partageant un logement pendant plus de 2 ans risquent de se retrouver «mariés» malgré eux par le simple fait d’avoir eu une adresse commune pendant 2 ans ou plus?

      Est-ce que le CSF vient de trouver le moyen de taxer le c…?

    • @q.terreux,

      non, ça ne fait pas l’affaire des mecs. Ont-ils le droit ou sont-ils des citoyens de seconde zone qui doivent être inféodés aux dictats du CSF? Sérieusement, je suis certainement aussi qualifié que n’importe quelle «mecquesse, non faudrait dire gonzesse et ça ne serait pas poli» pour donner mon avis et exprimer mon opinion sur le sujet. J’ai vécu une vie de couple et élevé des enfants et c’est maintenant au tour de mes enfants d’entamer cette étape de leur vie. Moi, je ne risque plus rien, mon opinion ne vise absolument pas mon petit nombril, j’ai trois enfants à protéger et leur futurs compagnons de vie qui j’estime ont aussi droit à une protection de leur vie et à l’égalité pour laquelle nous nous sommes battus pendant quelques décennies.

      Ce que le CSF propose est le comble du ridicule connaissant le parcours de toutes ces années. Imposer un droit aux aliments c’est aussi modeler une société sous forme de castes. Qui sera assez stupide pour se mettre en couple avec quelqu’un qui n’a pas des revenus équivalents aux siens et une éducation capable de lui garantir un travail de sorte qu’il minimise le risque de devoir un jour payer ce foutu droit aux aliments parce que le gouvernement n’est pas foutu de prendre ses responsabilités alors qu’il ne cesse de nous pomper des taxes et impôts qui doivent servir entre autres choses à l’aide social pour ceux qui tomberaient en chute libre.

      Penser que parce que dans d’autres pays et d’autres provinces la jurisprudence est telle que, blablabla c’est réfléchir avec des oeillères et en ne comparant que les portions qui servent à vendre notre camelote. Une société doit être appréhendée dans son ensemble. Et au Québec, nous payons une foutue galette de taxes et d’impôts qui devraient servir à ceux qui par malchance se retrouvent sans gagne pain et non imposer ce fardeau directement à des individus parce qu’un jour ils ont fait un bout de route avec telle ou telle personne.

      Si Marie-Claude Lortie trouve que le gazon est si vert ailleurs à ce chapitre, il n’y a rien qui l’empêche d’aller vivre ailleurs. Pour l’instant, le contexte du Québec est le contexte d’une société au taux de natalité anémique qui doit avoir recours massivement à l’immigration pour se maintenir la tête hors de l’eau tellement le fardeau fiscal par tête de pipe augmente et on vient nous balancer une politique destinée à empirer tout ça en décourageant les jeunes à démarrer des familles et en les punissants le cas échéant si jamais ils n’ont pas le parcours parfait des petits mariés.

    • Petite histoire à l’eau de rose intitulée: La Siphonneuse.

      Une femme et son chum sont en couple depuis six mois. Lors d’une fin de semaine, tous deux décident d’aller célébrer leur amour sur les pentes de ski, dans un lieu champêtre réputé pour ses paysages magnifiques qui, lors du couché de la lune, donnent une ambiance qui rend encore le tout plus resplendissant. Après une première nuit enchevêtrée et torride, au matin de toutes les réjouissances, par l’esprit de témérité et par bravoure au nom de l’amour qu’il porte pour sa douce, monsieur décide de faire la descente de la pente la plus difficile de la montagne. Malheureusement, en cour de descente et n’ayant pas beaucoup d’expérience de la maîtrise du ski alpin, il se rend vite compte qu’il a atteint le limite du principe de Peter et qu’une mauvaise manœuvre est vite arrivé et que ce qui se pense peut arriver. Effectivement, le pire arriva, la gars subit un grave accident qui le laisse dans l’expectative d’une paralysie complète et dans un profond coma.

      Après 18 mois, il sort de son coma et tout bien compté, il est officiellement en couple depuis 2 ans avec celle que 18 mois plutôt était sa nouvelle flamme. Sauf que toute flamme finie par s’éteindre et il apprend que sa blonde du temps passé désir le quitter. À peine remis d’une convalescence et dans la réjouissance de n’être finalement pas paralysé, cette ex-blonde décide d’arracher des compensations financières juteuses. Le prétexte étant d’être resté à son chevet et d’avoir pour l’occasion subit des contraintes financières pendant ces deux ans de vie commune vécue dans l’angoisse la plus terrible.

      Au devant du tribunal, assistée de la nouvelle disposition de la loi sur le mariage forcé et d’une avocate chevronnée du nom de Marie-France Goldtrouble. La demanderesse obtient gain de cause à tous les niveaux que ça soit pour le patrimoine et la pension alimentaire.

      Le gars siphonné dans son portefeuille et son amour, il décide de retourner sur la pente non-enneigée de son malheur et il la descend les yeux fermés en courant à toute vitesse. espérant que le tout n’est qu’un mauvais cauchemar et qu’il pourra se réveiller de ce Québec si infantilisant qu’il préférerait retourner à son état physique agonissant.

    • Je crois aussi que l’union de fait devrait demeurer une union de fait tant que les conjoints ne prennent pas l’initiative de se marier. Cet acquis automatiques des mêmes droits et des mêmes obligations me rend mal à l’aise. Beaucoup de gens prennent volontairement (oui, Madame Miville-Deschenes!) la décision de ne pas se marier, pour une foule de raisons qui leur appartiennent. Je pense que ce choix doit être respecté.

      Par contre je crois qu’il devrait y avoir une campagne de sensibilisation sur l’importance de se doter d’un contrat de vie commune, surtout s’il y a des enfants dans le décor, ou si l’un des conjoints ne travaille pas. L’avantage de ce type de contrat c’est que les conjoints de faits en choisissent eux mêmes les conditions, avec les conseils d’un professionnel.

      Je ne comprends pas pourquoi il y en a encore qui voudraient que les femmes puissent décider de prendre le nom de leur conjoint. Moi j’approuve à 100% la loi voulant que le seul nom légal soit celui reçu à la naissance, que l’on soit un homme ou une femme. Pourquoi Chosebine Unetelle devrait-elle devenir Chosebine Blo si elle marie Jos Blo, puis Chosebine Machin si elle divorce de Jos Blo pour marier Cossin Machin? Avec l’instabilité des unions, cela n’aurait plus de sens. Bien plus facile de rester Chosebine Untelle qu’importe que tu sois mariée, en union de fait ou en union civile. C’est la seule chose logique. Et au point de vue administratif, c’est infiniment plus simple. Juste à voir les femmes qui se sont mariées avant 1981, dont la majorité ont maintenant tout leurs papiers à leur nom à la naissance, mais dont certaines marchent encore sur les deux noms, ou ont certains documents à leur nom à la naissance et d’autres sur les deux, ou même certains uniquement sous le nom de leur conjoint. Ça crée un paquet de trouble et des lourdeurs administratives incroyables. J’ose même pas imaginer si toutes les femmes avaient le choix et que ce fouillis se retrouvait à tous les âges, ayoye.

    • C’est qui ça le CSF? Quand est-ce que nous sommes allés aux urnes pour élire ces femmes sensées nous représenter? 50 ans de féminisme pour en arriver là. C’est désolant. Que le CSF se mêlent de leurs oignons, ce que je décide pour mon couple ne regarde que moi, et mon conjoint.

      J’ai des petites nouvelles pour elles, les femmes en 2014 ne sont pas de petites choses qu’il faut protéger envers et contre tous. Quand tu t’engages en couple, le minimum, c’est d’avoir les mêmes valeurs. Si madame tient mordicus au mariage et pas monsieur, il y a peut-être lieu d’aller voir ailleurs (et vice versa). Pas de te passer le mariage (ou ses variantes) au travers de la gorge!

      De plus en plus de couples de ma génération (50 ans) font le choix de vivre chacun chez eux. Ça ne va pas aller en diminuant si cette absurdité voit le jour. Le CSF va-t-il trouver un moyen de nous marier de force quand même?

      Prendre ses responsabilités, ça fait partie de la vie, et prendre ses propres décisions aussi.

    • Le conseil de la femme, considère la femme inférieure a l’homme. Ce sont des décisions comme celle-ci qui n’aide en aucun cas la perception du statut de la femme.

    • C’est la liberté qui serait notariée? Bizarre d’associer liberté et contrat…
      Le CSF n’a plus raison d’être. On veut infantiliser les couples. Si je choisis de ne pas me marier, et que je suis d’office “protégé” et qu’au bout d’un an, je me sépare, je devrai payer pension à mon conjoint(e) advenant inégalité des revenus? Bravo! On incite à vivre seul…
      Je ne veux pas que le gouvernement-maman se mêle de mes affaires!

    • lukos revenez-en!

      Certaines femmes dont moi, estiment que tout le monde dans la même famille porte le même nom. Les autres font ce qu’elles veulent!

      FORCER les femmes à garder leur nom de fille donne lieu à des aberrations du genre la garderie appelle au bureau parce que le petit Côté est malade et on demande madame Côté. Pas de madame Côté puisque celle-ci s’appelle Tremblay! Je répète que la bonne femme à l’origine de cette loi stupide a gardé le nom de son ex-mari même si elle a eu pendant de longues années un autre conjoint.

      Ah… le but de cette manœuvre était de ne pas faire en sorte qu’une femme prenne le nom d’un homme, ces répugnantes créatures. En oubliant que le nom à la naissance, le mien en tout cas, est justement celui d’un homme: mon père!

    • @pourvoyeur, quelle réaction? MCL ne ne fait que nous éclairer sur un point très important qui m’avait échappé: la CSF propose de notarier la liberté!!!
      Et vous, quelle est votre opinion? Aucune si je comprends bien…

    • Ce que je trouve davantage important serait d’instaurer dans la loi québécoise la Réserve Héréditaire en matière de succession, comme en France. Elle me semble juste, car trop de parents font des testaments désastreux, laissant tout à leur nouveau conjoint, à un enfant qu’ils favorisesnt pour des raisons injustes (combien de “frère” ont reçu les parts d’une xompagnie que la soeur n’a pas eu parce qu’elle était femme).

      Je pense que faire un enfant, on doit y penser 3 fois. Même chose pour l’adoption. La Réserve Héréditaire force les gens à réfléchir, et aide les notaires face à des cas difficiles.

      Et puis ceux qui ne voudraient pas donner à leur enfant parce qu’il est devenu un “bandit”, sachez qu’en France, plusieurs crimes soustraient une personne au droit de la Réserve Héréditaire. Je ne sais pas en ce qui a trait à la maladie mentale, mais je trouve çà affreux quand des gens déshérite un enfant parce qu’il est autiste ou truc du genre, et c’est très fréquent (si l’enfant est adulte) et complètement toléré.

    • J’aurais préféré voir le CSF faire du “empowerment” de la femme plutôt qu’un discours qui sonne comme “restez nounounes, on va changer la loi pour vous protéger” (j’exagère, je sais).

      Ce que je me demande, c’est combien de temps faudra-t-il être séparé pour ne plus être considéré mariés? Vous avez entendu ces histoires ou un couple marié est séparé depuis 20 ans, l’homme a une nouvelle conjointe et des enfants, mais le divorce n’a jamais été signé, et s’ensuit un beau gâchit lors du décès alors que la conjointe plus récente n’a droit à rien.

      Que faudra-t-il faire pour “divorcer” de notre conjoint avec lequel (laquelle) on ne s’est même pas marié?

    • Le féminisme a perdu les pédales.

      Quand un mouvement n’est plus trop pertinent, il se radicalise jusqu’à vouloir contrôler son prochain.

      La liberté, c’est justement de ne pas être dans l’obligation de contracter. Avoir l’obligation d’aller chez le notaire pour réclamer sa liberté d’union, quelle farce !

    • @ lukos

      Vous vouliez garder votre nom de naissance? Parfait, c’est VOTRE décision et vous l’avez prise à la suite d’une réflexion personnelle.

      Et les autres femmes? Ont-elles ce droit de prendre LEUR décision personnelle, prise à la suite d’une réflexion personnelle?

      Pourquoi votre décision est-elle éclairée alors que celle des autres femmes contraires à la vôtre est nécessairement mauvaise?

      Il ne faut pas enfreigner les libertés individuelles lorsqu’il ne s’agit que de paraître car ça crée un début de rognage qui ne va jamais dans le bon sens… Prenez vos décisions personnelles et laissez les autres femmes en faire autant.

    • Les gens sont quand même en contradiction et c’est lors des séparations que les choses peuvent se rempirer.

      Pas de contrat, pas de mariage ? Mais cela se dépêche d’avoir un compte conjoint et avec un ex qui pige dedans bien sûr…

      Cela se part aussi en affaires sans contrat… Et bonjour les disputes…

      Pour la vie commune sans contrat il en faut un pareil informel et garder toutes vos factures importantes… Autrement dit cela prend plusieurs petits contrats verbaux et écrits pour les décisions plus importantes.

    • Encore une autre façon de siphonner les hommes. Il n’est pas hors du commun de faire co-habitation avec 3,4,5 ou même 6 blondes lors d’une vie entière. L’état suggère de passer donner 1000$ au notaire à chaque fois ? RIDICULE !

    • Pour l’histoire de garder son nom à la naissance, les femmes d’aujourd’hui des plus jeunes générations n’ont aucun problème avec cela…

      Mais cela me rappelle une anecdote, une femme devenue veuve avait sa carte d’assurance sociale encore mais à son nom de fille. La personne l’aidant à administrer ses affaires voyant sa carte d’assurance sociale un peu vieillie et à son nom de jeune fille eu la ”’bonne idée” de la faire changer à son nom de femme mariée.

      Devinez ce qui est arrivé ?

      Cette femme eut REVENU QUÉBEC sur le dos qui se trompait avec une autre femme portant le même nom que celui de son nom de femme mariée. La bureaucratie venait de se mélanger. Cela a pris un certain temps à éclaircir cette affaire, on lui réclamait des impôts qui n’étaient bien sûr pas les siens…

      Cela me fait aussi penser à deux frères jumeaux et là encore ils confondaient… Cela prend pas grand chose…

    • Nous étions en mode union-libre et n’avons pas eu besoin d’avocats ou de notaires pour partager nos biens lors de notre séparation. Ceux qui ont besoin d’avocats pour ce faire n’ont pas à être soumis à une loi pour poursuivre leur conjoint. Quand aux démunis, ils n’ont pas grand chose à se partager. Il n’y a qu’au niveau de la pension pour les enfants qu’on pourrait légiférer.

      Tanné que Big Brother mène nos vies comme si nous étions des enfants!

    • Bravo! Marions tous les couples automatiquement. Il sert à quoi le mariage alors. C’est quoi la prochaine étape… si ça fait plus que 2 ans que le couple fait chambre à part, le divorce va être automatique?

    • «Combien on parie qu’ils sont passés chez le notaire pour régler les questions financières.»

      Parrions Madame Lortie en effet. J’espère que vous miserez gros, parce que j’ai sincèrement envie de m’acheter le nouveau Mario Kart à vos frais.

      Il n’y a pas de notaires en Common Law.

    • Les notaires vont être contents!

    • Deux choses.

      D’abord, si jamais le mariage automatique devient réalité, il faudra s’assurer que la chose est connue et bien comprise de chacun. Et ce n’est quelques pubs qui suffiront.

      En fait, il faudrait songer à insérer les questions légales et économiques relatives au couple dans le programme du secondaire, de préférence dans le premier cycle. Chacun a avantage à connaître les règles de calcul du modèle québécois de fixation des pensions alimentaires. Les modalités de la reconnaissance de la paternité, la loi sur le patrimoine familial et éventuellement les obligations liées au mariage automatique doivent faire partie de l’instruction de base de tout citoyen.

      Ensuite, il faudra trouver autre chose que l’acte notarié. Il est peu probable qu’un jeune peu scolarisé et sans argent aie recours à un notaire. Il ne faudrait pas que la liberté de choix en matière de couple ne devienne que le privilège de la classe aisée et scolarisée.

    • Donc un gars qui mets deux filles enceintes en même temps devient polygame, ce qui est illégal? On doit divorcer officiellement si une union libre se termine?

    • J’ai lu tous les commentaires et je constate que l’immense majorité des intervenants sont venus à la conclusion logique que ça n’avait pas d’allure. Est-ce que le CSF tente un suicide par de telles propositions ??? En ce jour de budget où on va nous annoncer des temps difficiles, comment continuer à subventionner des organismes aussi impertinents ?

    • J’espère que le CSF a pensé à une bonne méthode de détection des collocs! Comment on fait la différence?

      Moi j’imagine déjà deux personnes qui vivent en co-location depuis 3 ans. Elles commencent une relation amoureuse. Elles sont amoureuses depuis 2 heures, mais vivent ensemble depuis 3 ans. Sont-elles mariées? Ha!

    • @Lukos

      “Mais il y a tellement d’irresponsables. J’en ai connus qui se sont mariés à répétition, ce qui n’est pas mieux.”

      Alors, vous voudriez que le gouvernement légifère chaque fois que nous avons des situations d’irresponsabilités, on n’est pas sortie du bois dans ce cas. Ça s’appelle du nivèlement par le bas. Créons aussi une loi pour empêcher le monde de sa marier plusieurs fois, d’avoir des enfants avec plus de 2 conjoints ou conjointes différentes.

      La responsabilité est l’affaire de chacun. Déjà, le gouvernement fourni la documentation nécessaire pour les couples en union libres alors venez pas m’écœurez en tant que contribuable pour que le gouvernement vienne encore jouer à la mère de famille.

    • Dans le Canada anglais, c’est comme ça que ça se passe et personne n’en est mort.

      Quand on est en couple, on a des responsabilités l’un envers l’autre.

      Ne pas se marier ne doit pas nous soustraire de ces responsabilités.

    • Comme Mme Julie Miville-Dechêne a l’intention de s’ingérer dans ma vie de couple, je me permet de me demander si elle est mariée, en union libre ou célibataire ? La réponse risque de nous éclairer sur ses réelles intentions.

    • Bof, moi je sais que je suis pas nouille et protégée même si en union libre (contrat de vie commune…). Et j’ai un très bon emploi, je saurais subvenir à mes besoins si jamais…

      Mais je pense qu’une grosse portion de la population est composée de nounounes et nonos qui ne connaissent rien aux dispositions légales. Je pense entre autre à ma chère belle-soeur, épaisse de 1ère classe, avec à peine un secondaire 5, qui avant d’avoir des enfants travaillaient dans des jobines du salaire minimum. Elle est maintenant en couple union libre, avec enfants, maman à la maison, et elle n’a pas mis son nom sur la maison parce que “ça y tentait pas de faire garder les petites pour aller chez le notaire” Eh misère! Je pense qu’elle n’a aucun plan B, elle ne sait pas gérer un compte de banque. Monsieur refuse que ses filles aillent à la garderie, donc madame DOIT rester à la maison (même si elle aimerait un break de temps en temps…) Lui travaille des heures de fous (60-70h/sem), est à peine impliqué avec les enfants. Bref, un couple qui ne durera pas, c’est écrit dans le ciel, et ma belle-soeur va se retrouver à la rue, avec CV vide, pas de $$ mis à part une pension pour les petites. Donc oui je la trouve nounoune, mais elle se fait fourrer solide et elle s’en rend pas compte. On lui a bien expliqué, mais elle catche pas. C’est pas une lumière, c’est vrai. Elle pense que parce qu’elle est fiancée (depuis 10 ans), ça “compte”. J’ai-tu dit que Monsieur veut pas se marier parce que ça coute cher un mariage? Non sérieux le beuf? Contrat de vie commune d’abord?!?!

      Donc je pense qu’il est important de protéger un tantinet des nounounes de même. Parce que forcer quelqu’un à rester à la maison pour les enfants, pendant qu’un conjoint s’enrichit, ben c’est plate, mais faut être un peu équitable dans tout ça…

      Et considérant qu’au moins 50% de la population a le même quotient intellectuel que belle-soeur chérie, ben ça fait peur… Faut les protéger contre eux-même… Tsé elle nous croit pas quand on dit que si son chéri meurt, c’est les filles qui héritent de la maison, pas elle.

    • Donc le petit couple qui quitte sa région pour aller étudier en ville, après deux ans de cohabitation paf! sont mariés! C’est un peu fort non, marier de force des jeunes de 20 ans?

    • La solution est simple; on change de femme chaque 23 mois.

    • Pour Lola, elle était quand même bien jeune…

      Quand même, elle aurait dû faire appel à un avocat avant la fin de sa rupture quand il était temps plutôt que d’essayer d’en faire un débat de société.

      Et même avec un mariage et un contrat si tu ne te défends pas comme il faut tu obtiendras pas ce qui te revient.

      Je connais un cas… L’homme était riche mais pas autant mais les enfants étaient grands…

      Oui, au final la première femme mariée avec son divorce a obtenu un partage du patrimoine et cela était bien avant la loi sur le partage du patrimoine familial.

      La maîtresse elle ensuite concubine a bien sûr exigé un mariage et un contrat de mariage peut-être refait et avec des protections prévues dedans. Donation à la signature du contrat de mariage, une autre somme prévue en cas de séparation, et une en cas de décès.

      Tout cela se négocie… Sauf qu’une femme dans la cinquantaine avancée et en couple depuis plusieurs années est plus en mesure d’obtenir son dû.

      De toute manière ce sont des gens d’une autre époque avec des valeurs différentes. Sauf que ces femmes obtenaient ce qui leur revenait…

      Sauf que cela vous met pas à l’abri de conseillers financiers qui vous font perdre votre argent quand même…

    • @mimi25

      Elle pourrait au moins faire un testament avec son conjoint, le convaincre en disant que c’est pour “protéger les enfants” pis pour pas que “l’État vienne mettre son nez dans nos affaires”! Il serait alors possible de désigner sa femme comme héritière en cas de décès.

      Ça ne protège pas contre un divorce, mais c’est un minimum…

    • Un dernier point qui me chicotte (ça m’est venu en lisant le commentaire de mrpeanuts).

      Ce nouveau statut légal demandera un très grand effort d’éducation auprès des hommes, des femmes, et des couples! Il faudra avertir tout le monde de ce nouveau régime, des recours, des dérogations, etc. Comme mrpeanuts le disait, faudra que les jeunes amoureux qui partent en appart à 18 ans sachent qu’à 20 ans, ils seront mariés!

      Pourquoi est-ce que l’éducation des femmes n’est pas une avenue viable dans le régime actuel, tandis qu’il faudra déployer des efforts colossaux d’éducation afin d’enseigner les changements de statut légal à toute la population célibataire et en union-libre?

    • Pas de mariage avant une longue relation ? Pour un cas comme Lola, il faut exiger un contrat de vie commune mais un Monsieur comme Éric est-il prêt ?

      Il faut faire valoir nos droits quand c’est le temps plutôt que d’essayer vouloir changer les lois après coup.

      Cela empêche pas que des mariés ont pas eu de contrat pour des fins d’affaires et cela peut-être des causes de querelles… Mais c’est la même chose pour une union quand il y a vraiment des sommes importantes en cause…

      Il faut négocier et obtenir un contrat pour se protéger au bon moment. Sinon ? Bien, on obtiendra pas grand chose sauf si pour d’autres situations la Loi protège les gens contre leurs erreurs.

    • Étrange, au Québec il faut toujours faire le contraire du Canada anglais, mais là-dessus il faudrait être suiveux.

      Drôle de féminisme que celui qui considère la femme comme une personne semi-inapte alors que les femmes sont rendues plus instruites que les hommes.

    • Voyons donc, il faut savoir se défendre et si le gars a vraiment de l’argent , la fille, la femme qui sait négocier doit être capable d’obtenir plus que le patrimoine faimilial qui est prévu au mariage.

      Il veut pas vous le donner ? Il faut négocier plus fort ou sinon bien en venir à la conclusion que c’est un ”cheap” mais… La femme peut restée plus attirée par un ”cheap” que par un ”loser”… Non mais dans sa tête… Celles qui sont attirées par cela en premier…

    • On devrait forcer les gens en union libre à porter un casque pour mieux les protéger

    • Pour Lola au moins ses enfants ne manqueront de rien… Du moins financièrement… De ce côté là, elle a quand même fait un bon choix…

      Pour le reste mariés ou pas, bien des femmes se mettent en couple avec des hommes à problèmes. Ou dans une relation à problèmes. La plus grande libération c’est de ne plus vivre avec le type et de ne plus être sous son emprise ou du moins de la réduire…

    • En passant, ma conjointe est notaire et elle est contre. Le CSF ne parle qu’au nom d’une centaine de femmes au Québec. Naturellement Couillard n’aura pas le courage d’abolir cette planque de bourgeoises.

    • @mimi25: Ce qui ne marche pas dans votre argumentaire c’est la théorie qu’elle DOIT rester à la maison. Si elle n’est pas satisfaite de son couple, elle peut partir (c’est un choix), mettre ses enfants en garderie et aller travailler (même au salaire minimum). Pourquoi monsieur serait obligé de la faire vivre éternellement ?

    • Est-ce que Mme Miville-D détient d’aussi bonnes informations statistiques que l’ex-ministre Drainville pour appuyer sa recommandation ?

    • @mimi25

      Votre belle-soeur est une nouille. En quoi cela me concerne-t-il ? Pourquoi devrais-je perdre ma liberté ( et la moitié de ma fortune) pour protéger des irresponsables comme elle ?

      @larousse_estdouce

      «Quand on est en couple, on a des responsabilités l’un envers l’autre.»

      Bien d’accord avec vous, quand on est en couple. C’est quand on ne l’est plus qu’on ne devrait pas avoir à faire vivre l’autre, sauf dans certains cas précis. Il y a autant de cas différents qu’il y a de couples, vouloir tout uniformiser en mariant les gens de force ne peut pas fonctionner. Encore une loi stupide pour faire vivre les notaires et les avocats.

    • On encourage les citoyens à agir comme des êtres irresponsables. C’est ainsi que des couples s’unissent librement sans se soucier des conséquences, des familles construisent leur maison dans de basses eaux sans se soucier des inondations printanières, ou que des sportifs en mal d’émotions fortes et mal préparés se perdent dans les hautes cimes ou en mer déchaînée, et que l’État, sans cesse, se porte à leur secours. Existe-t-il une limite à l’État protecteur? Où commence la liberté: dans un cercueil capitonné?

    • @mimi25

      je compatis avec belle-soeur, mais que voulez vous ainsi va la vie

      si elle est trop epaisse pour s’affirmer, de dire au gars “je ne decouche pas avant d’avoir une assurance que je serai protegée financierement”, alors quoi faire? si sa mere ne l’a pas eduquée, quoi faire?

      tant qu’a prendre soin d’elle, payons donc son hypotheque ou ses paeiments de carte de credit, non?

      gerons son horaire pour etre sur qu’elle va chez le dentiste au moins une fois par annee

      la phrase “it takes a village to raise a child” m’a toujours plu. Il faut s’entraider entre individus, entre connaissances proches. C’est ca qui contruit et determine une culture.

      Je ne veux pas vous faire la morale, mais il me semble que votre belle soeur aurait plutot besoin de votre aide (garder les enfants pour qu’elle se rende chez le notaire par ex) et de vos enseignements, qu’un autre programme boboche du gouvernement.

    • Tu fréquentes quelqu’un pendant 24 mois, tu n’as pas d’enfants, et tu devras peut être lui payer une pension à vie (sauf si tu passes devant le notaire pour un opting out). Voyons donc Mme Lortie. Ça n’a aucun sens.

    • Je suis une femme, je vivais en union libre, un enfant de 8 ans avec mon conjoint (ex-conjoit). Nous sommes ensemble depuis 10 ans. La maison est à son nom. J’ai emménagé chez lui il y a 9 ans. J’ai payé la moitié des frais depuis ce temps. On se sépare. Résultat; il garde la maison, je pars en appartement. Même si on a toujours séparé les coûts moitié-moitié, légalement, il ne me dois rien. Je sais, je sais… on aurait dû passer une entente chez le notaire. Mais c’était toujours remis à plus tard… Et quand ça va bien, on ne pense pas toujours à ça… J’ai appris ma leçon!

    • Je suggère un ajout à cette position éminemment ‘progressive’ du CSF.

      Tant qu’à y être, pourquoi ne pas déclarer ipso facto tout nouveau-né comme étant de religion ‘Catholique de fait’ ? Dans le cas où le dictât de l’État Providenciel ne leur conviendrait pas, il suffirait aux parents d’aller chez le notaire pour y inscrire leur choix personnel autre… du moins jusqu’au moment où leur poupon aurait l’âge de raison ou, mieux, l’âge légal pour être considéré comme adulte ! Évidemment, dans le cas où l’enfant aurait une opinion différente de ses parents à l’âge adulte, il n’aurait qu’à retourner chez le notaire…

      Morale: Ce qu’il faut travailler fort pour demeurer un être responsable dans un système qui valorise l’infantilisation à outrance !

    • Ce doit être les juriste de tout acabit qui doivent jubiler devant une telle proposition qui va leur assurer des revenus additionels. Ça va prendre des jusristes additionnels pour faire fonctionner la machine légale, des magistras, des avocats des deux cotés des causes, alouette.

      Quant aux payeurs de taxes et impôts, déjà ils redistribuent leurs revenus via le système d’imposition et de redistribution vers toutes les couches de la société. Ici, ce sera une nouvelle forme de redistribution de leurs revenus.

    • En ce moment le divorce c’est tout pour enrichir les avocats, les notaires, et les ex-épouses évidemment.

      Les ex-épouses qui majoritairement choisissent un gars plus riche qu’elles, majoritairement sont les seules à exiger le divorce et majoritairement finissent par obtenir le cash et la moitié des biens du divorcé assez naïf pour s’embarquer dans une galère pareille.

      Là on veut étendre ce RACKET aux hommes qui ont été assez intelligents pour ne pas se marier dans ce contexte juridique totalement injuste.

      Les hommes gagnent plus que les femmes pourquoi ?

      Parce qu’ils choisissent majoritairement des carrières comme ingénieur, entrepreneur ou plombier au lieu d’une carrière comme infirmier, coiffeur ou secrétaire.
      Aussi parce que les hommes font généralement plus d’heures par semaine.

      Mais là on veut “rétablir l’égalité” en laissant son ex lui siphonner ses revenus au terme d’une rupture qu’elle a elle-même souhaité unilatéralement.
      Autrement dit on veut que l’homme serve de bien-être social pour la femme.
      Non merci, les féministes (subventionnées) nous disent que femmes sont autant capables que les hommes de faire nimporte quel métier et le lendemain elles nous disent qu’une femme doit dépendre financièrement d’un homme au lendemain d’une séparation.

      Assumez-vous les féministes (subventionnées) et branchez-vous.
      Nous on est tannés de payer.

    • @clb16 : “C’est quand on ne l’est plus qu’on ne devrait pas avoir à faire vivre l’autre, sauf dans certains cas précis. ”

      Quand tu es en couple, c’est un engagement, c’est sérieux. Si la relation se termine, c’est le devoir de l’un de faire en sorte que l’autre ne soit pas pénalisé ou démuni. Donc si madame (ou monsieur, ça vaut dans les 2 sens) a sacrifié la progression de sa carrière pour veiller sur les enfants à temps plein, au profit du conjoint, il est normal de recevoir une compensation après une relation.

      Autre chose. Les gens s’imaginent que tout ça deviendra automatique. Complètement à côté de la traque! C’est plus pour protéger des cas comme celui que j’énumère plus haut.

      Le couple qui travaillent tous les deux, revenus sans écart important, sans enfants, et un condo dont les 2 noms apparaissent sur l’acte d’hypothèque? Ça ne changera pour eux. Ils feront chacun leur vie et ça finira là. Aucun juge va imposer une pension, voyons!!

      Le couple d’étudiants vivant ensemble depuis 3 ans? Même chose. Les dettes engagées de l’un ne seront pas payables par l’autre (contrairement au couple marié). À moins que la dette doit contractée par les 2 (cartes de crédit communes).

      La plupart des conjoints de fait mettent leurs 2 noms sur leurs biens communs (auto, maison, factures de meubles, etc.). À part le cas de la cousine nouille de Mimi, il n’y a pas de chances que ça pose un litige lors d’une séparation.

      Relisez ce qui est proposé:

      “Donc on ne retirerait pas aux conjoints de fait leur liberté de ne rien se devoir l’un l’autre, mais on leur dirait que c’est cette liberté qui devrait être notariée et non la responsabilité mutuelle, incluant le partage du patrimoine acquis durant l’union.”

      Faut aussi arrêter de penser que l’État va “marier” des gens. On dirait que les gens mélangent tout, grossissent tout, exagèrent tout, sans comprendre (ou vouloir comprendre) ce que ça implique.

    • @jdesjardins: Vous n’allez pas assez loin. Pourquoi ne pas créer un nouveau programme, le régime québécois d’assurance irresponsabilité. Ainsi, chaque personne au foyer qui se sépare et se retrouve dans le trou pourrait recevoir des cotisations de ce système payé à même les cotisations des travailleurs.

    • Indépendamment de votre sexe, si vous faites des enfants avec votre conjoint et que vous choisissez de n’occuper aucun emploi, ou un emploi qui ne vous permet pas d’avoir une indépendance financière minimale pendant des années, en plus de ne pas vous protéger par un contrat de vie commune ou un testament, c’est entièrement votre faute si vous vous retrouvez en mauvaise posture après une séparation. Ce sont des choses qui devraient se discuter avant de fonder une famille et cela devrait tirer la sonnette d’alarme si l’autre refuse.

    • Ouf! Dans mon cas ça m’indifère car je n’ai pas l’intention de me remettre en couple.

      Pour mes enfants, la donne change considérablement et ils pourraient se retrouver à payer une pension alimentaire à vie à leurs copains copines du moment.

    • Pour Éric et Lola , les médias semblent s’être intéressés à cette saga que depuis 2009…

      Mais lisez les jugements antérieurs dont celui de 2006 et avec des extraits de ceux d’avant…

      On voit bien deux parties déterminées à se faire la guerre et cela aucun contrat de mariage ou de vie commune peut vous protéger contre.

      http://www.jugements.qc.ca/php/decision.php?liste=76878600&doc=9FB711E2792FDABB2D1B81AF4DAB945EDD0E2FDB9B2D8673C42285C7AEDF7155&page=19

      Éric ou B dans le jugement aurait probablement été mieux de faire un contrat de vie commune avec madame même si cela ne garantit pas que la guerre n’aurait pas été aussi longue…

      Cela lui a coûté combien en frais d’avocats ? Et en autres frais ? Deux personnes têtues…

    • oui d’accord que belle-moman aurait du éduquer belle-soeur mieux, mais belle-moman est mariée elle.

      oui d’accord que belle-soeur n’est pas “obligée” de rester avec beuf. Mais elle l’aaaaaaaaaaaiiiiimme (du moins pour l’instant) et elle est complètement sous son joug manipulateur.

      Et je maintiens qu’on doit protéger les nouilles, pour la simple raison que si la nouille décide de partir, se retrouve sur le BS/allocations familiales, ben le $$ sort de mes impôts (et des votres…) et le conjoint s’en lave les mains. Pendant 15 ans, il a eu une nouille-à-tout-faire, qui s’est tapée tout “l’entreprise familiale” du gardiennage gratuit, du ménage gratuit, du lavage, des repas, l’éducation des enfants etc, oui oui des trucs nonos, mais fort bien utile… Pendant ce temps-là, aucun REER pour elle, aucune rentrée d’argent, aucune économie, aucune études, RIEN NIET NADA. Et on vise le BS et pouf, on atterit dessus! Pas grave, faut que MOSSIEU aille sa liberté. Ben moi j’en ai mon calvaire de voyage de payer pour les nouilles de ce monde. Je veux qu’on les protège et qu’on les rende “accountable”. Tu fais un petit avec une nouille, ben c’est un deal qui va te suivre toute ta vie, la nouille comprise. Ou bedon tu l’aides à s’aider en l’encourageant à sortir, s’éduquer et s’assurer qu’un jour si tu n’es plus là, la nouille est capable de voler de ses propres ailes…

      Des filles séparées qui font des budgets sur des “salaires” d’allocations familiales, ça court les rues, elles capotent solides quand les enfants ne sont plus aussi “rentables” (lire: que les enfants vieillissent et ne reçoivent plus autant de PUGE, PCFE etc…). C’est nous qui paye pour ça…

    • Aujourd’hui, jour de l’an, faut changer de maîtresse !!! faut changer de maîtresse mon Joe…

    • Après les cours de préparation au mariage, il faudra instituer les cours de préparation à la vie commune… Hum! Belle occasion d’affaires pour les notaires, les avocats, les curés déviants, etc.

      @larousse_estdouce: “Faut arrêter de penser que l’État va ‘marier’ des gens”. Ah, bon! Faudrait expliquer en quoi vous êtes moins mélangée que les autres qui s’expriment contre cette position du CSF; car, voyez-vous, ‘devoir notarier la liberté’, cela apparaît pour le moins contradictoire ou confus…

    • Éric et Lola… cela semble clair que la dépendance financière de madame reste voulue par monsieur… Il est un homme contrôlant… Rien d’illégal mais cette femme reste en situation de dépendance voulue par lui sauf si elle se trouve ou trouvait un nouveau conjoint.

      Sous le joug d’un homme comme bien d’autres mais l’argent en cause et la dépendance à ce faste train de vie ne l’aide pas…

      Pas sûr que toute cette procédure là l’a tellement aidé cette femme…

    • @larousse_estdouce,

      «Dans le Canada anglais, c’est comme ça que ça se passe et personne n’en est mort.»

      Difficile à dire, les statistiques de suicides ne disent pas tout. Par contre, du côté des assassinats des ex, il doit bien se trouver quelques exemples dans les 10 dernières années.

      «Quand tu es en couple, c’est un engagement, c’est sérieux.»

      C’est aux gens qui sont en couple de décider le sérieux de leur engagement, pas à vous et pas à l’Etat. Il y a plein de jeunes qui se mettent en couple sans réfléchir et pour une période limitée, excédant souvent deux ans. Et personne n’a à les contraindre en disant: «Si tu décides de te mettre en couple avec quelqu’un va falloir que tu y penses et suive un cours de préparation en plus de consultations juridique pour être certain que tu es assez sérieux pour te mettre en couple.»

      Vivre et laisser vivre! C’est pas une loterie.

      Quand ça devient sérieux, dans le sens de vraiment sérieux. Le mariage en tant qu’institution légale, et non religieuse, existe. Pour le reste, foutez donc la paix aux gens.

    • @mimi25,

      vous le dites vous-même, votre belle-soeur faisait des jobines avant d’être en couple. Ben, si son couple brise, pourquoi elle ne pourrait pas retourner faire des jobines? C’était son état avant, pourquoi faudrait-il qu’elle bénéficie tout à coup d’une rente à vie pour mener un train de vie comme si elle valait autre chose sur le marché du travail que quelqu’un qui fait des jobines?

      Peut-être qu’elle s’en fout aussi et qu’il n’y a que vous qui vous énervez pour rien.

    • Je me désole des opinions tout noir ou tout blanc émises sur ce blogue. Cette question m’apparaît comme complexe et des nuances me semblent nécessaires pour avoir une opinion crédible.
      Pour ma part, il me semble pertinent de réfléchir à des mesures qui pourraient soutenir certaines personnes plus vulnérables. Toutefois, je trouve la proposition du CSF (une mesure universelle) exagérée et trop contraignante. Je suis d’accord avec ceux qui affirment que l’union libre est un choix éclairé et que le gouvernement ne devrait pas contraindre les gens à des oligations qu’ils n’ont pas choisies. L’idée de devoir payer pour s’y soustraire ne tient, quant à moi, pas la route.
      Peut-on penser à d’autres moyens? Campagnes d’éducation, mesures d’exception, obligation alimentaire pour un certain temps, mais pas pour la vie, autres suggestions?
      Je crois que si deux partenaires entrent en union libre avec un écart salarial, il est normal qu’il retrouve cet écart salarial une fois l’union dissolue. Toutefois, si le couple choisit qu’un des deux partenaires prendra en charge davantage d’obligations familiales ou domestiques pour que la carrière de l’autre puisse prendre son envol… quoi faire dans cette situation? (par exemple: déménager pour qu’un des deux partenaires puisse accéder à une promotion en sachant très bien que la carrière de l’autre sera au ralenti pendant cette période) Et pour celui qui a été malade, qui l’est encore, qui prend soin d’un proche, etc. Je n’ai pas de réponse. Et dois-je préciser… je suis une femme. Ça semble important ici! Je vis en union libre avec une femme et nous avons des enfants.

    • votre jupon cache votre robe

    • @nicolas100.

      Bonne idée que la vôtre en instituant un régime universel d’assurance irresponsabilité. On aurait ainsi réussi la quadrature du cercle en matière d’Etat Providence. Vive le Québec progressiste et solidaire… au boutte !!!

    • @larousse_estdouce
      Je suis en union de fait (avec contrat de vie commune) et pas très intéressée au mariage, mais je suis d’accord avec vous, je ne vois pas de problème à inverser les obligations et protéger les gens vulnérables en premier. Si vous êtes à vos affaires et que vous êtes bien informés, ça ne change pas grand chose. Faire un contrat de vie commune, ou faire un contrat pour me soustraire des droits et obligations comme conjointe, ce n’est pas très différent.

      On pourrait aussi avoir une solution mitoyenne. Je pense en particulier au partage de la résidence familiale en cas de décès ou de séparation (toujours avec la possibilité de s’y soustraire), par exemple. Je crois qu’il y a moyen de faire quelque chose d’intéressant.

    • @larousse_estdouce

      en effet, je relis ce qui est proposé:
      “Donc on ne retirerait pas aux conjoints de fait leur liberté de ne rien se devoir l’un l’autre, mais on leur dirait que c’est cette liberté qui devrait être notariée et non la responsabilité mutuelle, incluant le partage du patrimoine acquis durant l’union.”

      Ouf, faut le relire a plusieurs reprises juste pour le comprendre, d’ailleurs.

      D’abord, il faut s’entendre que tout ceci ne s’appliquerait que s’il y a des enfants. Pas d’enfants = zero sacrifice d’une part ou de l’autre.

      Si madame accouche, alors c’est a elle de s’affirmer. En debut de grossesse. Comme ca, si monsieur refuse de s’enagager aupres de madame, elle a ensuite le choix de fonder une famille avec monsieur et les valeurs qu’il represente, d’avorter, ou d’etre maman mono parentale.

      Si elle laisse trainer les choses et se retrouve le bec a l’eau, elle n’a qu’elle meme a blamer.

    • “si madame tombe enceinte”, je voulais dire

    • Il y a 50 ans ce projet de loi aurait eu sa place…mais pas en 2014 !

    • SVP Publiez un sondage sur la question
      Moi c’est statut quo , pourquoi changer la loi ? elle fonctionne très bien ainsi.
      Changer la loi incitera plus de poursuites judiciaires
      Non merci

    • @mimi25

      moi aussi je suis tanné de payer pour les “innocents” (lire: niais) et les egoistes, mais c’est la societe dans laquelle nous vivons: personne n’est redevable

      tu fais faillite en affaires? pas grave: tu paies les fournisseurs 5 cennes sur une piasse, pas touche aux biens personels. Le fournisseur ecope la perte, celui qui fait faillite roule en char la tank pleine quand meme le lendemain

      tu fais un crime? tu va en prison logé et nourri pas de travail forcé, des programmes a ta disposition. La victime? il y a des organismes a but non-lucratifs a peine financés pour a peine t’aider tellement ils ne peuvent pas fournir. le criminel beneficie de 100x plus de fonds publics que la victime

      la fonction publique et ceux sur le BS n’ont aucun interet a ce que le gvt coupe dans les depenses. Ensemble, ils font gagner les elections tellement il y en a au Qc. Alors comment s’en sortir?

      Desole Mimi, brailler c’etait pour les années ‘70 et ‘80. Aujourd’hui, je m’accote avec les gens qui produisent et qui s’assument.

      Pour les autres il y a la fameuse phrase: “vous avez chanté tout l’été? alors dansez maintenant!”

    • Bonjour,

      Ha, génitalité quand tu les tiens ces femmes et ces hommes obsédés!

      Je crois que cela sera EXTRÊMEMENT positif pour les femmes et pour les hommes sans exception.

      Pourquoi?

      Simplement parce que – peut-être – enfin on l’espère – ils réfléchiront avec leur TÊTE – avant de se metre en ménage avec le premier – ou la première – qui les excite.

      On va – peut-être – avoir enfin la paix des oreilles – lorsqu’ils cesseront de se plaindre et de se lamenter (ici je parle surtout des hommes qui sont une grosse majorité) d’avoir à supporter financièrement l’éducation, et l’élevage des enfants qu’ils ont engenders – à droite à gauche devant derrière – au fil des unions vagabondes d’un soir ou deux.

      Vivement qu’on procède au processus de paix dans les chaumières.

    • Peut être une pension temporaire? Genre 5 ans max et après tu devrais être capable de te débrouiller?

    • Ajout

      Restreindre l’accès est LA SOLUTION.

      TU T’ENGAGE TU PAIES – POINT FINAL.

      Sinon – reste seul et continue à être volage, personne t’en empêche.

    • J’avoue que dans mon livre à moi aussi, la loi telle quelle est fonctionne très bien. Je ne vois juste pas ce qu’il y a de compliqué à se marier. Personne n’est obligé de mettre 10 000$ sur un mariage, mais au moins prendre le temps d’aller au palais de justice, payer 200$ et rendre ça officiel. Pas besoin d’en faire toute une production. Ou bien prendre rendez-vous chez le notaire et mettre ça sur papier. Tant qu’à y être, faites donc rédiger votre testament. Qu’adviendrait-il de vos enfants, si vous deviez mourir tous les deux? Dans un cas comme dans l’autre, mieux vaut prévoir quand tout va bien et s’éviter un mal de tête de fou quand ça ne va plus ou que vous n’êtes plus là pour prendre les décisions.

    • Je seconde loubia (3 juin – 21h03). Précis, concis et court.
      En cette ère de l’information au bout des doigts en plus de par les télécommunications et la radio, toute personne qui ignore ces lois de base a tout simplement choisi l’ignorance.

      La CSF, allez faire vos devoirs d’informer les ignorants plutôt que de vouloir changer des lois adéquates.

    • Moi ce que je crois comprendre, c’est que le gouvernement estime ne pas avoir à assumer la responsabilité financière pour les époux/épouses éconduites ni pour les enfants issu le l’amour mais née dans l’indifférence.

      Je suis pas anthropologue, mais il me semble que dans beaucoup de société un rituel plus ou moins comparable au marriage existe et derrière ce rituel il y a pas mal souvent un “deal” de support mutuel.

      Ce “deal” est présent dans le marriage religieux et également dans le marriage civil.

      Le gouvernement pourrait vouloir étendre ce “deal” à tous ceux qui forment un couple depuis 2 ans et à ceux qui ont une enfant. Ça me semble pas si bizarre que ça que de considérer qu’une famille c’est pas un phénomène temporaire…

    • Moi qui trouve archaïque le concept de pension à une personne adulte autonome, même après mariage et divorce, n’imaginez pas mon étonnement devant cette proposition!

      Aucune excuse ne tient. Même avoir passé quelques années à la maison avec les enfants n’est pas une excuse pour réclamer de l’argent après séparation. C’est un choix personnel, qu’il faut assumer. Si les moments passé avec les enfants valent le retard sur la carrière, super! Si ça devient une raison pour réclamer de l’argent pour le restant de sa vie, là je ne suis pas d’accord! Aujourd’hui, c’est un choix qui doit être libre pour les 2 partenaires, et celui qui le fait doit assumer les conséquences et les bons cotés.

      À tous ceux et celles qui vivent aux dépens d’autres: c’est honteux. Ce n’est pas différent que de vivre sur l’aide sociale quand on est un adulte autonome. La lâcheté, pure.

      Je suis heureux de ne pas être riche. Je peux au moins vivre dans la certitude que mon portefeuille n’a rien à voir avec l’amour de ma conjointe. Je plainds ceux qui n’ont pas cette chance.

    • @doumguy Le deal de support mutuel était très utile, du temps où les femmes n’avaient pas droit à l’autonomie. Aujourd’hui, c’est archaïque. On considère dans notre société que toute personne de 18 ans et + peut prendre soin d’elle même. Et si elle ne le peut pas, on a instauré un filet social pour cette même raison.

      Il y a tout simplement trop d’abus sinon. On sait qu’aujourd’hui, les gens saisissent chaque opportunité d’en avoir plus dans leurs poches. Ces pensions créent plus d’injustice que de justice, si je regarde autour de moi.

    • @chabane: “Si elle laisse trainer les choses et se retrouve le bec a l’eau, elle n’a qu’elle meme a blamer.”

      Vous semblez croire que si on laisse cette femme se débrouiller toute seule, ça va régler le problème. C’est justement le contraire, cela a des répercussions sur la société qui finit par avoir des coûts à plus long terme.

      Et vous parlez de la femme qui serait “la seule à être blâmée”…l’homme lui, n’a aucune responsabilité? Pourtant, un enfant ça se fait à deux, et une relation de couple ça se fait à deux aussi…

    • @larousse_estdouce

      «Quand tu es en couple, c’est un engagement, c’est sérieux. Si la relation se termine, c’est le devoir de l’un de faire en sorte que l’autre ne soit pas pénalisé ou démuni.»

      Si c’est un engagment et c’est sérieux, pourquoi attendre 2 ans ? Allons-y pour 24 heures. Tu emménages chez ton conjoint, tu passes la nuit chez lui (elle) et le lendemain matin *pouf* tu es marié.

      «Donc si madame (ou monsieur, ça vaut dans les 2 sens) a sacrifié la progression de sa carrière pour veiller sur les enfants à temps plein, au profit du conjoint, il est normal de recevoir une compensation après une relation.»

      Encore et toujours l’exemple de la pauvre femme qui a sacrifié sa “carrière” pour les enfants. (Il me semblait que mes impôts servaient justement à financer les CPE à $7 par jour pour que les femmes puissent travailler.)
      Moi aussi je peux vous en trouver des exemples. Qu’en est-il de la femme qui travaillait à $25,000 par année, qui a décidé de quitter son emploi car elle n’aime pas travailler et de toute façon monsieur gagne bien assez pour les deux, mais qui décide après 5 ou 10 ans de quitter son conjoint simplement parce qu’elle a besoin de changement…. Il faudrait que monsieur, après avoir fait vivre madame toutes ces années lui verse en plus une pension et une partie de ses REER ?

    • @ecouteben, 14h43

      tellement d’accord avec vous!
      (P.S. je ne suis jamais sortie avec quelqu’un en fonction de ses finances, c’est l’amour qui guide mes actions, point)

    • je viens de cliquer sur le lien du CSF que nous presente MCL… je n’aurais pas dû, j’en ai quasiment mal au coeur

      d’abord, sur le 18 intervenants dans ce dossiers, il n’y a qu’un homme – et c’est pour la “Coordination de l’édition”, donc un poste de logistique, pas pour un apport intellectuel. Et ca dit aspirer a l’equité… ouf faudrait au moins faire semblant

      Ensuite voici quelques perles, trouvées alors que je lisais en diagonal:

      Sous le chapitre Chapitre 1
      Évolution des relations matrimoniales au Québec

      “1.4
      Le coût assumé par les femmes
      La maternité continue d’avoir des conséquences majeures sur l’insertion professionnelle des
      femmes. Elle incite plusieurs d’entre elles à opter pour le travail à temps partiel ou pour la semaine comprimée, à refuser des promotions ou à interrompre temporairement leur participation au marché du travail pour s’occuper des enfants (Tremblay, 2012). Dans le cas des hommes, au contraire, ce sont plutôt les obligations professionnelles qui empiètent sur la vie familiale.”

      Je ne sais pas comment le dire mais… newsflash: c’est la femme qui accouche du bébé. Comment ne pas laissé sa vie professionelle etre affectée par un evenement aussi majeur?!? Il est clair qu’il y aura un sacrifice qq part. Voila pourquoi au Quebec nous avons les CPE et le congé de maternité d’un an, et de 5 semaines pour l’homme pour qu’il puisse aider durant les premieres semaines de bebe, les plus difficiles.

      Je ne peux pas copier le point” 2.1 La diversité des familles du Québec” au complet c’est trop long, mais c’set du ARCHI n’importe quoi.

      2.8.1
      Les conditions de vie des familles monoparentales
      “Les familles monoparentales connaissent une situation économique nettement moins avantageuse que celle des autres familles.”

      Mechante revelation: moitié d’adultes = moitié de revenus, non?

      Toujours dans le 2.8.1, on nous explique que depuis la derniere decennie, le ratio des familles monoparentales de meres seules vivant sous le seuil de “faible revenu” est passé de 40% en 2000, a 25% en 2010.

      Encore dans le 2.8.1: “les femmes qui vivent en couple ne sont pas toujours le conjoint le moins favorisé”. De 1967, la proportion est passée de 11% a 29% en 2003.
      Quand meme! En 1967 11% des menages avaient une femme qui gagnait plus que son mari, et il y a 10 ans c’etait presque le tiers.

      Quand on pense que nos grand-meres ont vu arriver le droit de vote au femmes… il s’en est fait du chemin

      Le reste du document explique surtout ce qui se passe ailleurs, ce qui me fait toujours rire. Ailleurs on peut bien envoyer ses enfants dans une des langues officielles du pays dans lequel on vit, alors qu’au Quebec ce n’est pas le cas. In dit toujours “mais ici c’est pas pareil…” ouais ouais c’est ca, c’est pas pareil juste quand ca fait son affaire

      Le reste du Canada n’a pas les garderies a $7

      La Nouvelle Zelande et la Suede sont les 2 seuls autres pays mentionnés dans le doc. Pourquoi ces 2 pays? parce qu’ils aident a arriver a la conclusion que recherche le CSF?

      En passant la NZ a quasiment fait faillite il y a de ca quelques annees, alors comme pays modele on repassera.

      La Suede? Vous voulez dire ce pays qui est resté neutre durant la 2e Guerre Mondiale? On repassera pour les lecons de valeurs svp

      Ce doc, avec un beau logo du gouvernement du QC, est exactement ce qui fait que les gens qui travaillent de leurs journees meprisent le “travail” accompli par la fonction publique.

      Du gros pelletage de nuage

    • @larousse_estdouce

      Je veux bien aider ceux qui ont besoin d’aide, je ne suis pas sauvage. Mais de creer des programmes qui PERMETTRONT aux gens de ne pas accepter les consequences de leur (non) decisions j’accepte pas

      il y a une nuance

    • @ecouteben et tous les autres qui ont exprimé cette opinion

      Je ne suis pas d’accord avec vous quand vous dites que choisir de rester à la maison avec les enfants est un choix personnel. Quant à moi, c’est plutôt un choix familial qui se prend à deux. Par conséquent, si le choix a été fait à deux, il est logique que les deux en assument la responsabilité et les conséquences. Est-ce que ça veut dire que le partenaire qui a continué à travailler devra verser 50% de ses avoirs et de son salaire à l’autre pour toute la vie? Je ne crois pas que cela soit raisonnable non plus. Peut-on trouver une solution intermédiaire? Évidemment, le mieux est de discuter de tout cela au moment de faire le choix qui désavantagera financièrement l’un des deux partenaires et non au moment de la rupture…

    • Mariez-vous plus et ne vivez plus en couple non plus … ;) Surtout pas avec n’importe qui…

      Des gens n’ayant même pas les mêmes valeurs…

    • @Mimi 25

      Selon moi, vous exagérez.

      Si Mme est à la maison, c’est son conjoint qui va se taper 100% de la pension alimentaire pour enfants et il recevra 0$ d’allocations du gouvernement. C’est impossible (à mon avis) d’avoir une femme à la maison et des enfants sans faire un assez bon salaire (à moins d’être simplicité volontaire de l’extrême) et c’est là-dessus que la pension alimentaire est calculé. Par conséquent, la pension alimentaire sera tellement élevée que Mme ne sera probablement pas éligible au BS (et n’aura pas les obligations de se chercher du travail qui viennent avec).

      Vous dites : Des filles qui vivent sur les allocations familiales et qui capotent ça court les rues. En fait, les allocations (comme les pensions alimentaires) sont pour payer pour les enfants. Si la dame ne veut pas travailler, je ne vois pas pourquoi l’homme devrait la faire vivre éternellement.

      Cependant, si on veut rendre les hommes responsables de ces nouilles éternellement, les hommes vont tout simplement refuser de faire des enfants.

    • clb16 le 4 juin 2014 à 15h05

      Pas facile de se retrouver avec un achat alors qu’on voulait juste une location…

    • @chabanel
      Le problème, c’est que la société protège les ignorants à l’heure actuelle, qu’on le veuille ou non. Si la belle-soeur de mimi25 se sépare sans protection légale, sans emploi et sans argent, elle va vivre de quoi vous pensez? Peut être d’aide sociale, au moins pour une certaine période. Et elle pourrait facilement le poursuivre avec l’aide juridique, parce que le système actuel permet une pension alimentaire lorsqu’il y a appauvrissement de l’un au profit de l’autre. Et ça, c’est payé par vous et moi. On y gagne quoi? La belle-soeur de mimi25 n’est pas une personne très responsable, certes, mais son conjoint ne prend pas ses responsabilités lui non plus! Pourquoi veut-on la punir plus que lui? Pourquoi ne doit-il pas assumer lui aussi les conséquences de ses décisions?

    • Si j’ai bien compris l’avis du CSF, il faut marier les conjoints de faits parce que les gens sont ignorants de leurs droits et responsabilités.

      Ça n’aurait pas été plus simple de juste faire une campagne de pub ?

    • La première chose à faire lorsqu’on veut rien payer pour les autres, c’est d’éviter de concevoir un enfant.

      Ensuite on peut considérer vivre seul.

    • @isacyb

      Je ne veux pas “punir” ou faire la lecon a qui que ce soit

      Mais de creer des lois pour proteger les “pires” protagonistes n’est pas la facon de faire, a mon avis. Il faut aspirer vers mieux, et laisser la “société” mener par l’exemple.

      Si on coussine tout, les gens se laisseront tomber a qui mieux mieux.

      Le filet social du Quebec est tres genereux. Personne ne meurt de faim.

    • Isacyb : Là où la discussion bloque avec Chabanel, c’est sur la notion de responsabilité. Chabanel explique un concept juste trop simple et évident : chacun est responsable de lui-même. Par conséquent, les hommes ne sont pas responsables de faire vivre les femmes après une rupture. Mon ex ne viendra pas faire mon lavage/ménage chez moi et c’est normal et vous ne m’entendrez pas pleurer à ce sujet ! Dans les faits, à moins d’être un enfant, une personne âgée ou une personne handicapée, toute personne devrait se faire vivre par elle-même. Être nouille ne constitue pas une raison suffisante à mon sens.

    • C’est tout simplement une autre façon d’aller chercher de l’argent dans les poches des hommes pour faire vivre ces dames à leurs crochets.

    • et vu qu’il est important pour les gens de connaitre le medium du media:

      je suis dans la trentaine, marié, femme a la maison avec les enfants depuis que le premier est né, il a 6 ans aujourd’hui. elle etait enseignante avant.

      Nous avons tous 2 signé l’acte d’achat de la maison, meme si c’est moi qui a fourni 100% des fonds. Pas de “pre nuptial”.

      Compte commun, carte de credit commune, REEE pour les enfants pigé a 100% de mon revenu

      Testament: tout va aux enfants, en fiducie. J’aime ma femme et elle m’aime, mais si je meurs elle ne deviendra pas religieuse. Ce n’est pas ce que j’ai gagné dans ma vie qui fera vivre le prochain et sa marmaille

      Ceux qui sont trop nouille pour prendre un peu de temps et d’efforts pour penser a tout ca n’ont qu’eux meme a blamer

    • Si ca passe moi j’ai un plan.

      1- Rencontrer une femme qui a de la misere a pogner.
      2- Massurer, bien sur, quelle gagne beaucoup que moi.
      3- Lui faire croire en lamour pour 2-3 ans, pour quon soit considerer comme conjoints uni.
      4- Et vlan , me seraper et empocher.

      Merci bon dieu, quelle bonne idee!

      Sur une note plus serieuse, si je suis capable de penser a un complot comme celui-ci, est-ce que a partir que cette loi soit en vigueur nous allons devoir nous accoupler seulement avec du monde égal a nos états financier dans le but de se proteger quelque peu? Est-ce que je devrais a partir de maintenant douter quand au reel intentions de ma conjointe car elle gagne 4x moins que moi?

      On vie dans une societe qui est a mon gout un peut trop accé sur le materialisme, ca ne ferais qu’empirer la chose. Jaime ma conjointe, mais si celle loi passe, pour me proteger de toute a prevoir au pire ( comme si on devrais avoir a faire ca ), cest certain que je voudrais signer un papier pour me soustraire, et que jen suis convaincu, un conflit pourrais se cree, un doute inutile car ca la aucune raison detre. Si moi et ma conjointe on a simplement fait le choix de vivre ensemble et detre simplement conjoint de fait, alors cest un choix. Si on moblige a me proteger AU CAS OU jaurais a mettre un doute dans notre couple..cest sans bon sens.

      Encore une loi probablement cree par en dessous par letat pour avoir a moins payer au personne seuls celibataire avec des enfants…ya qqchose de caché en dessous …

    • @isacyb

      vous dites
      “son conjoint ne prend pas ses responsabilités lui non plus! Pourquoi veut-on la punir plus que lui? Pourquoi ne doit-il pas assumer lui aussi les conséquences de ses décisions?”

      Voici ce qu’a donné “la revolution sexuelle” pour les femmes: avant, si elle tombait enceinte, la gars etait “pogné” pour la marier. La “mariage obligé” qu’ils disaient.

      Suite a la revolution sexuelle et les outils anti-conception, ajoutés a l’acceptabilité soiale de vivre en tant que mere mono-parentale sans etre ostracisée, les gars se sont retrouvés aucunement redevable

      Alors, ladite “revolution sexuelle” a ete benefique pour qui, exactement?

      Les fables de Lafontaine ont plus souvent qu’autrement la reponse. Une autre facile: Le renard et le corbeau. A coups de compliments, le renard a convaincu le corbeau de chanter. Ouvrant ainsi son bec, le corbeau echappe le fromage qu’il y tenait…

      Apprenez que tout flatteur
      Vit aux dépens de celui qui l’écoute :
      Cette leçon vaut bien un fromage, sans doute.
      Le Corbeau, honteux et confus,
      Jura, mais un peu tard, qu’on ne l’y prendrait plus.

    • Il faut être masochiste pour se donner autant de troubles de toutes sortes dans le seul but d’être heureux ou plus heureux dans sa vie!

      Les commentaires ci-haut démontrent noir sur blanc l’entêtement aveugle et avilissant à vouloir être bien avec un(e) autre alors qu’on ne l’est même pas soi-même! Pourquoi ne pas chercher l’harmonie avec soi-même avant de tenter de l’être avec ou par quelqu’un d’autre? Quel prix faut-il payer, quels tourments doit-on subir, quel déséquilibre mental pour en arriver à un pareil résultat? Comme si le fait de vivre seul(e) était une maladie honteuse!

      Si la vie est une course à l’impossible étoile, que l’on me permette d’en douter fortement.

    • Je me suis séparé de mon ex avec deux enfants. Nous n’avios pas d’enfants et je me suis fait démolir financièrement. Je n’imagine pas de quoi ca aurait eu l’air si elle avait eu les mêmes droits qu’une femme mariée.

    • On peut couper la poire en deux? Le conjoint qui n’a pas de revenu a UN AN pour suivre une formation qui débouchera sur un emploi. Que ce soit l’ex ou la société qui paye, m’en fous. Je trouve IMMORAL qu’un adulte en pleine possession de ses moyens physiques et mentaux parasite un autre adulte. Va pour la pension aux enfants qui devrait être défrayée par les DEUX parents.

      “Lola” est une gold-digger. Après “Eric”, elle n’a pas mis longtemps à se trouver un autre riche poisson. Je n’aime pas les profiteurs et les profiteuses. Tout ce qui peut les encourager me hérisse.

      Pour les belles-soeurs cruches, même affaire: tu as un an pour te trouver une job. Point final. Si je suis restée à la maison pendant 10-15 ou 20 ans et que mon conjoint m’a nourrie, logée, vêtue, sortie, gâtée, et a payé pour le moindre de mes besoins, une fois la séparation consommée, ce serait le boutte du boutte qu’il continue de me faire vivre.

      jeancharles80

      Vous êtes sérieux ou vous faites de l’ironie? On est à l’ère où des pères restent souvent à la maison pour élever les enfants et où les mères rapportent le plus gros chèque de paye. Si vous sortez de 1920, vous vous en apercevrez.

      Je suis d’accord avec ceux qui estiment que le CSF devrait disparaître. Ces gens ridiculisent les femmes.

    • @321partez
      Il n’en demeure pas moins que c’est une décision personnelle. Si madame (ou monsieur) ne veut rien savoir de rester à la maison, le COUPLE ne peut pas en décider autrement.
      @chabanel
      Entièrement d’accord avec vous. Quand je me suis séparée mon niveau de vie a diminuer, c’est normal, je m’y attendais. Mon conjoint ne m’a rien donner et je ne voulais rien non plus. Même s’il gagnait largement plus que moi.

      J’ai réglé le problème avec ma relation suivante, maison à part, point.

    • @nicolas100
      Mais il n’est pas responsable pour lui-même non plus. Il pourrait devoir payer une pension alimentaire pour sa conjointe même s’ils ne sont pas mariés, car il profite de son appauvrissement. C’est la loi et il n’y peut rien. S’il n’est pas au courant de ça, c’est son problème, il est tout aussi épais qu’elle, il aurait dû y voir en allant chez un notaire pour éviter cette situation. Ce n’est pas à moi à payer des frais d’aide juridique et d’aide sociale pendant des mois parce qu’un épais n’a pas pris ses responsabilités avant.

    • chabanel

      4 juin 2014
      16h14

      “Le filet social du Quebec est tres genereux. Personne ne meurt de faim.”

      Misère !
      Faut vraiment avoir les deux yeux fermés ben dur pour dire des choses pareilles.

    • Eh tu parles ce qui s’en dit des affaires…

      Tiens une chanson enfantine sur un mariage avec une petite vieille. Dans mon souvenir elle avait 102 ans mais les paroles peuvent fluctuer j’imagine avec les régions et les époques…

      http://www.youtube.com/watch?v=wQFe3A5Rjtk

      http://www.frmusique.ru/texts/c/colocs/vieille.htm

    • @isacyb: La responsabilité du père, c’est de payer pour ses enfants, pas pour son ex conjointe et le régime actuel donne une pension pour enfants. L’aide juridique et le BS, vous la payez pour tous ceux qui ne travaillent pas. La solution simple: Vous dites à la dame irresponsable d’aller travailler au lieu d’aller chercher tous les recours possibles et impossibles inventés par le CSF et financés par nos taxes.

      L’appauvrissement, c’est valable quand une femme travaille gratuitement dans l’entreprise de son conjoint qui prospère. Quand mon ex était là, j’avais une belle carrière et j’ai toujours une belle carrière même si je fais les tâches domestiques moi-même maintenant (sa présence ne change pas mon enrichissement puisque ce n’est pas automatique que faire à souper à qqun le transforme en hommes d’affaires prospère). S’imaginer qu’un adulte est responsable d’un autre adulte est malsain et incompatible avec l’idée d’égalité entre les sexes à mon avis (une femme est capable de travailler aussi). Allez, il faut arrêter d’essayer de vivre aux crochets des autres…C’est une insulte pour la majorité des femmes qui sont fières d’être indépendantes

    • Le CSF trouve ça correct que des femmes se fassent imposer le voile islamique. Par contre, il s’oppose à ce que des femmes choisissent le régime matrimonial qui leur convient.

      Leitao cherche où couper. Le CSF, c’est au bas mot 5 millions par année. Et je ne serais pas surpris qu’une partie de la rémunération de la présidente ne soit pas imposable.

      Juste de même…

    • “Ce que je trouve davantage important serait d’instaurer dans la loi québécoise la Réserve Héréditaire en matière de succession, comme en France. ”

      N’allez pas leur donner des idées vous là! Ici, quand des gens déshéritent leurs enfants, c’est généralement pour une bonne raison, pas pour gâter la jeune maîtresse! Des enfants sans-cœur disparus de la vie de leurs parents et qui réapparaissent comme des charognards avant que le corps ne soit froid, il y en a trop. J’aime le système ici: on laisse nos biens à qui on veut.

      Tant pis pour ceux qui se souviennent trop tard que quelqu’un les a mis au monde.

      Mais est-ce qu’on va finir par rendre aux gens leur autonomie et leur liberté de choix? Toutes ces impositions ou tentatives d’imposition sont lassantes à la fin!

    • Admettons qu’on mette tous les commentaires au goût douteux de côté, la question que je me pose d’un point de vue pratico pratique, comment différencie-t-on un couple devenu conjoint de fait de deux personnes en cohabitation, deux colocs? Je comprends lorsqu’il y a des enfants qu’il est important de protéger les deux parents du risque de ne pas avoir le soutien nécessaire à assurer la garde, mais deux adultes sans enfants en commun, pas sûr.

    • @larousse_estdouce : Quand on se marie, c’est (normalement) un engagement sérieux. C’est d’ailleurs la raison d’être du mariage. Mais tant qu’on n’est pas marié, c’est qu’au moins un des deux considère que, justement, l’engagement n’est pas sérieux.

      Au sujet des enfants, en avoir et s’en occuper est généralement un souhait pour les femmes. Parler de sacrifice est de l’hypocrisie pure et simple. Les femmes choisissent de “s’appauvrir” pour réaliser leurs désirs, ce n’est pas quelque chose qu’elles subissent. Pour moi, c’est comparable à un homme qui prendrait une sabbatique de plusieurs années pour faire le tour du monde en voilier. C’est épuisant, bien plus que de s’occuper d’un enfant, et l’homme sacrifie beaucoup de choses dans sa vie pour réaliser ce désir, bien plus qu’une femme en sacrifie pour s’occuper d’un enfant, mais ce n’est absolument pas un sacrifice et sa conjointe ne devrait pas avoir l’obligation de soutenir un homme qui nuit à sa carrière par ce choix.

      Vous dites qu’un enfant ça se fait à deux? Désolé, mais non. Baiser se fait à deux, mais un enfant, c’est seulement la femme qui le fait. C’est seulement la femme qui tombe enceinte et, surtout, c’est seulement la femme qui décide de le garder. L’homme n’a strictement aucun pouvoir décisionnel sur l’enfant à naître. Or sans pouvoir, il ne devrait pas y avoir de responsabilité.

      Pire, en cas de séparation, les tribunaux vont pour ainsi dire toujours “donner” l’enfant à la mère. L’homme n’aura au mieux qu’une fin de semaine sur deux. Il perdra à peu près toute influence sur l’enfant. Il ne pourra plus l’éduquer ni lui inculquer ses valeurs. À toute fin pratique, ce ne sera plus son enfant. Pourquoi cet homme devrait payer pour un enfant qui n’est plus le sien?

      Soyons honnêtes. Un homme qui se fait vivre par une femme sera socialement méprisé. Par contre, une femme qui se fait vivre par un homme sera socialement considérée comme justifiée. On parle tout le temps d’égalité des sexes, mais la réalité est que beaucoup de femmes vivent encore avec une mentalité où elles cherchent un homme pour les soutenir financièrement. La majorité des femmes cherchent un homme de qui elles pourront dépendre afin de faciliter leur vie et, en particulier, leur permettre d’avoir des enfants.

      Personnellement, je suis célibataire et sans enfant. J’aimerais trouver une compagne avec qui je pourrais partager ma vie, j’aimerais me marier, j’aimerais pouvoir être un père et élever un enfant. Je suis même très naïf dans mes rêves. Je considère que tout devrait être mis en commun. Par exemple, l’idée d’avoir des comptes bancaires séparés me semble un obstacle à une vie de couple harmonieuse. Cependant, quand je regarde les statistiques, je me rends compte que si je fais ce choix je vais probablement finir seul et dépouillé à vie d’au moins la moitié de mes revenus par une femme et son enfant. Les lois sont contre moi. C’est plate, mais à cause des lois, j’ai fait une croix sur mes rêves. Les risques sont trop élevés.

    • @clb16 4 juin 2014 15h05: Vous me parlez de cas particuliers, très particuliers. On peut énumérer des dizaines de scénarios, moi je parle de cas assez classiques.

    • Bref une femme est égale.
      Mais victime.
      Il faut protéger les victimes. Contre leur gré.

      Féminisme 2.0.

    • judiciariser l’amour… quelle excellente idée! Imaginez ces homme et ces femmes qui changent souvent de partenaires, il vont devoir passer chez le notaire et débourser $1000 à tous les 2 ans pour ne pas être mariés de force?

    • Il faut se rappeler que dans le rese du Canada, après une ou deux années de vie commune, les couples sont mariés “de fait”. Au Québec, on permettrai aux couples de se soustraire, ce qui est louable mais dans la vraie vie, seules certaines personnes vivant des situations d’inégalité financière seraient susceptibles de se soustraire, et pas nécessairement par choix. Genre Monsieur ou Madame fait beaucoup d’argent, et pour que la belle vie continue, l’autre devra accepter d’aller chez le notaire pour signer un “pre-nup” officialisé par l’État.

    • @ omi-san ~ (04h37)

      Vous appelez ça de l’amour, vous…?

      Vous n’êtes pas exigeant!! ((rires))

    • @ 89170 ~ (22h10)

      Achetez-vous un voilier!

      Quand vous n’en voudrez plus,
      vous pourrez toujours le revendre…

      … contrairement à un enfant qui, dans la majorité des cas,
      non seulement se fait à deux mais aussi s’élève et s’aime à deux!

      De la manière dont vous voyez cette aventure, c’est un bonheur
      que vous ne partagerez jamais avec qui que ce soit.

    • Le CSF. Voilà un organisme qui devrait disparaître et au plus vite. Il devrait être remplacé au plus vite par un organisme autant préoccupé par la condition masculine que par la condition féminine dans toutes les composantes de son fonctionnement. Le CSF est complètement dépassé.

    • ” “Lola” est une gold-digger. Après “Eric”, elle n’a pas mis longtemps à se trouver un autre riche poisson. ” Loubia

      Ce n’est pas ce que montre la lecture des jugements passés.


      Monsieur est et sera toujours en situation contrôlante face à Madame ”

      Éric ne veut pa et n’a pas à verser de pension alimentaire à Lola ni `a partager de patrimoine familial avec elle mais tant qu’elle reste mère de ses enfants ou que lui n’en a pas la garde exclusive, elle reste en situation de dépendance économique.

      Il lui donne des avantages pareil mais pour jouer son rôle de mère. Elle est au final qu’une employée mais sans salaire mais avec des compensations qui équivalent cela…

      Belle maison avec droit d’usage, la même chose pour une voiture de luxe mais qui doit servir pour le transport des enfants…

      Leurs chicanes d’autres couples en vivent aussi mais leur situation est très particulière.

      On peut comprendre les deux, lui ne veut pas donner plus que ce qu’il est obligé mais en même temps il e veut pas l’indépendance économique de madame.

      Il est très intéressé quand même à l’éducation et au bien de ses enfants mais pour qu’elle soit autonome, il faudrait presque monsieur est la garde exclusive ou bien que les enfants aient un train de vie plus bas en étant avec madame que chez monsieur.

      http://www.jugements.qc.ca/php/decision.php?liste=76878600&doc=9FB711E2792FDABB2D1B81AF4DAB945EDD0E2FDB9B2D8673C42285C7AEDF7155&page=19

    • 89170 le 4 juin 2014 à 22h10

      Parce que le risque de devoir partager salaire, patrimoine et responsabilité est trop grand, vous renoncez à votre rêve.

      Vous conserverez votre salaire, votre patrimoine et n’aurai pas à finir seul et dépouillé de la moitié de vos avoirs.

      À la place vous vivrez seul avec tout votre avoir.

      Votre choix.

      Mais on devine à la lecture de votre dernier paragrphe que vous êtes un grand romantique.

    • Cet avis servira les gens irresponsables, simplement. Si une personne est prête à vivre en union libre, c’est un choix. Si elle n’est pas assez éveillé, intelligente, à ses affaires, pourquoi le gouvernement, par une loi, devrait-elle la prendre par la main et tout faire pour cette personne?

      Je prédis beaucoup de couple en duplex si jamais une telle loi vient à s’appliquer.

    • @larousse_estdouce

      Vous me donnez un exemple, je vous en donne un autre. Comme vous dites, on pourrait énumérer des tas d’exemples différents, ce qui est justement le point de mon commentaire d’hier à 11h18. On ne peut pas appliquer la même règle à tous les couples.

      Et pour la pauvre femme qui sacrifie sa carrière pour élever ses enfants, elle n’a qu’à se marier ou passer chez le notaire pour se protéger. Je ne peux pas croire qu’il y a encore des femmes comme ça au Québec en 2014.

    • @Pantalon_Madore,
      Ne vous inquiétez pas pour les gens contre ce règlement. Ce n’est pas une question d’amour ou de responsabilité. J’ai été en couple 2 fois sérieusement, et une des premières choses que l’on a fait a été de régler cette question légalement (un petit contrat, ce n’est pas long à faire et pas besoin de “mariage”). Et dans mon exemple personnel une fois c’est la femme qui gagnait plus. Alors, pas une question d’amour, ni de relation. Une question économique et de bon sens, simplement. Je n’ai pas besoin d’un gouvernemaman qui m’indique comment gérer ma vie de coule.

    • @pierrea

      «Il faut se rappeler que dans le rese du Canada, après une ou deux années de vie commune, les couples sont mariés “de fait” »

      C’est faux. J’ai essayé à 3 reprises hier de mettre un lien vers un site Ontarien mais il ne passe pas la modération. Peut-être parce que c’est en anglais.

    • Encore un drame familial causé par une separation – celle de St-Liboire

      Encore un enfant assassiné par son propre parent – desfois le père, desfois la mère

      Ca en fait combien depuis un an ou deux qui defraient les manchettes? Et ce ne sont que les cas extremes.

      En ce jour en 2014, il n’y a pas un quebecois majeur et vacciné qui me fera brailler pour eux. Q.terreux (edifiant comme nom en passant), c’est vous qui avez les cerveau fermé bien dur de croire qu’il y a des gens “mourir de faim” au Quebec. Vous en voyez des petits bedons ronds “a la Somalie” ici? Il y a peut etre des enfants maltraités par leurs parents “a la Aurore”, mais ce n’est pas pareil

      Plutot que d’ecrire des romans de 96 pages, ecrit par des femmes pour les femmes (bonjour l’objectivité), je verrais plutot le gouvernement investir sur les vraies victimes: les enfants qui se retrouvent 2e priorité de leurs parents, obnubilés par leur orgueil.

      Ces parents devraient se voir versés des”food stamps”, echangeables contre de la nourriture seulement, plutot qu’une allocation financiere impossible de retracer. Ca c’est pour les cas de pauvreté

      Les cas de divorce et de grosse chicane où l’argent n’est pas un facteur auraient besoin de plus de mediation, ou je ne sais pas quoi, mais c’est clair qu’il y a un mechant probleme de ce coté.

      C’est assez les infanticides de vengeance et desespoir, non?

    • Et pour l2 pauvre homme qui risque sa santé financière pour vivre en couple, il n’a qu’à ne pas se marier et passer chez le notaire pour se protéger. Je ne peux pas croire qu’il y a encore des hommes nuille comme ça au Québec en 2014.

    • lecteur-curieux

      Relisez le jugement: pas mal de femmes aimeraient en avoir seulement 1%! Pour ce qui est de la partie “riche poisson”, on va tous faire semblant qu’on ne sait toujours pas qui sont Eric et Lola, mais avec la véritable identité de madame, il est relativement facile de trouver qu’elle a effectivement pris une autre grosse prise.

      chabanel

      Le pauvre petit de St-Liboire selon ce qu’on en sait, c’est une question de droits de visite, pas d’argent. Un homme ayant une grosse déficience psychologique. Les couples brisés fantasment souvent sur les tortures qu’ils aimeraient faire subir à l’ex, mais dans l’immense majorité des cas, ça reste du fantasme.

      89170

      Vous dites une femme et SON enfant donc aucunement le vôtre? Restez célibataire, c’est mieux. C’est dommage à dire, mais il y a une chose que Turcotte et Patenaude ont compris côté être père, qui semble vous échapper totalement. Même s’ils ont fini par tuer ces petits qui leur ressemblaient, qui portaient leur nom, qui les appelaient papa, qui leur faisaient mille câlins et qui pensaient dans leur petit cœur d’enfant que leur papa était un géant très fort qui les protègeraient contre vents et marées. Ces hommes déboussolés ont aimé leurs enfants “à mort”.

    • @clb16 09h36,

      ou peut-être parce qu’il contredit la blogueuse?

    • @doumguy 9h53,

      depuis quand faut-il payer pour conserver le statu quo? Comme l’ont souligné d’autres, cette proposition du CSF est une sorte de taxe à la liberté payable au notaire.

    • @doumguy

      Justement, les couples qui choisissent de ne pas se marier ont leurs raisons. Pourquoi les forcer à aller chez le notaire ? Le système actuel fonctionne très bien. Tu es conjoint de fait ou tu es marié. Si c’est de l’information qui manque, qu’on ramène les cours d’économie familiale au secondaire, (de toute façon les Québécois en ont grand besoin) et qu’on couvre le droit familial dans le cours. Le gouvernement n’a pas à se mêler de nos vies privées.

    • loubia

      Je vois , on dit des choses sur le web, un autre pendant deux ans et c’est lui qui aurait payé les frais d,avocat mais lesquels et on parle de plus d’un million pour madame mais à partir de quand ?

      Dans le jugement de 2006… les frais d’avocat sont payés par ” ÉRIC”… et là aussi plus d’un million…

      Cela dit pas qu’elle peut pas avoir un chum mais si elle se mettait en couple avec un autre elle perdait les avantages consentis par Éric comme d’habiter dans cette maison…

      C’est pas pour elle , c’est por les enfants mais en même temps si elle a la garde partagée ou pas… elle est dans le décor…

      C’est lui qui paye mais c’est l’avocate Goldwater qui le réclamait… en 2005 , par exemple…

      http://jugements.qc.ca/php/decision.php?liste=76900542&doc=9C7159F71541B823F093574E01BFBC2752F2F3CD1B109FAFB4793816BEEC19CB&page=5

    • dcsavard le 5 juin 2014 à 10h19

      Chaque jour qui passe bouscule le statu quo. Si le statu quo était si bon, c’est le curé qui vous marierait.

      On peut pas accepter les seuls progrès/changements qui nous plaisent, il faut faire avec, par exemple le droit de vote aux femmes (et aussi au noir du coté des USA).

      Par ailleurs, est-ce vraiment le statu quo lorsque notre situation de couple change?

    • @dcsavard

      Lol, je ne pense pas que la blogueuse se donne la peine de lire les commentaires du “peuple”

    • Pour Lola, toujours possible qu’un autre paye ou finance les frais d,avocats à partir de 2009…

      Mais sont-ils des poissons tant que cela ? Pas sûr… Mais des requins ce sont bien des poissons ?

      Ne pas aimer les profiteurs et profiteuses ? Bien parfait vous avez aucune chance d’être e couple avec eux car qui se ressemble s’assemble…

      Deux caractériels et forts egos… Alors, ils auraient pu se faire un contrat ou même se trouver une entente mais ils préfèrent se déchirer devant les tribunaux et idée de génie de madame en faire une cause sociale… Mon oeil !!!! Pour cela , cela fait presque plaisir quelle gagne pas…

    • Je suis heureuse de voir que je ne suis pas la seule à me dire que le gouvernement n’a pas à nous dire quoi faire! Si les gens sont trop niaiseux pour essayer de comprendre ce qu’implique/implique pas l’union libre, ÇA LES REGARDE. La seule chose importante dans tout ça, c’est que le droit des enfants et des parents soient respectés peu importe la situation familiale (pension pour l’enfant, garde partagée, l’enfant revient au parent survivant en cas de décès de l’un des deux).

      Le reste, l’état n’a pas son mot à dire!

    • “Ces hommes déboussolés ont aimé leurs enfants “à mort”.” (loubia)

      Drôle d’amour!!

      Malheureusement, ils haïssaient leurs conjointes encore plus
      et ils ont sacrifié leurs propres enfants pour assouvir
      cette émotion/passion qui les brulaient …

    • lecteur_curieux

      Vous faites semblant de ne pas comprendre ou quoi?

      Dans le cas de Lola, elle avait ferré le gros poisson avec Éric. Que le millionnaire qui a suivi aie payé ses frais en 1924 ou l’an passé, reste qu’elle a ferré un autre gros poisson. Ma définition de gold digger. Peu importe l’entente avec Éric, peu importe qui a payé quoi et quand, reste que Lola magasine chez les milliardaires.

      Pantaleon

      Oui drôle d’amour. Mais amour tout de même. Qui contraste fortement avec l’attitude de matou en goguette que je dénonce: je te fais un p’tit mais c’est TON p’tit. Pas le mien.

      Comme si les femmes étaient capables de parthénogenèse.

      Je suis d’accord avec votre commentaire: ces hommes avaient la haine encore plus forte que l’amour de leurs enfants. Mais à un certain point, ils les ont tout de même aimés. Lire 89170 m’a dérangée même s’il a droit à son opinion.

    • @clb16
      Quand on est responsable et à ses affaires, c’est à peu près inévitable d’avoir un contrat de vie commune, un mandat en cas d’inaptitude, et un testament. Certains documents n’ont pas besoin d’être faits par un notaire, mais ça peut aider de consulter.

      La proposition du CSF peut donc être plus économique. Dans notre cas, nous n’aurions pas eu besoin d’un mandat en cas d’inaptitude (il en faut un pour chaque personne…). J’aurais fait un testament quand même, mais certains couples pourraient s’en passer si les conjoints deviennent héritiers légaux. Il ne reste que la convention de vie commune, qui peut être assez simple (obligations de chacun dans les frais du ménage, liste des biens, part de chacun dans les biens détenus en commun, et arrangements en cas de séparation).

      À partir du moment où vous habitez avec quelqu’un, la liberté totale est relative, même si vous n’êtes que colocataires. Une convention de vie commune ou de colocation peut en fait protéger votre désir de liberté. C’est important de s’informer adéquatement. On le voit ici, plusieurs semblent se bercer d’illusions…

    • Pour les femme qui prenne le nom de leur mari, c’est une habitude qui est venue sous le régime anglais. En Nouvelle-France, les femmes gardait leur nom de baptême jusqu’à leur mort. Ce n’est qu’un retour à la tradition canadienne-française après deux siècle de tradition anglaise.

      “la question que je me pose d’un point de vue pratico pratique, comment différencie-t-on un couple devenu conjoint de fait de deux personnes en cohabitation, deux colocs?”

      C’est la question que je me pose moi aussi. Certaines de mes amies ont eu des gars comme colocs, est-ce qu’elles se serait retrouvé mariées par la bande dans le projet du CSF? Est-ce que je me serai retrouvée mariée avec ma cousine (qui a été ma coloc pendant 2 ans)?

    • Je préfèrerais davantage que certaines femmes se penchent sur ce quelle peuvent faire au lieu de se laisser aller et d’attendre que le gouvernement (ou autre instance) posent les gestes pour eux. Un bon pas dans ce sens est traité par madame Diane Bédard du journal les affaires qui nous présente un fonds indiciel «100% femmes».
      http://www.lesaffaires.com/blogues/diane-berard/la-banque-royale-vedette-d-un–fonds–indiciel-100-femmes/569577

      Je dis chapeau à ce genre d’initiative qui a quelque part met en vu des femmes qui réussissent (ou du moins de cies où elles forment la majorité du corps décisionnel)! (et je cris chou à l’histoire du conjoint de fait qui ne sait pas prendre ses responsabilité)

    • Dans un article de 2010, une juriste trouvait qu’une option de retrait pour une éventuelle pension alimentaire accordée à l’ex-conjoint de fait n’avait aucun sens…

      http://www.banq.qc.ca/HighlightPdfWithJavascript/HighlightPdfWithJavascript?pdf=http://collections.banq.qc.ca/retrieve/4856279&page=3#navpanes=0&search=%22conjoint%20fait%20%20pension%22

      ” Les conjoints de fait pourraient-ils se soustraire aux futurs règlements sur l’obligation d’aliments en signant dès maintenant une convention dans laquelle ils renoncent à réclamer toute pension alimentaire dans l’avenir ? On ne voit pas comment on pourrait s’exclure par contrat d’un régime mis en place pour voir aux besoins fondamentaux de survie, fait valoir Marie-France Bureau, professeure agrégée à la faculté de droit de l’université de Sherbrooke. ”

    • J’ai vécu avec mes parents plus de 2 ans au moment où ils gagnaient un salaire beaucoup plus élevé que moi et j’étais trop jeune pour que ce soit un choix éclairé lorsque ceci a débuté, est-ce que je peux réclamer une pension

    • @adpi

      Les enfants tout comme les époux dans un mariage ont droit à des aliments mais ils se doivent aussi de devenir autonomes.

      Pour les aliments cela allait même jusqu’aux grands-parents avant mais la loi a été modifiée.

      http://ici.radio-canada.ca/actualite/enjeux/reportages/2002/1008/enfants.shtml

    • @ Loubia: Je trouve vos commentaires envers “Lola” extrêmement méprisante…

      à croire que lorsqu’on se met en couple avec un homme riche, on n’est rien d’autre qu’une “gold digger”!!

      Ne vous viendrait-il pas à l’esprit qu’il soit possible d’être réellement amoureux d’une personne, peu importe la grosseur de son compte en banque? Bien qu’il ne soit pas du tout mon genre, Monsieur “Eric” n’est quand même pas un homme moche et je présume qu’il a quelques belles qualités.

      Rappelons aussi que Lola vient d’un pays pauvre, et qu’elle était à peine majeure (elle sortait à peine de l’adolescence) quand elle a rencontré Eric. Un homme qui vous plait vous fait la cour alors que vous venez de féter vos 18 ans, peut-on vraiment lui reprocher de l’avoir rejoint au Canada? N’avait-elle pas le droit de vivre son roman d’amour?

      Je ne comprends pas ce mépris envers elle, enfin je trouve ça un peu injustifié, mais comme toujours je vous trouve très rapide pour porter des jugements sur des gens dont vous ne connaissez ni d’Adam ni d’Eve. Tout n’est pas tout noir ni tout blanc dans la vie.

    • Les “Gold Diggers” appuient aussi l’avis.

    • Je demeure avec un conjoint de fait depuis plusieurs années. Mon conjoint doit présentement payer une pension alimentaire parce qu’il y a eu dans ce dossier un ordre de la cour. 5 ans en cour. Ce qui m’insulte c’est que le gouvernement n’ont jamais donné les outils nécessaire au département des pensions pour évaluer le salaire de l’ex-conjointe. Cela pénalise énormément l’ex-mari. Cette loi existe parce que le gouvernement a réalisé que les femmes se retrouvaient sur le BS et que c’est le gouvernement qui entretenait les femmes et les enfants. Je crois que vous l’aviez tous compris. Maintenant, il s’attaque au conjoint de fait car il y a au Québec énormément de femmes battus qui quittent le foyer et qui se retrouvent en centre d’hébergement. Ces femmes partent avec une simple valise et ne retournent pas. Alors le gouvernement prend soin de ces femmes. C’est une première hypothèse. Les femmes qui quittent leur conjoint de fait et qui ne se trouve pas d’emploi, se retrouvent aussi sur le BS. Et ce, le gouvernement n’en veut pas. Dans ce système il existe évidemment des preneuses, siphoneuses de portefeuilles qui travaillent souvent au noir. Je me suis mariée une fois et je crois que c’est une fois de trop. Maintenant, le gouvernement a étudié qu’il y a 38% de la population qui vivent en relation de conjoint de fait. Quel mine d’or ? Plusieurs ont déjà quitté le Québec pour plusieurs raisons et d’autres sont en phase de départ. Depuis l’arrivée de John James Charest au pouvoir le Québec a perdu ses titres de noblesse. Ne me dite pas que Charest ne le savait pas ? Appauvrir davantage la classe moyenne, ils sont arrivés à leur fin en enrichissant leur DIEU SUEZ (Zeus), évidemment leur poche avec les contributions illégales. Maintenant un autre libéral au pouvoir, vu que les Québécois sont dispersés dans le nuage de l’immigration, où tous les salaires perdent 50% de la valeur initiale au nom de la supposée démocratie où les taxes augmentent continuellement sur tout, le Québec a perdu son élan et les fonctionnaires ont encore le droit à des augmentations. Comme le disait Duplessis : les chemins sont aussi croches que les libéraux. Je n’ai plus confiance aux libéraux qui nous ont trahi au nom du capitaliste, leur manque de transparence, d’honnêteté, et d’avoir fait battre les enfants du Québec en y mettant la loi spéciale en vigueur car Charest n’avait plus d’arguments : il avait perdu le contrôle. Ce qui m’insulte davantage ce sont les immigrants qui les ont remis au pouvoir. Vrai ou faux ?

    • @souhait

      Femmes battues, travail au noir, BS, siphoneuses qui quittent le Québec, Zeus, Jean Charest, les immigrants, vraiment?!!?!? Je croyais qu’on parlait de conjoints de fait. Je suis tout étourdi

    • Je suis d’accord avec loubia concernant l’amour de ces pères qui ont commis l’irréparable. Je ne dis pas que ce soit nécessairement le cas de tous, mais c’est trop facile de vouloir tout balayer sous le tapis. La distinction entre le monstre et l’humain normal est très mince. Et c’est souvent pour cette raison que l’on tient tant à les dépeindre comme des monstres pour mieux éviter le vertige que ça donne de réaliser que ça ne prend finalement pas grand chose pour qu’un individu normal bascule dans le camp des criminels.

      Tout le monde possède un potentiel de violence et personne ne comprend qu’est-ce qui fait que dans certains cas il s’exprime et dans d’autres cas qui nous paraissent identiques il ne s’exprime pas. Des générations de criminologues s’y sont cassées les dents.

    • … et pour y échapper, il faudrait s’engager contractuellement à ne pas s’engager contractuellement? Tout ça parce que la décision rationnelle de deux (non)-contractants tout aussi rationnels, ne l’est en fait pas, parce qu’en cas de perte du pari conjugal une des options est plus avantageuse que l’autre pour l’un d’eux?

    • Je trouve que la notion Coinjoint De Fait = Marié devrait être automatique dès qu’un enfant nait, et que chaque parent accepte la parenté.

      Pour ceux qui n’ont pas d’enfant, 2 ans est bien trop court. On devrait aller à 10 ans. 10 ans de Coinjoint De Fait = Marié. Mais il y a beaucoup de couples qui ne durent pas 10 ans, et bon, c’est très triste de se faire laissé par la femme ou l’homme de ses rêves, mais on peut très bien passer à autre chose en dedans de 10 ans.

      Bref, je laisserais l’option de signer pour le partage en bas de 10 ans (aucune conséquence légale si rien est signé, SAUF si un enfant ou plus est né de la relation), et en haut de 10 ans, c’est l’inverse: le couple dois signer pour se sortir de la protection.

      Bref, dans le cas de Lola, à mon avis moral, elle avait des droits parce qu’elle avait des enfants d’Eric, à moins que celui-ci ne refuse la paternité. Je ne suis pas très certains des délais concernant cela, le refus de paternité. C’est délicat, parce que: admettons qu’un homme promet d’être le père de l’enfant d’une concubine enceinte, et soudain il refuse lorsque l’enfant
      nait. La femme autrement se serait peut-être fait avortée? Je ne connais pas bien les droits en ce qui concerne le refus d’être parent. Un homme est-il forcé à être responsable d’un enfant qu’il n’a pas voulu? (La femme n’est pas forcée, elle peut toujours mettre en adoption).

      Comme j’ai dit plus haut, je trouve que c’est le domaine des successions qui demanderait une révision urgente, parce que on ne devrait pas pouvoir tout donner ses avoirs à sa dernière petite flamme de moins de 2 ans, ou à son petit chien. Il devrait y avoir des responsabilités potshumes selon la longueur des relations passée, et la présence de descendants.

    • Entre 1995 et 2010 j’ai vécu respectivement sous le même toit 3, 5 et 3 ans avec trois femmes qui faisaient plus du double de mon salaire. (infirmière bachelière, ingénieur et une MBA )
      Non mais quel imbécile j’ai été moi pauvre petit intervenant sociale de ne pas me *proteger*. Le gouvernement doit absolument passer une loi pour assurer l’avenir financier des sots de mon espèces. Cette loi doit aussi être rétroactive a 1994. Donc selon vous madame Lortie j’ aurais le droit a une pension des trois? De celle qui fait les plus d’argent? La dernière? Celle avec qui j’ ai été le plus longtemps? Un tirage au sort? Laquelle aura l’immense privilège de pourvoir a mes besoins pour le reste de mon existence?
      Aucun enfant de ces unions, mais après tout, l’honneur que ces femmes ont eu de m’avoir pendant un certain temps dans leur vie mérite amplement ce petit inconvéniant…

      Une chance qu’il y a des gens bien pensant comme vous pour compenser le manque de jugement des sans-génie comme moi.

    • Le CSF peut bien proposer ce qu’il veut, moi ce que je retiens c’est que cela ne faisait pas partie du programme d’aucun parti politique lors des dernières élections. Si ils veulent passer une loi en ce sens, je leur suggère de le faire par voix de référendum ou consultation populaire pour ceux qui ont de l’urticaire à la lecture du mot référendum.

    • dugger999

      Je suis parfaitement d’accord avec votre commentaire. Le CSF est un organisme inutile qui cherche à justifier son existence avec ses discours réducteurs , ses prises de positions fallacieuses , ainsi que par ses déclarations qui font dans la misandrie crasse d’autant plus qu’elles sont subventionnées. Pour ces enragées ( car elles le sont ) , l’égalité consiste en des gains faits uniquement pour des femmes et par les femmes. Si les hommes font des gains avec les choses qu’elles revendiquent , cette même égalité ne s’applique plus. Elles sont capables de nous faire avaler que le port du voile est une liberté individuelle éclairée prise par celle qui le porte tout en nous faisant croire que l’union libre est inacceptable et qu’on doit en protéger les ” nounounes ” qui en font le choix et tout ça au crochets du compte bancaire masculin. Car avec elles , on a compris depuis des lustres que les hommes ne sont que de méchiiinnns profiteurs de femmes.

      À M. Leitão , ministre des Finances du Québec ; si vous avez des cibles de coupes financières à réaliser , je vous suggère le CSF = organisme absolument inutile qui subsiste à nos dépends et qui valorise un discours sexiste intolérable avec du financement public.

    • Comme vous le constatez madame Lortie, le sujet touche une corde sensible et les avis vont largement dans le même sens. Il y a donc lieu de se questionner sur le bien fondé de cette idée et de l organisme qui l a proposé.

      Je ne peux faire autrement toutefois que souligner la futilité de cette idée au lendemain d un évenement qui a vu un mec se suicider et apporter son enfant avec lui juste pour avoir le dernier mot. Ca c est les vraies priorités sur lesquelles TOUTES NOS ÉNERGIES devraient être placées et non pas sur des projets qui vont à l encontre de ce que les principaux concernés pensent. Elle en pense quoi madame Miville -Deschenes de cette histoire ? Silence radio….

      Vous voyez ? C est ca qui est pas correct. Elle devrait être au combat, dans tous les médias aujourd hui pour qu on fasse de quoi mais non…On préfere mettre de l avant un projet qui va satisfaire groupe de pression ami…

    • @ dugger: Ben voyons, vous facturez les 3 ! Ne pas y avoir pensé spontanément démontre votre manque de jugement ce qui justifie pleinement les interventions du CSF. Vous l’aurez compris, c’est ironique.

    • Bien d’accord avec ceux qui pensent qu’on devrait couper les vivres au CSF. En 2014, on peut certainement s’en passer. Si les femmes y tiennent tant, qu’elles paient pour.

    • @dugger999

      Donc vous avez été en couple avec ces trois femmes ?

      Imaginons que vous auriez été mariés. Pour que le principe des aliments puisse s’aplliquer ou non.

      C’est pas du tout certain que vous auriez eu droit à une pension d’une ou de plusieurs de ces femmes et surtout pas À VIE….

      Mais il ya des hommes masculinistes qui se plaignent… Il y a sûrement des situations dont ils parles qui arrivent mais cela doit être des exceptions et des ratées du système…

      Et cela arrive des deux côtés… On se plaint que la loi est du bord des femmes trop ? Ce sont-ils bien défendu au tribunal ?

      Puis même en gagnant au tribunal si tu es avec une personne de mauviase foi et qui veut juste se venger.

      La pension alimentaire l’autre la paiera même pas ou rarement juste quand il va être saisi…

      Mais là je parle de pensions pour les enfants…

      Des hommes et des femmes se font avoir par des abuseurs du système. Le système est lourd également alors on peut faire niaiser l’autre au tribunal et faire en sorte de le ruiner en frais d’avocats…

    • Il serait intéressant aussi que l’on nous donne les cas types dont on nous parle…

      Que l’on puisse aller les lire sur Jugements Québec…

      J’ai lu des histoires d’horreur à l’encontre de femmes. Mais pas vraiment au sujet de cette pension au conjoint.

      Je cherchais une cause avec pension au conjoint et j’en ai vu une hier… L’homme devait en payer une à son ex mais ils avaient été ensemble très longtemps sauf que la pension sur laquelle ils s’étaient entendus était rendu bien trop élevé pour l’homme et les placements des deux partis avaient fondu comme neige au soleil et cela aussi est un immense problème Les gens qui se font avoir avec les marchés ou les conseillers financiers.

      Au final il a obtenu la réduction de la pension et l’annulation après 24 moins de plus… je trouve qu’il était plus que temps… Pour ce retraité…

      Malheureusement, j’ai pas sauvegardé la décision.

      Mais se devoir des aliments il est là entre époux et certains aimeraient l’avoir entre conjoints de fait et Lola avec madame Goldwater a passé proche de l’obtenir et remarquons que ce n’est pas Goldwater qui plaidait pour elle en Cour Suprême et elle a dit pour des raisons d’argent… Pourtant quand tu gagnes avec un avocat, tu serais pas mieux de continuer avec lui ou elle ?

      Bon pour les aliments… Ce n’est pas automatique… et ce n’est pas à vie et chacun a le devoir de s’occuper de lui-même…

      C’est la théorie cela mais en pratique il y a des abus ? Bonne chance à tous. Soyez prudents avant de vous embarquer. Mais c’est rendu que des gens pensent que l’autre va abuser de la Loi….

      C’est une possibilité mais pourquoi se mettre en couple avec une personne en qui on a pas confiance ou envers qui on ne devrait pas avoir confiance ? L’amour est aveugle ?

    • La plus évidente conséquence d’un tel changement au code civil sera l’amplification de la stratification de la société. En d’autre mot, les gens vont, encore plus qu’ils ne le font maintenant, se ‘matcher’ selon leur salaires autant que possible. Si tu gagne 70K par année, tu vas pas sortir trop lontemps avec un(e) conjoint(e) qui en gagne 25K!

      C’est pas juste les hommes qui vont avoir ce réflexe. Ma soeur est medecin et je connais personnellement plusieurs de ses collègues féminine qui ne veulent pas se marier à leur conjoint à cause de la différence de salaire*. Imaginez maintenant si elles risquent de se trouver ‘mariée’ contre leur gré!

      C’est cheap comme réaction, mais c’est très humain.

      *Oui, je sais, on peut faire un contrat de marriage. Et on devrait tous parler d’éducation sexuelle à nos à ado aussi! Mais peu le font. Certaines conversation sont moins plaisantes qu’une visite chez le dentiste et c’est utopique de penser que tous le monde va le faire. Ça aussi, c’est très humain.

    • @CommentaireEprouve

      À partir du moment où un test d’ADN confirme votre paternité, vous êtes père et vous assumez, point. Pas de refus possible. Ça peut paraître ingrat, mais le gouvernement s’assure ainsi qu’un enfant ne sera pas privé de l’apport de son père et que la mère ne sera en aucun cas contrainte à l’avortement.

      Ceci dit, assumant la paternité (pension alimentaire, droits de visite et tout) d’un enfant sans jamais avoir été en couple avec sa mère, je suis bien heureux de subvenir aux besoins de mon enfant, mais je ne vois pas en quoi cette situation devrait faire de moi un homme marié.

    • On veut changer la loi pour protéger les nouilles qui ne peuvent pas gérer leurs affaires, mais en prévoyant qu’un couple peut aller chez le notaire pour se soustraire à l’obligation d’avoir à payer une pension à l’autre conjoint lors d’une séparation.

      Donc tous les conjoints de fait qui ne veulent pas se marier iront chez le notaire et on n’aura strictement rien changé, sauf que les notaires seront plus riches.

    • @55

      je ne sais pas à partir de combien de temps vous considérez qu’une relation dure longtemps, mais moi je suis sortie (par amour bien entendu) plusieurs années avec un gars qui gagnait 8 fois moins que moi

    • @jules30
      Euh… félicitation? Et comment te sentirais-tu à l’idée de lui verser une pension? C’est de ça qu’il s’agit.

    • @loubia : Oui, je dis “une femme et son enfant”. Un père, c’est l’homme qui tous les jours passe du temps avec un enfant, qui l’accompagne, qui lui apprend la vie. À partir du moment où un homme ne plus faire cela, ce n’est plus un père.

      Si vous n’êtes pas d’accord avec cette définition de ce qu’est être un père, je vous en prie, expliquez-moi!

      Ceci dit, votre commentaire sur Turcotte me laisse absolument pantois. C’est un des commentaires les plus malsains que j’ai lus sur ce blogue. Vous avez sérieusement besoin de consulter.

    • Je suis féministe et tout à fait contre une telle mesure.

      J’en ai assez de toutes ces mesures qu’on nous impose sans laisser de choix.

      Je suis entièrement d’accord avec l’intervenante qui écrit plus haut: “Tu veux les avantages du mariage? Marie-toi! Tu ne veux pas de papier officiel pour officialiser ton union? Passe devant le notaire pour rendre légal qui aura quoi en cas de séparation. Il/elle ne veut pas se marier/passer chez le notaire? Flush-moi ça.”

      Homme et femme qui décident de vivre en couple sont adultes et par conséquent, doivent décider eux-mêmes de leur entente de vie.

      L’argument qui veut que parfois un des deux veut le mariage (ou l’entente notariée pour union de fait) et que l’autre ne veut rien savoir ne tient pas la route. Pour quelque chose d’aussi “basic”, s’il y a points de vue diamétralement opposés, je ne vois pas comment l’union pourrait tenir la route!!!!

      Toutes les mesures nécessaires doivent être prises pour protéger les enfants car ils ne sont responsables des agissements et des décisions de leurs parents ni dans leur union ni dans leur désunion. Mais dans l’organisation de leur vie, individuellement et en duo, Monsieur et Madame (ou Monsieur et Monsieur comme Madame et Madame) prennent leurs propres décisions et doivent vivre avec.

      Y’a tout de même des limites à la déresponsabilisation! Le Conseil du Statut de la Femme, par une telle décision, va à l’encontre, selon moi, des principes du féminisme, car il infantilise les conjoints (alléguant vouloir majoritairement protéger les conjointes de fait) et demande encore une fois au gouvernemaman de s’occuper de tout.

      Les femmes qui souhaitent une telle règlementation auraient davantage besoin d’être bien informées, de se réveiller, et de voir à leurs affaires plutôt que de voir, encore et toujours, le législateur leur éviter de penser et les laisser s’embourber. Car si une conjointe, comme le laisse supposer le CSF, a besoin de l’État pour protéger ses intérêts dans son couple, m’est avis que dans les autres secteurs de sa vie (professionnel, social et autre), elle ne se protège pas vraiment non plus.

      Nous avons élevé nos fils et nos filles pour qu’ils soient autonomes. Le CSF devrait s’en rappeler.

    • @55
      13h10

      Je le sais bien que c’est de ça qu’il s’agit, et rassurez-vous, jamais l’idée ne lui serait venue que je lui verse une pension; il payait ses choses et moi les miennes. Cela étant dit, je suis une personne archi indépendante et les histoires de verser une pension au conjoint(e) après séparation, sauf quand c’est pour les besoins des enfants, me hérissent le poil. À peu près tout le monde peut gagner sa vie, c’est quoi cette histoire de dépendre d’une pension, de vivre aux crochets de quelqu’un? (et c’est particulièrement vrai dans e cas de Lola, encore jeune, belle et remplie de potentiel après qu’Éric l’eût laissée – quel mauvais exemple a-t-elle montré, quelle honte pour l’autonomie des femmes!). Je peux comprendre dans le cas de malades chroniques ou de personnes physiquement inaptes à travailler, mais pour les autres…

    • Il serait temps que les femmes du Québec ramène le CSF à l’ordre de façon à ce que cet organisme ou tout autre cesse de parler en leur nom sur des choses aussi fondamentales. Être une femme je serais depuis longtemps en désacord total avec l’existence même du CSF.

    • L’amour est plus fort que tout.

    • Chaque cas est différent mais ce qu’on remarque surtout c’est que ceux qui restent de bonne foi et gardent une bonneeentente relative, cela se passe beaucoup mieux que les autres, contrat ou pas…

      Mariés ou pas… Et tout dépend si vous avez des enfants et des biens que vous avez acquis ensemble et des sujets de dispute…

      Les choses peuvent se régler rapidement comme rester devant les tribunaux très longtemps…

      Et là, on peut se ruiner ou du moins avoir des problèmes de liquidités en attendant le règlement final…

      Contrat ou pas quand les deux veulent se déchirer et se détruire… Et quand certains font tout pour cacher des revenus aussi… Mais on peut pareil gagner sauf que quand l’autre veut pas payer, il payera pas souvent… Bonne chance !

    • Et quell est votre avis sur l’avis de votre collègue Lysianne qui trouve que cela infantilise les femmes ??

    • @Derive,
      Madame Lortie n’a pas à commenter l’opinion d’une collègue. Je suis tout à fait en accord avec les deux d’ailleurs. Ce qui me sidère, est qu’il faudrait avoir un acte notarié pour “être libre” de toute obligation… De quoi réjouir les notaires et siphonner encore une fois les contribuables! Heureusement, le gouvernement ne semble pas chaud chaud à l’idée du CSF et pour paraphraser Madame Gagnon, c’est le CSF qu’il devrait réformer!
      Et vous, quelle est votre opinion?

    • “habanel

      4 juin 2014
      16h14

      “Le filet social du Quebec est tres genereux. Personne ne meurt de faim.”

      Misère !
      Faut vraiment avoir les deux yeux fermés ben dur pour dire des choses pareilles.” (q.terreux)

      Et il faut ne pas être sorti un peu du Québec pour ridiculiser Chabanel…

    • @blackened

      Je connais une femme qui a eu un enfant parce qu’elle en voulait un, en couchant avec un homme qu’elle fréquentait depuis un moment et qu’elle trouvait à son gout. Elle n’a pas pris de contraception ce soir là, et puis… Évidemment, l’homme en question a été extrêment en colère, mais la femme ne voulait que l’enfant, et désirait vivre indépendante, et bref, l’homme est parti de son côté. Je n’approuve pas cette situation, mais l’enfant va bien.

      Mais là vous me dites, qu’une femme peut employer ce stratagème et exiger la parenté d’un père? Je pensais qu’un père avait droit au refus de paternité, bien que dans un délais très court.
      Je sais qu’un père a droit à la paternité en prouvant par ADN pour une femme qui ne désire pas partager “son” enfant, mais je pensais qu’un père, comme une mère, pouvait refuser la parenté et offrir à l’autre parent ou adoption.

      Il y a des situations où la paternité obligatoire me semble injuste, même si évidemment ce n’est pas juste à la femme de penser à la contraception.

    • voyez-vous ça, pendant ses études ma fille décide de partager les frais de logements avec son ”chum”. Pas sûr d’être destinés l’un à l’autre, mais voilà après deux ans ils doivent faire ”appartement à part” parce qu’une loi rétrograde les marie sinon????? Avis à tous les célibataires heureux ou pas qui vivent en appartement ensemble, dans deux ans vous serez mariés! assurez-vous d’avoir un compte en banque à zéro et de ne pas avoir acheté les électroménagers!

    • Intéressant aoli mais pour fins fiscales votre fille et son chum sont conjoints de fait ou pas ?

      Ils vivvent maritalement ou pas ?

      Anyway, c’est normal de ne pas se marier même si on put être considéré comme conjoint de fait mais il fut quand même s’entendre sur ce qui est à qui ?

      Mêmes mariés… AAdmettons avec la loi sur le patrimoine familial et de se devoir des aliments…

      Bien il y en aurait pas…

      Puis il faut que l’autre en demande…

      Être ”libre”’ de toute obligation dit u autre… bien cela je ne trouve pas nécessairement cela juste…

      Mais que les gens en couple temporairement et sans contrat de partage de vie commune gardent leurs factures…

      Mais on aimerait pas cela partager les Reer et tout… Alors que ce n’est encore que temporaire…

      Mais quand il y a des enfants et que cela fait plusieurs années et qu’il ya un entente entre les deux qu’un reste avec les enfants… Il me semble que d’avoir droit à un partage est la chose juste à faire…

      Un partage ou une pension mais qui devrait être temporaire de nos jours plutôt qu’à vie…

      Le problème avec la loi c’est que c’est un peu trop du one size fit all. C’est la même loi pour tous bien qu’elle s’interprète différemmment au cas par cas.

      Si on a pas de contrat de vie commune, c’est simple il faut se refaire des petits contrats à chaque fois qu’on partage des dépenses.

      C’est à qui la voiture ? C’est chacun la sinne ? Parfait. Les électroménagers ? Qui a payer ?

      Puis même avec un contrat de mariage et dans un divorce il faut s,entendre au moins sur certaines choses sinon la guerre peut être encore pire que la guerre.

    • Il ya des abuseurs des deux côtés , hommes et femmes… Ceux qui veulent continuer à profiter qu’il n’y ait pas de protection ou de contrat officiel et ceux et celles qui abusent de la loi et cela peut coûter cher en avocats pour faire rééquilibrer les choses…

      Qu’est-ce qui est juste et équitable ou du moins qui l’est raisonnablement ? C’est au cas par cas. Il vaut mieux prendre les mesures pour s’entendre. Puis oui, un contrat avec un notaire est une bonne chose quand cela comence à être sérieux.

      Éric et Lola auraient dû en avoir un… Mais je pense qu’ils ont fait une entente après leur séparation et cela en 2002 mais qu’elle n’a pas tenu…

      Quand vous avez deux personnes qui ne pensent qu’à se chicaner…

      Deux personnes ”accotés” comme on disait autrefois et avec peu de biens accumulés et sans enfants… et depuis pas tant de temps… Pourquoi donc avoir un contrat standard…

      Ils sont ont un conttrat écrit entre eux mais pas notarié ? Il devra être homologué ? Mais s’ils s’entendent ? Tant qu’il y a bonne entente , cela va pas trop pire mais c’est en cas de conflit.

      C’est comme se partir en affaire sans contrat…. c’est la meilleure manière pour qu’unde vos associés vous entube mais vous pouvez pareil vous faire arnaquer , le contrat n’est qu’une étape.

      C’est pareil pour une vie de couple, s’ils sont sérieux, ils devraient faire un contrat ou sinon prendre des mesures quasi-équivalentes, chacun ses comptes, on garde les factures pour tout, tout… et si on considère que l,autre nous doit de l’argent on lui fait signer un billet reconnaissant sa dette.

      Il faut être responsable et sérieux, en affaires comme en amour.

    • Il faut se poser des questions sur les compétences de Madame Miville-Deschênes qui fut nommée à ce poste suite à sa grande amitié avec Madame Christine St-Pierre, ministre Libérale.

      Ce n’est pas la première bourde qu’elle a à son crédit. Elle a été chanceuse d’avoir pu conserver son poste durant le temps que le Parti Québécois était au pouvoir. Avec les Libéraux, voilà longtemps qu’elle aurait été mise à la porte si elle avait été une sympathisante Péquiste.

    • Un contrat de vie de couple devrait être comme ceci: vingt ans avec partage du patrimoine automatique avec option de renouvellement du contrat annuellement par la suite, toujours avec partage du patrimoine. Résutat hommes et femmes seraient plus attentif un envers l’autre et il y aurait moins de centre d’achat au profit du patrimoine.

    • Tu veux t’accoter et tu ne veux pas d’enfant … snip snip. Tu change ta familiale pour une sportive.

    • Le CSF veut infantiliser les femmes et les hommes avec une pareille mesure, éduquons-les plutôt. On a presque réussi à leur expliquer comment contrôler les naissances, alors entreprenons la prochaine étape.

    • À LIRE :
      http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/lysiane-gagnon/201406/06/01-4773599-maries-de-force.php
      Des décennies de féminisme !!! Quand cessera-t-on de traiter les femmes comme des mineures trop sottes pour décider elles-mêmes de leur statut matrimonial ?

    • C’est un peu hors-sujet, mais quel horrible article (anonyme) que je viens de lire dans La Presse, sur les enfant adoptés rejetés, article qui met presque la faute sur le dos d’enfants qui ont 3 ans. Il faut rediscipliner les lois d’adoption pour ne plus que des gens adoptent facilement des enfants qu’ils peuvent ensuite rejeter. Tout enfant peut développer des troubles mentaux. TOUT enfant. Adopter ce sera toujours prendre un risque sérieu. Et une responsabilité.

    • Oui, c’est absoluement horrisble quant aux enfants (et ici, sur lapresse, j’ai croisé aussi quelques articles sur les enfants adoptés et rejétés).
      Moi aussi, je pense que cet avis pose la vision disproportionnée de la femme et de la société. on ote la responsabilité des femmes par ces projets.

    • @commentaire: Ce n’est pas si simple. Le problème ce ne sont pas les lois d’adoption ni les parents qui adopent, mais le manque de préparation et de soutien aux parents dont les enfants adoptés ont de graves problèmes. Et aussi le total déni faces aux éventuels problèmes dont les parents ne sont pas au courant.

      Il y avait eu un reportage là-dessus il y a quelques années (Enjeux je pense), des Québécois qui avaient “abandonné” leur fillette russe. Ça choque mais il faut comprendre la réalité de ces gens. Ma propre soeur a adopté à l’étranger et croyez-moi, un enfant qui souffre de trouble d’attachement, déjà un stade léger c’est difficile, alors imaginez dans un stade aïgu…

      Contrairement à ce que vous dites, ce n’est pas facile d’adopter et ce n’est pas n’importe qui qui peut le faire. On évalue les parents en fonction de l’adoption d’un enfant “normal” et non d’un cas problématique.

      Et pour finir, l’amour peut faire beaucoup chez un enfant meurtri, mais dans certains cas ça reste insuffisant…

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

    publicité

  • TWITTER

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    avril 2010
    L Ma Me J V S D
    « mar   mai »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    2627282930  
  • Archives

  • publicité