Marie-Claude Lortie

Marie-Claude Lortie - Auteur
  • Marie-Claude Lortie

    Journaliste à La Presse depuis 20 ans où elle est chroniqueuse et critique gastronomique, Marie-Claude Lortie commente l'actualité, entre deux brassées de lavage et un match de soccer.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 14 mai 2014 | Mise en ligne à 21h49 | Commenter Commentaires (59)

    Abramson, équité salariale et dinosaures

    Capture d’écran 2014-05-14 à 21.46.43

    La Une du magazine du Monde, consacrée à Abramson du Times.

    Dur moment pour les femmes directrices de journaux.
    Mercredi, deux femmes à la tête de deux très grands quotidiens se sont fait montrer la porte: Natalie Nougayrède au Monde et Jill Abramson au New York Times.
    (Article du Times lui-même sur la question ici.)

    Dans les deux cas, la situation est claire: on leur a montré la porte. Au Monde, Nougayrède n’a pas réussi à mater une fronde de la rédaction face à un virage numérique qu’elle tentait de piloter, en vain. Et au New York Times, selon le journaliste Ken Auletta du New Yorker qui nous l’explique dans ce blogue, Abramson a été tassée parce que, entre autres choses, elle a déplu à ses patrons en cherchant à savoir pourquoi elle était moins payée que son prédécesseur et parce qu’elle tentait de protéger l’indépendance journalistique du quotidien de pressions venant du côté business du journal.
    Difficile de ne pas être totalement scandalisée, choquée, peinée, découragée par tout cela.
    N’avait-on pas un peu évolué, notamment sur la question de l’équité salariale ?
    Difficile de ne pas voir un backlash.


    • @Mme Lortie: Les différends employeur/employé n’ont pas nécessairement de bases fondées sur le genre. Il y a plein d’hommes qui se font virer de leur poste de cadre supérieur sans que cela ait à voir avec le port d’un pantalon ou d’une jupe.

      Quant à la rémunération, surtout à de tels niveaux, il est aussi très fréquent qu’un successeur gagne moins que son prédécesseur. C’est souvent fondé sur l’expérience. Un(e) PDG qui arrive ne peut logiquement prétendre gagner le même salaire que le titulaire qui a été en place durant une décennie, voire davantage. J’ai déjà succédé à une femme qui avait été en poste durant une quinzaine d’années. On ne m’a pas offert le même salaire qu’elle et je n’ai rien vu d’anormal à cela. L’offre qu’on m’a faite me semblait convenable et je l’ai acceptée. Il me revenait de voir à performer et gagner mes galons.

      Il ne faut pas voir des complots partout. Mais peut-être avez vous des faits qui confirment votre dénonciation. Par exemple, avez-vous comparé les C.V.?

    • Ça ne me scandalise choque peine décourage pas trop quand les dirigeants de grandes entreprises, avec leur égo démesuré, se bouffent entres eux.

    • Bien il y a aussi le fait que le milieu des médias est de plus en plus difficile non ? Leurs revenus ne sont pas à la hausse…

      C’est beau avoir des principes mais il reste que c’est la business qui fait vivre les journalistes aussi… donc, il faut que la business aille bien, si elle va moins bien les journalistes et la direction doivent faire des concessions pour ceux qui gardent leur poste ou aller ailleurs…

      Mais là je n’ai lu que votre texte…

    • On obtient aussi ce qu’on négocie… Des hommes aussi obtiennent moins s’ils sont moins bon négociateurs ou pour se défendre, mais cela veut pas dire qu’ils sont payés selon la juste valeur de leur travail.

      Les hauts dirigeants non plus d’ailleurs qui eux obtiennent plus. Plus d’hommes que de femmes parmi ces gens-là que certains appellent des requins… Ils le sont peut-être pas tous mais c’est une perception et des gens ayant travaillé avec eux ou pour eux nous disent cela… Cela ne vient pas juste de jaloux.

    • Je crois qu on arrive à la croisée des chemins. On le voit un peu partout, il est maintenant devenu impossible de continuer à se servir dans l`assiette au beurre. Et quel constat commun faisons nous à chaque fois ?
      Celui qu`une génération s`accroche au pouvoir, refuse de faire la passation et sera bientot tassée. Cette même génération pour qui la femme avait un role à jouer…mais pas nécéssairement au travail. Le mot clé étant nécéssairement parce que cette génération se voyait maintenant forcée d`accepter que la femme devait avoir presqu`à corps défendant, une place dans la société.

      Alors oui on a évolué mais pas encore ou se situe l`essentiel. On est encore régis par une société patriarcale ou chacun doit respecter la hiérarchie. Petite maison ,cloture blanche,Deux enfants,un gars une fille, petit pitou… Tant qu`on va nier ces faits là et laisser les boomers s`accrocher on ne reglera rien. Seulement en enlevant les 65 ans et plus du marché du travail on regle le probleme de chomage à 100 %. Le deal c`était ca non ? 65 ans et ensuite on profite de la pension ?

      On pourra ensuite faire place à l`équité…

    • Le principe de l’équité salariale est justifié pour des employés dont les compétences ne font que peu de différence, mais pas pour les autres. Si la seule justification qu’un cadre peut donner pour une augmentation de salaire est “mon prédécesseur avait plus que moi”, c’est que ce cadre ne mérite aucune augmentation et probablement pas sa place.

      Suis-je scandalisé que des personnes qui n’ont pas la compétence pour leur poste se fassent montrer la porte? Non.

    • Scandalisant en effet, mais l’équité salariale n’est que l’une des victimes de la doctrine d’affaires actuelle, très autoritaire et de plus en plus imperméable à des concepts qu’on croyait acquis. Dans ce cas-ci, on bafoue le droit des femmes à recevoir le même salaire pour un travail comparable. Dans l’Ouest canadien, un recteur de facultée s’est fait virer et vu interdir l’accès au campus, en plus de perdre sa pension, pour avoir critiqué l’université, et ce à cing mois de la retraite. Ces réactions impitoyables sont un symptôme de l’accumulation de la richesse et du pouvoir au sein de groupss de plus restreints qui se font un devoir de passer toutes sortes de principes au rouleau compresseur.

    • Qu’en est-il dans votre journal ? Est-ce qu’Alain Dubuc gagne plus que Lysiane Gagnon ? Est-ce que Yves Boisvert a le même salaire que vous ? Je n’ai aucune information, mais j’ai comme un petit doute que ces messieurs sont avantagés.

    • Encore une fois, vous êtes de mauvaise foi et très biaisée sur deux situations similaires. Si vous lisez attentivement, c’est bien la façon de gérer les rédactions qui est en cause et non leur rénumérations. Pour Mme Abramson, sa revendication sur son salaire aura été la goutte d’eau de trop. Concernant Mme Nougayrède, lorsque vous avez 7 rédacteurs en chef qui démissionnent, vous avez perdu votre rédaction. C’est tout simplement une question de compétence et non de salaire.

      Votre obsession à voir des complots contre les femmes, malgré leurs incompétences décrédibilise votre parole.

    • @lecteur_curieux
      “On obtient aussi ce qu’on négocie”

      Bien dit.
      C’est une “personne”, pas une “femme” qui a accepté la job au salaire offert.

      MCL, c’est bien de defendre la cause, et je dis ceci sans sarcasme, mais c’est pas mal mince comme argumentaire aujourd’hui.

      Vous avez vu/lu Da Vinci Code? vous avez le lien de causalité pas mal facile

      a force de crier “au loup”…

    • M. Hétu prend la peine de rapporter la variété des explications proposées par différentes sources. Mme Lortie ne retient que l’explication qui alimente sa propre obsession.

    • Bon, encore du male-bashing.

      Si une femme perd sa job ça peut pas être de sa faute à elle, ben non.

      Ça peut rien qu’être encore et toujours la faute des hommes vu que toutes les femmes sont compétentes de la première à la dernière et ne font jamais jamais jamais d’erreurs de jugement.

      Quand un homme perd sa job c’est de sa propre faute et c’est bien fait pour lui, ça lui apprendra.

      Quand une femme perd sa job par contre il faut utiliser l’expression ” se fait tasser de sa job” comme dans l’article ci-haut pour bien faire croire aux lecteurs bien-pensants et surtout naïfs qu’il s’agit de nouveau de la fameuse théorie du complot féministe qui veut que toutes les femmes soient des saintes et des martyres hypercompétentes et que tous les hommes soient des bourreaux misogynes.

      On appelle aussi ça de la propagande, de la démonisation du 50% masculin de la population et de la culpablisation sans fondement dans un but politique.

      Est-ce qu’on agirait de la sorte envers une minorité ethnique ou sexuelle ?
      Ben non voyons donc, on encourage à agir de la sorte seulement avec les méchants méchants hommes.

    • Conclusion de ce fait divers et avis aux employeurs :

      Si vous engagez une femme vous n’avez plus le droit de la mettre dehors sans reçevoir les foudres du journalisme féministe.

      Un homme vous pouvez le mettre dehors, une femme, non.
      C’est ça “l’égalité”.
      On vous a bien eu.

    • jeanfrancoiscouture

      14 mai 2014
      22h46

      @Mme Lortie: Les différends employeur/employé n’ont pas nécessairement de bases fondées sur le genre. Il y a plein d’hommes qui se font virer de leur poste de cadre supérieur sans que cela ait à voir avec le port d’un pantalon ou d’une jupe.

      Quant à la rémunération, surtout à de tels niveaux, il est aussi très fréquent qu’un successeur gagne moins que son prédécesseur. C’est souvent fondé sur l’expérience. Un(e) PDG qui arrive ne peut logiquement prétendre gagner le même salaire que le titulaire qui a été en place durant une décennie, voire davantage. J’ai déjà succédé à une femme qui avait été en poste durant une quinzaine d’années. On ne m’a pas offert le même salaire qu’elle et je n’ai rien vu d’anormal à cela. L’offre qu’on m’a faite me semblait convenable et je l’ai acceptée. Il me revenait de voir à performer et gagner mes galons.

      Il ne faut pas voir des complots partout. Mais peut-être avez vous des faits qui confirment votre dénonciation. Par exemple, avez-vous comparé les C.V.?

      monsieur8

      14 mai 2014
      22h56

      Ça ne me scandalise choque peine décourage pas trop quand les dirigeants de grandes entreprises, avec leur égo démesuré, se bouffent entres eux.

      lecteur_curieux

      15 mai 2014
      00h21

      Bien il y a aussi le fait que le milieu des médias est de plus en plus difficile non ? Leurs revenus ne sont pas à la hausse…

      C’est beau avoir des principes mais il reste que c’est la business qui fait vivre les journalistes aussi… donc, il faut que la business aille bien, si elle va moins bien les journalistes et la direction doivent faire des concessions pour ceux qui gardent leur poste ou aller ailleurs…

      Mais là je n’ai lu que votre texte…

      lecteur_curieux

      15 mai 2014
      00h28

      On obtient aussi ce qu’on négocie… Des hommes aussi obtiennent moins s’ils sont moins bon négociateurs ou pour se défendre, mais cela veut pas dire qu’ils sont payés selon la juste valeur de leur travail.

      Les hauts dirigeants non plus d’ailleurs qui eux obtiennent plus. Plus d’hommes que de femmes parmi ces gens-là que certains appellent des requins… Ils le sont peut-être pas tous mais c’est une perception et des gens ayant travaillé avec eux ou pour eux nous disent cela… Cela ne vient pas juste de jaloux.

      noirod

      15 mai 2014
      05h58

      Je crois qu on arrive à la croisée des chemins. On le voit un peu partout, il est maintenant devenu impossible de continuer à se servir dans l`assiette au beurre. Et quel constat commun faisons nous à chaque fois ?
      Celui qu`une génération s`accroche au pouvoir, refuse de faire la passation et sera bientot tassée. Cette même génération pour qui la femme avait un role à jouer…mais pas nécéssairement au travail. Le mot clé étant nécéssairement parce que cette génération se voyait maintenant forcée d`accepter que la femme devait avoir presqu`à corps défendant, une place dans la société.

      Alors oui on a évolué mais pas encore ou se situe l`essentiel. On est encore régis par une société patriarcale ou chacun doit respecter la hiérarchie. Petite maison ,cloture blanche,Deux enfants,un gars une fille, petit pitou… Tant qu`on va nier ces faits là et laisser les boomers s`accrocher on ne reglera rien. Seulement en enlevant les 65 ans et plus du marché du travail on regle le probleme de chomage à 100 %. Le deal c`était ca non ? 65 ans et ensuite on profite de la pension ?

      On pourra ensuite faire place à l`équité…

      89170

      15 mai 2014
      06h28

      Le principe de l’équité salariale est justifié pour des employés dont les compétences ne font que peu de différence, mais pas pour les autres. Si la seule justification qu’un cadre peut donner pour une augmentation de salaire est “mon prédécesseur avait plus que moi”, c’est que ce cadre ne mérite aucune augmentation et probablement pas sa place.

      Suis-je scandalisé que des personnes qui n’ont pas la compétence pour leur poste se fassent montrer la porte? Non.

      pierrea

      15 mai 2014
      06h31

      Scandalisant en effet, mais l’équité salariale n’est que l’une des victimes de la doctrine d’affaires actuelle, très autoritaire et de plus en plus imperméable à des concepts qu’on croyait acquis. Dans ce cas-ci, on bafoue le droit des femmes à recevoir le même salaire pour un travail comparable. Dans l’Ouest canadien, un recteur de facultée s’est fait virer et vu interdir l’accès au campus, en plus de perdre sa pension, pour avoir critiqué l’université, et ce à cing mois de la retraite. Ces réactions impitoyables sont un symptôme de l’accumulation de la richesse et du pouvoir au sein de groupss de plus restreints qui se font un devoir de passer toutes sortes de principes au rouleau compresseur.

      ugoh

      15 mai 2014
      06h49

      Qu’en est-il dans votre journal ? Est-ce qu’Alain Dubuc gagne plus que Lysiane Gagnon ? Est-ce que Yves Boisvert a le même salaire que vous ? Je n’ai aucune information, mais j’ai comme un petit doute que ces messieurs sont avantagés.

      legroseasy

      15 mai 2014
      07h58

      Encore une fois, vous êtes de mauvaise foi et très biaisée sur deux situations similaires. Si vous lisez attentivement, c’est bien la façon de gérer les rédactions qui est en cause et non leur rénumérations. Pour Mme Abramson, sa revendication sur son salaire aura été la goutte d’eau de trop. Concernant Mme Nougayrède, lorsque vous avez 7 rédacteurs en chef qui démissionnent, vous avez perdu votre rédaction. C’est tout simplement une question de compétence et non de salaire.

      Votre obsession à voir des complots contre les femmes, malgré leurs incompétences décrédibilise votre parole.

      chabanel

      15 mai 2014
      09h51

      @lecteur_curieux
      “On obtient aussi ce qu’on négocie”

      Bien dit.
      C’est une “personne”, pas une “femme” qui a accepté la job au salaire offert.

      MCL, c’est bien de defendre la cause, et je dis ceci sans sarcasme, mais c’est pas mal mince comme argumentaire aujourd’hui.

      Vous avez vu/lu Da Vinci Code? vous avez le lien de causalité pas mal facile

      a force de crier “au loup”…

      rllemieux

      rllemieux 09h53

      «M. Hétu prend la peine de rapporter la variété des explications proposées par différentes sources. Mme Lortie ne retient que l’explication qui alimente sa propre obsession.»

      Voila qui pourrait expliquer une différence salariale entre les deux!

    • rllemieux 09h53

      «M. Hétu prend la peine de rapporter la variété des explications proposées par différentes sources. Mme Lortie ne retient que l’explication qui alimente sa propre obsession.»

      Voila qui pourrait expliquer une différence salariale entre les deux!

    • L’égalité salariale entre les sexes… je trouve cela souvent galvaudé. Très peu de gens se penchent sur les explications de ces écarts pour ainsi découvrir quel serait la véritable part inexpliquée de cet écart.

      Quelques études intéressantes parcourent le sujet. Elles pointent toutes vers une cible de 4% à 7% qui serait inexpliquée. Très loin du 20% que plusieurs « égalitaires salariéristes » crient sur tous les toits.

      Les motifs des écarts? Ils sont nombreux. Ex: Négociation initial du contrat, expérience personnelle, type d’entreprise (un PDG dans le pharma ne gagnera pas le même salaire qu’un PDG dans une entreprise de transformation de plastique), etc.

      Si vous êtes intéressé à avoir davantage de précision, voici un document intéressant sur la question : http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/ES398-399f.pdf

    • @jeancharles80

      D’accord avec vos propos sur toute la ligne. Mme Lortie nous ressort son redondant féminisme primaire qui fait plus dans la victimisation que dans les vrais débats. D’avoir aussi peu de crédibilité avec de tels propos ne fait que nuire à la cause féministe . Mais bon , de tels commentaires trouvent toujours leurs lots de sympathisants surtout qu’il est bien vu voire même toléré , au Québec féministe , de ridiculiser les hommes .

    • @ m.rustik

      Bien d’accord.
      J’ajoute votre hyperlien à mes références.

      Ici même à Cyberpresse ily a eu plusieurs articles pour explquer les différences salariales selon le sexe et pour déboulonner le mythe du “plafond de verre”
      Des articles comme celui-ci :

      http://affaires.lapresse.ca/economie/quebec/200904/20/01-848259-le-plafond-de-verre-existe-t-il-encore-pour-les-femmes.php

      Un autre article sur le même sujet :

      http://www.scienceshumaines.com/entretien-avec-susan-pinker-les-femmes-ne-sont-pas-les-clones-des-hommes_fr_25077.html

      Article de cyberpresse écrit par une femme au sujet d’une étude scientifique faite par une femme.

      Ouf !
      Heureusement parce que des décennies de médisances féministes ont réussi à enlèver aux hommes toute apparence de crédibidibilités dans ces domaines.
      Paranoïa oblige.

      Même à ça certains et certaines croient encore dur comme fer aux théories du complot que propage l’idéologie féministe.
      C’est pas à un plafond de verre auquel on a à faire mais à un MUR de verre entre la réalité scientifique et la philosophie féministe.
      Parce que le féminisme n’est pas une science évidemment, c’est bel et bien une philosophie.

      Les hommes et les femmes font des choix de vie différents, et ça inclut des choix de carrière évidemment.
      Et les salaires différents qui viennent avec.

      Qui n’a pas constaté l’énorme différence entre les choix de lecture masculins et féminins dans un kiosque à magazines par exemple.
      Et comment cette différence d’intérêts selon qu’on est un homme ou une femme ne se manifesterait pas AUSSI dans les choix de carrières ?
      Poser la question c’est y répondre.

      Un intéressant documentaire sur le “paradoxe ègalitaire Norvégien” :

      https://www.youtube.com/watch?v=tiJVJ5QRRUE

      La Norvège, considéré par le forum économique mondial comme le “pays le plus égalitaire au monde” en matière d’opportunités pour les femmes.

      Pourtant les femmes choisissent, je dis bien CHOISISSENT systématiquement des métiers traditionellements féminins alors que les hommes y choisissent systématiquement des métiers traditionellement masculins.

      Rien que dans ce documentaire on a la preuve scietifique et statistique que le féminisme, de Simone de Beauvoir à aujourd’hui n’est qu’une vaste théorie du complot et un exutoire pour certaines femmes et certains hommes qui leur permet de ventiler de la haine et du mépris envers les hommes, les garçons, les pères et plus ou moins tout ce qui est masculin.

    • @ sevorane

      Merci bien.
      Heureusement pour tous les Québécois, hommes, femmes, et surtout leurs enfants, les choses sont en train de changer.

    • C’est vrai que c’est intéressant de comparer les articles de Hétu et Lortie sur le même sujet; un est écrit minutieusement avec une description détaillée de la situation et l’autre est complètement brouillon et probablement écrit en moins de 2 minutes, il serait intéressant de voir quelle note serait accordée à chaque travail.

    • Si je comprend bien, les gens qui ne sont pas de votre avis sont des dinosaures. Eh ben!

    • On a pas toute l’histoire alors … Cependant, l’approche de madame Lortie nous incite à émettre des réserves alors qu’elle peut avoir raison mais ce n’est pas suffisamment démontré.

      Dur moment pour les femmes directrices de journaux ? Il faudrait voir, les femmes occupant des postes de responsabilité peuvent avoir une forme de solidarité entre elles, oui mais chaque cas est différent.

      La solidarité peut être entre directeurs de journaux aussi, peu importe le sexe de la personne.

      http://www.lefigaro.fr/medias/2014/05/14/20004-20140514ARTFIG00177-natalie-nougayrede-demissionne-de-son-poste-de-directrice-du-monde.php

      Quand tu n’as pas l’appui de la rédaction ni des actionnaires…

      Mais madame Lortie prend le mot mater… Dans la rédaction au Monde, il n’y a pas de femmes ?

      Non mais rien n’indique que c’est parce qu’elle est précisément une femme … C’est un jeu politique.

    • Très bon article ici :

      http://www.lepoint.fr/monde/jill-abramson-la-pretresse-du-new-york-times-dechue-15-05-2014-1823081_24.php

      ” Toutes les deux étaient les premières femmes à diriger leur journal respectif, en 70 ans d’existence pour Le Monde et 163 ans pour le New York Times, et leur arrivée avait été saluée comme une nouvelle ère dans un secteur en plein chamboulement. ”

      Cela est une info qui attire notre sympathie.

      Sympathie aussi pour monsieur Baquet, le premier Noir qui prend sa place. Il faut toujours une première à tout. Cela étant dit, si ce sont les meilleures personnes pour occuper le poste.

      Quand c’est dans un milieu hyper-compétitif, on ne se fait pas de cadeaux.

      ” Mais la sexagénaire était impopulaire dans la rédaction. On lui reprochait ses manières intimidantes, condescendantes et “brusques jusqu’à la grossièreté” ”

      Ce genre de comportement n’est pas mieux chez une femme que chez un homme. Mais il est plus facile d’avoir la peau du boss, si c’est une femme ? Sauf que…

      Quand même, je peux comprendre les femmes d’être déçues quand une d’entre elles perd un poste convoité. Pas assez de femmes occupent ces postes mais… cela ne veut pas dire qu’un changement n’était pas nécessaire ici…

      C’est comme les entraîneurs québécois ou francophones dans la LNH… On peut se réjouir quand un réussit , par contre, dans certaines situations leur licenciement est pas mal justifié.

      Une femme ne fait pas nécessairement mieux qu’un homme mais plusieurs femmes ont les aptitudes pour occuper ce genre de poste et mériteraient leur chance.

    • Pas du tout d’accord avec les gens qui nient que le sexisme existe encore et qu’une femme peut se faire traiter moins bien qu’un homme dans une situation à peu près égale. Cependant, il est vrai que nous ne sommes plus en 1971 et que les choses ne sont plus aussi évidentes que par le passé.

      De façon générale, je crois que les pionniers et pionnières de divers groupes autrefois très désavantagés ont tendance à faire des erreurs que je qualifierais de syndrome Moi aussi. C’est ce qui a mené deux premières ministres à la défaite totale récemment, c’est ce qui a fort probablement motivé Lise Thibault, c’est ce qui explique l’échec de certaines PDG. Comme si une fois au sommet, elles auraient penser à toutes les libertés que les hommes avaient prises avec elles et avient dit “je ne vais pas me gêner, je dois faire ce qu’il faut, comme les hommes” (présumément).

      Ces quelques case, tout de même spectaculaires, ne doivent pas nous faire oublier que des tas de femmes et de personnes de groupes exclus réussissent et avec beaucoup de créativité, d’innovation et de couenne. Croyez-le ou non, le combat continue, même si ça fait longtemps qu’on l’a commencé.

    • “N’avait-on pas un peu évolué” Ont ce le demande quand tout le monde croit tout ce qu’il lis sur internet et spécule à l’extrême… Suffit de regarder les REVENUS du Times pour voir qu’un changement s’inposais et que personne va gagner les salaires des années glorieuse passée…

    • Je suis un homme et je suis aussi très préoccupé par la situation des femmes et du féminisme aujourd’hui. Et ce n’est pas les commentaires qui sont publiés ici qui vont me rassurer! Depuis qu’elle a ouvert ce blogue, MCL doit faire face à des commentaires marqués par un sans-gêne et une agressivité qu’on ne trouve pas dans les blogues de ses confrères masculins de la Presse. Je suis souvent troublé de le constater.

      Par ailleurs, la désinvolture et la légèreté avec lesquelles on a abordé la question du voile musulman au cours des derniers mois est un autre signe évident de la situation précaire dans laquelle se trouvent les femmes aujourd’hui. J’ai par exemple la conviction que les gays, et c’est quelque chose dont on doit évidemment se réjouir, sont en meilleure position que les femmes dans la reconnaissance de leurs droits.

    • @ astyanax

      Avez vous des preuves concrètes monsieur que les femmes ont moins de droits que les hommes au Québec ou bien est-ce simplement une opinion personelle basée sur des anecdotes invérifiables et des lectures misandres ?

      On vient d’avoir une femme première ministre, comment expliquez-vous, hors des théories du complot habituelles, qu’elle n’ait pas remédié à votre imaginaire “manque de droits des femmes” puisqu’elle était elle-même une femme et première ministre en plus.

    • Mme Lortie,

      Je crois qu’il manque plusieurs données pour écrire : N’avait-on pas un peu évolué, notamment sur la question de l’équité salariale ?

      Quelle était la rémunération globale de son prédécesseur ?
      Quelle est la rémunération globale de Mme Abramson ?
      L’Ancienneté de ce dernier pris en compte pour son plan de pension ?
      L’Ancienneté prise en compte pour Mme Abramson ?
      Le ratio rémunération globale/rémunération médiane des 5-10 cadres supérieurs ?
      Rémunération globale/salaire médian des employés du Times ?

      Si dans tous où la majorité de ces aspects, la rémunération globale de Mme Abramson est significativement inférieure à son prédécesseur je crois qu là on pourrait décrier un manque sur l’équité salariale.
      La comparaison la plus exacte serait le panier de rémunération globale offert à son successeur. Si ce panier est supérieur à celui de Mme Abramson là je croirais effectivement à un manque sur l’équité salariale.

      G.Duquette

    • @astyanax

      Voilà exactement le genre de réflexion que les féministes aiment ; un appui à la cause féministe sans bornes et sans discernement. Pars ailleurs , pour la cause des gays , je vous appui.

      En contre-partie , pour l’équité salariale , je vous mets au défi de me trouver des exemples CONCRETS de différence salariale entre les hommes et les femmes. Croyez-vous vraiment qu’il existe des salaires versés disparates entre les infirmiers et les infirmières ? Entre les policiers et les policières ? Entre les pompiers et les pompières ? Entre les politiciens et les politiciennes ?

      Existe-t-il des différences de prestations versées au niveau de l’assurance chômage au niveau des femmes et des hommes ?? Les femmes qui touchent de la sécurité du revenu ( B.S.) reçoivent-elles moins que les hommes qui en bénificient aussi ? D’ailleurs , je mets au défi Mme Lortie de nous déclarer ses revenus vis-à-vis ceux de ses collègues avec des tâches similaires mais je sais qu’elle ne le fera pas car cela serait avouer que ses textes emprunts de féminisme primaire sont bâclés. Ne croyez vous pas que s’il y a moins de femmes dans certains domaines ( exemple ; conseil d’administration) que cela est tout simplement dû à un désintérêt du milieu et à des choix et des préférences personnelles ?

      Pour vous , j’imagine qu’il est fort acceptable de voir encore de la discrimination positive à l’embauche pour compétences égales en faveur des femmes hum ? Voilà exactement le genre de propagande mensongère que ces groupuscules extrémistes aiment voir se répandre.

      Pour ce qui est de l’accès à l’emploi , ne venez pas me dire qu’une femme n’aura pas plus de chances d’obtenir l’emploi convoité tout simplement parce qu’elle est justement une femme. À entendre toutes les inepties lancées par ces enragées , on dirait que toutes les tares de notre société sont de nature masculine.

      Je ne vais certainement pas essayer de vous faire changer d’idées car on imagine facilement à quel point vous devez vous faire des amies dans leurs rangs.

    • @ sevorane

      L’Équité salariale n’est pas seulement la comparaison homme/femme occupant le même poste. C’Est surtout et primordialement la comparaison de deux postes différents ayant des responsabilité similaires. l’un occupé historiquement par des femmes l’autre par des hommes mais où le poste masculin est payé plus sans aucune base autre que le genre.

      Ex.: Dans l’industrie manufacturière lourde (papetière, aciérie)

      Magasinier (commis aux pièces) Majoritairement homme Bonne paye
      Commis de bureau Majoritairement femme petite paye.

      Niveau de responsabilité similaire.

      G.Duquette

    • @jeancharles80
      “Avez vous des preuves concrètes…”
      Bien sur que les tractations qui se font en dehors des comités de direction sont toutes documentées. Joe Blo et Mr Untel qui ne veuent pas que madame Chose monte dans l’organisation vous êtes pas assez naïf pour croire qu’ils vont mettre ça par ecrit ? Les directions d’entreprise sont encore des “boys club”. Ca change mais vraiment pas vite.

    • @sevorane, vous devez certainement travailler soit dans un milieu syndiqué, soit dans un milieu 100% masculin pour dire de telles choses.

      Les conventions syndicales font effectivement en sorte d’éliminer une bonne partie des disparités qui pourraient survenir par rapport au sexe d’une personne. Quant aux milieux typiquement masculins, ben, la question ne se pose pas.

      Par contre, c’est encore régulier qu’au moment d’engager, le patron qui a le choix entre 2 candidats (un homme et une femme) va engager l’homme… Et non, ce n’est pas toujours parce que l’homme est le plus qualifié. La raison peut aussi en être que le patron se dit: “Elle va partir 2-3 ans en congés de maternité dans les prochaines années”. Bien entendu, il ne le dit pas à voix haute (pas toujours en tout cas), mais c’est le fond du raisonnement quand même. Je l’ai entendu moi-même.

      Pour ce qui est des différences salariales, puisque j’en ai moi-même été victime (à travail égal), je peux vous assurer que c’est encore et toujours d’actualité.

    • @linele

      Vous avez tout faux Mme car je travaille dans le domaine de la santé , constitué de femmes à plus de 85% , et je peux vous dire que la culture du malebashing est une institution bien ancrée. Pour ce qui est de l’embauche , je peux vous dire qu’un grand ami à moi qui oeuvre dans le domaine municipal et qui participe au processus d’embauche du personnel me raconte que la plupart du temps , à compétence égale , entre un homme et une femme , la femme sera systématiquement embauchée. Je veux bien croire que pour compenser pour toutes les années où les femmes ont été bafouées dans leurs droits que l’on doive faire du rattrappage mais je suis plutôt en désaccord sur le fond où on trouve acceptable que les hommes d’aujourd’hui doivent payer pour ce manque à gagner.

      L’équité est une notion que j’approuve à 100% . Pas pour l’équité à sens unique.

    • @ gl000001

      Le but d’une entreprise est de croître et de faire des profits en offrant des services à ses clients.

      Si UN CANDIDAT ou une candidate pourraît faire croître l’entreprise mais que sa candidature est éliminée pour des raisons autres que des raisosn de compétences, l’entreprise se pénalise elle-même au profit d’une entreprise concurrente.

      C’est aussi simple que ça la compétitivité voyez vous.
      Voire sa candidatture se faire éliminer peut arriver à un homme ou à une femme pour toutes sortes de raisons bien concrètes.
      On est tous au courant de ça.

      Alors pas besoin d’invoquer les théories du complot, il y a plein de femmes à la tête de plein d’entreprises en ce moment même comme vous le savez très bien.
      Pas besoin d’invoquer la paranoïa féministe non plus pour expliquer tel ou tel renvoi sans aucune preuve vérifiable.

      Surtout quand on sous-entend à demi-mot la même sempiternelle fausse accusation féministe envers toute la moitié masculine de l’humanité comme quoi dès qu’une femme a un problême, c’est jamais de sa faute à elle c’est toujours de la faute des méchants méchants hommes qui sont tous coupables de misogynie à la naissance et font donc tous partie de la conspiration.

      Exception faite des hommes qui souscrivent à l’idéologie féministe bien sûr et s’auto-flagellent en public pour le démontrer après s’être bien fait démoniser et culpabiliser.
      Les féministes les aiment donc ceux-là.
      Ils sont tellement utiles à “la cause” même s’ils ne se rendent pas comtpe à quel point ils se font manipuler.

    • @ g.duquette

      Peu importe l’historicité d’une profession, ou que cette profession ait été associée à un homme ou à une femme ou à un frisé aux yeux violets.

      L’entreprise qui va payer ses secrétaires autant que ses ingénieurs va faire fuir les actionnaires et faire faillite pratiquement sans délai.

      Faut vivre dans le vrai monde, pas dans les utopies ou tout le monde est égal comme des rangs de poireaux dans un champ parfaitement horizontal.

      On a déjà essayé ça ces utopies-là avec le communisme et ça a été une catastrophe humanitaire.

      Certains et certaines ont beaucoup d’ambition, d’autres pas mal moins et préfèrent ne pas faire des semaines de fous, des heures supplémentaires les nuits de fin de semaine même si la paye qui vient avec est le triple de celui d’une secrétaire.

      Ce qui est certain c’est qu’on est pas tous pareils et ce qui est bien dans un système capitaliste comme le nôtre c’est qu’un homme ou une femme peut se réaliser pleinement et peut se réaliser à la mesure de ses différences et de ses ambitions.

      Il n’y a rien qui empêche une femme d’être ingénieure au Québec et il n’y a rien qui empêche un homme d’être sa secrétaire.
      Tout est une question de choix.

    • Quand un homme perd son poste pour les mêmes raisons, dit-on “dur moment pour les hommes”? Non, on dit juste rien. Facile de se scandaliser quand on traite 50 % de la population comme un bloc monolithique.

      Tant qu’à faire, j’ai vu une femme tomber dans la rue l’autre jour. Dur moment pour les femmes, hein?

    • C’est un poste de direction… L’équité salariale se mesure comment ?

      ”Difficile de ne pas être totalement scandalisée, choquée, peinée, découragée par tout cela. ” on peut peut-être faire l’analyse ainsi mais cela prouve en même temps qu’un poste de direction ne serait pas pour madame Lortie. Mais, pas plus non plus pour beaucoup d’hommes, ou pour celui mentionné, probablement pour la presque totalité des hommes et des femme sjournalistes.

      Ce n’est pas tout le monde qui aspire à cela…

      Je pense que des femmes de direction se font faire les mêmes coups que des hommes mais comme elles sont moins nombreuses, elles peuvent avoir moins d’alliés.

      Pourquoi Lise Bissonnette a réussi au Journal Le devoir ? Parce qu’elle est bonne ? Oui. Mais aussi parce que ceux du Journal Le Devoir n’étaient pas des dinosaures ?

      Homme ou femme cela vous prend des appuis pour réussir… En plus d’être fait pour le poste… Cela joue du coude, il y a des gens qui veulent votre peau pcqu’ils vous aiment pas ou ont des intérêts opposés, certains obtinnent beaucoup plus d’avantages que d’autres car ils sont de meilleurs négociateurs…

      C’est pas juste une affaire homme/femme, c,est plus cas par cas, mais les femmes sont plus seules et peuvent donc avoir besoin de plus de courage pour réussir et vaincre certains préjugés.

      Mais… elles doivent aussi subir les mêmes coups que les hommes, c’est un milieu difficile…

      Elle obtient moins que son prédécesseur mais pourquoi son prédécesseur est parti ? Il a été mis dehors lui ou bien il est parti ailleurs pour gagner encore plus ?

    • Pourquoi monsieur Keller était revenu à des fonctions de journaliste ?

      http://www.nytimes.com/2011/06/03/business/media/03paper.html?pagewanted=1&_r=0

      Pourquoi elle ganait moins ? Bien , elle avait raison de poser la question… mais il faut le savoir mais au moment de négocier aussi… Si tu acceptes le montant c’est qu’il fait ton affaire…

      bon mais si tu découvres plus tard que l’autre était plus payé et tu trouves cela injuste bien tu retournes les voir et tu demandes plus… mais s’ils veulent pas ?

      C’est que tu ne vaux pas cela à leurs yeux… Les yeux des patrons…

      Cela prend des femmes plus haut encore CEO et tout… Mais cela va rester un jeu politique… C’est sur le terrain que cela se joue…

      Des hommes qui se sont faits avoir, d’autres écrasés ou humiliés par des brutes dans les affaires ou sur le marché du travail cela est arrivé maintes fois aussi… mais oui, ce pourrait être dénoncé de nos jours…

      Elles cela n’est pas cela… Cela semble la pression normale entourant ce métier mais comme elles sont encore minoritaires cela reste un plus grand défi à relever.

      Sont-ils dinosaures ou bien ils font les mêmes coups à des hommes ? Mais des hommes avec peut-être un réseau mieux implanté dans les contacts en haut , plus aptes à résister aux pressions. Pas nécessairement meilleurs ni moins bons que ces deux dames. Des moins bons résistent ? bien oui, on voit cela notamment dans le sport, des tyrans qui retrouvent toujours un job… Pas si mauvais mais vraiment pas les meilleurs mais réussissent toujours à se replacer.

      Ils sont des meilleurs vendeurs de leurs compétences ?

    • Trouvez-vous pas qu’il manque de femmes à la direction à La Presse ?

      http://www.lapresse.ca/a-propos-de-nous/direction/

      Il y en a juste deux et à des postes qu’on pourrait juger plus traditionnellement donné à des femmes…

      Les ressources humaines et les communications . Madame Jamet est aussi présidentes des Éditions La Presse et des Éditions Gesca. C’est pas mal.

      Mais il y a quand même pas énormément de femmes dans les autres postes.

      Une femme pourrait pas éventuellement succéder à Guy Crevier ? Mais cela est plus un poste demandant un background côté affaires mais une femme devrait dans le futur pouvoir être candidate à ce poste.

      Et le poste d’Éric Trottier ? Il ya des femmes qui ont postulé pour l’avoir quand il a été nommé ?

      http://www.lapresse.ca/actualites/montreal/201006/09/01-4288323-eric-trottier-nomme-editeur-adjoint-et-vice-president-de-la-presse.php

      Pourquoi il s’est orienté vers la direction ? Il se peut aussi que dans ce mileu cela intéresse moins de femmes ? Mais il peut y avoir des raisons autres pour cela ? Travail/famille et t tout ?

      Quand même vrai qu’il y a moins de femmes qu’il devrait y en avoir mais cela veut pas nécessairment dire la parité ( 50%-50%) partout, il semble juste clair qu’en 2014 il ya suffisamment de femmes qui ont lex compétences mais qui n’ont pas l’occasion d,occuper les postes.

      Ou encroe ellese font tasser ? Parce qu’elles sont des femmes ou parce qu’elles n’ont pas encore la force politique pour résister ? Mais une force avec des alliés sur le terrain et dans les directions pas juste de journalistes qui eux préfèrent écrire… Mais c’est correct, la direction ce n’est pas fait pour tout le monde…

    • En 2014, pour tout poste, direction ou autre, on souhaite y voir la meilleure «personne» reconnue pour son expertise et sa vision. Je ne crois pas que ces dames ont été virées parce qu’elles sont des femmes. C’est réducteur. Des hommes se font virer chaque jour pour incompétence, mauvais rendement ou non-atteinte des objectifs.

      Madame Lortie, ne faites pas une Lise Payette de vous, en voyant des complots de tous genres contre les femmes. C’est lassant à la fin.

      En passant, la majorité de mes supérieurs au cours de ma carrière ont été des femmes.

      Je serais très fière de faire une Lise Payette de moi. mcl

    • Ce qui est rare à de la valeur. Est-ce que tous les gardiens de but méritent le même salaire? Cette femme fut congédié on l’a même pas démissionnée. Un cas grave caractériel ça.

    • Moi je ne veux ressembler ni à MCL, ni à Lise Payette. Je préfère garder mon indépendance d’esprit plutôt que d’appréhender l’univers à travers la lorgnette d’un féminisme suranné.

    • @jeancharles80
      “Si UN CANDIDAT ou une candidate pourraît faire croître l’entreprise mais que sa candidature est éliminée pour des raisons autres que des raisosn de compétences, l’entreprise se pénalise elle-même au profit d’une entreprise concurrente.”
      Vous connaissez mal la nature humaine pour croire que tout le monde pousse toujours du même bord en même temps. On en a pas assez d’exemples à la commission Charbonneau de compagnies qui se sont pénalisés elles-mêmes ? Et ce ne sont pas des théories de complot. C’est la réalité qui s’est souvent dit à mot couvert. Tout le monde le sait sauf les naïfs comme vous aveuglés par leur idéologie ou leur misogynie.

      @Jeunefille
      L’indépendance d’esprit, ça ne veut pas dire qu’on est juste capable de parler de soi.

    • Il devait y avoir des choses intéressantes dans la conférence suivante :

      http://www.lesaffaires.com/evenements/grandes-conferences/femmes-leaders—4e-edition/558906

      Les conférencières et leur parcours. L’opinion de Géraldine Martin sur le présent sujet serait également intéressante à avoir plus que celles de nous simples lecteurs.

    • @gl000001 13h22

      Moi, si je parle beaucoup de moi, c’est parce que je suis profondément narcissique. Pendant que je pense à moi, je ne pense pas à vous et aux autres et je ne m’en porte que mieux. Je ne suis pas égoïste pour autant et je suis indépendante d’esprit. Quand toute notre réflexion passe par un cadre prédéfini, que ce soit le féminisme, le péquisme, le communisme, etc., on perd son indépendance d’esprit au profit d’idéologies préfabriquées. Bonne fin de hockey si ça vous intéresse! Pendant ce temps, moi je vais me faire des cupcakes, dont je commence à maîtriser la confection après de nombreuses années d’essais infructueux, faute d’avoir pu bénéficier de l’exemple d’une mère capable de cuisiner.

    • @ gl000001

      Je connais assez bien la nature humaine pour me rendre compte que les théories féministes ne convainquent plus pesronne.
      Sauf quelques superhéros de fin de semaine qui s’imaginent “sauver les femmes du complot patriarcal” en reniant la réalité.

      La réalité c’est que la majorité des commentateurs, hommes et femmes sur ce blogue et partout ailleurs sont passés à autre chose que de blâmer l’ensemble des hommes pour les moindres bobos féminins comme le suggère et souvent l’exige l’idéologie féministe.

      La majorité des commentateurs sauf quelques laquais chevalresques doublés de galants serviteurs pourfendeurs de misogynes sur leurs blanc destriers moyenageux comme vous bien sur.

    • @ JeuneFille 14h32

      100 % d’accord.

      Triste de voir une autre mère incapable de cuisiner et donc de donner l’exemple à ses enfants, garçons et filles.

      Bravo pour vos cupcakes, moi aussi je cuisine comme le fait mon père et mon frère et contrairement à la rumeur féministe qui prévaut encore à savoir que les hommes lisent leur journal en fumant la pipe pendant que leur épouse a la tête dans le fourneau en train de récurer.

      On a découragé toute une génération de femmes d’apprendre à cuisiner et à faire le ménage en se servant de cette image de propagande.

      Résultat :
      un bon nombre de femmes que j’ai rencontré ne savent même pas cuire un oeuf ou déboucher une toilette.
      Tout s’achète en boîte au supermarché et bonjour les kilos en trop.
      Pitoyable.

      On a aussi convaincu les femmes de l’idée que, comme le disait Simone de Beauvoir et nombre de ses collègues Marxistes : “La famille est un concept bourgeois”

      Résultat :
      Dénatalité massive qui a miné le poids démographique du Québec et donc le poids politique et économique au sein de la fédération Canadienne.

      Une tragédie imposée par une idéologie contreproductive que la société Québécoise va sûrement prendre des décennies à colmater.

    • Vous êtes drôle. De nos jours, la tendance est plutôt à la discrimination positive envers les femmes et ce surtout dans les domaines traditionnellement masculins. On n’a qu’a regarder le nombre de femmes de 5 pi 110 lbs mouillées dans la police pour s’en rendre compte. À mon travail nous avons un ratio d’environ 90% hommes – 10% femmes et je vous assure que mon employeur fait de très gros efforts pour faire changer ça et ce pour la bonne raison que ça aide énormément à l’image d’une entreprise d’avoir un ratio homme femme près de la parité.

      Mais ça implique d’embaucher prioritairement les femmes et une fois qu’ils en ont une ils vont tout faire pour la garder. Par exemple, une de mes anciennes collègues était d’une incompétence qui dépassait l’entendement et pourtant ils ont attendu un an avant de la congédier (ils n’avaient plus le choix c’était rendu totalement ridicule). Un homme dans la même situation se serait fait montrer la porte en moins de trois mois. De plus, le genre de texte comme le votre madame Lortie contribue à maintenir ce climat de peur qui fait hésiter les employeurs à congédier les femmes de crainte de se faire traiter de sexiste et/ou de se faire poursuivre.

      Comme vous le dites: “difficile de ne pas être totalement scandalisée, choquée, peinée, découragée par tout cela”.

    • @jaylowblow

      On est plus à regarder pour des postes de direction, notamment dans la police…

      http://www.spvm.qc.ca/RapportAnnuel/2013/

      Deux dames aux ressources financières et une autre aux ressources humaines sur le comité de direction. Mais la femme qui sort de l’ordinaire dans la photo de la page 29, c’est madame Hélène Charron qui est assistant-directeur.

      Là on parle… Parmi les personnes en uniforme de police sur le comité de direction ? Une femme sur onze personnes. Peut-être qu’éventuellement, il pourrait y en avoir plus, deux ou trois ? On verra.

      On vient juste de la voir mais ce sont des femmes comme elles qu’il faut citer en exemple.

      Ok ne redonnons pas un lien du journal Les Affaires qui est un compétiteur mais je vous donne quand même un extrait d’un article du 8 mars de madame Martin citant Andrée Brunet, directrice générale du réseau Femmessor :

      ” … Il faut se battre avec les hommes et non pas contre les hommes. ”

      Madame Brunet souligne avoir appris à jouer dur depuis toute petite : ” J’avais trois frères et j’étais la seule fille ! ”

    • @jeancharles80
      Passer à autre chose n’enlève pas le problème. On appelle ça, jouer à l’autruche.

      Et pour votre 16:24, comme vous mélangez tout. C’est incroyable.

    • @ jeancharles80

      …L’entreprise qui va payer ses secrétaires autant que ses ingénieurs va faire fuir les actionnaires et faire faillite pratiquement sans délai….

      Je n’ai jamais comparé le salaire et les responsabilité d’une secrétaire à un ingénieur.

      La façon dont vous altérez mon commentaire ne prouve qu’une chose. Votre … (Je laisse le soins aux lecture de combler les trois petits points)

      G.Duquette

    • Nous n’avons pas la version des propriétaires des journaux et nous ne pouvons que spéculer sur les raisons de leur renvois. Ce que ne fait pas l’article ici. Comme d’habitude, lorsqu’il est question de ce sujet par Mme Lortie, les conclusions sont hâtives et non supportées par les faits.

    • Beaucoup de bons commentaires alors je vais faire court.

      1: On peut congedier une femme.
      2: On ne peut pas avoir un salaire superieur a son predecesseur en general.
      3: Dans les dernieres etapes d’une entrevue d’emploi,tout les candidats restant on des competences egales ou presque.Engager systematiquement la candidate feminine presente devient un geste anti-masculin.

    • Idéologie et maladie mentale. Les deux vont souvent ensemble.

    • « Ms. Abramson had recently engaged a consultant to help her with her management style. » Elle n’aura pas été la première incompétente à se payer un Yves Desgagnés…
      Avant de râler à la discrimination, faut d’abord performer…

    • “La gastronomie est l’art d’utiliser la nourriture pour créer le bonheur”. Théodore Zeldin.

    • @g.duquette
      Excellent.
      … manque de profondeur dans vos analyses vous discrédite totalement.

    • Ce qui est fantastique sur ce blogue c’est qu’on publie les commentaires pro-féministes qui font dans l’insulte gratuite tout en baîllonnant ceux qui sont pas pro-féministes même s’ls sont respectueux. Pour le droit à la libre expression , on repassera.

    • @sevorane
      Il y a des mots qui sont automatiquement rejetés. Le choix de ces mots est souvent bizarre.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

    publicité

  • TWITTER

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mai 2014
    L Ma Me J V S D
    « avr   juin »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité