Marie-Claude Lortie

Marie-Claude Lortie - Auteur
  • Marie-Claude Lortie

    Journaliste à La Presse depuis 20 ans où elle est chroniqueuse et critique gastronomique, Marie-Claude Lortie commente l'actualité, entre deux brassées de lavage et un match de soccer.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 21 mai 2013 | Mise en ligne à 23h00 | Commenter Commentaires (82)

    Un chef chez McDo

    Capture d’écran 2013-05-21 à 22.53.14
    Oui ceci est Martin Juneau mais ce n’est pas un hamburger McDo. Photo Herby Moreau. La Presse.

    Ça doit faire un an et trois-quarts que je fais tout sauf écrire ce texte. Bon. Peut-être que j’exagère. Seulement quelques semaines puisque la publicité dont il s’agit n’est pas en ondes depuis si longtemps. Mais cela m’a semblé une éternité.  Une éternité de tergiversations et d’évitements. Parce que le sujet est délicat. Inconfortable.

    Un chef que j’aime bien, dont je respecte le travail, Martin Juneau, celui qui était aux fourneaux de la Montée de lait et qui pilote maintenant le Pastaga, fait de la publicité pour McDonald. Oui. Vous avez bien lu et peut-être même entendu à la radio. Il est dans une annonce pour un nouveau hamburger. Le Angus Rodeo tiers de livres ou un truc du style, un hamburger à édition limitée avec du bacon et des jalapenos si je comprends bien l’annonce.

    Dans la pub diffusée à la radio, on l’entend dire que s’il devait faire un hamburger, il mettrait certains ingrédients, qu’il nomme. Puis une sorte d’intervieweur dit que tout ça ressemble exactement à la recette de hamburger McDo… Bref, de façon indirecte, le chef qui est clairement présenté, endosse le produit McDonald, une multinationale qui n’est pas connue pour les mêmes principes gastronomiques que ceux du chef Juneau.

    Impensable ? Je veux bien croire que ce n’est pas le premier chef à faire de la promotion pour une marque, comme Mathieu Cloutier de Kitchen Galerie, par exemple, qui s’est associé aux légumes congelés Arctic Garden. Mais McDo ????

    Joint au téléphone, le chef s’explique.

    “Oui c’est de la pub pour McDo”, confirme Martin Juneau, sans ambages. ‘Oui c’est contraire à tout ce que je prône. Mais si je dis que je dépense pour 1,3 millions chez les petits producteurs québécois, est-ce suffisant pour tourner la page ?”

    Juneau n’a pas pris la décision à la légère. Il a consulté son associé, sa famille, son agent. “Je n’ai pas dit oui sur le coup.”

    Sauf qu’il ne faut pas se le cacher. Le chef avait besoin d’argent. Envie d’acheter une maison. D’en finir avec les dettes trainées depuis la faillite de la Montée. “J’étais seul face aux créanciers”, explique-t-il, en commençant par Revenu Québec et Revenu Canada. “Je me sors enfin la tête de l’eau, dit-il. Je peux passer à autre chose.”

    Au début, explique-t-il, le chef a vécu un moment d’angoisse. Et puis il a choisi de s’assumer. Et quelques jours plus tard, il est allé dans un McDonald, chaîne qu’il dit ne pas fréquenter habituellement, pour essayer le fameux hamburger.

    Et puis ?

    “Disons qu’avec les mêmes ingrédients, j’aurais fait quelque chose de mieux, dit-il. Ce hamburger manquait d’amour.”


    • Comme l’artiste qui va pondre un jingle pour mettre du beurre sur la table, comme un journaliste qui va écrire un 3 feuilles pour Châtelaine ou Madame au Foyer, Juneau a fait ce que sa conscience et ses besoins lui dictaient à ce moment-là.

      Comme la plupart d’entre nous qui avons continué à travailler dans une job qu’on haïssait tout en disant à nos enfants “que dans la vie, faut faire ce qu’on aime”. Parce qu’on devait s’assurer qu’ils aient un toît, du pain.

      Il a pensé à lui et à sa famille pis c’est ben correct. Faudra cependant qu’il se garde une gêne de faire la leçon aux gens sur les nécessités de faire vivre les restaurants de quartier…

    • Si je comprends bien, la gastronomie c’est comme une secte?

    • Lier son nom à un produit peu recommeendé quand on est chef cuisinier
      c’est ce qu’on pourrait appeler: Prostitution. Mais dans les circonstances
      on peut pardonner. Ah l’argent, ça mène le monde n’est-ce pas?

    • madame Lortie, dites-moi sans rire que si je vous offre $1M pour une après-midi de travail pour faire une pub de McDo que vous diriez non.

      hého, j’ai dis sans rire là !

    • Les “principes gastronomiques”, c’est là que tout se joue. Si tu aimes mieux le BigMac de McDo que le Burger “boeuf, herbes spéciales (allez-y de vos idées), dijon, fromage de chèvre, etc”, tant mieux pour le consommateur.

      Ici, je n’entre pas dans le débat des calories.

      Ici, je n’entre pas dans le débat de la provenance des ingrédients.

      Je parle simplement de goûts.

      J’adore vos suggestions de restaurants et de plats. Mais quand ça entre dans du dénigrement général (McDo = ouache, on ne peut s’associer à ça!), je débarque. À moins que vous ne vous dissociez de ses propos, ce qui n’est pas le cas dans votre texte. Vous préférez mettre l’emphase sur le fait qu’il a mis un bémol sur ses convictions.

      J’adore essayer un nouveau resto. Mais mon McDo, i.e. mes pantoufles confortables, elles demeurent.

      Découvrir des nouveautés gastronomiques, ça ne devrait jamais être fait au détriment d’un autre. Surtout quand les goûts sont discutables.

    • ..Il y a plein de choses honnêtes que je ferais pour un monceau de fric. Et faire une pub pour McDo n’a rien de malhonnête. Pour un chef, c’est peut-être un peu incongru mais quand on a les «Revenu machin» sur le dos en plus de quelques autres créanciers, c’est compréhensible.

      Et a-t-on déjà reproché quelque chose aux architectes qui conçoivent les buildings des McDo? Ou encore aux fermiers qui vendent leurs patates à Frito Lay? Non, n’est-ce pas? Alors, sacrons donc patience à M. Juneau.

    • Là Mme Lortie vous faites dans le légèrement snob.

      De un, comme d’autres intervenants l’ont dit, le monsieur a droit de s’associer à qui il veut. Il a dû accepter de piler un peu sur ses principes parce qu’il avait besoin d’argent. Il l’a fait de façon parfaitement légale. D’accord, il se trouve à cautionner une chaîne de restos parfois questionnable, et dont il faut consommer les produits avec une grande modération, mais il savait ce qu’il faisait.

      Et puis, moi aussi j’aime un bon resto, mais des fois on a un goût de fast food. Ça m’arrive très rarement, maintenant, une fois ou deux par année peut-être, mais ça m’arrive et je connais beaucoup de gens à qui ça arrive aussi. Tant mieux si l’offre est plus variée et plus soignée qu’avant chez McDo, même si j’y suis trop allée dans ma jeunesse et que maintenant lorsqu’une telle envie me prend je vais davantage vers Harvey’s ou A&W.

    • Bizarres aveux, car habituellement un contrat de pub oblige la personne à ne rien dire de mal sur le produit pendant un certain temps.

    • Ah les vierges offensees…! On a tous notre petit jardin secret (une p’tite visite au McDo, au Harvey’s…) et personne ne crache sur l’argent.

    • Je trouve très rafrachissant qu’un chef de renommée comme M. Juneau s’associe à une chaîne populaire. C’est avec des initiatives comme celle-là que la cuisine progresse. Les clients réguliers de McDo vont probablement vouloir essayer les restos de Chef Juneau et vice-versa. Il faut vraiment être de mauvaise foi pour voir voir ce projet de façon négative Mme Lortie.

    • Je peux très bien comprendre votre malaise Mme Lortie, tout comme je peux comprendre, dans les circonstances décrites, l’attitude de M. Juneau.

      Peu d’humains, aujourd’hui, peuvent se permettre de vivre, en tout temps, en conformité avec leurs valeurs. Entre nos idéaux et nos gestes intervient la réalité.

    • De très bons commentaires ci-haut, je ne répèterai pas. Si je comprends bien le sens de l’intervention de Madame Lortie, elle s’attriste de voir que même un grand chef tel que monsieur Juneau n’a pas l’indépendance et les moyens d’une droiture parfaite.

      On veut tous faire des pieds de nez et être indépendant devant certains comportements ou certaines avenues où, idéalement, on ne va pas s’y racoller pour cause de droiture morale.

      Mais voilà, y’a des offres difficilement refusables parfois et elles ne sont pas toujours dans des enveloppes brunes.

      Alain Durocher
      Blainville

    • Madame Lortie, je suis certain que s’il avait votre salaire garanti, vos conditions de travail, vos avantages sociaux, votre couverture syndicale et votre fond de pension, il n’y aurait même pas songé. C’est facile de jouer à la pure quand on sait que peut importe ce qui arrive, on va recevoir un beau chèque à toutes les deux semaines, y compris durant ses longues vacances, pour payer sa maison à Outremont, son chalet en Estrie, l’école privée des enfants et les voyages en famille. Retournez travailler à la pige pendant quelques temps, vos beaux principes risquent d’en prendre un coup.

      Je ne mange jamais au McDo, mais je ne vois rien de mal dans l’initiative du chef Juneau.

    • Ça me rappelle le film «indecent proposal». Je peux comprendre l’attrait de l’argent pour se sortir d’une mauvaise passe mais les répercussions à long terme? Moi en tout cas j’y réfléchirai 2 fois (à tort ou à raison) avant d’essayer La Pastaga. Je ne renie pas McDo, j’y vais régulièrement, mais ne me prenez pas pour une valise en essayant de me faire croire que ce sont des aliments sains!

    • Et pis? Tant mieux pour lui.

    • J’ai bien hâte d’aller essayer ce nouveau burger

    • J’aimais beaucoup la Montée de Lait, j’y ai eu des expériences gastronomiques sublimes et la carte des vins était superbe. J’ai essayé la Montée du centre-ville, puis celle sur St-Laurent. Je retrouvais le même esprit dans l’assiette, mais avec une coche en moins. Mais j’étais prêt à suivre M. Juneau dans ce qu’il tentait. Puis je suis allé au Pastaga, à deux reprises – la première fois peu après l’ouverture et sans être extraordinaire, j’ai bien aimé, et la dernière fois il y a quelques mois, qui était justement sans doute la dernière fois. Très ordinaire… J’imagine que pour reprendre ses mots, il manquait dans ces plats une pointe d’amour… Et bon, quand j’ai entendu la pub radio, ceci a un peu expliqué cela, j’imagine…

    • C’est bien beau les grands principes, mais le mec a droit de vivre aussi.

      L’univers de la haute cuisine est un des plus mal payé qui soit en plus d’être épouvantablement stressant et prenant. De plus si t’es proprio t’assume des risques financiers énormes ; et si tu n’es plus “la saveur du jour” dans les journaux et les magazines, t’es mort.

      Et puis qui ne va pas chez McDo de temps à autre pour étancher une petite faim dont on a pas, dans le feu de l’action, le temps de s’occuper.

      Cela dit oui c’est atroce McDo. Ma recette : Un Quart de Livre, le sandwich seulement, SANS fromage, avec un verre d’eau… Si la faim se fait plus pressante : Deux Quarts de livre.

    • Le monsieur a décidé de se prostituer. Espérons qu’il vive bien avec cette décision.

    • C’est quand même juste une pub de radio, je doute que cela ait un impact négatif sur sa carrière.

    • Qu’est-ce que vous voulez… Le gars avait besoin d’argent après la faillite de La Montée. De un, j’ai jamais compris le “move” sur Bishop avec une formule plus “chic” et plus “big” parce qu’en faisant ça, il venait de perdre 100% de sa clientèle! Et pourquoi le centre-ville ?!!

      Comme la plupart des intervenants au-dessus, j’adore manger de la bonne bouffe. Je cuisine chez moi 4 fois par semaine mais un bon big mac me satisfait tout autant. Je trouve votre réaction un peu snob. Vous aviez hésité d’en parlé comme si c’était…la fin du monde? Mouais…

    • Les consommateurs ont toujours le gros bout du bâton, c’est eux qui paient. Dans le cas de Mc Do leurs hamburgers quoi qu’on en dise, il y a des clients en masse pour en acheter. Mme Lortie Mc Do paie probablement une partie de votre salaire à La Presse par l’achat de publicité, gardez-vous une petite gêne.

      Pour le chef cuisinier, c’est tout un ambassadeur pour celui qui le nourrit “j’aurais fait quelque chose de mieux”, ça lui a donné quoi de dire quelque chose comme ça.

    • Madame Lortie vous êtes simplement snob.
      Que celui qui n’a jamais mangé chez Mcdonald lui lance la première pierre…

    • L’époque d’une certaine idée de l’intégrité est bel et bien terminée. Fini le temps où un Neil Young, un George Thorogood, les ZZ Top et compagnie déclinaient des offres monétaires colossales pour ne pas voir leurs chansons associées à des produits. Aujourd’hui, n’importe quel artiste “indie” cherche plutôt à débuter sa carrière en ayant sa pièce jouée dans une pub de Coke ou de I-pad.
      Qui suis-je pour critiquer? Je ferais sûrement de même.

      Mais là où ça me dérange, c’est quand je vois une jeune stagiaire en art plastique dans une école secondaire concocter un projet de fin d’année où ses élèves sont invités à faire des affiches de type pub de I-pad sur lesquelles ils expriment leur personnalité sous forme d’un slogan « I-… ».

    • @ina34 : Vous traitez Mme Lortie de snob et vous êtes dans le champ. J’ai relu l’article et elle ne fait que rapporter une nouvelle de façon assez objective.

      Commentaire personnel: l’argent est plus fort que l’art et les principes et je ne suis pas mieux que les autres. Money is talking!

      Daniel

    • Et Dan Bigras fait la voix dans les annonces télé pour une marque de gros camion malgré ses grandes convictions environnementales et sociales. Même les artistes et les grands chefs ont besoin d’argent et souvent, le marché québécois est trop petit. Les chanteurs vendent leurs chansons, des réalisateurs de films font de la pub et des artistes vendent leur voix ou même leur image. Il n’y a rien là à s’offusquer!

    • Et si ce n’est pas un McDo qu’on mange pour combler un p’tit creux, qu’est-ce cela sera? Une pointe de pizza? Un sac de chips? Un hot dog? Un beigne ? Un tacos ? Tout est bon avec moderation.
      Malheureusement, je n’ai pas le budget pour me payer Des Montees de Lait et des Pastagas a toutes les semaines.. Mon McDo vient combler un p’tit plaisir abordable.
      Les propos de Monsieur Juneau , s’ils s’averent exacts, sont bien malheureux. De grace, attendez quelques mois avant de mordre la main de celui qui vous nourrit , a tout le moins qui vous aidera a vous sortir du petrin.

    • @ écran,

      Vous croyez qu’un (une) journaliste devrait se censurer pour ne pas déplaire aux annonceurs publicitaires présents dans “son” journal ?

      Moi qui croyais qu’un jour la censure viendrait des proprios des grands groupes de presse !!!

      Ça alors…

      -30-

      Benoît Duhamel

    • La légère incohérence de M. Juneau, qui lui permettra de se remettre à flots financièrement, me pose pas mal moins de problème que l’hénaurme contradiction d’un Bono qui prêche le partage des revenus à qui mieux-mieux sur toutes les scènes du monde et engrange au passage des centaines et des centaines de millions de dollars… Peace on Earth.

    • @Plusieurs lecteurs

      Plusieurs d’entre vous avez des problèmes de compréhension de texte. Vous mettez des mots et des interprétations où il n’y en a pas.

      À la suite de ma lecture de cet article de blogue, je vois un propos nuancé où madame Lortie a demandé à monsieur Juneau de s’expliquer. Il justifie son choix.

      Franchement, je me suis posé la même question que madame Lortie. De mémoire, monsieur Juneau a aussi fait une pub télé à propos d’un hamburger et je me demandais vraiment ce qu’il faisait là. Après avoir lu les commentaires de monsieur Juneau, je comprends mieux son choix, mais je reste tout de même sur mon point que je trouve ça assez surprenant.

      François

    • Je crois que le salaire de Marie-Claude Lortie ou les gouts en général, ou encore le fait que quelqu’un considère MacDonald comme une paire de pantoufles confortables n’entre pas dans l’analyse de cette histoire.

      Moi aussi, quand j’ai vu cette annonce, j’ai fait un bon sur ma chaise. Moi aussi et moi surtout, parce que je joue à la restauration depuis 10 ans, que je connais bien le parcours de Martin Juneau et que surtout je le respecte.

      Je crois que Martin Juneau savait très bien qu’il allait faire parler de lui, c’est normal, il s’agit tout de même de d’associer un chef de quartier à une multinationale. Et puis le job de Lortie, c’est un peu de parler de ce que les gens parlent, “rapporter la nouvelle” comme y disent.

      En toute honnêteté, au premier coup d’oeil, je me suis dit que jamais j’aurais pu faire cette pub, mais après une grosse seconde de réflexion, je me suis senti stupide et borné, très. Peu de gens connaissent les dessous de la restauration. Et ici je parle de la vraie, celle ou le bénéfice net atteint rarement plus de 10% du chiffre d’affaire. Peu de gens ouvrirait boutique ou commerce avec un aussi grand risque financier. On a toujours besoin de pain à la maison, de pâte à dent, ou de bas à ce mettre dans les pieds, mais le choix entre un restaurant ou un autre est plus souvent qu’autrement subjectif, et au final ça reste un luxe et non un besoin.

      La vraie restauration est pour moi une prise de position constante sur à peu près tout. Le choix des ingrédients, la provenance, le prix fixé, la carte des vins. Il s’agit d’une reflexion, un raisonnement identitaire, une forme d’éditorial. Je crois que Martin Juneau a à coeur ce métier, mais connaissant l’envers de la restauration, il faut à tout le moins faire confiance à Juneau sur les raisons qui ont motivé sa décision.

    • @omni-tag, c’est pas une question de censure, ça donne quoi d’écrire son mépris envers un marchand de hamburgers qui se trouve à être le plus populaire de la planète? Ça sert à quoi par la bande de mépriser les gens qui se contentent de cette restauration? Finalement des gens s’abonnent à La Presse pour se faire dire qu’ils sont de mauvais goût. Mc Do achète de la publicité dans un journal et dans ce même journal une chroniqueuse le méprise.

      Bref La Presse devrait être vendu qu’a Westmount et Outremont.

    • il y a des artistes et des personalités(es) du domaine sportifs qui ont les poches pleine de cash qui ne se privent pas de faire des annonces douteuses et personne ne dit rien.
      alors pourquoi se posé des questions au sujet de Martin Juneau, lui pense a sa famille et dans les circonstances je l’approuve.
      Marie-Claude, Question: vous n’aviez pas de sujet autre que du basching a faire aujourd’hui?

    • Oh madame Lortie, j’oubliais dans mon premier message de vous remercier pour cette belle pub pour McDo car ne ne savais pas que ce burger était sorti alors grâce à vous, je sais quoi manger ce midi.

    • J’avoue que quand j’ai vu la PUB à la télé j’ai sursauté mais bon, une fois que c’est vu, nombre d’artistes le font alors pourquoi pas… Ce qui m’étonne c’est que vous écrivez «il en a parlé à son agent» ah bon et depuis quand les cuisiniers ont un agent ? C’est devenu n’importe quoi ce métier, il suffit une belle gueule et des tatous, le talent c’est secondaire. Et puis il argemente «je dépense pour 1,3 millions chez les petits producteurs québécois, est-ce suffisant pour tourner la page» Euh non ! c’est sans rapport et tout d’abord, permettez-moi d’en douter fortement, avec une marge de profit d’à peine 5%, il faut comme tout le monde, il achète de l’importation.

    • Ça me fait penser que je m’ennui de La Montée de lait!

    • Cette chronique devrait être une lecture obligatoire pour tous les carrés rouges et autres fesseux de casseroles qui s’obstinent contre le fait que, dans la vie, tout finit toujours par être affaire de « marchandisation »… Défi lancé à tous les profs de cegep « tour de Pise ».

    • Donc ? Il endosse pas réellement le produit… Il endosse la pub qui par essence est mensongère…

      ”C’est pas du restau, c’est Delissio ! ”

      Puis lea athlètes de haut niveau, olympiques commandités par ces chaînes, c’est mieux ? Je comprends qu’ils peuvent aller manger là de temps en temps pour le ”confort” ou le côté pratique mais cela n’a rien à voir avec leur régime alimentaire habituel.

      Cdela peut entraîner des consommateurs vulnérables comme les enfants à faire l’association ? Plus mais les parents doivent jouer leur rôle d’éducateurs…

      On pourrait dire que cela existe depuis les débuts de la télé des pubs où des produits industriels cheap ou encore des fast foods essayent de donner un aura de qualité à un de leur produit de spécialité. Cela peut être un faux chef qu’ils emploient… Un comédien déguisé…

      Le public doit apprendre à faire la différence…

      Un chef ou une personnalité connue associée à la cuisine…

      Tiens Juliette Huot pour de la sauce Hunt’s… Je comprends qu’en la mélangeant avec d’autres ingrédients on peut toujours réussir à améliorer mais on peut s’en passer dans ce temps là…

      https://www.youtube.com/watch?v=swJDVxgH-10

    • Le plus surprenant dans tout çà, c’est que son contrat avec McDo l’ait autorisé à dire qu’il a fait çà pour le fric et qu’en fait il ne trouve pas le burger terrible. Sûr que nos amis avocats apprendront et que les prochains à louer leur âme seront tenus à la langue de bois ensuite.

    • Ho, MCL, quelle horreur! Un chef respecté et respectable fait une pub chez McDo! Martin Juneau n’a pas à avoir honte, ni à recevoir des remontrances.

      J’ai essayé l’Angus Rodéo la semaine dernière, avec une salade et un café. J’ai déjà mangé pire dans des restaurants huppés, à fort prix par ailleur.

    • C’est connu: dans le monde des Lettres, la chronique est l’equivalent du fast-food.

      Le romancier a autant de respect pour le chroniqueur, qu’un chef de resto a pour le micro-onde du McDo.

      Je me demande a quel point Martin Juneau est heureux que MCL etale ses problemes d’argent devant tout le monde.

      Aujourd’hui, la ligne “haut de gamme” vs “bas de gamme” est assez brouillée.

      Auparavant, la famille qui vivait “haut de gamme” le faisait sur toute la ligne: vacances exotiques, vetements griffés, ecoles cheres etc. Aujourd’hui, cette meme famille peut acheter une partie de la garde-robe chez Joe Fresh, mais depensera encore beaucoup pour son BBQ, mettons.

      A l’autre bout du spectrum: on peut payer l’ecole privee des enfants par carte de credit, en paiements différés… Si on ne peut payer $2,000 ou $3,000 d’une shot, on est peut etre un peu trop serré dans le budget pour l’ecole privee, non?

      Tout pour dire: l’image de qualité vs cout n’est plus ce qu’elle etait. Beaucoup moins de snobisme coté consommation et remuneration aujourd’hui.

      C’aurait ete impensable de voir Karl Lagerfeld ou Stella McCartney collaborer avec un H&M il y a meme 15 ans. Aujourd’hui, pas de probleme.

      C’est normal apres tout, car les biens de consommations n’ont jamais ete d’aussi bonne qualite.

      Pour ce qui est de McDo, il faut leur donner le merite qui leur revient: leur implication sociale est exemplaire, et leurs frites sont les meilleures frites congelées sur le marché! Honnetement, quand je suis sur la route en region, c’est le St-Hubert ou le McDo (le trio 6 croquettes n’est pas pire que de la bouffe d’autre “greasy spoon”).

      Serieusement: entre un McDo et un Normandin, vous choisissez quoi?

    • Oublions le snobisme et la pédanterie, c’est déjà connu. Mais forcer ce chef à se défendre de faire de la pub pour vivre, ce qui en résulte par une attaque du produit par le chef, c’est le maître en position de perdre son contrat. Pas brillant comme exercice.

    • J’ai bel et bien lu et relu le texte, j’en comprends le propos. Je persiste à trouver qu’il y a un relent de snobisme à faire toute une histoire du fait qu’un chef cuisinier ait fait une pub pour McDo. De son propre aveu, il l’a fait pour les sous, comme tous les acteurs dans les pubs.

      Avez-vous déjà vu, aux Enfants de la télé, les invités rougir et avoir l’air embarassés en voyant les pubs ridicules qu’ils ont déjà tournées, puis dire qu’il fallait bien qu’ils mangent et paient leur loyer en début de carrière? Ils n’en sont pas morts et personne n’attaque leur crédibilité aujourd’hui à cause de ça.

      Effectivement M. Juneau assume son geste et c’est tant mieux. Il n’a pas à en rougir et il n’y a pas à en faire toute une histoire.

    • Pour ceux qui en font une question de principe, je dirais qu’un chef qui annonce pour McDo n’est certainement pas moins noble qu’une chroniqueuse gastronomique qui publie sa photo partout afin d’être bien certaine d’être reconnue quand elle rentre dans un resto. Qu’en pensez-vouz?

    • Tous ceux qui accusent Lortie de snobisme et de pédanterie n’ont manifestement rien compris à son billet: elle se contente d’y soulever une apparente incohérence entre ce que Juneau prône dans la vie de tous les jours et sa participation à une publicité vantant une entreprise qui va justement à l’encontre de ce qu’il prône. Elle nous fait ensuite part des explications que ce dernier a bien voulu lui donner.

      Pour tout vous dire, plusieurs de vos commentaires sont bien tristes à lire, car ils témoignent soit d’une mauvaise volonté, soit d’un manque de jugement, soit d’une difficulté manifeste à dégager le propos d’un texte pourtant fort limpide…

    • On peut acheter n’importe qui dans notre monde matriciel corporatif pourri …

    • @le_zebre
      Pas d’accord que Juneau soit inconherent dans ses affaires.

      Tata motors produit une voiture bas de gamme pour le marché asiatique seulement, ainsi que la Jaguar

      Quebecor est proprio du Journal (independantiste) ainsi que les journaux anglos de Quebecor ailleurs au Canada sont anti-independance du Quebec, a un degré virulent, meme

      MCL est chroniqueuse et journaliste faits divers, critique gastro et voyage, specialiste de la condition feminine et j’en passe. Elle a meme publié un bouqin de recettes.

      Comment est-ce que les exemples ci haut se peuvent? les produits semblent pourtant paradoxales…
      bas de gamme vs haut de gamme pour les voitures
      points de vue politique diametralement opposés pour les journaux
      etre critique de resto ET publier un livre de recette (chaque fois que MCL oubliera de mentionner le livre de recettes d’un autre, nous aurons un doute de ses intentions)

      pourtant, c’est coherent – simplement parce que le denominateur commun est plus grand que ce que nous avons ete habitués.

      Avant, les constructeurs automobiles avaient des specialités. Aujourd’hui, il y a 6 ou 7 constructeurs automobiles pour le monde entier, et chaque marque est une “brand”

      Quebecor n’est pas dans la business d’avoir des journaux independantistes… mais plutot just d’avoir des journaux

      Le journaliste d’aujourd’hui n’est pas le journaliste enqueteur comme Tintin, mais plutot un “representant des medias”.

      Et ce Juneau fait dans la bouffe. haut de gamme, et bas de gamme. il est ou le probleme?

      Je ne me retiens plus…
      Quel manque de classe de forcer ce gars la a s’expliquer. C’etait pas assez clair, MCL, qu’il avait fait ca pour l’argent? Mais quelle autre raison y aurait il eu, hein?
      Et là la critique de La Presse lui demande des explications – il etait supposé vous envoyer paitre? Une critique de resto peut detruire un resto si elle veut. C’est sur qu’il a accepté l’entrevue, pas le choix. Vraiment bravo MCL, belle victoire de tourmenter ce gars en public, de le forcer a dire qu’il a fait ca pour l’argent, qu’il en avait besoin, et a la fin de le mettre dans une position de descendre le produit qui vient de le payer.
      Il est le seul responsable de ses reponses, vous dites? ben oui, qq’un qui a un super pouvoir sur ton destin est a l’autre bout du fil et te demande “pourquoi t’as pris telle decision”, et tu sais que ca ne fait pas son affaire… tu dis quoi?

      je connais deja la reponse de l’intention de MCL… LE PUBLIC EST EN DROIT DE SAVOIR!! Ben oui, ben oui les journalistes, allez jouez dehors

    • @anonymous99
      parlez pour vous meme

    • Moi ce qui me dérange un peu, c’est qu’on aie demandé à ce jeune homme de se justifier. De quel droit??? Je m’en fiche un peu-pas-mal-passionnément des motifs qui font qu’une personne, en toute légalité, mette un peu ses principes de côté tant qu’elle ne vient pas ensuite me faire la morale sur ce que je mange.

      Les pub annoncent plein de cochonneries de toutes sortes. Et plein de gens connus mettent du beurre sur leur pain en annonçant les dites cochonneries. Personne ne s’est jamais offusqué que Michael Jackson annonce Pepsi ni que Coke soit l’un des plus gros commanditaires des jeux olympiques et de la coupe du monde de football. McDo, on en voit aussi les affiches sur les palissades de bien des patinoires, stades et centre sportifs partout au monde…

      J’ai moi aussi soigneusement relu le billet à plusieurs reprises et j’y ai retrouvé le ton lah-di-dah habituel. “Le chef avait besoin d’argent. Envie d’acheter une maison. D’en finir avec les dettes trainées depuis la faillite de la Montée.” Je ne vois rien là que de très normal et de commun à l’immense majorité des gens. De quel droit jugez-vous ses motivations et les étalez-vous sur la place publique, en pâture aux voyeurs et aux charognards?

      J’espère que votre géniale intervention ne lui fera pas perdre son contrat. En effet, il a eu un seul tort: ne pas vous fermer le ligne au nez après vous avoir dit de vous mêler de vos affaires!

    • @chabanel

      Bien dit. Cependant, j’apporterais une nuance : dans le cas de MCL, je dirais que le voir prime sur le savoir.

    • @Chabanel@Loubia

      Merci d’exprimer avec plus d’éloquence ce que j’essayais de faire comprendre plus tôt:peu importe la réponse du chef, il était piégé. Au moins, grâce à Mme Lortie, M. Juneau vient d’apprendre que la cuisine n’est pas un métier mais un sacerdoce où on entre en faisant vœu de pauvreté.

    • Qui est celui qui fait l’annonce en anglais ? C’est un cuisinier ? Et il croque dedans à pleines dents sans gêne…

      http://www.youtube.com/watch?v=3Qb2_n5Icf0

      Le chef Rob Rainford….

      Il semble pas avoir besoin d’argent … Mais plus assumer et ne pas cracher sur l’argent…

      http://www.foodnetwork.ca/ontv/hosts/rob-rainford/host.html?hostid=37086

      On voit quand même que cela a fait jaser sur Twitter pour lui aussi…

      Il y a pas vraiment plus de connexion entre les burgers de McDo et lui mais la pub veut en montrer une… Le public est quand même assez intelligent pour comprendre, cela goûte différent d’un Big Mac et des ingrédients sont mieux mais cela reste de la malbouffe.

    • Un chef qui est lui vraiment au service de McDo… Dan Coudreault…

      http://www.mcdonalds.com/us/en/food/food_quality/trends_innovation/chef_dan_coudreaut.html

    • Il a fait ça pour sauwer son entreprise c’est quoi l’erreur la première fois que j’ai vu cette annonce à la TV je lui ai écrit ma façon de penser et puis il est resté au Pastaga c’est quoi le problème l’image d’un grand chef ternie? voyons donc il a sauvé son resto et ses problémes financiers madame Lortie.

    • Bah …

      J’avoue que je lèverais un sourcil s’il s’agissait d’un “ayatollah du bon goût” et de “l’équitable” qui lève le nez sur les choix (ou non-choix) de ses concitoyens en leur faisant la morale – et s’auto-congratulant, au passage, de ses choix aussi judicieux que dispendieux et, ma chère, tellement, tellement éthiques …

      Mais c’est un chef, un homme d’affaire – pis un gars avec une vie plutôt normale, apparemment. Ça me gêne pour lui de le voir étaler sa situation publiquement.

      Bref, rien de choquant à mes yeux.

    • “Le Angus Rodeo tiers de livres ou un truc du style, un hamburger à édition limitée avec du bacon et des jalapenos si je comprends bien l’annonce.”

      Donc vous n’êtes pas certaine de comprendre une annonce de McDo? Je vous imagine maintenant en train de déchiffrer le menu d’un restaurant gastronomique…

    • 100 g de foie gras de canard:
      calories : 450
      Glucides: 1.6 g
      Protéines: 6.9 g
      Lipides: 50.1 g
      Sodium: 409 mg

      100 g de Big Mac:
      Calories: 270
      Glucides: 9 g
      Protéines: 12 g
      Lipides: 14.5 g
      sodium: 510 g

      On peut manger gras et moins santé dans un resto gastronomique autant que dans un fast-food. C’est peut-être plus tendance ou branché de manger gras dans un grand resto. Je ne sais trop…

    • L vraie vie, celle où les travailleurs ne sont pas protégés par des syndicats et n’ont pas des revenus garantis peu importe la performance ou les coups durs.
      Il faut trouver des solutions quitte à piétiner son amour propre.

    • Disons les choses simplement: le Big Mac c’est infect
      Idem pour Burger King.

      Le seul burger que je mange, deux-trois par année, c,est celui de AW. Avec une root beer.

    • Ceux qui critique Mcdonald’s ou qui nous disent qu’ils boycott Walmart ce sont des pharisiens gras dur et hypocrites qui ne fréquente pas ces établissements souvent ils vivent de nos taxes comme les artistocrates moralisateur de gauche

    • “Ça doit faire un an et trois-quarts que je fais tout sauf écrire ce texte. Bon. Peut-être que j’exagère. Seulement quelques semaines puisque la publicité dont il s’agit n’est pas en ondes depuis si longtemps. Mais cela m’a semblé une éternité. Une éternité de tergiversations et d’évitements. Parce que le sujet est délicat. Inconfortable.”

      Le mot inconfortable résume tout! Personnellement, après avoir parlé à Juneau, j’aurais probablement eu les mêmes tergiversations que vous… sauf que je crois que le résultat de mes réflexions aurait probablement été de de trouver un autre sujet pour mon billet.

    • Tout ça me donne envie de manger un BON BIG MAC ! MIAM!

    • Mieux vaut faire une pub pour McDo comme l’a fait Monsieur Juneau et en retirer des revenus déclarés que d’être propriétaire d’un restaurant renommé et d’accepter mille et un clients qui paient cash, pas de taxes. J’ai fais le tour d’une dizaine de bons restos à Montréal et comme j’étais référé par un ami cuisinier, à peu près partout on m’a proposé de payer cash. Selon moi, c’est bien plus scandaleux que de tourner une pub pour McDo.

    • Il est bien là le drame: qu’un chef aussi talentueux et connu à Montréal puisse faire faillite et se retrouver dans une situation financière aussi précaire. Plutôt que de critiquer Juneau, il faudrait se demander pourquoi il en est arrivé là. Mauvaises décisions d’affaire? Est-il bien entouré pour la gestion et la mise en marché? Ou est-ce le milieu gastronomique de Montréal en général qui est à blâmer? Trop de restaurants? Les consommateurs Montréalais trop cheap? Être un bon chef en cuisine est une chose, mais gérer un restaurant et faire de l’argent c’est un autre métier. Peut être que nos chefs manquent de formation dans ce domaine?

    • Ce chef a besoin d’argent et McDo a besoin d’un chef pour faire accroire dans sa pub que c’est un hamburger de qualité. Quand je veux un hamburger, je le mange à la maison. 100 % viande maigre. Pas allongé avec des céréales comme McDo. Et pas mal moins cher que McDo à part ça.

    • A&W ? C’est de la junk food aussi…

      Je ne le fréquente pas mais l,an passé je l’ai fait une fois pour un repas rapide, il y a tellement rien dans les kiosques des centres commerciaux , qu,un moment donné il faut bien faire un choix…

      Pour McDo ou un Big Mac ? Bien oui, j’aimais cela à ladolescence ou jusque dans le début de la vingtaine. Autrement ? Je ne boycotte pas mais j’y vais le moins souvent possible pour dépanner.

      Frite Alors ! Cela est bon mais oui, ma facture va doubler. Il faut plutôt acheter un sandwich bien fait et bien préparé à la place pour être dans les mêmes prix tout en ayant une qualité grandement supérieure. Sandwichs que ne vendent pas les grandes chaînes de dépanneur, des sandwichs mal faits.

      La différence ? le dépanneur est ouvert 24 heures. La place où les sandwichs sont bons peut être fermée dès 20 heures ou au plus tard 21 heures et pendant la saison d’ouverture…

    • Les gens iront où ce qu’ils voudront moi ce que je n’aime pas c’est le manque de choix.

      J’aime pas les grandes chaînes pour leur côté impersonnel et la basse qualité de leur nourriture, leur peu de souci de la cuisine et du goût.

      Mais j’aime quand même mieux cela qu’une bâtisse vide qui serait laissée à l’abandon…

    • Je veux bien croire que ce chef avait des ennuis d’argent à régler vite fait mais quand on en est rendu à compter sur Macdo pour en gagner, ça ressemble un peu beaucoup à de la putasserie.
      Désolé Chef!

    • C’est vraiment très dommage. Dommage pour son restaurant, mais je n’irai plus. Je lui ai fait savoir aujourd’hui même. Je veux bien croire qu’il a besoin d’argent, mais en faire comme ça je trouve ça dégeulasse. Tout le monde s’entend pour dire que le fast-food et autres cochonneries sont responsables en bonne partie de la vague d’obésité qui sévit partout dans le monde. Il a besoin d’argent? Il n’aura plus le mien. Tant pis pour lui et ses associés.

    • Votre lectorat semble avoir faim pour du burger, Marie-Claude. À quand une ”review” sur les meilleurs à Montréal (chaines v.s. ”artisans”) ?

      Une petite confrontation Mcdo, A&W, Five Guys, Dic Anns, Wendy’s, Bun’s et les autres ”vrais” restos… miam.
      Ça donnerait assurément un billet à 100+ réponses ;-)

    • Je comprends qu’on ne dise pas non à de l’argent gagné somme toute honnêtement, surtout quand on en a besoin. On se rend… Je dirais “presque”, à ses justifications. Quand même, McDo, c’est particulièrement dégueulasse. C’est vraiment le pire du pire, et je ne parle ici que de goût. Il y a du bon fast food, mais McDo, c’est de la poubelle. Décevant.

    • J’ai connu un peu plus le chef Juneau avec l’émission “Et que ça saute”. Son air posé et connaisseur m’a vrai séduite. Par la suite, une émission du Guide Resto Voir ainsi que les évaluations de son resto m’ont convaincue d’aller l’essayer. Étant de l’extérieur de Montréal, nous avions réservé plusieurs semaines avant.

      Un vendredi soir de février, nous y sommes allées et malheureusement, avons été très déçus. Le seul mets unanimement positif fut ma salade d’endives au bleu. Même son mets signature, que notre jeune fille avait commandé, s’est révélé trop sucré et pas à la hauteur de ce que nous nous attendions. Tellement déçus, que nous n’avons pris ni dessert, ni café. Nous sommes donc repartis avec une facture salée de 200$ et le sentiment de nous être faits roulés dans la farine.

      Alors, quand j’ai vu l’annonce de McDo, moi aussi j’ai sursauté. Encore plus lorsque j’ai lu ses propres commentaires quant au produit en question. Je suis effectivement surprise que McDo autorise les commentaires quasi négatifs d’un porte-parole de sa chaîne. Je comprends par contre que celui-ci doive un peu vendre son âme s’il veut joindre les 2 bouts. Mais je suis aussi d’avis, qu’il devrait peut-être aussi se concentrer un peu plus sur la qualité de ce qu’il offre à son restaurant parce que d’après ce que nous avons goûté (plus de 6 plats différents), il n’est pas normal que ce soit seulement une salade d’endives qui ait réussi à nous arraché un commentaire positif. Et dans ce milieu, la faillite n’est pas loin quand les commentaires négatifs et justifiés commencent à se faire sentir.

      Pour McDo, l’idée d’avoir recours à des chefs de renom n’est pas si bête. Ce serait peut-être une bonne idée s’ils avaient recours à eux pour créer un produit de plus haut niveau, produit qui pourrait être vendu en période limitée s’il le faut mais qui aurait le but de faire découvrir le fast-food sous un aspect un peu plus recherché et savoureux et surtout … meilleur pour la santé.

    • Certaines personnes qui s’offusquent devant cette nouvelle, et cela inclus l’auteure de cet article, me font penser aux Bobos

      :)

    • Ca fait vraiment pitier de toujour denigrer les autres. Mcdonad si vous voulez pas en manger ben allez ailleur mais rien ne vous oblige a y’aller. Critique ca devrait plutot s’apeller (jamais content de rien et toujour contre tout) dire que j’ai fait des etudes poussé pour avoir un bon salaire mais j’aurais du lacher l’Ecol au primiare et chailer sur tout dans un journal, C’Est encore plus payant

    • Et si il avait fait une pub pour Ashton ou la Belle province ou la Cage aux sports… Ben la!! ça aurait été différent, c’est pas un fast food américain. Way to go M. Juneau

    • Tout allait bien jusqu’a ce qu’il meprise le produit qu’il annonce. “Manquait d’amour ce burger”… j’espere que McDonald respectera ses actionnaires et le poursuive pour exiger un remboursement de son cachet. Quel snobisme! Il transformed une opportunite de faire connaitre son resto en desastre par pure vanite…triste et pathetique…

    • La pub suivante est tordante (arrangée on le croit) , faire manger du McDo à des foodies sans qu’ils sachent et ils trouvent cela bon… LOL

      http://ca.adforum.com/creative-work/ad/player/34481591

      On est pas obligé d’y croire mais on a le droit de trouver leur marketing créatif et de rire avec eux…

    • Un autre chef…

      http://www.pourcel-chefs-blog.com/blog1/2012/11/09/des-etoiles-une-emission-de-cuisine-des-burgers-et-du-mcdo/

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Fr%C3%A9d%C3%A9ric_Anton

    • Je vais aller bruncher au Pastaga en fin de semaine, et je vous jure que s’il n’y a pas du bacon et des jalapenos au menu, je pète ma coche…

    • Je veux mettre une chose au claire, je ne vais jamais chez McDo, j’ai du y aller 5 fois dans ma vie entière. Mais franchement Mme Lortie, vous vous êtes offusqué de voire un chefs d’un resto réputé faire une publicité pour McDonald????? Vous avez vraiment appelé un chefs qui à accepté une rémunération pour une pub pour une chaîne qui n’est même pas un de ces concurrents et lui avez demandez des explication?

    • C’est un problème d’éthique et de principe, mais l’éthique et le principe, ça ne paye pas le hamburger. Pas plus que ça n’a payé les déplacements professionnels de Despatie. Évidemment, ça créé un malaise pour les gens ”éduqués” (informés), mais il me semble que ceux-là sont capables de faire la différence entre un bon chef et un bon hamburger, non?

    • Je pense qu’on va avoir le goût de lui retirer son chèque,chez les gens de Mcdo!

      Le gars le dit clairement,ce qu’il pense du clown et de son sandwich!

      What the…

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

    publicité

  • TWITTER

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    septembre 2008
    L Ma Me J V S D
    « août   oct »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Archives

  • publicité