Marie-Claude Lortie

Marie-Claude Lortie - Auteur
  • Marie-Claude Lortie

    Journaliste à La Presse depuis 20 ans où elle est chroniqueuse et critique gastronomique, Marie-Claude Lortie commente l'actualité, entre deux brassées de lavage et un match de soccer.
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 8 février 2013 | Mise en ligne à 11h12 | Commenter Commentaires (33)

    La Suède, des photos

    Je reviens de Scandinavie. Eh oui. Encore partie. Un projet personnel: aller découvrir un restaurant perdu au fin fond de la Suède, Fäviken Magasinet, qui était sur la liste de mes 10 destinations de rêve pour 2012. (Un restaurant dont je vous reparlerai, qui repousse encore d’un cran le concept “de la ferme à la table” et “cuisine de saison”, en proposant des menus dégustation dignes des plus grands étoilés, préparés uniquement à partir des produits locaux, oui, même à moins 20 degrés, dans la neige, à 700 km au nord de Stockholm….)

    Tranquillement, donc, je coche des items sur la liste des 100 choses que j’ai envie de faire dans ma vie. Celle où il est écrit que je veux un jour voir des aurores boréales, traverser la Gaspésie en ski de fond, manger des oursins fraîchement pêchés sur la Côte Nord, apprendre à faire cuire du riz convenablement, interviewer Peter Gabriel et manger une fondue dans les Alpes, après une journée de ski (oui, encore du ski).

    Je reviens de Scandinavie, donc, et s’il y a une chose là-bas qui est claire, c’est que lorsque le beurre est bon, personne ne s’ennuie de l’huile d’olive.

    Dans les bons restaurants, le beurre est jaune presque moutarde. Fraîchement barraté. Riche. Parfois salé, parfois doux. Chez Frantzén/Lindeberg, à Stockholm, on le baratte carrément minute, sous nos yeux.

    Miam.

    beurre eckstdetd

    Le beurre du chef Niklas Eckstedt, de Eckstedt à Stockholm.

    Et en Suède, personne ne parle de lutte contre le gluten. On embrasse plutôt les pains au levain — incontournables — et autres pains de grains complets, parfois noirs, parfois croquants… Le tout servi avec du beurre, beaucoup de beurre. En fait, le pain-beurre devient presque un plat en soi.

    Quelques photos de beurre ici sur le blogue -- en portugais — de ma collègue Alexandra Forbes, qui écrit sur la gastronomie à la Folha de São Paulo.

    Autres ingrédients que l’on voit beaucoup: les viandes vieillies, le lichen, la fumée. Avec de la neige en toile de fond. Du froid. Une lumière unique.

    Bilan en photos.

    stcokholm-soleil

    Stockholm de jour.

    stcokholm

    Stockholm à la brunante.

    design suédois

    Design suédois au magnifique hôtel Ett Hem à Stockholm où je rêve de rester un jour.

    gastrologik

    Un de mes restaurants coups de coeur à Stockholm.

    ski

    Ski à Åre, arrêt obligé tout juste avant d’arriver à Fäviken.

    faviken

    En route vers Fäviken, ma destination.

    fourrure

    Le style Fäviken.

    faviken

    Le bar et le sommelier et associé du chef Magnus Nilsson, Johan Agrell.

    magnus

    Le chef Magnus Nilsson

    are vu de faviken

    La vue…

    amuse bouche

    Amuse-bouche (non, on ne mange pas les cailloux)

    conserves

    Les conserves du chef, dans son caveau

    viande

    Une vieille vache. Vieillie. Wow.

    peaux faviken

    Vous avez froid ?

    more faviken

    Brunante


    • Merci pour cet article, ça donne le goût (litérallement) de partir pour la Suède… Retour sur vos articles sur le gluten (allons, n’ayez par peur…): je suis d’accord avec vos commentaires et j’ai du mal à comprendre les réactions si polarisées pour un sujet somme toute relativement bénin. Il y a effectivement une perception que plusieurs personnes accusent injustement le gluten (je remarque aussi que ces accusateurs ne savent souvent pas du tout de quoi ils parlent) . Je me suis fais dire plusieurs fois “il faudrait que tu coupes le gluten!” alors que je ne souffre aucunement de quelques problèmes alimentaire que ce soit. Mais ces gens prétendent que c’est mauvais. J’ai un poids santé, j’ai une routine de sport assez rigoureuse, et je mange de tout. Alors, auto-guérissez-vous avec vos croyances, mais par pitié, cessez le charlatentisme anti-gluten à moins que vous ne soyez consulté à titre de proffessionel de la santé! Et sur ce, santé! P.S.: j’aime bien votre nouvelle photo.

    • J’adore la Suède, j’aimerais tellement y voyager un jour…

    • Belles photos et super comme périple.

      Cependant, vous devriez savoir que la Suède est reconnue comme une destination pour les gens atteints de la maladie céliaque, car il est très facile d’y trouver des aliments sans gluten. Voir le site celiaki.se. Dommage que vous disiez le contraire, car pour les gens réellement atteints, voyager est très compliqué. Or la Scandinavie est probablement l’endroit au monde où la variété de produits sans gluten est la plus grande.

      H. Breton

    • Pour ceux qui ne lisent pas le suédois, voir http://blogs.sweden.se/work/2012/01/08/eating-gluten-free-in-sweden/. Les scandinaves sont le peuple avec le plus haut taux d’intolérance au gluten.

      Je pense que cette information est très pertinente, car l’article de Madame Lortie laisse pense le contraire.

      Merci de faire la correction.

      H. Breton

    • Visiter la Suède, c’est mon rêve! Pour moi ce pays qui me fascine tant c’est ABBA, Ingmar Bergman, Max Von Sydow, Yngwie Malsteen (guitariste métal), Greta Garbo et j’en passe. La Suède c’est aussi un peu Marie-Claude Lortie. Mais la Suède, c’est d’abord et avant tout FiFi Brindacier.

    • Merci Marie-Claude pour ce reportage!
      J’ai toujours aimé la Suède et son climat qui ressemble aux nôtres et leurs plats de poisson (hareng, gravlaxsas, morue etc)Quelques photos sont particulièrement réussies…
      J’aime aussi les écrivains de ce pays… pour tout dire j’adore la Suède sans jamais y avoir mis les pieds!
      Comme j’aimerais connaître les gens du pays, pas seulement pour leur cuisine mais aussi pour l’architecture.
      Un jour peut-être?

    • Je serai à Stockholm cet été, je prends note de vos recommandations! Dommage que je ne me rende pas à Fäviken, ça a l’air très intéressant comme concept.

    • c’est beau tout ça!

      Maximilien.

    • Ma fille s’appelle Brunante et elle a adorée votre dernière photo.

    • Le chef a l’air d’un fervent amateur de musique métal, tout comme une grande majorité de suédois et également de scandinave. Et vous madame Lortie, est-ce que votre passion pour la Suède vous a amener à découvrir cette particularité de la scandinavie?
      On est très loin de Rad-Can, mais ça fait tellement du bien à l’occasion ;)

      Ceci étant dit, ce restaurant me semble fasçinant et vous êtes pas mal chanceuse Mme. Lortie. Lentement et tranquilement la cuisine québécoise va faire son chemin également et trouver son authenticité également, j’en suis convaincu.

    • Fait exactement la même température chez moi (Bellechasse) ce soir.
      Ca me donne faim.
      Je vais me contenter de mon poulet au cury et un gratin de chou-fleur qui, ces temps ci, coûte la peau des miches.
      6$ pour un chou-fleur !!!!

      Bon reportage !

    • Il n’y a pas de frais de scolarité en Suède. Êtes-vous toujours sûrs de vouloir y aller?

    • Belles photos Madame Lortie.

      Je suis aussi un amoureux de la culture allemande et nordique.

      @ q.terreux

      Je suis à mon chalet de Bellechasse (Ste-Sabine) et j’ai aussi le gout de bouffer qqchose de réconfortant ;-)

    • La Suède et la Scandinavie, quels beaux modèles pour le Québec:

      La devise de la compagnie suédose Sandvik: « We sell productivity, not products ».


      
Au Danemark: « The Copenhagen underground has dispensed with drivers and ticket-sellers. Shops get by on automated checkouts »
 
(The Economist, p. 9 du cahier spécial du numéro de cette semaine)

      La dette suédoise n’est que 37 % du PNB.

      En Suède, chaque famille reçoit un coupon de $ 10 000 par enfant par année et avec ce coupon, ils choisissent l’école de leur choix, publique ou privée, talmudique ou musulmane, anglophone ou suédophone, etc. Ce serait un véritable anathème au Québec, où le gouvernement cherche à tout nous imposer de haut, même en ce qui a trait à l’éducation en garderie prématenelle!

      http://www.antagoniste.net/2013/02/06/ecoles-suedoises/

    • Les photos de bouffe ne sont pas très appétissantes par contre…

    • Je suis un amoureux de toutes les cultures dites, supérieures. Bravo Mme LOrtie.

    • @ugoh Je suis contente que vous mentionniez ça, c’est tout à fait vrai. Le taux de gens atteints d’une intolérance au gluten est un des plus élevés au monde. Seulement dans ma famille, ma belle-mère (Finlandaise) et ma nièce (Norvégienne) souffrent d’une intolérance au gluten. Même chose pour les intolérances au lactose. L’offre de produits spécialisés est vraiment impressionnante.

      2012 a été l’année du régime ”lavkarbo” ici en Scandinavie. Les gens ne se disent pas faussement allergiques, mais disons que le pain (et donc en partie le gluten) n’a jamais été aussi peu populaire. Le beurre est par contre très ”in”.

      Mme Lortie, ça fait quelques années que je regarde les émissions de Niklas Ekstedt à la télé suédoise – sympathique jeune homme. J’ai l’intention d’essayer Ekstedt (sans c) lors de mon prochain passage à Stockholm. Avez-vous aimé? Et avez-vous essayé Niklas? Le menu a l’air intéressant et fait très New York, mais je me disais la même chose avant d’essayer Street Food de Marcus Samuelsson à Stockholm (côtes levées et salade de chou horribles).

    • Je suis heureuse de voir que vous aimez autant la Suède que moi qui y vis depuis près de deux ans. Vos photos sont d’ailleurs magnifiques et traduisent bien la culture locale.

      Toutefois, je tiens à corriger une affirmation que vous faites concernant le gluten. En effet, la Scandinavie est une des régions du monde où le nombre de coeliaques et d’intolérants au gluten, dont je fais partie, est le plus élevé au monde. Il est donc «normal» de demander au restaurateur un plat sans gluten. Tout le monde comprend ce dont il est question. Les sauces sont souvent exemptes de blé et les saucisses contiennent plutôt de la fécule de pomme de terre. De plus, chaque épicerie possède une section très complète de produits sans gluten et à Stockholm plusieurs boulangeries artisanales se dédient à cette spécialité.
      Quant au débat qui fait rage sur votre blog et que vous continuez d’alimenter, je le comprends. Votre intention de dénoncer l’influence des «modes diététiques» sur les populations fragiles est tout à fait légitime. Par contre, vos propos ont dépassé la ligne fine de ne pas reconnaître l’influence du gluten sur les maladies inflammatoires et d’avoir limité vos propos à la maladie coeliaque (en croissance d’ailleurs). Les diagnostiques médicaux présentent d’ailleurs souvent des faux-négatifs, les gastro-entérologues proposent alors le retrait puis la réintroduction du gluten quelques semaines après pour juger de l’effet. Et cet effet, croyez-moi, je ne le souhaite à personne!
      En complément d’information,
      http://www.biomedcentral.com/1741-7015/10/13
      http://www.medscape.com/viewarticle/757916_5

    • C’est tu assez beau une ville sans grattes ciel.
      C’est tu assez beau une nation de partage.
      C’est tu assez beau un endroit où les plus riches s’occupent heureusement des plus pauvres avec bonheur.
      C’est tu assez beau de voir un pays où notre rêve est réalisable.
      Ils sont aussi heureux d’être égalitaires dans leurs mode de vie au lieu de n’être que des voisins gonflables.
      Gilles Ménard

    • @ugoh 12h28 @virginie.n.h 04h38 Vous prouvez, comme plusieurs autres sur d’autres billets, que pour le “dossier gluten”, Mme Lortie ne sait pas de quoi elle parle. Mais elle s’acharne car le trafic et la pseudo-controverse liés à son blogue lui plaît bien. Soyez attentifs, elle changera le texte de ce billet sous peu, comme d’autres avant. Ça s’appelle de la mauvaise foi.

    • Madame Lortie, j’espère que vous laisserez tomber la question du gluten car vous commencez à mépriser carrément vos lecteurs.

    • Je ne peux pas dire que j’irais visiter les mêmes restos par contres…

    • 1991me voila parti pour la Suède, Montréal ,Toronto,Amsterdam,Malmö. De l’aéroport d’Amsterdam, je voyage en bimoteurs a hélices jusqu’à Malmö dans le sud de la Suède,aujourd’hui avec le pont entre Copenhague et Malmö le trajet se fait en gros transporteur d’Amsterdam a Copenhague et de la on peu prendre le train directement à l’aéroport ou le taxi (taxi=environ 100$, le train environ 15$). La traversé du pont est toute une aventure avec son tunnel au moins 3 fois celui d’Hyppolite Lafontaine et a un certain moment on se retrouve en pleine mer du nord au haut du pont qui parfois reçoit des bourrasques de vent, spécialement en hiver, un peu stressant si vous conduisez une voiture de location. Moi je dois me rendre a Lund une petite ville universitaire pas très loin de Malmö. Ce qui me frappe c’est le centrum (centre de la ville) avec son macadam et ces nombreux cyclistes, son architecture ancienne et la beauté de son parc que je traverse chaque jour a pied pour allez travailler. Je travaille avec des Suédois qui contrairement a la mentalité américaine, travaille d’une façon qui me désoriente un peu, la coopération et le succès ainsi que le bien être au travail prime sur l’individualisme et la compétition. Je commence a 7 hr et a 9.30 on déjeune jusqu’a 10hr, petit pain frais, fromage , viande froide. Les Suédois avec qui je travaille sont discrets, peu bavards, quand même gentils, difficile de s’intégrer a cette société, comme au Québec les immigrants sont mis de coté, mais avec discrétion, c’est ce que j’apprend d’un chauffeur de taxi du moyen-orient. La discrétion est un des trait culturel des Suédois. A Lund le Samedi je me promène en touriste et soudainement vers 12 pm le centrum deviens désert, je me demande ce qui se passe, j’apprends que les commerce ferme à 12pm et qu’une fois par mois il reste ouvert jusqu’à 4hr pm . Tous les enseignes et les affiches des commerces sont en Suédois, mais je n’ai aucune difficultés a me faire servir en Anglais dans cette petite ville. La Suède c’est un peu le Québec, mais les Suédois sont fier de leur pays.

    • @suchie: je serais vraiment étonné que Madame Lortie soit de mauvaise foi. Je crois plutôt qu’il s’agit d’un malentendu et qu’elle ne savait pas que les scandinaves étaient les plus grands intolérants envers le gluten. Je vais tout de même suivre ce dossier de prêt pour voir si elle va apporter les corrections requises pour que ses lecteurs ne soient pas induits en erreur.

    • J’oubliais, en me promenant a Lund je m’aperçut que comme leur ”design” (meubles en particulier) la langue était aussi sans fioritures. Sur une enseigne était écrit ”Frisör” (on prononce ”friseur”)traduction coiffeur, il y a avait aussi sur la devanture d’un magasin ”möblör” magasin de meubles. Il y a certain mots français dans la langue Suédoise (trottoir,garde robe,tolet. Surement un pays a visiter, pour ceux qui aiment le cristal,voir Ôrefors petite ville des arisants du verre.

    • Faites-nous part de votre opinion.

    • Si vous y êtes toujours, vous me croiserez ce vendredi chez Tranan et samedi à Stureplan.

    • @SUCHIE

      Mme Lortie nargue gentiment les gens obsédés par leurs problèmes alimentaires alors qu’elle remet en avant-plan le plaisir de la gastronomie. Un peu d’humour ne vous ferait pas de mal.

      @UGOH
      Vous êtes sûrement agent de voyage, vous avez trouver un argument-choc pour vendre un pays: je m’imagines la scène ” je vous conseilles d’aller en Suède, il paraît qu’il y a de la bouffe sans gluten”.

      @jaypee2
      Bravo pour votre appel à la censure. Si beaucoup de ceux qui fréquentent le blog ont ” démasqués” le troll, alors ses interventions sont des pétards mouillés. À moins de considérer l’ensemble des blogueurs ici présents comme des êtres peu subtils, vindicatifs et ayant un fond antisémite prêt à rebondir à la moindre occasion, ce qui m’étonnerait grandement.

    • ” Madame Lortie, j’espère que vous laisserez tomber la question du gluten car vous commencez à mépriser carrément vos lecteurs.” – francois-toronto

      Merci! C’est vrai que ça commence à faire! Faut en revenir, à moment donné… Être intolérant au gluten, c’est déjà assez difficile à vivre en soi, qu’on n’a pas besoin, en plus, d’entendre parler partout, dans les médias, de la “mode du sans gluten”, des “faux allergiques”, et que sais-je… Qu’essaie-t-on d’accomplir, au juste? De faire en sorte qu’une catégorie de personnes qui ne l’ont déjà pas facile se fasse, en plus, regarder de haut comme si nous étions des crosseurs ou des épais? Je me demande bien ce que vous gagnez à vous acharner ainsi… Vivre et laisser vivre, ça vous dit quelque chose?

    • Mme Lortie, j’aime bien vous lire mais parfois vous m’agacez un peu. Comme ici par exemple. Votre vision de la Suède est tronquée et élitiste. Vous ne gravitez de toute évidence que dans une certaine Suède qui n’est pas celle de la majorité des habitants de ce pays. Et vous savez quoi, les paysages d’hiver d’ici ne sont pas plus beaux que chez nous. Oui, la nature suédoise ressemble beaucoup à celle du Québec en moins grandiose, moins spectaculaire. Cette fine cuisine nordique a de quoi séduire et on reve que les chefs québecois s’en inspire un peu. Je vous suis là-dedans mais je vous conseillerais si vous tenez à vous faire une opinion plus réaliste de ce pays de graviter un peu dans d’autres sphères de la population. Allez donc faire un tour dans une de ces petites villes de province, souvent laides, ou encore faire un tour au supermarché du coin. Vous en ressortirez affolée je vous jure…Quant à l’architecture, le design suédois ca va si vous aimez le style froid, dénudé, fonctionnel. Mais à force d’en voir des exemples partout meme dans la salle d’attente du médecin, vous finnissez par vous en lasser. Et que dire de ces curieux motifs de papiers peints et de tissus de décoration. Ils sont tous dans le meme style. Et encore une fois cela lasse. Le verre omniprésent. le fameux cristal suédois, pas moyen de l’éviter non plus. Il est partout. Le suédois moyen lui, est extremement courtois, discret et terriblement distant. Il est difficile de se faire des amis ici. Par contre les cotés positifs de cette société singulière sont bien sur l’excellent système d’éducation (pas aussi bon qu’en Finlande toutefois), les soins de santé qui ne sont quand meme pas gratuits. (On paye à chaque visite chez le médecin, ainsi que pour chaque test prescrit jusqu’à une certaine somme qui n’est pas énorme il faut le dire).
      Oh et pour finir sur une note positive quand meme, deux points dont les québecois devraient s’inspirer de toute urgence: la remarquable conscience écologique des gens coté recyclage. Et la manière dont sont traités les chiens et les chats qui ne sont pas en vente en animalerie. Ceux, surtout des chats qui se retrouvent dans un refuge y sont extremement bien traités et on n’euthanasie jamais un animal sain. Jamais….
      Chantal

    • @xihongbo
      Ça doit être difficile de vivre dans votre entourage où tout semble ”ectrêmement,terriblement(courtois en plus),absolument,nécessairement,totalement,exactement,effectivement enfin c’est affreux cet abus d’adverbe.
      Je croyais que juste les états-uniens en abusaient.
      Gilles

    • gillesmenard

      tout comme il doit être difficile et douloureux de cohabiter avec des esprits si simples qu’une séquence d’adverbes plutôt judicieux suffit à perturber et émouvoir aux larmes…

    • @simonon
      Je préfère décrire la manière de que de résumer ça à un foutu adverbe anglicisant.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

    publicité

  • TWITTER

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    février 2012
    L Ma Me J V S D
    « jan   mar »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    272829  
  • Archives

  • publicité