Marie-Claude Lortie

Marie-Claude Lortie - Auteur
  • Marie-Claude Lortie

    Journaliste à La Presse depuis 20 ans où elle est chroniqueuse et critique gastronomique, Marie-Claude Lortie commente l'actualité, entre deux brassées de lavage et un match de soccer.
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 25 janvier 2013 | Mise en ligne à 15h33 | Commenter Commentaires (61)

    Le gluten, le débat

    Capture d’écran 2013-01-25 à 15.31.32

    Le pain de blé, premier visé quand il faut commencer à retirer le gluten de son alimentation. Photo André Pichette.

    Vous pensez que le voile islamique, la commission Charbonneau, le contrôle des armes ou le prix de l’essence sont le genre de sujets qui provoquent le plus de controverse sur ce type de blogue.

    Attention. Vous avez oublié le gluten.

    Publié ceci dans La Presse ce matin. Un texte sur le gluten, les faux intolérants/allergiques, l’impact sur les personnes réellement atteintes de la maladie coeliaque.

    Boîte de courriel et page Twitter inondée de messages, à la fois de gens qui me remercient ou alors qui me traitent de tous les noms.

    “Vous faites des mécontents avec votre article sur la phobie du gluten. Mais je vous dis Bravo! Il est temps que cette folie cesse”, m’écrit un médecin urgentiste sur Twitter.

    “ Votre chronique dénonce les “modes” alimentaires et les régimes miracles, mais d’une manière qui ne fait que renforcer  la désinformation sur la maladie coeliaque et les idées préconçues…” m’a écrit une autre dame par courriel.

    Sujet chaud. Bonne chose en ces jours froids.


    • Je crois Mme Lortie que le froid ne vous plaise guère.

      Hier : maudites armes !

      Aujourd’hui : maudit Gluten

      Allez, lachez-vous : maudit froid !

    • Je magazine kasher et je remarques que peu de mes produits sont “gluten free”. Je suis déçus car parfois je me demande s’il serait possible que j’en soit allergique.

    • LACTOSE & GLUTEN – les vérités cachées

      S’il y a deux éléments, deux poisons à éliminer de notre alimentation, ce sont bien ces deux là!

      Ils sont à la base de 80% des problèmes de digestion, gastriques, allergiques pour les plus répandus, mais on comprends de mieux en mieux leur part de responsabilité dans bien d’autres domaines tels que les maladies auto-immunes, certains cancers œsophagiques, prostatiques, rénaux, pancréatiques, du foie, la fibromyalgie et beaucoup d’autres domaines où leurs actions souvent conjuguées provoquent la baisse au niveau général du S.I. [ Système Immunitaire] et l’affaiblissement particulièrement spectaculaire de certains terrains propices qui deviennent d’excellents terrains de batailles pour les attaques diverses d’agents pathogènes infectieux bactériologiques, viraux ou champignons et même nématodes [métazoaires triploblastiques cœlomés].

      Si vous avez des problèmes que la médecine moderne n’arrive pas à guérir, il y a quatre incontournables que vous devez suivre. Dans la plupart des cas, vous devriez voir votre santé s’améliorer du tout au tout, car en même temps vous n’aurez plus besoin de ces tas de médicaments aux effets encore plus pervers que ceux qui sont sensés vous soigner.

    • @anonymous99

      Référence necéssaire.

      Les humains consomment ces aliments depuis des milliers d’années sans problèmes (à part ceux qui sont VRAIMENT malades), et, Oh Bizzare, c’est maintenant que les problèmes surviennent.

    • Bah, anonymous99 nous fait un copier-coller d’un blogue débile qui cherche à vendre des produits “naturels”…

      Voyez plutôt : http://www.bienetravie.com/lactose-glutenlactose-gluten-verites-cachees/

      Le bidule miracle à vendre? du chlorure de magnésium, vendu sous le nom de commerce Nigari, qui guérirait un peu tout. Alleluia! Méchant gluten, il ne fallait qu’un peu de poudre de perlimpimpin pour t’anéantir… Ah, j’oubliais : faut aussi couper le lactose, selon ce blogue.

      Le pire, c’est qu’à force de tendre leur hameçon, ces charlatans finissent toujours par attraper quelques poissons.

      Jean Richard

    • Après que la santé de ma femme se soit subitement détériorée (maux de ventre le matin, fatigue), nous avons fait un régime sans gluten pendant 5 ans. Avec une amélioration modeste de l’état de santé. En parallèle, un long parcours dans le système médical pour enfin faire des tests d’allergie et d’intolérance (dont la biopsie de l’intestin). Le verdict est finalement tombé: pas d’intolérance au gluten, mais une intolérance au lactose. Toute une surprise. Mais depuis qu’elle a éliminé le lactose de son alimentation, sa santé s’est grandement améliorée. Même les problèmes de peau (psoriasis) sont en régression. Bref, il faut parfois faire un tel régime de manière préventive, en attendant d’avoir des résultats médicaux formels.

      H. Dufort

    • Tout le monde sait qu’une bonne dose de pseudoscience va régler 90% des problèmes de santé. Vous voulez une source, allez sur Google!

      Matt Gilles

    • Pour écrire cet article avec un biais aussi évident, il ne faut pas connaitre grand chose aux allergies alimentaires et encore moins, en souffrir. On ne peut tout simplement pas affirmer que le problème des intolérances alimentaires peut être détecté par notre médecin de famille par un simple test. Ce type de test médical n’est positif qu’au stade avancé de la maladie coeliaque, lorsque les preuves existent des dommages soufferts par l’intestin. Il n’y a pas de tests médical pour les intolérances alimentaires. Or, c’est a ce stade qu’il faut les détecter, pas lorsque notre intestin est tellement irrité qu’il ne peut plus permettre l’absortion des nutriments. Quant a ceux qui affirment que parce que ce sont des aliments qui étaient consommés avant et donc, que nos problèmes ne peuvent pas provenir de ces aliments, eux aussi démontrent une grave ignorance. Ce n’est simplement pas vrai que dans le passé, nos grands parents mangeait du pain avec du gluten ajouté, des sauces préparées en usine avec du gluten ajouté, des saucisses avec du gluten, du lactose et des nitrites ajoutés, des plats déshydratés avec du MSG ajouté, des plats congelés avec des colorants ajoutés, des produits laitiers et des gateries sucrées en quantité industrielle, des fruits venus d’ailleurs et qui nous arrivent mal muris. Ces changements alimentaires sont venus avec le dit progrès économique et social, avec la génération des années 1950-60. En 1960, un scientique allemand a publié un livre (la danse avec le diable) qui décrit assez bien ce que l’alimentation industrielle va entrainer en terme de dégradation progressive du corps humain. Je sais ce dont je parle. J’ai dans ma famille 6 enfants dont 4 souffrent de graves allerfies alimentaires. On ne peut déterminer l’origine exacte du problème mais au moins, par nos propres expériences, on peut déceler quels aliments nous créent des problèmes de digestion, de ballonnement, des diarhées. Il n’y a pas de tests scientifiques fiables pour détecter les intolérances alimentaires, il faut faire des essais personnels. Ma première fille, a l’âge de 14 ans, a passé 2 mois hospitalisée et tous les tests qu’elle y a subi ont conclu qu’elle avait ZÉRO allergie. On ne se bat pas contre la science. On lui a diagnostiqué cependant une grave maladie autoimmune très rare qui exigeait qu’elle prenne des médicaments immuno-dépresseurs. Le verdict était clair et brutal: sa vie serait un enfer et elle devait en mourrir en quelques années. En fin de compte, suite a beaucoup de recherches personnelles et la consultation de médecins-naturopathes, on a finalement compris qu’elle avait simplement un gros problème avec le gluten et le lactose. Depuis qu’elle a banni ces ingrédients (ainsi que les nitrites et le MSG) de son alimentation, elle vit normalement sans médicament. Elle a 31 ans et étudie en 3e année du programme de médecine. Pour nos autres enfants, inutile de dire que l’expérience de l’ainée leur a servi. Une de mes filles a travaillé pendant un certain temps dans une épicerie de produits naturels et ce qui était l’exception il y a 20 ans est en passe de devenir ujn grave problème de société. Il y a quelque chose dans la vie moderne, soit la qualité des aliments traités en usine, soit le stress, soit la pollution de l’air, soit l’ajout de chlore et de fluor dans l’eau, soit l’usage intensif du plastique dans la vie courante, soit l’usage abusif des pesticides et insecticides, je ne sais quoi, mais il y a quelque chose qui fait que le corps humain se dégrade lentement. Mon conseil a tous ceux qui souffrent de problèmes graves et moins grave liés a la nourriture: faites l’essai de bannir le gluten et le lactose de votre vie pendant au moins 6 mois. Faites des recherches pour éviter tous les aliments qui ont ces composants. Vous allez voir, l’industrie alimentaire en met inutilement dans presque tout. On trouve du lactose et du gluten même dans les viandes froides. Si vous vous sentez mieux, alors vous saurez. Sinon, votre problème est ailleurs.

    • @ Jean_Richard
      Vous n’avez pas encore compris que les charlatans sont l’industrie alimentaire et le Big Pharma ??
      Toujours bien dans la matrice mon cher ??

    • Ce serait pas un peu l’effet Djokovic? Le joueur de tennis qui était l’éternel 3e au monde et qui devient subitement imbattable après que ses médecins aient détecté une intolérance au gluten?

      J’ai un oncle qui souffre d’une allergie au gluten diagnostiquée. J’ai pu voir le avant et le après sa diète anti-gluten. Ça saute aux yeux que sa santé s’est améliorée.
      Alors je n’ai pas de difficulté à croire que beaucoup de gens qui évitent le gluten n’y sont en fait pas vraiment allergiques, ni même intolérants. Je soupçonne qu’une personne qui en est rendu a essayer ça a essayé toute sortes de choses et ne sait pas réellement ce qui a des effets positifs sur sa santé ou non.

      Mais en même temps, où est le problème? Grand bien leur fasse. Faut juste, comme vous le mentionnez dans votre article, s’assurer qu’on ne se retrouvera pas en carence de certains nutriments importants.

    • En tant que spécialiste de laboratoire diagnostique, je tiens à dire qu’il a des informations véhiculées dans ce blogue qui frôlent la désinformation.

      Premièrement, il est vrai que les premiers marqueurs sanguins utilisés (anti-endomésium, anti-gliadine) possédaient une sensibilité et une spécificité moindre que le test généralement utilisé aujourd’hui, soit l’anti-transglutaminase. La corrélation entre la présence et la sévérité de la maladie est aussi vraie, quoiqu’il est très possible de détecter la présence de ce marqueur même si les symptômes ne sont pas si marqués. Le diagnostic final reste toujours la biopsie.

      Il peut être risqué de se lancer dans l’autodiagnostic (qui est devenu pratiquement un fléau dans le domaine médical depuis l’avènement du web). À titre d’exemple, entreprendre une diète sans gluten quelques mois (à quelques années) avant d’aller passer un test sanguin est une très mauvaise idée. Un tel patient pourrait fort bien obtenir un résultat négatif alors qu’il est intolérant au gluten. C’est vraiment une pratique à déconseiller si vous désiriez cerner le problème. La preuve est évidente, un médecin peut suivre s’assurer de la compliance d’un patient à suivre une diète sans gluten en demandant un test anti-transglutaminase. Si le patient voit ce test présenter un résultat négatif, il sait que le patient respecte sa diète.

      Votre article sur le gluten est une bonne entrée en matière dans tout ce qui touche ce que j’appelle “le marketing médical et nutrition”. Le cas du gluten est effectivement un exemple parfait.
      On pousse à une logique déformée du type : un intolérant au gluten présente des symptômes lors de la prise de gluten; Une autre personne présentant des symptômes similaires (alors qu’elle n’est pas intolérante au gluten) pourrait donc penser que le fait d’arrêter de prendre du gluten pourrait améliorer lesdits symptômes alors qu’il en est rien.
      De façon résumée, les symptômes rencontrés lors d’une intolérance ne sont pas causés directement par le gluten mais par des anticorps qui affectent le fonctionnement physiologique normal. À titre d’exemple, les anti-transglutaminases ont tendance à stimuler l’activité transglutaminase et à jouer sur la perméabilité épithéliale. Le gluten stimule donc le système immunitaire de ces intolérants à produire des anticorps qui dérèglent certains mécanismes.

      On pourrait faire un article complet sur la prise de produits naturels ou de médicaments qui sont pris dans un contexte complètement différents de la raison pour laquelle ils ont été développés. Pourquoi, les compagnies ont vite réalisé que les gens ne poussent pas leur recherche d’information. À titre d’exemple, on peut cerner le marché des anti-oxydants. Certains produits ont, à la base été testés chez des sidéens et on a pu observer un impact… Vous comprendrez que les gens marketing ont vite fait de sauter sur l’occasion et tenter de le vendre, à fort prix, à toute la population… je vous laisse réfléchir!

    • petite précision : quand je dis “l’information du blogue”, je réfère surtout aux commentaires lus…

    • si on suit toutes les modes en alimentation la seule chose qui semble ne pas être dommageable pour la santé c est mes pneus d’auto

    • y a personne qui a entendu parler de phrases et de paragraphes

    • Ça vous tenterait pas d’aller voir un médecin? Il me semble que le gros bon sens serait de consulter un allergologue si vous avez des doutes. Ou un nutritionniste à tout le moins. En tout cas, moi c’est ce que je ferais avant de commencer quelque cure miracle que ce soit. Je constate autour de moi qu’une quantité importante de personnes, qui ont des entraîneurs physiques personnels, se lancent dans des programmes alimentaires sans glucides. Ces “kinésiologistes” sont-ils de véritables spécialistes de la santé?

    • @anonymous99
      Bien entendu que l’industrie alimentaire en profite, je n’ai pas dit le contraire! Ils font des millions avec ce marketing du “sans gluten”, sur le dos des consommateurs persuadés d’y être allergique.

    • Aux faux intolérants au gluten, essayez donc de réduire vos portions et de prendre votre temps quand vous mangez. Vous vous sentirez moins ballonnés :)) … Et faites de l’exercice !!!

    • Le problème est ailleurs: l’échec de la médecine depuis au moins 50 ans à traiter les phénomènes inflammatoires (arthrite, sinusite et asthme chronique et d’autres plus graves) autrement qu’avec la cortisone.
      Peut-on blâmer ceux qui en souffrent de chercher une solution?

      F.Labelle

    • Je crois qu’il y a une énorme différence entre un pain maison fabriqué avec de la farine biologique et la Pizza Tony qui, un coup gobée et rendue dans l’intestin, se présente comme une masse gélatineuse compacte qui transige son allée-venue de façon très énergivore pour l’organisme. Certains vont dire qu’il faut laisser le blé et cie aux petits oiseaux, et opter pour des grains sans gluten. On peut faire sa croûte à pizza avec du kamut bio. Les fibres font la différence dans le transit intestinale. Les farines industrielles sont défibrées et deviennent ainsi du sucre. Tandis que le kamut entier et bio conserve toutes ses qualités comme produit de consommation. Quant aux produits laitiers, le procès revient aussi régulièrement, alors que c’est la source de calcium et de vitamine D la plus importante pour les os et que vous risquez l’ostéoporose, si vous n’en consommez pas. Le fromage fort et vieilli est réputé sans lactose.
      J’annonce le prochain procès public: le boeuf. Sur BBQ = cancérigène et c’est prouvé scientifiquement. Tartare ou cuit à feu lent = source de fer extraordinaire et produit santé lorsque maigre.

    • Je sais pas pourquoi, mais moi, si je voulais savoir si j’était vraiment intolérant au gluten… au lieu de le bannir durant des semaines de mon alimentation… j’essaierais d’ingérer du seitan. Je crois que je serais fixé sur ma condition assez rapidement!

    • J’ai vu plusieurs personnes de mon entourage consulter des naturopathes. Et toutes ces personnes ont été conseillées de couper le gluten de leur alimentation. c’est quand même bizarre, que la solution unanime pour toutes c’était l’exclusion du gluten…Je pense que ça soulève quelques questions.

    • @Ba100
      ” À titre d’exemple, entreprendre une diète sans gluten quelques mois (à quelques années) avant d’aller passer un test sanguin est une très mauvaise idée. Un tel patient pourrait fort bien obtenir un résultat négatif alors qu’il est intolérant au gluten.”

      HAHAHA dans ce paragraphe vous vous contredisez totalement. Vous commencez par dire que els tests sont dorénavant fiables et peuvent déceler l’intolérance/allergie même si le corps n,est pas encore abimé pour finir en écrivant ça ?? Bravo la logique 101. BRAVO !
      Le père de ma femme a été diagnostiqué coeliaque à 45 ans alors que ma femme à 22 ans ne l’a pas été… et pourtant, polyarthrite rhumatoide aigûe, methotrexate, humira etc etc… jusqu’au jour où elle a tenté le même régime que celui de son père : miracle, plus rien. RIEN ! Aucun médicament depuis 3 ans…
      Et non elle n’a pas été diagnostiquée intolérante, et oui elle peut faire quelques écarts vis à vis du gluten car son corps n’est pas encore foutu, et oui il semblerait qu’elle ferait donc partie de la cible des faux intolérants de Mme Marie-Claude Lortie, qui semblent beaucoup s’en faire face aux kilos en trop.
      1 – le gluten est loin d’être essentiel dans la vie (le riz, le sarrasin, le quinoa le remplacent parfaitement)
      2 – ne pas en manger est loin d’être “fashion”, c’est même un emmerdement quotidien et un sacré sacrifice pour les bons mangeurs (d’ailleurs je ne suis pas du tout solidaire avec ma femme sur ce point) !
      2 – il n’y aura jamais d’étude subventionnée à coups de millions de dollars car il n’y a rien à y gagner pour les compagnies pharmaceutiques (il suffit juste d’arrêter de manger du gluten, aucun profit à l’horizon). En plus l’industrie du blé est extrêmement puissante et n’acceptera jamais un tel verdict.
      3 – Mme Marie-Claude Lortie, je vous conseille une lecture : Comment j’ai vaincu la douleur et l’inflammation chronique par l’alimentation. Vous allez sûrement vous énerver dessus puisqu’il est très loin de rejoindre votre pensée, mais il donne une toute autre vision sur le sujet ! Avec plein de références :).

    • Débat intéressant. J’ai dans mon entourage quelques personnes qui se disent “intolérantes au gluten” sans toutefois avoir été diagnostiquées. J’ai tenté en vain de chercher dans la litérature scientifique un quelconque bénéfice d’un régime sans gluten pour les gens qui ne sont pas atteints de la maladie coeliaque, en vain. Le point commun de tous ces glutenophobes: depuis leur obsession pour le gluten, ils font beaucoup plus attention à ce qu’ils mangent. Ils lisent les étiquettes, s’assurent de consommer des produits nutritifs, ont augmenté la proportion de fruits et légumes dans leur alimentation… Et ils se sentent beaucoup mieux. Je doute que le gluten y soit pour grand-chose.

      Pour les gens véritablement intolérants au gluten, c’est une toute autre histoire, comme Mme Lortie l’a clairement écrit dans son article original.

    • Je n’en reviens pas de ce que les gens pensent du sans gluten, est-ce que tous ceux qui se disent réfractaires à ça ont lu sur le sujet ? D’abord précisons que ce n’est pas un régime d’amaigrissement, parce que je serais mince et ce n’est pas le cas. Toutes les farines que vous éliminez, vous les remplacer par d’autres tels que le riz, le tapioca, le teff, etc. et ces farines sont très caloriques, il faut même faire attention.
      Si vous lisiez le livre de Mme Lagacé: Comment j’ai vaincu la douleur par l’alimentation. Vous auriez une meilleur idée de l’alimentation hypotoxique. Pour ce qui est de la mode, je dois vous dire que je la suivrai toute ma vie, parce que je suis tellement bien, plus de migraine, plus d’arthrose et d’arthrite, plus de reflux gastriques, saignements de nez et de gencives. Donc plus de médicaments.
      C’est difficile de parler au médecin et de leur dire je souffre de mal de dos, je vais chez l’ostéopathe aux deux semaines, il vous prescrit des anti-inflammatoires et vous répond: “Ma chère madame c’est la maladie du siècle , prenez vos pilules.” C’est plus facile pour eux et pour tout le monde, parce que la pire chose dans la vie c’est de changer ses habitudes alimentaires, c’est pire qu’arrêter de fumer, je le sais j’ai tout fait ça. Mais lorsqu’après un an vous n’avez pas remis les pieds chez l’ostéopathe et que vous pouvez pelleter la neige pendant une demi-heure et ne pas vous rammasser coucher pendant une semaine parce que votre dos est barré, et bien je dis vivre le régime hypotoxique.

      Et ceux qui n’y crois pas c’est parce que ça ne fait pas encore assez mal.

      Je remercie tous les jours Mme Lagacé pour le cadeau qu’elle nous a fait en écrivant ce livre.

    • J’ai beaucoup de difficulté a comprendre que les gens qui ne souffrent d’aucune intolérance ou allergie au gluten se permettent de faire la lecon a ceux qui en souffrent, voir même qui pensent en souffrir. Mais qu’est-ce que ca vous enlève a vous que d’autres éliminent le gluten de leur alimentation? Ca me fait penser a ceux qui ne croient pas qu’une personne puisse être allergique aux arachides et qui lui en passent une petite en catimini pour voir… Personnellement, ca ne me dérange pas que vous continuiez a absorber du gluten si c’est bien pour vous. Pourquoi ca vous dérangerait que je fasse ce que je pense être bien pour moi? Je ne vous souhaite pas de devenir intolérant a quelque nourriture que ce soit. Ce serait catastrophique vu que vous êtes déja intolérants aux autres. A celui pensent que seuls ses pneus d’auto sont bons pour sa santé, je lui souhaite d’en manger un char.

    • @ arthurpaul

      Je n’ai pas le gout ni le temps de vous donner un cours de science mais il n’y a aucune contradiction dans le message de Ba100. Tenter de lire ce qu’il écrit (jusqu’au bout) sans tenter de l’interpréter et vous verrez que c’est logique.

      Rapidement, le test détecte la réaction du corps au Gluten. Si le patient ne prend plus de Gluten mais qu’il est réellement allergique, le test ne peux pas le détecter. Comment détecter une allergie si l’allergène n’est pas présent. Voyons donc! Par contre, la sensibilité du test fait en sorte de détecter des cas même relativement légers si bien sûr ceux-ci consomment du Gluten.

    • Nous nous avons pris le temps de faire nos devoirs et de faire un peu de recherche scientifique. Voici ce qu’on pense de cet article: http://paleoqc.com/2013/01/26/le-faux-et-surtout-le-vrai-sur-le-gluten-critique/

      Suivez notre page Facebook (Paléo Québec) si vous êtes intéressés à des articles mieux développés que ceux de madame Lortie.

    • @arthurpaul

      Je crois malheureusement que vos notions sont légèrement carencés. Il faut comprendre la valeur diagnostique d’un test pour véritablement l’interpréter. La plupart des tests ne permettent pas à 100% de s’assurer de la présence ou non de la maladie.

      Un test présente toujours une sensibilité et une spécificité reliée à une maladie. En gros :
      -La sensibilité est la probabilité que le test soit positif si la maladie est présente (vrai positif/vrai positif+faux négatif)
      -La spécificité est un résultat pégatif se mesurant chez les non-malades seulement (vrai négatif/vrai négaitf+faux positif).

      Ce que cela veut dire?
      Qu’il est possible d’avoir un résultat négatif alors qu’on est atteint de la maladie… et l’inverse aussi…

      Quand je dis que les anciens tests utilisés étaient moins fiables que celui actuellement utilisé, c’est simplement sur la base de leur sensibilité et spécificité.
      Le test anti-transglutaminase possède donc une sensibilité de 96-100% et une spécificité de 84-100% qui est quand même assez bon… mais pas à 100%!.

      D’autres éléments sont probablement impliqués; il est déterminé que 95% des gens atteints présentent une susceptibilité du système immunitaire (HLA DQ2 DQ8). Pourtant environ 40% de la population posséderait cette combinaison… Or, seulement 0,1-2% de la population est atteinte. Il y a donc d’autres facteurs (peut-être environnementaux impliqués.

      Sans vouloir diagnostiquer le cas de votre femme (atteinte d’arthrite rhumatoïde), ce ne sont pas les mêmes tests qui sont utilisés (FRH ou anti-CCP). Selon ce que le médecin a fait comme suivi, il est possible qu’il n’ait pas testé l’intolérance au gluten.

      Chacun est libre d’explorer la voie qui lui semble la plus positive pour lui. Comme vous dites, avec raison, les études reliées au maladies inflammatoires sont en plein développement et beaucoup de choses sont encore à découvrir. Doit-on blâmer la médecine pour cela? Je ne crois pas. Les médecins doivent agir en fonction de ce qui est connu et reconnu (guidelines, études, etc.); cette pratique est donc en constant changement. Il ne faut donc pas tenter d’extrapoler certains résultats et leur faire dire ce qui ne veulent pas dire, c’est ça, je crois, le réel problème en science et en médecine.

      Est-ce que je suis contre les gens qui ne veulent plus du gluten dans leur vie? Absolument pas. Si cela leur fait du bien, c’est une bonne idée de continuer dans cette voie. Le livre de Mme Lagacé est effectivement intéressant dans son approche. Est-ce qu’il faut le lire comme la vérité absolue? Non et c’est la petite nuance que certaines personnes devraient faire. Demeurer critique, c’est ne pas gober tout cuit ce qui vous est présenté!

      C’est devenu très difficile de s’y retrouver et de vouloir manger santé tellement il y a d’hypothèses et de voies à suivre. Je crois les gens quand ils se disent dépassés. Manger varié et vert est déjà un bon départ!

      Bon repas (avec ou sans gluten!).

    • Mme Lortie,
      Intéressant votre article publié hier dans La Presse. Je travaille depuis plus de vingt ans en restauration et je suis abasourdi de voir le phénomène dont vous parlez prendre autant d’ampleur. Il est vrai que les gens peuvent avoir des problèmes soit allergiques ou d’intolérance avec certains produits, mais je vois tous les jours des gens me demander de changer l’accompagnement ou même certains ingrédients aux plats proposés au menu. Il va de soi qu’une personne allergique a de bonne raison de le faire mais si vous saviez le nombre de fois que je me fais demander de changer quelque chose pour une raison d’allergie et que je vois la même personne piger allègrement dans l’assiette de son voisin de table dans laquelle il y a l’ingrédient allergène…sans que rien ne se passe, c’est désolant. Les gens qui mangent des frites bien salées avec double portion de sauce et un dessert oh combien délicieux mais néamoins riche en calories me demander ensuite de la saccharine avec leur café. C’est a ni rien comprendre..

    • Dommage que vous ayez pris partie, parce que c’est un excellent sujet. La manipulation génétique.

      Ma conjointe a ce problème, diagnostiqué par des tests cliniques. Des maux de ventrre, des diahrées, etc.. on ne peut pas dire que c’est imaginaire. Ma belle-soeur, ça lui entraine des migraines; elle aussi diagnostiqué par des tests cliniques.

      La cause: difficille à dire. Monsato et compagnie modifie avant même de les semer, les graines, mettre plein d’herbicide. Il n’est pas étonnant selon mooi qu’il y ait toute cette série de problème.

      Mme Lambert-Légacé chercheuse et immunologue a écrit des livres sur çà, en souffrant elle-même. Je ne banaliserais pas ce sujet.

    • je souffre donc je suis

    • @gilnado et plusieurs autres
      Vos interventions sont probablement passionnantes mais seraient plus faciles à digérer (sans jeu de mots) séparées en paragraphes. Vous savez ce truc qu’on enseigne à l’école primaire, qui facilite la lecture et est utilisé par la très grande majorité des écrivains et journalistes qui se respectent.

      il ne faut toutefois pas tomber dans le travers inverse, comme Stéphane Laporte dans son blogue, et confondre phrase et paragraphe…

    • La soeur de ma conjointe apporte son lunch pendant les soupers de famille en raison de son supposée allergie au gluten. Bien sur, elle n’a pas consulté un allergologue. Il y a eu aussi le lactose mais elle ne l’est plus maintenant. En effet, ella du abandoner son allergie a cause que j’avais acheté des produits avec lactose. Je n’avais pas fait attention. Elle en avait tellement consommer, et ce pendant plusieurs jours du congé des fetes, qu’elle ne pouvait que se rendre a l’évidence. De toutes façons, elle trouvait qu’il y a trop monde dans le lactose et que c’est rendu une mode. Et le pire la-dedans…est que je n’ai rien exagéré!!!
      Madame Lortie, vous avez bien raison de dénoncer cette arnaque grossiere.

    • Par nature, je suis une personne particulièrement sceptique. Je ne m’adonne pas facilement à des modes qu’elle soit de nature “régime amaigrissant” ou “régime santé”. Par le fait, je n’ai pas vraiment encouragé mes proches quand ils m’ont informé de leur intention de cesser de consommer lactose et gluten pour tenter de soulager leur arthrose.

      Cependant, Mme Lortie, je soupçonne que vous n’avez aucune idée de ce que c’est que de vivre avec une maladie chronique. Je ne parle pas ici nécessairement d’une intolérance au gluten, je parle de ceux qui souffrent tous les jours qui ont parfois des étiquettes pour leurs maux, parfois pas. “Barouetter” comme un ballot de foin dans le système médical, la plupart du temps sans adresse et sans destination. À se faire vendre une pilule miracle, puis une autre avec des résultats peu probants. Ou pire, à se faire tester une partie du corps, puis l’autre sans jamais savoir ce qu’il en est vraiment.

      Ça a été l’histoire de ma vie pendant 13 ans Mme Lortie. C’est très long 13 ans quand on souffre. Et puis, on m’a donné un diagnostic partiel après m’avoir collé toute sorte de diagnostics fourre-tout qui ne veulent rien dire, sinon que l’incapacité du système médical devant la douleur.

      C’est donc avec ce bagage de vie que je m’abstiens de juger les autres personnes qui souffrent. Même si un test ne leur a pas donner un diagnostic officiel médical, la douleur est là. La plupart du temps, faute de réponse, on leur aura répondu que c’est dans leur tête, jusqu’à preuve du contraire. Sauf que ça n’aura rien enlevé à ce qu’ils vivent et que la plupart du temps, cela ne fera qu’amplifier la perte de confiance devant le médecin qui prétend savoir et ne sait pas.

      Et c’est alors que commence la quête Mme Lortie. Celle de n’importe qui qui n’en peut plus de souffrir. La quête d’une solution. Aussi, je ne suis pas surprise que plusieurs essayent de s’auto-soigner à l’aide de naturopathie, d’alimentation et tutti quanti.

      Ce n’est pas là un manque de respect envers les “vrais” allergiques au gluten ou envers les pauvres cuisiniers qui ne savent plus ou donner de la tête… C’est là un cri de détresse ultime devant l’incapacité de la médecine à soigner vraiment.

      p.s. Les tests d’allergie ne sont pas parfaits. Au début de mon parcours, un gastroentérologue qui m’a examinée m’avait dit que ma peau était typique d’une personne intolérante au gluten ou au lactose. Il fut le premier surpris des résultats négatifs. Moi-même j’ai donc renoncé à cette avenue… Pour réaliser au travers des lectures par la suite que les tests ne pouvaient jamais couvrir tous les cas (et qu’on avait omis de tester l’intolérance aux sulfites, ce qui aurait été pertinent aussi, mais comme c’est moins fréquent…) En effet, on vérifie l’allergie à une protéine X, Y, Z dans ses tests… Mais rien n’empêche que M. le malade soit allergique ou intolérant à une autre protéine. La médecine peut donc diagnostiquer des malades certes, mais pas tous les malades. Et le pire, c’est qu’ils n’ont jamais la décence de prévenir de la limite des tests. N’importe quel allergologue qualifié (ou gastroentérologue pour le cas du gluten et du lactose) prêtera fois à un journal de bord détaillé de l’ingestion d’aliments précis relaté avec dates et symptomatiques associés. C’est même souvent la première chose qu’ils demandent de faire si une allergie/intolérance est suspectée. La science ne suffit pas toujours. La conscience est souvent le meilleur outil. À bon entendeur…

    • Je pense sincèrement que la médecine actuelle reste une science expérimentale dans une certaine mesure. Un jour, tel produit cause ou prévient le cancer, le jour suivant, une autre étude vient contredire la première. Le problème avec toutes ces études, c’est qu’il est très difficile de contrôler pour les multiples facteurs qui déterminent la santé des gens, à commencer par la génétique, en passant par les habitudes de vie comme le sommeil et le stress sans parler de ce qu’on ingère et la quantité d’énergie qu’on dépense. Je ris à chaque fois qu’on prétend détenir la vérité dans ce genre d’étude, surtout quand le chercheur ou le département reçoit des fonds privés.

      D’ailleurs, pour ceux qui disent que l’humain mange du blé depuis des millénaires, je leur répondrai tout simplement que le blé de nos grands-parents n’a rien à voir avec le blé d’aujourd’hui. Vous me direz qu’il en est de même avec la viande et les autres produits, bien d’accord.

      Mais soyons francs, l’humain est une machine complexe et nous ne sommes pas encore à en connaître toutes les subtilités. Donc, à la base, on devrait toujours se garder une petite gêne et utiliser son gros bon sens à défaut d’avoir des réponses claires de la science. Le plus incroyable, c’est qu’on vous donne le résultat du test mais qu’on ne vous donne pas la marge d’erreur du dit test. Imaginons un test fiable à 95%. Ça veut dire qu’une personne sur 20 passe au travers des mailles du filet. C’est énorme, surtout quand vous êtes cette personne sur 20. Sans parler qu’il y a la maladie céliaque et l’intolérance, sans oublier la possible conjonction de facteurs.

      Là où je vous rejoins madame Lortie, c’est pour ceux qui n’ont même pas été testés, n’ont jamais été à l’hôpital, n’ont pas de symptômes avérés, qui font ça par caprice et se déclarent intolérants. Mais comme l’a judicieusement mentionné exilium, quand on a des symptômes graves et qu’on se fait pitcher d’un médecin à l’autre, d’un test à l’autre sans résultats pendant des mois, sinon des années, il faut, à un moment donné, tenter de trouver des solutions par soi-même.

      Sans m’étendre sur mon cas personnel, j’ai été testé négatif. Mais depuis que j’ai cessé le gluten, je n’ai pas eu à me présenter aux urgences pendant un an et demi alors que la fréquence avant était d’une fois par mois avec hospitalisation et tout le bazar … effet placébo? Conjonction de facteurs? Peut-être mais je m’en fous, pour être franc. Ça fonctionne? Good enough!!!

    • La question à se demander est: est-ce que toutes ces personnes qui disent souffrir d’allergies, que ce soit au gluten, à la lactose, à la caséine ou autre chose, ont des lubies ou souffrent de maladies psychosomatiques ou s’il y a un réel problème ?

      J’étais de ceux qui pensait qu’il y avait plus de lubies qu’autre chose dans ces maladies. Après avoir fait des recherches et constaté de près les effets sur mes proches, j’ai réalisé que les aliments que nous mangeons ne sont pas les mêmes qu’il y a 40 ans.

      Il y a des modifications génétiques à la base de l’alimentation et ce tout le long de la chaîne alimentaire, pour améliorer la productivité. Se fermer les yeux sur çà, revient à dire qu’il n’y a pas non plus de problématiques environnementales. Quantité de recherches ont été faites sur le sujet; notamment en France où l’étiquetage est beaucoup plus sévère qu’ici.

      Faisons-en un sujet où l’on pourra avoir des données scientifiques à l’appui; non pas seulement des impressions.

    • Pour les “faux-coeliaques” qui demandent des pieds et des mains dans les restaurants, notez qu’il y a un nouveau produit qui permet de “bloquez” la digesion du gluten. Il passera tout droit dans votre système digestif.

      Je n’encourage pas de prendre ceci à chaque repas, mais pour une sortie au restaurant de temps en temps, prenez dont votre pillule et arrêtez de demander au restaurateur de faire des pied et des mains.

    • Que dire de cet article très partisan ? Il est certain que moins tu en manges moins tu peux le tolérer… maintenant la science ne sait pas tout non plus. D’ailleurs, il faudrait se souvenir que l’expérimentation reste scientifique… même s’il est clair qu’on dit des conneries sur ce sujet puisqu’il y a peu de temps encore, une baguette était la ration de pain quotidienne d’une personne… et oui. Maintenant, on passe moins de temps a embêter les gens qui ne mangent pas de porc et pourtant là non plus, on n’est pas dans la science… Mon fils en mange même si j’ai remarqué qu’il faisait toujours plus d’éczéma lorsqu’il en mangeait beaucoup et que cela le constipait. Le docteur n’a pas dit que c’était impossible non plus.

    • Je suis d’accord que faire semblant d’avoir une allergie afin de cacher un régime d’amaigrissement n’est pas bonne chose.
      Pourtant, je mens tout le temps. Je suis, depuis trois ans, un régime veto génique, ou Atkins modifié, pour contrôler un trouble épileptique (la raison pour laquelle Atkins a été conçu). Et je fais semblant TOUT le temps d’être allergique parce que je n’aime pas divulguer l’épilepsie …

    • Vous avez eu raison de faire la distinction entre les ravages du au gluten soit le premier
      L’ intolérance au gluten appelée maladie cœliaque. Qui affecte malheureusement des gens pur qui c’est un problème bien réel et l’autre La glutenophobie une phobie qui se propage sur les réseau sociaux et qui cause probablement plus de dommage que la première.

      Cela n’as rien de surprenant puisque selon les études faite par la National Institute of Mental Health (NIMH) indique que près de 20 % des Américains souffrent de phobies ( Kessler et al.) qui pour les gens atteint sont aussi dommageables, si non plus, que pour d’autre pathologies.

      Ayant moi même un fille qui est intolérante au lactose ( diagnostiquée) et aux nitrites et nous avons appris a vivre en portant une attention particulière mais n’avons jamais basculé dans une généralisation gratuite qui relève plus du domaine de la croyance que de la connaissance , ni tombé dans une défense religieuse comme si c’était une Cause à défendre avec toute la démagogie que cela suppose. Il existe dans le commerce, du lait sans lactose, de la crème sans lactose, du yougourt sans lactose et une surveillance normale suffit à éviter les problèmes .

      Mais il y a des limites au charriage gratuit et à la désinformation pour défendre une ‘’Cause’’. Ayant travaillé il y a longtemps au contrôle qualité dans une usine d’extraction de gluten et d’amidon de blé sur la rive sud de Montréal certaines affirmation totalement gratuite méritent une mise au point .

      «LACTOSE & GLUTEN – les vérités cachées… deux poisons à éliminer» Ben rendu là on a un véritable problème ….
      Le gluten est une protéine naturelle du blé et de plusieurs céréales et si c’était un poison plus de la moitié de la planête aurait été éliminé, et pourquoi essaierait –on de cacher que le gluten existe toute les farines de blés en contiennent de 8 à 13 % environ il n’y a rien de secret la dedans .

      « les blés ont été modifiés et sont plus durs car on y ajoute du gluten »
      Il n’y a pas une seule variété de blé mais plusieurs dizaines et il ne faut pas mélanger les choses . Un blé dit dur n’as pas de gluten ‘’ajouté’’… les blés dur contiennent plus de gluten naturellement ( hard red winter manitoba etc …) on les appellent Durum ou durs ils sont surtout utilisé pour les pates cars ils sont plus élastiques en raison d’une teneur naturelle plus élevé en gluten contrairement au variété molle type ‘’glenlea’’ qui en ont moins. Normalement un bon meunier mélange ses farines dures et molles pour obtenir une texture plus solide que les seuls blés mous plutôt molle il peut également y ajouter du gluten extrait du blé ( beaucoup plus couteux car il faut ajouter les cout d’énergie de l’extraction) mais trop de gluten produit un pain dur et lourd et carrément pas mangeable ( genre pain des anciens pays communistes !) ! On peut panifier sans gluten en utilisant seulement l’amidon ( de blé ou de mais ) mais en remplaçant le gluten par la protéine des œufs mais la texture est plus proche d’un gâteau car le gluten donne l’élasticité au pain . Dans une usine d’extraction on tire le gluten de la pâte de farine ordinaire et une usine utilise autant d’eau qu’un ville de taille moyenne, eau qui coute cher à traiter ce qui augmente le prix de la protéine extraite qui sert a peu de chose comme la nourriture animale( protéine) la fabrication de sauce soya ( qui contient du gluten de blé hydrolysé et parfois peu de soya regardez la liste des ingrédients !) et une grande quantité d’amidon .. qui sert à épaissir les sauces en alimentation ( on utilise pas de gluten même qu’on l’évite car c’est un super producteur de ‘’mottons’’ et ailleurs que dans le pain ça coute cher et n’apporte rien , absolument rien ! )et l’amidon sert a bien d’autre chose( colles industrielles, bière ( l’amidon est un hydrate de carbone fermentable ) , flottage du minerais de fer etc…) .

      «La consultation de médecins-naturopathes, indiquent un gros problème avec le gluten et le lactose. Toutes ces personnes ont été conseillées de couper le gluten de leur alimentation. C’est quand même bizarre, que la solution unanime règle tous les problèmes »
      ET sur des symptômes différents, Oui on devrait peut être se garder un petit doute en effet !

      «Il y a quelque chose dans la vie moderne, soit la qualité des aliments traités en usine, soit le stress, soit la pollution de l’air, soit l’ajout de chlore et de fluor dans l’eau, soit l’usage intensif du plastique dans la vie courante, soit l’usage abusif des pesticides et insecticides, je ne sais quoi, mais il y a quelque chose qui fait que le corps humain se dégrade lentement»
      « les charlatans sont l’industrie alimentaire et le Big Pharma ? (entrevue a 22.00 hrs)»
      «La cause: Monsato et compagnie qui modifie ….» à 14.38 h. ça dérappe et on y vient

      Ça commence à faire ben du monde à soupçonner en même temps… on s’approche sérieusement du méchant ‘’BIG FOOD’’ et du fameux grand complot universel …

      Tant qu’a fabuler !…Non le vrai problème probablement c’est l’eau humide ordinaire qui vous rend malade , réalisez vous que vos cellules contiennent 80 % d’eau , et qu’il ne faut pas trop en ajouter pour garder cet équilibre ! Or c’est dommageable pour votre santé . Arrêtez de boire quelques semaine pour vérifier et attendez qu’on vous vende de l’eau déshydraté qui ne contient que de l’hydrure d’oxygène ultra pur distillé en culture biologique à partir des nuages d’une vallée secrète de Charlevoix certifiée par un Chaman Boudhiste local, livré chez vous à vil prix!

    • Je suis certain que l’intolérance au gluten est 100 fois plus répandue sur le plateau que dans Homa…

    • Je suis coeliaque, diagnostiquée de façon officielle depuis août 2012. Pourtant, il se pourrait très bien que j’en ai souffert toute ma vie. L’article écrit par Mme Lortie avait comme but premier de dénoncer les gens qui se disent allergiques à quelque chose juste pour perdre du poids. C’est intéressant et avec les multiples allergies qu’il y a au sein de ma famille très préoccupant. Cependant, l’article a, à mon avis, deux grandes failles majeures que je trouve très décevantes venant de cette chroniqueuse.

      Premièrement, elle est mal renseignée sur la maladie coeliaque. Par exemple, elle mentionne que c’est un allergologue qui pose le diagnostique alors que c’est un gastroentérologue car une biopsie de l’intestingrêle est nécessaire. Généralement, cette biopsie est précédée d’une analyse sanguine qui, bien que de plus en plus précise, nécessite un examen par endoscopie pour s’assurer du diagnostique et voir l’ampleur des dommages.

      Enfin, ce qui me dérange surtout c’est que je sais que certaines personnes sont malades lorsqu’elles consomment du gluten sans avoir la maladie coeliaque. Certaines sont tellement malades qu’elles n’arrivent tout simplement pas à consommer assez de gluten sur une assez longue période pour que les tests puissent voir les dommages à l’intestion. D’autres, encore, n’ont pas du tout la maladie coeliaque mais ont ce qui est appelé une sensibilité au gluten. D’une personne à l’autre le niveau de tolérance est variable. Pour ces personnes, le gluten les rend vraiment malade, mais il n’y pas pas de lésion intestinale, donc pas de diagnostique de maladie coeliaque. Un autre problème est une méconnaissance dans le domaine médical de la variété des symptômes de la maladie coeliaque. Certains pensent encore que les gens atteints de cette maladie sont maigres et font de l’anémie alors que, pour plusieurs, le seul symptôme est, par exemple, des ecchymoses sur le corps ou encore, la dépression. Ainsi, ces personnes n’ont pas la “chance” de pouvoir passer les tests sanguins préliminaires appropriés et ne seront jamais diagnostiqués.
      D’ailleurs, c’est moi qui ai demandé à mon médecin, pourtant très compétent, de me faire passer ce test. Il ne croyait pas que ça pouvait être ça puisque je n’étais pas anémique. Si je n’avais pas insisté ou s’il s’était braqué, j’aurais été forcé de faire comme ceux que vous dénoncez et essayer une diète sans gluten sans être diagnostiquée. Mais, il m’a fait passé les tests et quand il a vu les résultats, qui étaient vraiment très très élevés, il a organisé très rapidement un rendez-vous avec un gastroentérologue.
      Enfin, c’est bien que Mme Lortie dénonce les gens qui se prétendent allergiques sans ressortir d’effets négatifs. Mais malheureusement, son article évacue complètement une partie de la population qui n’est déjà pas toujours pris au sérieux alors que leur mal est réel, en plus de mal décrire la maladie coeliaque.

    • @mononke je ne sais quoi, mais il y a quelque chose qui fait que le corps humain se dégrade lentement»

      ça s’appele l’entropie et c est tout l’univers qui tend vers le chaos , le propre du vivant est de justement mettre des mécanismes pour combattre l’entropie , mais il arrive un moment donné que ça ne suffit plus , le corps est programmépour se désagréger afin de se renouveller

    • Je me suis réveillé un matin cloué au lit par des douleurs articulaires (toutes mes articulations étaient touchées, particulièrement les mains), j’avais 26 ans. J’ai du rester 2 mois au lit, sans pouvoir travailler, m’habiller ou manger seule. Pour quelqu’un qui a toujours été sportive, ca fesse! Ma jeune vie semblait fini. Après 2 mois d’attente je vois finalement un rhumato, qui me prescrit du naproxen et ensuite du célebrex, les 2 n’ont aucun effet. Il me prescrit ensuite 50mg de prednisone et 400 mg de plaquenil. Oh magie, 2 h plus tard, je cours la galipette! Mais après avoir lu sur ces médicaments, j’ai réalisé que ca ne pouvait être une solution à long terme, par contre c’est la seule chose qui marchais. l’étape suivante était le méthotrexate.. Pour moi c’était un gros NON. Donc pendant 2 ans j’essayé d’arrêter la prednisone, mais sans succès. À chaque fois que je descendais sous 2.5 mg, les symptomes revenaient me hanter… et pour votre information, mon facteur rhumatoide était négatif, et tous les tests d’allergie alimentaires étaient aussi tous négatifs. Donc mon rhumato ne comprenais pas trop ce qui se passait avec moi.

      Je commence à lire sur les traitements alternatifs non conventionels, je consulte des naturopathes, qui me disent tous le couper le gluten et les produits laitiers car ils causent de l’inflation sous-clinique qui peut engendrer des maladies inflamatoires et auto immunes. Évidement que j’étais sceptique! Pour moi couper ces produits était très difficile à envisager, car j’adore le fromage, le yougourt, la pizza, le pain…

      Ensuite mon chum m’achete 2 livres de Mme Lagacé; “comment j’ai vaincu l’inflamation et la douleur chronique par l’alimentation” et son livre de recette. Je décide finalement de me jetter à l’eau et d’essayer. En 2 semaines, la douleur est partie complètement et en 1 mois j’ai arrêté ma prednisone et le plaquenil (sous supervision de mon rhumato). Mon rhumato, qui était sceptique, n’en revient pas, et moi non plus. Mais je ne peux qu’en venir à la conclusion que ces aliments ont engendré ma maladie. Je suis en rémission, mais pas guérit. Si je reviens à mon ancienne alimentation, les symptomes reviendront (j’ai essayer pour voir). Jacqueline Lagacé et la diette singalet a changé ma vie. Tout simplement. La médecine moderne n’a pas su m’aider et à ce jours n’a pas réussi à me diagnotiquer une maladie ou intolérence alimentaire, par contre ma nouvelle alimentation m’a permis de retrouver ma vie. Merci.

      Donc tout ceci pour dire qu’on a pas besoin d’être diagnotiqué avec la maladie cœliaque ou avec une intélorance au gluten pour être affecté négativement par cet aliment. Et laissez moi vous dire que c’est dur de ne pas mangé de gluten. il y en a dans tout! Bien entendu, certaines personne sont plus sensible que d’autres. pour certaine personne c’est le mais, le msg. Mais quans

    • Pour avoir un vrai débat il faudrait que les deux côtés soient bien informés. Mais quand tu te fais à un naturopathe, homéopathe et bien tu part avec deux prises dans le sérieux de ton argumentation.

      En passant pour ce qui est du lactose et bien c’est connu qu’une très grande partie de la population humaine qui ne consomme pas de produits laitiers animaux depuis des millénaires n’a pas l’enzyme nécéssaire pour le dégrader ce qui cause l’intolérance pas de quoi en faire un plat. Toutes les personnes qui ont des ancêtres asiatiques et/ou amérindiennes sont à risques. Ce n’est pas un complot des producteurs de lait du Québec.

    • @ piedoq

      oui dans le mille

      Et comme me le disait mon médecin a la dernière visite après ma liste de bobo il m’as juste dit : ”ben té vieux ” on se revoit dans six mois…

      mais cé pas de ma faute …. maudite vieillesse …

      Si quelqu’un est vraiment allergique au gluten …c’est pas de la faute du gluten , et dire que c’est un poison et que tous le monde devrait l’éliminer n’y changeras rien , faut pas tirer sur le messager …

    • @piedoq

      oui dans le mille

      Comme me le disait mon médecin après ma liste de bobo : ”té juste vieux”

      Maudite vieillesse…. j’y suis allergique et j’essaye d’arrêter !

    • J’ai lu tous les commentaires. On manque vraiment de culture scientifique au Québec.

      Le plus drôle, c’est les commentaires qui commencent par le traditionnel ” la médecine (science) ne dit (connait) tout” puis la longue tirade pseudo-scientifique émaillée de vocabulaire médical, histoire de se donner de la crédibilité.

    • Je suis moi-même coelique diagnostiquée officiellement après un test sanguin et une biopsie. Deux choses. D’abord il y aurait lieu que les généralistes fassent passer le test sanguin systématiquement à quiconque se plaint de maux de ventre, ballonnements, etc. Cela se fait avec un bilan sanguin tout ce qu’il y a de plus ordinaire. Malheureusement on dirait que les médecins n’y pensent pas spontanément et ne pensent pas à questionner les patients sur les antécédents dans leur famille, alors que cette maladie est héréditaire. Ça ne devrait pas être aux patients de suggérer de passer le test, surtout que les symptômes varient énormément d’une personne à l’autre. D’autre part, le fait qu’un paquet de granos pseudos-naturopathes etc. s’improvisent médecins et recommandent d’arrêter le gluten fait en sorte que pour les intolérants graves ET diagnostiqués comme moi, il peut être compliqué de se faire servir dans un restaurant (et je parle ici de restaurants même haut de gamme) sans se faire regarder de travers par le serveur qui pense qu’il a encore devant lui un client capricieux. Cela nous nuit énormément et fait en sorte que nous ne sommes pas toujours pris au sérieux.

    • Je tiens à démystifier certaines choses en donnant ci-après quelques définitions, ce que l’article de Madame Lortie omet de faire.

      Maladie autoimmune : maladie caractérisée par une agression de l’organisme par son propre système immunitaire

      La maladie coeliaque est l’une de ces maladies tout comme le syndrome de Sjögren, le lupus, l’arthrite rhumatoïde, la sclérodermie et la sclérose en plaques. Voir http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmedhealth/PMH0001819/ (en anglais; PubMedHealth; U.S. National Library of Medicine – The World’s Largest Medical Library). La liste est loin d’être exhaustive.

      Sachez que les maladies autoimmunes sont considérées comme des maladies systémiques et chroniques. Quand on dit systémique, cela veut dire que les symptômes touchent plus d’un système, par exemple la peau, le système digestif, les muscles, les articulations, la fonction cognitive.

      Comme les symptômes peuvent s’apparenter d’une maladie autoimmune à l’autre, il peut parfois prendre jusqu’à 6 ans pour obtenir un diagnostic. Avant de changer de régime, il vaut donc mieux en parler à son médecin de famille ou gastroentérologue, question de ne pas fausser le diagnostic. Il se peut que les problèmes n’aient rien avoir avec la maladie coeliaque.

      N’oublions pas aussi qu’au fil des ans, le système immunitaire de l’être humain se défend habituellement moins bien. (Voir http://www.hc-sc.gc.ca/fn-an/securit/kitchen-cuisine/older-adults-personnes-agees-fra.php)

      Personnellement, j’ai une intolérance au lactose (c’est 20 % de la population adulte qui est touchée), mais aucune au gluten diagnostiquée. Au lieu d’éviter les produits laitiers, je prend des comprimés de lactase, l’enzyme qui décompose le lactose et que mon système ne produit plus en quantité suffisante.

      Voir http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmedhealth/PMH0001321/ (en anglais; 30 millions d’adultes ont une intolérance au lactose aux États-Unis et il y a quelque 314 millions de gens aux États-Unis selon le recensement de 2012). Cela est loin des 70 % que certains ont avancé dans l’autre blogue.

      Mentionnons aussi le déficit en IgA qui est fréquent, touchant environ un individu sur 700 dans la population générale. Très souvent asymptomatique et de découverte fortuite, le déficit en IgA peut cependant être responsable d’infections ORL, bronchiques ou digestives. [...] Des manifestations allergiques sont parfois observées [...] On note également une fréquence anormale de manifestations auto-immunes. (définition donnée dans Termium; source : Immunologie par Jean-François Bach, Flammarion Médecine-sciences, 1986)
      Certains troubles digestifs peuvent aussi être causés par des maladies d’origine alimentaire. Voir les consignes de salubrité alimentaire à http://www.canfightbac.org/fr/Default.aspx.

      Tout cela pour dire qu’il n’y a pas de solution universelle et qu’avant d’opter pour un régime sans gluten et sans produit laitier, il vaut mieux être certain que le problème n’est pas causé par une autre maladie, une intoxication alimentaire ou un autre aliment comme le maïs, très difficile à digérer et qu’on retrouve pratiquement dans tout, y compris les produits sans gluten

      Pour atténuer l’inflammation musculaire, une des recommandations de mon spécialiste, c’est les oméga-3. Donc les poissons gras, comme le saumon, le hareng, les sardines et les anchois. Depuis que j’en mange 3 à 5 fois par semaine, j’ai bien moins mal à mes articulations et je consomme encore des produits avec gluten et des produits laitiers. Drôlement plus simple à suivre comme régime. Je prends aussi des enzymes digestives avant les repas; au revoir, flatulences et ballonements.

      Comme j’ai moi-même une maladie autoimmune, je compatis avec ceux qui ont la maladie coeliaque et je leur souhaite bon courage. Pour ceux qui se disent « faussement intolérants au gluten », vous devriez avoir honte. Vous contribuez à la désinformation, et faites en sorte que les « personnes vraiment intolérantes » sont l’objet de préjugés et de propos malveillants.

    • Chanceuse, je n’ai pas ces problèmes-là.

      C’est vrai que notre corps se fait agresser plus qu’avant par l’environnement. Lea allergies sont en hausse (oui, je sais, ce n’est pas du tout la même chose).

      Je fais un compromis. J’achète le moins possible d’aliments industriels, je cuisine et j’achète du bio surtout pour la farine, le lait… quand j’ai les moyens.

      Les enquêtes de Protégez-Vous et Consumer Reports ont montré à quel point les supposés médicaments naturels n’ont aucun contrôle de qualité. Les supposés experts ont des diplômes encore plus CarckerJack que ceux de certains médecins.

      Ces gens-là sont trop souvent là pour profiter des peurs des gens, et ils aiment l’argent au moins autant que Big Pharma et Big Agra. mais au moins dans l’industrie pharmaceutique, il y a (il y avait?… avec Harper on n’est plus sûr de rien, témoin la viande de XL!) il y a un certain contrôle de qualité.

      Moralité : sans tomber dans la parano, être un consommateur averti. Se renseigner à des sources fiables, peer reviewed, plusieurs de préférence.

    • Maux de ventre et ballonnements : les médecins dépisteraient peut-être quelques cancers des ovaires plus tôt aussi! Parfois ce sont des symptômes.

    • @fem_progress : très bien dit, surtout que le cancer des ovaires est un mal silencieux.

      Somme toute, il faut faire les bons tests avant d’établir la cause de symptômes.

    • C’est bien beau demander à ce qu’on soit diagnostiqué allergique ou intolérant à un aliment pour se plaindre, mais encore faudrait-il que le corps médical soit ouvert à faire ce genre de chose. Quand on va voir un médecin pour des troubles digestifs, on se fait dire que c’est du stress ou rien à s’inquiéter! J’imagine qu’avec un médecin de famille ça passe mieux, mais au sans rendez-vous en n’a pas le temps ou les ressources pour suivre ce genre de cas et on te renvoie chez vous.

      Allergie à part, j’en ai vu du diagnostic bâclé dans le domaine de la digestion. Deux amis se plaignant de mal serrant dans le haut du ventre se sont fait retourner chez eux et refuser une prescription chez un gastro pour se faire enlever la vésicule biliaire quelques mois plus tard. Une autre s’est fait prescrire un psy pour se faire diagnostiquer coeliaque 5 ans plus tard. Et, plus personnellement, j’ai du attendre trois consultations pour avoir une prescription pour un gastro (qui n’était pas disponible avant 6 mois bien sûr), après m’être fait dire par un médecin d’essayer d’arrêter de manger certains aliments et faire moi-même mon diagnostic. Le gastro m’a dit qu’on ne pouvait pas tester ça les intolérances et qu’il faut juste arrêter de manger ce qui fait qu’on se sent mal. Pour le médecin généraliste débordé, les troubles de digestion, ça semble être très peu important, même si ça ruine une vie.

      N’en reste pas moins que je soupçonne quelques uns d’être fâchés des allergies et intolérances des autres parce que ça affecte leur vie et les oblige à faire des compromis. L’intolérant au lactose ne pourra pas manger la pizza du déménagement et il faudra lui commander un truc à part, c’est chiant. La coeliaque ne voudra pas aller dans ton restaurant préféré, c’est chiant. Et si on y va, ça attire l’attention, et dieu sait qu’il faudrait pas mal paraître!

      Mais si ça pouvait aussi forcer la main des restaurateurs à indiquer un peu mieux sur leurs menus les allergènes et intolérants! On aurait pas besoin de demander à tous les restos si la soupe contient de la crème si on l’indiquait au menu. On ne serait pas obligé de demander tous les ingrédients et méthodes de cuisson si on faisait tout simplement indiquer avec quoi la panure est faite et dans quelle huile on a frit les frites!

      Dans tous les cas, merci pour ce défouloir Mme Lortie!

    • Ma mère a 81 ans et elle ne se prive de rien puis elle fume en plus de ça.Elle marche un kilomètre chaque jour hiver comme été et chez elle elle danse et tricotte.Elle préfère lire et écouter de la musique que de s’asseoir devant la boîte à grimaces(télé) à longueur de journée.
      Elle est normale quoi!

    • Mme Lortie vous trichez , vous avez modifié votre texte initial , ce qui fait que plusieurs interventions ne sont plus pertinentes , si pour quelque raison que ce soit ça ne vous intéresse plus de débattre et je peux comprendre étant donné la tendance très émotive , vous devriez changer de sujet

      albert bela

    • bonjour j AIME VOS ARTICLES

    • J’ai été très étonnée et très déçue de lire l’article de Marie-Claude Lortie. Je la croyais plus à l’avant-garde, moins dépendante du discours des nutritionnistes conventionnels encore sous l’emprise du Guide alimentaire canadien et de ses 8 portions de céréales (dont le blé, production céréalière très puissante au Canada) et de ses 3 portions de produits laitiers (production laitière très puissante au Québec et au Canada) par jour. Parmi eux, certains craignent les carences de toutes sortes. Leur rôle ne serait-il pas d’expliquer la transition vers une nouvelle alimentation plutôt que discréditer la personne souffrante désirant un soulagement? Heureusement quelques nutritionnistes, sortant du sentier académique, sont en avance sur les idées de leur temps. Faudra-t-il attendre que Marie-Claude Lortie souffre d’une maladie inflammatoire pour cesser de faire la leçon et changer de discours? Ou peut-être devrait-elle approfondir son sujet?

    • Ceux qui vous remercient pour votre article (probablement rédigé sur le coin d’une table…?), ne connaissent pas la douleur. L’empathie n’existe donc pas? Une journaliste attentionnée aurait lu, entre autres, les livres et le blogue de Mme Lagacé avant de rédiger un article sur ce sujet. Peut-être êtes-vous pressée, débordée? Choisissez alors des sujets plus légers et moins exigeants au niveau de vos sources et de la recherche d’informations. Il n’est jamais trop tard pour se reprendre…

    • La rencontre fut difficile à Medium large aujourd’hui…

      C’est une manière différente d’être confronté à ses critiques, le débat fut très constructif, malgré qu’houleux.

    • “Boîte de courriel et page Twitter inondée de messages, à la fois de gens qui me remercient ou alors qui me traitent de tous les noms.”

      Ceux qui vous remercie sont des gens ignorants et ceux qui vous traite de tous les noms sont ceux qui ont vu un reel changement sur leur sante’. Meme si vous pensez n’avoir aucune intolerance alimentaire ou probleme de sante’ majeur Mme Lortie, essayez seulement 3 mois de retirer gluten et produits laitiers de votre alimentation. Et au bout de 3 mois recommencez a manger tout ce que vous voulez. Si vous aviez seulement essaye’, vous n’auriez probablement pas ecrit tous ces articles sur le gluten.

      Meme si je ne suis pas diagnostique’ coeliaque, j’ai vu toute une difference sur ma sante’ en general. Ca va de probleme de digestion jusqu’aux sinusites et migraines. Je ne pensais meme pas qu’une alimentation sans gluten pouvait venir a bout de migraines. Et bien oui.
      Et si je triche quelquefois durant le mois, curieusement tous mes problemes de sante’ passe’s reviennent un a un. Curieux, vous dites ? C’est psyghologique, vous dites? Alors, pourquoi sommes nous des miliers de personnes a vivre la meme chose. C’est curieux, en effet !
      Et pourquoi, les gens mangent du gluten depuis des milliers d’annees et que c’est seulement dans les annees 2000 que survient des problemes de sante’ ??? Louche en effet.
      Mais sur ce sujet, Mme Jacqueline Lagace’ l’explique assez bien dans son livre. Vous devriez peut-etre le lire au lieu de lancer tout haut que nous mangeons sans gluten pour le plaisir de suivre une mode. Croyez-moi, si je pouvais m’empiffrer de pain, pizza, gateau, ect… a base de ble’, je paierais cher pour ca !!! Cette nourriture me manque mais j’ai du faire un choix entre ma sante’ et la nourriture. Ce n’est pas une question de tendance, bien au contraire.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

    publicité

  • TWITTER

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    novembre 2009
    L Ma Me J V S D
    « oct   déc »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    30  
  • Archives

  • publicité