Marie-Claude Lortie

Marie-Claude Lortie - Auteur
  • Marie-Claude Lortie

    Journaliste à La Presse depuis 20 ans où elle est chroniqueuse et critique gastronomique, Marie-Claude Lortie commente l'actualité, entre deux brassées de lavage et un match de soccer.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 12 décembre 2012 | Mise en ligne à 17h05 | Commenter Commentaires (5)

    Montréal, nos assiettes et la planète

    Capture d’écran 2012-12-12 à 17.03.30

    Le chef italo-argentin travaillant en France Mauro Colagreco. Photo Mirazur.

    Montréal veut-elle d’un festival gastronomique qui remplit des restaurants de convives locaux ou qui attire des touristes de partout au monde et donne à la métropole un panache international ?

    Voilà une des questions que je pose dans ma chronique ce matin, suite au dévoilement de la programmation du festival Montréal en lumière.

    Je vous laisse débattre….

    p.s. Pour ceux qui me demandent conseil, pour le moment je ne saurais trop recommander le repas du chef Mauro Colagreco à la Maison Boulud. (Portrait de lui ici, à lire) Et aussi celui de Francis Mallmann à l’Europea même si j’ai un peu de peine à voir comment la “cuisine au feu” très néo-rustique du grand chef argentin s’agencera à l’approche plus classique de Jérôme Ferrer. À voir.


    • Pourquoi pas un festival gastronomique certifié kasher ?

      Moshé Levy

    • “”Le fait que Montréal n’ait plus d’événement gastronomique de réel calibre international ne semble faire paniquer personne.”

      Il n’y a qu’une chose à faire: go local et devenez une apôtre de la simplicité volontaire en ne voyageant plus pendant un an ou deux.

      Écrivez à tous les grands chefs, très grand chefs et très très grands chefs, amis ou pas, avec ci-joint une copie de votre guide des restos du Québec, en expliquant que comme la gastronomie “réellement” internationale ne vient pas à Montréal, eh bien vous la foodie en chef du Québec refusez tout net d’aller ailleurs tant que vous n’aurez pas attiré assez de chefs au festival pour satisfaire vos goûts de calibre olympique.

      Pensez-y: votre empreinte carbonique serait réduite de moitié au minimum, vous pourrez organiser toutes sortes d’événements anti-gaspillage slow food avec vos amis du Toqué et bien sûr avec vos contacts à l’étranger, la visite ne devrait pas tarder. Le monde viendra vous voir, vous vous dévouerez localement et nous en saurons davantage sur nos propres tables, qui devront s’améliorer sous l’éclairage du projecteur que vous braquerez.

      Ne me remerciez pas, j’ai toujours toutes sortes de bonnes idées comme celle-là. ;)

    • La question serait plutôt: Voulons-nous des restaurants abordables pour tous ou juste pour les élites du monde ?

    • @anonymous 99

      Ca veut dire quoi au juste abordable ? Des restos abordables y en a des milliers dans la région, vous n’allez probablement que là d’ailleurs. Ce dont il s’agit ici, c’est de mettre en valeur le travail d’artisans, c’est une fusion entre un produit et un artiste. Goûter au résultat de ce travail, c’est comme visiter une galerie d’art mais c’est probablement un concept qui vous échappe. Et n’oubliez jamais que la qualité a un prix, vous devez bien en avoir un petit travers qui vous coûte cher ? Je ne fais pas partie de l’élite, j’économise pour m’offrir ce plaisir. Ca fait du bien de sortir de son trou, vous devriez essayer.

    • @ chatgris
      Je persiste et je signe, le monde d’aujourd’hui est comme celui de la matrice, plein d’illusions, de paraîtres et de mensonges …

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

    publicité

  • TWITTER

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    décembre 2012
    L Ma Me J V S D
    « nov   jan »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité