Marie-Claude Lortie

Marie-Claude Lortie - Auteur
  • Marie-Claude Lortie

    Journaliste à La Presse depuis 20 ans où elle est chroniqueuse et critique gastronomique, Marie-Claude Lortie commente l'actualité, entre deux brassées de lavage et un match de soccer.
  • Lire la suite »

    Partage

    Dimanche 9 décembre 2012 | Mise en ligne à 22h15 | Commenter Commentaires (20)

    Journée anti-gaspillage

    Le 10 décembre, c’est la journée Terra Madre, un moment organisé par le mouvement Slow Food pour réfléchir à l’avenir alimentaire de la planète.

    Pour marquer l’occasion, Slow Food Montréal organise une discussion au Grumman78, rue de Courcelles, où on discutera de gaspillage alimentaire, comment le réduire, comment y penser et le repenser.

    Je serai là pour en parler mais si vous le pouvez, venez faire un tour surtout pour entendre le chef Charles-Antoine Crète du Toqué ! et de la Brasserie T ! dont le travail se concentre beaucoup actuellement sur la maximisation des produits. Il y aura aussi Élise Desaulnier, végétalienne et auteur d’un livre sur l’éthique alimentaire, ainsi qu’une représentante de Sauvetabouffe.org et une dame qui a mis en place un programme de récupération au marché Jean-Talon.

    Si vous n’avez pas le temps ou la possibilité d’être là, peu importe.

    On peut marquer cette journée anti-gaspillage autrement. Pourquoi ne pas prendre le temps de cuisiner avec les fonds de tiroir avant de tout jeter ou de trop racheter ? Des pâtes avec un peu d’anchois, d’ail, d’huile d’olive et de panure — “des spaghetti à rien !”, comme le décrivait le grand chef italien Massimo Bottura, la semaine dernière, lors de son passage à Montréal. Du pain grillé avec huile d’olive, ail et tomate très mûre écrasée, recette typique catalane. Du pain perdu. Une salade éclatée, un risotto déluré… Il y a toujours moyen de cuisiner avec ce qu’on a sous la main, histoire de tout récupérer et de ne rien jeter.

    À vos chaudrons !

    bouillon

    Hier, j’ai mis dans mon bouillon de poulet ces vieilles fleurs d’ail qui dataient de Mathusalem…. Très fière de les avoir enfin utilisées.

    poubelle

    Par contre, voici une photo du contenu de ma poubelle. Presque un demi pain gaspillé. On ne le voit pas ici, mais il y avait du moisi sur un côté. Et ces pâtes dataient de 10 jours…. Pas fière de ça.


    • Et il y a du compostage possible dans cette poubelle là! Le pain avec moisissures peut causer de petits problèmes, mais il est tout de même possible d’y arriver en trempant le pain dans l’eau avant de le mettre au composte.

      H.Tremblay

    • C’est un bien bel article sur le gaspillage alimentaire.
      En parlant de cuisiner avec les restes j’ai créé recemment un site qui permet de cuisiner avec les restes que l’on a. Il suffit de selectionner les ingredient que l’on a chez soi et de lancer la recherche pour trouver des dizaines de milliers de recettes.
      Si ça en interesse quelques-uns:
      http://www.yanncook.com

      Yannick

    • Sans aller jusqu’à photographier nos poubelles, juste à dire que ce nous y jetons est ce que la récupération n’accepte pas. Genre Type de pellicule plastique non récupéré des briques de fromage ou la saranrap utilisé.
      De plus, On rince (en même temps que l’on fait la vaisselle) tout ce qui est jeté à la poubelle et la récupération car une petite poubelle de cuisine peut (avant d’être mis dans le gros bac noir) être remplie durant deux à trois semaines.
      Jamais au grand jamais il n’y a de la bouffe dans nos poubelles. On mange tout ce que l’on produits, chasse, troque ou achète.
      Nos animaux ne sont pas nourris aux restes de table car il n’y en a pas. Facile, on se sert des portions selon notre faim et non selon l’habitude. (Fait que souvent, une soupe bouillon perdrix et légume sera le diner.)
      Les contenants de margarine, pots de confitures maisons ou ketchup maison et autres contenants sont toujours ‘’gratté’’ à fond avec une spatule avant d’être nettoyé et mis à la récupération. Bref, on consomme toute la nourriture que le contenant contenait. C’est fou la quantité de beurre d’arachide ce qu’un pot peut avoir de collé sur les parois.
      Le compostable va au compost, les parties non comestibles de viande (ex. os et peau de perdrix après avoir préparé le bouillons, ou les nervures de foie d’orignal ou tête et ligne d’arrêtes de truite) vont aux animaux (3 chats un chien).
      Étant donné que nous achetons moins de 10 lbs de viande/an à l’épicerie, on diminue encore une fois le gaspillage (via la chaine de distribution) et tout comme nos portions, les fruits, légumes, produits laitiers et autres achats à l’épicerie le sont en fonction de nos besoins hebdomadaires et le surplus congelé.
      Fait qu’au bout de la ligne, on a un budget alimentation de 150$/semaine à deux resto (rarement) et bière compris (moins d’une douze/mois). Et l’on finit toujours avec un surplus à la fin de l’année. En prime un bilan santé des plus super (taux de mauvais cholestérol LDL à 0.26 mmole/l. Norme santé étant de + 2,0 mmole/l. ou moins),
      Ne pas gaspiller fait partie intégrante d’un mode de vie qui prend conscience des autres, du partage et du respect de la planète qui est n’en déplaise à certains est limitée en ressource. Tout petit geste pris individuellement et quotidiennement ne semble pas faire de différence mais ces gestes répétés au quotidien eh bien sur 1-2-5-10 ans ou sur une vie cela fait une différence bien plus grande que vous ne l’imagineriez.
      Pour terminer, ces petits gestes non sont pas une contrainte à notre mode de vie et ne nous briment aucunement dans nos choix notre liberté et surtout notre qualité de vie. Au contraire, le gaspillage de ressources diminue grandement la qualité de vie de bien des gens car ces derniers auront travaillé une partie de leur journée pour acheter de la nourriture qu’ils gaspilleront.
      On dit que la consommation est le cœur du système capitaliste, je dirais que le gaspillage en est le gras.

      G.Duquette

    • L’intervention de g. duquette me rappelle quelque chose de drôle que j’ai découvert lors des séjours à Amsterdam: le flessenlikker ou flessenschrapper, petite spatule à longue manche conçue pour vider tout le contenu de pots et bouteilles. Pour plusieurs, c’est aussi un symbole d’une certaine austérité calviniste, mais qui a aussi contribué à la conscience écologique actuelle dans le Pays-Bas, malgré sa richesse.

      Je gaspille peu et suis assez économe (mais avoue sans honte être un peu plus amie du pinard que la famille Duquette du houblon) mais c’est très difficile pour qui habite seul de ne rien gaspiller. Notre coop contemple un projet de compostage domestique, mais il faudra s’assurer que ça marchera effectivement.

      http://merguezfrites.blogspot.ca/2006/02/flessenschraper.html

    • Deux façons faciles de ne pas gaspiller de la nourriture, à portée de tous:

      1. Faire un menu hebdomadaire et s’y tenir.
      2. Accepter de manger la même chose plus d’une fois dans la semaine.

      Ici, lorsque je déclare un fruit ou un légume “en danger”, tous les membres de la famille participent et mangent de l’aliment, même si cela signifie de manger 2-3 clémentines dans la même journée au lieu de varier les fruits cette journée-là. Simple question d’habitude.

    • @ lagatta

      Calvinisme où l’Art de s’arracher les cheveux et de les couper en quatre qui a contribué à la conscience écologique.

      Et moi qui pensais que ma calvicie avancée était hériditaire. Ben non elle est associé à mon mode de vie. ;-)

      G. Duquette

    • Même si je suis née dans une famille relativement aisée, ma mère nous répétait souvent: personne n’est assez riche pour jeter de la nourriture. Tranche de vie: ma mère avait un dessert préféré des enfants et des amis. Elle prenait les biscuits secs mais un peu vieux, leur mettait un glaçage maison et quelques petits bonbons ou des cerises au marasquin. Les biscuits passaient en un repas. Succès garanti!

      Les soupes pour les légumes, le pain dur passé à la poële avec un peu d’huile comme crouton pour les soupes ou salades, les desserts en verrines pour les fruits et les ados pour tous les restants du frigo dans les petits bols. Je n’ai jamais dit à qui que ce soi à la maison qu’il fallait qu’ils mangent tel aliment. Il suffit des mettre sur la table de manière plus esthétique et voilà le tour est joué.

      @gebgeb

      Moi aussi je fais mes menus pour la semaine même si je suis la ”risée” de mes amies. J’aime mieux me casser la tête 15 minutes par semaine avant de faire l’épicerie et d’être zen tout le reste de la semaine. L’épicerie coûte moins cher et nous ne jetons que très rarement de la nourriture.

    • @nemo, pourquoi êtes-vous la risée de vos amies ? Beaucoup de gens avec des enfants doivent faire comme vous, histoire de ne pas faire un saut quotidien à l’épicerie. On a d’autres chats à fouetter : jouer avec les enfants, la lessive, les devoirs, etc. J’ai un fichier Word d’une page qui combine le menu hebdomadaire et la liste d’épicerie. Il est imprimé et affiché sur mon frigo. J’ai même un petit trombone pour y attacher les coupons de la semaine. Car je planifie mon menu en fonction des ventes, des coupons et de ce que j’ai dans mon placard. C’est quand j’ai réalisé que je gaspillais beaucoup de nourriture et que mon épicerie me coûtait une fortune que j’ai choisi cette approche qui fonctionne à merveille. Vos amies ne savent pas ce qu’elles manquent. Soyez fière de vous!

    • J’ai adapté nos recettes les plus courantes pour que ça donne exactement deux portions (ou trois si mon épouse veut avoir un restant pour son lunch).

    • @chouettemaman

      C’est plus pour m’agacer que pour rire… J’ai toujours été super organisée, c’est un côté de ma personnalité depuis toujours… La plupart des couples qui viennent le samedi soir à la maison vont voir sur le frigo ce qu’on mange pendant la semaine pour avoir des idées et souvent tout de suite en arrivant… On rit beaucoup avec ça…

      Comme dit si bien mon neveu: si on ne vaut pas une risée, on ne vaut pas grand chose… ;-)

    • En parlant de gaspillage et de compostage, je tiens à souligner cette stupide initiative de la ville sur les bacs bruns de compostage en milieu urbain ou pour dire autrement, dans sa cuisine quand l’espace du logement est limité. Génial d’avoir tout ces petits vers verts qui grouillent dans le bac pour sauver la terre pendant que je déguste un plat exotique pépéroni, fromage!

      Comme gaspillage de plastique, c’est assez réussi! Ça va me prendre un ans pour remplir ce bac à moitié! Y pensaient quoi ces 2 de pic du recyclage quand ils ont élaboré ce projet?

      C’est juste dégueulasse et inutile.
      La première semaine sur ma rue, il y en avait plein. La deuxième, la moitié et maintenant presque plus!Le gaspillage de nourriture, c’est plus les restaurants, épiceries ou peut-être Westmount (réserve!) mais sûrement pas la majorité des foyers.

      Le gaspillage, c’est aussi payer des taouins semblables pour aboutir à ce genre d’idées!

    • Les bas prix sont responsables du gaspillage.

    • Je crois que le gaspillage a partie liée avec l’urbanisme et l’étalement urbain, c’est-à-dire avec les supermarchés. Éviter de gaspiller, cela veut sans doute acheter un peu de victuailles, quotidiennement, selon ses besoins réels, plutôt que de partir en voiture, une fois semaine, dans le but de faire des réserves… Mais cela présuppose d’habiter près d’où on achète sa nourriture, ede même que la possiblité de s’y rendre agréablement à pied, ou d’y passer au retour du café ou de la garderie, ou quelque scénario du genre.

      Maxime Prévost

    • Super idée que cette journée. Aujourd’hui nous allons nous régaler de la merveilleuse soupe que nous avons cuisinée hier avec les os de dinde, les carottes et les choux fleurs qui restaient, à l’état limite, au frigo.
      @ athos Comme nous avons un congélateur, nous profitons des spéciaux pour faire des provisions. Pas de gaspillage pour autant car nous avons développé avec le temps des façons de faire qui évitent de perdre la nourriture et d’en tirer tout le potentiel.
      @respectable Vous devez être riche pour trouver que la nourriture est à bas prix.
      @re_re Disons que vous faites preuve d’un peu de mauvaise foi. Pour vous aider, je vous offre quelques conseils pour apprivoiser votre bac brun. Ce sera mon cadeau de Noël. Prenez un contenant de lait vide et mettez-y les restes de table compostables. Placez-le au congélateur jusqu’à ce qu’il soit plein. Fini les odeurs. Afin d’éviter de remplir votre congélo de composte, si vous n’en avez pas suffisamment pour remplir votre bac, déposez le contenu dans le bac d’un voisin le jour du ramassage.
      C.Tassé

    • J’ai recement calcule Mon empreinte ecologique apres 1ans de vegetalisme et de culture potagere ‘year round’ avec la conversion partielle de ma cour en solarium 4 saisons (6m x 18) +compostage extreme , 2.19 tonnes vs 20 pour left Canadian moyen, bon aussi pas de voiture et habitat electrique, que he compte bien equiper en solaire et eolien, malgres led problems que la ville de mtl via me donner puisque interdit

    • @litchi

      Ce n’est pas de la mauvaise foi mon observation, c’est l’expression de ma consternation sur la pertinence de ce projet. Merci pour votre truc mais ma bouteille de lait remplie de pourriture qui fermente dans le frigo à côté du poulet congelé, c’est tout aussi dégeu et futile!

      Ce que je dis, c’est que la quantité de nourriture gaspillée ou de déchets organiques recyclables ne justifie pas de telles mesures dans un milieu urbain et que ce n’est pas les individus mais plutôt les entreprises comme les restaurants et épiceries qui devraient être visées. C’est là qu’il faut viser!

      Ce projet est l’expression même de priorités mal évaluées et un gaspillage évident d’énergie de conception et de fabrication. Laissons la nature faire ce qu’elle sait faire de mieux soit décomposer la matière organique et occupons nous plus de ce que cette dernière ne peut pas faire dans des délais raisonnables. On en est pas à un exemple près de reportages qui montrent des ordures de recyclage qui se retrouvent dans des sites d’enfouissement. Alors au lieu de gaspiller cette énergie dans des bacs bruns trop énormes pour la demande des individus, le gros bon sens me dicte de plutôt regarder vers l’exemple que je cite.

      Investir dans la fabrication d’énergie à partir des ordures, est une option intéressante pour compléter celle qui opte pour le recyclage. Mais le compostage en ville, pour moi c’est juste archi stu-pi-de!

      Penser qu’un individu puisse avoir autant de matière organique à recycler par semaine ne peut être que la réflexion de gens déconnectés de la réalité qui font de la projection sur leur propres habitudes de gaspillage!

    • @re_re: Oh, oh, on se calme. De toute évidence, je ne vous convaincrai pas du bien fondé du compostage puisque vous n’êtes même pas conscient de la quantité de matières organiques jetées aux rebuts par une famille à chaque semaine. Notre expérience de 10 ans de compostage et l’expérience de nos amis qui font de même, familles ou célibataires, nous donnent un aperçu un peu plus crédible que le vôtre, si je peux me permettre.
      Chaque semaine, parce que nous mettons au compostage tout ce qui est possible, idem pour le recyclage, nous avons à peine deux petits sacs de rebuts domestiques, largement constitués d’emballages.
      C’est grâce à trop de gens comme vous, complètement déconnectés de la réalité, inconscients de l’urgence d’agir en alimentation mondiale, que Monsanto fait tant de profits.
      Tiens, faites-vous donc venir une pizza, vous pourrez toujours accuser le resto s’il vous reste des croûtes à jeter.
      C.Tassé

    • @litchi

      Si vous aviez saisis que mon propos n’est pas l’inutilité du compostage mais sur les priorités en ce qui concerne les mesures à adopter, vous n’auriez pas écrit ces niaiseries qui n’ont pas rapport.

      C’est du pur gaspillage, ce projet de bacs bruns. Un truc de bobos débiles qui congèlent sa pourriture! Cela a tellement pas d’allure alors je respire par le nez! Ommmmm! Ommmmm!

      Et Labrèche n’y avait même pas pensé à celle là! C’est comme le cas des tableaux blancs mais les bacs bruns ça c’est réalisé. Leur devise? Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué! Surtout si ça donne des contrats aux copains!

      Et là, je ne parle pas de la vermine cette été quand cette pourriture aura macéré à la chaleur pendant des jours par des gens partis en vacances. Dans un secteur majoritairement composé de maisons avec des familles, peut-être mais en ville, c’est stupide! En ville concentrez vous sur les restaurants et épiceries et ça va être ben assez!

    • @athos
      Trouvez-moi une étude qui dit que les banlieusards stockent plus de nourriture que les citadins et je vous croirais. Nous devons aller à l’épicerie quatre fois par semaine. C’est sur le chemin du retour du travail. Ou parfois, je vais à l’épicerie tout juste à coté du bureau. Rarement on va perdre de la nourriture. Rarement on va prendre la voiture pour aller à l’épicerie pour un ou deux articles. D’après moi, vous confondez avec les gens qui habitent à la campagne et qui vont au village une fois par semaine pour le ravitaillement. En banlieue, on est rarement loin d’une épicerie. Ceux qui perdent de la bouffe sont ceux qui planifient mal et ça c’est universel, peu importe ou ils habitent.

      Alain Lajoie

    • @ athos:

      Je vais à l’épicerie 1-2 fois par semaine. Et je fais pire: je profite des spéciaux et je fais des réserves! J’achète parfois 20 items à moitié prix. Par contre, je n’achète ainsi que ce que nous sommes certains d’utiliser dans les délais et autres denrées impérissables. Comme je connais la consommation en nourriture de ma famille de 5 et bientôt 6 personnes, je sais tout à fait ce dont j’ai besoin. Et comme je planifie mes repas hebdomadairement, j’utilise mes réserves de façon intelligente et selon ce qui doit être mangé cette semaine-là.

      Je ne jette pratiquement aucune nourriture. Et j’ai plus de la moitié de ma facture d’épicerie à 50% de rabais à l’année longue. Le fait de faire des réserves ne me fait pas consommer plus car je ne fais aucun achat impulsif ni compulsif. Tout est pensé. De plus je sauve beaucoup d’argent. Il suffit d’être organisé.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

    publicité

  • TWITTER

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    mai 2012
    L Ma Me J V S D
    « avr   juin »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives

  • publicité