Marie-Claude Lortie

Marie-Claude Lortie - Auteur
  • Marie-Claude Lortie

    Journaliste à La Presse depuis 20 ans où elle est chroniqueuse et critique gastronomique, Marie-Claude Lortie commente l'actualité, entre deux brassées de lavage et un match de soccer.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 5 septembre 2012 | Mise en ligne à 11h05 | Commenter Commentaires (48)

    Assommée

    Pour assurer un débat respectueux, seuls les commentaire signés sont publiés. Merci.

    Capture d’écran 2012-09-05 à 11.02.06

    L’extérieur du Métropolis, rue transversale, mardi soir. Photo AFP

    Décalage horaire oblige, je n’ai pas veillé tard hier. Une fois ma chronique envoyée, à 22h30, j’ai regardé quelques discours mais été vite emportée par le sommeil. François Legault n’avait pas encore fini de parler et Pauline Marois, évidemment, n’était pas arrivée sur scène au Métropolis.

    Ce matin,  la nouvelle m’a assommée. Une tentative d’assassinat contre la première femme première ministre. Un mort, un blessé. Un fou hurlant des horreurs linguistiques.

    J’ai peur de la suite. De ce que cela va brasser, allumer, raviver. Peur de la laideur qui va se manifester de tous les côtés, des hystériques qui vont ressortir des cendres de Brockville, de ceux qui se prendront pour des Patriotes. De tous ceux qui vont vouloir profiter, sans le moindre sens moral, de la situation.

    On craignait une élection du Parti québécois à cause des mauvais souvenirs de déchirements référendaires. Maintenant, on pourrait faire face à  bien pire.

    Quelle tristesse !

    Ma chronique de ce matin, écrite bien avant le drame.

    Et en terminant, toutes mes sympathies à la famille de la victime du Métropolis.


    • Étant donné que tout semble démontrer que le monsieur avait des problèmes psychologiques, je crois qu’il serait bon que l’on s’arrête, que l’on prenne conscience de la violence de l’incident et qu’on agisse intelligemment:

      C’est à dire ne PAS utiliser cet incident comme prétexte pour entrer dans des débats (sans fin et irrespectueux) sur la langue.

    • Pardonnez-moi, j’ai oublié de signer.

      Marie-Eve Landry

    • “On craignait une élection du Parti québécois à cause des mauvais souvenirs de déchirements référendaires. Maintenant, on pourrait faire face à bien pire.”

      Je ne suis pas certain d’aimer ce que vous pourriez sous-entendre par ce commentaire.

      Philippe Girard

    • Les médias anglophones ont un sérieux examen de conscience à faire. À force de représenter les souverainistes québécois comme un cancer qui ronge le Canada, on finit progressivement par rendre acceptable l’idée qu’il est légitime de s’y attaquer, de quelque façon que ce soit.

      Au cours des derniers jours, j’ai lu dans de nombreuses tribunes du ROC des commentaires haineux et violents qui ne seraient jamais publiés dans des médias francophones. Des trucs du genre «just shoot those pigs» (en parlant des francos) ou des appels à créer des «camps de concentration» au Québec pullulaient dans les forums du National Post ou du Calgary Sun. Quand des médias officiels acceptent de publier de tels propos, le danger de diffuser l’impression que la violence ethnique est permise devient très grand.

      Lucien Jutras

    • Il n’est plus acceptable et trop facile de dire qu’un type devenu fou est la cause de tout ce branle-bas. Folie passagère non plus comme on l’a fait pour le Dr Turcotte. Le type avait toute sa tête, il savait pertinemment ce qu’il avait l’intention de faire. Son geste était planifié par les armes qu’il portait sur lui. “Les anglais se réveillent” qu’il aurait vociféré, une autre preuve de sa lucidité démontrée au vu et au su de la télé.

      Yvon Turcotte

    • Totalement en accord avec Lucien jutras, les médias propagent la haine pour mousser leurs ventes.

      Et après on s’horrifie devant la monté de l’intransigeance et de la violence.

      Les médiats font un travail de lavage de cerveaux et après les journalistes s’étonne que des êtres faibles et influençables passe à la violence.

      Danny Mansour, Longueuil

    • Le ton alarmiste de ce texte montre à quel point La Presse est devenue un journal de seconde classe. Compétition avec le JdeM oblige, j’imagine.

      Un type en robe de chambre et cagoule qui tire dans la rue, c’est un malade. Point.

      Après celui du milieu de la construction, le monde des médias québécois devra faire un sérieux examen de conscience.

      Olivier Pelletier

    • Bonjour Madame Lortie,

      Je pense que de tous les commentaires lus ce matin sur cet attentat, il n’y en pas un qui a mise en exergue un détail important. C’est la “diabolisation” qui a été faite dans les discours de campagne. “Voter le PQ, c’est voter le chaos.” “Voter le PQ, c’est voter pour le referendum.” “Un vote pour la CAQ, c’est un vote pour le PQ.” “Voter le PQ, c’est voter pour les turbulences.”, refrains répétés ad nauseam, et avant ça, on avait ” Le carré rouge, c’est la violence, c’est l’intimidation.” et de traiter des petits farceurs inconscients qui mettent des fumigènes dans le métro de “terroristes”. Tout a été dit pour engendrer un climat de peur et d’incertitudes.

      J’aimerais qu’on réfléchisse un peu à l’impact qu’ont de tels discours sur des gens à la santé mentale un peu bancale. Nous avons eu droit à une campagne (et une pré-campagne) où l’invective, la provocation, les agressions verbales, les déformations et désinformations, le salissage ont primé sur l’échange d’idées et de programmes. Les deux seules personnes raisonnables exposant chacune un programme concret (et surtout viable pour le Québec) ont été quasiment privés de tribune par les médias (Françoise David et Jean-Martin Aussant pour ceux qui n’auraient regardé que TVA ou seulement lu le Journal de Montréal).

      Bref, il y a dans le monde politique actuel de la part des plus gros partis, une surenchère dans les formules chocs, une escalade dans la puissance évocatrice des adjectifs et autres slogans qui sont sans commune mesure avec les sujets abordés. Le seul but est de frapper l’esprit avec le résultat que certains esprits prennent ces discours au pied de la lettre. Les débats télévisés ont été d’une bassesse abyssale et seule François David a su ramener un peu de bon sens.

      Que les hommes politiques continuent de surenchérir ainsi dans ce qui se rapproche plus d’une émission d’Occupation Double que du débat d’idées et il ne faudra pas s’étonner que d’autres paranoïaques se sentent le besoin de tuer des innocents.

      L. Garcias

    • Oui, triste, infiniment triste pour les familles des victimes.

      Oui, il faut craindre tous ceux qui n’ont aucun sens moral. Mais avant d’angoisser sur des violences possibles dans l’avenir, il serait souhaitable de faire une analyse lucide c’est-à-dire dénuée d’émotions des 8 derniers mois que le Québec à vécus.

      MJ Brossard

    • @ Luvien Jutras (astyanax)

      C’est exactement ma réflexion.

      Si un francophone avait la même chose, soit tenter de tuer et/ou de brûler vif les électeurs d’un député anglophone, les médias anglo-canadiens ne se seraient pas gênés pour lier le tout à la prétendue xénophobie nationaliste des Québécois et du PQ. D’ailleurs, même sans tueur fou, ces médias insinuent sans cesse que nous sommes un peuple qui flirte avec la nazisme linguistique. Et ces craintes ridicules sont malheureusement largement accréditée dans la population anglo.
      C’est ce genre de rhétorique, et la paranoïa permanente qu’elle suscite, qui explique ce geste dément.

      Jean Maillet

    • “On craignait une élection du Parti québécois à cause des mauvais souvenirs de déchirements référendaires. Maintenant, on pourrait faire face à bien pire.”

      Moi également je considère que cette phrase est un peu alambiquée.

      astyanax: Très bon point. Racistes, nazis, xénophobes…faut pas s’étonner qu’un malade mental finisse par déraper en s’abreuvant des éditorialistes anglophones. Surtout quand on pense qu’un Jean -LaLa- Tremblay, fédéraliste devant l’éternel, n’est pas un modèle d’ouverture culturelle. Et qu’il est loin d’être le seul dans sa tribu.

      Mais de penser que les médias anglophone vont débuter un travail d’introspection à ce niveau relève du fantasme plus que de la réalité.

      Benito Casablanco

    • Mr Jutras, pourquoi répondre en attanquant les anlgos? C’est justement ce qu’on veut éviter.
      Y’a autant de médias francophone qu’anglophone qui laisse passer des imbécilités. Radio X, toujours fleurs et ballons leurs discours?
      De tous les côtés, les médias devraient faire preuve de plus de retenu. Et on parle même pas des médias sociaux…
      Ceci dit, c’est facile de cibler les média, mais le gars a perdu la tête et c’est d’abord sa propre faute avant celle de n’importe qui d’autre.

    • oh, signature… JP Aubin

    • @astyanax

      Bon commentaire, j’avais fais la même réflexion sur le sujet ce matin. Je lisais les commentaires dans les forums des média anglais. Quelques exemples: «What can I do to help? Where can I send more bullets?» ou «I hear frog legs taste like chicken». Sans classe. Et y en avait un maudit paquet!

      Dans le fond, des fous y en a partout. Le pire c’est pas le fou, c’est qu’il soit autant applaudit par les TRES nombreux francophobe du ROC.

      Korut Zelva

    • Suis-je le seul à trouver cela un peu comique de vouloir préciser qu’il s’agit d’un “malade mental”?
      Est-ce qu’une personne saine d’esprit ferait une telle chose?
      Et pourtant, s’agissant d’un Marc Lépine, bien que dérangé mentalement, on ne s’est pas gêné de soulever le problème de la misogynie comme étant la raison de son crime.
      Alors pourquoi on semble est-on gêné de mentionner la raison du crime dans cette histoire???

      Bien que la personne soit dérangé mentalement, cela demeure tout de même un crime haineux à l’endroit des francophones, qui plus est souverainistes. Me semble que c’est pas difficile à voir!

      Les associations contre l’antisémitisme, comme celle contre la violence faites aux femmes ne se gênent pas pour dénoncer les crimes qui les interpellent! Alors pourquoi devrions-nous nous gêner pour dénoncer ce crime haineux, de même que tout les propos haineux envers les francophones (et francophiles) vivant en Amérique (comme les Don Cherry du ROC).

      Faut savoir se faire respecter, et je crois que ça commence par soi-même, à savoir dénoncer les raisons de ce crime, non sa cause (maladie mentale). En tout cas, c’est qu’on a fait avec les Marc Lépine de ce monde, on a pas considérer la cause (maladie mentale), mais les raisons de leurs crimes, par exemple, ici la misogynie, là l’antisémitisme, etc. Hier soir, à Radio-Canada, Jean-Pierre Charbonneau avait raison de soulever la question, mais les autres personnes à la table de discussion ont voulu éviter la question, et je les comprends, mais je ne crois pas qu’elles avaient raisons de vouloir taire le sujet. Faut crever l’abcès!

      Je crois qu’il faut dénoncer ce crime haineux, comme le ferait n’importe quelle communauté ethnique qui serait victime d’un tel crime.

      Marc-Antoine Beaudry

    • Vraiment Mme Lortie !
      Qu’est-ce que votre propos amène dites-moi ?

      Vous voulez nous les québécois de souche francophone qu’on se sente encore comme des petis cons.

      La réalité elle est claire et ce n’est pas ici, La Presse, qu’on lira la vérité sur la question linguistique.
      Imaginez ce que nous lirions ce matin si le parti libéral avait été réélu et que ce soit un francophone qui ait commis cet acte totalement stupide et scandaleux….

      Et oui les anglophones et les éditorialistes de La Presse et tous les les journaux anglais du pays en appelerait au racisme, à la xénophobie.

      C’est ça la réalité.

      J’ai lu les chroniques et éditoriaux et personne ne s’indigne de cet acte barbare.
      Dis-moi pas que c’est parce que les articles étaient déjà rédigé….ils avaient amplement le temps de le modifier.

      Alors demain, on lira à quel point Charest était extraordinaire et on dira rien sur le fait que les anglophones nous méprisent.

      Je sais je sais je vais me faire traiter de tous les noms…pas étonnant que libéraux aient été élu avec tous les scandales, corruption, abus de confiance, etc. Ça en dit long sur nous les Québécois francophones. Triste, très triste.

      Hier restera pour moi une journée scandaleuse et démontre à quel point les policiers sont incompétents. Pas mal plus facile de s’en prendre à des étudiants, que faire le travail qu’ils doivent faire….imaginez ils ont été avisé par un citoyen, ils étaient sur place, l’homme avait une cagoule et une robe de chambre…et il a passé….allo !!!
      C’est totalement scandaleux !!! Mais non les policiers ont fait un travail extraordinaire….ils ont évité le pire….allo la terre !

      Denis Martin

    • Est-ce que les leaders anglos vont se lever et dire (en français?) qu’ils se dissocient des actes de Bain?
      .
      Est-ce que les leaders anglos vont se lever et dire (en français?) qu’ils sont fiers de vivre dans une société démocratique et qu’ils vont respecter le vote de la majorité?
      .
      Est-ce que les leaders anglos vont se lever et dire (en français?) que la tradition parlementaire et la vie démocratique est tellement bien implantée que les droits de tous sont respectés au Qc?
      .
      Dites-moi, suis-je vraiment trop idéaliste pour imaginer des leaders anglos parler de cette façon?
      .
      Antoine Isoir

    • Bonjour,

      « Une tentative d’assassinat contre la première femme première ministre. »

      – — –

      Enfin! Il y en a une qui a osé écrire « la première femme première ministre » sans affubler « première ministre » d’un douteux /p/ majuscule à première.

      Vous ne trouvez pas cela beau, vous, « la première première ministre » sans /p/ majuscule?

      Si j’ai peur de la suite? Madame Marois a au moins eu la sagesse d’écrire sur les affiches électorales accrochées, le temps de la campagne électorale, aux poteaux électriques et aux lampadaires :

      - À « nous » de choisir, et « nous » sans /n/ majuscule.

      J’insiste : « nous »; c’est problablement l’os (us) de ses intentions.

      Daniel Verret (Nadagami)

    • @astyanax
      Il n’y a pas que les médias du ROC qui causent problèmes; Les propos exessifs et provoquants de certains extrémistes anglos (W. Johnson, B.Tyler, H.Galganov etc.) n’ont pas aidés. Les médias locaux ont aussi leur part de responsabilité: Les éditoriaux non-signés de the gazette et certains articles du suburban peuvent provoquer des réactions chez certaines personnes plus instables émotivement
      Et que dire de ce site internet qui est tout à fait édifiant:
      http://www.parkavenuegazette.com/Hang_French_Nazis.htm
      Pierre Leblanc

    • astyanax

      5 septembre 2012
      12h43

      Je veux ajouter que la violence verbale est plus “acceptée” chez nos voisins anglophones que chez nous. Ce n’est pas une affirmation, c’est un constat. La “modération” n’existe à peu près pas dans les médias que vous citez.

    • Q.terreux

      5 septembre 2012
      19h18
      Je signe : Robert Duquette

    • L’ironie suprême est que ce pauvre type, sans le savoir, a peut-être tué un anglo! Triste monde.

      Jean-François Chicoine, Montréal

    • «On craignait une élection du Parti québécois à cause des mauvais souvenirs de déchirements référendaires. Maintenant, on pourrait faire face à bien pire. »
      Je m’interroge comme M. P.Girard, pourriez-vous m’expliquer ce que sous-entend cette phrase.
      M.Leduc

    • Mais Mme Lortie, n’êtes-vous pas vous-même la championne toute catégorie du Québec pour les théories, interprétations et extrapolations sur des événements comme ceux-ci? Il se trouve que pas plus tard que samedi, j’ai lu dans le National Post un commentaire qui disait qu’il fallait tirer sur les Québécois. Ce commentaire a été approuvé pour publication et n’est qu’un seul exemple du genre de propos haineux qu’on tolère au sujet des Québécois.

      On nie tout? Je vais vous dire une chose : je suis d’accord qu’il ne faut pas trop faire de cas de ce type, qui était clairement très malade mentalement et qui ne semble pas correspondre au portrait robot de l’haïsseur morbide qui veut exterminer. Cependant je crois quand même qu’une réflexion sur la haine vouée aux Québécois s’impose, surtout au Canada anglais où la tolérance de la francophobie gagne du terrain.

      Bien sûr nous avons nos propres gens qui ne cachent pas leur dégoût pour les anglophones, mais je ne me souviens pas de propos aussi hargneux que ceux qu’on lit de plus en plus souvent dans les grands quotidiens anglophones. Vous serez peut-être d’accord avec moi que “Just shoot them” est un commentaire qui ne passerait pas ici à Cyberpresse.

      M. P.A. Paquin

    • Je crois que tout le monde est d’accord pour dire que cet individu ne représente que lui-même. Tous les leaders ont eu la même réaction, condamner le geste, sympathiser avec les familles et ne faire aucun lien linguistique ou politique. Alors, je n’ai aucune crainte. Je crois qu’on est assez mature collectivement pour arrêter ça là. On passe à autre chose. L. Paquette

    • Mme Lortie, apres avoir delaisse vos chroniques culinaires pour tapper sur la tete de Charest pendant des mois et encourager les etudiants a faire la casse (oui, votre attitude de laisser faire supportait la casse), je suis bien surpris de votre reaction …

      … vous avez encourage les gens a voter pour une opportuniste, et vous avez supporter et encourager la “division” qui reignait chez les Quebecois tout l’ete. Et ce matin vous avez ete assommee ? Non mais quand meme … si vos chroniques fait les louanges du fast food, il ne faudrait pas s’etonner que la poutine deviennent le met le plus populaire …

      D Corman

      Par “opportuniste, j’entend un politicien qui veux taxer les 2% les plus “riches” pour seduire les 40% qui ne paient pas d’impot. Un vote facile, une politique dangereuse. Un politicien qui a essaye d’augmenter les frais de scolarite dans le passe et qui maintenant regarde un autre parti essayer et le laisser se noyer sans meme prendre position. Un politicien qui veut passer a l’histoire, et qui veut probablement faire de meme avec la souverainete, au lieu d’en faire un projet de societe.
      Par division, j’entend qqu’un qui polarise les debats, droite ou gauche, bien ou mal, bon ou mauvais. Qqu’un qui n’essai pas de tendre la main pour trouver une solution juste et efficace, qqu’un qui n’accepte pas les bons cote d’une position inverse …

    • à tous les jours, je vois sur la chaine SUNNEWS de l’incitation à la haine. ¨ca prend pas grand chose pour faire dijoncter un malade mental…je comprend pas que cette chaine de QUÉBÉCOR puisse continuer à opérer en toute impunité ainsi…

      Gauthier, Pierre

    • Je ne sais pas trop ce que vous sous-entendez par votre blogue (je ne suis pas vite vite, ce soir… :-)) mais j’ai bien peur qu’il y ait débordement de haine pour un cas qui me semble isolé et un pauvre type qui semble dérangé mentalement. Faut pas tout mettre sur le dos de la propagande haineuse contre les francophones. Ça peut effectivement perturbé une personne qui a une maladie mentale (ce qui est, je crois, le cas ici, juste à voir la robe de chambre et la cagoule) mais pas l’ensemble de certaines personnes qui ont une haine vis-à-vis un groupe en particulier et ne tombe pas pour autant dans la violence.

      Lu sur Face de bouc: la partisanerie engendre la folie. À mon avis, c’est faux. C’est la folie qui fucke (s’cusez l’expression) la partisanerie.

      Faudrait pas tomber dans les excès. J’espère que c’est ce que vous sous-entendiez.

      D’une bipolaire ayant déjà fait psychoses et sait de quoi elle parle même si je n’ai jamais tué personne ou eu de tendances violentes (ce qui, en passant, est la majorité des personnes atteintes de maladie mentale)

      J Fournier

    • En terminant, mes sympathies également à la famille de la victime.

      J Fournier

    • Fait divers d’un fou qui pourrait etre lié à unconflit anglo-franco. Les chroniqueurs de la province jubilent – pas besoin de penser à nos textes pendant une semaine, ces sujets là s’écrivent tout seul.

      En plus qu’un texte épuré fait plus zen, plus deuil. Les paragraphes se trouvent à être très court

      afin d’avoir un plus grand impact

      émotionnel

      (une chance qu’on est pas payé au mot)

      Pour ce qui est de l’attentat contre Pauline Marois. Un attentat (raté évidemment), c’est la consécration d’un politicien!! Ca me fait penser a un manifestant qui barbe un policier: il prie dieu tous les soirs de manger une bonne mornifle et de se trouver à la Une le lendemain, le nez qui saigne.

      “J’y étais en ‘68, moi!”… “j’y étais en 2012, moi!”

      Ben oui, ben oui

      C’est tellement plus facile vaincre avec un ti peu d’adversité. Quand il n’y a que travail et convictions devant nous, que c’est plate… et difficile. Un fou m’attaque?! Ah Ah un fou m’attaque. Parlons en pendant 2 semaines.

      Revenons aux choses serieuses:

      Les bananes et citrons vus dans les photos du marché polonais ne sont pas issus de culture locale. Ca c’est d’une tristesse.

      @astyanax: revenez en… des caves il y en a partout. Le meilleur est quand je me suis fait traité d’estie d’anglais par un adulte de 40 ans + à Chicoutimi alors que j’avais 13 ans. C’est parce que Vachon, mon homme, c’est heu, comment dire… ben c’est pas anglais. Pis j’ai 13 ans. Désolé de venir de Montreal et de dire “hamburger, et non pas “ambeurgeur”. Ceci étant dit, il n’a pas essayé de m’écraser avec son 4 roues, alors je le pardonne

      PS. si les forums du Calgary Sun vont donnent des boutons, ne les lisez pas! MCL me donne de l’urticaire 95% du temps c’est vrai… mais heu, moi c’est pas pareil. (mer**, je me suis auto-bouché)

      Bon les niaiseries et vacheries étant dites … Sincères condoléances aux familles des victimes.

      F Vachon

    • @astyanax

      Vous dites
      “Quand des médias officiels acceptent de publier de tels propos, le danger de diffuser l’impression que la violence ethnique est permise devient très grand”

      Vous avez déjà lu le blogue de Francois Gagnon? Andy Warhol n’aurait pu imaginer plus authentique

      C’est aussi violent qu’une chanson de Renaud, ta ta tannnn!

      Et aussi con qu’un drapeau (citation Renaud)

      F Vachon

    • Je suis entièrement d’accord pour cibler les médias du ROC qui entretienne une “haine raciale” en rapport avec la population québécoise francophone. Comment se fait-il que nous continuons à tolérer cela ? Certains commentaires anglophones dans les médias sociaux hier, étaient des horreurs, suite à cet attentat. J’en ai mal au coeur, de cette portion de pays qui semble ignorer ce qu’on appelle le respect de la dignité de chacun… Ces personnes ou institutions sont les maîtres d’oeuvre de la séparation que nous voulons… Comment continuer à vivre avec ces genssses qui nous haïssent… et qui surtout continussent à générer ce sentiment, depuis des lustres… pour ne pas dire des siècles ???

      cyrille-daniel janelle-turcotte

    • Y a-t-il quelque chose de plus légitime pour une nation que de vouloir devenir souveraine alors que le PLQ présente cette option comme une tare afin de gagner des votes.

    • Désolé.

      Louis Lallier

    • @astyanax
      Vous avez raison. Ils devraient commencer par lire le Livre Noir du Canada Anglais. Les trois tomes. Leur histoire est entachée de grandes fautes.

      Alain Lajoie

    • Lu dans la chronique de Madame Lortie ” autant celui de ceux qui croient que l’élection du PQ est une ignominie que celui de ceux qui se prennent encore en 2012 pour des Patriotes”

      J’ai de la difficulté à exprimer mon dégoût, il s’agit ici d’une tactique rhétorique qui consiste à associer une ignominie à un groupe d’individus qui n’ont jamais assassiné qui que ce soit et qui n’ont rien à voir avec l’événement. Ce que dit madame Lortie c’est que les “patriotes” sont des assassins en puissance par association.

      La raison de ce relativisme morbide est simple à comprendre, puisque c’est un anglophone le meurtrier et que sa haine a été entretenu grâce aux médias qui diffusent de plus en plus de propos racistes, il faut trouver un équivalent imaginaire francophone, bingo voilà le patriote.

      “Des racistes, des homophobes, des misogynes, des gens remplis d’une haine et d’une colère à glacer le sang, qui propagent des horreurs” Madame Lortie a réussi à ajouter à cette liste des souverainistes. Je tiens à exprimer mon dégoût.

    • quand j’ai lus le titre “les loups et nous” je me disais qu’est-ce qu’elle a écris encore pour diminuer les hommes
      et wow, ou avez vous été cherchez ce texte?

      pour une fois, une rare fois, vous avez raison sur toute la ligne.
      je suis entièrement de votre avis que la société québécoise et sa soit disante tollérence, pacifique.
      depuis que je lis les blogues, je constate beaucoup de haine et ça me fais peur.

      en promulgant un Québec francophone, madame marois fait peur, elle promulgue pour nous, ce que nous dénonçons des anglais de l’ouest. nous refusons d’être assimilés, mais nous cherchons à assimiler les citoyens Québécois à la majorité francophone. deux poids, deux mesures?
      faut t-il s’étonner si le débat dérappe dans la violence surtout quand certain journaliste anglophone promulgue la haine des francophone et cela avec la bénédiction de leurs employeurs.
      danny mansour.

    • Marie-Claude, il me semble que nous vous avons connu moins (voire jamais) aussi prompte à semer le doute et la peur par des commentaires peut-être un peu trop vite écrits et publiés. Que cette situation provoque chez vous de vives émotions, de la colère ou de la peur peut-être même, je le comprends, mais votre devoir de journaliste n’est il pas d’être capable de prendre du recul par rapport à ces émotions afin de nous les livrer un message qui, traduisant votre ressentiment, ne transmettra pas, ou tout du moins dans une moindre mesure, vos angoisses existentielles à vos lecteurs. Si un jour nous devons faire face ”au pire” comme vous dîtes, souhaitons que ce ne seront pas vos propos qui en auront été la source. Nicolas Gauthier.

    • astyanax: Luc, 6, 41

    • Désolé, je signe: R Deschambault

    • On devraient tous se tenir entre nous francophone , anglophone immigrants etc… Plutot que que de dechirer entre nous. Ca n’apporte rien de constructif. Unis entre nous on va etre meilleur. Je suis sure que tout le monde qui habite le quebec est pour le bien du quebec. Que l’on soit de toute allegence, personne n’a le monopole de l’amour du quebec.

      Que des imbe… ecrivent des commentaires haineux dans les journeaux ou blog ou facebook .On doit s’elever au dessus de tout ca. Il y aura toujours plus de chialeux qui vont prendre la peine d’ecrire des aneries meme si ils ne represente pas la majorite que des gens constructifs. Comme on dit les gens heureux n’ont pas d’histoire.

      Andre Martin

    • Entendons-nous bien, la cible n’était pas une femme, mais bien la (le) chef du Parti Québécois! Il n’accepte pas qu’un parti séparatiste ait été élu alors même si ça avait été UN chef, la même chose se serait produite!

      Daniel St-Laurent

    • Un instant, ce cas en est un parmi tant d’autres. Il faudrait encore une fois que la nation Québécoise francophone s’écrase et tendent l’autre joue. Ça fera à la fin.

      Une révision de la jeune histoire du canada et son actualité nous apprends que ça fait des centaines d’année que les ”french canadians” se font mépriser par la majorité anglophone du canada. Il suffit de lire les éditoriaux du ROC pour constater qu’ils n’ont pas la même retenu qu’on demande aux Québécois d’avoir, encore une fois. Et je ne parle pas des tarlalas de tout accabit. Je parle des journalistes et des éditorialistes. Il est temps que les Québécois francophones se tiennent debout et qu’ils arrêtent de s’excuser d’exister. Ça en devient pathétique.
      Aucun média francophone Québécois n’écrit de saletés équivalentes à ce qui s’écrit dans le ROC. Et c’est nous qui devrait mettre de l’eau dans notre vin et faire comme si rien ne s’était passé. Un peu de fierté bordel. Fédéralistes ET souverainistes, parlons d’une seule voix et disons au ROC qu’on en a assez de leur mépris et de leur racisme génétique. Les 3 tomes de Lester ( Le livre noir du Canada anglais ) devrait être lu par tous les francophones et les anglophones du Québec pour constater comment la communauté francophone a été méprisée, vilipendée, dénigrée et salie par la médisance malhonnête des anglos du ROC.

      Sylvain Pelletier

    • Totalement d’accord avec Philippe Girard. Dommage qu’un grand quotidient comme La Presse vous laisse écrire des opinions sans fondement comme cela. C’Est un fou, un point c’Est tout!

      Marc-Antoine Blondin

    • 1-Depuis des semaines les journaux anglophones publient des textes haineux d’une rare violence contre les souverainistes , et aujourd’hui tout le monde joue au surpris de ce qui arrive . Ils récoltent ce qu’ils ont semé.

      2-Si les même textes avaient été écris en français contre la communauté anglophone , les auteurs auraient été poursuivis pour propos haineux .

      3-Imaginez si un francophone avait fait cet attentat contre M. Charest ….Je n’ose pas imaginer le déchaînement des journaux anglophones du pays ! On aurait eu droit à l’armée et aux mesures de guerre .

      4-Et dire que certain parlait de violence à taper sur une casserole !

      P.S. Aux sceptiques , je leur dirais de relire les textes de la presse anglophone .

      karl whissell

    • Quelques heures AVANT le drame j’écrivais mes commentaires au journal La Presse, commentaires où je regrettais plus que vivement le discours carrément violent de Charest à l’égard des indépendantistes. Je me demandais où ça se rendrait dans le communauté anglophone. Je ne pensais pas une seconde qu’une telle action aurait lieu si peu après et je tiens à me dégager complètement de ce cas isolé.

      Il reste que M. Charest a beau jeu de “regretter” un tel comportement alors que de toutes ses campagnes à l’enflure verbale inouïe, celle-ci fut la pire.

      Tant qu’à condanner les violences et sans faire de lien direct entre elles ont doit toutes les condamner. Je ne vois aucune raison pour réduire l’une à bon escient en parlant de déraison tout en éludant totalement l’autre “parce que ce n’est pas le temps, hein m’sieur Chose, on pourrait faire des rapprochements…”

      Je regrette de devoir le dire mais, tout ténu qu’il soit, il y a un lien entre les deux et M. Charest ainsi que ses conseillers électoraux doivent assumer non l’acte d’un seul mais le climat politique qu’ils ont grandement contribué à forger depuis des années avec ce sommet des deux dernières semaines. Leur irresponsabilité n’explique probablement rien, d’accord, elle reste condamnable à tout point de vue.

      Le hasard, si hasard il y a, veut que la personne visée soit la même dans les deux cas, ce n’est pas rien.

      De la part des leaders de la communaté anglophone il y a plus qu’un devoir d’apaisement envers leurs concitoyen, il y a nécessité de remise en question de leurs propres préjugés pour le moins nationaleux et folkloriques ne serait-ce, au pire, que pour se dédouaner totalement mais principalement pour amorcer ce rapprochement tenté mille fois par les francophones et toujours rejeté.

      Il me semble que l’incompréhension à sens unique a suffisamment duré.

      Jean-François Trottier

    • Si vous avez la prétention d’être une fine observatrice de la politique québécoise, pourquoi êtes-vous partie en Pologne en pleine campagne électorale? La Presse ne pourrait-elle pas laisser l’analyse des événements à des gens qui se donnent la peine d’observer comme du monde?

      Vous devriez comprendre que Pauline Marois parle le lendemain du jour où elle aurait pu perdre la vie et pour elle, le Québec n’est pas une société violente. Vous connaissez les énoncés de vision? Eh bien c’est un peu ça qu’elle faisait et personnellement je l’admire.

      Deuxièmement, je trouve ça TRÈS fort qu’au lieu de parler de la haine des francophones, vous pré-culpabilisez les “nationalistes”. Ils n’ont tiré sur personne dernièrement, et on dirait que c’est eux que vous voulez faire craindre. C’est complètement le contraire de ce que vous faisez en général lors de l’analyse de ce genre d’événements.

      Remarquez, je trouve qu’il faut faire preuve de réserve, mais vous êtes loin d’être réservée dans votre chronique.

      M. P.A. Paquin

    • Les problèmes sont nombreux. Le contrôle des armes à feu est désormais chose du passé… Faudra apprendre à vivre avec cette réalité… Le mec en possédait combien? + ou – 20, non? 20 armes à feu pour une seule personnes??? Aurait-il oser faire la même chose armé seulement d’un tire-pois? J’en doute… Depuis 1995, le Québec ne fait plus peur au ROC, et pire ne possède plus aucune espèce de pouvoir de négocier quoi que ce soit avec le ROC. Pour l’instant, les tensions sont contenues mais pour combien de temps encore? 2 cultures si différentes ne peuvent coexister sur un même territoire… Ça ne fonctionne ni en Belgique, et encore moins en Suisse où les germanophones contrôlent tous les leviers économiques… Et au Québec? Notre attitude collective est carrément schizophrénique… On tire le maximum pécunier du ROC (les transferts de péréquation sont gênant tant ils sont élevés depuis toujours), mais on se sent pas chez nous.. Que faire au juste? Impasse totale!

      Marc Lamarre, Montréal

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

    publicité

  • TWITTER

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    avril 2011
    L Ma Me J V S D
    « mar   mai »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    252627282930  
  • Archives

  • publicité