Marie-Claude Lortie

Marie-Claude Lortie - Auteur
  • Marie-Claude Lortie

    Journaliste à La Presse depuis 20 ans où elle est chroniqueuse et critique gastronomique, Marie-Claude Lortie commente l'actualité, entre deux brassées de lavage et un match de soccer.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 30 août 2012 | Mise en ligne à 12h57 | Commenter Commentaires (3)

    Voyage cru

    Pour assurer un débat respectueux, seuls les commentaires signés sont publiés. Merci.

    canards droits

    Les canards à la ficelle d’Inaki Aizpitarte. Photo Marie-Claude Lortie, La Presse.

    VARSOVIE — La réponse à la question, la voici: je suis en Pologne. De retour à Varsovie après cinq jours dans une zone éloignée, au nord-est du pays, aux confins de la Lithuanie, la région de Suwalszczyzna.

    J’y étais dans le cadre d’un événement qui s’appelle Cook it Raw, qui a lieu à peu près tous les ans depuis la conférence sur l’environnement de Copenhague de 2009. Le but de l’opération: réunir dans un contexte complètement inédit et improbable de jeunes chefs créatifs de partout au monde, afin de créer une expérience qui relève autant de la gastronomie que du choc des cultures ou d’une réflexion sur l’avenir de l’alimentation sur la planète. Au menu: plantes sauvages, produits régionaux, complicités internationales, pensées sur le rôle du chef et de l’alimentation dans divers environnements, cultures, moments historiques….

    Pourquoi Cook it Raw, comme dans cuisiner à cru ? Parce que le premier événement a eu lieu pour forcer des chefs à réfléchir sur leur dépense d’énergie et leurs préoccupations environnementales. Puis se sont ajoutées des interrogations plus culturelles et plus  philosophiques qui ont étendu le sens du mot à non plus seulement “cru” mais aussi “sauvage”, “nature”, “sans transformation”. D’ailleurs, cette année, le penseur scientifiques danois Tør Nørretranders était du groupe pour animer des discussions.

    Un reportage s’en vient sous peu. En attendant, quelques photos…

    soupe cantine militaire

    C’est dans cette ancienne cantine militaire qu’on a servi la soupe au chou traditionnelle, le second soir.

    poissons fumés

    Du poisson fumé

    lard

    Du lard en tranches

    camion polonais

    Un camion plutôt vintage

    ana ros

    Soirée au coin du feu. À l’avant-plan, la chef slovène Ana Ros, première femme à faire partie du groupe.

    chefs planning

    Les chefs et un assistant se réunissent pour planifier le banquet final. De g. à droite: le Français Inaki Aizpitarte du Châteaubriand à Paris, le Français Claude Bosi d’Hibiscus à Londres, le Flamand Kobe Desramault de In de Wulf, l’Argentin Mauro Colagreco de Mirazur à Menton en France, Rene Redzepi de Noma à Copenhague, Ali Kurshat Altinsoy, assistant à Noma et Modest Amaro de Atelier Amaro à Varsovie.

    tasses

    Les tasses où sera servi un des plats du repas.

    chou et potiron

    Les légumes qui iront dans un des plats du banquet final.

    rene et albert

    Les chefs Rene Redzepi et Albert Adrià.

    Photos Marie-Claude Lortie, La Presse.


    • Drôle de hasard pour madame Pic qui prépare un plat avec de l’épine-vinette et des betteraves et vous qui avez ces deux “ingrédients” dans vos photos.

      Qu’est-ce qui décorait le plat de lentilles ? On aurait dit du gésier.

      Alain Lajoie

    • J’ai très hâte de lire votre reportage. Je me plais à imaginer un tel événement ayant lieu sur la Côte-Nord. Il y a une gastronomie ’sauvage’ incroyable à y développer et Cook it raw en est la preuve. Vos photos et celles du site de Cook it raw sont très belles.

    • Ah zut, zut rezut, c’est honteux : N. Miron.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

    publicité

  • TWITTER

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    août 2012
    L Ma Me J V S D
    « juil   sept »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité