Marie-Claude Lortie

Marie-Claude Lortie - Auteur
  • Marie-Claude Lortie

    Journaliste à La Presse depuis 20 ans où elle est chroniqueuse et critique gastronomique, Marie-Claude Lortie commente l'actualité, entre deux brassées de lavage et un match de soccer.
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 3 août 2012 | Mise en ligne à 12h06 | Commenter Commentaires (66)

    Les femmes en politique et nous et vous

    Pour assurer un débat respectueux, seuls les commentaires signés sont publiés, merci.

    Capture d’écran 2012-08-03 à 12.05.07

    Pauline Marois. Photo Édouard Plante-Fréchette, La Presse

    Voici le genre de blogue qui me vaudra, j’en suis sûr, des messages haineux.

    Peut-être que je les publierai pour vous montrer le chemin qu’il reste à parcourir.

    Je verrai.

    En attendant, voici ce dont il s’agit. Il s’agit de ma réaction devant les commentaires d’un candidat péquiste, hier, qui a dit qu’une partie du Québec n’était pas prête — et il le déplore — à élire une femme première ministre.

    Je ne comprends pas l’utilité de dire une chose pareille. Et j’ai de la difficulté à comprendre comment cela peut être autre chose qu’une expression maladroite, style acte manqué, de sa propre ambiguité.

    En tout cas, voici la chronique que j’ai écrit à ce sujet et au sujet de François Legault qui pense que les femmes sont moins préoccupées par leur salaire que les hommes — immense préjugé à mon avis et incompréhension des enjeux sociaux et économiques liés aux inégalités. Je mentionne aussi Dick Cheney, qui conseille à Mitt Romney de ne pas refaire l’erreur Palin….

    Si ça vous tente de lire tout ça. C’est ici.


    • Moi je ne voterais jamais pour Marois. Ca n’a rien a voir avec le fait que c’est une femme. Au contraire, il n’y a pas assez de femme en politique.

    • J’applaudis vos deux textes Madame Lortie car malgré que je sois un baby boomer, je n’entretiens aucun préjugé défavorable aux femmes dans quelque sphère d’activité que ce soit. J’ai eu la chance de côtoyer tôt dans ma carrière des professionnelles qui m’ont toujours épaté par leur intégrité et leur immense capacité à travailler souvent dans des tâches de résolution de problèmes et/ou de conflits. Je trouve tellement insignifiant de dire que certains québécois ne sont pas prêts pour une femme à la tête de l’État. Au pire c’est mesquin, au mieux c’est insignifiant. Pour ma part, moi qui ai toujours voté ibéral, je voterai pour le PQ cette année et c’est en très grande partie sur Madame Marois que je vais miser car elle est rationnelle, intègre et parfaitement qualifiée. Quand aux commentaires de Cheney, je juge Palin écervelée et trop abrasive pour un poste public et cela n’a rien à voir avec le fait qu’elle soit une femme. Enfin, juste un petit rappel sur le genre à donner aux titres. L’Académie française a déjà tranché qu’un titre décrit un poste. Ainsi on devrait dire Madame Le Premier ministre ou Madame Le Président. L’Académie française dit aussi que Madame La Présidente désigne l’épouse du président. On voit tout de suite l’incongruité car qu’arrive-t-il quand le conjoint est un homme? Dit-on Monsieur La Présidente? Beau débat en perspective… Qu’en dit l’OQLF?
      R. Ducharme
      P.S.: Merci de retirer ma version précédente incomplète.

    • L’erreur Palin, c’est McCain qui l’a faite. Quant à Palin, sa candidature à la vice-présidence lui a assez bien servi, merci. Alors je ne crois pas que Cheney visait la nature féminine de la candidate, mais plutôt le mauvais calcul de McCain.

      Quant à Legault, il s’appuyait sur des études. La réaction a été exagérée.

      Mais le candidat péquiste, par contre, est un idiot fini. Si j’étais Pauline, je lui montrerais la porte séance tenante.

      J. Bouthillier

    • C’est quand même incroyable de mettre des bâtons dans les roues de son propre parti! Il ne se présente pas pour le PQ, Serge Cardin? Il veut nuire carrément à son parti??

    • Le Québec est prêt pour une femme Premier Ministre. Le Québec n’est pas prêt pour cette femme!

      Mettre sur le dos de Pauline Marois le fait que c’est une femme pour expliquer comment il se fait qu’on ne l’aime pas, c’est chercher la facilité. On ne l’aime pas parce qu’elle a fait un mauvais travail comme Ministre de la santé, comme Ministre de l’éducation et comme Chef de l’opposition.

      On ne l’aime pas parce qu’elle nous a passé une toilette silencieuse, qu’elle a essayé de nous faire croire combien elle était modeste et du peuple en nous montrant son chalet à Baie-Saint-Paul, alors qu’elle nous a jamais parlé de son Moulinsart. Elle nous parle des magouilles de Jean Charest alors que son mari s’est rempli les poches pendant son passage à la SGF quand Madame était Ministres des finances. Je m’en voudrais d’oublier son acharnement à vouloir être sur le Trône de la province à tout prix, quite à ventre père et mère au plus offrant.

      Pauline Marois est à la politique provinciale ce que Michael Ignatieff est à la politique fédérale. Malgré une tentative de se travestir, vous ne nous ferez jamais gobber que Pauline Marois mérite d’être Premier Ministre (Jean Charest non plus, mais c’est un autre débat).

      Pauline Marois ou Paulin Marois, aucune différence. Cette personne est détestable et ne passera jamais dans la population québecoise. Non pas parce que c’est une femme, mais bien pour ce qu’elle est.

    • Je considère quand même qu’il a raison. Certaines personnes ne sont pas encore rendues là! Je vous pose la question à l’inverse: qu’est-ce que ça donnerait de ne pas le dire, de se cacher la tête dans le sable en se faisant croire que de telles personnes n’existent pas?

      Je ne trouve pas que ce soit ambigüe de lancer ça. Et vous, que feriez-vous pour rendre ces gens prêts à accepter une femme comme première ministre?

      L.Lemay

    • Ma signature: Geneviève Paquette

    • Madame Lortie,

      Vous ne cessez de me surprendre. J’ai lu votre chronique ce matin en me disant que, même si la chose dérange, il faut encore parler des « iniquités en emploi, l’absence de femmes dans les cercles de pouvoir, les difficultés que rencontrent les femmes quand elles se lancent en politique ».

      J’occupais un emploi de préposé et, au moment des réunions trimestrielles, je ne pouvais m’empêcher de noter que le personnel était essentiellement féminin, sauf pour la direction qui, à l’exception du marketing, était une affaire d’hommes. Quelque chose d’anachronique!

      Par contre, vous soulevez deux déclarations qui semblent pouvoir se vérifier ou s’infirmer. Mais au lieu de vérifier ou d’infirmer, vous vous lancez dans des procès d’intention : Pourquoi ont-ils dit cela? Il me semble que la question à se poser, c’est : Cela est-il vrai?

      J’ai aussi noté le fait que vous n’avez pas mentionné la parité hommes/femmes au conseil des ministres du gouvernement Charest, malgré une députation inégalement répartie entre hommes et femmes. Les bons coups, il faut aussi les souligner.

      Quant à Sarah Palin, vous errez : cette femme est sotte et sa nomination comme candidate à la vice-présidence était véritablement une erreur. Rien d’autre que ça.

      - Robert Lemieux

    • J’aurais voté pour Monique Jérôme Forget si elle avait été candidate au poste de première ministre. Je ne voterai pas pour Pauline Marois. Ce n’est pas parce que c’est une femme, c’est le Parti Québécois.

      François Sawyer.

    • Comme ça, quand des démocrates disaient qu’une partie de l’Amérique n’était pas prête à élire Barack Obama à cause de la couleur de sa peau, ils nedisaient pas la vérité, mais participaient au racisme? Et je suppose que ceux qui disaient “non, laissez faire, appuyons Obama même s’il y’a du racisme” étaient dans le fond opposés à une présidence d’Hillary Clinton parce c’est une femme?

      En espérant que mes propos ne seront pas interprétés comme ceux du candidat péquiste,

      le pire, c’est qu’en réagissant avec un procès d’intention des plus tendancieux, vous répandez ce que vous déplorez, c’est à dire que vous ramenez le débat sur le sexe de Pauline Marois avec 20 fois plus de visibilité que le candidat péquiste.

      Moi je le dis à tous et toutes: laissez faire les débats prévisibles et votez pour Pauline Marois. Elle est le seul choix crédible entre un Charest fini et un Legault mononcle.

      M. P. A. Paquin

    • [qu’une partie du Québec n’était pas prête — et il le déplore —
      à élire une femme première ministre.]

      Mme Lortie, c’est vrai……désolant mai vrai.
      Et malheureusement je crois qu’une majorité de cette partie pas prête est féminine.

      Je me désole du comportement de certaines femmes de 30-40 ans qui présentement
      soutiennent que la place des femmes est acquise.

      Ma fille une professionnelle doit, si elle veut que son idée passe, être reconnue
      par les gars du département, sinon ça ne marchera pas.

      Elle a fait le test à deux reprises et les deux fois elle fût refusée.
      Troisième essai, elle a tout monté le projet, l’a fait présenté par un gars, qui
      fût accepté par le directeur de secteur du premier coup.

      Quand elle a confronté le directeur de secteur et son assistant sur le sujet.
      Les deux ont nié les faits.
      Comme ma fille avait copie de tout le document, présenté avec son ami.
      Ils n’ont pas eu le choix d’accepter d’inclure ma fille au projet.
      Ils ont quand même eu l’audace de la mettre au poste d’assistante seulement,
      et son ami fût nommé directeur du projet……

      Non 2012, pas vrai que la femme est au même niveau qu’un homme.
      Oui encore beaucoup de travail à faire.
      Louise April(Laloue)

    • Bonjour Mme Lortie,

      Juste un petit commentaire, à la suite de votre article sur les femmes et la politique. Je vous cite :

      « Ne devrait-il pas plutôt y avoir un déséquilibre, avec les femmes d’un côté plus en faveur de Mme Marois et les hommes de l’autre… »

      Eh bien non. C’est paradoxal, mais c’est exactement le contraire que je constate. Étant un passionné de politique, en donc en abordant souvent ce sujet avec mon entourage, je vois que ce sont les femmes qui ont le plus de difficultés à accepter une femme comme première ministre. Ainsi, je suspecte une majorité de femmes de ne faire confiance qu’à un homme, symbole du pouvoir et de la maturité, pour diriger la famille comme la nation.

      Il serait très intéressant de creuser un peu plus ce sujet d’un point de vue statistique et même psychologique, et ce bien sûr de façon non partisane. Mais je ne pense pas que La Presse va essayer de mettre en lumière les potentielles « bibittes » sociétales des Québécoises et Québécois, surtout si le résultat peut amener une prise de conscience collective, qui pourrait avantager le Parti Québécois ou n’importe quel parti souverainiste.

    • Pour bien interagir avec les gens, ils faut les observer, il faut les connaitre. Mais il y a un gros manque d’empathie chez beaucoup de personnes. Pas juste les hommes, les femmes également. Ils ont pas assez imagination pour se mettre à la place d’une autre. Ca leur cause un malaise et ils ne savent pas “dealer” avec. Ca rend certains agressifs ou ça fait faire des niaiseries à d’autres pour éliminer le problème.

      Alain Lajoie

    • Politique : là où la menterie doit régner ? Une chose, une seule importe : la « vérité » ?

      Malheur à qui ose dire la vérité en politique. Quelqu’un rappelle-t-il cette élémentaire réalité qu’une femme y trouve encore moins de monde la considérant d’emblée apte à occuper les plus hautes fonctions? On le contraint à se rétracter immédiatement. En faisant un autre faux. En sus de ces agents intimidateurs. Et le premier citoyen de renchérir: impossible qu’en notre société se trouve ne serait-ce qu’une seule personne prenant en compte le sexe d’un individu pour déterminer son vote. En quoi ce premier citoyen remontre, pour la millionième fois, son dramatique manque de jugement ou sa fourberie.

      Voilà, donc, déjà, au départ, deux (chefs de) partis disqualifiés a priori. À l’égard de la vérité, du moins. Ainsi que, partant, eu égard à la démocratie aussi. Car quid d’une prétendue démocratie où l’on n’a pas le droit de dire la vérité de l’être (ou) des choses?

      D’un autre côté, nouveau parti, nouveau chef. Celui-ci énonce-t-il que les filles seraient moins avides de hauts salaires que les gars? Scandale! Il ne fallait pas le dire. En tout cas, pas à voix haute. Par ailleurs, que penser du « docteur » qui éliminera[it] l’attente en santé, d’ici deux ans et demi? Jugement défaillant ou faux lui aussi?

      Bref, la vérité s’avère moins plate et plus nuancée que les menteries redondantes-récurrentes. Ce n’est pas la femme en la chef du PQ qui déplaît ou plaît peu. C’est sa personne même.

      Et bref, bis, tant que la politique consistera en l’art de ne pas dire les choses ou de (faire/laisser) dire le contraire du vrai, on devra renoncer à avoir un vrai PM et se contenter de MP (i.e. de Menteurs Professionnels ou des ‘Moins Pires’).
      Denis Beaulé

    • Vous dites à plusieurs reprises ” que vous avez l’impression”! Je crois que le problème se situe à ce niveau…. malheureusement vous prenez vos impressions pour des réalités!

      Et à propos des inégalités dont vous vous plaignez continuellement, je vous laisse sur cette belle parole:

      “La nature crée des différences, la société en fait des inégalités.” Ben Jelloun Tahar

      Daniel St-Laurent.

    • il y a des femmes qui sont pas mal plus compétentes que bien des hommes,et cela dans plusieurs métiers , mais ces femmes ont un trait de caractère en commun ,elles ne se laissent pas piler sur les pieds,que ce soit en politique, en éducation ou dans le milieu de la santé,,elles se distinguent des autres femmes par leur détermination,cela peut parfois hérisser certains hommes qui pensent que ces femmes vont venir voler leur job..mais pourtant les femmes ont autant le droit de faire ce qu’elles veulent dans leur vies que les hommes,,merci , marie michel..

    • Des fois je me demande si les Québécois ont assez évolué pour élire une femme. Quand on écoute, à gauche ou à droite, les commentaires des gens qui disent ne pas pouvoir sentir Mme. Marois, on se rend compte du lot de futilités qui lui sont reprochés.
      Quel premier ministre a-t-il déjà eu à essuyer des reproches sur sa garde-robe, ses rides, son statut social ou économique? À part pour sa chevelure, Jean Charest qui est le symbole même de l’arrogance, n’a jamais à subir quelque commentaire que ce soit sur sa personne.
      Quant à M. Legault, je crois qu’il a une vision très années ‘70 en ce qui concerne les femmes. Ça fait au minimum 25 ans que les filles choisissent leur carrière d’abord en fonction de leurs intérêts. La plupart ont un plan de carrière et sont conscientes de ce qu’elles devront négocier pour mener de front travail et famille. C’est fini depuis belle lurette l’époque de ce qu’on appelait le 2e salaire.
      Et juste un petit secret pour M. Legault: je serais étonnée de voir les gars embrasser la carrière d’enseignant au primaire ou au secondaire pour une question de $$$. Ce n’est pas parce qu’il y a plus de papas qui s’impliquent dans l’éducation de leurs enfants et dans les tâches domestiques et familiales qu’ils auront pour autant le goût de passer 35h/sem. avec des enfants et des ados en plus des leurs. Pour bon nombre d’entre eux, les kids demeurent un intérêt de fille.
      En tout cas, j’espère que M. Legault a prévu des critères strictes d’admission en faculté d’éducation parce que, ceux qui choisiront cette carrière uniquement pour le salaire, risquent de trouver le temps long et les enfants d’avoir à composer avec des incompétents non motivés.
      C.Tassé

    • J’ai eu les mêmes réflexions que vous Mme Lortie. On dirait que ce commentaire essayait d’attirer les votes… par culpabilité? S’il y a des gens franchement sexistes qui ne veulent pas voir de femmes à des postes de pouvoir, je ne sais pas pour qui ils votent, tous les partis ont tout plein de candidates!

      Pour ce qui est du commentaire de Legault, je crois qu’il voulait dire que les femmes attachent moins d’importance au salaire dans leur choix d’étude/de carrière. C’est clair que tout le monde veut améliorer son sort, ses finances personnelles, etc. Legault soulignait que “faire un gros salaire” est un sacrifice que les femmes sont plus souvent portées à faire que les hommes dans leurs choix de vie. Est-ce sexiste? Je ne crois pas.

      On entend souvent dire que les hommes vont vers les professions plus payantes; par exemple, parmis les avocats ils choisissent le droit industriel ou de la finance plutôt que de la famille, parmis les médecins ils choisissent des spécialités très pointues et bien payées tels que neurochirurgie, etc, tandis que les femmes optent plus pour la médecine familiale, dermatologie, pédiatrie… C’est une tendance observée.

      Laurent B. Collin

    • @litchi …”Quel premier ministre….”

      Claude Ryan ca ne vous rappelle pas quelque chose?
      P Allen

    • J’ai oulié de signer Guillaume Bérubé

    • Personnellement, cela ne me choque pas qu’on le dise. C’est vrai que certains électeurs ne sont pas prêts à voter pour une femme ou pour un homosexuel ou un noir ou un athée, etc.

      Si je trouve déplorable qu’une personne refuse de voter pour une candidate pour la seule raison que c’est une femme, je ne crois pas en revanche qu’on doive voter pour celle-ci parce que c’est une femme.

      Lorsque tout les électeurs voterons pour la personne qui leur semble la plus qualifiée pour le poste et qui représente le parti qui les rejoint le plus, sans distinction de sexe, on aura déjà fait un grand pas.

      @laloueapril

      Votre anecdote est très intéressante et montre bien le système de deux poids deux mesures ayant cours dans certains milieux de travail.

    • Stéphanie LeBlanc

    • @laloueapril
      Votre fille pêche par impatience et maladresse en revendiquant et en faisant tout pour prouver la maternité du projet. Ce faisant, elle se met à dos le directeur de secteur, le directeur de projet et son ami. Quand on passe par un moyen détourné, on joue le jeu jusqu’au bout.

      Pour finir, elle aura encore plus de mal à l’avenir à faire passer ses idées. Elle devrait en tirer une leçon et se chercher un nouvel emploi. Et cesser de jouer à la victime.

      Bonne chance à votre fille.

      J. Bouthillier

    • Bonjour,

      Comme « allonsvoyons » (14h50) a écrit, je suis aussi porté à croire que c’est une déclaration dont le but est d’aller chercher des votes en éveillant un sentiment de culpabilité chez des indécis.

      On nous a fait le même truc avec André Boisclair en prétendant que ceux qui refusaient de l’appuyer alors que le Québec était en campagne électorale étaient en réalité homophobes.

      Cette approche est très « péquiste ». Ce sont des arguments qui reposent sur les émotions plutôt que sur la raison.

      Un autre exemple : si vous êtes contre la séparation du Québec, pour les péquistes, c’est parce que vous avez peur. Et c’est pour cette raison que je me tiens loin des péquistes étant donné qu’au sein de cette formation politique, les émotions finissent toujours par prendre le dessus sur la raison.

      En ce qui me concerne au sujet de madame Marois, bof… Parce que c’est une femme, parce que je suis misogyne? Franchement!

      Sachez que mon vote lors du scrutin du 4 septembre est destiné à une femme. En plus, elle fait partie de l’équipe de Jean Charest. Malheur à moi?

      Je ne vote pas pour Charest mais bien pour Dominique Vien parce que c’est elle que je veux comme députée de mon comté.

      Daniel Verret (Nadagami)

    • …Vous vous attendez à des messages «haineux»? Mais bien sûr. Il y a eu, il y a et il y aura toujours des bipèdes portés sur la charge bovine plutôt que sur les faits et les arguments. Et croyez-moi, ceux-là ne chargent pas que sur les femmes. Les «épais» ne font pas de discrimination. On peut le déplorer et on a le droit, voire le devoir de le dénoncer. Là-dessus, je serai toujours du bord de la civilité.

      Cela dit, il ne faut pas donner aux hargneux plus de raisons qu’il n’en ont besoin pour les mettre en batterie. Par exemple, laisser entendre que toute opposition à Sarah Palin tiendrait exclusivement au fait que c’est une femme est à mon avis une erreur.

      Qu’un dangereux et grossier personnage comme Dick Cheney affirme qu’elle n’était pas prête à prendre la relève en cas de disparition du président ne change rien au fait qu’il a raison. En l’occurrence, le médium occulte peut-être le message mais il ne peut occulter les faits. Eussé-je été américain, jamais je n’aurais voté pour cette dame sur un «ticket» à la présidence.

      Serais-je américain, je voterais volontiers pour une personne comme Hillary Rodham-Clinton. J’aime bien Monique Jérôme-Forget, Line Beauchamp, Louise Beaudoin, Véronique Hivon, et nombre d’autres. Il y a plein de femmes de calibre que je connais et que je sais apprécier. J’ai travaillé sans problème sous la direction de femmes. J’en ai aussi embauché plein dans mes équipes et pas dans des fonctions subalternes. J’ai toujours dit que j’étais bien trop égoiste pour me priver de compétences en me fondant sur des préjugés. Cela valait aussi pour les candidats issus d’autre groupes ethniques.

      Bref, je n’ai jamais compris ces attitudes et je les ai toujours déplorées et combattues. Mais, et j’espère que vous me pardonnerez ma franchise, les gens qui voient partout des complots anti femmes ou anti immigrants dès que quelqu’un a une opinion défavorable sur un membre de ces groupes, cela me tombe sur les nerfs et des fois je crois déceler cette tendance dans certaines de vos interventions. Le «cas Palin» me semble en être un. Et prétendre interdire à quelqu’un d’exprimer son opinion même si on n’est d’accord ni avec les faits ni avec l’opinion me semble relever de la même tendance.Corrigez-moi si je fais erreur et si je vous interprète mal.

      J-F. Couture.

    • Une femme au pouvoir OUI
      Pauline Marois JAMAIS

      N. Parizeau

    • Aung San Suu Kyi.

      Un nom seulement parmi toutes ces femmes en politique qui changent (ou ont changé) le monde.

      Je ne vais pas les nommer toutes. Faites une petite recherche sur le net et vous verrez qu’ici, nous faisons vraiment figure de “retardés” de ce côté.

      Je suis tellement déçu de mes contemporains. C’est à dire le “Québécois moyen” dont je fais parti. Lorsque je vais voter, c’est pour des idées, un programme, un avenir…. Peu importe qui le représente.

      Le “machisme” qui surnage dans cette province me révulse.

      Nos voisins du sud ont eu plus de “couilles” que nous. Ils ont élu un “noir” comme président. Une date historique à mon sens. Une victoire sur la bêtise !

      Si les gens qui ont l’intention de voter PQ ne le font pas parce que c’est une femme qui est chef, c’est vraiment méprisable.

      J’ai voté QS aux dernières et j’ai bien l’intention de récidiver ce coup ci !
      Au moins ils ont l’esprit ouvert !

      Robert Duquette
      Vieux Baby Boomers de 56 ans
      Retraité

    • Oups!

      Ma signature: Alexandre Rowe

    • Il y a des femmes pour écrire l’histoire. Indira Ghandi, Bénézir Bhutto, Margaret Thachter, Golda Meir…….pour les plus connues.
      Est-ce que Pauline Marois est de ce calibre?
      Plus que Françoise David en tout cas.
      J.Paul

    • Je trouvais qu’Obama n’arrivait pas à la cheville de Hilary Clinton.
      Aujourd’hui, les USA ont un bon travailleur social, ou un preacher comme président. Alors, c’est la personne qui fait la différence, rien d’autre. Obama est faible, sans crédibilité. Hilary avait connu l’enfer et avait réussi à le surmonter. Quelle femme extraordinaire réléguée à une position négligeable par Obama. Aurait dû être nommé vice-présidente, au moins. Je ne l’ai pas encore digéré la crosse d’Obama envers Hilary.
      E.Ross

    • Ce n’est pas Pauline Marois qui est Le problème, mais son programme de parti et ses idéologies redondants et sans avenir.

    • Ous! Excusez, j’ai oublier de signer: Mario Dupuis, Windsor, Ontario

    • Il se trouve simplement que Marois est un mauvais politicien. Ça commence là et ça s’arrête là. Le sexe n’a rien à y voir.

      I. Caron

    • Dans vos exemple, je vous suggère d’éviter les références à Sarah Palin. Cette dernière n’est pas critiquée parce qu’elle est une femme mais parce qu’elle était inapte.

      Quant à savoir si les Québécois sont prêts à élire une femme, je ne peux répondre pour eux. Je n’aimais pas Mme Marois, car je suis en désaccord avec certaines de ses manoeuvres politiques. N’oublions pas que lorsqu’elle fut ministre des finances, elle s’est trompée de 4,37 milliards de dollars (lire le rapport Breton pour les détails) et que c’est elle qui, en prenant le relais de Jean Garon à l’éducation et les bilans des états généraux de l’éducation, a ouvert toute grande la porte aux idéologiques déjantés stationnés dans les facultés d’éducation. Ça donné la réforme.

      Son incompétence démontrée et la gang de vieux péquistes donneurs de leçons l’entourant me font hésiter à voter pour elle, même si je déteste profondément Jean Charest. J’ai toutefois eu une nausée lorsque Payette lui a inventé un «parcourt sans faute de ministre» (tu parles !) et a appelé toutes les femmes à voter pour elle parce que, et bien, c’est une femme.

      Je ne tolère pas qu’on insinue que mon hésitation à voter pour Marois est du sexisme. J’ai encore plus d’hésitations à voter pour Charest ou Khadir.

      Simon Chatrand

    • Est-ce que c’est hargneux de dire la vérité ?

      Au Québec on impose des quotas de femmes un peu partout au nom de “l”égalité”.

      Par exemple quand au parti Libéral on met le petit 20% de candidates élues dans 50% des postes de ministres disponibles pour s’attirer malhonnêtement le vote des femmes comme le fait Jean Charest, c’est une certitude mathématique qu’on nivelle par le bas puisque on vient de mettre de côté 80% des députés ministrables simplement parce qu’ils ne sont pas du “bon” sexe pour attirer le vote féminin.

      Et ça serait pareil si inversement ‘il y avait seulement un petit 20% de candidats masculins.
      Ce qui n’est pas le cas en politique Québécoise et dans bien d’autre métiers.

      Les femmes préfèrent généralement faire autre chose que de la politique, du travail dans les mines, dans les chantiers de construction ou devenir entrepreneur et posséder leur propre compagnie malgré toute l’aide gouvernementale qui leur est offerte spécifiquement en fonction de leur sexe.

      Qu’est-ce que vous voulez qu’on y fasse de plus ?

      Et en caser 50% dans des ministères pour des raisons idéologiques féministes qui méprisent la démocratie est une erreur.

      Peu importe le parti, quand on est un électeur ou une électrice au Québec et qu’on vote pour un candidat ou une candidate, on veut que notre choix démocratique soit respecté et que ce candidat ou cette candidate ait toutes les chances de devenir ministre éventuellement.

      Pas qu’il se fasse tasser malgré ses conpétences parce que ça prend un quota de 50% de femme ministres pour faire belle figure, pour ne pas froisser les féministes et pour s’attirer malhonnêtement le vote des femmes.

      Prenez un bureau d’avocates avec un C.A à 80% féminin et allez leur dire que ça leur prend un quota de 50% d’hommes dans leur C.A. pour des raisons idéologiques vous allez voir ce qu’elles vont vous répondre.

      1 – Il y a présentement deux femmes pour un homme dans la fonction publique, des emplois stables, syndiqués, avec toutes sortes d’avantages sociaux et des retraites garanties pour toujours par le gouvernement aux frais du contribuable même si la caisse de retraite est en déficit comme c’est si souvent le cas.

      2 – Il y a une immense quantité de services sociaux qui ne s’adressent qu’aux femmes uniquement même si ces services sociaux sont financés par les taxes et les impôts des deux sexes (je peux en citer plus d’une centaine).

      3 – Il y a une immense majorité de garçons qui décrochent de l’école, d’hommes sans-abris et d’hommes qui se suicident et pour lesquels on a pratiquement rien fait en termes de services sociaux depuis 40 ans au Québec.

      Pourquoi on ne fait rien pour contrer ces inégalités-là au lieu de mettre le focus sur le fait qu’une majorité d’électeurs ne veulent pas de Mme Marois.

      Les électeurs, hommes et femmes, ne veulent pas de Mme Marois comme l’indiquent les sondages.
      C’est pas pas en tant que femme qu’ils ne veulent pas d’elle, c’est en tant que représentante d’un parti usé et lui aussi corrompu comme ce fut dénoncé par l’émission “Enquête”.
      Un parti qui a fait perdre un temps fou aux Québécois en débats stériles sur la souveraineté alors que les questions sociales et économiques étaient mises au second rang.

      Ceux qui veulent imposer des quotas féminins n’ont qu’à voter Libéral au mépris des scandales de corruption.

      C’est un fait maintes fois démontré que l’idéologie féministe qui imbibe nos médias ne permet pas de constater qu’il y a des différences entre les choix de carriéres que font les hommes et ceux que font les femmes.

      Est-ce que c’est hargneux de dire la vérité ?

      Jean-Charles Tremblay.

    • @bloganon,16h22, J. Bouthillier bon matin:

      Ma fille n’a pas joué à la victime au contraire,elle a même risqué son emploi.

      Justement ayant joué le jeu jusqu’au bout.
      Précisément parce qu’elle a prouvé son pont avec son ami.
      (Ami qui en passant était et est toujours son ami) les choses
      ont changé depuis 2007.

      1° Le directeur de secteur a pris sa retraite, meilleure chose à faire
      pour lui et les autres, tant les gars que les filles.
      2° Son assistant(un suceur incompétent) a été muté avec rétrogradation.
      3° Un nouveau directeur est arrivé et tout fût mis en place pour un meilleur
      climat de travail. Ma fille est devenue compétente au-delà de son sexe.

      Et comme le mentionne si bien @Stéphanie 2009 16.05….
      Oui, même en 2012, il y a toujours deux poids deux mesures.

      De gros progrès ont été faits, mais le tout est fragile, TRÈS fragile.
      Juste un exemple, malgré la loi encore aujourd’hui des femmes sont
      pénalisées par la grossesse.
      Avoir un enfant dans certains milieux est risqué.
      Est-ce normal?

      Enfin, par chance il y a des femmes qui se tiennent debout,
      pas contre les hommes, mais pour les femmes.
      Louise April(Laloue)

    • C’est ÉPOUVENTABLE !!!! Coup sur coup, François Legault qui écrit sur le réseau Twitter que «Les filles attachent moins d’importance au salaire que les garçons», puis, Serge Cardin qui affirme que les Québécois ne sont pas prêts à élire une femme comme Premier Ministre…
      Un peu plus et ils disaient que les femmes de carrière, les femmes de tête, les cheffes d’entreprises… ne s’intéressent pas à la politique québécoise autant que les hommes et qu’elles boudent la carrière politique et l’Assemblée Nationale. Auraient-ils oublié toutes ces CANDIDATURES DE PRESTIGE récemment annoncées par les chefs de partis.
      Pour n’en nommer que quelques-unes, il y a… Euh ! Il y a … Euh ! Voyons donc !?! Leurs noms m’échappent… Euh ! C’est quoi leurs noms déjà? Au nombre impressionnant qu’elles sont… avec toutes ces nouvelles candidatures si impressionnantes de femmes connues… comment puis-je avoir oublié leurs noms ?

      Euh ! Un petit instant ! Je retourne voir la liste des candidatures électorales … puis je vous reviens avec leurs noms…

      André Félix Delisle

    • Il était une fois un gars. Qui espérait pouvoir améliorer l’équité salariale. Revenu ‘par-chez-eux’ – (et ça c’est en la ville du premier ministre) -, il devint président de syndicat. Là, enfin, se dit-il, je vais pouvoir promouvoir cette idée que les gens de notre unité d’accréditation méritent mieux. Tant en conditions de travail en général qu’au chapitre de la rémunération en particulier. Car lui considérait ce milieu de travail assimilable à celui d’éducateurs en bonne et due forme. ‘Valeureux’, donc.

      Or…

      Devinez ce qui est advenu. L’employeur se mit à embaucher prestement des femmes ‘à la tonne’. Se disant qu’ELLES, se contentant de moins, se contenteraient de moins. Et qu’ainsi, il n’aurait pas à bonifier les conditions de travail, notamment celles salariales. Et c’est exactement ce qui s’est produit. Lorsqu’arriva la négociation de la convention collective subséquente. La vaste de majorité de ces femmes estimant, comme l’employeur, que leur salaire en était un «deuxième», complémentaire. Et qu’en conséquence, il leur convenait.

      Alors, le ‘gars’ s’est en revenu à Montréal compléter de longues études en sciences humaines et sociales à l’UQàM. Et lorsqu’il entendit un François Legault ’suggérer’ que les femmes ambitionnent de moins hauts salaires, il ne tomba pas des nues ou en bas de sa chaise ni ne renversa son café.

      Bien sûr, les femmes sont de plus en plus instruites, éduquées. Plus que les hommes même. Bien sûr, maintes gagnent éminemment plus qu’une majorité d’hommes. Et plusieurs aussi ont davantage d’ambition que ceux-ci à maints égards, quand ce n’est pas à tous égards, y compris côté revenu$. Mais…

      Cela ne change rien à la différence sexuelle. Laquelle se manifeste ailleurs. Autrement ou semblablement.

      Voyez, par exemple, par rapport au domaine le plus chaud actuellement, et dont doc thaumaturge Barrette va faire un paradis terrestre, avec un médecin de famille garanti pour tout le monde en moins d’un an, et ‘pus’ d’attente pantoute nulle part pour être soigné, en moins de trois ans – la Santé. Eh bien, on pouvait lire dans Le Soleil, il y quatre ans (6 décembre 2008), qu’une certaine Dre Boivin considère sa profession altérée, en raison d’une (trop grande) féminisation de celle-ci. Elle plaide pour un ‘retour’. Plus précisément pour une « parité des sexes en faculté de médecine ». Cela du fait que, et c’est bien connu, les femmes médecins travaillent moins. ”Mieux” peut-être, mais moins, ça, assurément. Elles rentrent, plus volontiers, plus tôt à la maison, etc. Pourquoi? Pour les raisons que l’on sait. Mais aussi parce que, comme l’allègue Legault, l’pognon importe moins pour elles (en moyenne toujours).

      Les filles, il semble, plus que les gars en tout cas, auraient d’autres finalités dans la vie que juste travailler, travailler, travailler, faire ‘full ca$h’ ou avoir du pouvoir ici et là. Ç’a commencé avec Ève (’haya’ signifiant la Vivante, aimant la vie donc), et ce semble avoir cours encore aujourd’hui, si l’on en croit la ou les chansons : “Girls just want to have fun” ; “The best thing about being a woman is the prerogative to have a little fun”. Quel «mal» à aimer l’agréable, à préférer la jouissance au ‘labeur’ ?

      Bref, si vous cherchez un lieu où la femme reste discriminée, et pas à peu près, où la chose croît même, c’est en celui ‘directement’ sexuel (e.g. harcèlement [voir ce qui se passe en Belgique à cet égard en ce moment], et surtout la porno : il n’est aucune autre aire où il y ait tant d’insidieuse ou manifeste asymétrie, i.e. où la femme soit à tel point ‘dévalorisée’, pour employer un euphémisme).
      Denis Beaulé

    • @laloueapril
      Tant mieux pour votre fille si les choses se sont arrangées. D’après vos propos, elle travaille probablement dans la fonction publique, qui a des règles particulières et où durer compte avant tout.

      Bien d’accord, les femmes se doivent d’être féministes. À mon avis, celles qui ne le sont pas sont ignorantes ou idiotes. Qui voudrait aujourd’hui qu’une femme ne soit pas autorisée à ouvrir un compte de banque? On oublie trop facilement à quel point les femmes ont été à la merci de leur père, frère ou mari et le sont encore aujourd’hui dans trop de cultures et de milieux.

      Quant au facteur de la grossesse, c’est une grosse question. Le pouvoir des femmes à donner la vie et à être en première ligne dans l’éducation des enfants est probablement le principal motif de l’effort des hommes pour soumettre les femmes à leur dominance. Un désavantage dans la carrière? Temporairement, bien sûr, mais si les femmes avaient des enfants plus jeunes, il risquerait d’être moins important. J’ai connu des femmes qui avaient procréé durant leurs études et se trouvaient libres de faire avancer leur carrière bien avant le début de la trentaine…

      J. Bouthillier

    • @bernem
      « Quelle femme extraordinaire réléguée à une position négligeable par Obama. Aurait dû être nommé vice-présidente, au moins. »

      Le poste de secrétaire d’état est beaucoup plus important que celui de vice-présidente, en particulier quand le président est jeune.

      J. Bouthillier

    • @hermy
      Vous ne perdez rien pour attendre.

      J. Bouthillier

    • R.I.P.

      CI-GÎT
      LE Q-SOLIDAIRE
      ET SES MANIÈRES.
      ON N’EN SUT QUE FAIRE
      ET LE MIT EN BIÈRE
      SANS TROP Y BRAIRE.

      GILLES XXX / Y. ROY, MTL

    • Comme femme, j’ai un préjugé favorable pour les femmes en poliique. Par exemple, la plupart des femmes ministres du gouvernement Charest m’apparaissaient compétentes, et j’aurais voulu pour certaines d’entre elles plus d’ambition (chef de parti). Cependant, pour Madame Marois, c’est non. Comme ministre, elle a fait montre de compétence, mais comme chef de parti, elle est très décevante. Je ne voterai pas pour son parti, c’est clair. Je trouverais désastreux d’élire une femme première ministre juste parce que c’est le temps : il faut que ce soit la bonne candidate, et Madame Marois n’y est pas du tout. J’attends.
      L. Niquet

    • Article quetaine de la part d’une quetaine.

      Guy St-Louis

    • Vous ne pouvez pas parler de sexisme dans une chronique et planter dans la suivante un homme qui répète ce que vous venez de dire. J’ai la malheureuse impression que vous réagissez mal à cette remarque pourtant vrai, alors que vous devriez être heureuse que des hommes soient prêts à aller au front pour les femmes.
      Quel est la proportion de la population qui n’est pas prête à élire une femme première ministre? 5%, 10% ou plus? Je ne sais vraiment pas, mais je peux confirmer qu’il y en a car j’entends ça régulièrement. Les remarques déplacées que vous recevez en sont une preuve et c’est eux qui étaient visés par le commentaire du candidat. Ces gens seraient les premiers à traiter d’exaltées toute femme qui aujourd’hui affirmerait ce qu’il a dit à leur place.

      R. Marinier

    • @ Jean-Charles Tremblay,

      J’ai bien apprécié votre texte qui résume assez bien la réalité au Québec. Je ne suis pas sexiste moi non plus, mais ce n’est pas pour cette raison que je me dois de voter pour Mme.Marois et l’idéologie du PQ qui ne correspond pas à mes idées.
      Suis-je sexiste parce que je ne veux pas Mme. Marois comme PM? Bien sûr que NON, c’est une question idéologique non sexiste.

      Claude Poirier
      Quebec

    • J’avais oublié de signer!

      L. Lemay

    • Dans le cas de Legault, il y a beaucoup de mauvais fois dans l’interprétation que vous faites de ses propos. Évidemment que toutes les femmes voudraient un salaire un plus élevé. Les hommes aussi! Tous les autres critères étant égaux, cela tombe sous le sens que plus d’argent est préférable. Mais quand on choisi un emploi, il y a d’autres facteurs; Horaire, condition de travail, location, pression, sécurité d’emploi etc. Tout ces facteurs n’ont pas la même importance relative pour tous les travailleurs. Un tel va préféré gagné 2$ de moins de l’heure mais avoir un horaire fixe par exemple.

      Tout ce que Legault a dis, étude à l’appui, c’est que lorsque la femme moyenne choisi un emploi, le salaire est un critère qui a une importance relative moins élevé parmis tous les autres critères que ce n’est le cas pour un homme. De cet observation, il a suggéré que l’une des façon d’augmenter le nombre d’homme dans le corp enseignant, c’est d’augmenter le salaire. Pour tous, en passant, pas juste pour les hommes!

      Les procès d’intention qu’on a fait à cette innocente déclaration sont délirant.

      Et quand Cheney dit de ne pas refaire l’erreur Palin, il dit simplement de ne pas choisir à nouveau une colistière qui se ferait éliminer à la première question de ‘Are you smarter than a 5th grader?’ Son critère pour un VP est quelqu’un qui serait capable d’exercer les fonctions de Président si le pire devait arriver et il remarquait avec justesse que Palin ne passait pas ce critère.

      Pour le reste, vous êtes responsable de vos propres impressions. Il y a des gens qui regardent les Pyramides et ont l’impression que des extra terrestre les ont bâti. On ne peut rien contre ça!

      Oh, et Serge Cardin? Honnêtement, je n’ai aucune idée où il voulait en venir avec sa remarque! Il exposait inconsciemment ses propres doutes? Il croit que ce genre de commentaire passif-agressif va humilier des mysogyne latent qui ne veulent pas voter Pauline à changer leur fusil d’épaule pour prouver qu’il à tort? Qui sais.

      Vincent Lemire

    • Je vais écrire ici un anecdote qui situe bien la réalité très contradictoire et contrastée dans laquelle on vit ici au Québec. Je risque la censure, mais j’assume entièrement mes propos.

      Il y a quelques années, le Doc Mailloux a fait un grand scandale en osant énoncer à haute voix ce que des tas d’article scientifiques avaient déjà énoncés avant lui, c’est à dire que les noirs obtiennent des résultats inférieurs aux blancs dans les tests de quotient intellectuel. Cette vérité choquante transportée par un porte-parole maladroit a fait la manchette partout. Mailloux a été porté à l’échafaud sans que jamais personne ne lui vienne en aide. Bon, je n’ai pas tellement de peine pour lui, en ce sens que s’il avait voulu éviter de jeter de l’huile sur le feu, il aurait eu l’intelligence de remettre ses données en perspective, en questionnant la pertinence des tests de QI et ce que ceux-ci viennent bien mesurer… Il aurait pu parler des biais culturels, etc. En bref, la diplomatie et le bon sens aurait pu permettre de présenter ce sujet de façon plus sensible.

      Voilà où cette histoire devient très amusante. Quelques semaines avant cette aventure, La Presse avait publié une nouvelle dans laquelle elle disait que des études montraient que les femmes avaient un quotient intellectuel moins élevé que les hommes dans les tests. Étrange, mais personne n’a rué dans les brancards. J’ai même écrit à l’époque à Tout le monde en parle pour mentionner cette incohérence devant la colère collective contre le fait de diminuer les “noirs”, mais cette apparente tolérance à faire la même chose devant la gente féminine… Ma réplique n’a soulevé aucune vague, si ce n’est que l’article est disparu dans les semaines qui ont suivi du portail de La Presse (peut-être sans lien direct, La Presse a peut-être jugé elle-même à l’époque que c’était pas une bonne idée de garder ça dans leurs archives dans le contexte).

      Ma conclusion c’est que malgré tous les avancements de notre société en ce qui concerne les femmes, il subsiste encore un sexisme pernicieux. Pernicieux parce que la société dans laquelle on gravite se croit bel et bien guéri de cette tare alors qu’elle ne l’est pas. Pernicieux parce que le sexisme est dans ses mécanismes de société, dans sa culture, dans ce qu’elle considère comme étant des faits reconnus… Pire: les femmes elle-même participe au maintien du sexisme ambiant.

      Bref, la route vers l’égalité est longue. Une partie du chemin a été parcourue, mais de croire que le chemin est complété est de l’aveuglement.

      Geneviève Leduc-Poirier

    • Je ne vois pas le probleme avec la declaration de M.Cardin.Vous etes alle chercher tres loin votre scandae Mme Lortie.
      En ce qui concerne les inequites hommes-femmes,faudrais peut-etre regarder du cote des femmes elles-memes mais peut-etre que les Quebecoises ne sont pas adeptes de cette idee feministe comme quoi les femmes doivent etre presente a part egal dans absolument tout les domaines.

      Eric Fournier

    • Pauline Marois est la personne la plus qualifiée de l’Histoire du Québec, point à la ligne.

      Il se trouve qu’elle est effectivement nulle en électoralisme, mais c’est un défaut qui se prend bien. Elle a le coeur à gauche, mais la tête plus au centre. Elle ne fait pas dans l’impossible et l’irresponsable.

      Moi aussi, je reste convaincu que les É-U ont payé cher la défaite d’Hillary Clinton, elle était vraiment plus qualifiée que Barack Obama.

      Quant à Sarah Palin, vous faites complètement fausse piste sur la déclaration de Cheney. L’erreur de McCain, selon Cheney, est d’avoir choisi une personne avec très peu de qualifications, pas d’avoir choisi une femme. C’est très clair dans ses propos… et vrai : Palin avait deux ans d’expérience comme gouverneure d’un État peu populeux. Elle ne semblait pas lire les journaux et était de toute évidence très mal informée en politique internationale.

      Il serait d’ailleurs un grand fan d’une candidature possible de Condie Rice, si j’ai bien compris.

      M. P.A. Paquin

    • Et tous ces péquistes qui complotaient contre leur cheffe il y a à peine un an, étaient-ils tous sexistes? Regarde dont dans ta propre cour, Cardin…

      Serge Bélanger

    • Comme « allonsvoyons » (14h50) et plusieurs autre, je crois qu’il s’agit plutôt d’une stratégie pour “déniaiser” une certaine tranche de la population; je ne crois pas qu’il s’agit d’une gaffe.

      Ce qui me désole par contre, c’est qu’environ 25% des participants sur ce blogue déclarent qu’ils vont voter pour le partir le plus corrompu de l’Histoire du Québec, les Libéraux de Jean Charest. Ça ça me désole…

      Vous voulez de la nouveauté : votez QS ou Option nationale ou la CAQ ou le Parti Vert.

      Vous voulez la souveraineté et une bonne gestion? Votez PQ

      Vous avouez être plus à droite et êtes contre la corruption : votez pour la CAQ!

      Vous voulez la gratuité scolaire et un parti qui croit en ses convictions? Votez QS.

      Mais par pitié, ne votez pas pour les Libéraux de Charest… le Québec vaut mieux que ça!

      Mathieu Savoie – Montréal, QC – www.procosom.com

    • @exilium,4 août 2012,16h18

      Mme Geneviève Leduc-Poirier, bon matin:-)

      Vous lire est un plaisir, merci de l’avoir écrit.
      Espérons que plusieurs jeunes femmes comprendront la nécessité
      de garder l’oeil bien ouvert.

      Merci encore.
      Louise April(Laloue)

    • UNE IDÉE TOUTE NUE

      ” Chacun admet volontiers que l’esprit possède aussi , parmi d’autres qualités, la Liberté; mais la philosphie nous enseigne que toutes les qualités de l’esprit ne subsistent que grâce à la Liberté, que toutes cherhent et produisent celle-ci; c’est une connaissance spéculative de la philosophie que la liberté est uniquement ce qu’il y a de vrai dans l’Esprit.

      Il faut dans la conscience distinguer deux choses; d’abord le fait que je suis, et ensuite que je suis moi-même, car l’esprit se sait lui-même; il est le jugement de sa propre nature; il est aussi l’activité par laquelle il revient à soi, se produit ainsi, se fait ce qu’il est en soi par un tout petit gazouillis mis à nu qui le ramène à sa propre individualité.

      L’Intellect pur et le Moi profond étant eux aussi Tout-Un selon Husserl et quelques autres phénoménologistes de la Pensée tels que Hegel, il demeure donc comme le seuel et uni

    • oupsss

      Il demeure donc comme le seul et uni

    • reoupss

      Il demeure donc comme le seul et unique capitaine en son navire, selon le bon mot d’Aristote, et sans lequel il ne serait point de Liberté possible du tout entre les deux oreilles des Sapiens, à la différence des bonobos, un peu plus communautaristes dans leur mentalité. Alors que faire?

      Voir La Phénoménologie de l’Esprit selon Hegel pour un peu plus de détails en la matière s.v.p…

      Y. ROY, Mtl

    • Seigneur, le conseil de Cheney de ne pas prendre Palin n’est pas une flèche à l’endroit des femmes, c’était simplement une personne arrièrée, complètement dépassée et le reste de la campagne après sa nomination comme colistière n’a été qu’un derby de démolition d’une personne complètement ignare.

      J’ai plusieurs amis républicains qui ont votés en secret pour les démocrates (et qui ont hâte de voter contre Obama lors des prochaines élections) seulement parce que cette décision partisane et irréfléchie de choisir la mairesse de Wassilia a jeté un doute dans leur esprit sur l’esprit critique et le jugement de McCain. Quand le futur vice-président croit que l’Afrique est un pays, c’est une mauvaise décision, et le fait que ce soit un homme ou une femme n’a rien à y voir.

    • oups, oublié de signer
      Danny Houle

    • @procosom.com
      Positionnement intéressant des divers partis.

      J. Bouthillier

    • @exilium
      Merci madame, je pense comme vous, nous avons encore un bout de chemin à faire, d’autant plus que la plupart des jeunes femmes pensent que le “problème” est réglé…Basta, on passe à autre choses les ma tantes! Pourtant, quand je les regarde aller, j’ai souvent l’impression d’un recul plutôt qu’un avancement.

      Ceci étant dit, même si je suis foncièrement féministe, je ne vois pas pourquoi on favoriserait une femme sur le seul argument qu’elle est une femme. C’est valable en politique, mais aussi dans toutes les autres sphères de la vie professionnelle, la discrimination dite “positive”, pas capable!

      Pauline Marois et une mauvais politicienne à mon avis, ça s’arrête là, rien à voir avec son sexe.

      D. Bélanger

    • Pour le PQ, c’est simple: ils ne peuvent pas dire la verite qui est que de nombreux Quebecois se souviennent qu’elle a ete a TOUS les ministere critique et que pourtant, elle n’a pas changer les choses plus qu’il faut. Alors comment la croire lorsqu’elle nous dit qu’elle peut ameliorer le Quebec alors qu’elle a deja echoue a ses 3 derniere tentatives? Mais puisqu’ils ne peuvent pas le dire, ils utilisent le fait que c’est une femme pour se cacher la tete dans le sable, tout comme Parizeau avait blamer l’argent et les votes ethnique pour justifier sa defaite.

      Pour ce qui est de Legault, il faudrait reellement arreter de bruler des soutien-gorges des qu’une etude enonce une difference entre les hommes et les femmes. Il existe quelque chose appeler la science qui n’en a rien a cirer des notions humaines de bien et de mal. Il s’agit plutot d’une belle montee en epingle de la part des journalistes, surtout que Mr Legault parlait des hommes et il fallait ABSOLUMENT qu’on en deduise que c’etait negatif envers les femmes. Le fait est: les hommes et les femmes ne recherchent pas la meme chose chez un employeur, point a la ligne. http://www.newswire.ca/en/story/995479/que-recherchent-les-hommes-et-les-femmes-au-quebec-chez-un-employeur Alors SVP, on arrete de s’enfler la tete et on accepte que nous SOMMES differents et que ces differences vont creer des inegalites a certaines occasions. Surtout que si vous regardez le sondage plus haut, vous verrez qu’il enonce que ce serait l’inverse: les femmes veulent de meilleurs conditions alors que les hommes voudraient avoir une opportunite a l’etranger.

      Pour ce qui est de Palin, c’est quoi le rapport? Avez-vous au moins suivi les dernieres elections americaines? Ce n’est pas parce que c’est une femme que Cheney a dit que c’etait un mauvais choix, mais parce qu’elle etait aussi intelligente en politique qu’un humain lobotomise. Et on en parle pas ici d’un candidat poteau, mais bien de la colister pour la presidence. Alors OUI, c’etait une erreure, mais non pas parce que c’etait une femme, mais parce que c’etait une personne particulierement stupide. Et elle n’a pas ete choisie parce que c’etait une femme, mais parce que c’etait une ultra conservatrice qui permettait a McCain d’aller s’assurer du vote de sa base republicaine: http://www.politico.com/news/stories/0808/13016.html

      Les feministes modernes sont rendu aussi debiles que les groupes de pression juifs: des qu’on parle de pres ou de loin d’eux, on se fait traiter de macho/antisemite. Des qu’on enonce un fait prouver scientifiquement, on a l’impression de faire affaire a des creationistes. C’est pratiquement a se demander a quand les policiers vont commencer a permettre aux femmes de se stationner n’importe ou comme ca s’est produit a Outremont avec les juifs hassidique pour motif d’accomodement raisonnable: http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/regional/montreal/archives/2012/03/20120313-132550.html

      M. Brassard

    • Bonjour Mme Lortie,

      Si je suis d’accord avec vous à propos du candidat péquiste qui a raté une excellente occasion de se taire, par contre, l’incompétence et l’inculture de Mme Palin n’avait strictement rien à voir avec son genre. D’autant plus que le candidat républicain McCain était un homme plutôt âgé et qui a eu des problèmes de santé assez graves…

      J’habite Gouin, et je voterai Françoise David.

      (matante au carré rouge) Maria Soriano

    • celles qui arrivent a un niveau suffisant pour qu’on en parle ici sont aussi carriériste arrivistes requin que leurs homologues masculins , d’ailleurs je pensais qu’on devais plus faire de distinction basé sur entre autre le sexe et qu’on étais tous des “personnes” maintenant en occident et surtout au Qc ? le feminisme puritain americain …… pas mieux que les supremaciste machiste.

      tom bombal mtl

    • On aura fait le bout de chemin qui manque lorsqu’ un gars honnête et absolument sans méchanceté aura le droit de dire ce qu’il pense (qu’une partie du Qc n’est peut-être pas prèt pour une femme PM) (affirmation par ailleurs vérédique) sans se faire ramasser par des femmes outrées.

      Y’en a jamais eu, joualvert, de femme Première Ministre au Québec !!!

      C’est sûr que ça va faire un choc !!! (Mais petit, et les récalcitrants vont se dire “bof, c’est tout ?” finalement)

      Pourquoi personne en Angleterre ne dirait qu’une partie de l’électorat n’est pas prêt pour une femme Première Ministre ? Pourquoi personne en Allemagne ? Parcequ’ils en ont eu des femmes dirigeantes !!! Qu’ils l’ont passé, leur petit choc !!! Ne doutez pas qu’il y avait des hommes en Allemagne pour voter contre Merkell par pur sexisme. C’est évident. Mais elle a brisé la glace.

      Laissez le Québec avoir son choc car ça va en être un. Comme tout les pays qui sont passés et qui passeront par là dans le futur.

      Imaginez le Japon ? (!!!)

      Ou rappellez-vous des manchettes aux Etats-Unis à l’époque où H. Clinton était sans compétition : “Are US voters ready to elect a woman president ?” ?

      Laissez le peuple québécois vivre son petit choc. C’est quoi cette tête dans le sable volontaire que vous proposez ?

      A. Dourbel

    • Qu’il reste encore du monde évaluant la pertinence ou les capacités de qqn à occuper telle ou telle fonction en… fonction de son sexe, c’est l’évidence même.

      Par ailleurs, comme maints et maintes le (re)disent, en ce cas-ci, le «problème avec» Mme Marois n’est pas qu’elle soit une femme, mais bien qu’elle soit Pauline Marois.

      Une Jérôme-Forget ne se verrait pas confrontée à semblable ‘résistance’. Comme la mairesse Boucher n’en écopait point non plus de cette nature. Quoiqu’indépendamment de leur personnalité, oui, il faut le redire, s’en trouvera toujours, pour encore des siècles à venir…, jaugeant les gens d’abord ou surtout en fonction de leur sexe.

      Le biscornu en ce qui vient d’arriver, c’est là D’OÙ c’est venu : d’un candidat de ‘Pauline’, i.e. du PQ même. Il eût pu ‘laisser faire’ (ou ‘attendre’ au moins), hein… ?

      Enfin, l’intégrale (parfaite) égalité sexuelle ne signifie pas que les deux sexes doivent faire identiquement toutes les mêmes choses (et) au même degré. Sans quoi, les hommes devraient enfanter. L’égalité consiste en ce que ça «balance» à la fin, “all in all”, dans l’ensemble, ‘au total’. Ainsi, une étude très sérieuse faite auprès de Canadiens avait permis d’illustrer que, pour une vaste majorité de ceux-ci, le fait que les femmes n’occupent pas les plus hautes fonctions n’impliquerait aucunement quelque inégalité sexuelle que ce soit.
      Denis Beaulé

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

    publicité

  • TWITTER

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mars 2011
    L Ma Me J V S D
    « fév   avr »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives

  • publicité