Marie-Claude Lortie

Archive, août 2012

Vendredi 31 août 2012 | Mise en ligne à 9h19 | Commenter Commentaires (5)

Le banquet polonais

Pour assurer un repas respectueux, seuls les commentaires signés sont publiés. Merci.

VARSOVIE — Comme je l’expliquais dans l’entrée précédente, je viens de passer quelques jours avec un groupe de chefs, dans le cadre de Cook it Raw, dans une région éloignée de Pologne, près de la Lithuanie. Plongés dans un environnement totalement inconnu, les chefs devaient préparer un banquet en s’inspirant de la culture, des techniques et des ingrédients régionaux.

Voici ce que le tout a donné…

menu blanchi

Voici le menu. Si vous vous demandez ce qui se passe avec le dessert de Magnus Nilsson, c’est en fait une blague. Le plat — un jaune d’oeuf poché dans le sucre et de la glace à la reine des prés — a été préparé avec des produits laitiers trouvés dans une ferme dans un village dont le nom, prononcé en polonais, Wizajny, sonnait drôlement comme “vagina”. Inutile de préciser que les chefs se sont beaucoup amusés avec ça.

entrée Patterson

L’entrée signée par le chef américain Daniel Patterson, avec oeufs de poisson, capucines, gelée de poisson carbonisé, seigle. Oh, et aussi de la pâte de fourmis fermentée, apportée par Redzepi.

rene au gril

Le chef danois Rene Redzepi fait griller des concombres pour son plat.

concombres grillés

Les concombres rôtis

magnus

Le chef suédois Magnus Nilsson aide au dressage du plat de Redzepi

soupe de Rene

Soupe aux baies et aux concombres grillés, sur consommé de champignons fermentés.

tartare de mauro

Le tartare de daim de Mauro Calogreco, du Mirazur à Menton.

gaspacho d'Albert

Le gaspacho polonais d’Albert Adrià, avec concombre et vodka à la tomate et au basilic.

plat de Ana

Composition au raifort et à la betterave de la chef slovène Ana Ros.

soupe de Bosi

Consommé de pommes fumées avec pierogi au fromage de Claude Bosi, du Hibiscus à Londres.

plat de Kobe

Racines de persil façon Kobe Desramaults, chef flamand. Les herbes, c’est lui qui les a cueillies, je l’ai croisé sur une route de campagne un matin, en faisant mon jogging….

plat de Amaro

Les poireaux en paille cachent un sekacz — gâteau traditionnel — aux champignons. Plat du chef polonais Modest Amaro.

céleris d'Alexandre

Les céleris qui partent griller, pour le plat du chef français Alexandre Gauthier de la Grenouillère.

inaki et ben

Le chef français Inaki Aizpitarte et le néo-zélandais installé à Melbourne Ben Shewry.

canard par Aizpitarte

Le canard à la ficelle d’Inaki Aizpitarte

dessert de Magnus

L’oeuf poché dans le sucre avec glace à la reine des prés du suédois Magnus Nilsson

Malheureusement, il me manque une photo du plat de Ben Shewry, un chef de Melbourne qui a préparé un hangi néo-zélandais. Il a fait cuire deux petits cochons et des légumes dans la terre. D’abord il a creusé un immense trou dans lequel il a fait un très gros feu avant de couvrir les braises de serviettes mouillées, puis il y a déposé la viande et les légumes, protégé le tout avec d’autres serviettes et de la paille et il a finalement remis la terre par dessus. Puis, il a laissé le tout cuire pendant sept heures. Un repas d’enfer où on était accueilli par des feux et des têtes de cochons sur des piquets. Spectaculaire !

AJOUT: Pour ceux qui lisent l’italien — ou pas — lien ici sur la Gazzetta Gastronomica, webzine de Stefano Bonilli le fondateur et ancien directeur de Gambero Rosso, important critique et auteur sur la gastronomie et le vin en Italie. Beaucoup de magnifiques photos.

bonilli

M. Bonilli

Photos Marie-Claude Lortie. La Presse.

Lire les commentaires (5)  |  Commenter cet article






Jeudi 30 août 2012 | Mise en ligne à 12h57 | Commenter Commentaires (3)

Voyage cru

Pour assurer un débat respectueux, seuls les commentaires signés sont publiés. Merci.

canards droits

Les canards à la ficelle d’Inaki Aizpitarte. Photo Marie-Claude Lortie, La Presse.

VARSOVIE — La réponse à la question, la voici: je suis en Pologne. De retour à Varsovie après cinq jours dans une zone éloignée, au nord-est du pays, aux confins de la Lithuanie, la région de Suwalszczyzna.

J’y étais dans le cadre d’un événement qui s’appelle Cook it Raw, qui a lieu à peu près tous les ans depuis la conférence sur l’environnement de Copenhague de 2009. Le but de l’opération: réunir dans un contexte complètement inédit et improbable de jeunes chefs créatifs de partout au monde, afin de créer une expérience qui relève autant de la gastronomie que du choc des cultures ou d’une réflexion sur l’avenir de l’alimentation sur la planète. Au menu: plantes sauvages, produits régionaux, complicités internationales, pensées sur le rôle du chef et de l’alimentation dans divers environnements, cultures, moments historiques….

Pourquoi Cook it Raw, comme dans cuisiner à cru ? Parce que le premier événement a eu lieu pour forcer des chefs à réfléchir sur leur dépense d’énergie et leurs préoccupations environnementales. Puis se sont ajoutées des interrogations plus culturelles et plus  philosophiques qui ont étendu le sens du mot à non plus seulement “cru” mais aussi “sauvage”, “nature”, “sans transformation”. D’ailleurs, cette année, le penseur scientifiques danois Tør Nørretranders était du groupe pour animer des discussions.

Un reportage s’en vient sous peu. En attendant, quelques photos…

soupe cantine militaire

C’est dans cette ancienne cantine militaire qu’on a servi la soupe au chou traditionnelle, le second soir.

poissons fumés

Du poisson fumé

lard

Du lard en tranches

camion polonais

Un camion plutôt vintage

ana ros

Soirée au coin du feu. À l’avant-plan, la chef slovène Ana Ros, première femme à faire partie du groupe.

chefs planning

Les chefs et un assistant se réunissent pour planifier le banquet final. De g. à droite: le Français Inaki Aizpitarte du Châteaubriand à Paris, le Français Claude Bosi d’Hibiscus à Londres, le Flamand Kobe Desramault de In de Wulf, l’Argentin Mauro Colagreco de Mirazur à Menton en France, Rene Redzepi de Noma à Copenhague, Ali Kurshat Altinsoy, assistant à Noma et Modest Amaro de Atelier Amaro à Varsovie.

tasses

Les tasses où sera servi un des plats du repas.

chou et potiron

Les légumes qui iront dans un des plats du banquet final.

rene et albert

Les chefs Rene Redzepi et Albert Adrià.

Photos Marie-Claude Lortie, La Presse.

Lire les commentaires (3)  |  Commenter cet article






Mardi 28 août 2012 | Mise en ligne à 9h57 | Commenter Commentaires (22)

Et alors ?

Quelques uns d’entre vous avez trouvé où je suis rendue mais je ne dis pas lesquels.

Voici plus d’images….

Et alors ? Vous devinez ?

Vous n’oubliez pas de signer vos commentaires si vous voulez être publiés.

table

potages

nenuphars

betteraves

épine vinette

croix

Lire les commentaires (22)  |  Commenter cet article






publicité

publicité

  • TWITTER

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    décembre 2008
    L Ma Me J V S D
    « nov   jan »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives

  • publicité