Marie-Claude Lortie

Marie-Claude Lortie - Auteur
  • Marie-Claude Lortie

    Journaliste à La Presse depuis 20 ans où elle est chroniqueuse et critique gastronomique, Marie-Claude Lortie commente l'actualité, entre deux brassées de lavage et un match de soccer.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 26 avril 2012 | Mise en ligne à 23h12 | Commenter Commentaires (74)

    Sous la pluie, la police et la manif, encore

    Pour assurer un débat respectueux, seuls les commentaires signés sont publiés.

    Capture d’écran 2012-04-26 à 23.05.24
    Une manif, encore. Photo Édouard Plante-Fréchette. La Presse.

    “F*** off”
    J’étais en train de regarder l’interaction entre des policiers à cheval et la fin de la vague de manifestants remontant la rue Saint-Denis, quand j’ai vu l’un des agents en selle lancer cette phrase choc. Évidemment, ce n’était pas gratuit. Il était en train de se faire houspiller par des grévistes au langage à peine plus élégant.

    La phrase m’a néanmoins choquée. De la même façon que la décision de la ministre de l’éducation Line Beauchamp d’expulser un des groupes étudiants de la négociation m’a choquée.

    Où sont les adultes, coudonc ?

    Où sont les policiers neutres, sages, effectuant sans broncher leur rôle de protecteur de la loi et de l’ordre en parlant poliment, même pour exprimer une certaine colère ? Où sont les politiques adultes et responsables, sachant que leur rôle est de maintenir la paix sociale au-delà des calculs politiciens ?

    Le maire de Montréal, Gérald Tremblay, a dit aujourd’hui que les Montréalais étaient “écoeurés” de ce qui se passe chaque soir maintenant. Je crois effectivement que les Montréalais sont écoeurés. Mais de plus en plus de ces Montréalais sont écoeurés autant de l’incapacité du gouvernement à régler le conflit qu’ils le sont des étudiants avec leurs demandes de gel à tout prix et leurs manifs qui finissent pratiquement toujours mal.

    Je reviens de la manifestation de ce soir, jeudi soir. Il pleuvait. Il faisait froid. Il y avait des voitures et des voitures de police partout. Des tas d’agents en vélo, à cheval, la SQ en bus… l’hélico. Bref, la totale. Il y avait même un petit côté Blade Runner à tout ça, probablement à cause du reflet de touts ces gyrophares dans les flaques d’eau.

    Et malgré ça, malgré ces conditions détestables, des centaines de manifestants sont partis vers 20h45. Ils n’avaient pas fait trois pas qu’on leur bloquait la rue Sainte-Catherine. Ils ont descendus par Berri, ils ont tourné sur René-Lévesque et rendus à Saint-Denis, la manif était déclarée illégale. Ça s’est passé tellement rapidement que j’ai ironisé sur Twitter. J’avais l’impression d’avoir tout raté, cinq minutes après avoir commencé à marcher. De toute évidence, la police en a marre. Et son écoeurement est à peu près égal à la la détermination des étudiants. Cette danse en rond n’a pas de raison de cesser.


    • C’est certain que la police pourrait parfois aider à dédramatiser en donnant des détails sur les méfaits qui causent la déclaration d’illégalité. Ce soir, ils ont déclaré avoir reçu des projectiles.

      Où le SPVM a erré ce soir, c’est en déclarant la manif illégale, en lui permettant de continuer tout en continuant de la considérer illégale, pour ensuite donner des avertissements (encore) comme quoi la manif est illégale. Une manif illégale doit être dispersée; si la police peut encadrer la manifestation sans la disperser, ce n’est donc plus une manifestation illégale.

      Encadrer une manif illégale, ça ne fait qu’exacerber le flou juridique: les gens ont le droit d’être là ou non?

      Emil Archambault

    • La manifestation avait été déclarée illégale après le lancement de plusieurs projectiles.
      La manif étant illégale, les gens devaient se disperser. Ceux ne l’ayant pas fait, sont des criminels selon la loi.
      Les policiers n’ont pas a être gentils et courtois avec les émeutiers qui sont dans une manif illégale.

      B Plante

    • La manifestation avait été déclarée illégale après le lancement de plusieurs projectiles.
      La manif étant illégale, les gens devaient se disperser. Ceux ne l’ayant pas fait, sont des criminels selon la loi.
      Les policiers n’ont pas a être gentils et courtois avec les émeutiers qui sont dans une manif illégale. Surtout avec toute la casse qu’ils ont subit hier, leur réaction se comprend très bien

      B Plante

    • Il me semble que l’instinct maternel est très présent chez certaines journalistes. Les étudiants n’aiment pas être infantilisés par le gouvernement mais ces journalistes en parlent bel et bien comme étant des enfants (par opposition aux adultes qui leur font face). Si les étudiants veulent jouer sur la patinoire des grands, on doit les considérer comme des adultes et ne pas leur faire de passe-droit sous prétexte qu’ils sont encore des enfants.

      Martin Parenteau

    • Le truc c’est qu’à un moment donné,faudrait que les étudiants cessent avec leurs manifs quotidiennes qui virent la plupart du temps mal,avant que la ville ne vire à l’anarchie!Faites la grève,mais sans aller foutre le bordel dans les rues à tous les jours!Vous êtes pas obligés,tout le monde le sait qu’il y a grève et impasse,pas besoin d’en rajouter à tous les jours!

      Des manifs le soir,dans le grand Montréal…une excellente façon d’être sûr que le tout va dégénérer!

      Ce sont qui les innocents qui ont ces idées de génies?

      Faites des sit-in,à la place!En plein jour!

      Ou encore allez squatter toute la gagne-disons une couple de millier-dans un parc national de la province;profitez de ces journées pour faire du camping,faire du vélo;et c’est clair que les journalistes vont se pointer la face quand les agents de sécurité du parc vont voir débarquer trois cent trente chars dans le parking d’un coup!

      Je sais pas,mais tout sauf ces manifs dignes de la banlieue parisienne!

      Puis pour ma part je supporte les policiers.À leur place moi aussi je commencerais à manquer de patience!

      Puis GNB,ciboire,faudrait lui foutre la paix un peu!Les “élites” commencent à être lâches pas mal,à le prendre pour bouc-émissaire désigné.Le gars va finir premier ministre,c’est clair.C’est probablement lui qui fait meilleure figure dans tout ce conflit,à l’exception de ces entourloupettes pour ne pas condamner la violence clairement.

      P.Guilbault

    • Où sont les policiers neutres, sages???
      Où sont les étudiants studieux et ordonnée?
      Où sont les étudiants démocrates qui tiennent des votes secrets?
      Où sont les chefs d’associations capable de diriger leur membres?
      Où sont les gens sensés étudier?

      Poser les questions, c’est y répondre: en train de créer l’anarchie, vandaliser et harceler le peuple qui vont PAYER pour leurs ‘liberté’ et ‘gratuité’.

      Et où est la police? Et bien, elle est enchainé par des journalistes qui vont faire de la désinformation dès qu’elle fera son travail. Elle est prisonnière d’une charte/torchons qui les forces à se faire insulter sans répliquer. La police, ce sont des gens qui doivent combattre des poltrons masqués tout en étant 100% ouvert aux représailles des casseurs.

      Elle est la votre police.

      P. Busque

    • Vous avez 20 ans et vous êtes un jeune étudiant québécois.

      Dans les journaux, les médias, les réseaux sociaux, quand on parle de l’avenir, c’est pour évoquer la retraite à 70 ans et les fonds de pension faméliques auxquels vous aurez alors droit. C’est pour laisser entendre que le français aura peut-être disparu, que le système de santé universel va peut-être s’effondrer, que le réchauffement climatique va continuer à bouffer l’environnement. Le projet de société qu’on vous propose, c’est celui du déficit zéro, celui des restrictions budgétaires, celui des dettes pharaoniques et de la ceinture serrée. Ce qu’on vous invite à espérer très fort, ce qu’on croit être le mieux pour vous, c’est une vie plate dans un bungalow plate d’une banlieue plate.

      Et là, on vous demande de payer le double pour vos études universitaires, des études de plus en plus essentielles puisque les jobs qui n’exigent pas de diplôme universitaire sont de plus en plus des jobs de merde. Vous vous demandez pourquoi vous devez payer aussi cher pour une formation qui profite pourtant à l’ensemble de la société et, en particulier, à l’entreprise qui va vous engager (si elle vous engage!). Vous vous posez la question parce que vous savez que l’entreprise en question ne paie presque pas d’impôt, reçoit des subventions et place une partie de ses capitaux dans un paradis fiscal. On vous demande de faire votre «juste part», mais vous n’êtes pas trop sûr que cette part soit si «juste» que ça… Vous vous fâchez un peu et vous entendez le Premier Ministre faire des blagues à propos de votre colère, blagues qui font bien rire des gras durs qui pourraient payer à leurs enfants des études cent fois plus chères que les vôtres mais qui n’ont aucun problème moral, aucun scrupule à vous dire que vous devez aussi, malgré votre revenu annuel moyen de 12,000$, faire votre «juste part». Vous êtes vraiment très fâché maintenant et votre colère heurte, que dis-je, scandalise une bonne partie des gens qui, jusqu’à présent, ont profité à qui mieux mieux des largesses d’un système qu’ils n’hésitent pas à qualifier maintenant d’exsangue et d’épuisé mais que, pourtant, ils vont pousser jusqu’au bout de leur imminent plan de retraite, retraite qu’il réussiront à financer grâce aux taxes et aux impôts que vous allez bientôt payer.

      Vous avez 20 ans et vous êtes un jeune étudiant québécois. Vous pensez à tout ça et vous descendez dans la rue. Vous descendez dans la rue et vous avez envie de tout casser.

      Lucien Jutras

    • Après Cournoyer (ancien ministre PLQ), conjointement à d’autres tels C.Béland (ancien prés. Desjardins), Tremblay (autre ancien ministre PLQ) aussi appelle à la négociation et au moratoire sur la hausse pour la session prochaine. J’espère que cet appel à la raison, de la part d’alliers, sera entendu par Charest.

      Guillaume Blouin-Beaudoin

    • astyanax

      Si vous avez 20ans, et etes un peu ouvert, pourquoi ne pas regarder a l’etranger pour un emploi au lieu de vider son etat d’ame dans une vitrine d’un commerce qui n’a pas a payer pour les pots casses.

      Ca fait 10 ans que j’habite a l’etranger ou mon diplome est apprecie, bien paye, et je ne paye pas 50% en impots. Je ne dis pas qu’il faut quitter le Quebec, j’adore le Quebec et ai une maison a Montreal. Mais dans la vie il y a deux types de gens, ceux qui se plaignent et qui accusent les autres pour leur mauvaise situation, ou ceux qui prennent les moyens pour ameliorer leur sort.

      Lequel etes vous ?

      Les frais de scolarite au Quebec sont a peu pres les memes que lorsque j’ai gradue il y a 15 ans. Je comprend que l’imposition des mesures par le gouv Charest est difficile a digerer, qu’il a manque de tact, mais croyez moi peu importe comment il aurait aborde le sujet il y aurait eu greve. So so so, solidarite. Voici ce que je me souviens de mes etudes, une greve a chaque annee, juste un trip qui est un passage obligatoire. Faut que ca change, j’ai trop vu d’idiots qui ont passe 15 ans au Cegep, paye par ceux qui payent trop de taxes comme vous dites ci haut …

      D Cormier

    • Les étudiants ne sauront plus quoi faire de leurs soirées quand ca va se régler.

      Francine Bédard.

    • GND n’est qu’une marionnette qui a été formé pour laver le cerveau des étudiants, par les syndicats qui tirent les ficelles; et ce en se dégageant de toutes responsabilités.Il aurait la chance de vraiment changer quelque chose,une chance qui est donné à peu de gens.Moi aussi à son âge je voulais changer le monde,GND en a la chance ,mais pour cela il faudrait qu’il agisse comme un homme, un adulte ,jouer le jeu de la négotiation,se servir se sa tête au lieu des bras,Jean Charest le sait et profite de la lacheté de GND,,,,GND n’a ce qu’il mérite c’est tellement dommage qu’il salisse la réputation de milliers d’étudiants au lieu de vraiment aider la cause…..en continuant très visiblement d’appuyer cette violence insensé

    • ooops signé Claude pierre.

    • @astyanax

      Wow, vous résumez pas mal bien la situation ! C’est pas mal ça, du moins, pour ceux qui ont encore les yeux en face des trous.

      Stéphane Thibodeau

    • Les Policiers se font narguer, se font insulter, sont sur le qui-vive à cause des casseurs et une petite phrase”rough” vous boulverse. Vous vivez vraiment dans un monde d`Alice au pays des merveilles.

      On a pas fini de voir des manifestations à Montréal et au Québec, car le Québec s`en va vers la faillite et lorsque les prêteurs internationaux arrêteront de nous faire des chèques, ça sera vraiment pas beau. Pauvre-vous, vous avez pas fini d`être insulté.

      George Larimé

    • Pour en avoir fait partie, la manifestation a bel et bien été déclarée illégale – et ce, plusieurs fois. Il n’y a toutefois eu aucune intervention directe des policiers sur les manifestants, voyant qu’ils agissaient pacifiquement et qu’ils restaient en groupe – un très grand groupe – ce qui est grandement intelligent de la part des manifestants et du SPVM en regard de ce qui s’est passé hier . De mon observation et de ma participation, les policiers ont dirigé les manifestants à travers plusieurs artères de Montréal, en les faisant bifurquer de direction aux intersections et en marchant sur les trottoirs à côté d’eux. Jamais les policiers n’ont empêché les étudiants de marcher. Jamais les étudiants n’ont manqué de respect envers les agents de la paix durant la manifestation.
      La manifestation s’est terminée à la station de Métro Berri-UQAM. Sur les lieux, la majorité des manifestants se sont dispersés, dans le calme et le respect. Tout ça, même si elle était déclarée illégale.

      Malheureusement, un petit groupe ont dédicé de continuer à marcher. Un coin de rue plus loin, un interphone de police leur annonçait que la suite de cette manifestation était illégale. Ils ont enjoint les étudiants et les gens à se disperser sans bloquer les rues.
      Pour avoir observé de loin, de nombreux corps policiers ont été déployés sur place – chevaux, vélos et voitures. Ils ont lancé des grenades assourdissantes et l’unité anti-émeute a intervenu pour dissoudre ce qui restait de l’après-manifestation.

      Je veux féliciter le SPVM d’avoir fait la part des choses et d’avoir intervenu sur les irréductibles restants de la manifestation, d’avoir laissé les étudiants marcher dans la principale manifestation et de les avoir dirigé ; les manifestants qui se sont dispersés en face de Berri-UQAM et qui n’ont pas continué à la suite de l’avertissement des policiers.
      C’est une manifestation mémorable en ce qui concerne la rationalité qu’on fait preuve les étudiants et les policiers dans cette manifestation : aucun grabuge, aucune arrestation.

      Simon Darveau-Boivin

    • Donc, les étudiants ne sont pas des adultes pour vous?

      Ça explique bien des choses.

      Au moins, les autres centrales étudiantes ont proposé une médiation. C’est bon signe. Quant à savoir si c’est une option possible pour Charest, pas si sûr. On verra bien.

      M. P.A. Paquin

    • @Lucien Jutras

      Donc, parce que l’avenir est incertain et qu’il y a des frais supplémentaires à payer, les gens devraient pouvoir tout lâcher et faire la grève jusqu’à ce qu’on soit rassuré? Excuse-moi, Lucien, mais tu t’apitoies sur le sort des étudiants. Penses-tu que les 25 ans et plus sont moins inquiets faceà l’avenir et ne sont pas fatigués d’avoir à payer plus? Ils paient parce que s’ils ne paient pas, tu ne pourras même pas commencer à rêver de gratuité scolaire.

      Il faudrait vraiment arrêter d’infantiliser et de s’autoinfantiliser.

      M. P.A. Paquin

    • Je suis un de ceux qui est écoeuré par la situation.
      J’aimerais retourner à la maison ou aller au travail librement et en sécurité. Ce n’est pas le cas. Je ne sais jamais s’il y aura encore des attentats (et je pèse mes mots) dans le Métro ou si je ne me ferai pas tasser par un voyou ou une police si je me retrouve au mauvais endroit au mauvais moment (car les manifestants ne dévoilent pas leur trajet).
      Quant je vois des voitures de citoyens saccagées (qui dit que ce sont des gens pour la hausse? Si on a un char, on est automatiquement un méchant capitaliste?) ou des vitrines de magasin fracassées, et que je me rends compte que certains manifestants n’en ont rien à cirer d’avoir la sympathie ou non de la population, je me dis que ce conflit sera sans fin.
      Un médiateur neutre pour régler la situation est peut-être un début de solution, mais rien n’est moins sûr car ce que veulent les associations, c’est la gratuité scolaire mur à mur. Rien de moins!
      Et elles ont bien l’intention de faire du trouble tant et aussi longtemps qu’elles ne l’auront pas obtenue. Elles n’ont rien à perdre, la session est perdue de toutes façons.

      Nicholas Ninousky

    • @mparento – 26 avril 2012 – 23h50
      … Il me semble que l’instinct maternel est très présent chez certaines journalistes. Les étudiants n’aiment pas être infantilisés …

      Lorsqu’on veut être traité comme un adulte, on se comporte comme … oh surprise … un adulte, ce qui est tout le contraire de ce qu’on voit de plusieurs étudiants. Le gouvernement a fait un bout de chemin pour assurer l’acccessibilité, mais apparemment, les étudiants ne veulent rien de moins que le GEL des frais de scolarité, ce que le gouvernement ne fera pas, avec raison d’ailleurs. Avec un minimum de bonne volonté de la part des des trois organisations, ce conflit serait réglé. Une négociation implique que tu fais un (ou des) compromis pour obtenir une partie de tes revendications, sinon, tu va tout perdre. Les étudiants sont intelligents, mais il y a encore beaucoup de travail à faire pour comprendre la démocratie et le processus de négociation.

      André St-Gelais.

    • J’ai 30 ans, 3 enfants et je suis sur le marché du travail depuis 7 ans. Je vois clairement ici la même chose que ce que je vois tous les jours au travail, la coupure nette et franche entre deux générations.

      Les jeunes en montée et les plus vieux en déclin qui s’accrochent. On peut le sentir dans les commentaires ici, on peut le voir dans le marché immobilier, dans les relations de travail et durant les élections.

      Ce qui me fascine souvent c’est de constater qu’une génération entière de gens ayant profité de la gratuité à outrance, des largesses du gouvernement, de l’endettement du Québec, réprimande maintenant les jeunes en leur demandant d’être RESPONSABLES et de payer pour leurs niaiseries du passé.

      Ces gens ont endetté le Québec et élu des gouvernements véreux. Tout le monde a pigé dans le plat de bonbons à qui mieux mieux et maintenant ces gens voudraient dire aux jeunes de payer pour le niaiseries pendant que eux vont prendre une belle retraite dorée…

      Voyons donc… c’est évident qu’il va y avoir du chaos. Vous ne pourrez pas empêcher les jeunes d’accéder au pouvoir tant politique que dans les entreprises et ça risque de faire mal pour certains si ce mépris continue.

      En passant je n’avais pas le droit aux prêts et bourses et j’au dû travailler durant mes études et je peux dire que j’aurais probablement été encore plus loin dans mes études sans le fait que je devais travailler pour faire entrer l’argent en raison du coût de la vie.

      Simon Gagné

    • Une amie, spécialiste des communications de masse, m’a déjà parlé de la loi de Lebon selon laquelle, le QI d’une foule est moindre que le QI moyen des gens qui composent la foule. À l’évidence, en observant ce qui se passe lors des manifestations à Montréal, la loi de Lebon semble juste. Le même phénomène s’appliquerait aussi à l’échelle de moralité de Kohlberg selon le peu que j’en sais. Je peux difficilement juger de la pertinence de ces deux phénomènes mais quand la foule des manifestants et celle de policiers se mettent à se crier des gros mots, je me dis que j’aimerais bien entendre un expert sur le sujet. Aussi, un expert sur les mouvement sociaux pour en savoir davantage sur l’évoution d’une situation de crise, sur ses différents stades. Merci de m’éclairer.
      R.Ducharme

    • Les grévistes sont comme une bonne nouvelle chanson. On l’entend beaucoup à la radio. Mais après 3-4 semaines, on est écoeuré de l’entendre.
      Ils devraient faire différent et pas juste un peu. Pas juste les masquarades qu’ils ont fait. Une manif, ça reste une manif même si t’es déguisé en n’importe quoi.
      Veulent-ils réellement s’attirer la sympathie du bon peuple ?

      @cmoibenlepro
      Très bien dit.
      Très bien dit. ;-)

      Alain Lajoie

    • “Où sont les adultes, coudonc ?”

      Ils sont au travail, chez eux, dans le métro, sur les ponts – pris entre les étudiants et le gouvernement. Ils dénoncent, débattent, publient des idées pour faire avancer la discussion – aucun des deux camps ne semblent intéressés à écouter qui que ce soit.

      J’en ai marre de ce conflit – j’en veux surtout au gouvernement de montrer autant de mépris et de cynisme, de laisser trainer le boycott, de ne prendre les enjeux au sérieux, de ne rien faire pour mettre un terme à ce bordel.

      Oui, on peut très bien être pour la hausse des frais de scolarité, mais contre la connerie monumentale dont font preuve Beauchamp et Charest depuis près de 3 mois.

      Guillaume Mathieu

    • En lisant votre collègue, Mme Ouimet, ce matin, nous ne pouvons pas blâmer la CLASSE pour les violences des casseurs. En somme, en lisant votre chronique de ce matin, nous réalisons que leur système de démocratie directe les protège un peu de tout blâme. Ces étudiants fonctionnent par consensus total, vous dites? Mais pour le blâme, ah non.

      Ok. La CLASSE n’a peut-être pas mis les pierres dans les mains des casseurs. Elle a juste continuer de fournir les moments propices (manifestations de nuit) pour que ces casseurs puissent agir. Mais on ne peut pas les blâmer.

      Est-ce que le gouvernement a mis les pierres dans les mains des casseurs, eux? Mais tout le monde incluant GND en conférence de presse et votre collègue, dans une chronique, ont bien blâmer le gouvernement pour cette violence faite par ses présumés casseurs.

      Eh bien, c’est toujours la faute des autres.

      N. Taylor

    • @astyanax :

      Dans les années 90, il était prédit qu’il n’y aurait plus de forêt en l’an 2000 à cause des pluies acides. De plus, la recession des années 80 s’éternisait et le marché de l’emploi était famélique. C’est dans ce joyeux univers, alors que la guerre de je ne me rappelle plus quoi sévissait, que j’ai grandit.

      Ai-je laissé ses sombres prédictions brimer mon avenir? Non.

      Ensuite, j’ai eu le malheur de graduer de l’Université en plein milieu du crash des technologies. Laissez-moi vous que des emplois, il n’y en avait pas. Quand tu envois 400 CV sans avoir de réponse, c’est signe que le marché de l’emploi ne va pas bien. Pourtant, j’ai survécu et je n’ai pas senti le besoin de manifester et de crier à l’injustice. L’injustice de quoi? De ne pas être née 5 ans plus tôt???

      Bref, à toute époque, il y a des chances et des machances. Commencez à prendre en pitié nos pauvres jeunes pcq l’époque semble défavorable à certains points de vue est ridicule. Ces jeunes-là profiteront d’un marché de l’emploi dynamique du au vieillissement de la population tout en bénéficiant de taux d’intérêt historiquement très faibles. Ils auront le gros bout du bâton face à leur employeur et pourront demander de meilleures conditions de travail. À chacun sa chance.

      Quant à la dette, franchement, 20 000$ de dettes à 23 ans, ce n’est pas la fin du monde. Une voiture neuve coûte plus cher que ça et pourtant tous ces étudiants en acheteront une une fois leur diplôme en poche. Ils la paieront en 5 ans à des taux d’intérêts pas mal plus élevés que ceux de leur dette étudiante. N’oubliez pas non plus que les intérêts sur les dettes étudiantes sont déductibles d’impôt.

      Je terminerais en disant que j’ai gradué de l’Université il y a bientôt 10 ans. Je ne connais pratiquement que des universitaires et AUCUN aujourd’hui, AUCUN ne fait pitié. Tous ont un bon emploi bien rémunéré (nettement plus élevé que la moyenne), une belle maison/condo plusieurs à Montréal même où c’est supposément pas achetable, une ou deux voitures neuves et souvent des enfants. TOUS se paient de belles vacances, TOUS contribuent à leur REER, TOUS ont des meubles neufs. Oui, plusieurs avaient des dettes étudiantes, mais ça ne les a pas empêché de bien vivre par après. Les universitaires chauffeur de taxi, franchement ce n’est pas la norme.

      Alors oui, pour moi, les étudiants se comportent en enfants gâtés. Ah non pas moi! Je veux le beurre et l’argent du beurre. Non mon pit. Oui c’est plate, si tu étais née 5 ans plus tôt, on n’en parlerais même pas…. Tsé moi aussi si j’étais née 5 ans plus tôt…

      R. Guillet

    • madame, j’ai lu vos deux articles, ce matin…et j’avoue que je me sens vraiment enthousiaste devant GABRIEL. Devant la provocation pure et simple du gouvernement et de tous ceux qui
      haiïssent la jeunesse informée, la jeunesse qui planche sur l’avenir, la jeunesse respectable,
      la jeunesse qui travaille pour un idéal, la jeunesse qui fait suer les vieilles barbes. Devant la condescendance et le paternalisme, le mépris et la mauvaise foi…GABRIEL est resté DEBOUT.

      Il a la gestuelle et quelque chose dans la voix que me font penser à René Lévesque….et que
      vienne un autre René Lévesque! Bravo, GABRIEL, vos parents peuvent être fiers de leur fils.

      Colombe L’Ecuyer

    • @astyanax

      Vous avez plus que raison ! Les droits de scolarité ne sont en fait que la pointe du véritable problème sous-jacent : le déclin rapide des sociétés occidentales pour
      non-assistance aux valeurs humaines et environnementales.

      @ Disto-Bob

      Si je vous comprends bien, l’idée c’est de manifester de telle façon qu’en bout de ligne même le pigeon ne s’apercevrait de rien. Pouvez-vous me dire à quoi ça sert ? Je pense qu’après 11 semaines sans écoute, il y a très peu « d’adultes » de la FTQ, de la CSN et autres qui garderaient sagement les bras croisés. J’ai vu, il y a quelques années, de la casse à l’Hôtel de ville de Montréal orchestrée par de gentils pères de familles d’un âge certain pour des enjeux, dans l’absolu, pas mal moins importants.

      Les gouvernements ont depuis longtemps compris qu’ils avaient tout intérêt à « encadrer » les manifestations plutôt que de les interdire et risquer ainsi l’émeute. Ça libère la soupape, les gens se sentent mieux et on passe rapidement, sans rien régler, à un autre dossier. Il suffit d’évoquer les lois spéciales contre les enseignants…et combien d’autres depuis quelques années ?

      Je crois que les étudiants on largement comprit le stratagème. Après 11 semaines de manifs sommes toutes pacifiques, ils se rendent compte qu’on se fout de leurs gueules. Qu’on essaie de les diviser. Qu’on mise sur l’été approchant et l’odeur des terrasses pour diluer leur volonté de combattre l’injustice.

      Mais l’enjeu est trop grand pour que les choses en reste là. Trop de citoyens saisissent les conséquences que sous-tend les propos si éloquemment évoqués par Astyanax et, pour des tas d’autres excellentes raisons, en on aussi ras-le-bol de cette manière « néolibérale » de concevoir et construire l’avenir. Nous sommes de plus en plus nombreux à rejoindre les étudiants dans la rue. Nous sommes de plus en plus nombreux à nous dire que cette société doit radicalement changée…et vite !

      Le Québec est, depuis des années un précurseur mondial dans des domaines allant des arts aux technologies de pointe… peut-être serait-il temps que nous prenions aussi les rênes des changements sociaux. Que nous décidions comme peuple ce qui est bon pour nous ou pas, quitte à repenser en profondeur les fondements de cette société.

      Malheureusement, et n’en déplaise à Disto-Bob et tous ceux qui se sentent un peu ébranlés par ce mouvement soudain de révolte dans nos rue, c’est rarement en suivant sagement le troupeau, comme des moutons, que les sociétés ont évoluées.

      Gabriel Durtain

    • Désolé, mais la manifestation que vous avez vue n’était pas une manifestation pacifique; ni celle de mercredi soir sur la rue Ste-Catherine. Bloquer le passage en marchant en groupe au milieu d’une rue n’est PAS un geste pacifique, et c’est la Cour Suprême qui le dit. La rue Ste-Catherine n’est pas une rue piétonnière. Pourquoi les manifestants ne font-ils pas leur marche “pacifique” sur une rue piétonnière comme Prince-Arthur?

      Le manifestants n’avaient pas eu la permission préalable de marcher là où ils marchaient. Donc leur geste n’était pas pacifique mais était plutôt une entrave à la paix (”breach of peace”).

      Il y a entrave à la paix, dit clairement la Cour Suprême, quand il y a assault sur un individu OU quand il “public alarm and excitement is caused.” Bloquer une rue est une cause d’alarme publique qui permet d’arrêter les manifestants qui bloquent pa-ci-fi-que-ment la rue.

      Il y a entrave à la paix, dit Lord Denning, un grand juriste anglais, “chaque fois qu’une personne vaquant à ses activités légales est illégalement et physiquement empêchée par une autre personne de pratiquer cette activité.”

      http://www.montrealgazette.com/opinion/McGill+students+your+protest+wasn+peaceful/6152342/story.htm

      Olivier Bamville

    • @ astyanax

      27 avril 2012
      00h14

      Vous faites une description parfaitement exacte de la situation actuelle des étudiants. Il est temps que la population en prenne conscience.

      Je suis âgé de 68 ans et, il y a 50 ans, j’ai manifesté et travaillé pour créer une société honnête, une distribution équitable de la richesse, une législation où ce qui est “légitime” soit “légal” etc… Malheureusement, notre système démocratique “représentatif” permettait à des “profiteurs” plus ou moins invétérés, de se faufiler au pouvoir grâce à des “magouilles” impliquant des pots-de-vin et manipulation électorale.

      De tout ce que j’ai voulu pour mes enfants, je l’ai réussit assez bien puisque la qualité de vie actuelle est meilleure qu’il y a 50 ans; mais l’administration de l’ensemble fut infiltrée et détournée par des “magouilleurs” à l’esprit plutôt machiavélique qu’à l’esprit de justice sociale.

      J’espère que vous ferez mieux. J’ai un peu honte d’avoir accepté automatiquement ce qui paraissait “respectable” sans exiger que cela soit prouvé.

      André Lefebvre

    • “Où sont les adultes, coudonc ?”

      Voici une réflexion adulte.

      En bout de ligne, après 5 ans de hausse, $1625.00 de plus à payer par année. Les études universitaires au Québec resteront les moins chers et les plus accessibles en Amérique du nord.

      De plus au moment où l’on se parle depuis les dix dernières années, le pourcentage de la population qui obtient un diplôme universitaire est plus faible au Québec qu’en Ontario qui a des frais universitaire le TRIPLE du Québec.

      Sur un autre front le taux de décrochage est 50% plus élevé au Québec qu’en Ontario.

      À la lumière des informations il serait injustice pour les plus démunis de privilégié ainsi l’élite.

      J’aimerais une réponse d’adulte s’il vous plait.

      Bernard Théroux
      Hochelaga

    • @ chip

      “Une amie, spécialiste des communications de masse, m’a déjà parlé de la loi de Lebon selon laquelle, le QI d’une foule est moindre que le QI moyen des gens qui composent la foule.”

      Heureusement que notre gouvernement n’est pas dans la foule; sinon je me demande comment finiraient ces manifestations.

      André Lefebvre

    • Où sont les adultes? Demandez-vous!

      Ils assument leur responsabilité en dénoncant haut et fort l’attitude méprisante et élitiste du gouvernement libéral. Les seuls adultes que je connais sont ceux qui, soir après soir bravent les matraques pour crier l’injustice dont ils sont victimes.

      Très faciles pour les boomers qui ont étudiés à peu de frais, de vouloir maintenant faire payer la génération actuelle pour le même service, quelle hypocrisie. Maintenant que vous, vous êtes formés, il faudrait que les jeunes payent.

      Vous semblez oublier qu’un diplômé universitaire va gagner un million de plus dans sa vie qu’un non universitaire. Donc il va payer près de 1/2 million en impôts supplémentaires. Financer les étudiants c’est investir dans NOTRE futur, c’est investir dans la société. L’éducation est un DROIT et non un privilège. Les étudiants ne sont pas des terroristes, ce sont les médecins, ingénieurs et professeurs de demain. Réveillez-vous et agissez en adulte et dénoncez les liens entre le PLQ et les Catania et Zambino de ce monde. Si vous chercher des scandales regardez donc du coté du gouvernement et demandez-vous pourquoi il laisse perdurer ce conflit.

      En passant je suis à l’aube de la cinquantaine.

      S. Veillette

    • @sim01
      Vous avez tout faux. Un seul petit exemple : “élu des gouvernements véreux” les Libéraux d’avant Duplessis étaient bien plus “véreux” que ce qu’on a là. Alors vos généralisations à outrance …

      Alain Lajoie

    • Encore une fois, on essaye de faire passer une petite manifestation de quelques centaines d’individus pour une révolution sociale.

      C’est le même mensonge qu’on a voulu nous servir avec Occupons Montréal. On parlait d’une société qui se soulevait, de gens qui voulaient changer les choses, de la population qui en avait assez. Dans la réalité, on avait affaire à une centaine de campeurs urbains.

      Les titres des journaux sont exagérés. On nous fait croire que le centre-ville de Montréal est à feu et à sang, que les policiers font la chasse aux étudiants en matraquant tout ce qui bouge.

      Je travaille au centre-ville. Je vis au centre-ville. Le seul trouble qu’on peut observer, c’est quand les 100 ou 200 casseurs sont dans un endroit en particulier. Quand ils ne sont pas là, la vie continue comme d’habitude.

      En dehors de la quelques centaines de manifestants convaincus, et des quelques journalistes qui se croient en mai 1968, cette grève n’existe pas.

      Stephane Marsan

    • Il faut garder les yeux sur la balle :

      “Le Gouvernement, minimalement, doit faire le ménage dans les mauvaises gestions des universités avant de hausser les frais d’admission. On parlera de la hausse (qui n’est pas exclue) après”.

      Cette demande, légitime et sensée, est le seul point sur lequel tout le monde peut s’entendre.

      Je crois sincèrement que c’est la seule porte de sortie et ce, depuis le tout début.

      A. Dourbel

    • Faites attention lorsque vous entendrez les propositions de Jean Charest qui s’apprète à faire son point de presse.

      Ils vont proposer un comité de “transparence” sur la gestion des universités. Pas de “ménage” mais de “transparence”. Un jeu de mot “loadé” comme ceux auquels nous ont habitués les libéraux depuis 2 mandats. Plus de “transparence” n’implique pas “faire le ménage”.

      Les hausses ne devraient pas être décrètées avant ce gros ménage.

      C’est la moindre des choses. Le gouvernement aurait dû y penser tout seul (et non pas attendre un proposition de la Feuq).

      Une grosse opération de PR.

      A. Dourbel

    • Madame Lortie

      quel enfant-roi qui vous a dicté le papier de ce matin ((08h01) Dans la tête des étudiants ») décrétant que tout doit se passer selon LEUR façon? De se plier à toutes leurs exigences, ce n’est pas non plus comme ça que ça fonctionne!

      Daniel St-Laurent

    • Les manisfestations ne sont pas illégales; lancer des projectiles l’est. Le mandat de la police est d’arrêter les lanceurs de projectiles, et non de prévenir que des projectiles soient lancés en interdisant une manifestation. Nuance très importante, et essentielle en régime démocratique, non?

      Maxime Prévost

    • Le droit de manisfester dans les rues publiques est un droit acquis et ce n’est pas à cause d’une vitre brisée que l’on devrait faire payer 3000 manifestants, c’est serait beaucoup trop facile pour la police d’avoir un agent infiltrateur et être l’instigateur de ce méfait. Même la SQ a déjà admins avoir des agents provocateurs à Montebello en 2005 !

      J Tremblay

    • Et voilà que le gouvernement rajoute l’insulte à l’injure en augmentant la hausse. Être libéral je serais outré de voir ce que Johny Charest a fait du PLQ, qui avait déjà été un grand parti politique. Le voilà qui cultive le conflit dans un but opportuniste.

      S.Veillette

    • Madame Lortie,
      Je tiens à vous féliciter et à vous remercier, ainsi que vos collègues, Lagacé, Ouimet et Marissal pour faire contre poids à Pratte et Dubuc…
      J’ai regardé le «monstre» Gabriel Nadeau Dubois se faire cuisiner et mettre au pilori par des journalistes aguerris (tous médias confondus) qui ont tenté de le mettre en boîte, parfois de façons insidieuses et malhonnêtes !
      Même dans les pires provocations, il a resté calme, pausé et rationnel !
      Ce jeune homme de 21 ans a plus de maturité, de fierté, d’intégrité et de noblesse que l’organisation libérale au complet !
      La preuve ?
      Il a réussi, à lui seul, à faire trembler Don Charest et sa bande de marionnettes !
      L’insignifiant Dutil a même du s’excuser ce matin d’avoir «vargé» sur GND !
      Ce jeune homme est, à 21 ans, un GRAND Québécois !
      Il est un mélange de Michel Chartrand, Pierre Bourgault, Claude Charron et René Levesque, ces grands Québécois qui ont tellement fait pour le Québec !
      Don Charest aura besoin de faire appel à toutes ses ressources intellectuelles, même les plus tordues (ce dont il ne manque pas), pour mater ce jeune Québécois dont nous devrions TOUS reconnaître la contribution, même si on ne partage pas ses idées !
      D’un vieil «étudiant» de 70 ans : Merci Monsieur Dubois !
      Robert Alarie

    • Les policiers font leur job mme .Ils essayent de protéger la population civilisé,les biens publiques et privés etc.
      Tony Wright

    • Vous savez, ayant 47 ans aujourd’hui, j’ai dû payer mes études avec l’impossibilité de travailler pendant mes études. Car dans les années 80, les emplois étudiants étaient rares et difficiles à obtenir.

      Chaque génération vit sa part de difficultés face à la vie. La génération des étudiants d’aujourd’hui ne souffre ni plus ni moins que les générations précédentes. La vie change, les défis changent d’une génération à l’autre.

      Aujourd’hui les jeunes familles peuvent profiter de garderies à 7$ et de plus longs congés parentaux. À mon époque, nous devions payer 120$ par semaine pour deux enfants en garderie. Cela représentait une fortune pour les moyens qui nous avions à l’époque.

      Nous avons tous des défis énorment qui nous attendent. Toutes les générations sont sollicités. Nous payons plus d’impôts, mais aussi nous avons subi des hausses de primes de RRQ, de la SAAQ, etc. Mes REERS si difficilement mis de côté ne me permettront pas d’avoir une retraite très confortable. Mais ma situation ne sera pas pire que celle de plusieurs personnes âgées que je vois aujourd’hui.

      Nous devons faire face à un phénomène que nos parents n’ont pas affronté: la mondialisation, avec ses bons et mauvais côtés. Probablement que les jeunes seront mieux acclimatés que nous à la mondialisation, mais ils auront d’autres défis à relever.

      Malheureusement il n’y a pas une solution simple et magique. Ce n’est pas une génération qui doit payer au détriment d’une autre. On ne pourra s’en sortir que par un effort collectif, chacune des générations faisant sa part.

      Personnellement, je crois que la dette du Québec doit être éliminée pour que collectivement nous nous donnions la marge de manoeuvre qu’il faut comme société. Les multiples gouvernements nous ont fait croire que la dette est une bonne chose, mais en bout de ligne, la dette a tellement grossi qu’elle n’est qu’un énorme boulet à nos pieds.

      G. Lacasse

    • @horizon123 10:34.
      J’appuie à 100% votre commentaire, très pertinent, j’ai 51 ans.

      L. Trépanier

    • madame,
      BRAVO
      yves graton

    • Manifester est légal, mais marcher en groupe au milieu de la rue ne l’est pas. Le mandat de la police est d’arrêter ceux qui bloquent le passage en marchant illégalement dans la rue ou en bloquant des entrées d’édifices. La police tolère de l’illégal beaucoup trop longtemps avant d’intervenir. Les enfants-rois nombrilistes qui boycottent vivent dans un monde parallèle qui n’existe que dans leur imagination. Ils ne sont que 35 % des étudiants. Quant allez-vous vous intéresser au 65 % le plus intéressant et le plus sérieux, Mme Lortie: ceux qui aiment tellement leurs études qu’ils étudient au lieu de boycotter, ceux qui deviendront l’élite de demain dans tous les domaines sauf le domaine syndical?

      Olivier Bamville

    • La premiere greve des enfants roi …

      Apres une ou deux heures, c’est le rendez vous dans un bar. Le “vendredi etudiant” dans certains endroits. On a bcp d’argent pour sortir, mais pas pour payer le meme prix que je payer pour etudier il y a 15 ans, et ce malgre que le salaire minimum est passe de $6 a $10 pendant ce temps la. Ca doit egalement pour ca que tout les etudiants peuvent suivre la manif et les alertes twitter sur leur portable et leur iPad, des trucs qui coutent, a eux seuls, plus qu’une annee d’etude, mais on ne pas casser les vitrines des pauvres commercants pour ca, oh non …

      Cette greve, c’est la premiere GREVE DES ENFANTS ROI, ceux qui ont toujours eu tout ce qu’ils voulaient et qui se plaignent de payer en un an ce qu’ils depensent en un mois dans un bar …

      D Cormier

    • Les gens n’ont rien compris. Ces étudiants, c’est tous ceux dont leurs parents se sont fait mettre à la porte de grandes entreprises afin que les riches patrons se donnent des bonus et engagent des sous-traitants, c’est ceux que l’on essaie de bourrer d’OGM et de junk culture mais qui désire savoir et débattre plus, c’est ceux qui voient l’injustice de la mondialisation et ont décidé de l’arrêter avant qu’il ne soit trop tard. Maintenant ils voient que c’est à leur tour de se faire fourrer (doubler le prix de l’éducation en 5-7 ans, c’est inacceptable lorsque l’on donne des milliards aux compagnies minières), et eux vont dire non, car ils ont bien vu que lorsque l’on se laisse marcher dessus il y a seulement les banques et les exploiteurs comme les Desmarais qui en sorte vainqueurs.

      Ce n’est pas le début, c’est tout juste l’introduction à une longue révolution québécoise qui durera jusqu’à ce que le Québec soit un Pays. Vous n’avez encore rien vu.

      X. Larochelle

    • Je viens d’une famille où on allait pas à l’école longtemps. J’étais au primaire lorsque le Rapport Parent a été déposé. Mes parents m’ont dit : toi t’es chanceuse tu pourras aller à l’école longtemps.

      Je n’étais peut-être pas la meilleure des élèves, mais j’étais contente d’aller à l’école plus longtemps que mes parents. J’ai appris plus qu’à écrire et à compter. Quand j’ai lu ma première pièce de Molière, je n’ai pas osé leur dire. Ils ne savaient pas vraiment qui c’était.

      J’ai été élevée dans une maison où l’éducation n’était pas un droit, mais un privilège… une chance. J’ai pris ma chance sous mon bras et j’ai couru avec jusqu’à l’université.

      Quanrante ans plus tard, je regarde tous ces jeunes qui bravent ce printemps hivernal pour aller se promener ensemble. Ils n’ont pas été élevés dans des maisons où on avait la chance d’aller à l’école. Ils ont été élevés dans des maison où l’école n’est pas juste un privilège, mais une réalité sociale qu’on ne remet plus en question. L’éducation est devenue un droit.

      J’ai l’impression que les membres du gouvernement en sont encore à croire que l’école est un privilège. Ils doivent se dire, mais qu’est-ce qu’ils ont à gueuler : on leur donne un privilège qui coûte moins cher ici qu’ailleurs, comptez-vous chanceux. Ou encore : comment se fait-il qu’ils ne comprennent pas le principe de l’utilisateur-payeur.

      Mais ne voyez-vous pas mesdames et messieurs à Québec, lorsque les gens arrivent à percevoir une situation comme étant un droit, ils n’ont plus besoin de courir avec leur chance sous leur bras de peur qu’on leur enlève. Ils marchent bien droit et vous disent tout simplement, n’y touchez pas.

      C. Piché-Burton

    • Cette minorité d’étudiants par leurs porte-parole n’ont jamais eu l’intention de négocier mais d’exiger. Jamais je n’appuirai l’anarchisme et la désobéissance civile. Suzanne Pelletier

    • La nouvelle génération crache sur les baby-boomers. Combien d’impôts ont-ils payé à la société à l’heure et à la date où on se parle?

      Il serait temps qu’ils commencent.

      Francine Bédard.

    • astyanax: Vous avez 20 ans et vous êtes un jeune étudiant québécois. Vous pensez à tout ça et vous descendez dans la rue. Vous descendez dans la rue et vous avez envie de tout casser.

      ———

      Vous casser quelque chose et vous devenez un criminel, point à la ligne. AUCUNE RAISON ne peut vous permettre de recourir à la violence. Car sinon, le concitoyen qui décide de vous casser la gu**le pour avoir brisé sa fénêtre peut le faire? Vous avez des droits, de privilèges, mais aussi des responsabilités et obligations. Respecter propriétés et libertés individuelle en est une; préserver la paix publique en est une autre. Il y a toujours d’autres méthodes de manifester que d’utiliser la violence et l’intimidation. Et manifester, que oui, faites-le. C’est votre droit. En passant, bravo aux manifestants d’hier qui ont eux-même stoppé les casseurs. Il était temps.

      Les paroles du premier-ministre ont été innocentes et stupides. Utilisez-les contre lui, pas pour nourrir votre rage.

      MCL: Adultes? Come again? Êtes-vous réellement choquée? Si vous êtes en danger de souffrir de Stress Post-traumatique, peut-être que vous ne devriez pas suivre ce dossier.

      J’ai assisté à plusieurs reprises au travail des forces de l’ordre durant des manifestations, et ce, dans divers pays. La réponse des policiers québécois est très mesurée. C’est pas un F*ck Off bien senti ou du poivre de cayenne par-ci, par-là qui me fera changer d’idée. Quand on se regarde…..Le danger que les manifestants courent est que la populace va se tanner et répondre à leurs actions.

      Je considère la maternisation journalistique de ce conflit comme biaisée, pour ne pas dire fourbe. N’oublions pas que seulement 36% des étudiants post-secondaires sont en ”grève”. La CLASSE parle-t’elle pour la majorité? Sans généraliser, je serais intéressé à savoir combien d’universitaires des sciences pures, médicales, ingéneries, font parti de ce mouvement. Et avec les demandes d’injonctions qui pleuvent, le mouvement étudiant est loin d’être homogène.

      R Deschambault

    • De tout les articles écrits dans cyberpresse,celui-ci est sûrement le plus pathétique..N.Doré

    • Une solution pour mettre fin à tout ça : http://www.youtube.com/watch?v=g430TZTQhmg

    • Martin Paquette

    • Hé les jeunes et les parents qui les appuient à 100 % : allez voter aux prochaines élections! Ensuite vous pourrez chiâler contre ce gouvernement pourri, corrompu, à la solde de toutes les entreprises, etc., etc., etc. Ce gouvernement n’a pas les quatre pieds blancs, on s’entend tous là-dessus. Mais la décision prise il y a un an était tout à fait correcte. Pourquoi chers étudiants avez-vous attendu toute une année avant de manifester votre désaccord?
      De plus, il serait temps qu’on arrête de blâmer les baby-boomers, qui, en passant, ont créé bien de la richesse et passablement de programmes qui profitent à tous, même les jeunes. Rien n’est gratuit dans la vie, et il serait grand temps que les jeunes le comprennent et l’assimilent enfin, surtout s’ils veulent être traités comme des adultes! En passant, les policiers sont des êtres humains qui doivent en avoir marre de voir des gens les insulter, les agresser, faire de la casse sous prétexte que le gouvernement ne les écoute pas! Chapeau à notre police! Et ne venez pas me dire, madame, que cette expression ne vous est jamais venue à l’esprit quand vous aviez à faire face à une situation pas mal moins grave mais quand même agressante!
      S. Bergeron

    • Oups : même aux jeunes et non même les jeunes!
      S. Bergeron

    • @Obam: MC Lortie une militante de gauche. Elle se fout bien de la cour surprême. Dans sa tête les ressources sont illimitées.

      Luc Pellerin

    • @Tout ceux qui sont contre les hausses.

      Voici un très joli débat entre Robert Lacroix ex recteur de l’U de M et Eric Martin qui apparait dans la vidéo les huit muthe des frais de scolarité et qui a écrit université inc.
      http://www.youtube.com/watch?v=motHt82F6Qo&feature=relmfu
      L’université est sous-financé.

      J’ai déjà démontré sur mon post précédent que les frais n’ont aucun impact sur l’accessibilité. AUCUN. Sino pourquoi l’ontario a t’il plus de gradué en pourcentage de la population que le Québec?

      Mais il y encore plus insidieux dans la position des universitaire. En se targant de solidaire et de faire se “combat” pour les génératons avenir, ils militent afin de léguer au génération suivante une université en décripitude!

      Bref ce que la CLASSE, la FEUQ et la FECQ veulent c’est après nous le déluge. EXACTEMENT ce que c’est petit égoïste reproche au boomer!!!

      Bernard Théroux
      Hochelaga

    • @astyanax. Bonne analyse. Je seconde!

    • Oups j’ai oublié de signer. F.Blitz et j’ai 55 ans…

    • Les policiers font leur travail aussi bien qu’ils peuvent. Les autres adultes sont chez eux, la tête dans le sable, épuisés après une journée et une semaine à courir pour étendre les feux de la vie quotidienne. Mais ça ne veut pas dire qu’ils ne sont pas indignés. Pour ma part, j’envie les étudiants pour leur énergie et leur liberté. Et je suis plutôt d’accord avec leurs revendications, qui font partie des choix de société qui m’intéressent. Je rêve du moment où les adultes réussiront à se mobiliser, comme les étudiants, autour des enjeux qui leurs tiennent à coeur. Aujourd’hui les droits de scolarité, demain la corruption, l’injustice, la dette, la santé, alouette. Faut qLes policiers n’ont pas fini de sacrer.
      B. Grenier

    • Les étudiants y ont mis le temps mais ils semblent avoir compris ce qu’il faut faire pour nous convaincre qu’ils rejettent la violence : collaborer activement avec les policiers et les aider à prévenir le vandalisme. Bien content de voir que c’est maintenant le cas. À mon avis, si les manifestations des prochains jours se déroulent bien (je présume qu’il y en aura à tous les soirs), le gouvernement devra réinviter toutes les associations à la table de négociation.

      Martin Parenteau

    • www.fm93.com/audioplayer.php?mp3=130606

      Et ça , quelle sorte de language ça représente, qui veut négocier avec un révolutionnaire.

      Jacques Fréchette

    • Les médias parlent d’arrestations ciblées de casseurs… faites nous rire. Regardez ce vidéo à 3:40 on les voit ces «casseurs» qui ont été arrêtés : http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=wiib7CVafw0

      Avis aux casseurs : quand vous faites de la casse, habillez vous en noir, pas en orange, sinon vous êtes facilement repérables.

      La seule violence que j’ai vu dans cette manif : celle des policiers qui matraquent et qui poivrent en s’imaginant qu’ils vont mater une foule de 40 mille personnes; et celle de manifestants «pacifistes» qui s’en sont pris à une petite fille masquée qui a brisé une fenêtre du bureau des Forces armées. Heureusement elle a réussi à échapper à ses agresseurs.

      - M. Laffont

    • Un point de droit important que ne semblent pas connaître les intervenants: les policiers n’ont aucun droit de déclarer une manifestation illégale.

      http://voir.ca/veronique-robert/2012/04/27/«manifestation-illegale»-n’est-pas-un-enonce-performatif/

      Manifester est un droit fondamental en démocratie, et une droit fondamental ne peut pas vous être retiré, à moins qu’il en s’agisse d’empêcher un acte criminel.

      À ce titre, on ne peut vous arrêter pour avoir participé à une manifestation « illégale ». On peut vous accuser d’attroupement illégal, mais il s’agit alors d’une accusation criminelle. Les policiers devront donc démontrer que « vous aviez l’intention de troubler la paix tumultueusement ». Ils ne peuvent décréter la chose simplement parce que des gens sont rassemblés pour manifester…

      Les policiers abusent ici carrément de leur pouvoir, se livrant à des arrestations arbitraires dans le but d’intimider les manifestants. Ils n’ont pas le droit de vous arrêter si vous n’avez pas commis de méfaits. Les policiers savent très bien que les charges retenues contre vous seront abandonnées devant un tribunal, parce qu’il n’y a aucune chance que vous soyez condamné. C’est juste pour vous faire peur.

      Ce genre de tactique d’intimidation a été dénoncé par Amnistie internationale. C’est carrément indigne d’un pays démocratique.

      Stéphane Thibodeau

    • @littleplaton

      “Les Policiers se font narguer, se font insulter, sont sur le qui-vive à cause des casseurs et une petite phrase”rough” vous boulverse. Vous vivez vraiment dans un monde d`Alice au pays des merveilles.”

      Les policiers sont entraîner pour garder leur sang-froid peu importe la situation. C’est leur devoir. Lorsqu’ils se sont engagés dans la police, ils savaient qu’ils se feraient insultés et bousculés.

      Une insulte n’est pas une raison pour varger à coup de matraque sur des manifestants.

      Pour ce qui est des projectiles, ça peut paraître violent sur le coup, mais avez-vous vu les policiers? Ils sont blindés. Une balle de golf ne leur ferait aucun mal. Évidemment, ce n’est pas une excuse pour attaquer les policiers, mais ces derniers n’ont aucune raison d’attaquer les manifestants pour ça.

      Par ailleurs, une “manifestation illégale”, ça n’existe pas. Il n’y a que des manifestants illégaux.

      Si l’on déclare une manifestation illégale, c’est parce qu’elle s’est transformé en émeute.

      Au lieu de s’attaquer à tous les manifestants et créant ainsi des émeutes, les policiers devraient se concentrer à arrêter les individus eux-même.

      Les casseurs sont facilement reconnaissable. Ils portent de gros sacs à dos, ils sont vêtus de noir et se tiennent en groupe.

      S’ils sont de vrais Black Bloc (et non de simples vandales), leurs cibles sont prévisibles. Les black blocs s’attaquent aux banques, aux multinationales et aux voitures et postes de police.

      Les forces de l’ordre, volontairement, ne s’efforcent pas d’arrêter les manifestants illégaux. Ils s’attaquent à l’ensemble des manifestants afin de délégitimer tous mouvements contestant l’ordre établi.

      Le SPVM, spécialement depuis la création de l’escouade gamas, est une police politique et c’est un danger pour notre démocratie.

      K. Charron

    • @ nike

      «J’ai déjà démontré sur mon post précédent que les frais n’ont aucun impact sur l’accessibilité. AUCUN. Sino pourquoi l’ontario a t’il plus de gradué en pourcentage de la population que le Québec?»

      La première affirmation est fausse. Quand, en 1989, le gouvernement Bourassa a dégelé les frais de scolarité, on a assisté à une baisse nette de fréquentation qui a duré une dizaine d’années. Ce n’est que vers 2000 que la situation s’est améliorée.

      Quant aux comparaisons avec l’Ontario, elles ne tiennent pas la route une seule seconde. Le fait est qu’on ne compare pas les pommes avec les oranges. Le rapport culturel que les Ontariens entretiennent avec l’université n’a strictement rien à voir avec le nôtre. Chez nos voisins, les études universitaires sont mises sur un piédestal depuis toujours. Ici, ce n’est que depuis 40 ans que les études universitaires sont devenues vraiment démocratiques. C’est trop récent pour que l’université ait pu intégrer notre culture. Au contraire, il y a ici un lourd préjugé défavorable envers l’université et une bonne part des réactions très agressives envers les grévistes étudiants relèvent de ce préjugé. Et si vous ajoutez à ce réflexe un anti-intellectualisme particulièrement puissant au Québec, vous vous retrouvez avec une adhésion très fragile aux études supérieures. La hausse des frais de scolarité, outre qu’elle soit parfaitement injuste, viendra assurément fragiliser encore plus cette adhésion. À une époque où le secteur industriel s’effondre et qu’un diplôme universitaire devient de plus en plus nécessaire à l’obtention d’une job le moindrement intéressante, une université moins accessible représenterait pour le Québec une nette régression. En fait, ce serait une catastrophe.

      Lucien Jutras

    • S’il y a une emeute et de la casse apres une partie des Canadiens, ce sont des brutes.

      S’il y a une emeute et de la casse suite a une manif, ce sont des incompris qui s’expriment.

      F Vachon

    • Il n’y a pas d’adultes du côté des “Adultes”, ça c’est clair! C’est une guerre d’égo de cour d’école tout simplement cette crise là. Bravo Charest!!!

      Pour revenir à la dernière offre “patronale” (ou des “adultes”, c’est selon!), l’art de faire dire n’importe quoi aux chiffres!!!

      En quoi une hausse de 82% sur 7 ans serait-elle meilleure qu’une hausse de 75% sur 5 ans?!?

      Après avoir haussé de 75% les frais de scolarité – pensez-y, 75%; ça voudrait dire le gas à 2,15$/Litre pour faire une comparaison que le Québécois moyen comprend!!! -, ne pourrait-on pas donner un break les 5 années suivantes?!?!

      On parle d’indexation normale pour ces 2 années; mon cul! Demandez à un syndicat de vous négocier une hausse de 3,5% par an ces temps-ci pour voir ce qu’il vous dira…

      Et le revenu familial à partir duquel on touche une bourse; avez-vous déjà essayé de faire vivre une famille avec 45000$ (hypothèque, une [seule] voiture, essence, assurances, électricité, nourriture, etc.) en plus de payer des cours universitaires vous??? Ce seuil est ridicule; il faudrait l’indexer au moins à 60000$ par ménage.

      C’est pas compliqué : tu maintiens l’offre de 75% sur 5 ans et tu hausses le seuil des bourses à 75k., ou tu laisse le seuil des bourses à 45k. et tu diminues la hausse à 50% sur 10 ans (5% par année, c’est-à-dire le double de l’inflation)

      Bref, une autre offre ridicule! Moins ridicule que la dernière, mais encore ridicule.

      Refusée!!!

      Mathieu Savoie – Montréal – www.procosom.com

    • Je crois que la situation est devenue trop grave pour les policiers d’une municapalité, il s’agit maintenant d’un travail pour l’armée! On pourrait payer pour des mercenaires pour ne pas impliquer nos soldats. Je ne me suis pas rendu a Montréal par affaires depuis le début des problèmes car finalement, ils me font chier ces jeunes criminels.A.Marechal

    • @ nike

      Si la hausse n’aura «AUCUN» impact sur la fréquentation scolaire, pourquoi le gouvernement Charest se sent-il obligé de multiplier les bonifications au système de prêts et bourses afin, dit-il, d’«assurer l’accès aux études supérieures pour les moins nantis»?

    • Merde: Lucien Jutras

    • Une super belle contre offre. Bravo, ca avance … pas.

      Une belle manif anti capitalisme. Bravo, j’imagine qu’il y a une belle contre offre aussi au systeme capitaliste ?

      Je pensais revenir au Quebec, je reste en Asie. 15% d’impot, pas de taxe, pas de violence et des gens qui respectent les autres. Les profs sont admires et respecte, les jeunes etudient souvent soir et w-e pour etre mieux prepares. Continuer comme ca, et aller chialer que les chinois ont pique vos jobs demain …

      Quand les chinois auront besoin de casseurs de vitres, on ira vous voir. D’ici la, les “jeunes” du Quebec sont la rise des communautes d’expatries, meme des francais, c’est tout dire.

      D Cormier

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

    publicité

  • TWITTER

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    avril 2012
    L Ma Me J V S D
    « mar   mai »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    30  
  • Archives

  • publicité