Marie-Claude Lortie

Marie-Claude Lortie - Auteur
  • Marie-Claude Lortie

    Journaliste à La Presse depuis 20 ans où elle est chroniqueuse et critique gastronomique, Marie-Claude Lortie commente l'actualité, entre deux brassées de lavage et un match de soccer.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 26 avril 2012 | Mise en ligne à 0h02 | Commenter Commentaires (107)

    Cette situation est pathétique

    Pour assurer un débat respectueux, seuls les commentaires signés sont publiés.

    Capture d’écran 2012-04-25 à 23.47.07
    Photo Bernard Brault, La Presse

    Capture d’écran 2012-04-25 à 23.46.13
    Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse

    Capture d’écran 2012-04-25 à 23.45.25
    Photo Bernard Brault, La Presse

    Capture d’écran 2012-04-25 à 23.46.38
    Photo Bernard Brault, La Presse

    Jour après jour après jour il y a des manifs à Montréal.

    Toujours le même scénario. Une majorité d’étudiants manifestent pacifiquement. Des imbéciles cassent des vitres et vandalisent. La police arrive et utilise ses outils de façon pour le moins généreuse pour mâter le tout. Les ambulances arrivent. Les arrestations sont nombreuses. Les étudiants dénoncent la violence mais certains pas trop. La ministre est fâchée. Charest plane au dessus de tout cela, comme si c’était le problème de quelqu’un d’autre. Rien ne bouge sur le fond…

    Et le lendemain, ça recommence, encore, pareil, toujours pareil…

    Cette situation est pathétique.

    Le gouvernement ne peut pas passer son temps à blâmer les étudiants. C’est aussi son travail de régler le conflit et de permettre aux citoyens de vivre dans une ville paisible. Il n’y a plus deux parties dans ce conflit, il y en a trois, quatre, cinq… Les casseurs, les étudiants pacifiques, le gouvernement Charest, la police et les passants silencieux qui se font poivrer, se prennent dans les embouteillages, ont peur de se faire défoncer leur voiture ou leur vitrine et commencent à en avoir vraiment assez.

    Je sais que le gouvernement fait de l’acrobatie à la Harper dans le dossier, en ne cherchant pas à faire consensus mais en comptant uniquement sur la force électorale des appuis qu’il va chercher avec sa ligne dure. Sauf qu’il joue avec le feu. J’en demeure convaincue.

    Sérieusement, je sais que même moi je me répète mais ça prend une médiatrice ou un médiateur…


    • Pourquoi aucune accusation sérieuse n’est portée?

      Pourquoi les policiers n’arrêtent-ils pas les criminels dès qu’ils commettent leurs méfaits? Je suis certain que ce soir, ils auraient été applaudis par la majorité des étudiants. OK, peut-être pas, parce que c’est difficile de faire confiance à quelqu’un qui te poivre depuis deux mois, mais quand même, faudrait peut-être essayer. Les étudiants sont généralement CONTRE la violence!

      Quand on commence à trouver les histoires de complots sordides pas si invraisemblables que ça, quand on se demande si le travail de sape n’est pas le geste d’agents provocateurs, c’est que le boulot est très mal fait.

      Je ne reconnais plus mon Québec.

      Jacques Boivin

    • Et comment!!!!!

      Jean Charest continue de rire… dans notre dos cette fois, et non devant les caméras.
      Depuis qu’il est au poste de premier ministre, chaque fois qu’il y a une crise, M. Charest “se pousse” et joue à “l’homme invisible”. Pendant ce temps, à la population de se débrouiller avec les moyens du bord, ce qui ne fait que la diviser.
      C’est pathétique, comme vous le dites si bien, Mme Lortie! Triste pour nos jeunes, triste pour le reste de la population. Et sutout, triste de lire les commentaires au sujet de la grève des étudiants sur d’autres blogues, où on s’insulte à qui mieux mieux.

      Le seul qui rit, c’est M. Charest…

      Rira bien qui rira le dernier!

      Suzie Ouellet

    • Madame Lortie, quand vous écrivez:
      «Je sais que le gouvernement fait de l’acrobatie à la Harper dans le dossier, en ne cherchant pas à faire consensus mais en comptant uniquement sur la force électorale des appuis qu’il va chercher avec sa ligne dure. Sauf qu’il joue avec le feu. J’en demeure convaincue. »
      Vous avez entièrement raison…
      Puis-je ajouter que, parmi les appuis électoralistes «subliminaux» de la ligne dure, il y a un certain André Pratte ?
      Merci pour votre courage à publier mon commentaire Madame Lortie et, de grâce, continuez à veiller au grain; nos jeunes ne méritent pas d’être traités comme des terroristes par ceux-là mêmes qui devraient les considérer comme la fine fleur d’un peuple !
      Robert Alarie

    • Si le SPVM n’est pas capable de procéder à l’arrestation de tous ces casseurs et d’appliquer le Code criminel à la lettre Jean Charest n’aura d’autre alternative que de faire appel à l’armée Royale Canadienne et de déclencher la loi sur les mesures de guerre. 325$ par année d’augmentation ne justifie en rien tous ces événements. Ils n’ont qu’à voter PQuiste. Ce qui annulera la hausse. Mais pour l’instant ce sont les libéraux qui gouvernent et ils furent élus démocratiquement. Rétablissons la loi et l’ordre et déclenchons une élection référendaire sur la hausse des frais de scolarité si c’est si important comme enjeu de société.
      Simon picotte

    • Mais c’est quoi au juste cette idée d’organiser une manif un mercredi soir,en plein centre-ville?

      Plus ça va,plus je me désolidarise des étudiants.

      Tout ceci n’est plus qu’un cirque pathétique,mal géré et en perte de contrôle.

    • Ah bordel…

      P.Guilbault

    • Le conflit va se résoudre avec une élection printanière. C’est ce que Jean Charest veut. Dommage pour les sessions des étudiants (hiver, été et automne si ça continu) et les millions que cela va avoir coûté à la société. Plus que ce que la hausse va rapporter.

      Espérons que la population va sanctionner les libéraux et Charest pour ne pas avoir défendu les intérêts de la population, le bien commun et pour ne pas avoir agit en homme et femme d’état responsablent.

      M.A. Patenaude

    • JE PENSE COMME VOUS

      Le gouvernement devrait céder. C’est la seule façon de régler le conflit parce que les 3 associations ne veulent pas d’aucune augmentation des frais de scolarité. Êtes-vous contente? Toujours mettre la faute sur le gouvernement.

      Pierre tremblay

    • Y a-t-il un pilote dans l’avion ?

      M Lauzier

    • Très bon texte Mme Lortie! Je suis présentement en grève à Trois-Rivières, je suis contre la hausse et pour les grèves, mais je suis fatigué et j’ai hâte de passer à autre chose. Jean Charest dis toujours que les référendums sur la souveraineté du Québec vont amener la chicane et les Québécois en veulent pas de la chicane.

      Et bien je ne reconnais plus mon Jean Charest… ;-)

      Bruno Tremblay

    • Comment pouvons-nous encore qualifier cette organisation de gouvernement! Ses membres ne travaillent aucunement pour la société qui les ont élus, mais uniquement pour des intérêts idéologiques liés à leur parti.

      Je condamne sans retenue leurs positions immatures et indignes face à ce conflit qui ne cesse de s’envenimer en bonne partie à cause de leurs décisions injustifiables d’annihiler les négociations, ne faisant que jeter, une fois de plus, de l’huile sur le feu.

      Je suis indigné.

      Arnaud Paquin, étudiant.

    • Je n’ai jamais eu une très grande estime pour Jean Charest, mais cette fois, je suis carrément écoeurée par son attitude et sa petitesse. Je suis sans voix devant tout ce qui se passe. Par contre, je ne peux m’empêcher d’admirer les étudiants et leurs porte-parole. Mme Desjardins et M. Bureau-Nadeau, en particulier. Mme Desjardins a dit hier soir à l’émission de Anne-Marie Dussault que Line Beauchamp devait cesser de jouer à la maîtresse d’école qui distribue les punitions. Elle a bien raison! Le contraste est d’ailleurs frappant: Line Beauchamp est de plus en plus crispée et dépassée par les évènements alors que Mme Desjardins reste d’un calme imperturbable. Ces jeunes-là ont des nerfs d’acier et moi je trouve que ça augure bien pour l’avenir du Québec.
      Odile Flannery, 70 ans

    • Oups! je voulais dire Léo Bureau-Blouin (Ah! cette mode des noms à pentures…) J’aime bien Gabriel Nadeau-Dubois, aussi, même s’il est un peu trop radical.
      Odile Flannery

    • J’en ai marre de ce gouvernement arrogant, immature et irresponsable, complètement déconnecté des intérêts de la population et du bien commun.
      Loin d’être rassembleur, il cherche toujours à diviser. C’est ce qu’il tente de faire actuellement avec les étudiants.
      Après 11 très longues semaines de grève (durant lesquelles les étudiants ont été bien sages et bien patients), madame Beauchamps a enfin consenti à les rencontrer.
      On le voit bien aujourd’hui, cette rencontre n’était qu’une mascarade. Elle refuse d’entendre une bonne partie des représentants étudiants.
      Bravo aux autres représentants pour ne pas être tombés dans le panneau et d’avoir fait preuve de plus de maturité que la ministre.

      Qu’on annonce au plus vite le maintien du gel pour l’an prochain et qu’on ouvre un débat pour décider de la suite. Il est impératif que cette cohorte d’étudiants termine son année.

      Pendant ce temps, M. Charest s’agite sur son Plan Nord et juge opportun de faire des farces puériles aux dépens des étudiants afin de détendre la galerie. Au moment où l’on s’attend à une déclaration rassembleuse de notre premier ministre, on a une déclaration de Koko le Clown.

      Pourquoi étions-nous si nombreux, le 22 avril, à penser qu’on s’en fait passer une vite avec ce Plan Nord ?
      Peut-être parce que la saga des frais de scolarité ne constitue malheureusement que le plus récent item d’une trop longue liste de sujets qui pourrissent.

      J’ai plusieurs images en tête: Orford, les éoliennes, la corruption, la construction, le financement des partis, les garderies, les gaz de schiste, le pétrole dans le golfe, nos forêts, nos mines, les redevances, les médecins de famille, l’attente aux urgences, le CHUM, les régions qui se vident, les magouilles dans les municipalités, la loi 101 bafouée, les écoles passerelles, les routes et viaducs, l’éducation, les oligopoles en télécommunications, les généreuses subventions aux entreprises, la Caisse de Dépôt, la concentration de l’information en empire médiatique, et j’en passe et des meilleures…

      Comme il est triste de voir ainsi le Québec se gangrener.

      M. Charest, il me semble qu’un Plan Sud serait urgent, opportun et bienvenu.
      Ça presse !

      Pierre Lafontaine, Montréal

    • Se faire poivrer et matraquer pour marcher pacifiquement c’est du jamais vu!!! Je me suis fait prendre en souricière sur Sainte-Catherine entre deux rangées d’anti-émeutes avec aucune issue et des lancées de gaz irritant au centre de la foule! Je ne verrai plus jamais les forces de l’ordre de la même façon. Je suis profondément blessé dans mes valeurs québécoises. Mon Québec Saigne!

      S. Fauteux

    • Non la sérieux .. il faut y mettre un terme … sa devient n’importe quoi .. dans pas long sa ne sera plus des manifestation de quelque milles étudiants … sa va ce transformer en révolte .. en vrai guerre public … tel point que ce ne sera plus la police qui va y être dans nos rue mais bien l’armée .. j’ai vu ce soir dans le coin de sherbrooke … au palais de justice devant les portes il avait plusieur sac d’ordure avec des drapeaux .. ainsi que la a Montréal sa dégénère … nonon … la il faut que M.Charest arrête de poussez sa chance trop loin avant qui arrive plus que de simple menace a madame beauchamps … si cela ne ce calme pas .. et que le gouvernement continue a rire des étudiants sa va dégénéré en chaos tout cette histoire … et la sa ne sera plus le temps de dire ”On aurai donc du”

      Négocions .. sur une hausse plus tardive … sois au lieu de 3 ans .. prolongé le sur 10 ans … ou simplement imposer un nouveau système de taxes pour les future médecin avocat chirugien tout ceux qui fond de tr`s gros salaire une taxe supplémentaire de 4% au rembousement des hausse de scolarité et 2% a ceux qui fond des travail moins payant mais qu’il obtienne quand même leur diplôme d’université ou bien collégialle ….

      Marian Marcheterre

    • pourquoi on les arrose pas avec l eau et ramasser les plus drs pour des accusation et amendes severes ce neodemacratie est une farce.
      Vera leroy

    • Aucune médiation n’est possible avec la CLASSE. Ils ont le mandat d’exiger au gouvernement la gratuité scolaire et comme Gabriel Nadeau Dubois n’est qu’un porte parole et ne peux rien faire autre que promouvoir la décision des associations étudiantes qui lui on demander cette exigence, la porte est fermée.

      En réalité vous demandez que le gouvernement cède ! Il n’en est pas question ! Quitte à ce que que plusieurs foutent leur session en l’air, il faut mater les casseurs coûte que coûte à n’importe quel prix.

      Terminer la retenue, maintenant que la loi fasse sentir sa présence et punisse sévèrement les casseurs. Ce n’est pas la majorité des étudiants qui approuvent ces actes, mais ils sont la majorité silencieuse et ne se font pas entendre assez.

      François Bélanger

    • C’est Jean Charest qui devrait être renfermer pour aliénation mentale. Ça n’a plus d’allure d’avoir ça comme premier ministre , il a même pas la crédibilité de porter ce titre et ses ministres tout autant. On a traité les députés NPD de poteaux. Comme poteaux on ne peut avoir mieux que le gouvernement CHAREST !
      Serge Côté

    • Effectivement vous vous repetez….

      Ces pauvres petits étudiants face aux méchant gouvernement, à la méchante police, aux mechants capitalistes, aux méchants riches …..

      Les étudiants ne peuvent pas passer leur temps a blamer le gouvernement, leur travail c’est d’étudier …… à nos frais. Répondre a leurs exigences parce qu’ils menacent de tout casser n’est pas digne d’un chef d’état.

      Evidemment que c’est un enjeu électoral, sinon pourquoi les étudiants marchent maintenant puisque cette hausse est annoncée depuis 2012 ? Leurs petits amis les syndicats leur ont tres bien expliqué…..
      Jacqueline Lavallée

    • “Ce n’est pas mon rôle de faire un appel au calme” -Gabriel Nadeau Dubois de la CLASSE.
      Après on se demande s’ils font exprès.

      B Plante

    • Bonjour,

      Personne ne semble réaliser que c’est un immense privilège que de pouvoir fréquenter les grandes écoles. J’ai vu dans des pays du Tiers-monde de jeunes enfants travailler de 8 à 10 heures par jour pour quelques sous, afin d’aider leur famille. Après ce dur labeur, ils ont encore le courage d’aller rencontrer des religieuses et des religieux afin de suivre quelques heures de formation. Ils ont de grandes ambitions. Certains veulent devenir des professionnels: Médecin, ingénieur, professeur, ils en rêvent. Que de courage pensais-je, le succès étant si éloigné dans le temps.

      Dans notre société gâtée, nos étudiants descendent au rang des voyous. Ils se permettent de briser, de détruire les biens de ceux et de celles qui les maintiennent dans l’abondance. Ceux qui commettent des actes criminels doivent être punis sévèrement. Il faut leur servir un ultimatum d’entrer immédiatement à l’école sous peine d’annuler tout simplement la session d’ici 48 heures. Assez c’est assez, ça va faire.

      Gaston Langlais – Gaspé.

    • Moi, je pense que Patrick Lagacé a raison: Monsieur Charest est sans doute trop occupé à nous jouer un autre tour de passe passe ou bien il est trop content que nous ne voyions que la crise des étudiants et que nous n’allions plus fouiller dans les dossiers de la construction-corruption ! Ne le sous-estimons pas ! Cela cache quelque chose !
      S. Muller

    • Line Beauchamp, ministre de l’éducation.
      Démission.
      Paul Laurendeau

    • Gauche=violence

      Vous ne verrez JAMAIS un boycotteur de cours issus des facultés de médecine, art dentaire, autres sciences de la santé et sciences pures, etc. Sortez-moi les grilles de cours des boycotteurs et vous n’y verrez même pas un cour de mathématique. Ça fait 40 ans que c’est gelé. On a toujours pelleté le problème à plus tard. Et plus tard c’est maintenant. Et la majorité de la population appui monsieur Charest dans son entreprise « d’ajustement » des frais. On demande seulement, à peu près la parité moyenne avec le ROC. On est loin, ici, d’une session à YALE.

      Personnellement, je serais davantage pour qu’on permettre à 3 Universités québécoises (Mc GILL, l’UdeM et Laval de charger le prix qu’elles veulent. Ceux qui ne veulent pas payer iront dans le Réseau UduQ. Ça ne coûte pas cher former un étudiant dans une faculté sèche de toute manière.

      N’oublions pas que McGill ne pourra pas demeurer la meilleure Université Canadienne et l’une des meilleures au monde sans de nouvelles entrées de fonds!!!

      Simon picotte

    • C’est le gouvernement qui est pathétique.

      C’est le gouvernement qui a provoqué cette situation pathétique.

      C’est Beauchamp qui est pathétique, car elle n’est plus la bonne personne
      maintenant pour négocier…..confiance rompue.

      Charest le seul responsable de cette merdouille.
      Charest pathétique, avec son ….Diviser pour régner.
      Charest pathétique, avec son refus de s’excuser pour ses paroles.
      Charest pathétique, par son entêtement pré-électoral.
      Charest pathétique, point à la ligne.
      Charest pathétique, mais fidèle à lui-même.

      Pathétisme provoqué, soutenu,nourri , entretenu par CE gouvernement….
      et ce VOLONTAIREMENT( pour moi c’est le pire)
      Louise April(Laloue)

    • Par curiosité, j’ai consulté un site qui relate les événements de Mai 68 en France. Vous me direz que les revendications des étudiants français n’étaient pas les mêmes qu’ici et c’est vrai. Néanmoins, les événements et leurs conséquences sont intéressantes. Voici ce qui est dit:

      “Conséquences politiques de Mai 68

      Les accords de Grenelle : Une augmentation de 35 % du SMIC à 600 F par mois et de 10 % des salaires, la réduction du temps de travail, sont entre autre conclues lors des accords de Grenelle.
      Dissolution de l’Assemblée nationale le 30 mai 1968 : Les élections législatives de juin 1968 voient la très large victoire des gaullistes.
      Référendum sur la régionalisation et le rôle du Sénat du 27 avril 1969 et départ du Général de Gaulle.”
      R.Ducharme

    • C’est de plus navrant de voir qu’une situation dégénère à ce point. Si à la 3e semaine une porte avait été ouverte, si le respect avait été du rendez-vous je ne crois pas qu’il y aurait eu ces débordements. À chaque fois, on dirait que le gouvernement laisse aller les choses jusqu’à ce qu’il ne puisse plus rien faire et soit au pied du mur. Des fois, le pied du mur est aux communes, mais là il est dans les rues.

      Avec l’escalade du mécontentement des étudiants, le nombre de manifestation ou de coups d’éclat, il reste que plus il y a d’incidents plus le risque d’accident augmente. Que l’on parle des policiers qui sont surutilisés, je parle ici d’heures de travail, les risques de blessures ainsi que de prendre de mauvaises décisions augmente. Que les affrontements, toujours avec plus de frustration, vont mener à des débordements. J’espère seulement qu’on trouve un compromis avant que quelqu’un soit blessé. Et pour ceux qui disent que les étudiants sont des enfants gâtés, dites-vous bien qu’ils ont hâte de retourner en classe, mais pas à n’importe quel prix. Autre chose, si vous vous dites je me suis endetté et j’ai payé ma dette. Doublé votre dette de sortie d’université et dites-moi si vous auriez eux autant de facilité à la payé en sortant de l’université puisque c’est ce qui valeur arriver… Payer 11 000$ de dette en an si vous avez 22 000$ vous ne payerez pas ça en 2 ans. Si vous pensez que c’est le cas, retournez faire un cours de mathématique financière.

      Didier Bérard
      Enseignant collégial

    • Ce qui est pathétique, c’est que personne ne nomme les actions des étudiants (et casseurs) pour ce qu’elles sont : du terrorisme. Quand j’entends des gens à la radio indiquer que, comme moi, ils évitent le centre-ville de peur de se faire prendre dans quelque manifestation, je ne peux conclure à autre chose puisque c’est la définition même du terrorisme.

      Notre gouvernement a agi en imbécile à un égard particulier: il y avait une date butoir du 10 avril, non? Passé cette date, on aurait dû remettre un échec à chaque élève ayant fait son choix de ne pas être en classe. Car il s’agit d’un choix: si vous n’aimez pas ce qui est offert par IGA, vous allez chez Métro. Si vous n’aimez pas l’éducation que nous les contribuables vous finançons, allez en Ontario ou aux USA.

      Si le gouvernement capitule, ils n’auront pas mon vote aux prochaines élections, promis!

    • Oups, signature: P. Forget

    • John James Charest la matraque.

      Le gouvernement libéral du Québec doit être tenu comme seul responsable du fiasco étudiant.

      Charest a créé le problème, qu’il le règle. Non, mais il se prend pour qui celui-là…il met le feu, pour ensuite forcer les étudiants, et leurs parents, à se foutre dedans.

      Charest le très provincial colonisé, a fait son temps. Qu’il dégage !

      Le 18 juin 2012, serait un très bon moment pour tenir des élections au Québec…

      M. Notredame

    • Pathétique en effet. Un gouvernement corrompu jusqu’à la moëlle, des donateurs du PLQ qui se font arreter les uns après les autres pour corruption, (Catania étant le dernier en liste). Pendant ce temps là, John James Charest détourne habilement l’attention en entretenant ce conflit avec une férocité tout à fait illégitime. Le bon peuple est effrayé et se tourne naturellement vers le gouvernement pour l’appuyer dans sa lutte contre ce nouvel ennemi que sont devenus les étudiants du Québec. George W. Bush avec fait de même en inventant les armes de destruction massive. John James vient d’inventer les étudiants de destruction massive pour faire oublier l’immoralité de son gouvernement.

      S.Veillette

    • Bonjour madame Lortie,

      Je suis un vieil homme qui regarde maintenant d’un œil toujours curieux mais distant la vie couler autour de lui. J’aime la fougue et l’énergie de ces jeunes hommes et jeunes femmes que ne cessent de décrier vos collègues Pratte, Lavoie et Roy. Bien que je sois conscient que plusieurs d’entre eux, après avoir gouté dans quelques années aux fruits du pouvoir et de l’avoir rejoindront les rangs des “raisonnables”, j’aime cette jeunesse encore capable d’être outragée.

      Qu’observe-t-elle cette jeunesse lorsqu’elle porte son regard autour d’elle ? Ce n’est pas très joli dans ses alentours. Des “alentours” qu’ont érigés justement ceux qui la jugent avec tant de sévérité : turpitudes, mensonges, manipulations et égotisme.

      Et je n’attend plus rien des gouvernements actuels qui selon moi, bien que tout à fait légaux. n’ont plus aucune légitimité.

      Les lois du temps, de la vie et de l’espérance finiront bien par régner

      Pierre Mayers

    • @glanglais

      Vous, vous n’avez pas l’air de réaliser que les étudiants se battent justement pour que ce privilège demeure accessible, et qu’il ne devienne pas, comme ailleurs, celui d’une minorité de nantis.

      Personne ne devrait être freiné par le manque d’argent, et avoir la possibilité de poursuivre aussi loin qu’il le peut ses études. Chaque fois qu’un étudiant s’arrête au bacc parce qu’il est trop endetté, alors qu’il aurait pu se rendre à la maîtrise ou au doctorat, c’est une perte pour le Québec. Chaque fois qu’un étudiant doit traîner pendant des années une lourde dette qui l’oblige à retarder la venue de son premier enfant et l’achat de sa première maison, c’est une perte pour le Québec, parce que ça veut dire au bout du compte moins d’enfants et une industrie de la construction qui vend moins de maisons.

      Il faut regarder le portrait dans son ensemble.

      Stéphane Thibodeau

    • Clairement, les étudiants n’ont plus le choix. Ils doivent continuer ce qui est devenu un débat de société. NOUS, la population en générale avons été trop pissous pour dire au gouvernement que assez c’est assez avec toutes ses augmentations d’impôts par la porte d’en arrière. Une sorte de résilience. On doit lever notre chapeau à ces jeunes qui ont décidé de se battre.

      M. Duquette

    • J’approuve à 100% la cause des étudiants. Une augmentation de 75% est inacceptable. Que diriez-vous si votre compte d’hydro augmentait de 75% ? dans cette société vieillissante et décadente il est rafraichissant de voir nos jeunes dire c’est assez. Ils nous rappellent à nos devoirs. La révolte n’est-elle pas le propre de la jeunesse ?

      Benoit Archambault, 46 ans

    • @bellinger

      Vous, on sait pour qui vous venez faire votre petite propagande continuelle sur Cyberpresse. Y a-t-il encore des gens assez sots et naïfs pour vous prendre au sérieux?

      Ah ces dretteux, ils ne sont jamais à court de déclarations ridicules.

      En passant, Amnistie internaitonale vient d’épingler Québec dans sa gestion de la crise étudiante. Vous ne viendrez pas dire qu’ils prennent partie ici j’espère:

      http://amnistie.ca/site/index.php?option=com_content&view=article&id=17539:conflit-etudiant–amnistie-internationale-canada-francophone-est-serieusement-preoccupee-par-les-atteintes-au-droit-de-manifester-pacifiquement-&catid=27:communiqulocaux&Itemid=73

      Je sais que les dretteux, comme vous, adeptes de la « libaarté », sont paradoxalement des adeptes de la manière forte, mais il y a des gens qui se préoccupent pour vrai des atteintes aux libertés auxquelles se livrent le gouvernement québécois en ce moment.

      Ça va beaucoup trop loin. Le droit de manifester est fondamental en démocratie. Je sais que les gens comme vous se fichent de la démocratie, mais il y a des citoyens qui réfléchissent qui s’inquiètent du dérapage actuel de notre gouvernement, qu’ils soient d’accord ou pas avec les revendications des étudiants.

      Le gouvernement doit s’asseoir avec les étudiants et négocier DE BONNE FOI cette fois-ci, et non faire semblant comme il l’a fait, alors qu’il n’a jamais eu l’intention de discuter de la hausse. Il faudra sans doute nommer un arbitre dans ce dossier, le gouvernement actuel ne semblant pas capable de résister aux pressions de ses donateurs qui veulent que le Québec atteigne le déficit zéro au plus vite…

      Pourquoi vous pensez? Parce qu’il faut que Québec puisse emprunter à bon compte pour développer les routes et les infrastructures nécessaires à l’exploitation des mines du nord. Ils sont pressés d’avoir accès à ce buffet chinois à volonté…

      Stéphane Thibodeau

    • Donc d’après vous nos jeunes souffre d’un mal-être et le gouvernement devrais les rassurer sur l’avenir de leur société. Et c’est pour soigner cer insoutenable légèreté de l’être qu’il vandalise à tue-tête.

      Je vous invite à en choisir 10 manifestants au hasard et demander leur ce que le gouvernement pourrais faire afin qu’ils cessent leurs émeutes et leurs vandalisme.

      Tous vous parleront des frais de scolarités universitaire. Pas de déficit générationnel, pas d’iniquité riche/pauvre, pas de leurs places dans la société. Bassement de $$$$

      Mais moi aussi je milite pour qu’on rajoute 400 millions en éducation. MAIS PAS UNIVERSITAIRES.

      Rappelons que les frais de scolarité universitaire sont le double en Ontario. Pourtant année sur année le pourcentage de gradué universitaire dans la population est plus élevé qu’au Québec. Pire, le taux de décrochage est 50% plus élevé au Québec qu’en Ontario.

      Si $400 millions devraient être ajouté en éducation ça doit aller pour aider ti-cul à la garderie, au primaire et au secondaire qui lui dans la violence de son quotidien, ne voit vraiment pas le boutte de son calvaire.

      Mais je comprend que vous défendiez l’élite de demain, chacun a le droit à ces opinion.

      Bernard Théroux
      Hochelaga

    • @respectable

      Soyez honnête la vrai augmentation est de 1625$ par session après 5 ans. Si demain matin votre cout d’électricité augmentait de 3250$ par année, j’aimerais bien être là pour voir votre expression.

      Tony Paradis

    • En passant donnez-moi le taut d’imposition des STATES pis je vais m’occuper des frais de scolarité de mes enfants avec plaisir. Quant on est imposé à 52% plus une taxe à la consomation de 16%, je vois pas comment le gouvernemnt peut augmenter les frais de scolarité.

      Le gaspillage n’est pas les frais scolarité bordel, sa représente seulement 280 millions de $$, le gaspillage se trouve dans la construction, le pétrol sur l’île d’anticosti que Hydro à donné pour une bouché de pain à un gros donnateur du PLQ comme par hasard. 3000 milliard de baril de pétrol que cette réserve contient. 3000 milliard de baril à 100$ le baril sa représente 300 000 milliard de $$$ que Charest vient de faire cadeau. Pour l’amour du ciel réveillez-vous, l’arnaqueur vous tient par les couilles et vous en êtes toujours pas conscient.

      Misère …

      Tony Paradis

    • Ce qui est pathétique madame Lortie, ce sont ces gens (blogueurs et autres commentateurs) qui prennent la défense des étudiants intimidateurs, violents, casseurs et arrogants. On veut bien croire qu’une partie de cette génération est enragée (au sens d’avoir la rage), mais rien ne justifie le criminalité. Un geste criminel ne peut pas être excusé par des propos lénifiants du genre “c’est à cause du gouvernement, de la ministre…” Si cela est une excuse, alors tous les criminels pourront l’utiliser devant les tribunaux: “monsieur (ou madame…) le juge, j’ai commis ce crime parce que mon voisin m’a fait perdre la tête, ce n’est pas de ma faute!!!

      La réalité. Au point où nous en sommes rendus, si le gouvernement cédait sur toute la ligne (comme renoncer à l’imposition de la hausse), le message sera clair pour tous les groupes de la société: si la décision du gouvernement ne vous plait pas, alors descendez dans la rue, cassez tout, appliquez la politique de la terre brûlée à la limite… Pour cette seule raison, mais fondamentale, on ne peut pas accepter de procéder ainsi. On dit au gouvernement de négocier, mais négocier quoi? GND a encore affirmer hier devant l’Assemblée nationale qu’il souhaite une révolution de la classe ouvrière, dehors le capitalisme. Alors, on va négocier le passage à une société anarcho-capitaliste? La CLASSÉ est appuyée par l’Union communiste libertaire qui prône rien de moins qu’une guérilla à la Che Guevara (plusieurs drapeaux avec l’effigie de ce psychopathe lors de la manif d’hier soir – l’épitette psychopathe n’est pas de moi, mais d’une analyse de sa personnalité faite plusieurs années après sa mort). Alors, est-ce qu’on y va pour cette révolution prolétarienne de la classe ouvrière? Québec, première république socialiste d’Amérique du Nord? Let’s go for it!

      P. Gauvin Québec

    • @stridulation
      “mais il y a des gens qui se préoccupent pour vrai des atteintes aux libertés auxquelles se livrent le gouvernement québécois en ce moment. ”

      Malheureusement, 60% de la population appuie la hausse des frais de scolarite. Alors dans le cas des manifestations des etudiants et leur casse, ce sont EUX qui font une atteinte a notre droit democratique: la hausse a ete votee par un gouvernement elu selon un mode de scrutin pre-defini par la constitution canadienne. Alors leur chialage et leur desobeissance civile est une atteinte directe a la liberte de la societe. Dans ce cas, l’atteinte a la liberte de 200 000 personnes porte moins dans la balance que le droit a la liberte de 6M de personnes, dont 1.5M touche directement puisqu’habitant Montreal.

      Que vous soyez d’accord avec leur idee ne justifie JAMAIS d’effectuer une desobeissance civiel. Cette methode est valide UNIQUEMENT lorsque plus de la moitier de la population appuie votre ideologie. En cas contraire, c’est totalement innacceptable. Sans cela, a quoi ca sert de dire que nous sommes pour la democratie, si on accepte le jugement de la majorite uniquement lorsque cela fait notre affaire? Si c’est votre facon de penser, vous voulez vivre dans un pays du tier monde puisque c’est exactement ainsi que fonctionnent les dictateurs.

      M. Brassard

    • Ce gouvernement de parvenus attendent une révolution ou quoi ? A un moment donné, ça va pêter fort !

      J Tremblay

    • Pathétique dans son ensemble. La bêtise humaine à son pire. Le comportement du gouvernement est pathétique en ne tentant même pas de paraître ouvert à un minimum de discussions. La CLASSE est pathétique avec son attitude envers la casse, avec son choix de “négociateurs” et avec ses résolutions officielles de type “révolutionnaire alter-mondialiste”. Les étudiants “pacifistes” sont pathétiques en se plaignant de se faire brutaliser alors qu’ils ne respectent pas l’avis de la police lorsque les manifs sont déclarées illégales. À partir de ce moment, si vous rester, ne venez pas vous plaindre par la suite. Les casseurs sont pathétiques. Lyne Beauchamps est pathétique de n’avoir passé qu’une heure à la table avec les étudiants alors que c’est le dossier le plus important qu’elle a à gérer. Alors voilà, trop de monde aux comportements pathétiques résultent en une situation pathétique!

      Sylvain Rivard

    • J’ai hâte que votre collègue Ouimet ouvre un blogue… on dirait qu’elle est encore en Afghanistan tellement ça dégouline de mauvaise foi.

      Nous sommes ridicules en ce moment, peu importe l’allégance, et no dirait qu’on aime ça.

      Quand le Québec sera devenu la Grèce des Amériques, je serai parti depuis un «osti» de bout!

      Sébastien Pouliot

    • Je n’ai rien à dire, je n’ai qu’une immense peine devant tant de mépris, envers notre jeunesse et ces courageux représentants et porte-parole étudiants, qui démontraient hier plus de maturité que tout l’appareil gouvernemental au complet.

      De chipoter pour si peu tandis que durant la même semaine les recteurs qui vont chercher des injonctions pour appuyer sur la désolidarisation étudiante s’envolent à plusieurs de milliers de dollars sans remords… Il y a apparence d’injustice et de compréhension.

      Je vomis sur ce gouvernement, je crache sur cette société qui ne se lève pas afin de de demander à ces dirigeants élus de rétablir le dialogue et ainsi la paix sociale.

      Antonia G Saucedo

    • @glanglais
      Je dis la meme chose depuis le début a bien des amis. Alors que 3/4 de la pop mondiale vis dans une pauvreté extrême, nous exigeons encore plus de services gratuits.

      Je m’imagine très bien montrer des photos et des textes a tous les travailleurs Costaricain ou Panaméen qui ramasse NOS bananes et qui vivent dans des abris de fortune, pourquoi ils doivent venir a Mtl manifester!!!

      @lalouapril
      Encore une fois vous mélangez tout. Il ne s’agit pas d’une crise politique mais d’une crise SOCIALE. On s’en fout de Charest, il débarque au prochaine élection.

      Ghislain Tanguay

    • @respectable

      La hausse est de 1625 $ par année et non de 325$ comme vous le dites. Avant dire dire n’importe quoi je vous conseille de vous informez.

      Merci

      InformER mcl

    • Oups
      S . Boutin

    • Je lis la plupart d’entre vous avec beaucoup de plaisir et de soulagement. N’oublions pas que ce n’est pas dans la rue que les choses se changent. C’est dans un isoloir. IL VA FALLOIR ALLER VOTER!!!

      Philippe Girard

    • Merci Marie-Claude; vous avez parfaitement raison. Ce n’est pas la CLASSE qui est responsable de ces débordements; mais plutôt le refus du gouvernement de revoir sa position. Que l’on soit pour ou contre la hausse des frais n’a plus aucune importance; c’est la paix sociale qui est en jeu.

      Maintenant au sujet de la hausse. Les petits génies du style Martineau (franchement ou pas), qui salissent les étudiants de toutes les façons possibles, sont d’un imbécillité lamentable dans leur “jugement”. Par exemple: ils affirment que la hausse n’est que de 65 cents par jour/par étudiant pour “prouver” que les étudiants sont des enfants “gâtés”.

      Ils prouvent également, savoir compter, on ne peut le nier. Mais comme les étudiants sont 300,000 pour payer la facture, que dire du gouvernement qui refuse de la payer, quand il est 6 millions d’individus pour payer la même facture.

      Je leur laisse faire le calcul et leur demande si le gouvernement, lui, se comporte comme un “enfant gâté” ou s’il se comporte comme un “vieux cheap” qui ne pense qu’à sa poche au point d’accepter de risquer la paix sociale.

      D’accord les manifestations sont des moyens de pression; mais nous sommes dans une démocratie et aucune démocratie qui s’honore ne remet pas en question uns décision qui est contestée par plus de 300,000 citoyen. Certaine de ces démocraties ont une loi qui oblige un gouvernement de démissionner avec une pétition de 100,000 signatures. Notre monarchie déguisée est inacceptable.

      André Lefebvre

    • @blade791

      Excusez-moi, mais vous confondez démocratie et sondages… Tout le monde a le droit de défendre ses convictions en démocratie. Il y a déjà des lois contre les casseurs et le vandalismes, et ceux qui se livrent à ces actes devront faire face à la loi.

      Maintenant, les étudiants ont parfaitement le droit de faire valoir leur point de vue. On appelle ça le droit de manifester. Depuis quand faudrait-il que ce droit soit lié aux sondages??? Étranges rhétorique que la vôtre.

      Il s’agit clairement ici d’un abus de pouvoir du gouvernement ici. Voyons donc, voir si un gouvernement démocratique aurait le droit, tout d’un coup, de se livrer à des arrestations arbitraire et d’intimider des manifestants parce que l’opinion publique serait de son bord !

      J’ai déjà lu des sottises sur ces blogues, mais la vôtre entre dans mon top ten. Pis vous votez en plus, malgré une méconnaissance manifeste de principes démocratiques fondamentaux…

      C’est assez effrayant je dois dire, car vous êtes loin d’être le seul. Ce qui me fait dire que l’école actuellement échoue à transmettre ce qui devrait être des connaissances de base de tout citoyen d’un pays démocratique.

      Stéphane Thibodeau

    • EUH ,Bien je suis surpris,Mme.Lortie je suis d accord avec vous sur tout les points,enfin quelqu un qui propose quelque chose de constructif pour TOUTES les parties implique,j espere que le premier ministre lira votre chronique Mme,bonne journee………..Alain Legault

    • Cette situation «pathetic» ne serait-elle pas plutôt pitoyable ou lamentable ?

      R.Pelletier

    • Il faut absolument que les journalistes racontent avec exactitude le fil des événements. J’étais hier soir à la manif “nocturne” pour constater et voir de mes propres yeux qui dit la vérité. Voilà : nous sommes complètement désinformés. La manif s’est déroulé dans un calme et une bonhommie propre aux étudiants. Pour aucune raison les policiers/anti-émeute/bombes lacrymogènes/matraques/bruits/panique sont apparus de nulle part sur Sainte-Catherine entre Guy et Peel. Il n’y avait aucune vitrine de brisées avant l’assaut des policiers. Les policiers sont entièrement responsables des casses postérieures. J’ai reçu des coups de matraques et fut amplement gazée. Du haut de mes 5. 3 pieds je représente en effet une grave menace pour l’ordre social.

      Isabelle Paquette

    • A Sim06 La hausse est de $325 par année et non $1625 C’est vous qui devriez vous informez.
      Mme Lortie, vous voulez quoi au juste, on plie et on leur donne ce qu’ils veulent?? Et l’a prochaine fois , on recommence?? Je sais bien qu’on ne peut se fier beaucoup au sondage, mais un apres l’autre, les dit sondages disent que la population appuie la hausse.

      Pierre Kavanagh

    • Pathétique c’est le mot…

      Personnellement par contre, quand bien même J. Charest trouvait une cure infaillible au cancer, qu’il réglerait le conflit israelo-palestinien, ou même réduisait mes impôts à 0%, jamais, JAMAIS je ne voterai pour lui ou son gouvernement…

      Et je suis pour une hausse des frais de scolarité, je suis pour une ligne dure face aux casseurs et autres imbéciles… Un casier judiciaire, ça te suit longtemps, tu veux jouer au cave? ben assumes… Pas assez eu d’arrestations et d’accusations de méfait à mon goût…

      Pourquoi pas une loi spécial interdisant les manifs pour 3 à 5 jours, le temps de ramener tout le monde à la table?? Sauf la CLASSÉ qui n’a aucun chef capable de négocier… On ne peut pas négocier à 100 003 autour d’une table… (les 2 association, la ministre et les 100 000 membres indépendants de cette farce de CLASSÉ).

      De toute façon, la CLASSÉ ne veut pas négocier, ils entendent “exiger”… Belle mentalité pour se présenter à une table de négos n’est-ce pas?

      On peut négocier avec des gens qui ont des responsabilités, des capacités, un certain pouvoir de décision… Je n’ai pas de problème avec une hausse moindre mais sur une plus longue période de temps, je suis pour une révision du financement et un encadrement plus serré (avec imputabilité au dirigeants) des institutions d’enseignements (CEGEP et Université).

      Oui il y a beaucoup de gras à couper dans la gestion de ces institutions, des salaires à revoir à la baisse et des primes à carrément éliminer…

      Mais même une fois ce ménage fait, une hausse des frais sera tout de même inévitable…

      En passant, je n’approuve pas du tout la façon dont s’est comporté la ministre, elle n’est pas digne de la fonction, aussi “boké” et idiote que Gabriel Nadeau-Dubois et la CLASSÉ…

      F.Jobin

    • @ghistos, 09h50, vous pensez que…..:

      [On s’en fout de Charest, il débarque au prochaine élection.]

      M.Tanguay vous affirmez que je mêle tout……c’est votre droit.
      Et bien moi, je vous dis “vous êtes un aveugle volontaire”.

      Justement Charest sent la soupe très chaude.
      Comme le vote des québécois sera divisé……trop de partis.

      Lui pendant ce temps, il divise pour mieux régner, passer entre les mailles du filet.
      Et le malheur, il a de FORTES CHANCES de passer.

      Depuis environ 1 mois……dans les médias où sont passés?
      - La Commission Charbonneau et ses….. difficultés.
      - Les cachotteries d’ Hydro-Québec…..
      - Ministère du transport et ses magouilles.
      - la ministre Courchesne et SES multiples dossiers.
      - la ministre Normandeau et son départ soudain et imprévu.
      - Le temps d’attente aux urgences.
      - Le manque de médecin de famille.
      - Les jeux de coulisses dans les places en garderie.
      - Les enquêtes sur la corruption et collusion…..résultats très minces.
      - Le Plan nord si ÉVASIF pour le moment….justes les redevances.
      - L’environnement partout avec les claims déjà enregistrés.
      - Son SILENCE complice envers Ottawa.
      - Etc Etc Etc…….

      Pendant que Charest se cache derrière les étudiants, le temps passe.
      Pendant ce temps pas de questions sur les autres dossiers pour ce
      petit homme, très très petit homme.

      Et vous n’y voyez pas de lien politique……!!!!!!!!

      Ben coudonc! chacun sa façon de voir les choses.
      Louise April(Laloue)

    • Madame Lortie.

      Vous dites ” C’est aussi le travail du Gouvernment de régler le conflit.”

      Quel conflit? Le Gouvernement n’essait que de ramener un peu les frais de scolarité, quasi gelé depuis des décennies parce qu’aucun gouvernment n’a eu le courage de le faire. (Ceci dit, je ne suis pas un grand fan de M. Charest). Même après la hausse, le Québec aura toujours les frais de scolarité parmis les plus bas au Canada et même au monde.

      Les étudiants réagissent comme des braillards de deux ans qui tapent du pied, chahutent et boudent.

      Quel beaux citoyens de demain – d’autres quêteux de l’État

    • Daniel Gulliver

    • C’est à désespérer de la société Québécoise, ça c’est vraiment pathétique.

      Alors que le Québec se noie dans 248 milliard de dette alors que nous sommes surtaxés, avec nos infrastructures en ruines, nos écoles moisies, nos listes d’attente (etc…) et avec de faibles perspectives de croissance et un tiers de la population qui s’apprête à prendre sa retraite.

      Par milliers on bloque les rues avec des pancartes pour réclamer que les choses restent pas cher ou même “gratos”.

      Mais bon sang où avez vous la tête? Avez vous la moindre idée dans quel m… nous sommes?

      Tôt ou tard le marché des obligations va dire C’EST ASSEZ!!! Et croyez moi à ce moment là la hache va vraiment tomber, à voir ce que je vois présentement je m’attends à un bordel épouvantable (qui ne fera qu’empirer les choses…)

      P Brasseur

    • Ce gouvernement m’écœure.
      J’ai trouvé les étudiants très patients avec l’indifférence de ceux qui sont sensés nous gouverner. Ça fait au-dessus de 2 mois qu’ils manifestent pacifiquement et que le sourire de l’éducation refuse de les rencontrer.
      Dernièrement, Line, vient dire que sa porte a toujours été ouverte, demande aux représentants étudiants de réciter sa leçon ( ce sont des adultes! ) et de respecter la trêve, pourtant 3 heures après, les injonctions repartaient… mais la rupture est étudiante?

      Ce gouvernement veut en faire un enjeu électoral en espérant que les québecois aient oublié son incurie, son incompétence et ses liens avec cette fraude colossale qui touche la construction.

      Il faut leur donner une leçon à la Mulroney!

      ps: @ respectable, bellinger et leurs semblables, un petit vidéo fait juste pour vous!
      http://www.youtube.com/watch?v=HH5fVD-1_I4

      DJames Bérubé

    • Si tout cela peut amener les gens et surtout nos jeunes à se politiser.
      À comprendre que si vous laissez nimporte quel arriviste, carrièriste au service des grands financiers du pays se hisser au pouvoir sans votre consentement,par désengagement social et politique, bien préparez-vous car vous allez en subir de très graves conséquences et pour longtemps.
      Comme c’est le cas présentement.
      Les dégats sont catastrophiques!
      Constatez par vous même:
      On vit dans un pays extrêmement riche et on est extrêment endetté…
      Ou va cette richesse?
      Elle nous a filer entre les doigts via nos politiciens!!!
      Bonne réflexion.

    • Pardon J’ai oublié de signer.
      Pierre Marcoux

    • @Chicoutimienne
      J’appuie vos dires. Et je méprise Legault, qui en remet.

      J. Bouthillier

    • Un excellent article qui met les choses dans une perspective mondiale.

      http://www.theglobeandmail.com/report-on-business/commentary/gwyn-morgan/breaking-the-entitlement-addiction/article2387833/

      Si seulement on pouvait en lire des comme ça ici au lieu des insipides jérémiades des chroniqueurs de La Presse…

      P Brasseur

      P Brasseur

    • Je suis contre la grève et déplore que certains jeunes en profitent pour faire des méfaits. Mais de là à déclencher la loi sur les mesures de guerre tel que suggéré par Respectable… Faut tout de même pas pousser mémé dans les orties. On est plus au temps de PET (Dieu merci).

      S. St-Arnaud

    • Je pense que les chroniqueurs de votre journal, tout au moins ceux qui ont un coeur, devraient monter voir M. Pratte.
      Et le sommer de calmer le jeu. Parce que juste qu’à maintenant M. Pratte n’a cessé de dire que le gouvernement ne devait céder. Que ce gouvernement ne devait perdre la face. Qu’il devait prendre l’attitude du macho qui ne s’abaisse pas. Il en a fait une question d’honneur.
      Au contraire, le gouvernement doit reculer et avoir l’intelligence d’avouer humblement que la démarche a été mal enclenchée et qu’il faut recommencer le débat.
      M. Pratte a la responsabilité de dire à M. Charest qu’il s’est trompé. Et qu’il serait très honorable de reconnaitre une erreur dans sa démarche.
      L’entêtement sera tôt ou tard méprisé, la sagesse est toujours respectée.
      Vous avez le pouvoir de parler. Merci.

    • Il saute aux yeux que Jean Charest est querelleur et méprisant, et qu’il veut utiliser cette ‘crise’ a des fins électoralistes. Avez-vous déjà vu Jean Charest admettre une seule petite erreur et ne pas vouloir montrer au Québec en entier qu’il est LE SEUL grand gagnant ? Moi, JAMAIS !

      Jean Charest et Line Beauchamp vont tout faire pour écraser le mouvement de contestation étudiante même s’ils doivent appeler Harper et demander l’intervention de l’armée.

      Jean Charest et Line Beauchamp ont agi comme de véritables terroristes depuis le tout début de cette histoire ! D’abord en décidant d’une augmentation des droits de scolarité de 75 % sans en avoir discuté. Ensuite en réprimant la contestation à coups de matraques. Finalement, en faisant tout pour maintenir la crise à vif deux mois après le début des manifestations !

      André Félix Delisle, Montréal

    • Décroche Line, décroche!

      S.Veillette

    • C’est bien beau de parler de voter, mais avons-nous une véritable alternative dans ces élections? Les partis susceptibles de former le gouvernement ne sont-ils pas tous financés par les mêmes personnes? Comme une impression qu’on nous offre différentes saveurs du mois, mais au bout du compte c’est toujours les mêmes qui encaissent, qui font passer leur agenda. Le vrai pouvoir ne se trouve pas chez les agents de relations publiques qui composent actuellement nos “différents” partis politiques, mais chez les financiers qui les commanditent.

      Je pourrais penser que la démocratie implique d’avoir un pouvoir étatique le plus représentatif possible. Ce pouvoir travaille ensuite en fonction de l’intérêt général, en tenant compte des différents intérêts de divers groupes, certains pouvant être plus influents que d’autres à certains moments, mais pas tout le temps.

      Les élections induisent inévitablement un biais de sélection, un phénomène d’exclusion, et empêchent la meilleure représentativité. L’aspect financier pose un problème dans cette structure élective; il faut beaucoup d’argent pour pouvoir former le gouvernement, ce qui confère une importance démesurée aux préférences des financiers quand vient le temps de choisir les candidats. Il y a ensuite le type de campagnes de séduction que doivent mener les candidats voulant se faire élire, parade qui a de quoi refroidir de grands talents. Dernier aspect, les politiciens de carrière: il faut limiter le nombre et la durée des mandats sans quoi il semble inévitable que ces personnes en viennent à confondre leur intérêt personnel avec le bien commun, deviennent plus soucieuses de se maintenir au pouvoir, ou de préparer leur après carrière, que de se consacrer à l’exercice de leur charge, celle de représentant public, celle de serviteur de confiance.

      Le modèle qui préside déjà à la sélection des jurés permet peut-être d’envisager une avenue pour y parvenir.

      “Le suffrage par le sort est de la nature de la démocratie; le suffrage par le choix est de celle de l’aristocratie.

      Le sort est une façon d’élire qui n’afflige personne; il laisse à chaque citoyen une espérance raisonnable de servir sa patrie.”

      Montesquieu, “De l’esprit des lois”

      “Il est démocratique que les magistratures soient attribuées par le sort, et oligarchique qu’elles soient électives.”

      Aristote, “Les Politiques”

    • @pbrasseur

      Bon, voilà un autre propagandiste constamment présent sur cyberpresse qui vient nous agiter devant la face son chiffre bidon de l’IEDM… Pis, y a des gens qui mordent à cette désinformation.

      La dette du Québec est de 173,3 milliards $, soit 54,6% de son PIB. C’est sous la moyenne des pays de l’OCDE en passant… ( soupirs )

      http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/affaires/actualite-economique/201203/20/01-4507622-quebec-a-sous-estime-de-11-milliards-la-croissance-de-sa-dette.php

      Par ailleurs, je me demande où les gens comme vous ont la tête. Les baisses d’impôts accordées aux entreprises et aux plus nantis, l’imposition moindre des revenus provenant d’investissements, les exemptions fiscales qui se sont multipliées depuis trente expliquent certainement beaucoup plus l’endettement généralisé des pays développés que les programmes sociaux. Ce ne sont certainement pas les programmes sociaux américains – dont la dette dépasse 100% de son PIB – qui ont creusé cette dette…

      Je sais que comme dretteux, vous êtes fâchés avec la logique, mais quand même, y a des limites ! On parle de quelques centaines de millions pour atteindre la gratuité scolaire – qui est loin d’être une revendication actuelle, puisqu’elle c’est une demande des étudiants depuis… 1958.

      Stéphane Thibodeau

    • Un gouvernement “séditieux” ?

      Est-il exagéré de qualifier le gouvernement Charest de “séditieux” ? Peut-être, mais il devient de plus en plus évident pour tous les observateurs attentifs des mouvements qui agitent notre société, qu’une stratégie politique est à l’œuvre dans la gestion de la crise étudiante par le gouvernement Charest. C’est du moins une interprétation des faits que j’ai avancée précédemment, en identifiant une stratégie de tension, et en faisant l’hypothèse que cette stratégie n’est pas seulement l’œuvre du gouvernement, mais d’un ensemble de forces et d’instances socioéconomiques, politiques, voire étatiques, qui s’emploient à faire obstacle à une possible victoire du Parti québécois, ainsi qu’aux espoirs de changement et aux mobilisations populaires qu’une telle victoire pourrait susciter :
      http://www.vigile.net/Strategie-de-tension-a-la

      Pour paraphraser un certain philosophe barbu qu’une police aux ordres du PLQ aurait certainement arrêté dans la rafle du mercredi 25 avril à Montréal, “un spectre hante” l’Amérique du Nord, celui de l’élan populaire du 15 novembre 1976, avec l’historique victoire du Parti québécois !

      Questions sur la mise en œuvre d’une stratégie de tension

      Pour faire face au mouvement étudiant, le gouvernement Charest a engagé, à même les ressources financières de l’État, la firme Gowlings, un cabinet d’avocat qui propose son «expertise» «aux dirigeants d’entreprises privées et agit au même titre auprès des dirigeants d’organisations gouvernementales et para-gouvernementales.» (www.gowlings.com). Il me paraît essentiel de savoir précisément quel est le rôle de ce bureau d’avocats dans la crise actuelle, quelles sont les interventions qui ont été faites par cette firme, et à quels moments ces interventions ont eu lieu. Y a-t-il une relation entre l’engagement de cette firme par le gouvernement, et la judiciarisation croissante du conflit avec la multiplication des injonctions contre les décisions prises démocratiquement dans les assemblées étudiantes ?

      La stratégie gouvernementale face au mouvement étudiant ressemble fâcheusement à celle de propriétaires d’entreprises qui préfèrent fermer des usines ou des commerces, plutôt que de négocier de bonne foi avec leurs employés. Est-il possible de fermer … et de délocaliser Cégeps et universités ?

      À chaque dérapage de manifestations qui sont au départ pacifiques, il est question d’un mythique «Black Block», entité qui serait soit parfaitement étrangère au milieu étudiant, ou au contraire présenté comme un complice occulte de la CLASSE… Il est évident que les dérapages (vandalisme, voies de faits sur des policiers, etc.) dont certains groupes ou individus sont responsables, sont le prétexte d’une répression et d’une criminalisation de plus en plus massive de manifestants qui se trouvent simplement sur les lieux de l’action, et ils servent par ailleurs à alimenter un discours gouvernemental qu’il est difficile de caractériser autrement que de démagogique.
      Certains soupçonnent des manipulations policières de la part d’agents provocateurs ou infiltrés : il s’agit d’une possibilité et non d’une certitude, et cela ne suffirait pas à expliquer la dynamique actuelle des dérapages et de leur exploitation politique.
      Il existe bien sûr des groupes organisés qui se qualifient eux-mêmes d’“anarchistes”, de “communistes”, etc.: nul doute que le gouvernement soit bien informé à ce sujet par ses “services” … Mais il doit aussi être informé du fait que de nombreux étudiants sont tout simplement en colère, du fait du mépris, de la fermeture, mais aussi de l’intimidation et de la violence policière et parapolicière qu’ils subissent depuis des semaines. C’est cette colère, mais aussi un désespoir qui est en train de gagner à la fois les étudiants favorables et ceux défavorables à la grève, qu’un gouvernement cynique s’emploie à instrumentaliser à des fins électorales.

      La situation du conflit étudiant est à présent complètement bloquée, est on apprend (cf cyberpresse.ca) que la dernière carte dans la manche du gouvernement était une provocation sous forme de proposition non négociable d’étendre la hausse des droits de scolarité sur sept ans plutôt que cinq. Le gouvernement a ignoré les appels à la raison provenant de personnalités publiques de milieux divers, tels que Guy Rocher, artisan de la Révolution tranquille, et Jean Cournoyer, ancien ministre du travail dans un gouvernement libéral… On doit faire le constat du fait que la crise étudiante est devenue une crise sociale et politique.

      Quelles solutions ? La nécessité d’une mobilisation citoyenne !

      Ce ne sont pas seulement les dizaines de milliers de membres de la CLASSE qui sont en colère contre l’arrogance, le mépris et la fermeture, et à présent l’exclusion, qui constituent la seule réponse gouvernementale au mouvement étudiant, mais une bonne partie de la jeunesse, qui comprend qu’elle est globalement exclue par un pouvoir qui ne représente plus que les milieux d’affaire les plus éthiquement douteux !

      Ce ne sont pas seulement ces dizaines de milliers d’étudiants, qui sont devenus les adversaires d’un gouvernement Charest qui préfère mettre à mal les institutions scolaires, plutôt que de négocier de bonne foi avec le mouvement étudiant, ce sont l’ensemble des citoyens pris en otages à la fois par un système électoral inique et par des ennemis de la démocratie qui se sont emparés de l’État québécois.

      Une seule réponse à ce que l’on devra peut-être se résoudre à qualifier de “sédition” : une immense mobilisation citoyenne pour défendre la démocratie, et pour empêcher que la jeunesse étudiante soit utilisée comme “bouc émissaire” dans une stratégie politique à la fois honteuse et perverse !

      Yves Claudé – s’exprimant en tant que citoyen

    • Comme vous le dites, c’est vraiment pathétique…et, des deux côtés. Un manque de leadership du côté du gouvernement pour régler une crise qui n’aurait jamais dû devenir aussi aigue et un entêtement inconséquent de la part de certains groupes étudiants.
      Quand madame Desjardins offre deux places à la CLASSE, elle se rend complice de leurs façons de faire et se fait littéralement embarquer par un groupe qui a un agenda bien différent de celui de la FEUQ. Ne soyons pas dupes de l’agenda de la CLASSE; avec le recul, on pourra sûrement apprécier (dans le sens de mesurer) les vrais intentions des leaders cachés de ce regroupement, parce GDN se qualifie de porte-parole mais les vrais leaders demeurent dans l’ombre.
      Le gouvernement n’aura pas d’autre choix que de déclencher des élections mais je ne crois pas que cela sera nécessairement au bénéfice des regroupements étudiants.
      Je me demande à quel point cette crise n’aura pas un impact plus important sur le taux d’abandon des études que n’en aurait la hausse des frais de scolarité.
      Danielle Moreau

    • @pierre1957

      Aller voir ce lien du MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION

      http://www.mels.gouv.qc.ca/enseignementsuperieur/droitsscolarite/index.asp?page=cout

      Je cite

      “Dans le cadre du Plan de financement des universités québécoises 2011-2017, le gouvernement a annoncé que les droits de scolarité exigés des étudiantes et étudiants universitaires seraient majorés de 325 $ par année à compter du trimestre d’automne 2012, et ce, pour cinq ans jusqu’en 2016-2017. Il s’agit d’une augmentation totale de 1 625 $.”

      Je pense que certaines personnes n’ont pas lu les journaux depuis 3 mois. C’est étonnant….

      Peut-être aussi que le site du gouvernement se trompe ?

      Les sondages appuient le gouvernement Charest parce que les Québécois ne s’informent pas malheureusement.

    • Ahhh la signature -.-

      Désolé !

      S. Boutin

    • Je pense avoir oublié ceci à l’égard de mon commentaire: Simon Gagnon. Je le reprends donc ici:

      C’est bien beau de parler de voter, mais avons-nous une véritable alternative dans ces élections? Les partis susceptibles de former le gouvernement ne sont-ils pas tous financés par les mêmes personnes? Comme une impression qu’on nous offre différentes saveurs du mois, mais au bout du compte c’est toujours les mêmes qui encaissent, qui font passer leur agenda. Le vrai pouvoir ne se trouve pas chez les agents de relations publiques qui composent actuellement nos “différents” partis politiques, mais chez les financiers qui les commanditent.

      Je pourrais penser que la démocratie implique d’avoir un pouvoir étatique le plus représentatif possible. Ce pouvoir travaille ensuite en fonction de l’intérêt général, en tenant compte des différents intérêts de divers groupes, certains pouvant être plus influents que d’autres à certains moments, mais pas tout le temps.

      Les élections induisent inévitablement un biais de sélection, un phénomène d’exclusion, et empêchent la meilleure représentativité. L’aspect financier pose un problème dans cette structure élective; il faut beaucoup d’argent pour pouvoir former le gouvernement, ce qui confère une importance démesurée aux préférences des financiers quand vient le temps de choisir les candidats. Il y a ensuite le type de campagnes de séduction que doivent mener les candidats voulant se faire élire, parade qui a de quoi refroidir de grands talents. Dernier aspect, les politiciens de carrière: il faut limiter le nombre et la durée des mandats sans quoi il semble inévitable que ces personnes en viennent à confondre leur intérêt personnel avec le bien commun, deviennent plus soucieuses de se maintenir au pouvoir, ou de préparer leur après carrière, que de se consacrer à l’exercice de leur charge, celle de représentant public, celle de serviteur de confiance.

      Le modèle qui préside déjà à la sélection des jurés permet peut-être d’envisager une avenue pour y parvenir.

      “Le suffrage par le sort est de la nature de la démocratie; le suffrage par le choix est de celle de l’aristocratie.

      Le sort est une façon d’élire qui n’afflige personne; il laisse à chaque citoyen une espérance raisonnable de servir sa patrie.”

      Montesquieu, “De l’esprit des lois”

      “Il est démocratique que les magistratures soient attribuées par le sort, et oligarchique qu’elles soient électives.”

      Aristote, “Les Politiques”

      Simon Gagnon

    • @archamba

      Si l’on prend un peu de recul, on arriverais à la conclusion que pour sauvegarder notre environnement viable, il faut que le prix de l’électricité augemente: On se plaint souvent de voir partir des emplois dans le Sud en raison de leur Cheap labor; on ne voit pas tous les vautours qui viennent s’installer ici dans le cadre du plan nord en raison de notre Cheap Energy. On n’a pas besoin de monde éduqué pour ce rendre compte de cela; augmentons les frais de scolarité dirais l’autre… votre argumentaire est désolant!!!

      Tomas Agusto Mileño

    • Et si les casseurs allaient à Québec faire du grabuge et laisse Montréal tranquille. Peut-être que le gouvernement bougerait ?

      Luc Dubois

    • À tous les étudiants je vous conjure de ne pas lâcher, de continuer votre GRÈVE, de revendiquer encore et encore votre droit fondamental à une éducation abordable et de qualité. Continuez vos moyens de pression, vos manifestations. Et tant mieux si les petits bourgeois endoctrinés de pensée néo-libérale se font brasser la cage, le Québec est dans une profonde apathie depuis trop longtemps.

      Malgré ce que nos médias “mainstream” insinuent, le peuple peut changer les choses en se tenant droit et en ne prenant pas en compte les boniments de la droite égocentrique-schizophrène et des commentateurs-laquais des pouvoir dominants.

      J’ai manifesté avec vous, je continuerai si vous le faîtes

      Victoire aux étudiants !

      Jacopo Belbo

    • SVP compatriotes Québécois, ne soyez pas assez imbéciles pour encore voter pour le PLQ, parti de la corruption et de l’incompétence.

      Le privé s’est assez enrichi avec le financement publique, le PLQ en a trop donné déjà de notre argent. Allons chercher l’argent que l’on a de besoin dans ce que le PLQ est trop incompétent et corrompu pour faire: de l’ordre dans les mauvaises décisions des trop nombreux mauvais gestionnaires d’université, une halte au fait que l’on paie 4 fois le prix pour nos infrastructures dans des enveloppes brunes, arrêter de faire 38 commissions d’enquête qui finiront sur des tablettes, encadrer le développement économique sans donner carte blanche aux amis du partis qui vont bafouer les droits des citoyens, arrêter de donner des subventions aux corporations milliardaires, arrêter de donner des crédits d’impôts et des subventions aux banques, les banksters, qui ne sont là que pour nous cr*sser, arrêter de former des ministres qui se servent de leurs contacts politiques pour se trouver du travail avant qu’ils ne démissionnent (i.e. on paie des ministres avec le $ des impôts pour qu’ils puissent magasiner un job au privé qui fera ensuite le retour d’ascenseur tant encouragé au PLQ).

      Encore une fois, je vous demande d’être intelligent: NE VOTEZ PAS POUR LE PARTI LIBÉRAL DE LA CORRUPTION,

    • S. Sanchez

    • Sim 06 voila ce que vous aviez ecrit
      sim06

      26 avril 2012
      09h51
      @respectable

      La hausse est de 1625 $ par année et non de 325$ comme vous le dites. Avant dire dire n’importe quoi je vous conseille de vous informez.

      Merci

      Comparé le a votre reference

      Pierre Kavanagh

    • Pour Sim 06 plus de precision
      2012 = 325
      2013 = 325
      2014 = 325
      2015 = 325
      2016 = 325
      2017 = 325
      total = $1625

      Expliquez-moi votre $1625 par année

      Pierre Kavanagh

    • L’argumentaire que j’entends souvent des pro-hausse c’est que ça fait (si je me fie au propos de respectable) 40 ans que c’est gelé même si c’est tout-à-fait faux. C’est drôle que quelqu’un au gouvernement c’est réveillé un matin et c’est aperçu que ça fait trop longtemps qu’on paient si peu qu’il faudra récupéré un manque à gagner en 5 ans. Donc on transfère un problème à une partie de la population. Ayant 4 enfants entre 7 et 12 ans ma famille est directement affecté par cette hausse. Si j’utilise la logique du gouvernement, le système de santé étant sous financé lui aussi si je me fie à la taxe à la santé de 200$ sur mes impôts, il me semble que cette taxe devrait être le double pour les personnes de 65 ans et plus vu que c’est ce groupe qui nécessite le plus de soins. Je vois déjà les vieux chialer alors pourquoi se serait acceptable de pénaliser une partie de la population en ce qui concerne les droits de scolarité.

      François Ménard

    • Alors qu’ils exerçaient leur droit de manifester contre une hausse de frais de scolarité injuste et injustifiée, des citoyens – avec ou sans Iphone – ont eu droit hier soir aux pires traitements des forces de “l’ordre”.

      Depuis que le gouvernement ait déclaré la guerre aux assos en leur refusant tout contact, si ce n’est par médias interposés, les forces de « l’ordre » alimentent le feu en provoquant et violentant les grévistes. On a compris que le gouvernement mise sur les débordements comme stratégie dans sa guerre contre les étudiants, dépeint comme un groupe corporatiste parmi d’autres alors qu’ils constituent la société de demain.

      Même les forces de « l’ordre » avaient fini par l’avouer : il y a une minorité de casseurs qui ne sont pas des étudiants en grève. Mais c’est du pain béni pour la Beauchamp et consorts qui usent de l’amalgame « étudiants grévistes = casseurs » pour faire diversion.

      Les médias – roquets de service du pouvoir, jouent le jeu en évitant le débat de fonds, et entretiennent l’indignation à rabais des gros bourgeois de Québec et autres idiots utiles des sondages gonflés à l’hélium, émules d’André Ordure qui ont pourtant bénéficié en leur temps d’études postsecondaires pas cher. Ceux-là sont présents sur les tribunes pour conspuer les grévistes fauteurs de troubles! Où étaient-ils pour condamner le mutisme de la ministre après le tir à bout portant d’une grenade assourdissante sur Francis Grenier, de la part d’un policier qui s’est enfui après coup?

      La retraites de tous ces yuppies, les étudiants pourront-ils jamais la payer s’ils doivent retarder toujours davantage leur entrée dans la vie active, quand on sait que les salaires des jobines leur étant accessibles ne seront pas indexés à hauteur de la dette d’études faramineuse qu’ils devront désormais assumer?

      Derrière l’écran de fumée des gaz multi-saveurs : l’accessibilité aux études bradée dans une perspective électoraliste?

      Laurent Simard

    • Encore une trollée de n’importe quoi. Scoop du siècle: le gros méchant gouvernement augmente les frais de scolarité! Oh, on l’avait pas vu venir celle-là….

      Ça fait 10 ans que tout le monde sait pertinement bien que les frais sont trop bas et qu’ils doivent être degelés. Ça fait 10 ans que tout les gouvernements au pouvoir balai le problème en avant par peur de faire face au “syndicats” étudiants. Maintenant, on a *enfin* un gouvernement qui met ses culottes et qui prend les décisions qui s’imposent, tout les petits bloguiste go-gauche de cyberpresse s’excite le poils des jambes et demandent la démission de “John James Charest”… Si j’ai bien compris, en plus, quand Mr Charest prend une décision qui ne nous plait pas, il devient un gros méchant anglophone en plus???

      Du n’importe quoi.

      On accuse le gouvernement de tous les tords, mais bien peu viennent dénoncer l’attitude infantile des étudiants avec leurs réclamations bidons (gratuité scolaire). Tout ce qu’ils veulent, c’est payer moins, eux et que les autres paient plus. Ils ont clairement dit qu’ils refusaient de négocier tant que la hausse ne serait pas annulée… Si ce n’est pas un manque de bonne volonté, je me demande bien ce que c’est.

      Quant à notre système d’éducation, il est très accessible merci. Si nos jeunes n’y vont pas, ce n’est pas à cause des frais, mais à cause de leur sous-éducation. Investissons de l’argent, oui, mais au primaire, au secondaire, là où on en a vriament besoin.

      Quant à la dette, payer 100$ par mois pendant 15 ans, c’est franchement pas la fin du monde. N’importe quel universitaire, sauf les plus tarés incapable de se trouver un emploi, y arrivera sans peine. D’ailleurs, la plupart s’empresseront de payer le quintuple de ce montant pour une belle voiture qui fait vroom-vroom dès la minute qu’ils gradueront. Parlons de mettre ses priorités à la bonne place.

      R. Guillet

    • Information intéressante:

      On compare souvent les frais de scolarité avec ceux des États-Unis et du reste du Canada. Les frais aux États-Unis sont parmi les plus élevés au monde.

      Plusieurs disent que nous avons les frais de scolarité parmi les plus bas au monde. Ce n’est pas ce que l’OCDE constate.

      C’est la gratuité dans les pays scandinaves, Islande, Danemark, Norvège, Suède et Finlande. Même chose au Mexique.

      Voici certains pays européens où c’est aussi inférieur au Québec: Portugal, Espagne, France, Italie, Suisse, Autriche, Tchèque, Belgique, Pays-Bas… entre autres.

      Ces chiffres proviennent de l’OCDE et sont disponibles sous forme de tableau sur leur site ici:
      http://www.oecd.org/dataoecd/38/44/48640480.pdf

      Plusieurs voient les subventions en éducation comme un investissement puisque, entre autres choses, les diplômés universitaires sont parmi ceux qui contribuent le plus en impôt.

      Pierre Lafontaine

    • autre fait intéressant, malgré le fait que les États-Unis aient le système d’éducation le plus dispendieux au monde leurs résultats académiques sont inférieur à la moyenne des pays de l’OCDE
      http://www.npr.org/2010/12/07/131884477/Study-Confirms-U-S-Falling-Behind-In-Education

      comparons nous à meilleur et non aux pires
      François Ménard

    • Comme disent plusieurs de mes amis Facebook :
      La phrase clé : ”Diviser, pour mieux régner”
      C’est clairement remarquable depuis le début et les gens, même au sein des écoles sont de plus en plus divisé.

      Marie-Eve D.

    • Tant et aussi longtemps que les associations étudiantes vont définir les universités comme étant des uniquement des boites à donner des cours, on ira pas très loin.

      Les universités sont les assises économiques, sociales, culturelles de nos sociétés. Les définir par le simple fait qu’on paie pour y aller ou non est un non sens.

      Nos universités ont besoin d’argent, de beaucoup d’argenrt pour continuer à jouer leur rôle fondamental dans le positionnement global du Québec.

      Que les étudiants se battent pour garder des universités misérabilistes, qui ont de la difficulté à offrir des services de qualité, c’est de courir à notre perte.

      Un petit cours ‘Université 101′ aux manifestants serait nécessaire. Ils se rendraient bien compte qu’ils ne sont qu’un engrenage dans un système qui va au delà de donner des cours de bacc. Elles sont à la base de notre compétitivité et de notre économie.

      Ne les laissons pas saper notre avenir….cet avenir passe par un investissement dans l’économie du savoir et non par donner un rabais à ceux qui en bénéficieront le plus.

      Si ça continue, que personne ne veut payer pour des services publics de qualité, c’est le scénario grec qui nous attend…..

      Si on veut vraiment voir la chute de notre économie, de notre niveau de vie et des programmes sociaux qui nous sont si chers, commençons par être responsables en favorisant un partage des coûts de formation universitaire par les étudiants eux-mêmes.

    • Marc-Antoine Désy

    • Les étudiants d’aujourd’hui sont les enfants-rois d’hier…
      Les familles disloquées, l’autorité manquante, la mollesse des parents a engendré l’inévitable… des jeunes qui ne respectent plus l’autorité!

      A. Bisson

    • Vous écrivez:

      Je sais que le gouvernement fait de l’acrobatie à la Harper dans le dossier, en ne cherchant pas à faire consensus mais en comptant uniquement sur la force électorale des appuis qu’il va chercher avec sa ligne dure. Sauf qu’il joue avec le feu. J’en demeure convaincue.

      OUPS! Pour un peu, je me croyais sur le site de la CLASSE.

      Pour l’analyse professionnelle et pour l’impartialité, on repassera; n’est-ce pas madame Lortie?

      Jeffrey Lafrenière

    • Être premier ministre, c’est comme la boisson, y en a qui portent pas ça. Toujours un verre en trop. Ou d’travers.

      Il n’est pas donné à tout le monde de pouvoir occuper convenablement le siège et la fonction de premier ministre.

      ‘Bête’, Jean Charest? Pas d’tête, moron?
      Ce n’est pas la tête qui fait la différence
      lorsqu’on est à la tête de quelque chose.

      À preuve, Jacques Parizeau.
      Nonobstant sa très forte tête,
      il la perdit le 30 octobre 1995.

      Un véritable chef d’État, disait-on de lui. Avant.
      Or, il se sera avéré être un pire chef de ‘gang’
      que Jean Charest même.

      Pour être premier ministre, les indispensables sont la fiabilité (e.g. du jugement), la fiabilité première tout court (i.e. de la probité), de la maturité, un grand souci d’équité pour la Communauté/Collectivité, le sens de la mesure, une foi (la bonne) et l’ouverture (des oreilles d’abord/surtout) ; la politique étant maintenant plus affaire d’écoute et de sensibilité que d’action-réalisation, en raison de la constellation de demandes inconciliables, auxquelles il s’avère impossible de répondre de manière satisfaisante, non seulement pour tous mais pour la plupart, même avec la meilleure volonté du monde.
      Denis Beaulé

    • Je ne prétends pas m’y connaître, mais est-ce qu’un médiateur est vraiment possible? Ce serait un constat de gouvernement en tutelle, il me semble.

      MCL, vous aimez rêver et vous ne le cachez pas, c’est pour ça qu’on vous affectionne à défaut d’être toujours d’accord sur tout. Vous avez raison de désirer la conciliation, mais démocratiquement, ça ferait du Québec l’équivalent d’un régime sinistré.

      Je pense que les autres centrales doivent se distancier de la CLASSE et conclure qu’ils n’ont pas le droit de réclamer des changements sur des enjeux qui devraient être électoraux. Le Québec n’est pas en train de mourir de faim et n’est pas à la merci d’une dictature impitoyable qui tue des enfants. Il y une (1) étudiante détenue. On n’est pas en Syrie ici, on est dans une société extrêmement choyée où le plus grand drame se résume à avoir à payer une hausse qui vaut une tasse de café par jour pendant un certain temps.

      Cette année, presque tous les étudiants post-secondaires francophones pourraient doubler une session. Pourquoi pas une année entière, tant qu’à faire? Montrons au monde entier ce que le champion occidental du décrochage pense vraimemt de l’éducation et de sa valeur! Même les principaux bénéficiaires dudit service sont prêts à s’en passer.

      Au lieu de rassurer les jeunes sur leurs revendications passéistes, l’élite québécoise devrait leur dire que l’éducation est un investissement dans leur propre avenir. Vaux-tu une tasse de café par jour? C’est la question que tous les jeunes devraient se poser, au lieu de suivre des pseudo-intellos qui comprennent à peine l’idéologie de la désobéisance civile et ont grand besoin de continuer leur éducation.

      M P.A. Paquin

    • @ rg8487 (Pierre Lafontrine)

      La différence, c’est que ces pays en sont démocratiquement venu à instaurer la gratuité scolaire.

      La CLASSE pense qu’elle devrait juste tomber du ciel sans que 80 % de la population ait quoi que ce soit à dire. Pour des jeunes qui sont si épris de liberté et de démocratie, c’est typiquement consterant. Les choses ne sont pas si différentes que du temps où mes potes les plus empotés distribuaient des feuillets sur ce paradis des travailleurs qu’était l’Albanie.

      M P. A. Paquin

    • 1$…… 1$ par jour…… Quand on nous disait aux nouvelles ce soir que des dépanneurs risquent de devoir fermer faute de leur clientèle étudiante habituelle, qui se paie le sandwich quelconque à 2,75$… sans compter que cette clientèle se paie sûrement aussi un breuvage et une gâterie. Je répète ce que j’ai écrit sur un autre blogue : j’ai traîné mon p’tit sac brun de lunch pendant toutes les années pendant lesquelles j’ai travaillé, sauf le jour de paie aux deux semaines quand un petit groupe d’amies se retrouvait dans quelque resto pas cher. Peuvent pas se traîner un lunch avec un thermos de liquide, une pomme ou un muffin maison et payer la maudite piasse quotidienne d’augmentation???????

      J. Lincourt

    • Éducation gratuite pour tous. Point.
      _________________________________

      pour respectable :

      Education – Ce qui manque à l’ignorant pour reconnaître qu’il ne sait rien. »
      Albert Brie

      Robert Duquette

    • @sebpoo32 26 avril 2012-09h39
      Vous écrivez: «…Quand le Québec sera devenu la Grèce des Amériques, je serai parti depuis un «osti» de bout!
      Sébastien Pouliot»
      Puisque ce n’est pas demain la veille que le Québec deviendra la Grèce, je présume que, si on suit votre logique, vous êtes en train de faire vos bagages depuis un «osti» de bout ?
      Bon voyage !
      Robert Alarie

    • Bonjour Mme. Lortie, à lire toute les chroniqueurs du moins un très grand nombre, y’a que le gouvernement qui à tord, à vous lire c’est l’évidence, on prend une petite pose et on recul.

      Imaginons où supposons, qu’après plusieurs rencontres, table de concertation consultation avec différents intervenants de 2011 à maintenant, le gouvernement prend un décision ce qui à mon sens est pas mal ça responsabilité, il ce dit tiens? On va augmenter les frais de scolarité de 325$ par année et ça va mettre le bordel, les étudiants vont aller en grève, ils vont sacager Montréal, peinturer des édifices, empêcher les gens de r’entrer au travail, ils vont faire des discours sur la société de demain, ils vont revendiquer à peut prêt n’importe quoi, les médias vont les suivres pas à pas (c’est du bonbon) et la M.Charest regarde Mme.Beauchamp et lui dit c’est une excellente décision? Nous sommes vraiment un gouvernement responsable? Revenons sur la terre réel et non idéologique, l’augmentation ne JUSTIFIE en rien le comportement des étudiants, arrêter de me dire que c’est la faute des casseurs(comme si ce n’étaient pas des étudiants déguiser?) La CLASSE qui n’a pas de classe, cherche et obtiens le chaos, quoi de mieux pour imposer ces idées, tout ce qui ce passe présentement est la responsabilité des étudiants qui pour un grand nombre servent de bouclier à un prêcheur de gauche.

      C’est un combat surréaliste, qui dépasse largement la demande inintial, c’est à croire que c’est devenu un affrontement syndicales comme dans les années 70, mais il me semble qu’en 2012 même les syndicats on compris que l’affrontement est le dernier recours, tout le syndicats vous dirons qu’ils sont à la recherche d’une entente gagnant-gagnant, pas le étudiants.

      En conclusion: on pourrait continuer comme ça jusqu’à demain matin! Assez c’est assez les étudiants doivent revoir leurs priorités, c’est quand même pas 325$ par année qui va les mettres dans la rue, c’est pourtant ce que fait leurs associations.

      Réjean Caisse

    • @pierre1957

      Avez-vous regardé le site que j’ai envoyé ?

      2012 = 325$
      2013 = 650$
      2014 = 975$
      2015 = 1300$
      2016 = 1625$

      La hausse est de 1625$ par année ,mais le gouvernement n’augmente pas les frais d’un seul coup. Il fait 5 augmentations consécutives de 325$ réparties sur 5 ans.

      Une année qui coûte actuellement 2200$ coûtera donc 3800 $ (Sans les autres frais). Donc , la hausse (qui se terminera en 2016/2017) est de 1625 $ par année.

      Ce qui veut dire qu’un étudiant qui fait 3 années à l’université devras payer 5 000 $ de plus pour son bac environ.

      S. Boutin

    • De façon très évidente, le gouvernement Charest ne fait strictement rien pour que cesse cette crise. Pire, tout ce qu’il dit va dans le sens de sa prolongation et d’un pourrissement de la situation. La seule façon de venir à bout de cette folie, c’est que les deux parties s’unissent pour discuter. Point final. Je mets au défi les partisans de Jean Charest dans cette affaire de me faire comprendre le contraire.

      Cette passivité du gouvernement, que dis-je les tonnes d’huile, plutôt, qu’il ne cesse de jeter sur le feu de la révolte estudiantine ne peuvent qu’avoir un seul objectif: lui permettre de remporter les prochaines élections. J’ai beau observer la question sous tous ses angles, impossible en effet d’en venir à une autre conclusion que celle-ci: Jean Charest se fait du capital politique sur la situation. Je ne sais pas si l’on saisit bien ce que ça veut dire. Ça veut dire que Jean Charest manipule un pays en entier. Ça veut dire que Jean Charest n’hésite pas à jouer au pompier pyromane en suscitant une violence pour mieux pouvoir la condamner et la mater. Ça veut dire que Jean Charest n’en a rien à foutre que des dizaines de milliers d’étudiants voient leur session annulée. Ça veut dire que Jean Charest n’en a rien à foutre de la casse et des perturbations économiques. Ça veut dire que les dizaines (centaines?) de millions qu’a coûté le conflit jusqu’à maintenant sont en fait des dépenses électorales. Ça veut dire que les gens qui ont été blessés au cours des émeutes l’ont été pour permettre à Jean Charest de rêver à sa réélection. Ça veut dire que s’il advenait que quelqu’un meurt au cours des prochains jours, son sang sera sur les mains de Jean Charest.

      Une telle posture de la part du gouvernement est, et de loin, la plus terrifiante qu’il m’ait été permis de connaître dans l’histoire du Québec. Jamais je n’aurais cru être témoin, dans mon propre pays, d’un cynisme aussi obscène. Dans un autre excellent papier publié aujourd’hui dans le Devoir sous la plume de Marie-Andrée Chouinard, on parle d’un «Machiavel à Québec». Ben voilà, on y est…

    • Pardon: Lucien Jutras

    • @dman35

      On voit tout de suite que vous connaissez ça, vous, les universités… lol Il se trouve que c’est un milieu que je connais de près. J’aurais aimé lire votre démonstration du sous-financement de nos universités de la part d’un grand expert de la chose comme vous… qui s’en tient à des généralités que l’on a entendues partout !

      Les universités manquent tellement d’argent qu’elles ouvrent des pavillons un peu partout pour se faire concurrence – l’université Sherbrooke a ouvert un pavillon à Longueil, l’UQAM à Laval – elles ont les moyens d’accorder des prêts sans intérêt pour que des administrateurs puissent s’acheter des condos, elles donnent des millions en primes à leurs cadres, qui ont un gros train de vie – on apprenait récemment que des recteurs voyagent en première classe et dorment dans des hôtels cinq étoiles au Brésil en ce moment même.

      Les universités veulent plus d’argent pour prendre de l’expansion, rien d’autre. La qualité de l’enseignement, vous voulez rire j’espère? Fait longtemps qu’elles rognent sur la chose en engageant massivement des chargés de cours. La recherche, quant à elle, devient de plus en plus au service de l’entreprise privée, et au diable la recherche fondamentale.

      Faut surtout aller chercher des gros noms qui vont publier dans des revues prestigieuses et attirer l’attention sur leur université. Ces gens-là, très souvent, n’enseignent pas…

      La qualité de l’enseignement… lol Faut vraiment mal connaître le milieu universitaire pour sortir une connerie pareille ! C’est bien la dernière préoccupation de nos recteurs !

      Stéphane Thibodeau

    • @TOUT LE MONDE ICI PRÉSENT..

      Je trouve quand même cela très drôle en relisant certain opignion des gens comme rapidement repris dans ce petit débat qui explique a chaque année un 325$ et d’autre qui dise que sa l’augement 2x l’année d’ensuite … personnellement … au lieu de juste chialer sur le sujet … ou de simplement dire ”GRATUITÉ SCOLAIRE” ce qui vous savez n’ariverra pas .. on ce mentira pas la dessus …

      Mais pourquoi … expliquer moi cela quelqu’un vous ne poster pas des moyens et des isées qui pourrait être peut-être pris en compte dans des négociation futur .. bon peut-être quel ne seront pas lu mais a place pourquoi ne pas portée le débat sur comment devrions nous amennée des points sur une bases plus prospère et moins alarmante .. histoire de calmer l’enjeu qui cour en ce moment avec les étudiants, le gouvernement et tout ceux qui vont y être touché .. ?

      Personellement .. une Hausse de 4% ou 5% pour tout ceux qui sorte avec de très bon emplois Ex: chirurgien .. Médecin .. et ect .. pour repayer leur hausse de frais de scolarité ainsi évité une hausse dramatique .. et pour ceux qui sorte mais seulement du cégep une hausse de 2% a 3% pour le repaiement des frais … oui au début le gouvernement va perdre de l’argent .. mais c’est par après qu’il va voir une nette amélioration …

      Personnellement c’est une simple hypotèse..

      M.Marcheterre

    • @SIM06: Arrange ça comme tu voudras la hausse n’est pas de 1,625$ par année, elle est de 325$ par année, au bout de la 5e année, les frais totaux auront augmenter de 1,625$ par conséquent l’année 6 va te coûter 0$ de plus, et chaque année ne t’aura coûter que 325$, il est vrai qu’après 5ans, comparer à l’an 1 ton diplôme va coûter 1,625$ de plus, mais pas sur la 5e année.
      Misère de misère? êtes-vous sûr? D’être en grève pour les bonnes raisons ?

      Réjean Caisse

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

    publicité

  • TWITTER

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    avril 2009
    L Ma Me J V S D
    « mar   mai »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    27282930  
  • Archives

  • publicité