Marie-Claude Lortie

Marie-Claude Lortie - Auteur
  • Marie-Claude Lortie

    Journaliste à La Presse depuis 20 ans où elle est chroniqueuse et critique gastronomique, Marie-Claude Lortie commente l'actualité, entre deux brassées de lavage et un match de soccer.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 21 février 2012 | Mise en ligne à 23h09 | Commenter Commentaires (66)

    Lettre à un chiot jamais né

    Pour assurer un débat respectueux, seuls les commentaires signés sont publiés.

    Un reportage sur l’abandon des animaux fait par Enquête à Radio-Canada qui a secoué la population l’an dernier.

    Ce soir, mon chien a un gros col élisabéthain qui l’empêche de gruger son os et de se coucher comme elle le voudrait. Elle vient d’être opérée. Pas de bébé pour elle. Jamais.

    Elle fait un peu pitié avec son accoutrement mais la question de faire ou de ne pas faire cette intervention ne s’est jamais posée. Montréal bat des records d’abandons d’animaux. L’idée de participer à la mise au monde de chiots supplémentaires nous a toujours semblé mauvaise. Très mauvaise. Et encore plus depuis qu’on s’intéresse au monde des chiens et qu’on comprend tous les enjeux de la reproduction canine. Une chienne qui accouche de chiots naturellement, c’est simple. Mais encore faut-il que le maître sache comment encadrer tout ce processus. Savoir avec qui elle devrait avoir des bébés pour ne pas perpétuer des déficiences génétiques, savoir comment accompagner la mère après la naissance, savoir suivre la croissance des petits, amorcer le dressage, comprendre les personnalités des chiots pour bien les préparer à l’adoption, savoir identifier les problèmes de santé potentiels…

    Laisser sa chienne avoir des chiots, c’est simple. Le faire de façon éthique et responsable, c’est énormément de travail et d’efforts qui, selon moi, valent mieux être laissés aux éleveurs professionnels.

    Je suis étonnée de voir à quel point, cependant, j’ai dû expliquer ma décision depuis quelques jours. “C’est mignon des petits chiots, non ?” m’a-t-on dit à plus d’une occasion. Oui, c’est très mignon. Mais ça ne s’envoie pas à l’Armée du salut quand on n’en veut plus. Et un chien ce n’est pas un humain. Émotionnellement parlant, ça ne lui fait rien de ne pas vivre l’expérience de la maternité ou de la paternité. Il ne se plaindra pas de votre décision à son psy plus tard.

    Selon la Ville, entre 40 % et 50 % des Montréalais ont un animal domestique, sauf qu’ils le gardent en moyenne 1,7 an, alors que l’espérance de vie d’un chat et d’un chien dépasse habituellement les 10 ans. Ceci signifie qu’il y a beaucoup d’abandons d’animaux. Dans un tel contexte, n’est-il pas essentiel d’un point de vue éthique de veiller à ne pas ajouter d’animaux à la population déjà existante ?

    Des chiffres ? Voici ce que dit la SPCA:

    “…la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) lance un appel afin de sensibiliser les propriétaires d’animaux, rappelant que, chaque année au Québec, plus d’un demi-million de bêtes sont abandonnées, principalement pendant la période (des déménagements).
    Tous les ans, quelque 575 000 animaux domestiques, la plupart des chiens et des chats, sont ainsi «oubliés», soit l’un des plus hauts taux d’abandon en Amérique du Nord. De ce nombre, 80% finissent par être euthanasiés, faute d’un foyer d’adoption où ils pourraient être recueillis.”

    Aux États-Unis, plusieurs États — Rhode Island, Massachusetts, Alabama, Arizona, Arkansas, Californie, New York, Texas et plusieurs villes, comme Los Angeles et Las Vegas, ont des lois et règlements qui obligent d’une façon ou d’une autre certains propriétaires de chiens et de chats à faire stériliser leurs animaux après un certain âge. À Montréal, l’arrondissement de Rosemont-Petite-Patrie songe à rendre cela obligatoire aussi.

    La stérilisation d’un animal coûte de l’argent. Ce n’est pas donné. Peut-être est-ce pour cette raison que trop de propriétaires ne songent pas à le faire. La Ville devrait-elle subventionner l’intervention ? Peut-être. Elle devrait en tout cas nous dire ce qui coûte le plus cher: aider les propriétaires à faire opérer les animaux ou ramasser, héberger puis recourir à l’euthanasie pour trop d’animaux abandonnés ?


    • Pour moi, la question de stériliser ou pas mon animal de compagnie ne se pose même pas, c’est automatique: les derniers chats que j’ai adoptés venaient de la SPCA où le prix de vente inclut la stérilisation et ma “minoune’ actuelle, que sa propriétaire m’a laissée à regret car elle se sépare de son conjoint et doit déménager, subira elle aussi la grande opération. J’estime que ce qu’on n’a pas connu ne peut pas nous manquer (et son psychiatre ne m’a pas contredite — lol), alors elle ne devrait pas en souffrir de séquelles!

      Claire Thomas

    • Bravo pour votre texte madame Lortie! Parce qu’un petite minorité d’animaux domestiques sont bien encadrés et parfois même très gâtés, trop de gens oublient qu’un nombre alarmant d’entre eux vivent dans la douleur et l’abandon. Nous avons la responsabilité pleine et entière des animaux domestiques: il faudrait prendre cette dernière plus au sérieux, comme vous le faites vous-même.
      Daniel Leduc, dmv
      Gatineau

    • J’adore les animaux j’en ai posséder beaucoup qui furent et qui sont bien traiter,mais comme tel.
      Je suis contre la mutilation des animaux en les stérilisant,dégriffant,et tout autres soins se rapportant plus à des humains qu’à des animaux(tonte,shampoing,coupage de queues ou d’oreilles)ainsi que nourrissage de carnivores avec de la moulée.
      Les animaux ont besoin de nature.Je suis contre la possession d’animaux en ville.
      Les animaux ne sont pas des bibelots!!!

      Gilles Ménard

    • je n’ai pu m’empêcher de remarquer que vous humanisez votre animal de compagnie au point de considérer la faire se reproduire “Le faire de façon éthique et responsable” , mais quand viens la question d’en prendre les responsabilités ben la “Émotionnellement parlant, ça ne lui fait rien de ne pas vivre l’expérience de la maternité ou de la paternité. Il ne se plaindra pas de votre décision à son psy plus tard.” . pas mal élastique comme éthique

      tom bombal mtl

    • j’ai un poteau d’arrêt d’autobus en face de chez moi, l’été dernier, une personne a attaché une belle petite chienne épagneul sur le poteau et est parti en bus sans jamais revenir cherchez la chienne.

      ici l’histoire fini bien, elle a été adopté par un voisin, mais je ne comprendrais jamais cette mentalité qui consiste à adopter un animal sans être certain de pouvoir s’en occuper pendant 10 ou 15 ans.

      Dany Mansour

    • Mme Lortie,

      Le Dr Jean Gauvin a fait une bonne chronique à ce sujet le 13 février dernier à L’Après-midi porte conseil à la Première chaîne de Radio-Canada. Une récente étude qu’il a citée laissait entendre que les résultats sont moins catastrophiques qu’on a pu l’entendre récemment. Malgré tout, il y aura toujours des propriétaires irresponsables, malheureusement. Je vous félicite donc pour votre choix réfléchi!

      Ceci dit, la stérilisation des animaux est déjà ‘’subventionnée” il me semble.

      C. Lincourt

    • À la SPCA, en plus de faire le bon geste d’adopter des animaux qui ont été abandonnés, la stérilisation est obligatoire et fait partie du prix d’adoption. En plus, ils ont souvent des animaux de race, surtout dans les chiens. C’est là que nos avons adopté notre chat et nous ne pourrions pas être plus satisfaits de notre choix!
      Malgré tout, les gens semblent penser que c’est tellement plus glamour de s’acheter un bébé chien à 800$ dans un élevage… Les gens éventuellement oublient de faire stériliser leurs femelles ou prétextent le manque de temps ou d’argent (duh!).
      Peut-être devrait-on obliger les animaleries et les élevages à faire stériliser les animaux mis en vente? Si une personne désire faire de l’élevage, elle n’a qu’à se procurer un permis. La baisse de naissances non-désirées diminuerait probablement de beaucoup… Évidemment, de telles règles seraient difficiles à établir à la campagne, mais encore là, c’est en ville qu’on observe le problème. En ville on a aussi les itinérants qui n’ont évidemment pas les moyens de faire castrer leur animal et ça crée probablement un problème là aussi… En plus du fait qu’ils n’ont pas assez d’argent pour nourrir convenablement et apporter des soins à pitou ou minou lorsque c’est nécessaire.

      L. Martin

    • Vous êtes nombreux à avoir écrit des commentaires intéressants sans signer. Pouvez-vous les renvoyer, avec une signature ? merci. mcl

    • J’ai toujours dit que les animaleries devraient être interdites, sauf pour certaines espèces qu’on ne peut se procurer nulle part ailleurs (reptiles, poissons, etc.). Des chiens et des chats, il y en a plein les refuges. Mais ne me demandez pas pourquoi, le gouvernement du Québec ne fait et n’a jamais rien fait en la matière. Aucune politique là-dessus, aucune opinion, le vide.

      B. Boyer

    • Nous avons 3 chats, les 3 ont été stérilisés. Depuis plus de 20 ans que nous avons des félins à la maison, tous ont été stérilisés, vaccinés et “inspectés” une fois l’an chez un vétérinaire. Tout ça coûte des sous mais nous le savions car nous nous étions informés au préalable. Les animaux sont des êtres vivants et les propriétaires ont des responsabilités. Je m’étonne toujours de retrouver autant d’animaux à la SPA parce que les gens réalisent qu’ils ne sont pas en peluche et que les soins, traitements et nourriture impliquent des déboursés. Fascinant ce manque de planification budgétaire, désolant aussi.

      Jean Fortin

    • Je possède un jeune python royal (espérance de vie de 30 ans, possiblement 40) et je ne peux imaginer m’en débarasser.

      Par contre je me demande quelle est la perception des gens sur son alimentation. Contrairement aux chat/chien, je ne peux le nourrir avec de la moulée. Il mange des rongeurs, dans son cas des rats (plus nutritif mais moins bon au goût pour lui). Je le nourri maintenant exclusivement avec des proies vivante, il les mord à la nuque pour les stranguler avec son corps pour l’avaler par la suite. L’autre option est de le nourrir avec des rats mort congelé. Considérant que les rats congelé sont tué en brisant leur colonne vertébrale sur une pierre pour ensuite séparer manuellement la tête de la colonne vertébrale, suis-je cruel de le nourrir avec des proies vivantes?

      Kevin Picard

    • D’accord avec vous ici Madame Lortie.
      Vivant en ville, j’ai toujours eu des chats, achetés à la SPA. Opérés.
      Maintenant à la campagne, nous avons adopté un chien perdu sans collier dont personne ne voulait. Un magnifique Golden d’une douceur incroyable.
      Vétérinaire pour vaccin, stérilisation, antibiotiques pour une infection dans les yeux, maintenant guérie. Oui ça coûte des sous, du temps et de l’énergie.

      Ceux qui ne peuvent assumer, passez-vous d’animaux. Pensez à eux !

      Robert Duquette

    • Parler de prolifération de chien est un argument qui ne porte pas, mme Lortie. Il faut mettre l’emphase sur le comportement et les désagréments de ces gentilles bestioles lorsqu’elles ont les hormonnes dans le tapis.

      Un animal c’est déjà pénible. Un chien en rut, ou une chienne en chaleur, c’est un littéralement un calvaire… Le chien se transformant en mâle alpha, la chienne et ses menstruations, ses chaleurs… Si ce n’est pas pitou qui s’éprend de votre pantoufle préférée ou de votre jambe …

      Que dire des chats, qui hurlent, qui urinent ici et là, qui se frottent le cul surbaissé, des bêtes qui ne pensent qu’à s’évader … pour mieux revenir remplies de semence d’orgies de ruelle…

      Ah oui, pour ceux qui ont un grand coeur…

      Si vous gardez les chatons à la maison, sachez qu’un fiston minou peut s’accoupler avec sa maman ou sa soeur … Le résultat est rarement joli et en parfaite santé … Des heures de plaisir et de planchers à laver …

      ***

      Qui veut de ça ? Qui, honnêtement, veut de ça ?

      F. Picard

    • C’est une question complexe. Il y a peut-être aussi les animaleries qui devraient peut-être mieux informer leur clientèle à ce sujet (mais peut-être perderaient-elles des ventes?). Et parfois, je me demande, même si elles le faisaient, même si la ville le faisait… qu’est-ce que ça donnerait? L’achat d’un animal a l’air de souvent se faire sous le “coup de foudre”. On veut, on achète. L’animal est considéré comme un bien, au même titre qu’une “canne de bines” achetée au supermarché. Peu d’acheteurs vont considérer le temps de vie de l’animal lors de l’achat.

      En ce qui concerne la stérilisation, c’est un peu la même chose. Oh… ça coûte des sous! Bien sûr! Et y’a les griffes, l’entretien, le toilettage ou… et là… tiens, le propriétaire qui se rend subiement compte de son allergie… ou plus souvent de son “allergie”. Vite relifons le problème à quelqu’un d’autre.

      Je me demande vraiment si c’est à la ville de subventionner la stérilisation des animaux. Geste de responsabilité citoyenne responsabilité citoyenne ou geste de responsabilité individuelle? En fait, je pourrais garder mon chat fertile dans la maison sans l’accoupler. Mais il est aussi vrai que c’est à la ville que le problème d’irresponsabilité de ses citoyens est refilée.

      Et y’aura toujours ceux qui vont dire:”J’en ai pas d’animaux… j’veux pas payer pour ça.”

      Ce qui m’énerve le plus là-dedans, c’est de constater que l’éducation , l’information ne prends pas lorsqu’on aborde ce sujet. Les chiffres de la SPCA… on en a parlé maintes et maintes fois (et ils ont raison!)… mais le message ne passe pas.

      Mais je suis d’accord avec vous, la ville devrait communiquer à ses citoyens les coûts reliés à l’hébergement et l’euthanasie des animaux.

      g.lesage

    • Merci Mme Lortie d’aborder ce sujet. Honte à nous au Québec, nous sommes les champions de l’abandon et du traitement irresponsable (pour ne pas dire cruel) de nos animaux.

      Les autres provinces canadiennes sont nettement plus pro-actives sur ce sujet : stérilisation obligatoire, peines plus lourdes pour les cas de cruauté, interdictions de ventes d’animaux, ce qui est aberrant ici en considérant les refuges animaliers qui débordent.

      Moi je dis oui à tout cela, mais surtout, surtout, une sensibilisation accrue auprès du public. C’est désolant, mais c’est comme ça : il faut dire aux gens de penser à long terme avant de se procurer un chat ou chien et, de grâce, de ne pas le laisser se promener (ou pire, l’abandonner) dans la rue s’il n’est pas stérilisé. C’est une évidence pour certains, mais malheureusement, plusieurs ne comprennent pas ce fait élémentaire.

      Et l’inconscience des gens a des conséquences déplorables : animaux abandonnés (ça fait 5 chats que je sauve d’une vie misérable en un an, tous “atterris” dans ma cour), refuges qui débordent (ce qui contribue au traitement dégueulasse des animaux que certains refuges pratiquent), élus municipaux qui agissent timidement, une fois que les reportages scandalisent. Où est l’humanité dans tout ça ?

      Il faut en parler, il faut agir.

      Valérie Tremblay

    • La solution est simple..interdiction de vendre un chien dans une animalerie. Adopter un chien est un geste important et qui doit être mûrement réfléchit. Un chien que tu paies 1000 ou 1500$ généralement c’est parce que tu as les moyen et la volonté d’en prendre soins comme il se doit. Le jour ou j’ai décidé de m’acheter un chien, j’ai longuement réfléchit à la race de chien qui répondrait à mes besoins. J’ai trouvé un éleveur sérieux, j’ai rencontré le mâle et la femelle qui allait être les géniteurs de mon futur chiot et je les ai choisis en fonction des caractéristique physique et psychologique que je voulais retrouver chez mon chien. Résultat: je suis le maître d’une magnifique femelle berger allemand qui m’apporte beaucoup depuis 2 ans mais j’ai investit entre 30 minutes et 1 heure de mon temps a chaque jour pour lui faire faire l’exercice et lui donner l’attention dont elle a besoin.
      Donc interdiction d’acheter un chiot ailleurs qu’à la SPCA (ou les chiens sont castrés) ou chez l’éleveur ou la reproduction est interdite avec le chien que tu achètes. Le probème des usines à chiots sera réglé du même coup.
      S. Laplante

    • Félicitations pour votre article. Personnellement, ma perspective de la stérilisation a évoluée avec le temps.

      Enfant (dans les années 70), mon père avait fait accoupler sa chienne et nous avons eu l’opportunité de vivre l’expérience d’accompagner des petits chiots dans les premières semaines de vie avant qu’ils ne partent en adoption. Toutefois, de cette expérience je retiens une chose. Les animaux que mon père a donné à des amis ont été mal entourés (un a disparu et l’autre a été frappé par une voiture). Ceux qu’il a réussi à vendre ont été un peu mieux protégés et respectés.

      Adolescente, nous avons eu un caniche miniature que je n’ai jamais fait opéré car je ne me rendais pas compte quand elle était en chaleur. À 12 ans, cette chienne s’est retrouvée avec un cancer au niveau d’une tétine. Au travers de cette expérience, j’ai appris qu’il est préférable de faire stériliser une chienne avant sa première chaleur. Le risque de cancer est le plus élevé si la chienne n’est pas stérilisé; il diminue si la chienne est stérilisée et encore plus si cette stérilisation est faite avant la première chaleur qu’après la première chaleur.

      Si un jour je reprenais une chienne il est clair dans ma tête que je la ferais stériliser avant ses premières chaleurs.

      Pour ce qui est d’un mâle, mon expérience est la suivante. J’ai eu un premier Golden Retriever mâle dans les années 90 et j’ai choisi de ne pas le faire castrer car je voulais avoir un descendant de ce chien admirable. Toutefois je n’ai pas pu réaliser ce rêve car il avait une légère dysplasie à une de ses hanches ce qui interdissait l’annulation de la clause de non reproduction. J’ai fini par faire castrer mon chien vers l’âge de 5 ans pour diminuer les risques de cancer. Je ne l’ai pas fait avant car il n’était pas porter sur la chose et n’était pas agressif. Ce qui était par contre désagréable c’est que certains autres mâles, même ceux castrés, avaient tendance à être agressif vis à vis de lui.

      Aujourd’hui j’ai de nouveau un Golden Retriever mâle et encore une fois, j’ai choisi de ne pas le faire castrer avant l’âge de 2 ans car je souhaite qu’il développe une conformation de mâle. Dans son cas, il y a de fortes chances que je le fasse castrer plus jeune que le précédent car, même s’il n’a pas de comportement agressif, il est plus porté sur la chose que mon précédent Golden. En attendant, je le tiens à l’oeil et je vérifie toujours lorsque nous rencontrons des propriétaires de femelles, qu’elles sont stérilisées.

      Étant de descendance française, je constate qu’au Québec, l’attitude de la population vis à vis des animaux domestiques ressemble à celle des français. L’animal est en quelque sorte un objet de consommation et non un être vivant qui mérite notre respect. C’est, selon moi, bien regrettable.

      Quand on choisit de prendre un animal de compagnie c’est avec lucidité que ce geste doit être posé et non sur un coup de tête. C’est un investissement de temps et d’argent qui doit durer toute la vie de l’animal en question. Le retour sur cet investissement est non chiffrable car c’est extraordinaire le bien-être que ces animaux apportent dans nos vies.

      Anne Colas

    • Oupss, je suis un de ceux qui avaient oublié de signer, mes excuses

      Je commence à en avoir assez…… de voir toutes ces petites chiennes qui sont traitées comme des chiens. Vous devriez lancer une croisade pour que les chiens soient considérés membres à part entière de la famille et qu’ils soient éligibles à l’assurance maladie du Québec. Après tout, on a le droit d’avoir chacun sa chienne et si on a pas les moyens de la faire opérer, la société DEVRAIT payer pour nous. Voilà, pas de discrimination contre les petites bêtes qui vivent parfois très longtemps.

      F.Fortin

    • J’aborde dans le même sens que vous. À voir le nombre d’animaux dans les refuges, c’est à ce demander ce qu’attendent nos élus pour établir des règlements concernant la stérilisation des animaux de compagnies. C’est certain qu’une subvention serait intéressante mais encore faudrait-il tenir les gens par la main et aller les chercher pour rendre le tout encore plus facile. Le prix d’une stérilisation chez un vétérinaire est similaire à celui du coût d’adoption à la SPCA (pour les chats du moins).

      Tous nos animaux proviennent de refuges (SPCA Montréal et Montérégie) et nous nous sommes engagés pour s’en occuper toute leur vie. Toutes ces adoptions auraient pu être évitées si les propriétaires avaient été plus responsables. S’ils ne sont pas capable de se responsabiliser eux même, c’est qu’il faut les aider avec des règlementations et des campagnes de sensibilisation.

      J’adore mes animaux et je savais que je pourrais m’en occuper pour toute leur vie, sinon je ne les auraient pas choisis.

      Lydia Ann Durocher

    • Certaines gens ont ”l’abandon” un peu trop facile et le sens des responsabilités n’a pas vraiment de signification pour certains! J’ai toujours eu 2 chats depuis des années et je ne les ai jamais abandonnés. J’en ai adopté un âgé de 3 ans qui avait été ”garroché” à gauche et à droite par 5 propriétaires différents voilà 2 ans et j’en ai perdue une que j’ai gardée toute sa vie l’été dernier. Il faudrait me marcher sur le corps mais jamais, au grand jamais je n’abandonnerais un animal. Je ressens une colère immense quand j’entends parler de parents qui battent, blesse, tue ou abandonnent leurs enfants ou leur animal. Ma suggestion: faire signer un engagement à celui ou celle qui achète ou adopte un animal de le faire stériliser, de s’en occuper correctement sous peine d’amendes salées et d’éduquer davantage les gens via les médias. Je rêve peut-être!!!

      Yvon Thériault

    • Nous avons un adorable shitzhu comme animal de compagnie. Posséder un animal demande effectivement beaucoup de temps et à l’occasion de l’argent. Mais en retour, l’amour inconditionnel qu’offre l’animal compense largement. Néanmoins, je suis toujours un peu agacer par le discours de laisser l’animal vivre au naturel sans “mutilation”. La première question qu’on devrait se poser est: Pourquoi a t-on un animal de compagnie? Car, je présume que c’est cela qu’on recherche, non? Où est l’intérêt de laisser un animal dehors 23 heures sur 24 ou il risque d’attraper des maladies de se reproduire inutilement (en dessous de nos fenêtres) et faire ses besoins (dans notre plate-bande de fleurs).Nous ne sommes pas dans la savane africaine où le chat aura besoin de ses griffes pour se défendre. Nous vivons en société et l’animal a besoin d’encadrement. Des fois, j’ai l’impression que c’est d’une certaine façon la méthode paresseuse de posséder un animal. Les animaux méritent mieux que cela.

      J.F. Samson

    • Je pense que les commerces devraient obligatoirement inclure les frais de stérilisation à la vente d’un animal. Beaucoup de gens se débarassent de leur animal lorsqu’il commence à avoir ses chaleurs ou à faire son territoire dans la maison, alors si les frais avaient été obligatoires dès le départ, n’auraient-ils pas plus de chances de rester à la maison? Si les gens ne peuvent plus garder leur animal pour d’autres raisons, c’est plus difficile de leur trouver un nouveau foyer s’il ne sont pas stérilisés, qui veut d’un animal adulte dont il faut payer les frais de stérilisation… Beaucoup d’animaux sont laissés à eux-même dans les rues parce que les propriétaires ne trouvent personne pour les adopter, certains ne veulent même pas se donner la peine de les emmener au refuge pour ne pas payer les frais d’abandon… Je pense qu’on ne devrait pas donner le choix aux propriétaires d’animaux de compagnie de stériliser ou non leur animal, parce que c’est la vie et le bien-être de milliers d’animaux chaque année qui en dépend.

      G. Savard

    • Si seulement ta chienne avait été une femme, tout le monde aurait compris qu’on élimine son petit… Mais tuer un chiot, quelle cruauté… Il faudrait organiser une société de stérilisation des compagnons humains pour qu’ils s’attachent inconditionnellement à leur animal de compagnie.

      Sans blague?

      Georges Allaire.

    • Mme Lortie,

      Permettez-moi de vous féliciter de votre « lettre à un chiot » jamais né. Il est primordial de sensibiliser les Québécois à l’importance d’un contrôle des naissances des chats et des chiens.

      En procédant à la stérilisation de votre petite compagne, vous avez non seulement posé un geste civique, mais vous avez augmenté sensiblement son espérance de vie.

      J’aimerais toutefois, rectifier certains des chiffres que vous citez et qui malheureusement circulent dans les médias depuis quelques années.

      En premier lieu, celui qui laisse croire que les Montréalais gardent en moyenne leur animal pour une période de 1,7 an.

      Un sondage Léger Marketing publié pas plus tard que la semaine dernière indique que les Québécois gardent en moyenne leurs chats pour une période de 7 1⁄2 ans et leurs chiens pour une durée de 8 ans. Les résultats recueillis démontrent que peu importe le revenu, l’emploi, l’état matrimonial ou le niveau de scolarité́, le pourcentage de Québécois qui gardent leurs chats moins d’un an après leur acquisition n’est que de 3 %. Quelle que soit la raison (maladies, mortalités, abandons, ventes, fugues, etc.), le pourcentage de chiens qui quittent leurs foyers, au cours des trois premières années de leur vie, se situe à 10 % et à 14 % pour les chats.
      À noter que la durée de possession des chats ou des chiens dans la région métropolitaine de Montréal ne diffère pas du reste de la province.

      Par ailleurs, les chiffres mentionnés, selon vous, par la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) voulant que tous les ans quelque 575 000 animaux domestiques, la plupart des chiens et des chats, sont ainsi « oubliés », sont sans fondement.

      Il est clair que le nombre d’animaux non désiré dans les refuges est trop élevé et doit être corrigé, mais jamais au grand jamais, 575 000 animaux sont abandonnés chaque année. Imaginez une seule minute ce que représenterait l’arrivée d’un demi-million d’animaux dans les refuges chaque année.
      En fait, ces données sont tout simplement une mauvaise interprétation d’un sondage Léger Marketing commandé par notre association en 2008. Voici les vrais chiffres : “
      Que ce soit pour des problèmes de santé, de vieillissement, de mauvais comportement, de contrainte règlementaire, d’allergie, de manque d’espace ou d’argent, les Québécois ont donné, vendu, fait euthanasier ou perdu un chat à quelque 491 000 occasions et un chien à 261 000 reprises.
      Ceci ne veut pas dire qu’ils ont été abandonnés !

      Somme toute, les Québécois se départissent quand même de 25 % de tous les chats ou chatons qu’ils logent et de 23 % de tous les chiens et chiots.

      Un roulement d’animaux qui laisse quand même perplexe !

      Michel Pepin m.v.
      Directeur général
      Association des médecins vétérinaires du Québec
      En pratique des petits animaux

    • Bien d’accord avec vous Madame Lortie.

      Le problemes animals de Montréal sont énorment et ne ce limite pas a la stérilisation. Il suffit de marcher sur la courte de Beaudoin dans St-Henri pour s’en rendre compte. Si vous n’y voyez pas 3-4 chats errants se faufillant entre les voitures et les portes cocheres, vous étiez probablement trop occupé a éviter les scelles des chiens laissées sur le trottoire par des propriétaires négligeants.

      On se demandera alors comment une population aussi dense de chats (on parle ici de 20 a 30 selon mes observations) peuvent survivre aux rigeurs de l’hiver? Et bien, vous remarquerez que certaines personnes habitants sur la rue laissent sur le trottoire des plats de nourriture en “self service”.

      Ce n’est pas par manque d’amour pour les animaux que j’aimerais voir cette meute euthanasié, bien au contraire. C’est parce que leur souffrance quotidienne m’attriste que je voudrais la voir soulagé.

      PL Turgeon

    • Pour répondre à votre question Mme Lortie, je ne crois pas que les villes devraient subventionner les interventions. Nous devrions remonter le problème plus loin pour trouver la solution. Il faudrait peut-être prendre les mesures nécessaires pour enrayer les usines à chiots qui poussent comme des champignons. Malheureusement trop de “BS” en font l’élevage dans leur cabane pour avoir un revenu supplémentaire… et des sans-lumières qui achètent en les encourageant. Que dire des parents qui achètent un chien à leur enfant pour avoir obtenu une bonne note à l’école ! Et pour toutes sortes de raisons pathétiques d’ailleurs, ce sont les pauvres bêtes qui en paient le prix. Pour les toutous qui sont censés être le meilleur ami de l’Homme… l’amitié n’a plus le même sens ici.

      Bref, le Québec est trop souple et n’a pas « les couilles » pour légiférer en matière de droits des animaux. A ma connaissance, seul le Droit (contre la cruauté envers les animaux) est appliqué qui à mon humble avis, semble bien insuffisant et prit un peu trop à la légère pour les contrevenants. Difficile de changer les mentalités, les mœurs, le sens moral car bon nombre de québécois semblent bien loin d’assimiler le point de vue éthique (dont vous écrivez) pour cette cause car les chiffres d’abandons en sont un exemple déplorable qui me brise le cœur.

      Je vous cite : « Le faire de façon éthique et responsable, c’est énormément de travail et d’efforts qui, selon moi, valent mieux être laissés aux éleveurs professionnels ». Vous avez bien raison sur ce point.

      Bravo à l’arrondissement Rosemont-Petite-Patrie pour « songer » à rendre la stérilisation obligatoire. En espérant que ça ne demeure pas qu’un songe…

      N. Maranda

    • Il faut avoir visité quelques refuges pour s’aperçevoir à quel point il y a des animaux abandonnés… Si vous ne voulez pas sortir de chez vous, faîtes une petite recherche sur petfinder juste pour voir. C’est épouvantable.

      À mes yeux, il n’y a pas de questions à se poser: il faut limiter les naissances et il n’y a pas 12 moyens de le faire (je confirme que de cloîtrer son animal à la maison n’est pas un bon moyen… car un animal en chaleur peut s’enfuir!).

      Je suis découragée par ceux qui comparent la stérilisation à une mutilation telle que le dégriffage (qui ne sert à l’humain qu’à protéger ses beaux meubles, à mon avis!). La chirurgie de stérilisation est un “mal nécessaire” qui peut empêcher beaucoup de problèmes… de santé entre autres. Le FIV félin n’en est qu’un exemple. Quelqu’un dans ses commentaires mentionnait combien un animal en chaleur peut être agaçant, c’est vrai… Mais il ne faut pas oublier qu’un animal non-stérilisé doit également subir ses propres chaleurs. Pas nécessairement plaisant pour eux non plus et pas recommandable apparemment!

      Quant au coût associé à la stérilisation, ça vient avec l’animal, au même titre qu’un paquet de soins qui devront lui être administrés dans sa vie. Il faut être prêt mentalement et financièrement à en assumer les frais.

      Je ne pense pas qu’il existe de subventions pour la stérilisation d’un animal et pour être bien honnête, je serais contre: il faut que les gens apprennent à se responsabiliser et assumer eux-même les coûts reliés à l’adoption d’animaux de compagnie.

      p.s. Nous avons deux chats stérilisés à la maison.

      Marie-Eve Landry

    • needle

      22 février 2012
      11h01

      Un python royal en ville au Québec !???!

      Ou vous vous moquez de nous ou le gros bons sens n’existe plus.

      Robert Duquette

    • J’ai deux vieux chats que j’ai depuis qu’ils sont chatons et qui auront 11 ans l’été prochain. Deux questions ne me sont jamais venus à l’esprit: où les adopter (hors de question d’aller dans une animalerie) et si j’allais les faire stériliser (la question était plutôt quand est-ce que je pouvais le faire).

      Honnêtement je ne comprend pas les gens qui ont une vision si matérialiste de leur animal de compagnie, je ne crois pas vouloir faire la connaissance de gens ayant cette mentalité. Lorsqu’on adopte un animal, on fait un contrat moral où, en échange de leur amour indéfectible ainsi que d’infinis sujets de conversation, on se porte garant de leur bien-être jusqu’à leur mort.

      Anne Jacques

    • Premièrement les animaleries ne devraient pas avoir le droit de vendre des chats ou des chiens. Ça porte les gens à acheter un animal de façon compulsive car il est “teeeeeeellement cuuuuuute” sans réaliser tous les frais et soins reliés à la possession d’un animal de compagnie. Au moins quand on va chez un éleveur ou mieux, à la SPCA, pour adopter un chien ou un chat, d’habitude c’est parce qu’on y a réfléchi un minimum.
      Nous avons un chien et un chat, tous deux stérilisés dès que ce fut possible et recommandé pour justement éviter de mettre au monde plus de chiens ou chats et aussi pour le comportement de nos animaux qui semblent tous les deux s’en porter très bien. Le plus plaisant c’est aussi que mon chien mâle ne pisse pas partout aux 2 minutes quand on marche pour marquer son territoire! :P

      Marie-Ève Cormier

    • Plusieurs personnes suggèrent de réglementer, réglementer et encore réglementer. Pourquoi vous compliquer la vie? La possession d’animal devrait être illégale. Posséder un être vivant, c’est un peu de l’esclavage!

      Non? Pourquoi pas?

      Kevin Picard

    • @needle – je ne comprends pas le “kick” d’avoir un python, quelle que soit sa nobilité. Je crois que personne sur ce blogue n’a trouvé drôle que vous nous expliquiez ce que fait votre python avec ses proies vivantes.

      Les animaleries devraient se faire interdire la vente d’animaux et se concentrer sur les articles pour animaux et la nourriture, point final. Nos divers paliers de gouvernement n’en font pas assez pour mettre fin aux usines à chiots. Il y a déjà assez d’idiots qui se pensent capables de gérer des mélanges entre chiens, comme le tarla que j’ai entendu chez mon véto qui disait qu’il allait croiser sa chienne avec un chien tout à fait différent – même si j’ai déjà vu le mélange. N’est pas éleveur qui veut.

      Les villes devraient-elles subventionner la stérilisation? Non! Mais je suis d’accord pour que les villes instaurent des programmes de stérilisation pour les animaux abandonnés, tout en souhaitant que ce fléau diminuera un jour avec des lois sévères. À chacun sa responsabilité. Par contre, j’aimerais voir le jour où tout animal serait équipé d’une puce qui contiendrait l’information sur le/la propriétaire. Si l’animal était retrouvé abandonné, on pourrait mettre la main sur l’imbécile. La personne qui voudrait se “libérer” de son animal par vente ou don devrait se présenter à un organisme tel la SPA- ou chez un véto – pour faire changer les informations, en espérant que ça pourrait se faire à un prix abordable. En sus, chaque visite annuelle chez le véto devrait être inscrite sur la puce. C’est incroyable la quantité de personnes qui ne vont jamais chez le vétérinaire avec leur animal, en particulier s’il s’agit de chat.

      Des lois avec du mordant devraient exister aussi sur la maltraitance. La personne qui laisse son animal dehors nuit et jour (souvenons-nous que chiens et chats sont des animaux DOMESTIQUES) , qui ne nourrit ou n’abreuve pas adéquatement son animal devrait pouvoir être poursuivie, et évidemment, les forces policières devraient prendre la chose au sérieux.

      @anne_colas : pourquoi ne prenez-vous pas conseil de votre vétérinaire sur le bon moment de faire stériliser vos chiens? Vous généralisez quand vous dites que les gens prennent leurs animaux pour un article de consommation. Certaines personnes, surtout les irresponsables, agissent probablement ainsi, mais il y a aussi beaucoup de personnes qui gardent leur animal soit jusqu’à sa mort où jusqu’à ce que la souffrance d’une maladie les mènent à choisir l’euthanasie pour leur favori.

      J. Lincourt

    • Comme plusieurs commentaires ci-dessus, je suis pour la stérilisation obligatoire à l’adoption d’un animal comme le fait la SPCA, sur le long terme, c’est beaucoup moins dispendieux et cruel que l’euthanasie. Il faudrait bannir les usines à chiots parce que ces animaux sont souvent consanguins(les animaux de type « pure race » aussi parce que contraints à se reproduire entre eux) ces animaux sont plus sujets à la maladie et nécessitent donc des visites fréquentes chez le vétérinaire ce qui peut décourager certains futurs propriétaires et prédisposer ces animaux à l’abandon. Il y a beaucoup d’avantages à faire opérer un chat ou un chien contrairement à ce que l’on peut penser, opéré vs non opéré, c’est comme le jour et la nuit… L’animal opéré est souvent plus affectueux et disponible envers son « maitre » et moins intéressé par les autres animaux, incluant les membres du sexe opposé…testé par expérience chez le chien et le chat.

      Mylène T.

    • Je vis en campagne. Un jour, un voisin est venu frapper à ma porte. Il transportait une immense boîte de carton remplie de petits chiots, des Huskies de Sibérie. Il voulait me les donner. J’ai alors permis aux peties bêtes de se promener un peu dans ma grande cuisine de campagne pour les observer et si possible, avec l’assentiment indispensable de mes proches, d’en adopter un. J’ai un immense terrain, je vis dans un secteur très sécuritaire, j’adore les animaux de compagnie et nous étions prêts à nous en occuper. La famille a finalement décidé d’en garder un en sachant qu’on s’embarquait pour au moins une douzaine d’années. Une fois l’animal choisi, le généreux voisin m’a fait comprendre que je ferais mieux d’adopter la portée (6 chiots). Je lui ai demandé pourquoi. Il m’a répondu que si je ne les prenais pas tous, il allait les faire euthanasier. J’étais bouleversé, mais je n’ai pas accéder à sa demande. Une seule bête me suffisait étant donné la responsabilité et l’engagement qu’une telle adoption impliquent. L’individu est reparti avec les 5 chiots restant et j’ai appris, le lendemain, qu’il les avait personnellement abattu. Encore aujourd’hui, sept ans plus tard, à chaque fois que je regarde ma loyale et affectueuse compagne, je revois ses petits frères et soeurs aux yeux bleus, qui s’amusent entre eux sur le plancher de la cuisine en attendant que l’on prenne notre décision. . . . Laissez-moi vous dire que le sort reservé aux cinq autres chiots a fait en sorte que j’ai vite compris l’urgence de payer le vétérinaire et de faire stériliser ma merveilleuse bête qui fait maintenant partie intégrante de la maisonnée.

      Pierre April

    • C’est plutôt une lettre aux milliers de chiots qui sont déjà nés que vous auriez dû écrire.

      Je me demande d’ailleurs si un lecteur ou une lectrice de La Presse a pris une photo de son animal de compagnie et l’a envoyée à Patrick Lagacé dans le cadre de son reportage sur la surconsommation…

      L’adoption, c’est l’option. http://www.adoptez.ca/

      L. Hamelin

    • Très opportun votre article. J’abonde dans le même sens que d’autres ici. Il devrait être interdit, de vendre des animaux dans les animaleries. La vente ou adoption devrait être restreinte aux refuges qui récupèrent les animaux abandonnés et aux éleveurs cadastrés.

      Et le drame ne se restreint pas aux chiens et chats. Bientôt, on achètera un grand nombre de beaux petits lapins tellement mignons comme cadeaux de Pâques. Ces lapins en bonne partie seront abandonnés dans quelques mois une fois qu’ils seront grandis et demanderont des soins, ou OUPS ! on est allergiques et on ne savait pas !

      C. Mathias

    • Cette entrevue me donne mal au cœur. J’ai trois chats aimés, soignés, gâtés. Ils ne vont pas dehors. S’il fallait que mes bêtes soient amenées à un “refuge” et tuées, ça me crèverait le cœur.

      Sans parler des mauvais traitements que certains sadiques leur font subir quand ils arrivent à leur mettre la main dessus.

      Il faudrait mettre en place une moyen de “tracker” les animaux de compagnie et que les gens qui les ont adoptés doivent être tenus d’en prendre soin et de montrer qu’ils les ont toujours sous leur garde.

      Ce sont des petites créatures vivantes, confiantes et aimantes sans condition. Pas des jouets. Elles méritent que nous en prenions soin jusqu’au bout si, après mûre réflexion, on a décidé de les adopter.

      Euthanasier un animal en santé… quelle tristesse, quel signe évident du manque de cœur de notre société…Les scènes d’euthanasie sont très dures à voir, ça me donne envie de hurler. Pauvres petites créatures.

      Je garde mes chats bien en sécurité chez moi. Je ne veux pas qu’ils aient à vivre une telle horreur… une aiguille plantée en plein cœur à froid….

      Le Berger Blanc devrait être fermé et payer une amende gratinée.

      Dominique lavoie

    • J’habite en Suède depuis 2009. Ici, dans les animaleries pas de chiens ni de chats. Juste quelques perruches et 2 ou 3 hamsters plus des poissons. Dans les refuges, pas de chiens ( il y a une liste d’attente! Des chats oui mais rien à voir avec la honteuse surpopulation que l’on voit au Québec et en attendant l’adoption, ceux-ci ont une vie tout à fait acceptable. Euthanasie? Seulement si médicalement souhaitable. J’habite une petite ville et je vois tous les jours, des gens en forme promener beau temps, mauvais temps des chiens en forme. Autour de chez nous, il y a environ 6 chats stérilisés qui pètent de santé et qui mènent leur petite vie de chat jusqu’a un age avancé dans et autour de leur maison ‘officielle’ car nous avons souvent des visites sur la terasse de l’un ou de l’autre en quete de caresses. La Suède eh oui encore une fois un modèle à suivre…
      Chantal Simoneau

    • @q.terreux

      Si vous préférez, on peut prendre un Boa albinos ou un kingsnake ou whatever else you like!! Oui j’ai un python royal (appelé ball snake en anglais). Voici le site d’une animalerie spécialisé dans les reptiles, ils sont absolument excellent dans leur domaine :
      http://www.magazoo.com/

      Un peu d’information sur mon bébé serpent :
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Python_royal

      “C’est le plus petit des pythons africains et un animal de compagnie populaire.”
      “Les pythons royaux sont des animaux populaires en du fait de leur petite taille (comparée aux autres espèces de pythons) et de leur comportement généralement non agressif”

      Juste pour vous faire freaker, il existe aussi des araignées, des scorpions et différents reptiles que vous pouvez avoir chez vous.

      @jolico

      Je ne comprend pas le kick de vouloir parler à la place des autre. Vous êtes exactement le genre de vierge offensée qui pouvait réagir à mon commentaire. Juste comme ça, avez-vous déjà vu un chien ou un chat ramener un animal mort? Les chat font ça régulièrement alors que les chiens se contentent souvent de les attraper (et les tuer violemment). Un de mes ami avait une chienne qui régurgitait parfois les écureuils qu’elle attrapait. Mon bébé serpent n’a pas besoin de faire saigner sa proie ou de la déchiqueter. Il l’étouffe et elle meurt paisiblement. Comme je l’ai mentionné, l’autre méthode (le nourrir avec des rats déjà mort) est un peu plus brutale.

      Kevin Picard

    • Si t’es pas prêt à mettre 200$ pour faire stériliser ton animal, tu n’es pas prêt à en avoir un. Un point c’est tout. Oui pour une loi qui oblige la stérilisation, sauf quelques exceptions!
      V. Gagné.

    • “La possession d’animal devrait être illégale. Posséder un être vivant, c’est un peu de l’esclavage!”

      On en parle pas d’un humain ici mais d’un animal qui en échange de sa compagnie et d’un peu d’affection, reçoit le gîte, la bouffe, les soins et l’affection de son compagnon humain.

      Et la zoothérapie, vous connaissez? Il manquerait quelque chose à la vie de bien des gens sans leur compagnon à fourrure ou à plumes et bien des gens seuls ou âgés n’ont que cette petite boule chaude pour leur donner envie de se lever le matin.

      Fermer les animaleries non, les éleveurs non plus. Mais s’assurer qu’il n’y a pas surpopulation en faisant mettre bas des femelles à répétition jusqu’à épuisement et que les petites créatures déjà là ont toutes un foyer qui en prend soin.

      Après avoir vu la vidéo jusqu’au bout hier, je me suis mise à pleurer et je suis allée embrasser mes trois amis. Et je vais redoubler de vigilance pour qu’aucun d’entre eux ne se retrouve jamais dans cette terrible situation. L’horrible vision du chien qui reçoit à froid une injection mortelle en plein cœur, son cri de douleur, les chats fous de douleur qui s’accrochent aux barreaux de leur cage avant d’y mourir dans d’atroces souffrances… des images et des sons qui vont me hanter longtemps.

      On devrait présenter ça aux postulants adoptants….

      Dominique Lavoie

    • Moi et mon conjoint avons adopté 2 furets il y a 2 ans maintenant. Tous furets vendus en Amérique du Nord est vendu opérés, ce qui empêche leur prolifération. En Europe, on considère cette méthode comme barbare, mais personnelement, je la trouve juste. Un furet ne peut vivre en liberté, il mourait sans un humain pour s’occuper de lui. Considérant qu’un furet est un animal qui demande énormément de soin, de temps et d’amour, il faut y penser longuement avant d’en adopter un…Mais c’est un animal extraordinaire et je ne vois pas ma vie sans eux!
      Audrey Pageau-Gagné

    • Je ne suis pas vraiment surprise de ces constatations. C’est cliché à dire, mais on vit dans une société de surconsommation. Les gens veulent des animaux de compagnie comme ils désirent un cinéma-maison ou une paire de souliers. Le hic, c’est que le petit puppy ou le petit minet à une durée de vie beaucoup plus longue que la durée des biens de consommations produits de nos jours. Les gens se procurent des animaux sur des coups de têtes, des impulsions, ils les offrent à leurs enfants pour se déculpabiliser de ne pas être assez présent (parce qu’ils travaillent trop pour se payer des babiolles qui finiront à la poubelle), et puis un jour, ils se rendent compte que c’est exigent d’avoir un animal de compagnie, qu’ils n’ont pas le temps de s’en occuper… Alors, ils s’en débarrassent, comme ils se débarrassent de toutes leurs bidules achetés impulsivement. Si je ne le vois pas, ça n’existe pas. Et tout recommence ad vitam aeternam.

      C. Plante

    • Dégueulasse!

      Il n’y a pas d’autre mots pour décrire ce que j’ai vu dans ce reportage.

      Les gens qui se font complice de ce drame en “changeant d’idée” lors de leur déménagement ou après que le chiot soit devenu adulte et n’est “plus cute” sont dans le meilleur des cas de parfait imbéciles totalement inconscients, dans le plus probable des cas de lâches et insensibles minables!

      Les fonctionnaires et autres bureaucrates, autant des arrondissements que des ordres professionnels en cause, ne sont rien de moins que des paresseux parasitaires.

      Les gestionnaires du berger blanc sont de parfaits hypocrites et profiteurs de système

      Les employés du Berger Blanc sont tous sans exception soit des tortionnaires sans âme, soit de lâches complices de ces bourreaux. Et le jeune tata qu’on voit à maintes reprises dans le vidéo s’improviser vétérinaire est rien de moins que parfait trou-de-cul!

      Incroyable qu’autant de gens soient complices de près ou de loin d’une telle opération de p’tit cris de crosseurs…

      Mathieu Savoie – Montréal

    • Je suis désole que vous avez à vivre cette grosse “pé-peine”

      Pierre Mayers

    • Dégueulasse!

      Il n’y a pas d’autre mots pour décrire ce que j’ai vu dans ce reportage.

      Les gens qui se font complice de ce drame en “changeant d’idée” lors de leur déménagement ou après que le chiot soit devenu adulte et n’est “plus cute” sont dans le meilleur des cas de parfait imbéciles totalement inconscients, dans le plus probable des cas de lâches et insensibles minables!

      Les fonctionnaires et autres bureaucrates, autant des arrondissements que des ordres professionnels en cause, ne sont rien de moins que des paresseux parasitaires.

      Les gestionnaires du berger blanc sont de parfaits hypocrites et profiteurs de système

      Les employés du Berger Blanc sont tous sans exception soit des tortionnaires sans âme, soit de lâches complices de ces bourreaux. Et le jeune tata qu’on voit à maintes reprises dans le vidéo s’improviser vétérinaire est rien de moins que parfait trou-de-cul!

      Incroyable qu’autant de gens soient complices de près ou de loin d’une telle opération de p’tit cris de crosseurs…

      Mathieu Savoie – Montréal

    • @loubia – L’euthanasie par choix pour un animal en souffrance et en fin de vie ne ressemble en rien à ce qui se passait chez Berger Blanc (en espérant que ça a changé). Mon premier chat a été euthanasié à domicile, dans mes bras, mais c’était plutôt dispendieux. Une chatte récupérée d’un couple d’amis qui est décédé a été euthanasiée chez mon véto bien-aimé (près de l’aéroport P-E Trudeau – pour ne pas le nommer) parce qu’elle souffrait de terrible cancer dans la gueule – mais la clinique vétérinaire que j’utilisais avant était prête à lui faire des soins dentaires pour 725$!!!!! -et ça s’est fait en toute douceur, même si en clinique, dans mes bras et ce véto est assez délicat pour nous laisser du temps avec notre animal et aussi nous envoyer une carte de condoléances.

      Il y a peut-être des circonstances où un animal en santé serait mieux d’être euthanasié, comme le décès d’un ou des maîtres et l’animal ne s’en remet pas, surtout si l’animal est quand même assez avancé en âge.

      J. Lincourt

    • Aucun rapport avec l’article.
      Je suis complètement écoeuré de lire des commentaires de gens qui ne savent pas conjuguer. Je crois sincèrement que nous ne devrions pas tenir compte de votre avis si vous ne vous donnez même pas la peine de l’écrire correctement.
      En d’autres mots : Se nez pa trait craie dible kan tékri komsa. Ta lair d’un épai
      Benoit Roberge
      napalm67@videotron.ca

    • Je vais allez me couchai car je suis très fatiguer.
      Aller, cent rancunes, mais amis.
      Benoit Roberge

    • Toronto, Richmond et peut-être bientôt Hamilton en Ontario (sans compter les nombreuses villes américaines), exigent que les animaleries ne vendent plus de chiens et chats mais plutôt adoptent les animaux des refuges locaux. Un promoteur américain interdit même la vente d’animaux dans 70 de ses centres commerciaux! Combien coute l’erreur [l’horreur!] du Berger Blanc aux citoyens? A San Diego, il coute en moyenne $121 par animal pour le garder dans un refuge et l’euthanasier (et ceci ne tient pas compte des couts associer a l’envoie d’un agent qui doit aller capturer les animaux laisse a eux-mêmes dans la ville et du moyen de disposer du corps de l’animal une fois tuer). Quand le Québec suivra-t-il enfin le bateau? C’est a nous citoyens de frapper aux portes des animaleries et de rencontrer nos conseillers municipaux afin de demander a ne plus vendre d’animaux mais plutôt de promouvoir l’adoption, quitte a exiger que chaque animal vendu en animalerie soit stérilisé.

      Barbara Lapointe

      PS: Je crois que le recent sondage Léger Marketing que Monsieur Pepin parle a ete fait par internet, donc la clientele questionnée a assez de moyens pour avoir un ordinateur et une connection internet, et du fait meme assez de moyens pour se payer un veterinaire et steriliser leurs animaux.

    • Pour une loi défendant la possession d’animaux en ville.
      Contre la stérilisation.Les animaux doivent demeurer intègre et dans la nature.
      Les flateux n’ont qu’a s’acheter des toutous en peluche ou d’être plus aimant envers les autres humains qui les entourent.Animal = nature.
      Gilles Ménard

    • @gillesmenard

      Ne confondez pas la stérilisation avec le dégriffage ou le coupage de queue. Mon vétérinaire actuel est contre se que l’on appelle des mutilations esthétiques. Il n’acceptera jamais de dégriffer un chat ou de couper la queue ou les cordes vocales d’un chien à moins de raison médicale. C’est mettre en pleine face à un propriétaire qu’il n’y a pas de chemin facile. Avoir un animal sous-entend qu’on doit s’impliquer. Pas juste dumper de la bouffe et promener quand ça nous chante. C’est comme avec les enfants… on doit faire l’éducation et s’assurer de répondre à leurs besoins, tous leurs besoins (discipline incluse).

      La stérilisation par contre n’est pas une mutilation esthétique. En plus de contribuer à diminuer le problème de surpopulation, elle est médicalement souhaitable. Un animal non stérilisé à qui on refuse l’accouplement à plus de chance de développer un cancer relié aux organes sexuels. De plus, des études prouvent que la stérilisation augmente l’espérance de vie des chats et des chiens. Bien sûr, à condition de ne pas les laisser engraisser sur le divan.

      Mélissa Brazeau

    • Je suis très contente de lire cet article. OUI à la stérilisation, sans aucun doute. Pour ma part, je suis éleveur de chat Sibérien et tous mes chatons, sans aucune exception, quittent la maison déjà stérilisés, vaccinés, vermifugés et enregistrés. Les animaleries ne devraient pas avoir le droit de vendre des animaux car cela encourage les éleveurs “de fond de cour” et ce sont généralement ces animaux qui ont abandonnés. Je suis mes chatons tout au long de leur vie si le propriétaire le veut bien. J’ai déjà eu des gens qui ont du se défaire du chat devenu adulte après quelques années et j’ai repris le chat et je lui ai trouvé un autre foyer. C’est une responsabilité normale pour un éleveur. Avoir un animal de compagnie coûte cher, oui, c’est vrai. Mais c’est un choix de vie… il y a les poils, les vaccins, les suivis médicaux si nécessaire mais je ne m’en passerais pas ! Comme je l’ai dit, je suis éleveur, j’ai donc plusieurs chats et j’ai aussi une petite Bichon Maltais, stérilisée elle car ce n’est pas une reproductrice. Il faut être plus sévère envers la cruauté des animaux et il faut interdire la vente dans les animaleries, cela sera déjà un grand pas.
      Guyane-Élise Lacoste
      Chatterie Jokieva

    • Justement, je suis allée chercher hier une jeune chienne de 2 ans (Mira, qui veut dire “belle” en Atikamekw) que j’ai fait stériliser chez ma vétérinaire. Cette chienne est née dans une communauté autochtone et avait eu des bébés à l’automne. Des collègues et moi avons décidé de se cotiser, de la soigner, de la nourrir, de la faire vacciner et de la faire stériliser pour ne plus qu’elle mette de petits chiots non encadrés et non soignés au monde. J’avais déjà fait la même chose avec mon chien Fritz de 10 ans et ma petite chienne Mika de 1 1/2an. Je me suis engagée à vie auprès d’eux, à les nourrir, les faire soigner et les aimer… Et même si Mira retourne dans sa communauté pour faire sa vie de chien, je vais la suivre de très près et m’assurer qu’elle ait tous les soins dont elle a besoin.

      Isabelle Wood

    • Les québécois sont des irresponsables en ce qui concerne les animaux de compagnie.
      À la quantité d’animaux en attente dans les “couloirs de la mort” de la SPCA, du Berger Blanc et autres, je trouve inacceptable de voir les animaleries encore vendre des chiens et des chats sans pedigree. Les gens devraient être forcés d’aller dans les refuges pour acquérir ce genre d’animal.

      Pierre Denis

    • Le Québec n’a pas très bonne réputation en matière de maltraitance des animaux de compagnie. Or, la pire âcheté est celle qui consiste à s’en prendre à plus faible que soi: animaux, enfants et vieillards. Sommes-nous lâches au point de ne pas réagir en décidant enfin de traiter convenablement les plus faibles? Tout ce qui vit mérite d’être respecté et, comme disait ma vieille mère “la terre appartient à tout le monde et à tout ce qui vit dessus”.
      R.Ducharme

    • Mes 2 chats sont les ‘rejets’ de quelqu’un d’autre. Adopté dans un refuge, et ramassé dans la rue. Tous stérilisés. Ils nous en ont fait des problèmes, surtout quand les enfants sont arrivés! Mais on a toujours dit qu’on essaierait tout avant de considérer de leur donner d’autres proprios. Je ne suis pas de celles qui disent que mes chats sont aussi importants que mes enfants, mais je les aime assez pour leur donner toutes les chances qu’on peut endurer!

      J’ai été bénévole quelques années a un refuge sans euthanasie de la ville de Québec et j’ai été aux premières loges de la crétinerie abjecte de beaucoup de propriétaires d’animaux. Les chats battus a coups de pied, brûlés a l’acide, et puis ceux qu’on nous dompe parce que minoune ‘attend encore des bébés!’, ou que madame est enceinte et soudainement le chat ne peut plus rester ‘au cas ou qu’il ferait mal au bébé’, ou qu’il perd trop de poil (oui oui!).

      Et puis il y a ceux qui, en apprenant que nous demandions un don pour la prise en charge d’un animal (qui étaient, dois je ajouter, gardés a nos frais indéfiniment, tant qu’ils n’étaient pas adoptés!), menacaient de les foutre dans une boîte et de les noyer si nous refusions de les prendre gratis. Ou les attachaient tout simplement a notre porte pour qu’on les ramasse au matin.

      Si il y a une chose que travailler avec les animaux m’a appris, c’est que les québécois sont presque néandertaliens dans leurs rapports avec les animaux, et infiniment cheaps. On a beau se faire croire qu’on les aime, ils sont encore des biens de consommation dont on se tanne aussi vite que du Playstation un coup que la nouvelle console est sortie. C’est pas normal qu’on ne soie même pas capable de les garder en moyenne 2 ans!

      Mais je ne peux pas dire que ca me surprend non plus. Après tout, nous somme la province qui se fout des usines a chiots qui pullullent sur notre territoire, et qui laissons les pet shops verreux mener le bal avec une tite amende bonbon une fois de temps en temps.

      C. Fortin

    • Société distinct a quelle prix pour nos amies?
      Le Québec fait euthanasié plus d’animaux que les 9 autres provinces Canadienne réunis!
      Est ce normal?
      Les Québécois ce lie d’amitiés rapidement mais d’amitié éphémère contrairement au Européen.
      Est ce normal?
      Les Québécois sont t-il devenue les plus insécure égoiste de la planète?
      Les animaux ne sont pas des jouets pour palier a une solitude!

      Moi j’ai un Chien a la maison et il y a un chat errant que je nourrie dehors depuis plus de 3 mois a tout les jours,pourquoi le maitre Québécois de ce chat la t-il abandonné?

      John-James Lessard

    • On est responsables à vie des chiens et chats la seconde où on les adopte… ils dépendent de nous pour leur survie et leur bien-être, ils nous donnent tant en confiance et en amour inconditionnel… le problème de surpopulation des animaux domestiques serait réglé en quelques années si seulement on se montrait responsable et qu’on les faisait automatiquement stériliser dès l’adoption. Le type de comportement décrit dans le reportage fait mal au coeur. Nos petits animaux méritent plus de respect que cela. Ils nous aiment, eux…

      G. Loiselle

    • Mme Lortie, c’est inutile de demander aux gens de signer. Ça n’empêche nullement les commentaires irrespectueux, les intervenants pouvant signer n’importe quel nom – un troll sur cyberpresse signe « Vlad Tepes », le nom de dracula, et ça passe…

      Par contre, vous bloquez inutilement des interventions intéressantes simplement parce que la personne a oublié de signer.

      Stéphane Thibodeau

    • Sinon, pour répondre au sujet de votre billet, je n’achèterais jamais un animal dans une animalerie, qui vendent souvent des animaux provenant de véritables usines d’élevage, souvent dans des conditions déplorables.

      Pourquoi ne pas adopter un animal à la SPCA en lieu et place? Il y a trop d’éleveurs et trop de chiens et de chats. Il faut cesser de les encourager, alors que l’on doit tuer autant de d’animaux abandonnés.

      La chienne de mon amie a été adopté de cette manière, et elle est adorable…

      Les animaux ne sont pas des objets que l’on peut jeter si on n’en veut plus. Trop triste de voir à quel point trop de gens sont irresponsables et insensibles…

      Stéphane Thibodeau

    • IL N’Y A PAS QUE LES PERSONNES BIEN NANTIES QUI AIMERAIENT AVOIR UN PETIT ANNIMAL DE COMPAGNIE.IL YA DES ENFANTS ET DES PARENTS QUI EN VOUDRAIENT MAIS N’ONT PAS LES MOYENS DE LES FAIRE STÉRÉLISER ALORS VOILA LE RÉSULTAT………PLEIN DE CHIENS QUI TRAINENT PARTOUT….C’EST RENDU TRÈS DISPENDIEUX DE FAIRE SOIGNER SON PETIT ANNIMAL…..PETIT EXEMPLE …….OUVERTURE DE DOSSIER MINIMUM $30.00 STÉRÉLISATION $175.00 ET PLUS…+…VERMIFUGER$$$$$…+..vACCINS$$$$$$$ ET ÇA CONTINU PLUS TAXES.ALORS NE VOUS DEMANDEZ PAS LA RAISON DE TOUTES CES CHOSES MALSAINES QUI ARRIVENT A CES PETITS ANNIMAUX DE COMPAGNIE.LES PRIX SONT TRÈS RÉCENTS,J’AI APPELÉ 4 VET JEUDI POUR MON CHIEN.AH!J’OUBLIAIS EUTHANASIE$50.00ET+ SELON LE POIDS…ALORS ON LE LAISSE UN PEU PARTOUT DS LA RUE OU DS LA FORÊTVOUS CROYEZ QUE C’EST MIEUX?LES GENS MOINS FOTUNÉS AIMERAIENT AUSSI DONNER DE BONS SOINS A LEUR ANNIMAL PRÉFÉRÉ….. MAIS C’EST RENDU UNE HISTOIRE DE GROS SOUS$$$$$$$$$$NIC OLE TRUDEL

    • Je ne comprends pas pourquoi tout le monde s’énerve autant avec la stérilisation.
      J’ai un chat, acheté dans une animalerie, d’un peu plus d’1 an qui n’est pas stérilisé. Il n’a jamais fait de bébés à une chatte. Pourquoi? Parce qu’il reste à l’intérieur. Le meilleur moyen de contraception qui existe, c’est quand même l’abstinence. Le jour où je déciderai de le laisser sortir, je le ferai castrer – c’est ma responsabilité. D’ici là, que personne ne m’oblige à le stériliser, surtout à mes frais.

    • @gillesmenard – Vous ne trouvez pas que vous allez un peu loin? Animal n’égale pas nature depuis que l’Homme (juste celui avec un “H” majuscule, pas les autres) domestique des animaux. Sachez faire la différence entre animal domestique et animal sauvage. Un animal en peluche, ça n’a pas de grands résultats en comparaison avec la zoothérapie. Vous êtes un peu excessif, non?

      @catherineleblanc – Je plains votre chat. Chose certaine, si vous êtes trop “cheap” pour le faire stériliser, vous ne lui ferez sûrement pas faire de suivi santé et même un chat d’intérieur en a besoin. Toutes sortes de maladies peuvent entrer sous nos talons. Votre avis que “le meilleur moyen de contraception … l’abstinence” est complètement stupide, autant pour les chats que pour les humains car c’est irréaliste – plus pour les humains, entendons-nous – mais votre chat, quand il se mettra à arroser un peu partout, vous comprendrez pourquoi la stérilisation a ses bons côtés.

      @mao2 – Vous devez être tout nouveau sur le net car sûrement que vous allez vite apprendre qu’utiliser des majuscules, ça équivaut à CRIER. De grâce, ne criez pas.

      Entièrement d’accord avec vous que les frais de soins vétérinaires sont excessifs presque partout. Depuis une douzaine d’années, les prix n’ont presque plus de bon sens. Le résultat en sera que de plus en plus d’animaux seront abandonnés. Il n’y a qu’à constater que 5 000 chats ont été euthanasiés à Québec, 15 000 à Montréal, pour ne parler que des chats.

      Une petite histoire en passant: j’avais une chatte vieillissante que j’avais récupérée après le décès d’un couple d’amis, l’un quelques années après l’autre. Elle n’allait pas bien et la clinique où j’allais (après avoir perdu un véto de longue date qui était très raisonnable côté prix) avait changé de mains pour devenir le genre de clinique comme pour les humains où on tombe sur un véto et pas toujours le/la même. On me dit qu’elle a une infection aux gencives et on prescrit un antibiotique, tout en s’empressant de dire qu’elle va avoir besoin de soins dentaires (elle en avait déjà eu mais ça revient) et en me dressant une liste s’élevant à 725$ (et c’est en étant “cheap” et choisissant la prise de sang à 99$ au lieu de celle à 169$ qui aurait permis “de voir bien des choses”, ce que je ne voulais pas pour une chatte qui avait probablement 16 ans sinon plus. Ça ne va pas du tout mieux et même la pauvre chatoune va pire. Je demande à une amie le nom de son véto parce qu’elle me vante combien il est moins “chérant” et j’y vais avec ma belle chatte. Elle a la gueule pleine de tumeurs cancéreuses: ce n’étaient certainement pas 725$ de soins dentaires qui allaient régler ça. En fait, la première clinique voulait se faire des $$$ sur le dos d’une chatte mourante. Le véto m’a dit qu’elle souffrait. La décision de ne pas la laisser souffrir a vite été prise.

      J. Lincourt

    • @Jolico – Tout d’abord, merci infiniment de me traiter de cheap, ça commence toujours bien un dialogue. Deuxio, il me semble évident que si mon chat ne rencontre pas de chatte dans mon appartement, il ne pourra pas faire de bébé – donc dans ce cas, oui, l’abstinence est un contraception. Et comme je l’ai déjà écrit dans mon commentaire précédent, dès que mon chat sortira dehors, il sera stérilisé. Je tenais simplement à souligner le fait qu’on ne devrait pas obliger les animaux d’intérieur à être stérilisés. Tertio, mon chat a déjà eu un bilan de santé chez le véto, et celui-ci m’a confirmé que tant que mon chat n’allait pas à l’extérieur, il n’était pas nécessaire de le castrer. Sur ce, je vous conseille de lire correctement un commentaire avant d’y répondre – ça éviterait quelques insultes gratuites et assurerait une meilleure compréhension.

    • Marie-Claude , SVP , reste dans le style “culinaire ” , please …
      Tes chroniques sont intéressantes et divertissantes coté bouffe ,alors,
      il y a un adage anglo qui dit
      ” grow where you planted ”
      Si tu ne veux pas perdre des lecteurs .

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

    publicité

  • TWITTER

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    novembre 2012
    L Ma Me J V S D
    « oct   déc »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    2627282930  
  • Archives

  • publicité