Marie-Claude Lortie

Archive, décembre 2011

Mercredi 21 décembre 2011 | Mise en ligne à 23h37 | Commenter Commentaires (20)

Cadeaux gourmands, ma liste

Ce n’est pas un concept d’une grande originalité mais voilà qui fait toujours plaisir — en tout cas, à moi — recevoir en cadeau de bonnes choses à manger. Vous savez celles que l’on n’a achètera jamais pour soi parce que c’est trop cher. Toute l’année je teste des tas de produits qu’on m’envoie pour que j’y goûte ou que je découvre à l’épicerie. Je tombe sur des tas de trucs pas mal. Rarement des coups de coeur. Mais il y en a quand même. En voici quelques uns.

Capture d’écran 2011-12-21 à 23.32.17

Sel Fumé Viking Terre Exotique

D’abord, j’adore tous les produits Terre exotique. Je trouve que ces épices sont savoureuses et fraîches, de bonne qualité et que la sélection est remplie de trouvailles. Ces petits pots donnent envie de cuisiner. Ce sel fumé est un vrai bon outil de cuisine pour les paresseux ou les débordés, comme moi. Il sale, évidemment, mais en plus il donne à tous les plats un peu goût fumé, celui que l’on retrouve si on utilise du lard fumé. Donc en une seule pincée, un potage tout simple fait de pois vert et de bouillon se donne des airs québécois traditionnels tandis qu’un ragoût se complexifie. Pour rendre sophistiqué ou personnalisé un plat élémentaire. Dans toutes les bonnes épiceries fines. 13 $ pour 225g

Capture d’écran 2011-12-21 à 23.32.32

Tartinade à la pistache Sicilifrutti

Je suis tombée sur ce produit sicilien un jour aux Douceurs du marché, au marché Atwater. Tombée amoureuse, il va sans dire. C’est sucré, c’est parfumé, c’est différent, soyeux, onctueux. À essayer sur des tartines de très bon pain grillé ou pour compléter un dessert. Ou à la cuillère. Aux Douceurs du marché ou alors au Gourmet Laurier et dans quelques autres bonnes épiceries fines.  11,50 $ pour 150g

Capture d’écran 2011-12-21 à 14.58.42

Capture d’écran 2011-12-21 à 14.57.33

Les caramels du Comptoir chocolat à Saint-Lambert (en haut) ou de Geneviève Grandbois (en bas)

J’adore le caramel de bonne qualité. Souvent je le fais moi-même, avec du sucre et de la crème. C’est beaucoup plus facile que l’on pense. Parfois, j’en achète, pour me faire plaisir. J’aime celui de Geneviève Grandbois (13,75 pour 200g) depuis toujours, mais j’ai découvert récemment ceux de Claudine Desnoyers, qui sont parfumés, dont un à la cardamome. Wow. Et tout à cette petite boutique de la rue Victoria est certifié bio.

Capture d’écran 2011-12-21 à 14.53.43

La Ginger Brew de Maine Root.

J’adooooore la bière de gingembre artisanale ou fabriquée par de petits producteurs. À Portland, en Oregon, où j’ai commencé l’année, on en trouve partout. Je vous parle évidemment de la “ginger ale” qui goûte vraiment le gingembre, qui pique, bien sucrée mais surtout très parfumée. Ma “ginger ale” préférée est probablement celle de Bruce Cost, mais elle n’est pas disponible au Québec. Ici, j’achète la Ginger Brew de Maine Root,  à l’épicerie À Votre santé.  Environ 2,75 $ la bouteille.

Capture d’écran 2011-12-21 à 14.52.48

Chocolat à casser Le Comptoir de Mathilde

J’avoue que la première fois que j’ai vu ce produit, je suis restée sceptique. Du chocolat à “casser” ? Pourquoi ? Puis, j’ai déposé le paquet que l’importateur m’avait envoyé sur le bord de mon bureau. Un à un, mes collègues intrigués ont commencé à me demander ce que c’était. On s’est mis à faire des blagues. “C’est un deux ans un. Tu te défoules avec le marteau et ensuite tu manges du chocolat.” Le truc a fait jaser, mais bien des conversations plus tard, force est de constater que ce chocolat est une sorte de créateur d’événement. À apporter dans une fête, pour “dé-gêner” tout le monde.

400 g pour 29,95 $ dans les bonnes épiceries fines.

Capture d’écran 2011-12-21 à 23.23.50

Olives au citron Olive & Olives

Gros coup de coeur pour ces olives de l’Estramadura, parfumées au citron. De la Méditerranée deux dans un à chaque bouchée. À manger toutes seules ou alors à ajouter dans des mijotés ou des salades. Miam. 3,25 $ pour 250 ml dans les boutiques Olive & Olives mais aussi certaines épiceries fines.

Capture d’écran 2011-12-21 à 23.31.44

Sel bleu et râpe, Terre exotique.

Encore un cadeau pour le cuisinier qui a tout et encore un cadeau qui crée la conversation. Mettez le tout sur une table et plus rien n’est banal.

15,95 $ pour 300g

Capture d’écran 2011-12-21 à 23.31.20

Confiture de poire à la vanille

Je crois que je vous ai déjà dit à quel point j’aime cette confiture de poire au miel vanillé qui donne l’impression de mordre dans une journée dans la campagne française, au mois d’août. J’ai souvent de la difficulté à en trouver. L’importatrice m’a expliqué pourquoi. Quand le producteur, M. Grall, n’est pas satisfait de ses récoltes de poires, il n’en fabrique pas. Et quand il ne reste plus de poires dans ses arbres et bien il ne reste forcément plus de fruits pour faire plus de confiture. Donc en mai, pas étonnant que les étalages des épiceries soient vides. Donc profitez-en, il en reste un peu maintenant. 10 $ pour 225g

Lire les commentaires (20)  |  Commenter cet article






Dimanche 18 décembre 2011 | Mise en ligne à 10h11 | Commenter Commentaires (19)

Les échappés

Afin d’encourager un débat respectueux, seuls les commentaires signés sont publiés. Merci

Capture d’écran 2011-12-18 à 10.10.00

Le nom d’un chef qui ne se retrouve pas dans un article, de l’architecte dont on vante les constructions, une statistique qui aurait tellement mieux appuyé un argument, une date qui aurait clairement mis les choses en contexte, une statistique… Depuis que je suis journaliste, combien de fois ai-je « échappé » des éléments qui auraient été vraiment cruciaux pour mes articles ?

Des petites et moins petites erreurs achalantes, qui nous suivent ensuite pendant des semaines. « Maudit, comment j’ai pu oublier… »

Je me rappelle encore de la couverture de la partielle dans Mercier en 2001, où le PQ a perdu pour la première fois le comté de feu Gérald Godin : oublié d’écrire le pourcentage d’électeurs qui sont allés voter ! Dans ce temps-là, il n’y avait pas lapresse.ca où corriger au moins partiellement nos oublis… Misère. « Vous ne trouvez pas ça important, vous, dans une partielle, le taux de participation », m’avait dit mon patron, Marcel Desjardins. « Ben oui c’est important, boss, je l’ai échappé… »

L’autre soir, je rencontre par hasard dans un concert, le gens de la “conserverie gastronomique” Naked Lunch. Vous savez ceux qui préparent des conserves de produits québécois, qui avaient autrefois un café à Verdun. Pas contents contre moi. Oh, plutôt fâchés. Quand j’ai parlé l’autre jour de leur conserve de pigeonneau spéciale à 50 $, édition spéciale pour la Guignolée, j’ai oublié d’écrire que c’était pour… La Guignolée. « Vous n’avez pas dit que sur le prix, 40 $ va à la cause et 10 $ aux producteurs. Nous on a donné notre temps. » La bonne nouvelle pour ceux qui veulent manger du pigeonneau et donner à une bonne cause, c’est qu’il en reste, des conserves en question, au Marché des Saveurs du Québec au marché Jean-Talon, à la Fromagerie Atwater et à l’épicerie Chez Latina, dans le Mile-End.

Je continue. Hier, on me parle d’un architecte jeune et dynamique. Aouch. Mais oui je le connais ! L’an dernier, c’est celui qui m’a envoyé un courriel pour me dire que même si j’étais madame-valorisons-l’architecture-et-les-architectes, j’ai dit grand bien de son aménagement du restaurant Fabergé, dans le Mile-End, sans le nommer. Pas fort. Je vous le dis : il s’appelle Maxime Gagné. Mais dans son cas à lui, je m’étais réchappée dans mon blogue…

Qu’ai-je échappé d’autre en 2011 ?

Des tas de trucs.

Le Réservoir, tiens, cette superbe petite micro-brasserie de la rue Duluth. Pouvez-vous me dire comment ça se fait que même si je m’étais fait une note de l’inclure dans mon guide Restos Montréal 2012, elle n’y est pas ? Elle devrait. En attendant le 2013, allez tous y prendre le brunch ou pour le 5 à 7, la bière est bonne et la cuisine très sympathique. Et les boutiques Olive et Olives, à St-Lambert, sur Masson et compagnie, voilà des mois que je me dis qu’il faut que je vous dise comme je les aime et comment leurs produits sont intéressants et que la qualité ne se perd pas même si la chaîne est en pleine expansion… La chaîne vend notamment une huile d’olive tunisienne appelée Médoléa provenant d’un petit producteur indépendant de cette nouvelle Tunisie qui venait de défaire son dictateur et qui travaille particulièrement avec des femmes cueilleuses. Jamais trouvé l’occasion d’en parler, pourtant un chic projet. Il en reste peut-être encore…

En fait, je pourrais vous entretenir longuement de tous les produits d’épicerie que j’ai découverts cette année et dont je me suis dit que je vous les présenterais… Mais je vais leur faire une entrée de blogue différente, il y en a trop. Et en plus, ça va vous aider dans vos petits achats de Noël.

Je profite de l’occasion pour remercier tous les correcteurs et journalistes du pupitre de La Presse qui m’aident, eux, à me réchapper. « Marie-Claude, es-tu certaine que tu veux mettre béton au pluriel dans ton titre ? » Merci Lucie, ce s n’aurait jamais dû être là ! Bons mots aussi tout particuliers à ceux qui répondent à mes appels angoissés, à deux minutes de l’heure de tombée : « Peux-tu ajouter ça dans mon texte, peux-tu enlever ce bout de phrase. » Croyez-moi, ces gens sont d’une patience incroyable. Merci et joyeuses Fêtes à vous tous.

Lire les commentaires (19)  |  Commenter cet article






Vendredi 16 décembre 2011 | Mise en ligne à 11h48 | Commenter Commentaires (9)

Parlant de sport et d’architecture

Afin d’encourager un débat respectueux, seuls les commentaires signés sont publiés. Merci

Capture d’écran 2011-12-16 à 11.19.25

Image du projet retenu signé Saucier + Perrotte/Hughes Condon Marler Architects

Décidément, ça bouge à Montréal, par les temps qui courent, comme le fait remarquer ce matin mon collègue Philippe Cantin.
Non seulement on recommence à se demander sérieusement quoi faire avec le Stade olympique, dont l’immensité doit absolument être relancée, réinventée, réapprivoisée, rallumée, mais en plus, on construit du neuf, du moderne, du contemporain, de l’intelligence pour demain.

Cette semaine, on a en effet appris que non seulement il y aurait bel et bien un nouveau centre de soccer à Saint-Michel, sur le site de l’ancienne carrière Miron où se trouve déjà notamment la Tohu — je ne sais pas vous, mais moi, tant que les projets ne sont pas confirmés et reconfirmés, même s’ils ont été annoncés une première fois, je doute encore — mais que c’est le projet proposé conjointement par les firmes Saucier + Perrotte et Hughes Condon Marler Architects qui a été retenu.

Donc pas question, cette fois, de faire affaire avec des architectes spécialistes du centre commercial, du néo-manoir et de l’étalement urbain. On parle ici de créateurs sérieux de réputation internationale, qui ont à coeur de doter le Québec de bâtiments de qualité, intelligents.

Bravo aux gagnants, à tous ceux qui ont participé au concours et à ceux qui ont organisé le concours.

Détails et autres images sur tout cela ici.

Description du projet ici:

“Sur le site de l’ancienne carrière Miron, la toiture du nouveau centre de soccer évoque une strate minérale qui vient annoncer de façon éloquente le bâtiment depuis l’avenue Papineau. À même le talus boisé qui borde celle-ci, les espaces du centre de soccer émergent des arbres comme une série de cristaux lumineux. Ils présentent un projet à l’échelle humaine au quartier résidentiel qui lui fait face et invitent les citoyens à découvrir le parc du CESM.

Le centre comprendra, entre autres, un grand terrain de soccer à onze joueurs divisible en terrains de mini-soccer à sept joueurs, des vestiaires, une salle de conditionnement physique et de physiothérapie, une aire événementielle et de restauration ainsi qu’une halte familiale. Le centre hébergera les bureaux de l’Association régionale de soccer Montréal Concordia. Conformément à la politique montréalaise de développement durable pour les édifices municipaux, la Ville de Montréal vise la certification LEED-NC de niveau Or (Leadership in Energy and Environnemental Design) pour cet édifice exemplaire.”

Lire les commentaires (9)  |  Commenter cet article






publicité

publicité

  • TWITTER

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    septembre 2008
    L Ma Me J V S D
    « août   oct »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Archives

  • publicité