Marie-Claude Lortie

Marie-Claude Lortie - Auteur
  • Marie-Claude Lortie

    Journaliste à La Presse depuis 20 ans où elle est chroniqueuse et critique gastronomique, Marie-Claude Lortie commente l'actualité, entre deux brassées de lavage et un match de soccer.
  • Lire la suite »

    Partage

    Dimanche 25 septembre 2011 | Mise en ligne à 17h22 | Commenter Commentaires (33)

    La ville est course

    Capture d’écran 2011-09-25 à 17.21.59

    Photo Robert Skinner, La Presse.

    Je reviens du parc Maisonneuve où j’ai couru comme 24 000 autres Montréalais. Suis-je déçue de ma course ? Oui. Comme à chaque fois que ma carcasse me refuse un record personnel. Aurais-je voulu être ailleurs aujourd’hui ? Non. J’avais promis à mes copines de courir un demi-marathon avec elles. Je ne pouvais pas les laisser tomber. On a embarqué toutes nos familles. Je suis contente de ma journée. Mon fils a gagné une médaille. Juste pour cela, ça valait la peine de se lever à 6h30 ce matin, de prendre le métro, de monter Viau en courant pour ne pas manquer le départ.

    Vais-je me réinscrire l’an prochain ? Je ne sais pas.

    Pourquoi l’ambivalence ? D’une part parce que certains facteurs sont franchement déplaisants et mériteraient, à eux seuls, de délaisser cet événement pour d’autres. D’autre part parce que, comme l’expliquait mon collègue Yves Boisvert dans sa chronique hier l’organisation du marathon et de toutes les courses qui ont lieu dans le même cadre vient d’être achetée en partie par un groupe américain. Ceci signifie peut-être un coup de barre et peut-être que l’an prochain, les corrections nécessaires auront été apportées à l’organisation de l’événement.

    Donc je réserve ma décision.

    Mais tel quel, il y a trop de “moins” et pas assez de “plus” .

    Les plus: On est à Montréal, dans votre ville. Gros gros plus d’encourager un tel événement et tout l’enthousiasme sportif que cela génère dans toute la métropole. Autre plus: il y a beaucoup de courses pour tous les niveaux et tous les âges, donc on peut y aller en gang. Cela devient un vrai happening, un moment rassembleur. Aussi, le temps de l’année est agréable (sauf quand la météo décide de nous servir de l’été en plein automne).

    Les moins: Je n’ai jamais couru le marathon de Montréal, mais je peux dire maintenant que le parcours du demi-marathon est franchement déplaisant, peu importe ce qu’en dit le président directeur général Bernard Arsenault. Toute la première partie est en montée, remplie de faux plats. Ensuite, à 10-11 km on a une petite pause, et c’est quand on est vraiment en train de bucher, au 16e km, qu’arrive la rue Pie-IX, avec sa montée encore. J’ai couru un demi à Granby l’an dernier, lui aussi rempli de côtes, et je cours régulièrement sur la montagne. Les pentes, je connais. Mais l’impression d’en grimper sans arrêt pendant 18 km sur 21km, non merci. Ce que je connais aussi ce sont les courses sur terrain plat. Beaucoup mieux. La meilleure distance à Montréal, avec les parcours tels qu’ils sont là, est à mon avis le 10km. La seule où les montées et les descentes sont équilibrées.

    Un autre gros moins: l’organisation de la course de 1km. Une course avec des tout-petits, il faut faire ça en boucle. Pas avec un point de départ et un point d’arrivée différents. Sinon, on se perd. Et c’est ce qui est arrivé à des dizaines d’enfants et de parents ce matin.

    Vu la foule et ces circonstances, la solution était de courir à côté du plus petit et de ne jamais lui lâcher la main. Mais imaginez une course déjà archi-pleine d’enfants qui se remplie d’autant de parents. Et  on fait quoi quand on a plus d’un enfant qui courent à des vitesses différentes  ? On amène toute la famille élargie pour que chacun s’occupe d’un enfant ? Ceci ajoute encore plus de monde. L’autre option, c’est de se dire qu’on va tous se retrouver à la fin. Mais c’était extrêmement difficile. J’ai brièvement cherché un de mes enfants — il avait en fait été mis dans une sorte d’enclos pour les gagnants — et d’abord longuement cherché, en vain, quelqu’un qui pouvait m’aider  à le retrouver. Ce faisant, j’ai croisé des parents en larmes, en quête de leurs petits. Au moment de la remise des médailles, une mère et un père totalement au bord de la crise de nerf sont venus prendre le micro pour implorer la foule de les aider à retrouver leurs fils et filles, dont un frère et soeur de 3 et 5 ans. C’était horrible. Même quand tout le monde finit par se retrouver, des expériences comme ça sont tellement traumatisantes qu’il faut tout faire pour les éviter. Donc grosses grosses lacunes à corriger. Meilleur parcours, meilleurs systèmes pour diriger les enfants seuls dans un lieu commun à l’arrivée, plus de bénévoles informés avec talkie-walkie. Encourager les enfants à courir ainsi est une excellente initiative. Mais l’événement est rendu tellement gros qu’il faut changer les façons de faire.

    Je pourrais continuer avec des commentaires sur le manque de Gatorade ici et là, sur la confusion sur le pont, sur ceci et cela, mais ce sont des détails.

    Le marathon a-t-il grossi trop vite, me demandait tout à l’heure le collègue Cassivi sur Twitter ? Peut-être. D’ailleurs il y a de sérieuses questions collectives et personnelles à se poser sur l’hécatombe des deux derniers kilomètres. Un mort, 25 blessés transportés à l’hôpital, 40 interventions. Je n’avais jamais vu ça. Rues Rosemont et Viau on avait l’impression de traverser un champ de bataille. Est-ce la faute du foutu parcours avec sa montée juste avant la fin ? Est-ce la faute d’un engouement trop fou de coureurs mal préparés ?

    On se revoit au parc Lafontaine ?


    • Excellent résumé de la situation! Surpris que vous ayiez encore assez d’énergie pour écrire ce billet suite à la course… Arsenault aime bcp les pentes car le même problème se retrouve avec la course professionnelle de vélos sur le Mt-Royal.

    • Je ne peux pas parler pour les plus grandes distances: j’ai couru le 10km. Et la mort d’un coureur est évidemment un événement épouvantable.
      Mais, pour ma part, ce fut une course très plaisante et une journée magnifique. Rien à redire sur l’organisation. Il y a peut-être bien des choses à améliorer à l’événement mais, en ce qui me concerne, ce fut impeccable.

      Le 10k est le meilleur parcours. Bravo ! mcl

    • Je ne pourrais être plus en accord avec vous. C’est d’ailleurs pour cette raison que mon conjoint n’a pas particié au marathon cette année: le parcours est terrible. Même chose pour moi au demi. Quant à nos filles, les histoires d’horreur que vous rapporter ne m’incite pas à vouloir les réinscrire dans le futur à moins de changements importants même si elles ont toujours apprécié leur participation dans le passé. C’est donc à suivre pour l’an prochain.

    • Une ville comme Montréal qui a déjà brillé dans le monde des marathons mérite une meilleure organisation. Les commentaires précédents le confirment. Beaucoup de coureurs expérimentés ignorent volontairement ce marathon dans leur planification. Ça parle.

    • Ok c’est bien cela. J’ai jamais couru un parcours de l’organisation du Marathon de Montréal pour la Classique du Parc Lafontaine, elle je l’ai fait deux fois dans le passé pour le 10 km, beau parcours. Et temps frais.

      Je trouve quand même qu’ils deviennent tous trop gros avec les années, j’ai aussi fait celui de Saint-Anne de Bellevue dans le temps et où on peut prendre sa douche après… En plus du site enchanteur du West Island.

      Et je préfèrerais encore cela pour les enfants aussi…

      Je regarde vos résultats passés sur Sportstats Marie-Claude, vos 5km, 10km et demi-marathon… Et je compare avec ceux que j’obtenais…

      Ne perdez pas de temps avec ça !!! La vie est courte, vous savez. Me semble que vous n’avez pas appelé votre meilleur ami depuis quelques temps. Ou parlé à vos chats… mcl

    • 7148 participants au demi-marathon ? Pour eux c’est sûrement une réussite si je m’entraînais pour je trouverais que c’est beaucoup, beaucoup de monde à la messe…

      5417 participants pour le 10 km ? Pour moi c’est juste 5000 de trop pour que ce soit agréable de courir… Surtout quand on n’est pas un athlète…

      Pour Saint-Anne de Bellevue à l’époque cela tournait autour de 200, pour la course du 10 km, c’est peut-être plus maintenant… Pour la Classique du Parc Lafontaine, il y en avait 435 au 10 km, cette année là, je crois que cela est en augmentation depuis…

    • L’hecatombe est survenue alors que la distance entre les 2 derniers points d’eau etait d’environ 4 kilometres: ridicule pour un marathon, encore plus ridicule par une chaleur pareil. Et combien de fois sommes-nous arrive a des points d’eau ou il n’y avait tout simplement plus d’eau? Esperant que la Rock & Roll Series sera corriger cette lacune et mettre de l’eau a tout les miles!

      J’ai trouvé aussi que la fin manquait d’eau et de Gatorade. Dans le pire crunch. mcl

    • Je ne cours pas, étant incapable.
      Par contre, je m’imagine vhercher mes 9 et 7 ans dans une foule… La panique totale.
      Déjà que je capote lorsque je les perds dans la ruelle, car ils sont allé chez un(e) ami(e) sans me prévenir.

    • J’ai couru le marathon au complet et je suis surpris de vous entendre dire que le parcours était terrible …
      Certes il y avait des côtes mais n’est-ce pas là un moyen de se dépasser encore plus personnellement ?

      Je me suis souvent entrainé en montagne et j’ai trouvé que les faux plats étaient plutôt agréable à courir.
      Enfin, chacun à droit à son opinion et je vous respecte ;)

      Pour ce qui est de la course des tout petits, je suis entièrement d’accord avec vos suggestions, ces pauvres parents on du vivre un monent d’enfer ! :(

    • les organisateurs voudraient bien changer le parcours, mais les roitelets des arrondissement ne s’entendent pas ensemble (32 personnes qui doivent être d’accord pour changer un parcours de marathon pour un jour par an, ça explique plusieurs des problèmes de Montréal)

    • C’est vrai que c’était l’hécatombe aujourd’hui, sur le demi, j’ai vu 5 personnes s’aplatir sur le trottoir. Beaucoup de participants qui marchaient aussi, certains dès le 3e km, on dirait que l’augmentation de la participation se fait au détriment de la préparation. Mais il faut avouer que l’humidité était difficile à gérer cette année, plus pénible que le parcours. L’arrivée au parc Maisonneuve par contre ce fut un plus, beaucoup plus agréable pour l’après-course.

      Moi ce qui me fait réfléchir à une prochaine participation, c’est la promesse faite par les organisateurs que l’an prochain, on partira tous sur le pont en même temps, ils espèrent 13000 personnes. Je crois qu’ils veulent vraiment battre le record de 12000 partants sur le pont de 82. Le pont est trop étroit pour cela, il faudrait qu’ils nous donnent au moins 4 voies. Mais rendus à un certain point, courir parmi tant de monde, est-ce vraiment plaisant? Ce n’est plus de la course, mais un happening, un business. A un moment, il vaut mieux mettre un ‘cap’ sur le nombre de participants en fonction de l’espace disponible.

      Et puis, cchut, on se garde le Parc Lafontaine entre coureurs.

      Moi aussi je me pose beaucoup de questions sur ce double départ de l’an prochain. Est-ce que les organisateurs sont allés faire un tour sur le pont à 10h28 ? On pouvait à peine respirer. Et surtout pas bouger. C’était même inquiétant. Je ne vois pas comment on peut ajouter toute une autre course. Seul avantage de mettre les deux départs ensemble: pouvoir partir plus tôt et profiter de la fraîcheur. Parce que aujourd’hui, à 10h30, il faisait déjà bien chaud. Autre tuyau de coureur: le demi ou le marathon de Mississauga. Petit et plat. mcl

    • Mon but est justement 10 km l’an prochain. On verra bien si le trajet reste aussi bon. Merci pour les infos.

      @android
      “Arsenault aime bcp les pentes car le même problème se retrouve avec la course professionnelle de vélos sur le Mt-Royal.”
      Un “problème” ? Avez-vous déjà regardé le Tour de France ? Le parcours de Montréal, c’est de la petite bière comparé avec ce qu’ils font dans les Alpes ou les Pyrénées.

    • N’ayant pas pu m’entraîner cet été à cause d’une naissance et de rénovations – c’est beau des plans d’architectes qui intègrent le patrimoine, mais ça prend de la minutie-, j’ai décidé de me limiter au demi-marathon et je l’ai trouvé difficile. Déplaisant ce parcourt ? Je ne saurais dire, n’ayant aucune base de comparaison.

      L’an prochain, je fais le 42 km et j’ai déjà commencé à planifier l’entraînement : le mal de cuisses me dit qu’il vaut mieux s’entraîner avant…

    • Je suis vraiment en colère contre votre organisation pour le p’tit marathon de 1 km pour les enfants. Je ne comprends toujours pas pourquoi on nous a empêché de courire avec nos enfants (tous ça pour une photo si je comprends bien) Moi et plusieurs autres parents n’étions vraiment pas confortables avec cette idée et avec raison!!!!! Je vous ai fait confiance et le résultat a été que j’ai perdu ma précieuse petite fille de 6 ans pendant au moins 45 minutes. Les sentiments que j’ai vécus étaient épouvantables, je n’en suis pas encore remise aujourd’hui. Heureusement qu’une gentille dame s’est occupé de ma fille et de plusieurs autres enfants perdus. J’ai vu des enfants paniqués qui cherchaient leurs parents et des parents en pleurs comme moi qui avaient perdus 1 ou plusieurs enfants. Le marathon continuait de se dérouler comme si de rien n’était et nous ne sentions pas qu’on voulait vraiment nous aider. Ce sont les autres coureurs qui voyaient notre état de panique qui cherchaient le plus à faire de quoi pour nous. J’ai retrouvé ma fille avec un grand soulagement mais je tiens à vous dire que jamais je ne vais participer à votre marathon dans les prochaines année. Je vais raconter cette histoire au plus grand nombre de gens posssibles pour que plus jamais nous mettions des parents et des enfants dans une situation aussi dangereuse et angoissante comme celle-là!!!!!!!!!!

    • Et que dire des gobelets et des peaux de bananes (!!) qui jonchent la rue ?
      J’ai cherché desespérément une poubelle pour y jeter mon gobelet, mais je n’en ai pas vu une seule…
      Je n’en reviens pas que les organisateurs nous obligent à jeter nos déchets à terre. Faut-il attendre que quelqu’un glisse et se casse une jambe pour améliorer ça ?

    • Je m’étais inscrite au 10 km, mais je me suis blessée durant mon entraînement à 4 semaines de la course. J’y suis allée pour encourager mon mari. J’ai vu une dame qui a lâché en cours de route. Je lui ai dit que je l’admirais d’avoir quand même essayé malgré une blessure, alors que j’avais lâché avant. Là, je suis à la recherche d’un médecin sportif pour me trouver à quoi est attribuable ma blessure pour apporter les correctifs nécessaires et me reprendre l’an prochain. J’aurais tellement aimé participé, malgré les inconvénients.

    • Une organisation désorganisée.

      Mon partenaire d’entraînement et meilleur ami fait partie des 25 coureurs transportés en ambulance. J’étais avec sa blonde à l’arrivée du demi-marathon et nous nous attendions à ce qu’il soit déjà arrivé. Après une demi-heure d’attente, nous avons débuter nos recherches pour le retrouvé. Nous sommes arrêté à la tente des ambulanciers St-Jean et il n’y était pas; on nous informe qu’il ne l’on pas reçu non plus car son numéro de dossard n’était pas sur la liste des blessé. Nous retournons faire des recherches. Après une demi heure encore, nous retournons aux ambulanciers et, même discours, ils nous confirment qu’il ne l’on pas reçu et que TOUT les coureurs blessés se retrouvent à cette même tente. Sa blonde commence à paniquer. En dernier espoir de le retrouver, nous allons à la tentes des chronométreurs. On nous confirme qu’il a passé la borne du 16e kilomètre mais n’est pas arrivé au 21e. Donc, même s’il avait marché pour finir la course, il serait déjà arrivé après une heure. Panique confirmé : Où est-il ? Nous cherchons désespérément un téléphone pour appeler à la maison (au cas où il ait laissé un message). La gardienne des enfants nous informe que l’hôpital a téléphoné pour dire qu’il avait souffert d’un coup de chaleur et qu’il avait été transporté en ambulance.

      Comment est-ce que l’organisation du marathon de Montréal peut perdre la trace d’un coureur ?

      Une chance que c’est un adulte…imaginé si c’était un enfant !

    • @traducta
      Moi j’aime bien Action Sport physio à Laval. Ils ont toute la gamme de thérapeutes pour vous guérir. Beaucoup d’athlètes vont là.

    • Le parcours en question : http://g.co/maps/bes6p

    • Merci du conseil gl000001. Par contre, je suis à Montréal et je n’ai pas de voiture. J’ai appelé chez Kinatex à l’une des succursales où il y a un médecin sportif. J’espère avoir un rv rapidement pour être rapidement sur mes pattes. J’allais déjà voir un ostéo et une physio, mais seul un médecin peut prescrire une radio. Peut-être mes pieds sont-ils désaxés et qu’il me faille des orthèse pour redresser ma posture plantaire? Peut-être est-ce mes rotules qui pointent vers l’extérieur? On verra. J’ai juste hâte de ne plus avoir mal en descendant les escaliers. Ce sera déjà un plus!

    • Je seconde vicbuj, je me suis séparé de mes enfants au début du p’tit marathon parce que le bruyant animateur nous criait de nous éloigner pour que Radio-Canada puisse filmer et je me suis dit que je les attraperais juste de l’autre côté de la ligne de départ mais je les ai manqué à travers les 2500 enfants qui ont dû passer. J’avais mon troisième enfant, un bébé, dans mon Chariot qui entravait beaucoup ma mobilité!

      Mes enfants ont couru seuls tout le 1km et j’ai fait tout le parcours en courant sans les voir. Ils se sont ensuite perdus dans l’immense foule à la fin de la course et j’ai commencé à paniquer en réalisant qu’il n’y avait pas de zone pour récupérer des enfants ni de responsables de course ou je ne sais quoi… et la tente d’Informations étaient tellement loin, mes enfants n’auraient jamais pu la trouver seuls… J’ai couru avec mon bébé dans les bras pendant 20 minutes pour les trouver… Mais ce que j’ai le plus ha­­i ce fut que les organisateurs ne prenaient pas de mesures spéciales alors que c’était évident que beaucoup d’enfant s’étaient égarés. Et il arrivait des centaines de personnes à chaque instant à ce moment-là! Disons qu’à un moment donné, je me suis arrangé pour que le message passe. Ça s’est bien terminé grâce à ma fille qui a gardé son calme et aux personnes qui l’ont éventuellement reconduite à des bénévoles mais quelles émotions épouvantables!

      Je suis coupable de les avoir perdu des yeux alors qu’ils sont très petits mais il y a assurément des choses à changer pour éviter cette situation terriblement paniquante!

    • Merci de diffuser l’information concernant le manque total d’organisation pour le p’tit marathon. Je suis aussi une maman qui a perdu sa fille de 8 ans dans la foule. Je l’ai retrouvée 35 minutes plus tard après avoir demandé de l’aide à de nombreux bénévoles qui ne savaient pas du tout la procédure à suivre, tantôt ne connaissant pas l’existence du kiosque d’information, tantôt ne sachant pas oû il était, etc. Un réel cauchemar. Comment un beau dimanche familial s’est transformé en une journée très éprouvante pour notre famille, y compris pour mon fils et ma fille cadette qui étaient aussi paniqués. Un grand merci à la maman qui a prise ma fille en charge pour la rassurer et la diriger vers le kiosque d’information.

    • J’ai aussi couru le demi-marathon et je suis tout à fait d’accord avec vous concernant tous ces facteurs que vous avez trouvés déplaisants. La chaleur et le parcours ont nécessité plusieurs interventions des ambulanciers. Ma conjointe a d’ailleurs eu un léger malaise à l’arrivé et elle a rapidement été prise en charge par des ambulanciers, tout comme toutes ces personnes en difficulté dans cette fameuse montée de la rue Pie-IX… Bravo pour leur travail dans tout ce chaos! J’ai aussi l’impression que les points d’eau étaient trop peu nombreux. J’ai de plus détesté que l’on nous serve une médaille à l’arrivé alors qu’à ce point-là tout ce que l’on veut c’est de l’eau et encore de l’eau! Oui il y en avait de l’eau mais plus loin et après de trop longues minutes d’attente. De plus, suis-je le seul à penser que médaille et t-shirt, que nous achetons indirectement via notre inscription, sont de trop? Je crains que les objectifs de croissance (des revenues) du nouvel acquéreur n’aident pas ma cause.

      Par contre la beauté d’un tel évènement est qu’il amène chacun de nous, peu importe notre âge, à s’entraîner, à se mettre en forme, à se dépasser, à s’accomplir et ce pour notre plus grand bien. Sans compter tous ces gens qui courent pour une cause qui leur ait chère. Merci aux spectateurs pour leur appuie et félicitations à tous les coureurs – après tout on a tous tant travaillé pour y arriver!

    • C’est dommage ce que vous nous racontez sur le Petit Marathon. J’avais hâte d’inscrire mes filles l’an prochain. Elles ont hâte de courir avec M. Craquepoutte. On va devoir y penser à 2 fois. Et en plus, si ça tombe le même jour que le marathon où que le demi, ce sera tout simplement impossible puisqu’on sera en train de courir nous-même. Pourquoi ne pas faire comme à Ottawa et organiser certaines épreuves la veille ?
      Le parcours du marathon a besoin d’une mise à jour. Il y a des endroits fabuleux (le départ sur le pont, le circuit Gilles-Villeneuve, le Vieux-Montréal, et j’en oublie parce que j’étais dans ma bulle). Mais d’autres endroits sont horribles (et je ne parle pas de la condition de l’asphalte) (entre Wellington et de la Commune, toute la section sur Des Carrières, et la côte Pie-IX, c’est surtout mes cuisses qui ne l’ont pas aimée).
      L’amélioration de l’année (pour les marathoniens) fut d’avoir retardé le départ du demi. Il n’y a rien de pire que de fusionner avec une foule de coureurs encore frais et plein d’énergie. Ça nous pète notre bulle. Cette année, les premiers demis nous ont rejoint vers la fin de St-Laurent. Ce qui a vraiment été parfait. Il n’y a jamais eu de gros peloton avant Rachel.
      Pour REGARDES, les peaux de bananes et les gobelets qui jonchent la rue, c’est comme ça dans toutes les courses. Pas le temps de chercher une poubelle. Imaginez la congestion ! Et il y a le rythme à tenir. Rien de pire que d’arrêter et de repartir. Il y a plein de gentils bénévoles armés de balais qui passent derrière nous.
      Un merci particulier à la foule à 3 endroits : coin Maisonneuve-Berri (juste avant la côte), coin Rachel-Pie-Ix (juste avant la côte) et à la fin (juste avant l’écrasement, l’épuisement). Vous n’avez pas idée à quel point ça recharge les batteries que de vous entendre nous encourager. On en sort revigoré (pour au moins 100 mètres).

    • Salut Marie!
      Retourne-y l’an prochain avec ton apareil photo dans le coup.
      Quitte a finir 10min. plus tard! :)

    • Erratum* dans le cou

    • Ne faisant pas de course à pieds et n’ayant pas été au marathon de Montréal pour voir, j’ai deux questions:
      1) est-ce qu’un parcours qui descend doucement vous conviendrait mieux parce que c’est moins forçant ? Quel est le but de participer d’abord si vous préférez une activité qui vous ménage un peu plus ? Le parcours était publié sur la page web.
      2) Si en arrivant à l’événement du 1km vous n’aimez pas l’organisation et jugez que peut-être que vos enfants (et vous) seront traumatisés, pourquoi y participez pour ensuite s’en plaindre ? J’ai deux jeunes enfants, je ne les amène pas dans une foule où je risque de les perdre à moins qu’ils soient attachés dans une poussette, et certainement pas si je suis seule à m’en occuper.

    • Bonjour Mme Lortie,
      Savez-vous si la possibilité d’inverser le parcours à déjà été étudiée? Il me semble qu’il serait plus intéressant de terminer au Parc Jean-Drapeau.

    • Panique ? Horrible ?…..Hecatombe ? et quoi encore….PEAU DE BANANE ? De quoi on parle ici ?
      Et moi qui croyais que c’était une belle journée d’automne ! Merci de me rappeler les “vraies affaires ” !

    • Une question comme ça.
      OÙ vont les millions de dollars versés lors de l’inscription ? Sûrement pas en bouteilles d’eau… (commandite).
      En tout cas, en lisant tous ces commentaires, je dois avouer que je n’ai aucune envie de m’inscrire au Marathon. Je préfère tellement courir dans ma “solitude” à l’aube. La course, selon moi, est tellement un acte solitaire, loin d’une foule de 24 000 personnes !

    • Pour les gens qui faisaient le demi marathon en plus de deux heures (dont j’étais), le ravitaillement a été un gros problème.

      À chaque table d’eau, les coureurs se jettaient comme des mouettes sur les quelques verres d’eau au trois quart vides…Il a manqué cruellement de bénévoles pour donner les verres d’eau, et les gens allaient chercher eux même l,eau sur la table, ou même à même les cruches!
      j’espère que l’arrivée du nouveau partenaire améliorera les choses…
      En tout cas, un départ en même temps que le marathon et un nouveau parcours ne pourra qu’améliorer la patente…

    • @mathieu_desrosiers
      Les marathoniens auraient à finir par l’île Notre-Dame. Frapper le mur dans ce coin-là, c’est l’enfer car il n’y a pas de spectateurs. Je l’ai fait deux fois il y a bien longtemps.

    • BOnjour Mme Lortie ,j’ai fait mon 1er marathon cette année a 55 ans en 3hre 47 min ,mais moi j’ai pas trouver si dur que cela les cotes ,mais le seul hic de ce parcours je trouve c’est la partie entre ST-Laurent et DELORIMIER que je trouve que ca donne pas une tres belle image de la ville puis que tout ce qu’on y retrouve c’est des graffiti et du béton,pour le reste j’ai rien a dire sauf l’état de la route pleines de nids de poules sur Rachel et Rosemont car je trouvait cela dnagereux a la limite de se blesser apres 40 km.Etant un ancien athlete de niveau nationale en cyclisme ,les cotes n’ont pas été pour moi une si grosse corvée sauf que j’ai eu de la difficultées avec mes ravitaillements vers la fin avec trop de gatorade et je l’ai ressenti au 37 em km.Pour le reste tout etait beau ..J,attend Ottawa en mai avec impatience.! BOn entrainement si vousvous entrainez aussi en hiver comme moi..!

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

    publicité

  • TWITTER

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    février 2013
    L Ma Me J V S D
    « jan   mar »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728  
  • Archives

  • publicité