Marie-Claude Lortie

Marie-Claude Lortie - Auteur
  • Marie-Claude Lortie

    Journaliste à La Presse depuis 20 ans où elle est chroniqueuse et critique gastronomique, Marie-Claude Lortie commente l'actualité, entre deux brassées de lavage et un match de soccer.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 1 septembre 2011 | Mise en ligne à 10h55 | Commenter Commentaires (57)

    Maman, je veux un cellulaire

    Capture d’écran 2011-09-01 à 10.53.04

    Photo Janick Marois. Voix de l’Est.

    Ma fille aînée est totalement découragée de sa mère, qu’elle trouve ringarde, dépassée et control freak. Elle a raison sur tous les plans, mais ça ne me fera pas changer d’idée: les enfants, selon moi, si cela est possible, doivent apprendre à vivre sans cellulaire.

    L’école se plaint que les jeunes s’en servent trop et mal. Les études scientifiques ne confirment pas tous azimuts qu’ils sont mauvais pour la santé, mais les signes d’inquiétude sont assez nombreux pour qu’il soit tout à fait normal et rationnel de choisir de prévenir plutôt que de guérir. Et puis, et puis quand on est jeune, il faut apprendre à organiser sa vie sans cette béquille. Le cellulaire est un outil formidable de communication et d’aide à l’organisation, mais il ne remplacera jamais un cerveau bien formé qui apprend à penser à tout et à prévoir le plus de chose possible.

    Ma chronique sur la question.
    Le lien sur l’étude que je cite et qui dit qu’il n’y a pas de lien entre la quantité de temps passé au cellulaire et la présence de tumeurs, mais qu’il y en a un entre tumeurs et temps abonné à un service de téléphonie cellulaire.
    Aussi, lien avec une autre étude qui sonne l’alarme au sujet de l’utilisation du cellulaire avant l’âge de 20 ans et article qui le vulgarise ici.

    Tags: , , ,


    • A certains endroits en Californie, par manque de place (??), ils ont construit des écoles maternelles et/ou des garderies sous des lignes à haute tension.
      Et il y avait plus de cancers du cerveau chez les jeunes dans ces écoles.
      C’était il y a au moins 15 ans. Je ne sais pas ce qu’il est advenu de ces écoles.
      En tout cas, vous avez bien décrit le cellulaire : une béquille lorsque mal utilisé. Mais surtout, une distraction de plus.

    • J’ai eu un cellulaire à 17 ans quand j’ai commencé à conduire (autour de 2005), pour des raisons de sécurité si jamais j’avais un problème (et non pour conduire et parler en même temps). Je payais à la carte (10$/mois) et c’était bien suffisant.

      Pas besoin d’un cellulaire avant ça.

    • Je ne sais pas quelle âge a votre fille (la mienne n’a que 3 ans), mais il faut admettre que nous sommes dans une autre époque! Je pense que dès 15 ans, un jeune peut avoir son téléphone cellulaire, à condition qu’il s’agisse d’un service prépayé et qu’il soit informé de son utilisation (pour communiquer, rester en contact mais pas pour menacer, intimidé, harceler, etc.) et lui apprendre à être courtois (pas de conversation pendant qu’on paie la caissière du dépanneur).

      Je me souviens que je passais beaucoup de temps au téléphone (fixe…) quand j’étais ado. Le circle d’amis et les contacts avec ces derniers sont primordials à cet âge.

    • Qu’on le veuille ou non, le téléphone intelligent (smartphone) devient de plus en plus essentiel à la vie quotidienne, en particulier au travail, dans les transports en commun et… à l’école! Des professeurs informent leurs groupes par Twitter, envoient des rappels ou des changements de locaux, indiquent les retards ou les absences, les écoles postent les grilles horaire, etc. Cela, sans compter la communication lors de travaux d’équipe et l’accès au courriel/sites Web informatifs et encyclopédies, etc.

      Le cellulaire peut-il encore être remplacé par des “choses” classiques? La réponse est OUI. Mais le fait de pouvoir le remplacer par le téléphone fixe et le répondeur, la visite devant le babillard à l’autre bout de l’école, le transport d’un dictionnaire encyclopédique de 3 kilos (juste pour rechercher 1 rubrique) et le bouche-à-oreille approximatif… tout cela ne rend pas le téléphone intelligent moins utile ou moins pertinent. Il est là pour rester et son rôle ne peut que s’accroître.

      Cela dit, il y a des nuisances qui devront être éliminées, par exemple le fait de texter/recevoir des appels en classe. Les écoles devront peut-être forcer les élèves à utiliser le WiFi local filtré de l’école comme point d’accès, plutôt que le réseau cellulaire; cela permettrait de bloquer le signal extérieur pendant les heures de cours, tout en offrant un accès gratuit pendant les pauses. Un bon compromis, à mon avis.

      L’école prend déjà le virage informatique et en plus d’offrir un poste de travail, plusieurs établissements exigent désormais l’achat d’un laptop, et ce, dès le Secondaire. Au Primaire, des tablettes tactiles robustes pourraient faire une percée. Pourquoi pas? Les jouets et jeux de société demeureront. On imagine mal une salle stérilisée où les élèves se parlent uniquement à travers un téléphone!

      De toute manière, même le téléphone intelligent est voué à une lente disparition, avec l’arrivée de l’informatique “portable” (répartie sur le corps): oreillette, lunette de réalité augmentée, commande vocale ou gestuelle, stockage porté à la ceinture ou dans un bijou, etc. Le corps devient le réseau, et l’objet-téléphone s’efface…

      La prochaine génération d’enfants jouera à la “tag” dans la cour d’école, avec un indicateur de tag virtuel, avec le score, qui flottera au-dessus de la tête de chaque participant! Et pourquoi pas…

    • « Le cellulaire est un outil formidable de communication et d’aide à l’organisation »

      Je me permets de mettre un bémol à cette affirmation… Je n’ai pas de cellulaire et j’ai remarqué la très grande difficulté chez les propriétaires de ce gadget d’arriver à l’heure aux rendez-vous… Ou de s’en tenir à une destination.

      Normalement, l’heure du rendez-vous et la destination peuvent changer environ 5-10 fois en fonction de qui-vient-qui-vient-pas-pis-finalement-ça-serait-peut-être-mieux-de-se rejoindre-là-plutôt-que-là…

    • Quand j’etais jeune, il y a tres longtemps elas, tous mes copains
      vivaient dans le meme cartier que moi, il suffisait de mettre le nez
      dehors pour joindre la bande, ou au pire se servir du telephone
      familiale.
      Donc beaucoup de temps passer ensemble en situation reelle.
      Mon beau-fils de 15 ans a comvaincu sa mere d’avoir un cellulaire
      pour la rentree, ainsi il pourra texter ou meme ,oh horreur, parler
      a ses amis tant qu’il le voudra. A remarquer qu’aucun d’eux ne vit
      a proximite de notre apart meme s’ils frequentent la meme ecole!!!

      Moins il y a de vie de cartier plus les compagnies de telephonie
      s’enrichisse et plus nos ados (et nous les parents) s’apauvrissent.

    • Je suis bien d’accord avec vous. Le cellulaire ça peut bien attendre… mais si l’ado, ou le jeune doit apprendre à vivre sans cellulaire… le parent doit apprendre lui aussi à vivre avec un ado sans cellulaire… ce qui n’est pas une mince affaire aujourd’hui ou un accident, un oubli… ça ne peut pas arriver et ça ne doit pas arriver. Parce que tout doit être nécessairement prévu!

      Et l’argument principal pour obtenir un cellulaire.. c’est la prévention, la sécurité, la prévoyance et la prudence!

      Imaginez un instant qu’il arrive un pépin à l’ado… n’importe lequel… on pourra toujours blâmer le parent de ne pas avoir accédé à la demande du cellulaire. On les entends déjà crier à la négligence : “Non mais quel bourreau de parent… ne pas vouloir pouvoir rejoindre son enfant 24h/24!… Si seulement elle avait eu un cellulaire!”

    • Je vous supporte là-dedans! Je ne suis vraiment pas un fan des cellulaires, et je crois qu’à long terme on va voir des effets assez sérieux du bombardement continuel d’ondes et de radiations auquel on est maintenant soumis en société. Mais les études présentement montrent surtout un impact majeur dans un rayon de 10 cm autour des émetteurs/récepteurs, malheureusement pour la plupart du monde c’est exactement là que ce trouve leur cerveau par rapport au téléphone.

      Je n’ai même pas de cellulaire pour moi-même et ça n’a jamais été un manque, alors je n’en donnerai certainement pas à mes enfants. Ou si jamais ça arrive par nécessité, ce sera avec un service payant à la minute de leur poche, que ça soit clair que c’est en dernier recours et non pas pour tout et rien qu’on s’en sert.

      Plusieurs semblent oublier qu’il y avait un monde avant les cellulaires, et qu’on s’en sortait très bien sans. On se donnait rendez-vous, on se retrouvait, on se débrouillait sans avoir besoin d’une béquille. Pas besoin d’appeler quelqu’un parce qu’il est 1 minute en retard pour qu’il nous réponde et nous dise qu’il nous voit en nous faisant des grands signes de la main au loin comme je vois toujours faire autour de moi… Oui de temps à autres il peut y avoir un réel avantage à en avoir, mais je ne suis pas sûr que ces moments justifient l’utilisation abusive qui en est faite partout en négligeant COMPLÈTEMENT toutes les études montrant les effets nocifs d’une utilisation prolongée.

    • Moi et ma conjointe, on a pas de cellulaire, on passe pour 2 extra-terrestres quand on dit çà.

      Pour ce qui est des enfants, ce n’est pas le cellulaire le problème, c’est l’usage qu’ils en font et les parents qui paye pour, c’est quoi qui est compliqué de payé une carte de 20$ par mois et de leur apprendre à s’en servir intelligemment. Si tu veux texter pour 20$ en 2 jours, fais le mon grand mais ton prochain 20$ est le 1er du prochain mois.

    • Je n’aurais aucun problème avec le cellulaire s’il était bien utilisé. Malheureusement, les jeunes s’en servent surtout pour échanger des banalités et comme distraction durant les cours qu’ils trouvent “plates”. Pas très constructifs. La communication a changé depuis quelques années, mais pas nécessairement pour le mieux.

    • J’ai donné un cellulaire a mon fils de 12 ans. Mon dieu que je trouve cela pratique. Quel outil pour le joindre partout. A cet âge où il est assez grand pour prendre le transport en commun, allez a ses divers cours en soirée et s’organiser pour ses divers rdv (coiffeuse, dentiste…) Le laissez aller seul, je serais trop inquiète. Mais avec son mobile, il a pris tellement d’autonomie, j’ai arrêter de faire le taxi. Quel outil fantastique, je ne reviendrais pas en arrière du tout.

      Par contre, il y a des règles, ca un cell pour eux, c’est aussi un jouet. Il nous le laisse quand il va se coucher. Il reste dans son sac d’école. C’est très facile de le surveillé, car on voit chaque sms et coup de fil recu, en ligne sur le site du fournisseur. Donc si je vois une utilisation pendant les cours, le cellulaire sera confisqué sur le champ.

      En analysant, son utilisation, j’ai vu qu’il y avait une fille qui le harcelait, je lui en ai parlé, elle appellait une quarantaine de fois par jour, sans compter les sms. On a imprimé le relevé et nous avons rencontrer les parents et la fille. Ça a arrêter net.

      Donc oui c’est bien, mais on doit y voir. Pour ce qui est des risques de cancer, je crois qu’il va avoir le cancer des doigts car il parle très peu mais texte a souhait !

    • Personnellement, j’interdirais toute utilisation du cellulaire en classe et je légaliserait les brouilleurs d’onde pour faciliter la tâche des professeurs. Le cellulaire est devenu un outil de trichage et d’intimidation en plus d’être une source importante de distraction.

      Pour ce qui est de l’innocuité des ondes électromagnétique, nous prétextons souvent que le cellulaire est sans danger parce que ce dernier est utilisé depuis des années sans qu’on ait observé une augmentation significative du nombre de tumeurs cancéreuses au cerveau. Nous oublions cependant une chose très importante:

      La quantité d’ondes électromagnétiques auxquelles nous sommes exposés n’est pas restée la même depuis l’arrivée du cellulaire dans les années 90. À cette époque, les cellulaires étaient rares, il n’y avait ni d’écran plat, ni d’Internet sans fil (et donc peu d’antennes-relais). De plus le nombre d’ordinateur dans les écoles et les bibliothèques était restreint.

      De nos jours, nous sommes exposés, non seulement à notre propre cellulaire (qui émet des ondes même lorsque non utilisé) mais aussi à celui des autres, en particulier dans les transports en commun (la portée des ondes d’un cellulaire est de 1m). De même les écoles et les bibliothèques sont désormais équipées d’un grand nombre d’ordinateurs, tous à écran plat.

      Les gens se procurent de téléviseurs à écran plat, des lecteurs DVD portatifs ainsi que des claviers et les souris sans fil qui émettent davantage de rayonnement justement pour palier à l’absence de fil. Même les ampoules fluocompactes émettent des radiations, raison pour laquelle on déconseille de les placer dans des lampes de chevet trop près de la tête (elles peuvent d’ailleurs nuire au fonctionnement des stimulateurs cardiaque).

      Nous ne connaissons pas les effets à long terme de l’exposition à toutes ces sources de pollution électromagnétique. Les effets des ondes sont cumulatifs et les enfants y sont particulièrement vulnérables. Le Centre international de recherche sur le cancer, agence spécialisée de l’Organisation mondiale de la santé, a d’ailleurs annoncé le premier juin dernier que les champs électromagnétiques de radiofréquence (incluant les téléphones cellulaires étaient peut-être cancérogènes pour l’être humain.

      En outre, je viens de trouvé un article sur un scientifique américain qui a tenté d’alerter le public sur le danger des ondes cellulaire dès 1999, le Dr George Carlo. Fait qui devrait nous rassurer sur son intégrité, il a publié ses découvertes accablantes pour l’industrie du cellulaire en dépit du fait que les recherches qu’il dirigeait était financées par la Cellular Telecommunications Industry Association! Cette dernière lui a d’ailleurs fait payer son honnêteté en l’expulsant du programme de recherche:

      http://wikistrike.over-blog.com/article-les-portables-dangeureux-certains-le-savaient-depuis-1999-75660789.html

    • Est-ce que ce refus est une forme de jalousie parce que vous n’en aviez pas à son âge? Qu’est-ce que vous auriez dit si vos parents vous avaient interdit la télévision ou la radio parce qu’il avait apprit à grandir sans cela? Je me pose aussi la question sur les ados et les cellulaires, mais je crois que c’est un outil formidable qu’il faut utiliser intelligemment… comme un ordinateur ou une auto.

    • La plupart des adultes se servent du cellulaire comme d’un jouet, et vous demandez a un enfant de ne pas avoir le sien?

    • @larousse_estdouce
      Attendez que votre fille vieillisse et vous verrez que 15 ans sera beaucoup trop tard pour avoir son propre cellulaire… ;-)

      Moi aussi je trouvais que 15 ans était correct comme âge. Je dois vous dire qu’en secondaire 2 (12-13-14 ans) environ 80% des enfants en ont un. Pas un cellulaire ordinaire, souvent un Black ou un I-phone…

      En secondaire 1, je disais à mon fils de toujours avoir 50 cents sur lui pour appeler en cas de besoin. Il ne l’a jamais fait. Avec son cercle d’amis, ses activités sportives, des fois il devait avoir un cellulaire pour qu’il puisse nous rejoindre ou l’inverse. Il prenait alors mon cellulaire: cellulaire des plus basique où il est difficile, voir presqu’impossible de texter.

      En secondaire 2 (l’an dernier), j’ai capitulé au mois de mai (mon chum trouvait que je faisais un plat avec rien) et nous lui avons procuré un cellulaire. Pas tant qu’il en demandait un (il n’a jamais demandé beaucoup même s’il en désirait un dans son fort intérieur) mais surtout parce qu’il prenait le mien et moi je devenais difficile à rejoindre. Est-ce qu’il se sert du cellulaire en tant que tel? Pas souvent.

      Par contre, si son père lui envoie un texto, il est certain qu’il va se faire répondre dans les minutes qui vont suivre… Moi, quand je l’appelle, puisque je ne texte pas dinausaure que je suis, il est plus difficile à rejoindre. Est-ce que ça me fait rager? En masse.

      Tout ça pour dire que le cellulaire plus ”classique” est déjà dépassé. Les jeunes ne parlent presque plus, tout ce qu’ils font est de texter à n’en plus finir… Et comme lorsque nous étions ado avec le téléphone, ce n’est pas toujours pertinant et important ce qui se texte…

      Je reste donc sur mes positions. Pour moi, 50 cents serait encore suffisant pour qu’ils puissent me rejoindre ou rejoindre leur père. Mais, comme bien des familles, nous sommes toujours en déplacement, pas nécessairement tous ensemble. Alors là, le celllulaire devient très pratique.

    • Et le pire dans tout ça…

      …c’est que tous ces iBidules nous font tranquillement, imperceptiblement, glisser dans l’ère du paiement perpétuel.

      - Le cellulaire, avec ses forfaits tordus, incompréhensibles au commun des mortels, où s’ajoutent chaque mois, des frais additionnels pour dépassement de temps, de textos, d’accès au Net, etc. Tout ça pour remplacer une ligne téléphonique terrestre qui ne coûte toujours que 27$ par mois, appels illimités.

      - Les ordinateurs portables de nos ados, auxquels on doit payer le forfait de connection internet et/ou de «tethering».

      - Les Tablettes genre iPad, qui pour la modique somme de 49,95$ par mois vous donnent un accès instantanné à l’achat de livres… service que vous offre depuis des années et GRATUITEMENT votre bibliothèque. On parie combien sur la survie des bibliothèques, après une adoption massive de ces bidules?

      - La télévision numérique qui, ô hasard, se capte difficilement avec une antenne de salon, nécessite la plupart du temps une antenne sur le toit ou, solution miracle, un abonnement au câble /satellite à 50$ par mois pour un service autrefois simple et GRATUIT.

      Eh oui! L’ère du paiement perpétuel, où TOUT est à payer, plus rien n’est gratuit, et les pauvres qui n’ont pas les moyens, bin qu’y crèvent!

      Charmante société qu’on est à se bâtir.

    • Si un n’adulte n’a pas besoin d’un cellulaire, pourquoi un adolescent en aurait besoin ?

      à part pour quelqu’un qui travaille sur la route, un cellulaire n’est pas un “besoin”

    • Moi je voulais un 4 roues (quad maintenant) quand j’étais ado! Je n’aurais rien eu à foutre d’un téléphone.

    • J’en ai donné un à mon ado (15 ans) un simple prépayé pour que je puisse le rejoindre en tout temps et qu’il puisse me texter lorsque arrivé à bon port. Pas de Facebook la-dessus ni internet, juste le telephone et les textos. à date je suis chanceuse aucune exagération je controle le compte minutieusement et je suis beaucoup plus relax lorsqu’il part.
      Je suis un petit peu tannée de me faire regarder comme un mauvais parent parce que je fournis un cellulaire à mon enfant et pour ceux que ça leur tenterais de dire la très célèbre “Dans mon temps on en avait pas et on est pas mort et on s’arrangeait” ben oui mais si on a la chance d’avoir autre chose aujourd’hui on va tu cracher dessus, à ce rythme on aurait pas internet, le micro-onde et ni les voitures et encore moins le GPS. Il faut juste apprendre à doser le tout.

    • Bonjour Mme Lortie,

      Je vous respecte beaucoup (ne serait-ce que parce que votre livre Mangez! a changé ma vie!) mais je ne suis pas d’accord avec votre position sur cette question. Enfin, je suis 100 % d’accord avec le fait que les enfants n’ont pas besoin de cellulaire, tout simplement parce qu’à mon avis les gens qui ont réellement besoin d’un cellulaire sont rares, adultes comme enfants. Ni moi ni mes enfants n’avons réellement besoin en permanence d’un cellulaire, et personne dans la famille n’en a donc un; il y a un cellulaire ici pour toute la famille, que chacun utilise au besoin et non pas sur une base quotidienne.

      Là où j’accroche, c’est que vous décrivez être vous-même accro au cellulaire dans votre chronique, mais vous dites du même coup que vos enfants, eux, n’y ont pas droit. Pour moi, c’est un grand manque de cohérence devant les enfants. Je vois mal comment un enfant peut se voir refuser quelque chose que son parent, lui, utilise abondamment. Pour moi, c’est une façon de lui dire: moi, je suis assez importante pour avoir un cellulaire, mais pas toi. Si c’est une béquille pour eux, pourquoi pas pour vous? Évidemment, on peut ne pas être d’accord avec cette position, mais pour moi, l’égalité des droits entre enfants et parents est la seule voie d’harmonie possible dans la maison. C’est comme si vous imposiez des croquettes de lentilles sans sel à vos enfants alors que vous vous régaliez de poutine… Est-ce vraiment logique?

      Merci pour vos gentils mots, mais vous faites erreur au sujet du deux poids deux mesures. Je conduis une voiture, et pas mes enfants. Je bois du vin, pas mes enfants. Les enfants ne sont pas égaux avec leurs parents. Leurs parents ont le droit, doivent, leur dire non quand c’est nécessaire. Il y a des choses réservées aux adultes. Aussi, les recherches qui montrent de doigt le cellulaire parlent tout spécialement du cerveau en croissance des enfants, plus vulnérables. mcl

    • Je pense que plusieurs enfants ont des cellulaires simplement parce que beaucoup de parents sont incapables de dire non à leurs enfants de nos jours…

      Mes enfants sont encore jeunes, donc je n’ai pas poussé ma réflexion bien loin quant à l’âge “acceptable” pour avoir un cellulaire, mais je pense que j’irais avec le fait que l’enfant doit être capable de payer pour l’utilisation (ie avoir un emploi d’été).

    • Je suis d’accord avec mariehv. Commencez donc par leur montrer l’exemple.

    • Exactement comme @emilie13

      J’ai eu mon 1e cellulaire dans les environs de 17-18 ans, je n’habitait plus chez mes parents et ça me permettait de pouvoir appeler en tout temps si j’avais un problème, ma famille ou mon copain. En plus, ça me coûtais pas plus chère que la ligne à l’appartement !
      Aujourd’hui, même chose, je fais beaucoup de route et c’est hyper pratique ! En plus, puisque j’ai commencé plus jeune, je peux ”barginner” des forfaits beaucoup plus avantageux et qui réponde à mes besoins immédiats … je n’ai jamais eu de ligne téléphone depuis.

      La règle chez moi était simple : si tu veux un cellulaire, tu le paye.
      Ma soeur à eu le siens, même si elle habite avec mes parents, et elle travaille donc peut ce le permettre.

      Par contre, je ne comprend pas pourquoi certaines personnes sur-endetté se paye des forfaits de cellulaire (ou cell. intélligent) à plus de 50~100$ alors qu’il en existe des très bon à 25$/mois.

      Le problème ne réside non pas dans l’achat du téléphone, mais bien dans l’utilisation que les gens en fonds. Mon chum s’est acheté un superbe téléphone intelligent avec tout plein de chose dessus, ça lui coûte plus chère (il est étudiant en plus)… et ça lui sert à rien de plus que de téléphoner et texter, puisqu’il à déjà… un ipod, une tablette, un portable et un pc !

      Personnellement, je ne peux plus vivre sans avoir mon téléphone avec moi, tellement pratique et beaucoup plus sécuritaire. J’imagine que quand j’aurai des enfants, je serai du genre à leur ”prêter” le cellulaire de la maison quand il sorte ou en on besoin à des fins purement sécuritaire. En dehors de ça… tu en veux un, tu paye!

    • Les nouvelles technologies de communications ont définitivement leurs utilités, c’est une révolution majeure.
      Mais il reste qu’il y a des inconvénients majeurs qui viennent avec ces nouvelles technologies.
      Mon frère à quitté une fille en plein repas de tête à tête, elle n’arrêtait pas de texter avec ses amis.
      Mon voisin s’est fait entré dedans par un automobiliste qui textait.
      Une copine serveuse de restaurant à emprunté le portable d’une cliente pour téléphoner à la copine assis en face de celle-ci pour prendre sa commande.
      Être prof, je saisirais le premier téléphone du premier que je surprendrais à texter et je le pitcherais dans le mur, soyez certain que plus personne ne songerait à en sortir un par la suite. Ha oui impossible, l’autorité est perçue comme un abus de pouvoir et une tare.
      Danny mansour

    • @mariehv
      Le père de mon copain était alcoolique. Il a tout fait pour que son garçon ne le soit pas. C’est logique.

      @madametoutlemonde
      Comme je disais plus haut. C’est une béquille lorsque mal utilisé. Votre jeune s’en sert bien. Vous avez juste à l’expliquer à ceux qui ne comprennent pas. Et si ils s’entètent a ne pas comprendre, qu’ils aillent au diable.

    • “Je pense que plusieurs enfants ont des cellulaires simplement parce que beaucoup de parents sont incapables de dire non à leurs enfants de nos jours…”

      Bingo!

      “pour moi, l’égalité des droits entre enfants et parents est la seule voie d’harmonie possible dans la maison”

      Voilà le problème. Si les parents agissaient en tant que propriétaires de la maison et non en tant que colocs de leurs enfants, nous n’en serions pas là.

    • @ nemo: “Les jeunes ne parlent presque plus, tout ce qu’ils font est de texter à n’en plus finir…”

      Le problème c’est que je suis moi-même une petite accro de textos…je texte au travail, dans le métro, dans la rue, couchée dans mon lit, bref…

      Ironiquement, j’ai un cellulaire depuis l’âge de 19 ans mais je déteste parler, je préfère texter. Mais c’est vrai que si ma fille demande un cellulaire à 12 ans, je vais y penser comme il faut avant de dire oui ;-)) C’est jeune, quand même.

      Pour ceux qui disent que dans le temps, on n’avait pas de cellulaire et on s’en sortait, je trouve ce raisonnement illogique. Il n’y avait pas d’internet il y a 25 ans, on faisait quand même nos travaux scolaires, mais reviendriez vous vraiment en arrière?? Il n’y avait pas de répondeur/boîte vocale il y a 35 ans, on s’en sortait très bien, mais reviendriez-vous au stress de manquer un appel important?

      Et on pourrait continuer longtemps comme ça. Mais à mon avis, quand la technologie est là, vouloir l’interdire aux jeunes parce qu’à notre époque ça n’existait pas, ça ne tient pas la route. Il faut juste apprendre à instaurer des limites claires à nos enfants.

    • Mon chum travaille pour une compagnie offre le service de cellulaire, et il me racontait que la semaine passé, une mère a appelé parce que sa fille de 11 ans avait dépassé de beaucoup les restrictions de nombre de courriels/minutes/gigs de son forfait. Genre des dépassements de 200 textos, 600 minutes d’appel, etc. La mère a payé le surplus sans broncher, elle a dit à sa fille “Là, Maman te chicane pas, mais t’as trop utilisé ton téléphone. Mais Maman te chicane pas! Je t’ai pris le forfait illimité.” Une belle leçon de vie.

    • Dans le temps, avant les cellulaires, quand on avait un problème ou qu’on avait besoin d’information, on s’arrangeait… Ce faisant, on faisait des apprentissages qui nous servent la vie durant.

      Ce qui me fait peur, de ces bébelles, c’est, en partie, que les gens en deviennent dépendants. Ils n’apprennent plus à lire une carte – ils ont le GPS. Ils n’apprennent plus à faire des recherches bibliographiques – ils ont Google. Ils n’ont plus besoin de se parler – ils s’envoient des textos. Ils n’ont plus besoin d’apprendre à se débrouiller tout seul – il y a toujours quelqu’un, au bout du fil, pour leur venir en aide. En gros, ils organisent leur vie en fonction de ce que leur téléphone leur offre.

      Le jour où, pour une raison ou pour une autre, leur cell cessera de fonctionner, comment feront-ils pour faire face à la vie?

      J’ai reçue, en entrevue, une jeune femme dans la vingtaine qui avait un bon CV – une fille qui semblait, sur papier, intelligente, capable de relever des défis, une employée potentielle en puissance, quoi. Pendant l’entrevue, son cell a sonné. Si elle s’était excusée d’avoir oublié de le fermer et qu’elle s’était exécutée sur le champ, je ne vous en parlerais même pas, j’aurais compris. Mais non! Elle a répondu à son appel, qui a dû durer une minute. Elle a fini par dire “je suis en entrevue, je te rappelle tantôt”.

      Pendant tout ça, j’étais assise devant elle, flabergastée, au minimum… Déjà, elle venait de perdre pas mal de lustre… Comme elle s’est quand même excusée de cette diversion, j’ai décidé de poursuivre l’entrevue, que j’aurais pu annuler sur le champ, me disant que j’arriverais peut-être à lui faire comprendre que si elle agit comme ça devant des clients, ceux-ci risquaient d’aller voir ailleurs…

      Nous avons donc continué l’entrevue et j’étais quand même impressionnée par ses réalisations antérieures. Ça, c’est jusqu’à ce que je me rendre compte qu’en me parlant, elle pitonnait sur son cell… Là, je lui ai dit ma façon de penser et je l’ai fait sortir de mon bureau.

      La morale de cette histoire est celle-ci: les jeunes qui viennent au monde avec un cell à l’oreille risquent, à mon avis, de développer une tolérance à celui-ci, qui ne sera probablement pas partagée par tous les gens qu’ils rencontreront au cours de leur vie. Vous voulez donner des cells à vos enfants? Faites-le. Mais par pitié, éduquez-les quant à la façon de s’en servir…

    • Encore une belle niaiserie pour des enfants gâtés ça. Moi j’ai pas de problèmes à ce qu’un enfant ait un cellulaire, tant qui se le paye lui-même. C’est quoi cette génération là de parents mous et passifs. C’est pas en donnant tout cuit dans le bec qu’on leur apprend à vivre et la valeur du travail et de l’argent.

    • Cette année, ma grande fille de 15 1/2 ans a eu le privilège d’avoir reçu un cellulaire de ses parents. Ça fait plus de 7 ans qu’on la prépare à cet achat! Les règles sont simples et claires:

      1) En classe le téléphone doit être fermé
      2) À la maison on utilise le téléphone maison pour appeler les amis, si occupé seul le main-libre doit être utilisé
      3) Si elle dépasse ses minutes ou Ko, elle devra payer la différence de sa poche
      4) Si elle veut des options payantes, qu’elle les paie elle-même
      5) Doit travailler à temps partiel comme baby-sitter afin de comprendre que l’argent ne pousse pas dans les arbres
      6) Texter au lieu d’appeler en tout temps
      7) Le main-libre obligatoire au-dehors afin d’éviter l’exposition inutile à des ondes néfastes pour son cerveau
      8) Toute bêtise ou impolitesse de sa part, consisterait en une violation de ses privilèges et aboutirait à une confiscation purement et simplement de son cellulaire pour une période indéterminée
      9) Le téléphone reste fermé pendant les périodes d’études et de devoirs
      10) Elle doit réussir TOUS ces cours sinon voir règle 8

    • Cette année, ma grande fille de 15 1/2 ans a eu le privilège d’avoir reçu un cellulaire de ses parents. Ça fait plus de 7 ans qu’on la prépare à cet achat! Les règles sont simples et claires:

      1) En classe le téléphone doit être fermé
      2) À la maison on utilise le téléphone maison pour appeler les amis, si occupé seul le main-libre doit être utilisé
      3) Si elle dépasse ses minutes ou Ko, elle devra payer la différence de sa poche
      4) Si elle veut des options payantes, qu’elle les paie elle-même
      5) Doit travailler à temps partiel comme baby-sitter afin de comprendre que l’argent ne pousse pas dans les arbres
      6) Texter au lieu d’appeler en tout temps
      7) Le main-libre obligatoire au-dehors afin d’éviter l’exposition inutile à des ondes néfastes pour son cerveau
      8) Toute bêtise ou impolitesse de sa part, consisterait en une violation de ses privilèges et aboutirait à une confiscation purement et simplement de son cellulaire pour une période indéterminée
      9) Le téléphone reste fermé pendant les périodes d’études et de devoirs
      10) Elle doit réussir TOUS ses cours sinon voir règle 8

    • Je crois que c’est un bon moyen d’appele d’urgence et tout c’est truc la, quand tu est dans le trouble c’est un excelent moyen pour se démerder. Mais aujourd’hui tout les jeunes sont obsèder la dessus. En classe c’est n’importe quoi. j’en ai un et je m’en suis servi que 3 fois en 2 mois et presque tout le monde s’en sert presque 100 fois par jour.

    • Honnetement en tant que adolescente de 16 ans …le cellulaire prend énormement de place dans ma vie .C’est mon outil de comunication avec mes amies ma famille …dès que votre adolescent est asser responsable vous devrier lui acheter un cellulaire ou le faire travaillé pour qu’il s’en procure un lui même. Car lorsque votre enfant sera `prit dans une situation dangeureuse ou bien très mal prit …et qu’il aura son celluliare sur lui …vous seriez bien content ou contente qu’il vous apelle de son cellulaire. Même un cellulaire peut être un outil de travail lorsqu’il doit faire des recherche …car avec toute la nouvelle technologie c’est pratique ..ou meme dans les cour ou il requiere davoir un reseau internet.C’est tellement un outil mutifonction qui pourait meme lui sauver la vie .Même si vous ne vouler pas débourser beaucoup d’argent pour cela il y a plusieurs forfaits qui vous sont offert et de part mon experience ,il pourait même se faire beaucoup de nouveaux ami(e)s.
      Lorsque vous avez jamais eu de cellulaire …vous ne pouver pas comprendre mais dès le jour ou vous en avez un et que vous etes séparé…c’est tres différent!

    • Selon moi , ( une jeune fille de 16 ans ) je crois qu’il est importants pour nous les adolescents d’avoir un celluaire car c’est un outil vraiment utile pour communiquer avec nos amis famille et travaille.La plus part des cellulaires peuvent être un réveille matin une calculatrice ect.. Il peut aussi sauver la vie de votre enfant on ne sais jamais quand un drame peut arriver .Il y a des fous partout et si un jour votre enfant se retrouvais dans une situation dangeureuse il pourrait imédiatement appeller la police peut importe le cellulaire que votre enfant possede ils ont toute la fonction d’appeller la police.. Ce n’est pas oubliagatoire non plus d’acheter le iphone 4 qui coute la peau des fesses, ce peut être un téléphone à la carte se qui n’est pas cher du tout .Vous pourez savoir ou est votre enfant en tout temps donc malger tout les inconvéniens je crois qu’il vaut la peine d’avoir un céllulaire dans une situation qui pourais mettre la vie de votre enfant en danger .

    • Les jeunes ne devraient pas écouter de musique “Rock” et “Roll”. Les jeunes ne devraient pas vouloir danser, tous ces frottements, ça les rendra déviant sexuel. Les jeunes ne devraient pas jouer aux jeux vidéos, ça les rendra violent. Les jeunes ne devraient pas avoir de cellulaire, ça les rendra idiot.

      Toujours chiâler contre ce que font les jeunes est la chose la plus normale au monde. Essayer de relaxer un peu et ne pas tomber dans la facilité. Ma vie à moi est 100 fois mieux avec mon iPhone. J’ai un seul calendrier, j’ai une seule liste de contacts, j’écoute la musique que j’aime sur mon balcon sans faire chier mes voisins. Ma blonde m’appelle quand elle est à 5 minutes de la maison au lieu de devoir deviner quand je dois partir le souper. J’ai 1000 utilisations positives de mon cellulaire. Peut-être laisser les enfants (adolescents) décider comment utiliser un cellulaire et ils seront les Steve Jobs du futur. C’est pas parce que vous ne savez pas quoi faire de votre smartphone que les jeunes ne trouveront pas des choses géniales.

      Et j’aime encore mieux les jeunes d’aujourd’hui sous leurs oreillettes que les jeunes des années 80 avec leur ghettoblaster. Les jeunes sont allumés à la technologie, faite leur dont confiance un peu, on croirait que vous avez une image très négative de vos propres enfants. Ce ne sont pas que des morons, plusieurs ont un bel avenir devant eux.

      Beaucoup de mentalité “Get off my lawn” sur cyberpresse. Très surpris d’une gang qui se pense ou dit progressif.

    • Et à lire les commentaires des jeunes de 14-18 ans de ce blogue, un cellulaire AVEC correcteur d’orthographe est PRIORITAIRE heheheeh. “Asser” avec un “r”, c’est comme des ongles sur un tableau noir.

    • À 16 ans, on peut conduire une auto, si l’on passe les tests. Mon garçon a eu un téléphone cellulaire à cet âge. Il y a eu au moins une dizaine de fois que ce téléphone est devenu très utile; bris d’auto, perdu en ville, ou maman ou papa avait besoin de qqchose, etc. Le reste du temps, ce qu’il faisait avec était sa responsabilité. Pas mauvais pour un truc qui m’a coûté une centaine de dollards pour deux ans.

      Soyons francs un instant: les enfants d’aujourd’hui ne sont pas si différent de notre propre jeunesse. Je suis sûr que les ”vieux” des années soixantes ne pouvait pas croire aux choses que nous avions……Vivont avec notre temps et laissons donc la jeunesse se développer…..

    • Blah blah blah…

      Quand j’étais ado, mes parents me payait le stricte minimum. Si je voulais quelque chose d’autre, je devais m’arranger. Pourquoi est-ce maintenant impensable pour la plupart des parents d’aujourd’hui? Tu veux un cell? Fine, va travailler pour te le payer. Il me semble que c’est plus que compréhensible.

      Ceux qui ont peur de pas savoir où sont leurs enfants et bien tant pis. Il y a quelque chose qui n’ont pas compris dans la vie et qu’ils paient pour leurs béquilles. Il me semble que quand ton kid a l’age de se promener tout seul, il est aussi assez vieux pour pas devoir se faire harceler par ses parents paranoïaques. Venez pas me faire croire que si votre enfant était dans la marde, il ne serait pas en mesure de trouver quelqu’un (avec un cellulaire) ou pire, une cabine téléphonique… Saviez-vous que les appels a frais virer, ça existe encore? Quand t’a une urgence (urgente), c’est le 911 que t’appelles, pas tes parents.

      “Oui mais si il est seul dans le noir, poursuivi par un croté?!!!”
      Je crois que t’a failli a ta job de parent…

      “Et la petite Natacha elle?!”
      Va t’acheter un billet de loterie!

      Ceci dit, je ne me passerais pas de mon cell…

    • Le message est parti trop vite. Le revoici, intégralement.

      Je comprends les réticences de Marie-Claude même si je ne sais pas ce que je ferais moi-même.

      Son opposition n’est pas anti-technologie, mais plutôt une question de santé et de développment cognitif.

      Si on veut, on peut élargir l’évaluation des risques à tout ce qui peut arriver quand un jeune n’a pas de cellulaire. Mais on peut aussi rappeler que certains enfants ont eu la chance d’être élevés sans qu’on tienne trop compte des modes et des tendances, tout simplement pour leur donner une solide éducation et veiller à leur santé. Les parents peuvent très bien se dire : “Mon ado aura amplement le temps d’apprendre à pitonner et à connecter avec son smattephone, j’aime mieux privilégier la base en ce moment.”

      J’ai eu la chance de grandir dans un milieu pas du tout de son temps, à lire des romans et à écouter de la musique classique. Aujourd’hui j’en remercie le ciel — et effectivement j’ai eu amplement le temps d’apprendre le reste depuis ma stricte et studieuse enfance.

      Je connais aussi d’autres personnes qui ont été élevées à l’écart des gadgets et des modes, et je ne peux pas dire que j’en connais un qui le regrette amèrement. À l’époque, c’était sans doute frustrant pour certains, mais depuis… ils sont tous reconnaissants.

    • Je suis et je resterai toujours ébahie et attristée par ces jeunes qui se textent l’un en face de l’autre. Les relations humaines se déshumanisent.

      Je suis une mère vieux jeu qui accepte tout à fait de marginaliser ses enfants en leur interdisant cellulaire, ipod, ipad et console de jeu ou ds. Ils sont limités quant aux nombre d’heures passées devant la télévision et l’ordinateur. Je suis extrêmement sévère quant aux films visionnés et quant aux sites visités. Bref, je préserve leur enfance.

      Que font-ils de leur vie, me demanderez-vous? Ils lisent, font du sport, jouent dehors, à des jeux de sociétés, créent des légos, discutent, écoutent de la musique, dansent, font leurs devoirs et se couchent tôt. Bref, tout le contraire de ces gentils compagnons de jeux qui nous rendent parfois visite dans notre maison de dinosaures.

      Je suis fière de ce qu’ils deviennent. Des êtres au courant des technologies, mais sachant les utiliser pour ce qu’elles sont: des outils. Ils savent parler deux langues, savent discuter de leurs émotions et savent les gérer, peuvent lire 110 heures par été, sont en forme, informés, allumés et vifs d’esprit.

      Ils peuvent être seul et survivre en leur propre compagnie! Et ils sont capables d’attendre dans une salle d’attente sans bébelles électroniques entre les mains.

      Un cellulaire? Pourquoi? Jamais je n’accepterai de payer pour des frais de cellulaire pour un enfant/ado. Ils se les paieront eux-mêmes lorsqu’ils travailleront.

    • Les enfants ont autant besoin d’un cellulaire que d’un poisson a besoin d’air pour vivre.

      Je ne sais pas, mais laisser un cellulaire à un jeune c’est comme un parent qui laisse son jeune conduire un scooter dans les rues. Et souvent, tout encadrement est inapparent et ils sont lâché lousse dans la nature sans trop de restrictions. Bref , laisser aller jouer les jeunes dans la cours des grands est un risque énorme et on voit ou est rendu le problème maintenant.

      Après on se demande pourquoi…

    • On a besoin d’un cell pour se faire sauver la vie ? Cout’donc, dans quel pétrin les gens se foutent pour avoir besoin qu’un cell nous sauve la vie ?
      Quand j’étais jeune (!!) une maison sur deux avait un écriteau rouge ans la fenètre: Parents Secours. Ca ne marche plus cette histoire là ?

      Ha oui. J’oubliais. On avait une vie sociale dans ce temps-là nous aussi.

      @GenevièveEtienne
      Concentrez-vous sur vos études. L’orthographe, la syntaxe et un semblant habilités en rédaction de textes vont plus vous aider à vous trouver une job que votre cell. Et c’est prouvé, les gens qui ont emploi qu’ils aiment vivent plus vieux. Ca ne sauve exactement pas la vie, mais ça la prolonge.

    • Un petit commentaire au niveau des urgences.”dans le bon vieux temps je ne me souvient pas d’avoir eu besoin d’un téléphone pour appeler ma mère (je suis un pur produit des années 70 alors appeler maman….)et de toute façons un téléphone est toujours dispo dans un rayon de 3 mètres .Conclusion la peur est toujours aussi vendeuse.
      Pour teminer je ne suis pas low tech j’ai moi même tout le tralala iphone imac et compagnie. Je voulais juste commenter sur le volet ‘’safety first” qui nous viens de nos voisins du sud.

      @+

    • Mon opinion: ÉLIMINONS LES CELLULAIRES!!!!

    • @lagrenouille – Vous avez bien raison que les gens en deviennent dépendants, de leurs bébelles. Il n’y a qu’à voir tous ces piétons et même conducteurs qui ne regardent pas où ils vont, étant occupés à texter dans leur bulle.
      Les gens se fient sur leur GPS pour se rendre quelque part et, parfois, se trouvent dans de drôles de situation. Justement aujourd’hui, je me suis acheté une carte routière du Québec pour remplacer le modèle 1991 vu de nombreux changements, quand même. J’ai accès à Google Maps comme tout le monde, mais je ne veux pas aller simplement d’un point A à un point B pour certaines sorties et j’aime décider quelle route je prendrai parce que je veux voir tel lac, telle montagne.
      Petite anecdote: mon tout nouveau gendre qui a eu un Blackberry en cadeau de son patron (entre autres choses) est allé passer une fin de semaine avec ma fille et leur groupe de moto dans les belles montagnes du New Hampshire au printemps et, bébelle oblige, a décidé de se servir de son Blackberry comme réveil-matin. Ça va bien jusque là, mais il a oublié son “réveil” dans la chambre. C’était juste au début de la grève des postes et quand ont eu lieu les noces à la mi-juillet, il n’avait toujours pas récupéré sa belle bébelle. En blague, je lui ai donné un petit réveil de Dollarama dans une jolie boîte recouverte de satin blanc et d’une belle boucle blanche. (Pas sûre sûre qu’il l’ait trouvée aussi drôle que je la trouvais.)

    • a mariodupuis

      Je SECONDE. Autant les jeunes que les adultes.

    • @cakoue
      C’est une joke votre liste? Votre fille a 15 et demi, pas 8 ans. Et votre règle #1 ressemble étrangement à la règle #9!

    • Le problème avec le cellulaire c’est pas le bidule c’est les uttilisateurs.
      une grosse proportion d’Adultes deviennes sauvages avec un cellulaire à la main.
      Ex:conduisent tout croche cell a l’oreille plus concentrés sur l’appel que la route… parlent au téléphone à la caisse… texte en compagnie de leurs amis au lieu de jaser… et ce ne sont là que les exemples les plus banals…

      Vous pensez qu’il arrivera quoi à ces ados qui ont un cellulaire depuis l’age de 13 ans une fois adultes?

      Quels sont ces dangers qui guettent nos enfants dont le cellulaire est la seule planche de salut?
      Croyez-bien que s’ils se font agressés, l’agresseur leur laissera pas le temps de vous appelez avant. s’ils tombent en panne sur le bord de la route, qu’ils se mettent sur les 4 flasher et un bon samaritain arrêtera les aider et ou pour leur prêter son téléphone.

      Qui plus est combien de vous admettez candidement être devenus des accrocs au cellulaire? Pensez vous qu’il est sage de soummettre vos enfants à la tentation?

      Le cellulaire est un luxe et pour certains corps de métier un outil de travail… les enfants n’en ont nul besoin selon moi.

      Mais qui suis-je pour parler après tout je n’ai jamais eu de cellulaire et j’ai toujours réussi à me débrouiller quand même.

      Personnellement je crois que ceux qui pensent autrement se sont tout simplement fait berner ou brainwashé pas les pubs que l’ont nous enfonce dans la gorge ad nauseam , à la télé, la radio et autre médias…
      Après tout ne vivons nous pas dans une société de consomation, apprenons à nos jeunes les vraies affaires soit : faut faire rouler l’économie sinon…

    • @ ivac
      Vous habitez en ville, vous et ça parait. Quand grand poussin c’est fait “scrapper” son véhicule sur un chemin de campagne (de jour et en revenant de travailler) loin de tout, je peux vous garantir qu’il n’y avait pas de téléphone dans un rayon de plusieurs kilomètres, à l’exception du sien. Papa et maman étaient drôlement content que fiston puisse les joindre aussi facilement!
      Je dois être une maman chanceuse puisque mes rejetons font une utilisation intelligente de leur cell. Et la mère poule en moi se réjouie de pouvoir être en contact si facilement avec sa marmaille. Même ma mère regrette qu’il n’y ait pas eu cette technologie durant mon adolescence, elle se serait sûrement fait bien moins de mouron pour sa grande fille, selon ses dires.

    • J’ai demandé à ma fille de 15 ans d’apporter notre vieux cellulaire à carte dans son sac d’école puisque sa soeur qui commence son secondaire I cette année fait de l’épilepsie. Elles doivent marcher une dizaine de minutes pour prendre l’autobus et si sa soeur fait une crise elle doit pouvoir appeler de l’aide sans la quitter des yeux.

      Pensant qu’elle en rêvait sans doute depuis un an ou deux, quelle surprise de l’entendre me dire: ah merde, j’ai encore oublié de le traîner!!!

      Accro les ados? pas tous….

    • @JNB77 :”Les enfants ont autant besoin d’un cellulaire que d’un poisson a besoin d’air pour vivre.” Juste pour vous, les poissons ont effectivement besoin d’air pour vivre…les branchies servent à respirer….

      Mes enfants ont eu leur premier cellulaire quand ils ont eu l’âge de se le payer. Question de priorité de chacun, ils l’ont tous eu à des âges différents. On peut, ou non, décider d’utiliser les nouvelles technologies (et dans ce cas, pour nos enfants aussi) ou de se fermer. Mes enfants utilisent leur cellulaire comme j’utilise le miens : un outil pratique, qui permet de mieux s’organiser et de sauver du temps. Sauver du temps veut ici dire éviter de faire les choses deux fois, et non “paqueter” plus de choses à l’heure.

      J’enseigne au niveau cegep. Mes étudiants ont des cellulaires, et moi aussi. et nous nous en servons, si besoin est, afin de nous faciliter mutuellement la vie. Je n’ai JAMAIS eu à faire de discipline ou à faire la police dans mes cours pour l’usage du cellulaire.

      Ces technologies sont là pour non seulement rester, mais prendre encore davantage de place. On a donc le choix de les prendre en grippe, ou de s’en servir en les incorporant harmonieusement dans nos vies. C’est certain que plusieurs étudiants (ou jeunes) n’ont pas encore toute la maturité requise requise…mais en même temps, les jeunes qui conduisent ont pas mal plus d’accidents que les conducteurs plus âgés… mais ce n’est pas une raison pour empêcher les jeunes de conduire….ou de se priver des voitures…

    • Utiliser une technologie depuis son plus jeune âge sans supervision augmente les risques de dépendance. Même des personnes ayant commencé à utiliser un cellulaire à l’âge adulte deviennent parfois si accros qu’elles sont incapables de se détendre lorsqu’elles ne sont pas en train de “pitonner” car elles ont toujours peur de manquer un message d’une importance capitale!

      C’est la même choses avec les personnes qui vérifient compulsivement leurs courriels ou leur compte Twitter à tout les 5 minutes. Plusieurs personnes s’obligent à être disponibles 24h/24h, même si elles sont déjà avec une autre personne en chair et en os. Je ne sais plus qui a dit cela mais c’est plein de vérité “La technologie nous rapproche de ceux qui sont loin et nous éloignent de ceux qui sont proches”.

      Je ne suis pas dépendante du cellulaire mais je suis une zapeuse compulsive. Je n’écoute une émission que si j’ai vérifié toutes les autres chaînes susceptible de m’intéresser, ce qui ne m’empêche pas de zaper durant les pauses publicitaires. :) On dirait qu’on a toujours peur d’être en train de manquer quelque chose. Étonnamment, je n’utilise plus mon magnétoscope depuis plus d’un an!

      Je crains que les humains du futur ne souffrent tous de TDA…

    • Pardon “…nous éloigne de ceux qui sont proches”.

    • @stephanie2009
      “La technologie nous rapproche de ceux qui sont loin et nous éloigne de ceux qui sont proches”
      Excellent. Très profond comme phrase.

    • @evel

      oui je viens de la ville là ou les enfants de 11 ans n’ont pas le droit de conduire.M’excuse si j’ai mal compris le sens du propos .

      @+

    • @ icav
      Vous parliez de la non-pertinence d’avoir un cell pour une question de sécurité étant donné qu’il y a un téléphone disponible à tout les 3 mètres, ce qui est peut-être vrai en ville mais faux à la campagne. Et je crois que le sujet avait quelque peu dépassé le stade du : “pour ou contre donner cell à un enfant de 11 ans”.
      Et selon vous, est ce que 13 ans c’est trop jeune? Mais encore là, lorsque l’on vit à la campagne, qu’il n’y a pas beaucoup de téléphone disponible au km carré et que nos jeunes partent en vélo…. Une question de point de vue ou de priorité, je suppose. Ou de situation géographique.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

    publicité

  • TWITTER

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    novembre 2014
    L Ma Me J V S D
    « juin    
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
  • Archives

  • publicité