Marie-Claude Lortie

Marie-Claude Lortie - Auteur
  • Marie-Claude Lortie

    Journaliste à La Presse depuis 20 ans où elle est chroniqueuse et critique gastronomique, Marie-Claude Lortie commente l'actualité, entre deux brassées de lavage et un match de soccer.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 1 février 2011 | Mise en ligne à 12h44 | Commenter Commentaires (20)

    Au pays de la truffe et du jogging

    Capture d’écran 2011-02-01 à 12.35.59

    Pre…

    EUGENE , Oregon — Bravo à tous ceux qui ont deviné — je crois que le premier qui l’a écrit est Marc Péloquin, alias peloquma, félicitations — je suis en Oregon.

    Avouez qu’on aurait vraiment dit l’Italie. Ou le Périgord. Ou même, effectivement, l’Espagne ou la Croatie.

    Le chien, un lagotto romagnolo, est effectivement italien. C’est un dresseur du Tennessee, Jim Sanford, un ancien spécialiste des éléphants qui se consacre maintenant au dressage des chiens pour la détection de la truffe, qui les fait venir d’Émilie-Romagne, les prépare et les vend ensuite aux amateurs. Car la culture et la cueillette de la truffe est en train de devenir une nouvelle passion aux États-Unis. Une passion encore bien bien marginale, mais néanmoins en pleine expansion, dont l’épicentre est à Eugene, en Oregon. La truffe que tenait la jeune fille sur la photo et celle déposée sur le plat de pâtes venaient toutes les deux de cette région.

    Eugene ?

    Eugene, située sur les rives de la Willamette, au sud de Portland, est une petite ville universitaire. Dans le monde de la gastronomie elle est encore très peu connue — ce ne sont pas les restaurants trois étoiles qui abondent, mettons, même si l’Oregon, de façon générale, a d’intéressants restaurants, de bons vins, de bons fromages et d’excellents produits de la ferme, le tout issu d’une culture vaguement post-hippie à la californienne très axée sur le bio et le nature.

    Par contre, dans le monde de la course et de l’athlétisme, Eugene, c’est la Mecque.

    Eugene est en effet considéré comme le berceau du jogging moderne. Y travaillait, dans les années 50,  60 et 70, à la University of Oregon, un entraîneur appelé Bill Bowerman, qui a écrit sur le jogging dès les années 60. On dit que c’est lui qui a rapporté aux États-Unis cette idée de courir pour se mettre en forme, d’un voyage en Nouvelle-Zélande.

    Entraîneur principal du programme d’athlétisme de la UofO — et cofondateur d’une petite compagnie de chaussures de course éventuellement appelée… Nike – il a formé de nombreux athlètes olympiques et de renommée internationale dont le plus célèbre fut sans nul doute Steve Prefontaine.

    Figure incontournable de Eugene, Prefontaine était un coureur de fond. Il a déjà détenu les sept records américains en course, du 1500 au 10 000 mètres. Plutôt beau garçon — avec cheveux longs, moustaches et favoris typiques des années 70 — et de caractère fougueux, il était extrêmement populaire auprès des foules et on dit que c’est aussi beaucoup lui qui a participé, dans la foulée de Bowerman, à rendre le jogging populaire chez les Américains en général durant les années 70.

    Prefontaine — que tout le monde appelait “Pre” — est mort dans un accident de voiture, à 24 ans, avant d’avoir pu aller aux jeux de Montréal, pour lesquels il s’entraînait. Aujourd’hui, il y a toutes sortes d’événements d’athlétisme en son honneur et à Eugene, la ville a aménagé une piste appelée “Pre’s trail” qui serpente dans un parc boisé non loin de l’université, sur le bord de la rivière. C’est là que “Pre” allait courir.

    La piste aujourd’hui est ouverte à tous, évidemment, en commençant par les joggeurs qui y vont en pèlerinage. Et elle est entretenue de façon spectaculaire. Un modèle. J’ai couru dans bien des villes dans ma vie mais jamais je n’ai vu une piste de parc aussi bien conçue. On dirait un long coussin de tourbe, de terre et de copeaux de bois. Ça rebondit, ça ne glisse pas, le pied adhère bien et donc aucune énergie n’est perdue…

    On veut la même chose à Montréal. Évidemment. Avec des truffes pas loin.


    • UofO. Les gens qui faisaient du jogging dans le temps se faisaient regarder comme des UFO justement !!

    • Je trouve quand meme etrange que votre journal vous envoie au meme endoit en moins de un an…

      Mon journal peut bien m’envoyer où il veut, le nombre de fois qu’il veut, sans avoir à le justifier à quiconque et certainement pas à un internaute qui se cache derrière l’anonymat. Cela dit, j’en profite pour dire que c’est avec RDI que je suis venue à Portland en octobre, pour un documentaire sur la cuisine de rue qui sera présenté à l’émission 109 ce printemps. À suivre. mcl

    • Intéressant de savoir que nos voisins du sud s’intéressent à cette culture.
      Pour ce qui est du Québec … humm ! Comme elle se développe au printemps et grossit à partir de mi-août pour arriver à maturité en janvier, je souhaite bonne chance aux trufficulteurs.

    • J’ai déjà couru la Pre’s trail mais je ne savais pas qu’il y avait de la truffe dans le coin.

      En Oregon Prefontaine c’est un peu comme Gilles Villeneuve au Québec. Comme ils disent la-bas: He wasn’t a runner, he was a rebel who happened to run.

    • Si vous avez le temps, faites un petit tour à Corvallis, petite ville universitaire fort jolie et entourée de nature.

    • Ah! Marie-Claude,

      Vous m’avez bien eue!!! Pourtant, j’aurais juré…

      Vous est-il possible de nous donner la recette des pâtes qui ont été photographiées dans votre sujet précédent?

      J’ai tellement hâte au prochain “Où suis-je?”!

      p.s.: Je trouve que vous avez très bien répondu à modele59commeneuf. Quelle muflerie! On ne s’en étonnera pas de la part de quelqu’un qui porte un tel pseudonyme!

    • @ MCL: Cet internaute est un lecteur de La Presse depuis au moins 45 ans. Tout ce que je posais c’est une simple question, la deuxieme partie de votre reponse aurait ete suffisante.

    • @mcl: Petit commentaire, juste de même:

      «Mon journal peut bien m’envoyer où il veut»: Absolument.
      «le nombre de fois qu’il veut»: Tout à fait.
      «sans avoir à le justifier à quiconque»: Incontestablement.
      «certainement pas à un internaute»: Bien entendu. À personne, en fait.
      «qui se cache derrière l’anonymat.»: Oups! À ce compte, aussi bien fermer tous les blogues car le % d’intervenants écrivant à visière levée est assez rare.

      Non?

      JFC

    • Je ne peux dire que je suis surprise par le commentaire de Mme Lortie à modele59commeneuf. Je suis toujours étonnée de la virulence de plusieurs des internautes qui visitent ce blog (j’avoue que ça n’était pas totalement le cas ici, même si la question était un peu étrange). Je comprends qu’on ne soit pas d’accord avec quelqu’un, ou même encore qu’on soit complètement contre une opinion, mais je m’explique mal les attaques personnelles envers Mme Lortie ou les commentaires blessants… Est-il trop difficile d’argumenter son point de vue sans attaquer la journaliste?

      Il serait intéressant d’avoir, pour chacun des commentaires, un vote du genre “Ce commentaire était utile” et “ce commentaire n’était pas utile du tout”…

    • Est ce que j’ai gagné une truffe ? Wow, j’adore surtout une bonne histoire sur Pre, courir dans un lieu mythique ! Tous les athlètes, forts et moins forts doivent voir l’histoire de Pre sur you tube. Il a 2 films, j’aime bien celui ou le coach est joué par D Southerland. On peut y voir le début de plusieurs philosophies sportives modernes (technique, équipement, intervalle, peak, etc…).

      “A lot of people run a race to see who is fastest. I run to see who has the most guts, who can punish himself into exhausting pace, and then at the end, punish himself even more.”

      Quoique pas à Eugene, je tiens aussi à signaler aux hipsters oubliés la nouvelle série Portlandia. Ceux qui rêvaient d’un monde meilleur en 1990 se sont arrêtés à Portland, sans jamais y sortir. Ca donne Portlandia.

    • Dans mon coin du Québec profond, je dois faire très attention où je pose le soulier pour éviter autant que possible de me blesser lorsque je fais mon entrainement quotidien: je cours dans un chemin de campagne qui ressemble beaucoup à ceux de Kaboul!!!!

      J’irai bientôt dans ce coin des States… merci pour l’information.

    • @feedulogis

      “fee du logis”? et vous riez du nom de “model ‘59 comme neuf”? crime puff…

      Pour ce qui est de la recette, la voici: sauce a la viande (on dirait de la saucisse qui a ete ouverte sur la photo) sur des penne aux oeufs, rapez de la truffe dessus.

    • @tricot_rib_1×1

      Je viens de lire votre commentaire, mais je dois vous dire que je suis en complet désaccord avec vous.

      1. Le pseudonyme « fée du logis » est très joli, en ce qu’il évoque une finesse et une féminité malheureusement absentes du vôtre, qui évoque plutôt un malaxage de laine humide, de côte de bœuf et de morceau de bois de construction.

      2. La recette que vous donnez, outre que je ne vous l’ai pas demandée à vous, est écrite avec rudesse et ressemble à un Kraft Dinner agrémenté de saucisse ouverte et de truffes; cela est non seulement indélicat, mais repoussant.

      3. Je maintiens que le surnom « modèle 59 comme neuf » est de mauvais goût.

    • Mme Lortie, j’espère que vous nous présenterez d’autres produits locaux de la région. Mais paraît que Bologne, c’est une ville super cool, ça vous dirait pas d’y faire un reportage sous peu ? ;)

    • @feedulogis, en fait de nom…toi-meme..

      Et puis c’est pas plus divertissant de lire les goopies ma-tantes qui demande le Recettes….

    • Mme Lortie – Et n’oubliez pas la région de Teruel en Espagne. Paraît que c’est bien beau. Et puis, vous pourriez comparer leurs truffes avec celles de l’Oregon. Une suggestion juste comme ça…

    • Comme il s’agit d’un blogue gastronomique, les couteaux volent bas. C’est ca?:)

      Pour ma part, je partirais avec MCL n’importe ou, n’importe quand!

    • (…)

      Madame Lortie nous parle de truffes et de jogging. Peut-on s’en tenir au sujet ?

    • C’est n’importe quoi cette discussion !!

      Parlez de jogging, de “c’est quoi une truffe” pour les niaiseux comme moi qui ne vont pas sur wikipedia” ou de chiens chasseurs de truffes, mais svp laissez le monde choisir le nom qu’ils veulent, bordel!

      Suis-je à la bonne place avec mon gateau au chocolat? Qui va me juger maintenant?

    • En tout cas j’ai appris quelque chose. J’ignorais totalement qu’on vouait un culte à la Truffe en Oregon. Au moins ils risquent pas de se faire poursuivre pour maltraitance. (d’oies) Pas encore entendu parler du cri de la “Truffe déterrée” . Merci Madame Lortie pour vos “savoureux” blogues. Aussi pour votre modération intelligente. Et je ne fais pas de sarcasme.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

    publicité

  • TWITTER

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    février 2011
    L Ma Me J V S D
    « jan   mar »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28  
  • Archives

  • publicité