Marie-Claude Lortie

Marie-Claude Lortie - Auteur
  • Marie-Claude Lortie

    Journaliste à La Presse depuis 20 ans où elle est chroniqueuse et critique gastronomique, Marie-Claude Lortie commente l'actualité, entre deux brassées de lavage et un match de soccer.
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 21 décembre 2009 | Mise en ligne à 12h44 | Commenter Commentaires (15)

    La bonté a bien meilleur goût

    judy2.jpg

    Judy Servay au restaurant Robin des bois. Photo Martin Chamberland, La Presse.

    Ce matin, dans le journal, réflexion sur la bonté en 2009 et rencontre avec une fille, Judy Servay, qui a décidé qu’elle démarrait une business basée sur la générosité. Attention aux sceptiques et aux râleurs: elle ne vous entend même plus.

    Dossier de mes collègues Martin Croteau et Daphné Cameron sur la Guignolée du Dr Julien ici. Et sur la version gatinoise ici.


    • Bravo à cette femme !

    • Je suis une personne relativement généreuse, qui donne souvent et abondamment, mais qui fait un peu de recherche en cas de doute.

      J’irais manger à ce resto, mais j’aurais quelques questions sur l’efficacité du concept pour continuer de le fréquenter. J’espère que votre amie accepterait que j’en pose, elle qui est un peu sourde quand les sceptiques posent des questions.

      Quand une personne dépense 60 $ dans un tel restaurant, combien va aux démunis? Cette personne a-t-elle l’impression d’avoir donné 60 $ aux pauvres ou au moins un 20? Il est fort probable que bien des gens surestiment la part qui va à la cause, à moins que ce soit expliqué et calculé. Et les gens qui surestiment leurs dons donnent moins à d’autres causes. Donc, questions, questions…

      Par ailleurs, un grand nombre de concepts sont bénévolivores, c’est-à-dire qu’ils exigent beaucoup de bénévoles en rapport des résultats, ce qui a un coût pour le secteur caritatif avec la fatigue des donneurs et des bénévoles. Si 4500 personnes donnent de leur temps à une entreprise “sociale” qui rapporte 35 000 $ par année aux démunis, ce n’est pas le pérou à mon humble avis, d’autant plus que cet argent peut aller à un autre organisme qui a lui aussi des coûts admnistratifs. En fin de compte, l’effort déployé et le capital dépensé, compte tenu du résultat, peuvent très bien être peu efficaces et “fatiguer” plus de gens pour moins d’argent..

      C’est pour cette raison que je ne donne pas à n’importe quel projet, peu importe à quel point les gens pensent qu’ils font une bonne oeuvre. Avant de devenir un habitué de ce resto, je voudrais des chiffres, des explications claires, au risque de passer pour un sceptique.

    • @pierra

      Très sage comme façon de penser.
      Il y a beaucoup d’organisme, qui, même dans un élan d’altruisme, ne sont pas très bien organisée, ou manquent d’expérience en gestion et levée de fonds.

      C’est pourquoi j’aime bien les organismes bien établis tels Centraide, Oxfam, etc, qui sont en mesure de faire plus avec moins de frais administratif (économie d’échelle).

    • Cette fille a incommensurablement plus de mérite que les temporaires guignoleux.

    • Pourquoi l’industrie de la charité et pas la justice sociale? Pourquoi pas des bons emplois où les travailleurs sont bien traités et respectés (pas juste certains syndiqués qui traitent le reste de la population comme de la merde)? Même chose avec le Dr Julien, à quand un Québec responsable? N’est-ce pas un geste pour soulager sa conscience? Tous les capitalistes qui ont fait des chômeurs cette année se sentent-ils coupables à Noël?

    • Le sentiment qu’on aide qqu’un ne vient pas seulement de ceux qui consomme le produit, mais ceux qui donnent aussi de leur temps.

      J’ai des amis qui travaillent pour une firme financiere et qui vont y travailler chaque annee. Ils en retire une grande satisfaction. Pour les clients, la bouffe est bonne, et l’ambiance agreable.

      Je suis une personne assez chanceuse, fortunee, choyee. Je donne bcp de mon temps et argent au plus demunis, et honnetement les plus sceptique et critique sont ceux qui donnent le moins. Il y a toujours une excuse pour ne pas donner comme :
      “On sait ben, je donne $10 pis y’a juste $5 qui va a la cause” …
      … Mais souvent $5 c’est mieux que rien.

      Arreter de penser qu’il y a peut etre qqu’un qui “profite” d’un systeme. Je n’ai rien contre le fait que qqu’un qui prend le risque de partir un restaurant de ce genre puisse faire de l’argent. Meme si ca ne semble pas etre le cas ici, tout entrepreneur a droit de faire un retour sur le risque entreprit.

      Commencer par donner avant de critiquer au lieu de regarder la petite tache a qque part dans ce beau tableau pour vous donner une excuse de ne rien faire …

    • @ scotch 22 Décembre 2009 13h39

      Mmm, bien dit ! Ça me fait penser à l’époque victorienne à Londres, où les femmes de bourgs organisaient la charité pendant que leurs époux exploitaient les enfants ( chair à canon ) dans de sordides ateliers industriels.

      C’est suite à ça qu’on aréussi à forcer ( surtout grâce aux organisations de travailleurs et de syndicats – ne t’en déplaise ;-) ) le Gouvernement à voter des lois sociales, aux cris de :

      La Justice, pas la Charité !

      ( Et moi, à l’instar de René Lévesque, j’ajouterais : Il ne peut pas y avoir de l’ordre sans la justice.

      C’est pourquoi je sens que ça va péter dans pas long … ).

    • Donner, ça devient compliqué quand on se met à réfléchir. Je refuse de donner directement aux sans-abri, mais je donne aux organismes qui leur offrent un repas chaud, un lit la nuit. Je refuse d’acheter des gugusses qu’on vient me proposer à ma porte, mais je fais des dons importants aux organismes qui me touchent (et qui ne me sollicitent pas). Une exception : le chocolat… Si j’allais à ce restaurant, ce serait pour manger, pas pour faire la charité. Donc, je n’irais pas car il y a tant de restaurants qui m’intéressent pour la bouffe. Je sais que mon message est décousu, mais je suppose que cela illustre ma perplexité devant cette initiative. Il y a quelque chose qui accroche, qui m’ébranle, mais je n’arrive pas à mettre le doigt dessus.

    • @ Scotch
      ”Tous les capitalistes qui ont fait des chômeurs cette année se sentent-ils coupables à Noël?”

      Excellente question. Et ça concerne autant le comptable, que le chef d’entreprise et le quidam qui se frotte les mains (…) en regardant ses actions de la Barrick Gold.

      Pour les fêtes, je souhaite de l’intégrité, de la conscience et de l’éthique à ceux qui en ont besoin. Et ils sont nombreux…

    • “Pourquoi l’industrie de la charité et pas la justice sociale? Pourquoi pas des bons emplois où les travailleurs sont bien traités et respectés (pas juste certains syndiqués qui traitent le reste de la population comme de la merde)? Même chose avec le Dr Julien, à quand un Québec responsable? N’est-ce pas un geste pour soulager sa conscience? Tous les capitalistes qui ont fait des chômeurs cette année se sentent-ils coupables à Noël?”

      Cette pensée résume bien le cercle vicieux qui prévaut au Québec au sujet de la pauvreté.

      On trouve un coupable ( les méchants gros syndiqués, les capitalistes,etc…), on ajoute un zeste de pensée magique (justice sociale, société responsable, bons emplois pour tous..) et voilà, une société “solidaire” ou les pauvres sont bien traités! Si simple…

      Dans la réalité, chacun doit assumer sa vie et créer les conditions qui lui permettront d’accéder au niveau qui lui est acceptable. Bien sur, il y aura toujours certaines personnes qui en seront incapables pour différentes raisons hors de leur contrôle (handicap majeur, maladie mentale…) et il est inadmissible qu’une société comme la nôtre ne s’en occupe pas. Pour les autres, nous possédons déjà tous les incitatifs a se prendre en main!

      Il faudrait d’abord ramener à la raison la fiscalité abusive qui nous afflige et qui décourage l’initiative. Amoindrir l’influence étatique est primordial pour assurer un dynamisme individuel qui se répercutera sur la collectivité. Responsabiliser le citoyen quant à son devenir pour qu’il ne compte plus sur la “solidarité” (Dieu que je hais cette expression qui est servie à toutes les sauces pour faire passer des couleuvres)

      Et surtout, cesser de compter sur tous ces “Guignols” qui sont autant de coups dans l’eau qui en confortent certains dans leur rêve “équitable”!

    • L’altruisme, comme l’écologie est une vache à lait facilement exploitable. Rappelons par exemple le fiasco du tsunami de 2004 où plus de la moitié des fonds amassés se sont arrêtés en chemin.

    • Moi je ne donne qu’à Centraide pour une cause qui me tient à coeur: la recherche sur le cancer. Je ne donne jamais aux sans-abris que je rencontre chaque jour car il faudrait que je traîne un sac plein de monnaie tellement il y en a… Et on ne peut donner à toutes les causes pour lesquelles nous sommes sollicitées, faut faire des choix.

    • Tres belle initiative pour le restaurant. C’est toujours plus facile d’aller chercher des dons lorsque les gens recoivent quelque chose en retour. Par exemple, on leur vend un item X a 20$ qui vaut 10$ et on donne les profits a un organisme. C’est plus facile de leur vendre le-dit produit ainsi que de leur demander un 10$.

      @sevalgo
      “Pour les fêtes, je souhaite de l’intégrité, de la conscience et de l’éthique à ceux qui en ont besoin. Et ils sont nombreux…”
      Effectivement. J’ai eu acces au meme services que tous ces chomeurs… sauf que moi j’ai decide de prendre une autre branche qu’eux: celle difficile de continuer sur les bancs d’ecole a faire du 80-90 heures semaines (faut bien payer l’ecole). J’ai servi 8 ans comme reserviste pour payer mes etudes qui maintenant me permettent de faire un bon salaire.

      Je leur souhaite toutes ces qualites a vos amis chomeurs: ils vivent le resultat de leurs choix personnels. Ils ont CHOISIS de prendre une job facile dans une manufacture et de ne pas utiliser leur argent pour s’offrir une second formation. Car cela aurait demande du temps et de l’energie et, pendant que moi je vivais avec 10-15K, c’etait bien plus agreable pour eux de faire la fete avec leur 20-30K par ans que de s’offrir des cours specialises.

      Alors vous croyez vraiment que je vais pleurer pour eux? J’ai travailler gratuitement (ecole) pendant 10 ans de ma vie pendant que ces personnes s’achetaient des maisons, des voitures et vivaient avec le double de mon salaire. Et qu’est-ce qu’ils m’ont donne en retour? Ils payaient leurs impots pour payer mon universite, et ensuite? Rien. Alors je payes mes impots et ils n’ont qu’a retourner a l’universite: c’est tout ce que je leur dois.

      @scotch
      “Tous les capitalistes qui ont fait des chômeurs cette année se sentent-ils coupables à Noël?”

      Car vous croyez que ces memes chomeurs ne depensait pas dans le “Made in Chine” depuis belle lurette eux aussi? Qu’ils n’investissaient pas dans leur REER et leur caisse de retraite qui investissait a la bourse pour faire plus d’argent? Car vous pensez que tous ces pauvres petits travailleurs ne demandaient pas toujours plus d’argent a leur patron, sans offrir de rendement superieur, haussant du meme coup l’inflation au detriment des moins nantis qu’eux? Parce que vous pensez qu’ils ne font pas partis des personnes qui sont endette a 120% pour toujours consommer plus que leur train de vie le permet?

      C’est vrai, ce sont de pauvres victimes “des autres”. Bienvenue dans le fabuleux monde d’Alice au pays des merveilles!

      Ces personnes sont les artisants de leur propre malheur. PERSONNE ne les a force a s’endetter: ils ont CHOISIS de s’endetter, que ce soit consciement (achat de maison) ou non (avoir des enfants). Lorsqu’on ne comprend pas un systeme (bourse, emprunts, etc.) on ne joue pas, purement et simplement. De nombreuses personnes se sont fait avoir. Ceux qui en patis sont uniquement ceux qui ne COMPRENAIENT PAS le systeme mais qui ont tout de meme essaye de jouer. S’ils avaient pris la peine de faire leur budget de maniere intelligente (50% du salaire en depenses mensuelles fixes), ils seraient maintenant encore capable de payer toutes leurs depenses mensuelles sans probleme et n’auraient pas besoin d’aide. Mais evidement, avoir une auto pour 2? Ne pas vivre a 45 minute de son travaille? Ne pas avoir une TV LCD avec les 40 postes HD? Bien non, on peut pas vivre sans cela maintenant. Et bien, qu’ils payent.

    • Jolie pensée (slogan); comme celui sur la Sérialité (16/12)
      lorsque vient le temps de (se) décerner un ou des honneurs
      (distinction, taloche -s, ou épilation).

      La perennité n’étant pas toujours garante de succès,
      Au fond, … ça prend bien plus qu’une /des recettes (souvent marketing)
      des trucs, et de la perfection pour obtenir un “certain succès”.
      Encore si nous pouvions en juger les critères et la nécessité !

      Le mérite (comme b. d’autres choses) s’évalue davantage
      autour de soi, et près de chacun de nous ,
      et à mesure qu’il peut fleurir/ ou “grandir”.
      Tout un monde est “à veille” de nous échapper,
      sans même que nous nous en rendions compte (!)

      Au nom de tous les H. Caribou, C. Violon, F. Réflexion
      Joyeuse Saison, et Heureuse Année !

    • @ wyztix

      J’y suis allée à l’université comme vous et je fais beaucoup moins d’argent qu’un policier (ère) ou un chauffeur (se) d’autobus. Je n’ai aucune sécurité d’emploi. C’est très frustrant. Je n’ai jamais eu ma maison 450, ni famille, rien. Alors votre morale à 5 cennes, je l’ai loin. Non, ce qui me frappe c’est que les gens aient besoin d’un intermédiaire pour faire la charité. Payez vos impôts, aidez les gens dans le besoin autour de vous, ce sera déjà un bon départ.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

    publicité

  • TWITTER

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    janvier 2013
    L Ma Me J V S D
    « déc   fév »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives

  • publicité