Marie-Claude Lortie

Marie-Claude Lortie - Auteur
  • Marie-Claude Lortie

    Journaliste à La Presse depuis 20 ans où elle est chroniqueuse et critique gastronomique, Marie-Claude Lortie commente l'actualité, entre deux brassées de lavage et un match de soccer.
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 31 août 2009 | Mise en ligne à 21h09 | Commenter Commentaires (15)

    Les ados, l’amour, le sexe, la violence…

    violence.jpg
    Quand l’amour devient brutal: l’expérience de Rihanna… photo AP et TMZ

    Une recherche bouleversante vient d’être publiée par l’université de Bristol et un important groupe de défense de droit des enfants en Grande-Bretagne. Une recherche qui dresse un portrait pas du tout rose des amours de nos ados.

    Basée sur un sondage effectué auprès de 1353 ados, filles et garçons, l’étude affirme que parmi les adolescente qui ont des relations amoureuses, une sur trois a été victime d’abus de la part de son copain, une sur quatre victime de violence. Les chercheurs ont aussi interviewé plus en détails 91 jeunes pour trouver qu’une sur neuf avait été poussée à avoir des relations sexuelles et qu’une sur 16 parlait carrément de viol.

    Du côté des garçons, un sur 17 affirme avoir été poussé à avoir des relations sexuelles mais un sur cinq parle de violence au sein de ses relations amoureuses.

    La recherche démontre aussi que plus les filles sortent avec des gars plus vieux qu’elles, plus elles courent plus de risque d’abus de toutes sortes.

    Rien pour rassurer les parents…

    Détails ici. Et ici.


    • La prévention, comme toujours…

    • Quand on entend les paroles de certains rappeurs…. (on pourrait parfois les appeler “rapers”) Il y en a tant dont les paroles sont dégradantes non seulement vis-à-vis les forces policières, mais beaucoup vis-à-vis les femmes. On se surprend ensuite ?

    • C’est quoi aussi cette fascination toute féminine pour les “bad boys”? Après ça, ça se plaint de se faire battre… Quand on cherche quelque chose, faudrait pas s’étonner de le trouver! ‘Pas sur que si vous sortiez avec les “nerds” les choses se passeraient ainsi…

    • Je travaille auprès d’adolescentes, en prévention de la violence. Les chiffres que vous mentionnez sont la raison pour laquelle je fais toujours plus que mes 35 heures par semaine, gratuitement, parce que c’est nécessaire…

    • “C’est quoi aussi cette fascination toute féminine pour les “bad boys”?
      Après ça, ça se plaint de se faire battre…”

      Autrement dit…

      Ce que les femmes recherchent… C’est de se faire battre??

      N’importe quoi!!

    • Moi, quand je vois des commentaires à la rysen24, pas capable… me donne envie de vomir… comme si les femmes méritaient de se faire battre dépendamment avec qui elles sortent. PERSONNE ne mérite d’être battu, peu importe les raisons et avec qui elles sont. À la limite, c’est un commentaire à la Marc Lépine. Sais pas s’il l’a vu le film, Polytechnique, rysen24, ça le ferait peut-être réfléchir… ou non, vaut mieux pas, ça lui donnerait peut-être des idées… Et ça me fait penser que le lendemain de cette tuerie, de Polytechnique, je travaillais avec une gang de gars à l’époque, j’étais la seule fille avec eux dans la cafétéria et ils passaient toutes sortes de commentaires de la sorte, comme quoi, les femmes, parfois, l’avaient bien mérité. J’étais crinquée, je leur ai dit ma façon de penser. Ils se foutaient un peu, beaucoup, de ma gueule. Sauf que le lendemain, un de ces gars, s’est avancé vers moi, aussitôt qu’il m’a vue dans le corridor, s’est jeté à genoux à mes pieds (bien sûr en exagérant), a joint ses mains croisées, pour me supplier, et m’a répété au moins trois fois “pardon”. Pardon pourquoi, que j’ai dit. Et lui, de me répondre: pardon pour tout ce que j’ai dit sur les femmes, hier, comme quoi certaines le meritaient. Ah oui, et pourquoi, que j’ai demandé, impassible (je m’étais fait une carapace) Et lui de répliquer: parce que ma petite fille de cinq ans, hier soir, quand je suis arrivé à la maison m’a demandé: quand je serai grande, est-ce que je vais me faire tuer?…

      C’est ça qui me dégoute dans tous les commentaires à la rysen24. Ça vient d’où cette estique de philosophie à la con que les femmes n’ont que ce qu’elles méritent; de se faire battre, de se faire tuer même à la limite… même si elles n’ont rien fait… et même si elles avaient fait quelque chose? Cliss, on est en 2009, je peux pas croire que ca n’a pas plus évolué que ça! Ça me désespère vraiment.

      PS: je ne sais pas si je vais être publiée mais je m’en fous madame Lortie (d’autant plus que ce blogue commence déjà à être “passé date” puisqu’il date d’hier), je me suis défoulée et ai laissé aller mes sentiments. Merci.

    • Je n’ai jamais dis qu’elles le “méritaient”! Mais pourquoi, pourquoi, les gars tranquilles se font rire d’eux, mais que tous les Hell’s et les Dave Hilton de ce monde ont toujours des prétendantes à la tonne (MALGRÉ les condamnations pour violence/viol)???

    • @dequecest
      Je suis bien d’accord avec vous, mais dans certain cas on peut se poser des questions pourquoi certains hommes violent arrivent encore à trouver une femme pour les endurer (comprendre que je ne crois pas que ces femmes le méritent). Ex Dave Hilton a toujours une conjointe… C’est pas toujours évident, mais parfois il est mieux être seul que mal accompagné…

    • Je suis une femme (hétérosexuelle, je précise) et je me porte illico à la défense de “rysen24″!

      Je n’ai décelé aucune malice dans son commentaire, de un.

      De deux, il y a dans ce commentaire une vérité que MÊME LES FEMMES reconnaissent (avec hésitation, culpabilité et une certaine perplexité, il faut l’avouer!). Donc, “dequecest”, rempochez votre X-acto, où trouvez-vous autre chose à pourfendre.

      C’est PLATE mais c’est VRAI que bien des femmes (pas toutes, mais beaucoup) semblent à première vue attirées par les “bad boys”.

      À PREMIÈRE VUE.

      Parce que quand on y regarde de plus près, ce serait plutôt ceci : les femmes veulent un “vra mâole”, mais qui se laissera dompter. Un bad boy qui acceptera de se laisser “casser”. Un gros meuchant qui fera coucouche panier. Une masse de testostérone à conquérir (défi!), mais qui se laissera faire parce que Elle, ZE woman, est tellement, tellement extraordinaire qu’il se soumettra, fou d’amour, subjugué, fasciné.

      Dix ans et deux enfants plus tard, quand “bad boy” aura pris du bedon et se sera transformé en patate de sofa et aura besoin de sa dose de porno pour se mettre en train, madame se demandera où est donc passé son Sonny Corleone à deux sous.

      Et lui se demandera où est passée la créature de rêve, la bête de sexe qui l’avait embrasé… Et, c’est qui cette bonne femme “ronde” (hi hi) en pantoufles en ti-lapin et robe de chambre en nounours qui engueule la cafetière à tous les matins en parlant avec des sacs à lunch.

      Madame Alpha (dans sa tête) cherche donc Monsieur Alpha (dans sa tête) et après des années de cohabitation, toute l’affaire devient plutôt pas mal bêta (dans la réalité)…

      @ yale13

      Vous avez soulevé un point intéressant…

      Voyez ce cas troublant – et réel. Il y a dans mon quartier un voisin asocial, ex-abonné de notre système carcéral recyclé en accidenté de la CSST, pas de dents, plutôt grognatif, analphabète et belligérant chronique, séparé (et c’est-sa-femme-qui-a-la-garde-de-ses-enfants) qui se trouve régulièrement une blonde, sans coup férir, bon an mal an.

      Je ne suis pas sûre que ces dames sont des créatures de rêve au sens propre du terme (tout dépendant de ce à quoi on rêve), mais bon. Il trouve immanquablement chaussure à son pied. “Une attend pas l’autre”, ça se succède comme dans des portes tournantes. Et des MÈRES, hoo làaa… Elles ont TOUTES des enfants. Ça ne dure pas, mais il n’y a jamais pénurie.

      Savez ce que je me dis?

      Je me dis: cette femme (sa nouvelle blonde) a bénéficié de la garde de ses enfants parce qu’un juge a trouvé qu’elle était mieux (moins pire) que son ex-conjoint. Et là, elle s’acoquine avec notre voisin… euh… spécial. Faut aimer les “bad boys” pas à peu près, et/ou être un peu dur de comprenure…

      Donc, oui, pour les femmes aussi le fantasme et la réalité ne se rejoignent pas toujours. On est comme les hommes, quoi!!

    • Miss Pepsi, je vous embrasse.

    • Je ne réagissais pas sur le fait que des femmes sortent avec des bad boys. Qu’il y ait plein de femmes qui sortent avec des bad boys, ça, je le sais et le pourquoi restera toujours un mystère pour moi.

      Je réagissais sur cette phrase de rysen24 qui dit: Après ça, ça se plaint de se faire battre… Quand on cherche quelque chose, faudrait pas s’étonner de le trouver! ‘… C’est le genre de commentaires que j’ai trop souvent entendus quand une femme se fait battre. C’est comme de dire, en quelque part, “t’as voulu sortir avec un bad boy, ben viens pas te plaindre après si tu te fais battre, tu l’as cherché” Sais pas, mais dans mon livre à moi, personne ne cherche à se faire battre.

    • @ dequecest

      OK d’abord! Appelons ça une mauvaise gestion du risque (au mieux) ou une difficulté à assimiler le concept du rapport cause à effet (au pire).

      Mais rysen24 a (presque) raison quand il ajoute qu’avec un “nerd” ça n’a guère de chance de se produire. Et si ça arrive quand même, alors là, madame est perdante sur toute la ligne, parce qu’il faut bien le dire (un petit coda à mon commentaire précédent), les “bad boys” sont généralement de meilleurs amants que les “nerds”, d’où leur attrait. Autre fait regrettable.

      @ luc_montreal

      Ouf! Merci du soutien… Je craignais que madame Lortie ne m’ostracise. Des fois je me laisse emporter ;-)

    • @misspepsi. Moui, sans doute. Personnellement, je n’ai jamais eu à me plaindre des nerds… Les bad boys, je sais pas, j’ai jamais essayé…. Dites-moi pas que j’ai manqué quelque chose! :-) (ceci est une boutade, une joke, un clin d’oeil)

    • Mais non, Miss, mais non, soyez sans craintes, l’ortie pique mais ne mord pas. ;-)

      Le problème, c’est le manque de réalisme chez certaines femmes (et c’est vrai chez les hommes aussi, dans l’autre sens). Il y a une image qui se fait dans la tête, comme quoi un “bad boy” c’est sûrement une bête de sexe à ne pas manquer, et ça peut même être vrai, comme tu le dis bien.

      Mais ce qui fait la définition même d’un “bad boy”, c’est un comportement foncièrement égocentrique, égoiste, et froidement insensible aux autres. C’est la condition initiale et obligatoire pour être un criminel. Je parle d’un “vrai” criminel de carrière, là, celui pour qui c’est un style d’être, un mode de vie, je ne parle pas d’une personne normale qui a un accident de parcours regrettable.

      Son insensibilité fondamentale aux autres fait en sorte que ça ne le dérange pas plus de menacer ou de battre quelqu’un que de le voler. Aucune différence psychologiquement, pour lui, entre tous les différents types d’actes criminels. Alors, commencer une relation “excitante” avec un “bad boy” c’est, très littéralement, jouer avec le feu.

    • Je rejoins rysen24, j’ai 15 ans, début des cycle “mon Bad boy à moi, c’est le meilleurs”, début des couples plus complexe qu’une grille de sudoku niveau expert.

      Pour le moment tout ce que j’ai constater, c’Est
      -Les filles aiment les bad boys
      -Les gars qui écoutent la fille parler, et qui réfléchissent, sont reléguer au rang de bon ami

      Et pas besoins d’être un nerds pour être releguer au rang de bon amis, juste faire attention à l’autre, et voilà ;) … t’est bon ami, un bon gars… Rien de plus.

      Et la je parle même pas de quand t’utilise un vocabulaire autre que “Pipi caca, vulve, cul, penis, sexe”!
      En fait, j’pense que j’ai compris les Québecoises :) … Les gars qui utilisent des mots de plus de 3 syllabe, qui prennent le temps d’écouter, commenter, sont hors course, et ceux qui parlent, et qui ont l’attitude badboy, ont toutes les filles à leurs pied :)

      J’sais pas si ceux qui ont réagis au commentaire de rysen24 sont au courant que l’attitude Bad Boy, c’est oui de l’égoïsme, mais aussi le gars qui veux se battre pour chaque virgule.
      Donc dans un sens, rysen24 a raison. Vous chercher un BadBoy, bah étonner vous pas d’en trouver un. C’est certains que si il est du genre à démolir n’importe qui qui le fait chier, il s’empêchera pas de le faire pour une fille.

      Raahlala les femmes :)

      ** NB, je parle de la réaliter, avec la presception d’un “Bon gars”, dans une école secondaire. La réaliter va (j’espère) changer avec les années :) … ( et pas dans vingt ans j’espère -_- ) **

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

    publicité

  • TWITTER

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    juin 2012
    L Ma Me J V S D
    « mai   juil »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    252627282930  
  • Archives

  • publicité