Marie-Claude Lortie

Marie-Claude Lortie - Auteur
  • Marie-Claude Lortie

    Journaliste à La Presse depuis 20 ans où elle est chroniqueuse et critique gastronomique, Marie-Claude Lortie commente l'actualité, entre deux brassées de lavage et un match de soccer.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 30 avril 2009 | Mise en ligne à 16h31 | Commenter Commentaires (10)

    Surmédicalisation de l’accouchement

    homebirth.jpg

    Cette photo a été prise aux Pays-Bas, où le tiers des naissances ont lieu à la maison. L’assurance-maladie néerlandaise ne couvre les accouchements à l’hôpital que si c’est médicalement nécessaire.  Photo AFP

    Ce matin, passage à l’émission de Christiane Charette pour une discussion sur la surmédicalisation de l’accouchement au Canada.
    En studio, il y avait une obstétricienne, Johanne Lalande, qui travaille à l’hôpital de LaSalle. Il y avait aussi la commentatrice France Paradis, qui nous a bien fait rire, et Marie-France Lemaine, recherchiste pour Christiane.

    Écoutez cette discussion, très flyée par bout, mais néanmoins fort intéressante. Je crois que des informations vraiment cruciales ont été soulevées, notamment par Dr Lalande, la plus pro-nature de la gang !!!

    Voici le lien sur le film The Business of Being Born, dont je vous ai déjà parlé.

    Et il y a aussi Orgasmic Birth, un film qui me semble fort intéressant (si je me fie à la bande annonce que j’ai visionnée) et qui sera présenté à Montréal la semaine prochaine, .


    • J’ai écouté l’émission de ce matin et je n’ai pu que me réjouir des commentaires qui y ont été faits! En tant qu’accompagnante, j’ai eu la chance de voir Dre Lalande à l’oeuvre, elle est vraiment géniale comme obstétricienne, tellement respectueuse des désirs de ses patientes!

    • J’ai eu trois beaux enfants. Les deux premiers sous épidural et le troisième naturel. Je peux vous dire que si j’en avais un quatrième, ce serait sous épidural. Pourquoi souffrir quand on peut accoucher dans la joie, le bonheur total.
      J’ai tellement souffert pour le troisième, que ma récupération a été plus longue.
      Je ne suis vraiment pas fait pour la souffrance. Qui a dit que c’est mieux d’accoucher naturellement? Non merci, moi, je n’y crois pas.

    • Nous avons un sérieux manque de maison de naissance au Québec. Même si je suis un cas de césarienne “a vie” du à une déformation de mes hanches et de mon bassin, si je le pouvais, j’aurais volontier pris l’approche plus humaine de la maison de naissance.

    • 3 mots pour commenter cette discussion : DÉSINFORMATION, DÉSINFORMATION, DÉSINFORMATION.

      Vous mentez sur comment se passe un accouchement dans un hopital. Vous devriez avoir honte.

    • Même si je partage l’idée de “démédicaliser” l’accouchement, j’ai quand même du mal à comprendre les femmes qui souhaitent accoucher sans péridurale, sans médicaments. Mon accouchement, bien qu’il fut relativement rapide, a été terriblement douloureux (pas de péri malgré mes demandes) et cela m’a beaucoup marquée et pas forcément de manière positive.

    • De kc, être enceinte, ce n’est pas une maladie?

      Trêve de sarcasme, il est temps qu’on révise notre façon de faire, car, c’est la procédure elle même qui amène la surutilisation d’épidural et de césarienne.

    • Je n’ai pas écouté l’émission, je ne peux donc la commenter.

      Par contre, je peux dire que mes deux enfants sont nés à l’hôpital (Sainte-Justine), sous péridurale, dans un environnement certes impersonnel, mais par ailleurs fort rassurant.

      Quand je lis toutes ces critiques envers la péridurale, je ne peux m’empêcher de me souvenir de la douleur qui s’effaçait d’un coup du visage de ma femme. Je ne peux m’empêcher de me rappeler comment la tension tombait d’un seul coup à ce moment-là et comment l’accouchement devenait alors un vrai moment de bonheur. Mes idées sur cette question n’ont peut-être pas beaucoup de poids parce que ce n’est pas moi qui ai accouché, mais, franchement, je trouve particulièrement judéo-chrétienne et dépassée cette opinion selon laquelle on ne peut vraiment enfanter que dans la douleur.

      Comme je l’ai mentionné précédemment, l’hôpital n’offre pas beaucoup d’intimité et reste un milieu plutôt froid pour vivre un moment aussi intense que la naissance d’un enfant. Cela dit, ma femme et moi n’hésiterions pas une seconde à y retourner si nous attendions un nouvel enfant. À Sainte-Justine, nous avons été entourés par une équipe de médecins et d’infirmières absolument remarquable qui compensait largement l’anonymat du lieu. Lors d’un accouchement à la maison, que se passe-t-il s’il y a des complications? Si une hémorragie se déclare? On appelle l’ambulance pour se rendre… à l’hôpital? Le jeu en vaut-il VRAIMENT la chandelle? Je suis peut-être de mauvaise foi, mais pourquoi ai-je souvent l’impression que certains parents veulent accoucher à la maison parce que ça fait «cool»?

    • Accoucher, c’est très personnel. Il n’y aura jamais une formule universelle qui conviendra à toutes, et c’est tant mieux. Chaque femme doit être respectée et écoutée.

      Et celles qui le désirent devraient pouvoir être accompagnées sur cette belle route de mettre au monde un enfant en toute conscience et possession de son propre corps.

      J’ai entendu la voix de beaucoup de femmes qui s’inquiètent des effets de la péridurale sur leur bébé, et qui doutent de leur capacité à accoucher sans médication. À celles-là, je dirai courage! Suivez votre propre voie. Parlez à celles qui l’ont vécu, qui y croient. Vous avez le droit de changer de médecin. Vous avez le droit de vous faire accompagner par quelqu’un qui sera là pour vous, qui vous connaîtra, qui vous aidera à faire votre chemin dans le milieu hospitalier. Vous pouvez choisir d’être accompagnée par ces femmes extraordinaires qu’on retrouve dans les maisons de naissance. Les approches de préparation à la naissance qui intègrent le père apportent un sentiment de soutien et de partage à la mère, et d’intégration et de confiance au père.

      N’écoutez pas celles et ceux qui banalisent l’accouchement : osez espérer ce que vous rêvez pour vous et votre bébé.

    • Et si on jasait un peu de la procréation surmédicalisée, ça nous changerait non? Ce privilège d’avoir un enfant qui tout à cout est devenu un droit…..Si on accepte toute ces manipulations médicales pour porter un enfant, je ne vois vraiment pas pourquoi on fait tout un plat de l’accouchement avec cette même aide.

    • Après avoir lu et relu le livre de Isabelle Brabant “Une naissance heureuse”, une lecture qui m’a donné les outils nécessaires pour faire de mon accouchement une expérience positive, j’ai accouché sans péridurale (avec un accouchement provoqué – soi-disant plus douloureux), dans le plus grand bonheur. Bien que le travail ait été douloureux (au contraire de la poussée, que je n’ai pas sentie du tout), cette expérience m’a permis de prendre conscience de la puissance du corps féminin. Ce fut l’expérience la plus intense de ma vie, l’adrénaline et tout. Sans l’ombre d’un doute, je réitérerai pour un 2ieme enfant! J’étais, comme on dit, “top shape”, après mon accouchement, c’était vraiment bien!

      À propos de la péridurale, certaines études, dont celle-ci (http://www.jabfm.org/cgi/content/abstract/16/1/7) ont montré qu’elle avait une influence négative sur l’allaitement :

      “Babies of mothers who had had epidural anesthesia were significantly more likely to receive a bottle supplement while hospitalized (OR 2.63; P

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

    publicité

  • TWITTER

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    avril 2014
    L Ma Me J V S D
    « fév    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives

  • publicité