Marie-Claude Lortie

Archive, juin 2008

Lundi 30 juin 2008 | Mise en ligne à 7h37 | Commenter Commentaires (45)

Réhabiliter la malbouffe

fromage-en-grains.jpg

Entrevue hier, pour mon livre toujours, avec le psychiatre français Gérard Apfeldorfer, auteur, notamment, de Mangez en paix !, paru ce printemps chez Odile Jacob.

Depuis des années, M. Apfeldorfer travaille avec des gens qui ont des problèmes de poids causés par des troubles de comportements alimentaires, donc autant des anorexiques que des obèses ou n’importe quel monsieur ou madame tout le monde entre les deux.

À mon humble avis, il fait partie des rares personnes sensées — avec son collègue médecin nutritionniste Jean-Paul Zermati et quelques autres quand même, comme les Américains Michael Pollan ou le Dr Michelle May — à parler d’alimentation au 21e siècle.

Une de ses réflexions durant notre conversation hier, est qu’il faut cesser notre discours moral au sujet de la malbouffe, arrêter de la diaboliser comme si elle était responsable de tous les kilos pris depuis 50 ans.

Ce qu’on appelle malbouffe, dit-il, une étiquette réunissant des tas d’aliments très riches en gras et en sucre, n’est qu’en fait un type d’aliments parmi d’autres.

Le problème ce n’est pas cette nourriture, mais plutôt notre incapacité d’en manger correctement.

On n’a jamais appris, historiquement, culturellement, à en manger uniquement selon nos besoins.

Elle a pris son envol dans nos sociétés alors que finissait une ère de rareté alimentaire et commençait une ère d’abondance, la nôtre, celle qui est là depuis une cinquantaine d’années. Alors on a commencé à en manger sans savoir comment.

Pourtant, le mode d’emploi aurait été important puisqu’il s’agit d’aliments très riches qui ne peuvent être consommés qu’en quantité limitée, comme l’andouillette ou le foie gras.

Résultat: nous en mangeons (souvent) trop.

Pensez-y: qu’y a-t-il de condamnable dans un hamburger par exemple ? Du pain et de la viande. Rien de pire qu’un sandwich.

À mon avis, on peut très bien être contre l’idée d’aller chez McDo ou Burger King pour des raisons politiques ou sociales ou environnementales. Et l’approche marketing de ces chaînes de tenter de nous faire manger au-delà de notre faim en proposant toujours des portions plus énormes n’aide personne à apprendre à manger de ce genre de nourriture correctement.

On peut aussi déplorer que pendant que les jeunes mangent de la malbouffe, des cultures alimentaires traditionnelles se perdent.

Reste que du point de vue strictement des calories et de la prise de poids, la nourriture, en soi, n’est pas plus condamnable, qu’un gratin dauphinois ou une lasagne.

Le vrai problème, c’est nous, ou du moins nous devant devant une gigantesque portion de poutine.

Photo de Patrick Sanfaçon

Lire les commentaires (45)  |  Commenter cet article






Vendredi 27 juin 2008 | Mise en ligne à 11h58 | Commenter Un commentaire

Un cirque bien dans sa peau

akya2.jpg

Quand les enfants ont aperçu le mini-chapiteau, de loin, ils m’ont demandé si c’était LÀ qu’on s’en allait. Mais non, leur ai-je répondu, c’est probablement uniquement la billetterie…

En arrivant, j’ai bien constaté que je m’étais complètement plantée, programmée probablement à toujours plus grand et plus gros par le Cirque du soleil.

Le cirque Akya est tout petit. À peine 220 places sous son mini chapiteau qui se plie comme un parapluie, à peine une douzaine d’artistes, qui reviennent faire plusieurs numéros. Tout ce monde habite dans un véritable collection historique de roulottes Air Stream vintage. Et comme dans les cirques européens classiques, comme dans la série Salto Mortale, si vous écoutiez ça enfant…, ils se promènent et vivent ensemble…

Non, ce n’est pas aussi spectaculaire qu’un très grand cirque qui se produit à Las Vegas. Et oui, il y a quelque chose d’un petit peu amateur, notamment cette chanson de présentation du début qui sourit un peu trop fort, façon Big Bazar.

Mais est-ce sympathique, justement, à cause de cette proximité et de l’absence de perfectionnisme obsessionnel ?

Oui, tout à fait. Et nous y avons passé une très belle soirée.

Comme je vous l’ai dit hier, j’ai fait une entrevue récemment avec celui qui pilote l’unité pour les anorexiques à Sainte-Justine. Il m’a parlé du Cirque du soleil et de la pression que ressentent certaines des artistes pour qu’elles soient mincissimes et qui se font vomir et qui aboutissent chez lui…

Les artistes d’Akya ne sont peut-être pas aussi spectaculaires que d’autres. Mais avec toutes ses imperfections, ce petit cirque est très drôle, rempli d’autodérision et a l’air, tout simplement, bien dans sa peau.

Un commentaire  |  Commenter cet article






Jeudi 26 juin 2008 | Mise en ligne à 12h50 | Commenter Commentaires (12)

Poèmes du lundi

poemes-du-lundi-couv.jpg

Pour le livre sur lequel je travaille assidûment — en fait, en état de panique totale, vu la date de tombée qui arrive en Challenger — j’ai rencontré hier le Dr Jean Wilkins, un formidable monsieur pédiatre à Sainte-Justine et devenu avec les années spécialiste du traitement des anorexiques.

Il m’a donné un petit livre qui m’a absolument touchée appelé Poèmes du lundi, publié tout récemment aux Éditions Sainte-Justine.
Il s’agit d’un recueil de textes écrits par de petites filles anorexiques durant leur séjour à l’hôpital, dans le cadre d’ateliers d’écriture thérapeutiques.

Certains sont un peu convenus, d’autres troublants. Tous sont touchants. Les meilleurs sont souvent les plus décalés comme celui-ci au sujet d’une pomme pas encore mûre, qui se termine ainsi:

“J’aimerais goûter la sève de mon arbre
J’aimerais entendre le bruit que je fais sous la dent
J’aimerais voir le prix que je vaux au IGA”

Il n’y a pas grand chose qu’on peut faire, témoins pétrifiés, pour aider ces petites. Les lire en est une.

Lire les commentaires (12)  |  Commenter cet article






publicité

publicité

  • TWITTER

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    octobre 2009
    L Ma Me J V S D
    « sept   nov »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité