Mathias Brunet

Archive de la catégorie ‘LNH’

Lundi 19 février 2018 | Mise en ligne à 10h01 | Commenter Commentaires (26)

Tous les entraîneurs de la LNH ont survécu jusqu’ici!

Bob Hartley, comme Michel Therrien, Dave Tippett ou Lindy Ruff, aurait vraisemblablement reçu une offre d'emploi cet hiver dans un contexte normal.

Bob Hartley, comme Michel Therrien, Dave Tippett ou Lindy Ruff, aurait vraisemblablement reçu une offre d'emploi cet hiver dans un contexte normal.

La Ligue nationale de hockey vit un phénomène rare cet hiver.

Avec moins de deux semaines à faire en février, aucun entraîneur n’a été congédié.

Il faut remonter à la saison 1964-1965 pour retrouver pareille situation. À l’époque, aucun homme n’avait encore posé un pied sur la Lune et Toe Blake dirigeait toujours le Canadien !

Une piste d’explication ? Parmi les quatre pires clubs au classement, trois, Arizona, Buffalo et Vancouver, comptent des entraîneurs embauchés l’été dernier. Plutôt gênant de les congédier avant leur première saison complète.

À Ottawa, Guy Boucher en est à sa deuxième saison et il a mené l’équipe à un petit but de la finale de la Coupe Stanley huit mois plus tôt.

Chez le Canadien, Claude Julien en est à la deuxième année d’un contrat de cinq ans qui lui rapporte cinq millions par saison. À Edmonton, Todd McLellan gagnera trois millions par saison pour les deux années suivantes. À New York, Alain Vigneault touchera un salaire supérieur à quatre millions par année jusqu’en 2019-2020.

« Le salaire accordé aux entraîneurs est un élément nouveau qui doit entrer en ligne de compte, explique l’ancien coach Guy Carbonneau. Avec Mike Babcock et Claude Julien, à sept et cinq millions [par année], tu dois y penser à deux fois. Non seulement le salaire des entraîneurs a augmenté, mais celui des directeurs généraux aussi. Tout le monde est plus patient. »

La suite ici!

Lire les commentaires (26)  |  Commenter cet article






Vendredi 2 février 2018 | Mise en ligne à 13h20 | Commenter Commentaires (241)

Une statistique peu révélatrice (ou plutôt le contraire?)…

Capture d’écran 2018-02-02 à 13.11.59

Belle trouvaille du collègue Guillaume Lefrançois sur Twitter.

Guillaume a dressé la liste des dix premières équipes au classement au chapitre des mises en échec.

Parmi ce top dix, les quatre pires clubs de la Ligue nationale de hockey: Montréal, Buffalo, Arizona et Ottawa.

En fond de classement, parmi les dix pires équipes à ce chapitre, on retrouve Tampa Bay et Vegas, les deux premières équipes au classement général.

On a souvent souligné au fil des décennies l’importance d’appliquer des mises en échec. Puis Nicklas Lidstrom est apparu et il a dominé le hockey sans en donner plus de quinze par saisons. À l’époque, l’entraîneur Ken Hitchcock m’avait expliqué que Lidstrom n’en donnait presque jamais parce qu’il avait toujours la rondelle.

Vous aurez compris que le Canadien, les Sabres, les Coyotes et les Sénateurs n’ont pas souvent la rondelle.

Lire les commentaires (241)  |  Commenter cet article






Vendredi 26 janvier 2018 | Mise en ligne à 11h16 | Commenter Commentaires (354)

Et le meilleur gardien de but au monde est…

andrei-vasilevski-top-Scott-Audette

TSN a réalisé un sondage très révélateur auprès des 31 entraîneurs de la LNH.

La course au titre de joueur par excellence a été très serrée: Nikita Kucherov et Nathan MacKinnon ont reçu chacun 14 votes. Patrice Bergeron en a eu deux et Connor McDavid l’autre.

Chez les défenseurs, Victor Hedman a devancé Drew Doughty, 17 votes contre 12 pour le défenseur des Kings. Brent Burns et John Klingberg ont reçu un vote chacun.

Aucun suspense côté gardiens. Andrei Vasilevskiy, du Lightning, a obtenu 26 votes sur 31. Sergei Bobrovsky et Connor Hellebuyck ont eu deux votes chacun, Carey Price un seul vote.

Il faudra bien un jour cesser d’affirmer que le Canadien possède le meilleur gardien au monde. Price demeure un gardien de grande qualité qui a déjà été le meilleur, mais pas en ce moment.

Gerard Gallant est l’entraîneur le plus respecté de ses pairs. Il a reçu 30 des 31 votes. Le seul vote qu’il a échappé est le sien puisque les coachs ne pouvaient voter pour eux ou pour leurs propres joueurs.

Finalement, Mathew Barzal a la faveur des entraineurs pour le titre de recrue de l’année avec 24 votes, devant Brock Boeser et Charlie McAvoy.

En passant, Andrei Vasilevskiy a été repêché au 19e rang de la première ronde en 2012 grâce au choix offert par les Red Wings de Détroit pour obtenir le défenseur Kyle Quincey. Le Lightning et Steve Yzerman venaient de l’obtenir le jour même contre Steve Downie. Quincey a joué un rôle de soutien pendant quatre saisons à Détroit.

Lire les commentaires (354)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    février 2018
    L Ma Me J V S D
    « jan    
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728  
  • Archives