Mathias Brunet

Archive de la catégorie ‘Canadien’

Vendredi 9 janvier 2015 | Mise en ligne à 14h58 | Commenter Commentaires (192)

Il fut un temps, jadis…

carey-price-3-620x270

… Où les détracteurs de Carey Price s’en donnaient à coeur joie.

Pendant que le gardien du CH connait ses meilleurs moments en carrière (lire le texte de Richard Labbé à cet effet), un lecteur m’a sorti cette perle: la réaction des lecteurs lors du congédiement de Pierre Groulx en juin 2013!

Parmi les commentaires les plus savoureux:

“Sérieusement, si le CH pouvait échanger Price pour un top six au repêchage, repêcher Fucale et signer Mike Smith le temps qu’un jeune comme Fucale se developpe, ca serait la fin du psycho-drame.”
C’est une mauvaise nouvelle. Les décideurs ont jugé que Price n’était pas responsable de son rendement. Ça veut donc dire qu’il va entamer la saison prochaine au poste de numéro 1 sous les conseils d’un nouvel entrâineur spécialisé. Ce n’est pourtant pas la faute de Pierre Groulx si :

“- Price se fait écraser par la pression plutôt que de s’en nourrir. Si P.K Subban était gardien de but, son attitude en ferait de lui tout un à Montréal.
- Price abandonne quand ça ne va pas à son goût dans le cours d’un match. Ce qui explique les matchs de 5,6, 7 buts accordés
- Price en exige trop de ses joueurs d’avant. Dans le seul match qu’il a remporté en séries, les joueurs devant lui avaient arrêté plus de tirs que lui.
- Price ne veut pas être sous les pojecteur alors que sa position l’exige.
- Price n’est pas un leader dans le sens où il n’inspire pas ses coéquipiers.
- Price n’a pas de chien, pas d’agressivité. Il a la mentalité d’un Michael Ryder qui garde les buts…”

“Je crois sincèrement qu’il ne se réalisera jamais son plein potentiel en tant qu’athlète de haut niveau à Montréal. Il gagnera peut-être une coupe sous le nez du CH ailleurs et ce sera bien ainsi. Certains joueurs ne peuvent évoluer dans certains marchés. C’est le cas de Price. Il n’est pas heureux et préfère un certain anonymat. Sa personnalité ne changera pas, même après des années de thérapie psychologique sportive. Bergevin devrait le réaliser rapidement. Je crois que l’organisation et les fans vont s’acharner sur lui jusqu’à ce que le bonhomme explose. Par la suite, sa valeur marchande sera grandement diminuée.”

“L’erreur de base de Bergevin a été de lui donner ce contrat ridicule l’été passé sans que quoi que ce soit le justifie. Maintenant il aurait l’air fou de changer d’idée moins d’un an plus tard. Comme un joueur perdant Bergevin tente de se refaire plutôt que d’abandonner sur Price. Il préfère croire que sa décision de base était la bonne, et que c’est possible de corriger le tir. J’ai bien hâte de voir les résultats et croyez-le ou non, j’espère que Bergevin qui a misé très gros, a misé juste. S’il se casse la gueule avec Price sa crédibilité va prendre un très dur coup. Si Price ne lui donne pas raison, il pourra être considéré le plus grand flop de l’histoire de l’équipe. On avait démissionné bien plus vite sur Wickenheiser.”

“Encore une autre décision douteuse du CH afin d’excuser le pauvre petit Carey Price.Finalement ça va prendre quoi pour enfin réaliser que Price ne sera jamais un gardien d’élite ?
En passant vous devriez jettez un coup d’oeil du côté de notre autre équipe professionnelle à Montréal,l’Impact ça c’est une vraie équipe de gagnants !”

“Arretez de nous rabacher votre nouvelle marotte qui est de mettre la faute des déboires du 30è meilleur goaler de la ligue (max) sur LA DÉFENSIVE. T’es bon ou t’es poche. Point final.”

“Price n’est pas un très bon gardien, c’est juste un bon gardien comme tous les gardiens qui accèdent à la NHL en plus il est trop fragile mentalement. Là, la direction vient de lui ajouter beaucoup plus de pression qu’il en avait en congédiant l’entraineur des gardiens.”

“À la place de Bergevin je me débarrasserais au pc de la patate chaude Carey Price. Ça price.”

Lire les commentaires (192)  |  Commenter cet article






Lundi 5 janvier 2015 | Mise en ligne à 13h21 | Commenter Commentaires (89)

Le ballottage pour Bryan Allen…

bryan-allen

L’émergence de Nathan Beaulieu, doublé par les contre-performance de Bryan Allen, ont incité le Canadien à soumettre celui-ci au ballottage.

Le CH a d’ailleurs une étonnante fiche de 18-5-2 lorsque Beaulieu est en uniforme, et de 8-6 quand il ne joue pas. L’équipe a connu ses pires moments de la saison au cours de la brève période où Allen jouait comme sixième défenseur. Trop lent, autant au plan de la mobilité que dans ses prises de décision.

D’ailleurs le Canadien a remporté cinq matchs consécutifs depuis que Beaulieu a détrôné Alexei Emelin (et par ricochet Tom Gilbert) au sein du top quatre de l’équipe.

Beaulieu a seulement 22 ans. Le meilleur est à venir dans son cas.

Nathan Beaulieu

Nathan Beaulieu

Lire les commentaires (89)  |  Commenter cet article






Jeudi 18 décembre 2014 | Mise en ligne à 9h49 | Commenter Commentaires (105)

Un riche héritage…

10858388_805101289549074_1289179192790414516_n

Saku Koivu m’avouait mardi au téléphone être très, très nerveux à deux jours de la cérémonie lui rendant hommage, ce soir au Centre Bell.

J’ai couvert le Canadien au quotidien pendant dix ans à la belle époque où les journalistes suivaient l’équipe à bord des avions et des autobus, logeaient au même hôtel. Ça favorise toujours les rapprochements. Une visite d’une semaine dans sa ville, à Turku, en 2002, où il m’a accueilli avec générosité, m’a permis de découvrir un homme différent, profond, tout en relief, curieux, brillant.

Kirk Muller a été brièvement le capitaine lorsque j’ai commencé à couvrir l’équipe en 1994, suivi de Mike Keane, Pierre Turgeon, Vincent Damphousse, puis Saku Koivu. Il y a eu six capitaines chez le Canadien entre 1994 et 1997. Le règne de Saku Koivu allait marquer une période de stabilité en ce sens dans l’histoire de l’équipe puisque seul Jean Béliveau a été capitaine du CH aussi longtemps, 10 ans.

Jean Béliveau a eu trois entraîneurs au cours de son règne et de sa carrière, Toe Blake, Claude Ruel et Al McNeil. Il a connu deux directeurs généraux, Frank Selke et Sam Pollock.

Koivu, le premier capitaine européen de l’histoire, est venu à une autre époque, et une époque plus tumultueuse dans l’histoire du CH. Quatre DG se sont succédés au cours de sa carrière, Serge Savard, Réjean Houle, André Savard et Bob Gainey. Il a connu sept entraîneurs, Jacques Demers, Mario Tremblay, Alain Vigneault, Michel Therrien, Claude Julien, Bob Gainey et Guy Carbonneau.

Ses ailiers ont été Martin Rucinsky, Brian Savage, Oleg Petrov, Valeri Bure, bref, il était très mal entouré. Mark Recchi a été le seul ailier de grande qualité. Il n’a peut-être pas été le rassembleur qu’on aurait voulu qu’il soit. Ni la grande vedette espérée, même si, étonnamment, il vient au sixième rang de l’histoire de l’équipe au chapitre des passes avec 450, derrière Guy Lafleur, Jean Béliveau, Henri Richard, Larry Robinson et Jacques Lemaire, mais devant Yvan Cournoyer et Maurice Richard. Bref, seulement trois centres dans l’histoire du CH, Béliveau, Richard et Lemaire, ont eu plus de passes que lui.

Koivu a toujours mené par l’exemple avec sa détermination exemplaire et son grand courage. Sa lutte contre le cancer, son retour au jeu héroïque, ont frappé l’imaginaire. Une fondation a suivi. Même s’il ne porte aucune bague de la Coupe Stanley, l’héritage de Saku Koivu à Montréal est riche, très riche.

Lire les commentaires (105)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    janvier 2015
    L Ma Me J V S D
    « déc    
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité