Mathias Brunet

Mathias Brunet - Auteur
  • Mathias Brunet

    Amateurs de hockey de la LNH, du Canadien, des espoirs du CH ou même encore de hockey junior? Poolers? Ce blogue s'adresse à vous. Le chroniqueur Mathias Brunet commente l'actualité du monde du hockey d'une manière très personnelle.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 3 février 2011 | Mise en ligne à 10h16 | Commenter Commentaires (41)

    Et les Américains qui veulent imiter le Québec!

    4161914995_90d2141e83

    Les États-Unis semblent avoir compris que le corps d’un enfant de 11, 12 ans, son cerveau surtout, n’est pas assez formé pour encaisser les coups durs. Compris aussi que les jeunes sont tellement obnubilés par les mises en échec à cet âge-là qu’ils en oublient souvent de jouer au hockey.

    Le directeur général de Hockey Québec, Sylvain Lalonde, ne peut que sourire ce matin…


    • Une belle gifle au cromagnons d’ici.

    • ce qui semble plutôt logique non??
      Avant d’apprendre à frapper un adversaire, il serait beaucoup plus utile et créatif d’apprendre à patiner correctement, à manier la rondelle, à maîtriser l’art du lancer frappé et enfin de savoir où se placer dans les 3 zones…. choses, on le voit lors des matchs de la LNH, qui ne sont pas maîtrisées par plusieurs des meilleurs joueurs au monde….
      Ensuite, une fois le tout maîtrisé, ils auront bien le temps d’apprendre à culbuter un adversaire dans la bande ou de l’assommer au centre de la glace…. misère…..

    • Avant de donner des mises en échec, c’est quand même bien de comprendre les rudiments du hockey, de bien se placer sur la patinoire, de savoir patiner de tous les côtés.. Apprendre à faire une mise en échec, c’est pertinents mais pas essenciels pour marquer des buts.. pas avant le midget, je dirais.. Bantam.. dans les doubles lettres…

    • le gros bon sens … enfin

      À notre tour de comprendre quelque chose: les études c’est plus important que le hockey. Vive les ligues scolaires.

    • ENFIN quelque chose d’intelligent!

    • Quelle bonne nouvelle! Un argument de moins pour certaines brutes.

      Maintenant, empruntons-leur quelques idées: les sports se jouent à l’école avec un maximum de protection (visière complète)…. Pas normal que des entrepreneurs se font de l’argent en permettant à des jeunes de se battre durant un sport qui se veut, avant tout, un jeu.

    • Voila une nouvelle encourageante! Lentement, il y a un certain progrès qui se fait au niveau de la base. Il faut définitivement appuyer ces gens, car ils vont faire face a ceux qui veulent que le hockey demeure un sport “full contact.”

    • Parfait donc en continuant ce modèle les jeunes arrivent Bantam double lettre et ne savent pas comment frapper correctement, comment rouler avec la mise en échec, comment garder la tête haute. Il y a moyen de mettre ce principe en marche à un jeune âge, il suffit de faire comprendre que la mise en échec à son utilité, qu’elle fait partie intégrante du jeu et que le but premier n’est pas de jeter l’adversaire cul par dessus tête.

      Trop drôle de voir les gens encourager ce bon sens pendant que la bagarre est toujours encourager et que la ligue nord-américaine continue d’être populaire.

    • il suffit de faire comprendre que la mise en échec à son utilité, qu’elle fait partie intégrante du jeu et que le but premier n’est pas de jeter l’adversaire cul par dessus tête

      si c e n est pas le cas alors pourquoi

      rouler avec la mise en échec, comment garder la tête haute.

    • Si ca continue, le patinage artistique va former de meilleur joueur de hockey que le hockey lui-même.

      Au moins eux il se concentrent sur le patin et non sur la violence exagéré.

      Les mise en échec devrait être apprise et pratiqués au niveau Bantam dans les pratiques, entre coéquipier. Dans les parties pas avant le midget.

      Les gens ne font pas assez la distinction entre un jeu intense et agressif. L’un est axé sur la vitesse et l’intensité et l’autre sur la neutralisation par des geste violent.

      Ce n’Est pas par ce que l’on n’est pas violent que l’on joue mollement, pour ne pas dire comme disent certaine en moumounes.

    • J’ai jouer mon hockey mineur à Rouyn Noranda, j’était chanceux parce que je me suis développer physiquement très vite malgré que j’ai plafonné tôt.

      Mais je me rapelle Pee-Wee que certain petit gars mesurait a peine 4 pied et demi et avait de la misère a atteindre 100 lb avec leur stock de hockey sur le dos alors qu’il y avait d’autre jeune qui fesait déjà presque 6 pied et plus de 200 lb.

      S’il y avait eu des contacts, je doutes que les petits aurait survécu longtemps. La disparité entre les plus grand et les plus petits était beaucoup trop grande et le Pee-Wee ma vraiment semblé la tranche d’age ou cette différence était la plus marqué.

      Donc que pour ça, je vais être contre. Il est vrai qu’il y a l’élite, cependant j’ai mes réserve la dessus. Je connais des garçons qui se développe plus tard, serait t’il privé de l’élite puisqu’il ne sont pas assez grand malgré leur talent? Va-t’on les exposé à plus de blessures.

      Pour les grande association de hockey mineur, comme pour la région montréalaise, on pourrais toujours faire des catégorie de poids et grandeur, mais en régions ou le bassins de joueur est plus limité, c’est difficilement réalisable.

    • 11-12 ans c’est le meilleur âge pour enseigner le jeu collectif et le positionnement sur la glace et les différentes façon de sortir de sa zone et d,entrer dans celle adverse, il faut bien apprendre à jouer avant d,apprendre à frappert et se faire frapper, parce que vous savez c,est même plus important de savoir se faire frapper que de frapper, comment rouler avec les coup, mais comment voulez l’apprendre avant d’avoir appris à jouer au hockey. Bien maintenant il ne va rester que le ROC, comme son nom le dit je ne sais pas si eux vont finer par comprendre.

    • @piedoq

      Peux tu être moins clair, je comprend trop là??

    • Est-ce que ça va être au tour des américains d’être snobbés par Don Cherry et le reste du canada? :)

    • Je me demande si les américains auront la réputation d’être soft aussi comme le ROC dit du Québec a cause qu’on ne plaque pas aussi tôt qu’eux.

    • Souvent entendre le bon sens peut prendre du temps.

      Il n’y a que les fous qui ne changent pas d’idée. Prendre deux à trois pas de recul pour mieux sauter est souvent une sage décision.

      Mais est-ce officiel? Je ne pense pas…

    • @davidbourque
      “Mais je me rapelle Pee-Wee que certain petit gars mesurait a peine 4 pied et demi et avait de la misère a atteindre 100 lb avec leur stock de hockey sur le dos alors qu’il y avait d’autre jeune qui fesait déjà presque 6 pied et plus de 200 lb.”

      Excellent commentaire. La puberté n’est pas atteinte par tous au même âge.

    • Si ça ce fait, ce sera une excellente nouvelle, en espérant que l’Ouest canadien suive…

    • Good clean hit !

    • @ heinzblut57

      Le hockey est un sport basé sur la vitesse et la passe. La mise en échec existe pour empêcher un patineur de patiner avec la rondelle. Bref, la mise en échec existe pour nuire à la base même de ce sport.

      Au lieu d’enseigner cette tactique, j’enseigne à mes joueurs pee-wee CC de forcer le jeu à deux avants alors que le troisième coupe les axes de passes. Sitôt en possession de la rondelle, les joueurs font des passes aux coéquipiers, incluant les défenseurs. Aucun dumping – ils auront tout le loisir d’apprendre à le faire plus tard.

      Nos défenseurs, eux ont appris à utiliser efficacement le “poke” et couper les axes de patinage des avants. Lorsqu,il y a contacts, c’est parce que l’avant n’a pu déjouer le défenseur et lui a volontairement foncé dessus.

      C’est drôle mais on gagne presque toujours nos matchs et on reçoit moins de 10 tirs au but par partie.

      La mise en échec est antinomique au hockey car elle sert à freiner l’élan du joueur en possession de la rondelle. Tout comme “finir sa mise en échec” qui est carrémment illégale car le joueur n’a plus la possession de la rondelle.

      Regardez les joueurs de hockey au talent hors normes (Crosby, Frenzen, Datsyuk, St-Louis). Leur jeu est identique: contrôle de la rondelle, vitesse, passes.

      Regardez les piocheux. Ils accrochent, frappent et dumpent la puck.

    • 21273, c’est le nombre de spectateurs qui se sont levés et ovationner Georges Laraque lors de son arrivée à MTL. Il est idolâtré et ca c’est normal et encouragé. Par contre, de montrer aux plus jeunes le jeu du hockey dans SON ENSEMBLE et non axé sur le seul point de la mise en échec constitue un problème. Comment se fait-il que les jeunes qui joue au football apprennent en partant comment frapper l’adversaire, la technique approprié, les coups illégaux et tout le tralala.

      J’entend sur toute les tribunes que l’on ne peut enlever la bagarre du jeu car elle a toujours fait partie intégrante du jeu, alors pourquoi il faudrait mettre la mise en échec de côté alors qu’elle aussi à toujours fait partie du jeu?? Le problème est la mise en place de ce côté du jeu, mal enseigné, mal pratiqué et surtout mal véhiculé.

    • J’ai lu l’article du Globe and Mail (d’ailleurs merci Mathias de mettre tous ces liens et d’en faire la référence. Ça ne fait que te mettre en valeur tout en laissant crédit aux auteurs) et comme le dit si bien les intervenants, la mise est échec à cet âge ne rapporte absolument rien. J’abonde dans le même sens de Sylvain Lalonde qui expliquait pourquoi les autres provinces canadiennes ne s’y intéressent pas… Qu’es-ce qui les entêtes autant? Pourquoi l’effet de la “virilité” et plus forte que celle de la raison? Le reste du Canada prouve un manque de raisonnement majeur surtout quand les scientifiques semblent prouver (19/20) qu’il y a moins de commotions cérébrales sans contact. Honnêtement, ils perdent la face et beaucoup en crédibilité. Alors que la NHL, tranquillement mais surement se penche sur les coups à la tête, il semble qu’à long terme, le modèle Québécois va payer (dans le sens que plus de joueur du Qc feront la grosse ligue). Si ça prend “l’argument” qu’on produit plus de joueur de la LNH pour qu’il change de modèles, ça prouvera encore une fois leur faible crédibilité et leur faible ouverture d’esprit. Ils priorisent les 0.0000001% qui feront la grosse ligue au détriment de la population qui pratique ce sport pour la forme, pour le social et tout les autres bénéfices qui s’y rapportent. Pas fort fort…

    • @madmaf

      Ok alors pourquoi elle fait partie du jeu depuis le début et comment se fait-il qu’elle soit tolérée?? Une mise en échec légale consiste à stopper un joueur et lui faire perdre le disque. Finir sa mise en échec implique un délai de +/- 3 secondes pour frapper le joueur. J’ai joué tout mon hockey en Ontario et jamais nous avons mis l’accent sur la mise en échec mais elle a toujours fait partie de l’enseignement et oui lors de mise en situation elle était pratiquée. Au niveau Bantam lors de nos matchs contre les équipes du Québec, la flagrance était marquée quand à la technique et ce sur tout les points, nous nous voulions mettre en échec alors que eux voulaient nous dévisser la tête au centre de la glace avec les 2 pieds dans les airs. Je dis pas que des cas violent n’arrivent pas en Ontario et dans le reste du pays mais des foires au niveau Bantam et Midget j’en ai moins vu qu’ici car le jeu mieux appliqué.

    • Les dirigeants de Hockey Canada doivent être super contents! Ils doivent se dire “Qu’est-ce qu’ils sont cons les américains. Plus que jamais on va pouvoir les battre en les brassant!!!”

    • @ heinzblut57

      La mise en échec fait partie du jeu au même titre que l’accrochage a fait partie du jeu pendant 15 ans, au même titre que la défensive de zone a été tolérée au basket, au même titre que les interférences au football ont fait partie du jeu pendant une bonne partie des années ‘70.

      Les sports évoluent. Des fois pour le mieux, des fois non.

      Avec les jeunes, il y a mieux à faire que leur apprendre à frapper: manier la rondelle, patiner en regardant les options de passes et lire le jeu sont des connaissances plus importantes que la mise en échec.

      Vous dites “J’ai joué tout mon hockey en Ontario et jamais nous avons mis l’accent sur la mise en échec.” Dans ce cas, remerciez vos coachs car ils ont de toute évidence chercher à développer vos aptitudes sportives davantages qu’aggressive.

      J’ose croire que ce sont vos aptitudes sportives et votre talent sur patins qui vous ont permis de ne pas vous faire dévisser la tête!

    • @madmaf

      Excellent commentaire, mais voyez ce qui se passe avec le CH, plusieurs regrettent Lapierre car c’était un des joueurs qui donnait le plus de mise en échec, par contre il arrivait a toute vitesse pour frappé un défenseur qui s’était déja débarrassé de la rondelle et le sortait inutillement du jeu et lui aussi par la même occasion. Les joueurs n’avaient même pas de crainte a se faire frapper par lui.

    • @heinznblut57
      ‘Comment se fait-il que les jeunes qui joue au football apprennent en partant comment frapper l’adversaire, la technique approprié, les coups illégaux et tout le tralala.’

      Parce que ce n’est pas possible de jouer au football (sauf au flag football…) sans frapper? Ça fait partie intégrante du jeu beaucoup plus qu’au hockey, comme le but est d’empêcher un gars qui transporte un ballon d’avancer et que la seule façon de le faire ou presque c’est en le frappant. Pas mal plus dur d’enlever le ballon des mains de quelqu’un qu’une rondelle de sa palette.

      Pour le hockey, l’enseignement de la mise en échec peut débuter dans les pratiques avant de le permettre dans les parties s’ils veulent montrer la technique avec beaucoup moins de risque de blessure. C’est beaucoup plus facile pour les entraîneurs de contrôler une pratique qu’une game et de rapidement prendre action sur un joueur qui essayerait de dévisser la tête de quelqu’un d’autre et leur enseigner les bases dans un environnement moins intense et émotif.

    • @madmaf

      Pourquoi associez vous mise en échec et agressivité?? Je me suis jamais fait dévisser la tête car j’ai appris à bien encaisser la mise en échec en roulant avec. Je me suis fait ramasser aussi par ma faute et aussi par des cheaps shots mais en bout de ligne le fait de l’avoir appris dès mon jeune âge à été plus qu’utile pour moi.

      Ce qui est frustrant avec ce débat est que d’un côté on anticipe et apprécie le côté robuste dont les bagarres, on met sur un piedestal les goons de ce monde. D’ailleurs comment se fait-il que si on veut mettre l’accent sur la vitesse et le maniement de rondelle, que les vedettes de télés soient pour la très grande majorité des anciens dur à cuires au talent plus que limité ( Morrissette, Stock, Laraque, Kypreos, Barnaby, Gauthier, Ciccone ) ??

      Je suis pas plus catholique que le pape, je détourne pas la tête lors d’une bagarre, je ne l’approuve pas non plus, j’aime le jeu robuste mais légal et je hais les cheaps shots et ce peu importe le sport.

      P.S êtes vous le même que sur le blogue d’André Désiront, si oui je vous ai répondu concernant la Tunisie.

    • C’est un débat qui vas toujours faire des différents. Je crois que tout passe par l’enseignement. À la base la mise en échec n’est pas faite pour envoyer son adversaire dans la 10e rangée, mais bien séparer le porteur de la rondelle. Ceci étant dit, je crois que selon les conditions actuelles, il y a beaucoup plus à enseigner que la mise en échec!

      Je suis entraineur Bantam AA et je peux vous garantir que la très grandes majorités de ces joueurs de 13-14 ans sont incapable d’accomplir de simples petits gestes de base comme des passes, plus souvent qu’autrement ils vont boxer la rondelle (passe frapper au lieu de glisser) leur technique de patin autant d’avant que de reculons est ordinaire. Bref les habilités techniques individuelles et tactiques individuelles (protection de rondelle, bataille à un contre un) sont souvent déficientes. Vous imaginez???? des Bantam AA !!! la supposée crème de la crème (oui je sais il y a de la politique dans ce niveau là et les meilleurs ne sont pas toujours dans le AA mais ca c’est un autre débat)

      Bref, je suis un partisan de la mise en échec car cela fait partie du sport et commencer le contact à 13-14-15 ans alors que les jeunes et le jeu sont déjà assez rapides et qu’à cet âge il y a de bonnes différences de gabarit (des 6 pieds et plus contre de 5 pieds 2-3 pouces), c’est tout un choc pour certain. J’irais à proposer le semi contact à 11-12 ans, c’est-à-dire sur le long des bandes et avec moins de 2-3 enjambées d’élan. Par contre, notre hockey est malade, je sais que les heures de glaces sont de moins en moins nombreuses, donc avant d,enseigner la mise en échec à des jeunes de 10-11-12 ans pourrait-on leur montrer a jouer au hockey. Et que les petits Scotty Bowman dans le hockey mineur arretent de pesner qu’à la fiche victoire défaite et pensent plus au développement des jeunes!!!

    • Très bonne nouvelle, enfin on commence à comprendre que le Hockey est pas juste un sport de contact.

    • Et le casque , il sert à quoi?

    • @sc89
      Brillante ta conclusion!

    • @ groulx66

      “Si ca continue, le patinage artistique va former de meilleur joueur de hockey que le hockey lui-même.”

      Faut savoir que Jeff Skinner a performé à haut niveau en patin artistique.

    • @ un fan peu connaisseur

      Il sert à prévenir les fractures du crâne et non pas les commotions cérébrales…

    • ca fait longtemps que Lalonde n’avait pas été imité…

    • J’ai jouer mon hockey mineur au NB il y a quelques années et je crois que c’est une bonne idée de seulement commencer à jouer avec la mise en échec au niveau Bantam. Plusieurs bon jeunes qui étaient alors moins développés physiquement que d’autres ont stagné dans leur développement même s’ils était plus talentueux que les plus gros et c’est malheureux.

    • A la lumiere du sondage faitr pâr le journal aupres de leurs lecteurs, 31% disent qu a partir de 11 ans c est corrrect… je suis pas sur que les Américains ont compris

    • *Patinage artistique*

      À tous ceux qui se moquent du patinage artistique, allez demander à Laraque (goon par excellence) ce qu’il en pense?

      http://www.youtube.com/watch?v=nPLnDMx6GQc

    • Bon alors les pseudos experts de la planète Hockey du Québec sont contents… Et ceux qui affirmait le contraire ? Pour combien de temps ? Ceux qui chient sur Hockey Qc sans même savoir ce qu’ils font ?

      Je parie l’argent de l’épicerie qu’un de ceux là vas encore venir chier sur Hockey Québec pour des niaiseries d’ici quelques mois… Pourquoi ? Parce que ce sont des pseudos experts qui chialent pour chialer…. Aller Internautes, soyez plus intélligents que les créateurs de nouvelles…

    • @alex1979

      ou à Jeff Skinner…

    • Sérieux… le patinage artistique, c’est vraiment bon pour certaines aptitudes de patin à un jeune âge (où les coachs de hockey n’ont pas VRAIMENT de temps pour travailler sur ces trucs techniques). Croisés avants et arrières, pivots…

      Quant au hockey… Daniel Paille…

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    décembre 2014
    L Ma Me J V S D
    « nov    
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives

  • publicité