Mathias Brunet

Mardi 24 mai 2016 | Mise en ligne à 10h25 | Commenter Commentaires (4)

Ça brasse en Floride!

tallon-panthers

La décision de “muter” Dale Tallon dans un rôle moins décisif ne fait pas l’unanimité en Floride. La nouvelle bande de décideurs vient de congédier le principal lieutenant de Tallon, Scott Luce.

“La voix de Dale Tallon n’a pas été diminuée, elle a été carrément mise au silence“, écrit Dave Hyde, du quotidien Sun-Sentinell.

“Je peux prendre ma retraite, poursuit le chroniqueur. J’ai vu des hommes de hockey se faire congédier après de mauvaises saisons, ou même de moyennes, mais jamais observé des gens se faire “tasser” après une saison record.”

Hyde revient sur les bons coups de Tallon. Il faut saluer, comme il le fait, les acquisitions de Roberto Luongo, Jaromir Jagr et Reilly Smith.

Le chroniqueur vante aussi ses succès au repêchage. Tallon a opté pour la médiocrité à court terme afin de repêcher parmi les premiers pendant quelques saisons. Difficile de se tromper avec Aaron Ekblad (1er en 2014), Aleksander Barkov (2e en 2013) ou Jonathan Huberdeau (3e en 2011).

Par contre, Erik Gudbranson, 3e en 2010, n’est pas un bon choix. Le jeune homme est désormais un régulier en défense, et pas un vilain joueur, mais il a été repêché avant Ryan Johansen, Cam Fowler, Jaden Schwartz et Vladimir Tarasenko, de vrais joueurs d’impact. Nick Bjugstad demeure un bon choix au 19e rang cette même année, mais on semble déjà l’élever au rang de star alors qu’il a obtenu seulement 34 points en 67 matchs à sa troisième saison complète.

Tallon et ses recruteurs avaient six choix parmi les 50 premiers en 2010. En deuxième ronde, ils ont choisi John McFarland (un flop annoncé) et Alex Petrovic alors que Justin Faulk, Jon Merrill, Ryan Spooner et Tyler Toffoli étaient encore disponibles. Les résultats sont plutôt maigres finalement.

En 2012, par contre, les Panthers ont déniché un super défenseur au 23e rang, Michael Matheson. J’ai des doutes sérieux sur le potentiel offensif de leur premier choix (10e rang au total) de 2015, Lawson Crouse. On regrettera de ne pas avoir repêché Barzal ou Connor à la place.

Mais peu importe, Tallon paye en Floride pour les mêmes raisons qu’il a payé à Chicago: son faible rendement au chapitre administratif.

P.S. Je peux ravoir mon bubblehead de Dale Tallon? :p

Lire les commentaires (4)  |  Commenter cet article

 

Vendredi 20 mai 2016 | Mise en ligne à 9h09 | Commenter Commentaires (142)

Phil Kessel a trouvé le bon environnement

Les athlètes détiennent un pouvoir que le commun des mortels n’auront jamais: ils possèdent les outils nécessaires pour avoir le dernier mot.

Aux Maple Leafs de Toronto qui l’ont chassé, aux journalistes qui l’ont critiqué, aux fans qui l’ont hué, Phil Kessel a répondu qu’il pouvait aider un club dans des moments cruciaux.

Kessel a déjà 16 points, dont sept buts, en 14 matchs depuis le début des séries éliminatoires, après une saison en demi-teinte selon ses propres standards.

L’émergence des jeunes Connor Sheary et Bryan Rust permet à l’entraîneur Mike Sullivan de mieux équilibrer ses trios et de placer Kessel au sein du troisième avec Carl Hagelin et Nick Bonino.

Soustraits de la couverture des meilleurs éléments défensifs du Lightning, concentrés sur les trios de Crosby et Malkin, Kessel, Hagelin et Bonino produisent à un rythme impressionnant.

Le DG des Capitals de Washington, Brian McLellan, parlait cette semaine de l’importance de se construire un troisième trio plus offensif en prévision de l’an prochain. Il a été victime du troisième trio des Penguins.

À l’époque où il dirigeait les Maple Leafs, Brian Burke a fait l’erreur de croire qu’il pouvait rebâtir son club autour de Kessel. Celui-ci n’a pas les qualités requises pour tirer un club. Mais dans un rôle complémentaire, il peut faire des ravages au sein d’une défense adverse.

Lire les commentaires (142)  |  Commenter cet article

 

Jeudi 19 mai 2016 | Mise en ligne à 8h58 | Commenter Commentaires (58)

Toujours pas d’entraîneur à Anaheim et Calgary

Sept1515_YS1_slide

L’entraîneur déchu des Flames de Calgary, Bob Hartley, ne serait pas parmi les candidats pour remplacer Bruce Boudreau, affirme e quotidien Orange County Register. Le DG des Ducks, Bob Murray, aurait par ailleurs reçu des Sénateurs d’Ottawa la permission de discuter avec Luke Richardson, leur coach dans les mineures, selon les informations glanées par le quotidien.

Travis Green (photo du haut) serait lui aussi un candidat. Cet ancien ailier des Mighty Ducks d’Anaheim a mené le club-école des Canucks à la finale de la Coupe Calder, dans la Ligue américaine, l’an dernier. L’Orange County Register a tenté en vain de savoir auprès du DG des Canucks, Jim Benning, si l’équipe avait donné aux Ducks la permission d’interviewer Green.

Une rencontre serait aussi prévue avec l’ancien entraîneur du Wild du Minnesota, Mike Yeo, et avec l’entraîneur-adjoint des Ducks Trent Yawney. L’autre adjoint des Ducks, Paul MacLean, a déjà été interviewé, selon le quotidien.

À l’instar des Ducks d’Anaheim, les Flames de Calgary ne semblent pas pressés de trouver leur nouvel entraîneur. « Je ne me suis pas fixé d’échéancier, mais je ne veux pas attendre à septembre non plus, a déclaré le DG Brad Treliving au Calgary Sun lors d’un entraînement de l’équipe canadienne à Moscou, entre deux matchs du Championnat mondial. C’est comme bâtir son équipe. Il faut de la patience. Trouver la bonne chimie entre le directeur général et l’entraîneur. »

Pendant son point de presse improvisé dans les estrades, deux candidats potentiels, Mike Yeo et Dave Cameron, s’escrimaient sous ses yeux sur la glace avec les joueurs de l’équipe du Canada. Selon le Sun, Treliving aurait reçu du Wild la permission de rencontrer Mike Yeo, et le meeting aurait déjà eu lieu.

Randy Carlyle, un ancien complice du président Brian Burke chez les Ducks et le Maple Leafs, est aussi considéré, dit-on. « Il y a beaucoup de bons candidats. Et à mes yeux, peu importe les équipes que vous avez dirigées, c’est le plan que vous avez développé au sein de vos équipes qui m’intéresse. C’est d’avoir bâti un programme gagnant. Si le processus prend autant de temps, c’est que je veux trouver l’entraîneur avec qui je m’entendrai bien. »

On dit que Bob Hartley et Brad Treliving divergeaient d’opinion sur plusieurs points. « Il faut travailler en étroite collaboration. On peut discuter et débattre entre nous, mais l’entraîneur ne doit pas se présenter un jour à l’aréna et se retrouver avec quatre nouveaux joueurs sans qu’il ne soit au courant. »

Lire les commentaires (58)  |  Commenter cet article

 

publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mai 2016
    L Ma Me J V S D
    « avr    
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives