Les Zappeuses

 Les Zappeuses - Auteur
  • Les Zappeuses

    Laura Lévesque et Patricia Rainville sont journalistes au Quotidien depuis plus de trois ans.
  • Lire la suite »

    Partage

    Dimanche 17 février 2013 | Mise en ligne à 20h42 | Commenter Commentaires (2)

    Thérapie de couple

    Photo Internet

    Photo Internet

    Laura Lévesque

    Vous avez vu le dernier film de Meryl Streep, Hope Spring ? La savoureuse actrice joue le rôle d’une femme délaissée par son mari, campé par l’inébranlable Tomy Lee Jones.
    Le couple fait chambre à part. Ils ne s’embrassent plus. Ne se touchent plus. Fatiguée de cette routine, l’épouse décide d’inscrire son couple à une thérapie.

    L’histoire est drôle, touchante et surtout frappante de vérité. Si vraie qu’elle me rappelle l’émission Au lit avec une sexologue, traduite et diffusée sur la chaîne Mademoiselle (qui vient de changer de nom pour Moi & cie).

    Des couples qui vivent des problèmes sexuels et émotionnels se confient à une spécialiste sous les yeux attentifs de milliers de téléspectateurs. Si j’ai adoré Hope Springs, je ne peux pas en dire autant de cette émission.

    Je sais, les gens sont sans doute plus heureux grâce à cette spécialiste, dont les services doivent coûter une fortune si les couples la consultent dans l’intimité de son bureau. Mais je ressens un certain malaise à écouter les secrets les plus intimes de ces gens qui demandent de l’aide pour régler leurs problèmes sous la couverture. Pour parler publiquement de ses problèmes érectiles, d’une dépendance à la pornographie ou même de l’utilisation d’un panier à linge pour arrivée à l’orgasme (ce n’est pas une blague), il faut vraiment tenir à son couple, non ?

    Photo Internet

    Photo Internet


    • Je dois admettre que lors de diffusion de «En thérapie» (version québécoise avec François Papineau dans le rôle du psychologue -présentement en rediffusion), les clients que j’ai le plus détestés, et alors là vraiment détestés !, était le couple joué par Sébastien Ricard et Macha Limonchik. Méchanceté, mauvaise foi, toujours chacun essayant de blesser et piquer l’autre, j’ai trouvé que c’était un triste spectacle, un couple en éclatement tentant de recoller des morceaux qu’ils décollaient eux-mêmes, dans leur incompréhension et leurs efforts de faire sentir l’autre coupable, responsable. Par contre, j’ai bien aimé les autres patients du psychologue, ou du moins leur problématique et leur tentative de comprendre et de s’en sortir. Thérapie de couple ? J’haïs au boutttt’

    • .@LL: «Pour parler publiquement de ses problèmes érectiles, d’une dépendance à la pornographie ou même de l’utilisation d’un panier à linge pour arrivée à l’orgasme (ce n’est pas une blague), il faut vraiment tenir à son couple, non ?»

      Vous allez certainement me trouver méchant mais je pencherais plutôt pour l’envie irrépressible d’avoir, soi aussi, son quart d’heure de gloire et sait-on jamais, de devenir les prochains «Kardashian». En attendant, ça enrichit tous les Dr Phil de ce monde en mal «d’exposure» quel qu’en soient le prix et les raisons.

      Entéka, perso, il y a des choses dont je ne parlerais jamais à qui que ce soit. Jamais! Et encore moins devant une caméra ou un auditoire.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  •  

    février 2013
    D L Ma Me J V S
    « jan   mar »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    2425262728  
  • Archives

  • publicité